Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :

Newsletter de l’IH #363

Quand l’argent me brûlait les doigts…

Rejoignez nos 5600 lecteurs !

Inscrivez-vous gratuitement pour ne manquer aucune des newsletters bimensuelles de l’IH :

 


OBJECTIF DE LA NEWSLETTER DE L’IH

Cette newsletter gratuite partage mes idées et réflexions sur l’investissement dans des actions de sociétés cotées en bourse.

Ponctuellement, d’autres sujets sont abordés, autour de la gestion de patrimoine ou du développement personnel.

Toutes les newsletters envoyées depuis sa création en 2012 sont disponibles ici.


Rejoignez nos 5600 lecteurs !

Inscrivez-vous gratuitement pour ne manquer aucune des newsletters bimensuelles de l’IH :

 


 

14 commentaires

Commentaire
1) misteronline
07/12/2021
Suis-je un investissement-addict ? Comme vous j'ai investi très tôt (moi c'était les actions Asie-Pacifique). Comme vous j'ai subi de lourdes pertes (mais avec la crise asiatique de 1997). Cela ne m'a pas vacciné, dès que mon livret A était au plafond et que le compte courant était "trop plein" l'argent me brûlait les doigts : euro porteur d'une richesse future. Pour gagner plus, je me suis battu contre ma nature risk-adverse, et je me suis mis en freelance. Pour avoir plus d'argent à investir. Lourdes pertes avec le 11 septembre 2011. Re-lourdes pertes en 2008. Et comme vous trop souvent ce sentiment de ne plus avoir de quoi acheter des bonbons bradés.
Avec les années, j'ai créé une société, une SARL c'est de l'argent non disponible immédiatement, et une optique plus long-terme, qui m'a permis de faire finalement du load-rebalancing (comme avec la crise de la zone euro où j'ai investi de la trésorerie quand des affaires apparaissaient).
J'étais INTJ (le suis-je encore... je serais ISFJ maintenant)... et au fil des ans, je constate deux choses : j'aime les liquidités et la diversification, et emprunter pour investir n'est plus un tabou, si l'horizon de temps est long, un INTJ rationnel peut imaginer faire un peu de levier si le bénéfice risque apparait favorable. J'ai un Lombard prêt à être dégainé.
Commentaire
2) Bienveillante
07/12/2021
Bonjour Philippe,

Comme vous, je me suis laissée dominer par l’appât du gain, mais avec le temps j'ai compris que la Santé, le Confort et la Sécurité doivent être tout aussi importants pour motiver une dépense.

Où placez-vous le curseur de l'utile et de l'inutile pour dépenser ?

On en revient à la pyramide de Maslow ou le fameux SONCAS.

La déco et le confort de votre pied à terre sont-ils utiles ou inutiles ?

Entre recevoir ses invités sur des bancs et tabourets rembourrés de noyaux de pêches dans le salon ou sur un beau canapé design confortable à mille euros (et souvent davantage), ce n'est pas la même qualité d'accueil. Leur confort (et le votre par la même occasion) sont-ils utiles ou inutiles ?

Entre une cuisine moderne avec des rangements ergonomique et rationnelle ou des gamelles et ustensiles accrochées à des clous sur les murs, c’est pas pareil !

Idem pour la fraîcheur des peintures, idem pour la sécurité, la robustesse et les aides à la conduite des véhicules modernes vs votre vielle petite citadine par exemple.

Que vos motivations de dépenses ne soient pas irrationnelles et relatifs à l'Orgueil, la Nouveauté ou la Sympathie d'un produit, c'est compréhensible pour un INTJ, mais les achats rationnels relatifs à la Sécurité et au Confort me semblent très importants aussi car les cimetières sont remplis de "clochards" millionnaires.

Surtout que vous avez plusieurs fois dit que vous n'aviez pas de descendance et pas l'envie d'en avoir une. Votre cinquantième anniversaire et la seconde partie de votre vie approchent ... profitez de la vie dans le confort et la sécurité ;-)
Commentaire
3) Zhole
08/12/2021
Nous sommes tous si proches dans la méthode et si différents malgré tout ...
Ce sont nos souvenirs et notre histoire qui nous différencient et non nos investissements.
Avant GAFAM, hier BTC et maintenant NFT ?
Merci
Commentaire
4) Say1
08/12/2021
Bonjour Philippe,

Pour ma part, j'ai investi assez tardivement dans ma vie. Je pense que, du coup, j'ai été moins enclin à être addict. Passés les premiers mois à monitorer constamment les mouvements des marchés , mes +/- values et les potentielles bonnes affaires, j'ai vite compris que, comme pour le reste de ma vie, ce qui allait compter serait l'équilibre, la régularité et une bonne analyse avant toute décision. Je dois dire que votre forum m'a grandement aidé à éviter les grosses erreurs (la lecture des expériences des membres sur plusieurs années est une aide précieuse).

J'utilise de la marge pour investir tout en mettant des gardes fous (que j'ai là aussi pu définir grâce aux autres membres). Sur trois années, le constat est plutôt bon.

Côté dépense, le temps m'a amené à moins d'impulsivité. Je suis bien plus "blasée" qu'il y a 10 ans: du coup je ne vois plus trop d'intérêt dans certaines dépenses. Comme Bienveillante, le confort, la santé et la sécurité motivent beaucoup mes achats..

Belle journée à tous.
Commentaire
5) albanp
08/12/2021
Personnellement j'ai adopté la méthode lue sur ce forum (je ne sais plus où... mais merci à celui/celle qui en a parlé) de garder mon CET comme trésorerie potentielle, ce qui me permet de ne pas garder de liquidité sur mes PEA/comptes-titres, tout en ayant des munitions en cas de "belles affaires boursières".

L'autre avantage de cette méthode est que le déblocage du CET prend quelques temps, donc ça évite d'être tenté à la moindre baisse :)
Commentaire
6) koldoun
08/12/2021
Entre le levier x10 sur le bitcoin et pas de levier, il pourrait y avoir un juste milieu?

Prendre un peut de crédit Lombard pour acheter de l'indice après un -25 ou -30% ne peut-il être une bonne affaire?
Le SP500 ou l'eurostox 50 ne méritent-ils pas un peu de levier lors d'un krach?

Sans exagérer, par palliers au fil de la baisse par exemple (-20%, puis -30% etc)
Commentaire
7) Steph
08/12/2021
De mon côté, j'ai commencé en Bourse il y a 11 ans suite à la lecture de votre livre.

J'ai eu ce besoin irrépressible d'investir autant que possible jusqu'à ce que je remplisse nos 2 PEA.
Comme je n'étais ensuite plus très motivé pour investir ailleurs (le boulot en Bourse a été fait), cette envie s'est érodée.

Puis j'ai découvert l'univers des cryptomonnaies que j'avais jusqu'à lors toujours rejeté car à mon sens cela tenait de la divination de cours aléatoires.
Mais plusieurs points m'ont conquis : possibilité de faire travailler des monnaies stables (donc pas de yoyo sur le cours, c'est comme si j'avais des dollars) et aussi être en-dehors du système bancaire (finance décentralisée).
Aucune banque au monde ne peut verrouiller mon compte ou m'obliger à ne retirer que 20€ par semaine (demandez aux Chypriotes en 2013...).

Je devrais définitivement arrêter de travailler dans un an ou deux, en ayant un peu débordé de l'objectif de votre livre (12 ou 13 ans au lieu de 10 !).
Réponse de Philippe
Philippe
09/12/2021
@Bienveillante

Postulat : "une dépense est utile si elle améliore mon bonheur ou le maintien".

Mais grosso-modo, dans l'application, ça revient à votre grille, avec des sensibilités naturellement différentes.

Par exemple, ce n'est pas trop mon truc de réfléchir à "la vaisselle qui me définit le mieux en tant que personne" (référence au livre culte Fight Club). Tout ça ne m'intéresse pas du tout, et je n'y attache aucune importance.

Par contre, je concède, j'ai des biais de prix :
1000 à 1300 euros pour une location saisonnière au mois
70 à 90 euros pour une nuit d'hôtel
et bien d'autres dont je vous épargne la liste

Si c'est + cher, je ne peux pas, j'ai un blocage mental. Alors que fondamentalement, rapporté à mon patrimoine, je pourrais très bien payer plus.

Avec quelques blagues : je peux me laisser "crever de soif" si une bouteille d'eau est à + de 3 euros dans un lieu touristique. Impossible que je paye 3,5 euros pour une bouteille d'eau ! 3 euros c'est mon prix maxi, sinon je préfère avoir soif ! Bon, avec le temps, je suis devenu très prévoyant sur la composition de mon sac à dos avant de partir visiter des trucs...

A ma mort, je n'emporterai rien dans la tombe, car je donnerai tout à une association et ce sera très bien comme ça (utilitarisme de Peter Singer).
Commentaire
9) ballotph
10/12/2021
A ma mort, je n'emporterai rien dans la tombe, car je donnerai tout à une association et ce sera très bien comme ça (utilitarisme de Peter Singer).

Après avoir fait don d'une bonne partie à l'état !!!

Les dons, donations et legs faits aux associations et fondations reconnues d'utilité publiques sont soumis aux droits de succession (appelés droits de mutation à titre gratuit) prévus pour les successions entre frères et sœurs soit : 35 % jusqu'à 24 430 €, 45 % au delà de 24 430 €.
Commentaire
10) tifred75
13/12/2021
Même acharnement à vouloir placer chaque euro gagné lorsque j'ai commencé à travailler à 24 ans, convaincu assez jeune de l'effet des intérêts composés et croyant que finalement dans la folie des années 2000 que 150Ke travaillant à 15% annuellement me suffirait à régler cette question d'argent et d'être potentiellement rentier à ce seuil, surtout que comme toi Philippe, je ne me voyais pas rester en région parisienne.

Je crois pour ma part que vouloir déjà être rentier si jeune, et encore à l'époque donc il y a plus de 20 ans, les mouvements fire et autres n'étaient pas connus, vient surtout du fait que chez le client où j'étais je voyais ces personnes à 50 ans qui ne pensaient qu'à une chose être à la retraite. Je me suis dit qu'il y avait un risque que je finisse ainsi à 50 ans, aigri et comptant les jours. Heureusement à 47 ans maintenant, il n'en est rien et je prends plutôt plus de plaisir maintenant avec ce parachute d'être pontiellement rentier.

Il reste néanmoins qu'ayant fait tant d'efforts, les réflexes restent et je suis obstiné parfois sur certains achats : l'exemple de la bouteille d'eau me parle beaucoup car j'ai fait la même chose il n'y a pas si longtemps, j'ai fait patienté mon fils en lui expliquant la chose... avec du recul c'est très con, mais je suppose que ce sont là les séquelles de ce chemin de croix vers l'indépendance financière
Réponse de Philippe
Philippe
13/12/2021
@tifred75

Je me souviens aussi avoir rencontré quelques personnes banlieusardes, usées, des cernes plein les yeux à force de se lever tôt et se coucher tard, de subir toujours les trajets à rallonge et problèmes divers, qui disaient "plus que 10-15 ans [selon les personnes] avant la retraite" !

Quand tu entends ça, soit tu veux devenir "retraité" précoce, soit tu comprends que faire 1h30 de transports en commun matin et soir, toute la vie, c'est pas possible !
Commentaire
12) dangarcia
13/12/2021
Si on admet que
1- sur le long terme les marchés actions sont les actifs qui performent le plus
2- pour l'investisseur individuel il est quasi impossible de faire mieux que le marché en terme de performance
3- l'investisseur recherche la meilleure performance à long terme
Alors
La seule stratégie rationnelle est d'être en permanence investi à 100%.

Se désoler de ne plus avoir de quoi investir au moment d'un krach est une vue de l'esprit : si vous n'avez plus d'argent à investir à ce moment-là c'est justement parce que vous avez fait le choix rationnel de l'investir intégralement dans les marchés actions cf 1- et 2-.

Si vous avez de l'argent à investir à ce moment-là c'est de l'argent qui n'était donc pas investi pendant la hausse qui a précédé le krach et vous avez alors un manque à gagner sur cette part de votre épargne : et il ne suffit pas de l'investir après un krach pour récupérer ce manque à gagner, il faut l'investir au prix en vigueur quand vous avez acquis cette épargne et décidé de ne pas l'investir, et que ce soit toujours possible.
Commentaire
13) Karel
21/12/2021
Bonjour Philippe,

Je me reconnais parfaitement dans cette description.
La chute de 2019 m'a incitée à conserver du cash en réserve au lieu de vider mes comptes pour faire des placements au moindre euro non rémunéré disponible.
Le seul point sur lequel je ne suis pas d'accord c'est sur l'effet de levier. Il peut être utilisé raisonnablement et à bon escient.
J'ai toujours entre 30 et 55€ de dettes pour 100€ de capital placé. Le ratio exact dépend de la volatilité. Si la volatilité augmente, je baisse mon ratio d'endettement.
Le levier est une arme redoutable pour augmenter ses gains ou pour se ruiner. Il faut maîtriser son ratio d'endettement, être prudent, ne pas perdre la tête et ne pas se laisser gagner par une cupidité démesurée.
Il faut également utiliser une forme de contrat de dette appropriée CaD un compte de marge (+++), un emprunt lombard (++) ou un emprunt bullet/full bullet (+), en aucun cas un emprunt mensualisé ou autre.

Bien cordialement.
Commentaire
14) BenBBB
23/12/2021
Merci pour ce partage très intéressant Philippe. Et bravo pour votre choix de donner.

@ ballotph : les impôts sont une autre forme de don. Sauf que nous ne choisissons pas à qui ils vont exactement. Mais au moins en partie cela va dans l'éducation des futures générations, du CP à l'enseignement supèrieur dont je crois, a aussi bénéficié Philippe. Donc cela peut être considéré comme un juste retour.

Commenter





Anti-spam : quel est le nom de famille du Président de la République française ?