Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Membres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

#26 19/09/2020 11h45

Membre
Réputation :   30  

GRANDE OPERATION DE NETTOYAGE


Petit point intermédiaire. Avec les marchés qui sont entrés dans une purge de consolidation, j’ai vu rouge au début de cette semaine et j’ai procédé à une bonne purge de mes lignes les plus fragiles.

Opérations sur CTO


- Vente de Unibail Rodamco, qui s’oriente vers une véritable Bérézina. J’ai perdu confiance dans un possible redressement : baisse du CA dû à la pandémie, baisse structurelle du CA attendue avec la multiplication des cessions, augmentation de capital… Tout cela sans compter les nombreuses enseignes qui ferment des boutiques et prévoient encore plus de fermetures dans les années à venir. Même les grands noms (Gap, Zara) réduisent la voilure : mauvais présage.
Très (très, très, très) mauvaises perspectives pour plusieurs années.

- Dans la foulée j’ai liquidé aussi Klépierre. Il se porte un peu mieux, mais je crains aussi des mouvements sur les actifs et le capital dans la même direction que Unibail.

- Au final, deux très mauvais investissements. Même en tenant compte des dividendes perçus depuis mon achat, je solde Klépierre avec -45% de perte et Unibail avec -76%. Un cauchemar !
Toutefois je n’ai rien raté : depuis ma cession, ces losers ont encore perdu 10% ou 15%.

- Les deux ensemble laissent une moins-value de 7.500 € sur mon CTO. Pour éviter d’avoir des moins values-reportables, j’ai vendu l’essentiel de mes fonds Oddo Avenir Europe, Oddo US Midcap et MS US Advantage de manière à extérioriser 7.500 € de plus-values. Dommage pour ces belles lignes dont l’objectif était de miser sur des valeurs growth et donc de contrebalancer l’orientation plutôt rendement de mon portefeuille.

J’ai toutefois gardé 2-3 actions de chaque pour laisser un souvenir visible dans mon portefeuille et me rappeler qu’il faudra que je rachète ces titres prochainement.

Opérations sur PEA


- Vente de Lagardère à 17€10. Le titre avait bien remonté ces derniers temps avec Amber Capital et Vivendi dans les coulisses. Mais le soufflé d’une possible opération au capital semble s’éloigner. Ca me fait quand même une moins-value de -17% sur l’investissement initial. Mais c’est déjà mieux que fin mars, ou cette ligne avait baissé de près de moitié.

Ici aussi je n’ai rien raté, car depuis ma vente, le titre a encore baissé.

- Vente de ProSieben et Indus Holding dans ma poche Allemagne. Tous les deux ne remontent pas beaucoup, les perspectives ne sont pas bonnes et je crains de me traîner ces titres pendant des années en attendant un hypothétique retour à meilleur fortune.

Au final


- La vente de nombreuses lignes de rendement perturbe ma planification. Il y a encore quelques mois, je pensais être en bonne voie pour atteindre un flux de dividendes de 1.000€/mois d’ici deux ans. Mais je viens de faire un pas en arrière. Encore que… avec les piètres résultats attendus par Unibail et Lagardère, il n’y a de toute façon pas beaucoup de rendement à attendre ces prochains temps.

Dans les mois à venir je vais donc renforcer d’autres lignes de rendement ou devoir trouver des remplaçants pour mon portefeuille.

- Rachat de mes fonds de croissance également prévue au fur et à mesure.
Last but not least : le reflux actuel de certaines valeurs de croissance et technologiques devrait me permettre de tenter quelques achats à terme. Histoire de poursuivre peu à peu le rajeunissement de mon portefeuille et l’amélioration progressive de mon profile de croissance.

Hors ligne Hors ligne

 

#27 19/09/2020 21h04

Membre
Réputation :   25  

Bienvenue au club de nettoyage. Jai soldé également ma ligne. Par chance j’avais soldé Klepierre avant.

Je me suis concentré sur du défensif avec gros dividende et une activité solide : GTT et ABC arbitrage

Pour Lagardère vous avez bien fait, impossible de faire confiance au filou d’Arnaud.

Hors ligne Hors ligne

 

#28 19/09/2020 22h43

Membre
Réputation :   23  

Bonsoir Ankh,

Ankh a écrit :

Pour éviter d’avoir des moins values-reportables

Puis je vous demander ce qui a motivé votre décision? Sachant que ces moins values sont reportables 10 ans, vous n’étiez pas obligé de couper vos très belles positions, en tout cas sans caractère d’urgence.

Bien à vous

Hors ligne Hors ligne

 

#29 20/09/2020 09h27

Membre
Réputation :   1  

Je suis rentré sur Klepierre ce vendredi à 11,40 + vente de put à 10€, échéance 16/10.. en espérant qu’ils ne soient pas exercé à 0

Hors ligne Hors ligne

 

#30 20/09/2020 09h33

Membre
Réputation :   30  

Il existe aussi la possibilité d’une opération de vente/achat, qui permet de ne payer qu’une fois les frais de transaction.

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #31 20/09/2020 10h40

Membre
Réputation :   30  

@Stratus

En temps qu’actionnaire on est souvent tenté de prendre ses bénéfices sur les titres gagnants parce "qu’un tient vaut mieux que deux tu-l’auras". Et on garde les titres perdants en espérant qu’ils remonteront. L’expérience montre que c’est plutôt le contraire qu’il faut faire.
Je pense beaucoup à un adage qui dit "Mieux vaut une fin dans la douleur, qu’une douleur sans fin" et j’ai donc pris ma décision. Un peu tard je le reconnais, j’aurais dû les vendre il y a deux ou trois mois après le rebond de l’été.

Dans le cas de Unibail et Klépierre, je crains que la remontée tangible des titres n’est pas pour demain. Je préfère donc tirer la chasse d’eau pour éviter de me trainer des canards boiteux éternellement. Dans le cas d’Unibail nous aurons droit à une baisse du CA d’1/3 à un horizon de 3 ans, plus une hausse de 70% du nombre de titres, plus des dépréciations d’actifs. L’ANR baissera donc de manière dramatique d’ici 3 ans.
Au final, mon espoir de retrouver mon prix de revient est nul, ou alors peut-être dans 10 ans.

Dans le cas de Lagardère, je l’avais acheté pour son côté value et parce que la nouvelle stratégie me paraît bonne. Le groupe avait accumulé au fils des ans quelques grosses divisions (livres, travel retail) mais aussi une myriade de filiales et participations qui sont peu rentables (télé, radio) voire déficitaires (sites internet) ou en déclin (presse magazine). Le recentrage en cours va dans la bonne direction. Mais c’est vrai que les problèmes de gouvernance sont un problème, même s’il est logique que la famille Lagardère cherche à garder le contrôle de la société qu’ils ont bâti toute leur vie. Si je vend, c’est avant tout parce que les résultats 2020 seront mauvais (perte probable) et que les perspectives 2021 sont faibles. Au final, je récupère l’essentiel de mon investissement et je pense qu’on peut trouver mieux ailleurs.

@Selden

Sur CTO j’essaye depuis 2 ans de construire une base de sociétés solides (surtout US et foncières) qui versent un dividende régulier et que je compte garder pour le long terme. Dans le lot j’ai privilégié beaucoup de sociétés matures (McDonald’s, Johnson&Johnson, Merck, Verizon…) dont la performance ne fera pas de bulles. Au regard des 20 ans dernières années, on peut espérer une hausse des cours de 8-10% par an en moyenne. Il faudra donc des années pour dégager des PV latentes élevées qui pourraient compenser mes MV réalisées. Et comme dit, je ne compte pas les vendre, sauf dégradation substantielle du business.

Enfin, nous sommes actuellement dans une période de post-crash et de récession économique. En principe nous devrions retrouver après cela une période de croissance et de hausse des cours, qui pourrait durer plusieurs années. Je ne compte donc pas revendre des titres gagnants dans les prochains temps, et surtout pas de belles valeurs comme Visa sur laquelle j’ai une PV latente sympa. Si je reporte des MV, ça pourrait durer des années avant que je ne les compense. Je préfère donc vendre quelques FCP/Sicav maintenant et la question est donc réglée.

Par contre le fonds Morgan Stanley US Advantage que j’ai entre autres vendu (PV +334% depuis mon achat fin 2012) est un bon support. Je compte racheter mes parts prochainement. Optiquement la PV latente aura pratiquement disparu de mes comptes et je repars à zéro, mais concrètement mes gains ne sont pas perdus. Avec les turbulences actuelles des marchés américains, je vais lisser ça et racheter quelques titres chaque semaine pour optimiser le prix de rachat.

Dernière modification par Ankh (20/09/2020 10h58)

Hors ligne Hors ligne

 

#32 20/09/2020 12h06

Membre
Réputation :   5  

Bonjour à Ankh et à tous les IH

Pour le fonds MS US Advantage que vous avez vendu après une PV intéressante car vous l’aviez depuis 2012, pensez-vous que cela vaut la peine de le racheter alors que les frais de souscription sont importants (5,75%) ?
Vous partez sur l’idée que ce fonds performera à l’identique ou plus pour les prochaines années ?

MS US Advantage sur Morning Star

En ligne En ligne

 

#33 20/09/2020 18h41

Membre
Réputation :   30  

@Navarre

Très bonne question, très pertinente. Je me pose justement la même smile

a) Concernant les frais… J’ai mon compte CTO chez Boursorama et ce FCP me coûte 2% de droits d’entrée (prix préférentiel par rapport aux 4.5% officiels). C’est honnête et dans la moyenne des fonds actions.

b) MS US Advantage est un fonds qui mise exclusivement sur les valeurs de croissance (grandes et moyennes). La gestion est très active et les noms des Top 10 changent régulièrement dans leur portefeuille. Vu la très bonne performance, leur gestion est très habile.

Actuellement, leurs Top comprennent entre autres Shopify, Amazon, Veeva, Twilio ou Service Now. Exactement les titres qu’il fallait acheter cette année pour faire de gros gains !

A long terme, je pense que les entreprises présentes dans le software, le cloud, le e-Commerce et toutes les nouvelles technologies ont encore de beaux jours devant elles. Certainement plus que les secteurs stagnants (pétrole, détaillants) ou les secteurs très cycliques (banques, automobile)

c) Les valeurs technos US sont dans une phase de consolidation depuis plusieurs semaines et vu les prix élevés (PER de 40,50 voire plus sur certains titres) un repli supplémentaire ne peut être exclu dans les semaines à venir.

Début Novembre, il n’est pas exclu que Joe Biden gagne les présidentielles. Actuellement le gouvernement Trump joue le laisser-faire: l’Etat dépense des milliards sans compter pour soutenir l’économie, La Fed dépense des milliards sans compter pour huiler les engrenages monétaires. Si Biden passe, cela pourrait changer. Il a déjà parlé de vouloir mettre de l’ordre dans le déficit public et envisage d’augmenter les impôts pour les particuliers et les entreprises. Cela ne provoquerait pas forcément un crash à Wall Street (si les mesures font sens) mais il est clair que les marchés actions entreraient dans une phase de transition de plusieurs mois avec un biais baissier en attendant d’y voir plus clair.

d) En synthèse, je pense donc racheter peu à peu mes parts pour reconstruire une poche growth dans mon portefeuille. Mais je répartirai mes achats de manière très fractionnée, juste au cas ou il y aurait des trous d’air dans les mois qui viennent. L’avantage de ce fond est d’avoir un faible prix (environ 129€ la part) ce qui permet d’y aller progressivement.

Hors ligne Hors ligne

 

#34 03/10/2020 09h13

Membre
Réputation :   30  

REPORTING SEPTEMBRE 2020


Traditionnellement les mois de septembre et octobre font partie des plus mauvais mois de l’année et septembre 2020 aura fait honneur à sa mauvaise réputation. Avec un CAC 40 qui est à nouveau revenu à -20% depuis le début de l’année, la place de Paris est particulièrement affectée par la crise. Aux Etats-Unis les indices se tiennent nettement mieux. Encore que, ce ne sont qu’une poignée de grands nom technologiques qui affichent des performances positives sur l’année. Le reste de la cote (banques, cycliques, industrielles…) ne se comporte pas mieux que leurs confrères français.

Mon propre portefeuille est réparti sur 121 lignes actuellement et parfois je me dis qu’il faudrait réduire un peu le nombre pour simplifier. D’un autre côté le portefeuille limite la casse depuis le début de l’année à -7,7%. Chaque ligne représentant +/- 1% du total, l’avantage est que les grosses bourdes comme Unibail ne pénalisent pas trop la performance totale. Au final je vais donc rester à ma stratégie de large diversification. Et comme nous le montre la faillite de Wirecard (que je n’avais heureusement pas dans ma sélection) on n’est jamais à l’abri d’un blackout total !

Côté personnel, j’ai repris le travail à 100% depuis septembre après 5 mois de chômage partiel, ce qui dopera donc la fiche de paye. Mais je reste prudent et je regarnis actuellement peu à peu mon épargne de précaution que j’avais plumée en mars-avril pour profiter des soldes.

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/22762_repsept2020.jpg

Mouvements sur titres européens


- Vente de Carrefour. La société est considérée comme une valeur défensive et le titre n’a baissé « que » de 8% cette année. Mais la situation dans les hypermarchés reste difficile et les marges sont faibles. Et au final, c’est un titre qui est à la traîne depuis des années.

- Prise de bénéfices sur Suez (PV +29%) et avec les copieux dividendes perçus au cours des 3 dernières années, c’est finalement une ligne très rentable. Au cours actuel, le titre est cher et je préfère assurer mes gains juste au cas où le projet d’OPA devait se dégonfler.

- A la place j’ai acheté 250 actions Veolia. Le titre affiche une baisse de plus de 20% depuis le début de l’année et je pense qu’il a donc un potentiel de rebond à MT, avec ou sans Suez.

-Dans ma poche Allemagne j’ai renforcé Fresenius (services dans la santé) et Cancom (services informatiques) qui ont tous les deux étés pénalisés par le confinement. Mais j’espère que les affaires reprendront peu à peu.

- Achat de Eckert&Ziegler (Allemagne) qui est une société d’équipements médicaux, spécialisée dans la radiothérapie. La société fabrique les appareils permettant de générer les rayons mais aussi les consommables radio-actifs qui constituent donc une base de revenus récurrents.

- Petits renforcements (tickets de 500-700 €) sur Essilor, Acomo, Stef et Sanofi.

- Enfin j’ai choisi l’option de paiement du dividende en actions pour Publicis et National Grid.

Mouvements sur actions internationales


- Achat de la société américaine Fortinet, spécialiste de la cybersécurité. Avec le nombre de mouvements sur internet qui augmentent chaque année et surtout la montée du cloud, il me semble que la question de la sécurité des données est primordiale et que les perspectives de la société sont bonnes.

- Comme je l’avais écrit dans mon message précédent, je me suis débarrassé de 2 losers dans l’immobilier commercial avec des moins-values salées. Pour équilibrer le compteur de MV sur le CTO j’ai vendu une bonne partie de mes Sicav affichant des plus-values. En plus des ventes déjà décrites, j’ai allégé Groupama Avenir Euro et vendu Comgest Monde. A fin septembre j’ai maintenant compensé l’intégralité des MV constatées.

Ma poche OPCVM est maintenant ridicule par rapport à l’ensemble de mon portefeuille, mais j’ai plus de 40k€ de liquidités. Je compte racheter progressivement les lignes vendues puisque celles-ci ont une vocation growth, qui doit contrebalancer ma sélection de titres vifs qui ont un biais rendement.

Hors ligne Hors ligne

 

#35 03/10/2020 10h04

Membre
Réputation :   60  

Eckert & Ziegler et Carl Zeiss sont mes deux petites allemandes de santé préférées!

Dernière modification par Liberty84 (03/10/2020 10h06)

Hors ligne Hors ligne

 

#36 03/10/2020 10h07

Membre
Réputation :   30  

En fait j’ai hésité entre les deux, mais Carl Zeiss est assez cher alors que les résultats 2020 ne devraient pas être brillants.

Mais de toute façon, on ne peut pas tout acheter smile

Hors ligne Hors ligne

 

#37 03/10/2020 10h10

Membre
Réputation :   60  

C’est vrai qu’avec le Covid les dentistes vont retarder leurs achats, mais je pense qu’ils vont se rattraper d’ici quelques mois.

Les deux ont un beau parcours et EUZ a une croissance plus agressive donc c’est sûrement le bon choix.

Hors ligne Hors ligne

 

#38 03/10/2020 10h28

Membre
Réputation :   5  

Anhk vos actions Eckert&etZiegler est-ce EUZ ou FEUZ ?
Liberty les vôtres sont EUZ comme vous l’indiquez.
Alors je profite de cet exemple pour vous demander comment faites-vous le choix du lieu de cotation ?
Dans l’exemple sur BD on voit qu’il y a  2 places de cotation et d’ailleurs en fonction de la place le titre n’est pas tout à fait au même prix.https://www.boursedirect.fr/fr/marche/xetra/eckert-ziegler-ag-o-n-DE0005659700-EUZ-EUR-XETR/seance

En ligne En ligne

 

[+1]    #39 03/10/2020 10h38

Membre
Réputation :   30  

@ Navarre

J’ai acheté l’action EUZ (isin DE0005659700)

En Allemagne il y a une plateforme nationale (Xetra) mais aussi des cotations séparées dans plusieurs grandes villes, Frankfort étant la plus grande. Les cours des différentes places peuvent varier à un moment T, mais sur le LT les prix s’équilibrent. Moi j’ai acheté sur Frankfort.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #40 03/10/2020 11h04

Membre
Réputation :   60  

Bonjour Navarre,

Deutsche Borse opère à Francfort deux échanges : Xetra (ETR sur google et IB) pour les actions allemandes, et le Frankfurt Stock Exchange (FRA sur google, FWB2 sur IB) pour les actions internationales (c’est le troisième au monde pour les actions internationales et très utile pour faire des achats en euros de sociétés etrangères mais la liquidité peut être reduite donc à vérifier)

Pour mes EUZ je les ai aussi achetées sur Xetra parce que c’est en euros et avec la meilleure liquidité (70x plus sur Xetra que sur FRA, ce qui est normal puique Xetra est l’échange principal allemand, un peu comme Euronext Paris pour les actions françaises).

Mais j’achète aussi régulièrement des actions sur FRA (scandinaves, japonaises, HK, ces deux dernières imoosant des minimums d’achats sur leur listing local mais pas sur FRA).

Pour checker la liquidité d’une action vous pouvez chercher votre ticker dans gurufocus (gratuitement), ils recensent tous les listings avec les volumes moyens d’échange. Ça peut être utile pour éviter de se faire coincer sur un échange sans liquidité.

Dernière modification par Liberty84 (03/10/2020 11h05)

Hors ligne Hors ligne

 

#41 04/10/2020 18h05

Membre
Réputation :   30  

DETAILS DU PORTEFEUILLE A FIN SEPTEMBRE


https://www.devenir-rentier.fr/uploads/22762_portsept01.jpg

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/22762_portsept02.jpg

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/22762_portsept03.jpg

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/22762_portsept04.jpg

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/22762_portsept05.jpg

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #42 18/10/2020 09h51

Membre
Réputation :   30  

Stratégie 2025


Comme je l’avais décrit dans des posts précédents, j’ai engagé en 2018 une transformation structurelle de mon portefeuille financier visant à satisfaire mes objectifs de rendement, à améliorer le profile de croissance et à optimiser la pondération des pays et secteurs. L’essentiel de la restructuration est désormais achevé et je me penche maintenant sur l’avenir et la stratégie pour les années à venir.

Retour en arrière (2018-2020)


Avant de passer aux nouveaux objectifs, voici un bilan succinct des points clefs de la transformation :

Mise en place d’un cash flow de dividendes régulier et résilient de 1.000 € net par mois d’ici 2028.
Ce point est bien engagé et devrait aboutir d’ici deux ans environ. Je peux donc maintenant lever le pied sur les valeurs de rendement, mis à part quelques petits renforcement par ci par là.

Amélioration de la qualité du portefeuille.
Au cours des dernières années j’ai éliminé progressivement les titres les plus faibles, fragiles ou trop cycliques. A la place j’ai acheté ou renforcé des titres de qualité supérieure (L’Oréal, LVMH, Kering, Legrand…).

Réduction de la volatilité.
Avant de parler de (sur)performance, je pense qu’il faut d’abord créer un fond de portefeuille solide avec des titres ayant un drawback faible. J’ai ainsi renforcé des lignes comme Air Liquide ou Sanofi en France et développé la même approche sur les titres américains (McDonald’s, Verizon, Johnson’n’Johnson). En gros des titres qui ne brillent pas forcément dans la hausse potentielle, mais qui baissent moins que le marché en cas de crise et qui se rétablissent rapidement.

Equilibrage mondial.
Il y a quelques années j’étais très faible sur les USA et j’ai monté ma pondération à 20% actuellement. Ce sujet reste d’actualité et je continuerai à investir dans cette direction sur les années à venir.

Amélioration du profile de croissance
Pendant le confinement au printemps, j’ai largement eu le temps de me pencher sur cette question. J’ai étudié en détail toutes les entreprises du CAC40 et du Dow Jones pour déterminer une base homogène de comparaison. J’ai calculé un profile de croissance sur 8 ans (2010-2019) qui est une moyenne de la croissance du chiffre d’affaires, du BNPA hors Eléments exceptionnels (non-Gaap aux USA) ainsi que de l’EBITDA (ou à défaut Marge brute d’autofinancement courante). En prenant en compte les modifications les plus récentes des indices, je tombe sur un profile de croissance de 6% p.a. pour le CAC40 et 8% p.a . pour le Dow Jones. Il s’agit d’une médiane sur tous les titres, sans tenir compte de leur pondération dans l’indice. Je me satisfais de cette approximation, car mon propre portefeuille a des lignes à peu près équipondérées et je ne tiens pas compte de la taille d’une entreprise pour constituer mes positions.

Le profile de croissance médian de mon propre portefeuille a évolué comme ça :
2017    5.0% 
2018    5.4%
2019    7.3%
2020    8.4% YTD

Dans ma réflexion, j’ai donc rattrapé progressivement mon retard en termes de croissance pour me positionner légèrement au-dessus de la moyenne.

Il est bien connu qu’un alpha en termes de performance n’est possible qu’avec une sélection de titres ayant une croissance supérieure à la moyenne. Dans le futur je vais donc continuer à veiller sur ce point et privilégier les titres de croissance. Je n’ai pas fait de statistiques sur le S&P 500, car ce serait trop gourmand en temps d’étudier en détail toutes ces sociétés, mais je suppose que la croissance médiane est légèrement supérieure au Dow Jones. Dans ma sélection propre, il ne doit donc pas y avoir de relâchement !

Stratégie 2025


Tous les points clefs cités ci-dessus restent bien-sûr d’actualité. Maintenant que la question du rendement et de la solidité est réglée, je vais me pencher dans les années suivantes à développer méthodiquement mon portefeuille avec 4 axes prioritaires : croissance, santé, technologie et vision.

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/22762_vision.jpg

Croissance et qualité
Je vais continuer à développer le profile de croissance et donc privilégier les sociétés de qualité supérieure. J’ai déjà bien nettoyé mon portefeuille ces derniers temps, mais il reste encore un peu de ballast à expurger progressivement.

Santé
Dans l’indice MSCI World la santé représente actuellement 14% du total. Comme le montre mon graphique, j’avais fin 2017 une sous-pondération notable. Depuis j’ai bien développé cette poche et elle reste un secteur prioritaire.

Technologie et assimilés
C’est bien-sûr le principal moteur de la hausse des cours ces dernières années et j’ai déjà beaucoup œuvré pour rattraper mon retard, mais il me reste des progrès notables à faire puisque ce secteur représente actuellement 22% du MSCI World.

Selon les sources, la classification des entreprises n’est pas toujours la même. Ainsi Worldline, Visa ou FiServ sont officiellement des sociétés de services financiers, mais leur business est quand même très proche d’une société technologique. Même topo pour certaines sociétés classées en consommation discrétionnaire (Alibaba, JD.com) ou dans le secteur Télécommunications (Alphabet). Je les considère en fait proches des technologiques. Pour les avoir à l’œil j’ai créé une catégorie que j’ai nommée « assimilés » et que je considère donc comme prioritaire au même titre que les technologiques officielles.

Vision
A la base, mon portefeuille est fortement orienté vers les entreprises classiques (« boring predictable compagnies » comme dirait Peter Lynch) mais le monde change et les entreprises innovantes apportent souvent un surcroît de performance. Les gérants professionnels cherchent toujours à se faire mousser pour augmenter leur business et tout le monde invente de nouveaux concepts et créé de nouveaux noms. Ce n’est qu’avec plusieurs années de recul qu’on peut juger si tout cela fait sens.

Ecologie, Megatrends, Economie circulaire, Bio, Nouveaux matériaux, Digitalisation, Robotique, Intelligence artificielle, Lutte contre le réchauffement climatique, Innovation, Singularités… Peu importe les noms, il est clair que les enjeux actuels et futurs sont des thèmes d’investissement porteurs.

Pour simplifier le suivi de mon portefeuille et mes progrès, j’ai défini pour moi le terme de « vision » qui regroupe toutes les entreprises qui innovent dans les domaines ci-dessus et transforment notre futur, ainsi que les entreprises matures qui sont des profiteurs de l’évolution du monde.

Dans mon approche « vision » je fais donc un monitoring des sociétés industrielles qui ne tombent pas dans les catégories « technologie » ou « santé ». J’y inclus par exemple Albioma (électricité par biomasse), Encavis (électricité solaire et éolienne), Hannon Armstrong (Investissements verts) ou Digital Realty Trust (REIT dans les centres d’appels). J’y inclus aussi le vénérable Air Liquide, qui est leader dans la production d’hydrogène et à qui pourrait s’ouvrir un gigantesque nouveau marché si l’hydrogène-carburant devait se démocratiser comme le souhaitent les autorités.

En termes de stratégie, j’ai donc l’intention de privilégier les sociétés de type « vision » qui contribuent à transformer notre avenir et/ou qui répondent à des enjeux majeurs.

Voici donc les réflexions-cadre de ma stratégie 2025. Je compte développer progressivement mon portefeuille en privilégiant ces axes porteurs. La théorie est simple, mais la mise en pratique est compliquée, car tous les titres technologiques sont actuellement à des prix exorbitants et il y a un hype majeur sur tout ce qui touche à l’écologie. Par sûr que ce soient des bons points d’entrée. Je reste vigilent, mais attentif aux opportunités !

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1    #43 18/10/2020 11h09

Membre
Réputation :   23  

Bonjour Ankh,

Bravo pour la réorientation de votre portefeuille qui a été faite à votre rythme sans les préoccupations de la performance de très court terme.

Vos réflexions pour le futur sont bien entendu pertinentes sur le papier et vous êtes bien conscient des survalorisations extrêmes de certains sous-secteurs.

A titre personnel je reste cependant dubitatif sur le fait de générer un bon total return à long terme sur ces secteurs quand l’essentiel des investisseurs s’y positionnent. (Tout en essayant d’y prendre part aussi ce qui est un peu paradoxal).

Il ne faut bien évidemment pas être sorti de Saint-Cyr pour comprendre quels secteurs sont hypes et une fois l’effet momemtum passé quid du phénomène de retour à la moyenne pour ces boites avec un P/E largement au dessus de 100?

Ce que je sous-entends par là, c’est qu’une fois qu’une tendance ou une orientation devient populaire, y’a t’il encore un intérêt à prendre le train en marche dans une optique long terme ou B&H?

Ne vaut-il pas mieux se positionner sur des secteurs d’avenir mais un peu moins en surchauffe que l’IA, l’hydrogène, le Saas dans la santé etc..? 

J’ai encore en tête le graphique issu du livre de Robert Shiller "Irrational exhuberance" montrant que plus le CAPE (Cyclically Adjusted Price to Earnings) ratio est haut moins il y a de chances d’avoir une bonne performance dans les 10 années suivantes.

J’aimerais retrouver des archives de forums de la fin des années 90. Aujourd’hui on nous explique que cela n’a rien à voir, que tout est différent, que les boites gagnent de l’argent contrairement à il y a 20 ans..bon..ok..je suis rassuré l’investisseur de 2020 est bien plus malin que celui de 2000 ^^.

Nota: Il ne s’agit absolument pas d’un jugement de valeur. Je me demande juste si (et moi compris) ne sommes pas les victimes d’un biais moutonnier. Et comme l’Histoire avec un grand H aime bien se répéter..

Bien à vous,

Dernière modification par Selden (18/10/2020 11h15)

Hors ligne Hors ligne

 

#44 18/10/2020 19h42

Membre
Réputation :   30  

@Selden

Je suis tout à fait d’accord avec vous : actuellement il y une bulle spéculative sur certaines branches et une correction viendra tôt ou tard. A titre d’exemple, j’ai acheté début 2019 des actions de la société allemande Encavis, qui est une pure player dans l’électricité solaire et éolienne. Le investment case est parfait : tout le monde veut du renouvelable, les intérêts sont faibles donc on peut construire plein de nouveaux parcs, et cerise sur le gâteau, il n’y a pas d’anciennes installations au charbon ou au gaz à démanteler. Ma ligne s’est envolée de 204%, ce qui est super en moins de 2 ans et je conserve parce que les perspectives sont toujours excellentes.

Par contre, je n’achèterai pas le titre aujourd’hui au cours actuel. En ce sens je rejoins donc votre commentaire : il faut éviter de surpayer un titre, car la montée hyperbolique des cours ne durera pas éternellement.

Mais quand je parle de vision, j’entend pas là qu’on ne peut pas remplir un portefeuille uniquement avec des valeurs sûres et matures. C’est pas avec du Danone, Unilever ou Bouygues qu’on peut espérer faire de gros gains. Je pense que mon portefeuille est encore un peu mou sur les sociétés vraiment innovantes. Je ne compte pas me précipiter sur toutes les starts up fragiles qui produisent du vent et affichent des pertes comme Nikola ou McPhee (trop risqué), mais il me faut encore un peu de tonus. Actuellement tout est cher et je ne me précipite pas trop, mais j’espère que des fenêtres de tir s’ouvriront.

Votre portefeuille est un peu comme le mien, avec des lignes largement diversifiées sur toute sorte de sociétés. Je pense que c’est ce qu’il faut faire. Quitte à payer la qualité un peu plus cher. Mais pas à n’importe quel prix !

Actuellement les marchés sont à risque avec le retour de la pandémie, le retour des restrictions et confinements partiels et l’élection américaine dans 2 semaines. Il est tout à fait possible qu’une consolidation arrive et elle ouvrira peut-être des opportunités.

Hors ligne Hors ligne

 

Discussions similaires à "portefeuille d'actions d'ankh"

Pied de page des forums

Don Faites un don
Apprendre le bonheur