Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

Cette page est une synthèse de la discussion. Pour voir tous les messages et participer à la discussion, cliquez ici.

[+5]    #1 06/11/2012 22h48 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   728 

Avant de commencer, un mot de remerciement à IH pour avoir créé et alimenté un site et forum aussi fournis et précieux ainsi qu’à la dizaine de contributeurs très actifs aux opinions extrêmement riches

Philosophie d’investissement :

Tout d’abord, pas une seule action énergie ni secteur financier/assurance. Pour l’énergie, c’est parce que j’ai déjà des actions de 2 entreprises du secteur par mon ancien employeur et mon employeur actuel. Obtenues avec des abondements, ces actions ont bien performé et performent encore bien (mais sans abondements cela aurait été limite…). Pour l’absence d’actions du secteur assurance/financier, c’est que je ne le comprends pas et que je ne sais pas lire leurs résultats (non pas que je sois un spécialiste -loin de là- pour les sociétés classiques).

Pour vous donner un aperçu du patrimoine : j’ai grosso modo 20 000 € sur 2 lignes d’actions énergie (2 entreprises du CAC 40…) et 8 000 € sur un FCP actions françaises de ma banque. Au niveau liquidité : les PEL et autres livrets A sont (quasiment) tous au taquet ma femme et moi (pour l’un des deux PEL l’argent est dispo c’est pour cela que je parle de liquidités) soit plus de 150 k€ sans risques (risques nominaux mais en pouvoir d’achat c’est une autre histoire). Pas d’immobilier.

L’objectif : augmenter mon pouvoir d’achat donc battre l’inflation significativement sur une période d’au moins 5 ans (le minimum minimorum de détention du portefeuille que je vais constituer). Le but est d’investir environ 80 000 € en 1 an en actions européennes et nord-américaines (moins si les opportunités ne se présentent pas ou que je procrastine) sur un PEA et un CTO. Et de monter jusqu’à 120 000 € à horizon de 2 ans. Je vais viser 25 lignes à 3000 € minimum par ligne et 5000 € max (en tout cas pendant la constitution du portefeuille, les renforcements auront lieu ensuite) et commencer par mon PEA puis le CTO. Avec une bonne réserve d’argent en banque, je suis conscient des risques potentiels qui restent modérés (moins de la moitié du patrimoine en bourse).

Peu d’actions françaises, beaucoup d’européennes et des américaines / canadiennes et diversifiées en catégories bien sûr (excepté énergie et financier cf. ci-dessus). Au moins sur la 1ère année pleine, pas de marchés “exotiques” autres qu’Europe (au sens large) et USA/Canada. On verra fin 2013 si j’élargis l’horizon géographique. Je ne ferai pas de travail de calcul de corrélation/volatilité au début et tant que je ne suis pas arrivé à une dizaine de lignes (ce serait une bonne idée de le réaliser dès les 1èrs lignes mais je sais que je n’aurai pas le temps en plus d’un screening complet et puis la diversification tiendra lieu "d’anti-corrélation" naturelle tongue ).

Je vais surpondérer small et mid caps : 2/3 des lignes et 1/3 de big caps. Pour les big caps que du "blue chips à dividendes" (Coca Cola, VW etc.). Outre la diversification nécessaire qui sera fonction des secteurs manquants ou sous-représentés suite à ma pêche aux  small caps, mon critère sera assez simple pour les big caps : les "classiques" avec dividendes. (donc proche de IH ou des grands gérants de fonds américains)

Pour les 2/3 de small et mid caps, j’utiliserai une  définition (trop ?) stricte : market cap < 1 Mds € pour l’Europe et < 2 Mds$ pour USA. Surtout, mon 1er critère pour les small caps sera sans exception aucune : que du Piotroski > ou égal à  7 avec un œil sur la valeur nette aussi bien sûr mais sans quantification pour cette donnée. La solvabilité est quantifiée en revanche que du strictement supérieure à 40 % (donc des business qui tournent déjà). Le danger d’appréciation pour les small caps (et de faillite) est loin d’être nul  yikes 

Pourquoi une telle confiance dans la méthode de tri Piotroski ? (alors qu’il en existe bcp d’autres). Parce que je l’utilise en portefeuille virtuel depuis qqs années  et que j’ai notamment été très impressionné par son pouvoir prédictif dans un domaine que je connaissais pourtant extrêmement bien (mon métier, le solaire et l’énergie). A plusieurs reprises j’ai pensé que ce critère déconnait connaissant certaines boîtes allemandes solides et avec un bon marché (et antécédents de grosse rentabilité) mais en fait il a prédit bcp plus de choses que moi dans mon seul domaine de compétences… L’exemple archétypal que j’ai vécu en direct depuis 2008 est Centrotherm qui a rapporté bcp d’argent à une époque puis j’ai vu son score Piotro descendre continument et dangereusement (alors que j’avais tjs confiance en cette boîte typiquement allemande, emblématique même souabe et Mittelstand)… la suite a montré que Piotro me battait à plat de couture  hmm   

Je laisserai sur le forum 3 ou 4 noms systématiquement des entreprises entre lesquelles j’hésite avant de me lancer à l’achat. Je commencerai dès cette fin de semaine avec une fournée de quelques choix et hésitations.

Il faudra aussi sans aucun doute, dans une stratégie de diversification, que je prenne des foncières ou des SCPI mais d’une part je ne sais pas par quoi commencer sur ce sujet, et d’autre part “je ne le sens pas” dans les 5 prochaines années je vois plutôt une stagnation/baisse de l’immobilier. Toutefois, mon “ressenti” n’ayant que peu de validité par rapport à des études ayant prouvé l’intérêt de la diversification pour optimiser le couple “performance / volatilité”, je finirai par avoir des lignes de foncières ou acheter des SCPI à moyen terme. Là encore plutôt en 2014.

Merci d’avoir lu

P.S. : il est évident qu’à terme (après mes 1ères lignes dans qqs mois que je gère assez bien avec ma version perso et sous Open Office de tableur) j’aurais besoin de xlsValorisation qui me semble superbement bien fait, et sera mieux que ce que je n’aurai jamais le temps de réaliser/brioler, mais… je suis sur Mac et les macros s’exportent mal voire très mal si elles sont complexes. Pour l’instant je ne compte pas acheter Microsoft Office pour Mac, on verra dans qqs mois lorsque mon bricolage ne suffira sans doute plus…

Mots-clés : diversification, piotroski, small caps


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

[+3]    #2 29/09/2013 00h43 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   728 

Mise à jour du portif, cela faisait un certain temps.

Tout d’abord les achats :
* comme dit sur la file dédiée, j’ai constitué dernièrement une ligne Microsoft en plusieurs cartouches. Thèse d’investissement : somme des parties significativement supérieure à la capitalisation boursière, titre mal-aimé donc décoté (selon moi), Piotro de 6, FCF yield supérieur à 10 % depuis plusieurs années (!), belles annonces de retours à l’actionnaire dernièrement et surtout peu risqué car rente pérenne et très solide dans plusieurs domaines (synergies entre les logiciels et coûts de changements rédhibitoires). Les mauvais points : marge opérationnelle en baisse sur l’année fiscale 2013, historique d’allocation d’actifs et de rachats pas fameuse (mais c’est aussi l’une des raisons de la décote, et je pense qu’elle est moins vraie et donc m’offre une opportunité d’achat). Mon PRU en $ est de 32.2 $ et ma valo de 44.2 $ soit une marge de sécurité de (seulement) 37 %. Pour rappel, dans ma processus d’investissement je cherche toujours une marge de sécu d’au moins 50 % (small caps, situations spéciales, etc.) sauf justement pour les blue chips. Je renforcerai autour de ces valeurs (et/ou une nouvelle envolée de l’euro).

* achat de Novo Nordisk qui était dans ma watchlist (cf. post précédents) pour la qualité de son portif brevet extrêmement costaud et son business d’un marché en forte croissance au sein du domaine de la santé : le diabète. Piotro de 8 impressionnant aussi et marge opérationnelle de 37 % et au dessus des 30 % depuis plusieurs années et en plus zéro dette ! Seul (gros) hic : marge de sécurité de 11 % seulement sad mais rentrer dans le domaine de la santé est à ce prix. Cela étant, ça m’a fait réfléchir sur l’allocation sectorielle. Je pense que l’allocation sectorielle est une excellente chose et qu’il faut au moins avoir plusieurs segments dans les 10 ou 11 types (tout dépend comment on compte) mais je suis en train d’abandonner de vouloir absolument tous les domaines et encore plus de les équi-pondérer car ça me ferait faire trop de sacrifices sur la marge de sécurité. Sur la santé par exemple, je pense que je ne prendrai qu’une autre valeur au maximum (donc je resterai tjs sous-pondéré) et de plus en plus ne pas acheter d’autres valeurs de conso ou de télécoms car je ne trouve rien (sauf si bien sûr je trouve le Graal d’une boite du domaine de conso de base ou télécoms avec une grosse marge de sécu !)

Les mises sous surveillances : On notera que je n’ai encore jamais vendu sauf Oeno suite à l’OPA annoncée mais cela me titille maintenant pour :
* Jacquet Metal car ma valorisation a été dépassée d’environ 10 %. Cela reste des niveaux acceptables mais cela signifie tout de même que je suis en territoire "marge négative" selon mes calculs bien sûr. D’autant que les derniers résultats n’étaient pas faramineux. Je sais bien que la bourse anticipe et là elle anticipe une reprise assez forte pour ce genre de boîte cyclique (cf. l’envolée lyrique des dernières semaines) mais des résultats plus mauvais qu’attendus feraient vite redégonfler la baudruche. Actuellement j’ai une belle PV et je suis légèrement au-dessus de ma valo. Or, toute la force de l’investissement value est de s’en tenir à ses valorisations et à ne pas pronostiquer. Disons que j’attends encore un peu mais je suis en mode "presque à vendre" sauf analyse(s) divergente(s). Mais j’ai du mal à vendre…

Les tops des derniers mois :
Jacquet Metal, BESI, Picanol (qui a encore de la marge), les foncières cotées allemandes, AIG, ABC arbitrage qui s’est redressé (et a annoncé un dividende constant même si la pay-out ratio devient dangereusement élevant)
Les flops des derniers mois :
Coach qui a bien baissé, Barco (mais je l’ai vu comme une belle opportunité de renforcement), CYS quoique un beau dernier mois a permis de remettre un peu de baume au cœur.

Et sinon renforcement de Barco. Renforcement car ma thèse (exposée plusieurs fois) n’a pas changé et que la valeur présente toujours une marge de sécurité bien supérieure à 50 %. J’essaie de ne pas tomber dans l’excès de confiance mais quand je relis mes analyses, les ratios, leurs brevets, ça ressemble tout à fait à ce que je pensais de BESI, Jacquet Metal, Picanol ou Xeikon toutes ses valeurs qui ont depuis eu les faveurs de Mr. Market et qui s’approchent (ou ont dépassé !) mes valorisations. Je ne sais pas combien de temps cela prendra pour Barco mais cela arrivera je pense. En tout cas je reste positif sur Barco même si je suis encore très près de mon PRU et que la catalyse n’a pas commencé.
Je tiens à jour les dividendes mais ça tombe de plus en plus entre TOTAL, MSFT et AIG qui augmentent leurs dividendes.

Tout cela nous donne depuis mi-décembre 2012, un portif qui s’en tire bien malgré CYS smile : +22.8 % brut (pour se comparer aux indices) et 19.0 % net net avec dividendes (net de tout donc pour savoir ce que je gagne réellement). Pour comparaison à ce 22.8 % brut depuis 9 mois et demi, le CAC40 GR a fait : 21.2 %, la moyenne des fonds Small Cap Europe DR : 20.0 % et le S&P 500 en USD : 19.9 % (la baisse de l’euro ne nous avantage pas bien sûr). Oui chers forumeurs, pour la première fois et malgré CYS je fais mieux que mes 3 indices de référence big_smile pourvu que ça dure… Concernant les PV en monnaies sonnantes et trébuchantes, on atteint plusieurs salaires mensuels depuis que je me suis remis à investir, ça devient non-négligeable (mais qu’un début pour atteindre l’objectif de vrai complément de salaire et de "garantie de liberté").

Dans le détail et avec les ventes (enfin la vente Oeneo mais je mettrai désormais toujours dans le tableau récapitulatif aussi les ventes passées) :
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/2907_re769sume769_portif.png
et pour les répartitions :
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/2907_alloc_secteur_1.png
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/2907_alloc_monnaie_1.png

Et demain quelques réflexions ainsi que les cibles en cours (ne serait-ce que pour recueillir des avis éclairer sur mes cibles actuelles).


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

[+5]    #3 09/08/2014 23h23 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   728 

J’aurais pu être rentier, vraiment, mais je ne le serai pas.

First things first. Annonçons dans la joie et l’allégresse : je suis papa big_smile big_smile. Le bonheur est immense, intense, ineffable et je ne m’étendrai pas en platitudes. Je relèverai tout de même que si l’on gagne 100 points de bonheur, on perd 10 points de "QI" (ce qui a un rapport avec la suite de cette note). Plusieurs mois ont déjà passé et ce fut la presse, la bousculade et le stress pour de nombreuses raisons (dont un petit souci de santé pas grave mais pas anodin non plus où j’ai pu mesurer le dévouement des équipes en pédiatrie notamment celles en 3x8 qui pourtant ne font pas la grève comme les machinistes alors qu’elles sont moins payées qu’à la SNCF…). Depuis les choses se sont (légèrement) calmées… mais un enfant ça change la vie ! Concernant la suite de cette note, soyons clairs : c’est absolument fantastique et la suite est plutôt humoristico-réaliste et ne contient pas une once de regret (c’est même plutôt l’une des rares choses, la paternité, qui donne du sens à la vie alors…). Il s’agit surtout d’un prétexte à écrire et partager un avis ainsi que de comparer avec les gentlemen du forum qui seraient dans les mêmes situations.

J’aurais pu être rentier donc mais je ne le serai pas à cause / grâce à ma paternité. Avant the événement, je pensais que nous serions rentiers avec ma femme dans 7 ou 8 ans. Et je suis plutôt conservateur dans mes projections. J’avais modélisé les intérêts composés, les augmentations de salaires (de façon conservatrice), les dépenses (avec de la marge), etc. Mais ce ne sera pas le cas. Il y a un triple mouvement dont j’avais sous-estimé grandement l’intensité.

Tout d’abord, on dépense énormément, alors oui vraiment beaucoup ! Le monde de la petit enfance qui m’était inconnu est plein de joies mais aussi de… dépenses et de prodigalité. Pire, on devient un mauvais consommateur. Je m’enorgueillissais de ne pas me faire enfumer par le marketing ravageur et de suivre à la lettre mon "éthique de la frugalité" (©PoliticalAnimal)… tu parles. Avec le recul de plusieurs mois maintenant, le bilan est catastrophique : achat dans l’urgence sans comparer les prix, double voire triple achats par peur de manquer (et/ou manque de communication) et le pire péché… succomber à une élasticité-prix positive ! Typique des addictes de la mode ou du luxe : on achète plus facilement ce qui est plus cher et on est attiré par le plus cher comme le phototrope et stupide moustique par les lumières estivales (le summum de l’élasticité-prix positive fut mon achat de poussette). Enfin bien sûr, on se sent vite à l’étroit et, nous allons en effet déménager donc très bientôt… augmentation du loyer…

Ensuite, l’on a moins de temps et moins d’énergie pour travailler. Vraiment. J’ai par exemple eu une belle augmentation l’année dernière. Et je comprendrais tout à fait (voire je peux prédire) que ce ne sera pas le cas cette année. Idem pour ma femme et sans doute pour les quelques prochaines années. Donc en moyenne un peu moins d’argent qui rentre.

Enfin et surtout, ai-je mentionné que l’on avait… vraiment vraiment moins de temps et d’énergie et… de cerveau disponible ? On a alors moins de temps pour… investir et se former ! En fait, on n’a plus de temps du tout (en tout cas moi, je ne sais pas pour les autres). Justement au moment où le cercle vertueux du "petit niveau en finances" pouvait permettre de passer à l’étape supérieure. Pour l’instant je suis plutôt dans le cercle vicieux du je ne comprends plus grand chose et je perds les bases (c’est un peu comme les langues : pas si compliqué finalement lorsqu’on pratique mais qu’est-ce qu’on oublie vite !) et du je n’ai pas alimenté mes portifs depuis plusieurs mois ce qui n’est vraiment pas une bonne tendance pour devenir rentier.

Dès lors, ce triple mouvement de : 1) plus de dépenses, 2) moins d’argent et surtout 3) moins de temps et d’énergie pour investir et se former ne me semble pas me mener à la possibilité d’être rentier.

Je note d’ailleurs que les heureux rentiers juste avant d’être parents évitent deux des dépenses les plus massives : la garde d’enfant (ça peut douiller…) et la guerre du logement bien placé à la fois pour ne pas être trop loin du taf et être pratique pour les enfants (il y a plein de coins en France très sympas, pas trop paumés, avec services de santé et écoles pas loin mais dont le bassin d’emploi est moribond). Ils évitent aussi l’un de écueils principaux : ne plus avoir de temps pour investir et se former (à mon sens impossible de faire : paternité / travail de cadre / passion pour l’investissement mais si on enlève travail de cadre, gérer un duopole paternité / passion est tout à fait possible). Certains gentlement me diront peut-être que ça se tassera. Je n’en sais rien puisque j’avais largement sous-estimé le tsunami (bon en plus je suis un papa gâteau hein cool).

Enfin bon tout ce baratin résumer selon moi la règle ultime pour devenir rentier : ne pas se reproduire tongue. Du coup, l’ancienne 1ère règle devient la 2ème : always do your homework. (je note qu’être en couple est en revanche une bonne chose).

Adieu aussi à moyen terme en tout cas, tout paiement de formations / lettres  / club (livres de IH, le Club de l’IF, daubasses) auxquels j’avais de plus en plus envie de m’abonner avant the événement. Comme je n’ai même pas le temps d’approfondir  les cibles qui restent encore dans ma maigre escarcelle (et beaucoup moins d’argent à investir), ce serait -en tout cas pour une certaine durée- non rentable.

Sinon je n’ai vraiment lu que d’un œil et en diagonale le forum depuis qqs jours  (oui ça fait beaucoup). Je rattrape. Je reste époustouflé par la croissance et la maturité du site et de ses acteurs avec de nombreuses actions. A tout seigneur, tout honneur, notre hôte devenu… rentier ! Bravo. Beaucoup de foncières il semble mais pourquoi pas ? Des arnaques découvertes très tôt par le site se sont révélées être… ce qu’elles étaient consubstantiellement soit des arnaques (Power Cloud), encore bravo ! Des actions auprès de l’AMF sont menées (Orchestra Premaman… du peu que j’ai suivi ça semble dans l’impasse malheureusement mais c’est comme frappé à une porte trois fois), d’autres empapaoutages ont été dénoncés (©Bifidus), le site de l’investisseur français créé (très beau design enfin ! pour le contenu je n’en sais rien pas vraiment eu le temps de lire en détails eh oui… j’aime le nom ! et pourtant je suis très peu suspect de patriotisme).

Je me donne qqs jours pour faire un point sur mon portif sur cette file… à part quelques achats en février dont je n’avais pas parlé ben justement il ne s’est rien passé (du vrai buy&hold !), parfois je n’ai même pas regardé mon portif pendant plusieurs semaines c’est dire. J’ai plein de google alerts et de message corporate de résultats à lire. Maintenant que j’ai (un tout petit peu) de temps, je vais m’y atteler dans cette semaine d’août moins sur-bookée. Je listerai aussi mes prochaines cibles puisque j’ai beaucoup moins d’énergie et de temps de cerveau disponible pour réaliser des choix… qqs conseils des forumeurs ne seront pas refusés wink ou alors je volerai sans vergogne ce cher Champi (©Wawawoum), ce primate a sans doute un cerveau plus frais que le mien actuellement !


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

[+6]    #4 03/01/2016 00h16 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   728 

Épisode 2. Les valorisations.

L’exercice des valorisations n’est jamais simple mais doit être réalisé et je me propose de vous les résumer. Grosso merdo, je calcule une moyenne géométrique d’une valorisation par les flux et d’une valorisation par les bilans. J’applique toujours la même sauce et je fais classiquement 3 scénarios (scenarii est considéré, par la plupart des grammairiens, comme pédantesque wink car, à raison, ils expliquent que dans ce cas nous devrions appliquer les règles de pluriel de chaque langue étrangère et pas uniquement du latin/italien).

Étant donné que l’Investisseur Français a révélé l’une de mes lignes cachées au grand public, je peux la dévoiler (il s’agit d’Étam). Je donne un ordre de grandeur partant de conservateur à raisonnablement optimiste soit :

- AIG : 75 $ à 90 $
- ALSTRIA : 12.5 € (mais c’est une foncière je suis content des dividendes)
- Berkshire Hathaway : au moins 170 $
- BESI : 22 € à 28 € (sans doute l’une des mes plus analyses/trouvailles depuis 2012, et même pendant la baisse, j’ai rechargé, à raison puisque le cours s’est repris car les mauvaises nouvelles étaient moins mauvaises que la chute très rapide d’une entreprise déjà dévalorisée par Mr. Market).  L’une des mes plus belles lignes en % en en valeur absolue  (gros pourcentage du portif car j’ai confiance en mon analyse). Aaah si en 2015, je m’étais contenté des small caps que je comprenais, comme mon rendement serait différent…
- COACH : 22 € à 27 € (oui pas très folichon comme perspective et marge de sécurité. En 2016, il faudra que je prenne une décision à propos de Coach…)
- ETAM : 57 € à 65 €
- GSK. J’en sais rien mais je m’en fous car ce que je sais et que j’ai analysé : les (bons) dividendes sont pérennes, solides et bien couverts. Dividendes d’une UK dans un PEA c’est fiscalement sympathique. Plus j’avance dans l’investissement, plus je pense que l’optimisation de la fiscalité, si elle ne sacrifie pas la diversité géographique, reste essentielle.
- INTEL : 32 $ à 38 $. Contrairement à Coach, même si on est près de l’estimation, je pense que la moat d’Intel est tellement grande que, lorsqu’on a pu l’acheter à bas prix comme moi il y a 3 ans, c’est à conserver en fond de portif.
- Lands End : 25 $ à 35 $. Des décisions à prendre mais les 2 ans "fiscaux" jouent beaucoup je dois avouer et "m’empêche" de faire ce qui serait logique : liquider et utiliser l’argent ailleurs.
- Maurel Prom : j’en sais rien et qu’est-ce que ça m’emmerde cette histoire ! Que suis-je allé foutre dans cette galère par mon inaction…
- PICANOL : 53 € à 61 € toujours aussi solide cette boîte, pas sympa avec Tessanderlo mais je pense que c’est une bonne chose pour Picanol. J’ai nettement augmenté ma valorisation cette semaine lors de la mise à jour des valos. Or le cours a un peu baissé (proche du double-bagger pour moi malgré la baisse) donc la marge de sécurité reste très bonne. En fait, je me tâte pour rependre du Picanol malgré un +165 % en 3 ans !
- SEARS et galaxie Sears… tout un poème. Je réserve un post dessus et puis tant a été dit. Pas de valo en l’espèce mais quelques commentaires pour plus tard.
- Toyota Caetano : 1.7 € à 2 €
- Villeroy and Boch : 15 € à 17 €
- WM Morrison : j’en sais rien et c’est un autre problème…

Dernière modification par PoliticalAnimal (03/01/2016 00h21)


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

[+10]    #5 01/08/2016 15h12 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   728 

Il est temps de se remettre au reporting ! Les vacances sont (en partie) faites pour ça. Tous les rendements s’entendent en valeur de part (brut et dividendes compris). Brut, c’est important pour se comparer. Bien sûr en net, cela varie énormément (entre des boîtes néerlandaises en PEA avec grosses PV et gros dividendes et une américaine en CTO avec des OST complexes souvent mal réalisées par les brokers -et donc où l’on gagne moins d’argent que prévu- il y a souvent un gouffre pour les espèces sonnantes et trébuchantes dans ma besace…).

Pas mal de bonnes nouvelles, je suis assez content, en 2016, ça pétille un peu plus. Contrairement à 2015 où j’étais en "sous-performance" (avec tous les guillemets d’usage pour ces comparaisons qui ont de nombreuses limites), je rattrape une partie du terrain. Faut dire qu’excepté le boulet SHLD, il y a eu un bel alignement des planètes pour certaines de mes grosses lignes historiquement en perte comme COACH ou Maurel & Prom. Soit à fin juillet 2016 :
- YTD : +6,5 % versus CAC40 GR -1 % et S&P500 +6,3 %
- depuis les débuts (déc. 2012) : +47,6 % soit 11,2 % annualisé vs CAC40 GR 42,6 % (10,2 % annualisé) et S&P500 53,5 % (12,4 % annualisé)
Je rattrape le retard donc et me situe dans un entre-deux déjà plus sympathique.

Les autres points dont je suis assez fier : à quelques exceptions près, mon style d’investissement change peu voire se consolide (décoté rentable et biais small caps, industrie et techno que je comprends mieux, etc.), j’ai enfin suivi ma méthode pour me ventes (se fixer une valorisation et ne pas croire que les arbres montent au firmament) et je commence à trouver un rapport temps/investissement adéquat (j’ai affiné mes screeners quantitatifs puis survole les rapports annuels mais je ne les lis plus intégralement pas le temps, pas forcément si utile. Je les ouvre et cherche une dizaine de points critiques : comment sont comptabilisés les frais de R&D, types de parts variables des directeurs, ton "bullshit" ou neutre de la lettre aux actionnaires, etc.). Je ne recommencerai pas mon laïus sur la vie de père de famille qui diminue très fortement le temps et l’énergie d’avant l’arrivée du petit bout mais cet aspect "temps/argent pas trop bêtement investi" est devenu pour moi un ratio clé et certains n’auront sans doute pas ce souci et pourront étudier plus les valeurs. Dans mon cas, lire intégralement un RA n’a plus d’utilité même si je l’ai beaucoup fait en 2013, 2014.

Il serait tentant de réaliser le calcul sans la galaxie Sears Holding (ah ! le fameux argument des spin-offs… sauf qu’avec les gadins de Lands End et de Sears Canada, c’est pire avec les spin-offs même en comptant des droits SRG bradés…) et le résultat serait en effet une belle sur-performance et non pas "comme le marché". Toutefois, cela n’a aucun sens : lorsqu’on retire sa pire ligne (ou univers de lignes), forcément c’est bien mieux ! Il serait encore plus tentant de ne regarder que le PEA. En effet, le PEA a (assez largement) franchi la barre des 6 chiffres pour une mise de départ avoisinant les 40 k€ soit bien plus que 100% en 3 ans et demi… Il va sans dire que la performance sur CTO n’est donc pas jo-jo. Mais pour encore quelques années, j’ai besoin de dollars car je soutiens un projet aux États-Unis et je préfère ne pas être tributaire du change. Je pourrais bien entendu prendre uniquement des dollars, ce que j’ai fait aussi mais ça me faisait rager de voir cet argent dormir… il s’avère jusqu’à maintenant qu’une hibernation aurait été plus profitable hmm (note : ce beau projet est a priori surtout consommateur de cash et peut-être un jour miracle…). Une fois que ce sera fini, je ne suis pas du tout certain de conserver une telle allocation en USD : tellement de complications et manifestement je ne suis pas très bon pour choisir des boîtes non européennes.

Enfin je suis très content de ma nouvelle manière de rentrer sur une valeur : 1) j’ai abandonné l’idée d’un nombre de lignes maximales et j’ai de nouveau dépassé la vingtaine (ça n’a jamais été mon genre et de plus toute la littérature scientifique montre que la concentration est très risquée, je ne vois pas pourquoi je serais meilleur que la moyenne des investisseurs), 2) je me suis fixé une règle simple pour le sizing de mes lignes. C’est donc en fonction de mon salaire net (en comptant le 13ème mois mais sans participation/intéressements/part variable). J’avais des lignes avec toute sorte de montants (de départ) plus ou moins au pifomètre. Maintenant j’ai défini 4 cas uniquement et je m’y tiens. Le plus courant : 2 salaires nets lorsque je suis assez confiant, 1 salaire lorsque spéculatif et/ou passé très peu de temps à étudier, 3 salaires lorsque confiant ou blue chip, 4 salaires si très confiant. Jamais plus sur une ligne. En tout cas, psychologiquement je ne peux pas donc ça sert à rien de se forcer car dans ces cas là on vend au pire moment.

L’allocation actuelle des porte-feuilles a cette tête là :
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/2907_2016_allocation_portifs_ok.png

J’ai continué à lire quelques publis scientifiques aussi (ça me parle beaucoup plus qu’un rapport annuel, on ne se refait pas !) dont la classique : http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1 … 806.x/full. En tant que petit porteur, ne pas se charger en small caps est quasiment un crime ! Et penser que l’on analyse mieux une big cap que le marché est proche de l’hubris et en général les Érinyes se chargent de nous le rappeler et de nous punir sad Je ne dis pas qu’il ne faut pas un peu de big caps pour équilibrer son portif ou avoir du bon papa de la smala en portif mais penser faire des affaires, c’est autre chose !

Comme je n’ai pas réalisé de mise à jour depuis un bail, forcément il y a beaucoup de mouvements. Et c’est vrai que ce printemps j’ai été de nouveau actif en lecture / choix donc de nombreux points à blablater, même si je ne pourrais pas détailler autant que je voudrais mes ventes ou achats sinon ce post serait trop long et illisible !

VENTES ou ALLÈGEMENTS

- BESI : intégralement vendu ! Rendement : +310 % smile. Cette fois, je ne suis pas tombé dans le piège (cf. plus haut lorsque j’ai laissé passer une fenêtre de tir alors que le titre était au-dessus de ma valorisation). Sans doute l’investissement dont je suis le plus fier : trouvé tout seul comme un grand, longuement analysé, dans mon cercle de compétences et dans mon style (décoté rentable) et surtout tout s’est déroulé comme je l’avais prévu (si, si, relisez ma file wink). Équipementier pour la micro-électronique et les circuits imprimés très rentable et très décoté en 2013, 2014. À chaque (très) bons résultats opérationnels, le cours montait mais en fait la décote continuait à augmenter ! J’en ai d’ailleurs repris plusieurs fois même avec des PRU à +100% (le rendement sur mes 1ers achats est autour de +450%). Pourquoi finalement la décote s’est résorbée selon moi ? Deux facteurs concomitants : plusieurs (très) grosses augmentations de dividendes (qui ont attiré des zinzins et/ou des PP aimant les dividendes) et market cap qui a approché puis dépassé le milliard d’euros. Je n’ai pas trouvé d’étude sur cet ordre de grandeur mais j’ai noté plusieurs fois que les décotes se résorbaient très vite lorsqu’on atteignait le milliard. Je n’exclus pas de revenir sur le titre mais pour l’instant BESI est actuellement mieux valorisé même que certains équipementiers américains (ce qui est très rare dans ce sens). Dans les comparables, Kulicke and Soffa était un peu décoté au printemps mais pas assez à mon goût et depuis le titre a pris 15 %.

- ETAM . Rendement : +42%. Galéré à tout vendre tellement la liquidité est faible. Double raison : je ne vois plus de catalyseurs et j’étais dans l’incertitude quant à la fin du pacte d’actionnaires (23 juillet 2016) entre les Milchior et les Tarica donc je voulais avoir tout vendu avant.

- Sears Canada : tout vendu, ligne devenue ridicule et pas le temps d’étudier s’il y avait la moindre chance de résurrection. Rendement : -65 %. La valeur a encore significativement baissé depuis ma vente. Content d’avoir eu le courage d’arrêter les frais et de ne pas espérer la lune.

- Coach. J’ai crapoussiné sans vergogne sur la valeur avec un +10 % en 3 ans soit à peu près comme un PEL annualisé. Tout ça pour ça ! Mon analyse n’était pas stupide (j’eus connu le monde de la mode) et j’avais d’ailleurs écrit dans ma file que l’embauche de Stuart Vevers était une très bonne nouvelle et un catalyseur typique donc preuve à l’appui wink mais je n’ai pas osé renforcer malgré de nombreuses hésitations. Résultat je n’ai pas profité de la grosse hausse et dès lors juste joué le petit porteur typique qui attend impatiemment son retour au PRU… un peu ridicule mais heureusement je fais ça de moins en moins.

- Et puis de nombreux allègements sur : Picanol, Toyota Caetano, TOTAL. Picanol je suis revenu à une exposition à "3 salaires nets" avec un bel allègement au plus haut (ça peut arriver après ETAM vendu au quasi plus bas). Allègement de Picanol tout de même car le marché a dépassé ma valorisation de plus de 15%, fallait agir un peu ! Mais pas vente de la ligne pour une raison simple : je ne pense pas que Picanol (contrairement à BESI) soit aussi exposé à la concurrence, je pense qu’ils ont même une petite moat. En fait par rapport à il y a 10 ans, ils ont moins de concurrents ! Les japonais sont moins en forme et tous les autres n’ont pas réussi à suivre la cadence de l’amélioration technologique en continu des métiers à tisser. Ce n’est pas Coca Cola et pourtant je vois Picanol comme du B&H parce que nous sommes dans une situation nouvelle d’oligopole. Alors oui, l’aspect cyclique existera toujours dans les métiers à tisser mais il est largement compensé par des marges et une part de marché plus importantes qu’il y a 10 ans. Et puis il y a Tessenderlo, ça amortit aussi (reste à savoir si les cycles ne seront pas synchrones…). Sur l’allègement, j’ai tout de même fait quasiment +300% (+291%).
Toyota Caetano : l’allègement est surtout pour des raisons administratives, la double taxation des dividendes me saoule (j’ai allégé avant le dividende à 1,3 € en moyenne) et pour l’instant je n’ai pas réussi à obtenir gain de cause. Si c’est finalement le cas, je renforcerai à nouveau Toyota Caetano sans hésiter. TOTAL : grosse ligne historique qui a été très fortement allégée.

ACHATS

Une flopée d’achat, en très grande majorité des small caps et souvent des small caps décotées rentables et peu endettées.

- Agfa : décoté rentable typique, j’aurais voulu en prendre plus mais elle a "flambé" et la marge de sécurité n’était plus suffisante pour moi. Ça crache du cash, ce n’est quasiment pas endetté, quasiment toutes les activités sont en redressement alors que Mr. Market avait enterré la boîte, j’adore ! Très déçu par la hausse depuis mai car je voulais charger plus.

- PSB Industries : idem décoté rentable typique. Pour une fois j’aime bien les acquisitions réalisées dernièrement. Un petit aspect spéculatif en sus : il y a une forte activité M&A dans le packaging au niveau mondial (deal Rexam / Ball Corporation, petite acquisition par MacFarlane, etc.), ça consolide sec. 

- Laurent Perrier et encore une small cap ! En revanche, exception à la règle : elle n’est pas décotée à mon sens. Je l’ai achetée grâce au Brexit légèrement au-dessous de ce que j’estime sa valorisation mais j’ai dérogé à ma règle car une moat aussi magnifique que le champagne (AOC, territoire limité et petit, etc.) légèrement en dessous de sa valeur, je ne crache pas dessus !

- Cofidur j’ai profité d’une baisse. C’est vrai que l’on a l’impression que les catalyseurs ne se déclencheront jamais (suffit de lire l’historique de la société et de son parcours boursier depuis 2 ans) mais en attendant c’est typiquement du décoté rentable que j’aime avec un dividende largement couvert pour attendre.

- Linedata : que l’on ne présente plus. Acheté légèrement en dessous de 30 €. Je me tâte pour vendre.

- Vianini Industria : re-re-re small cap mais entre décoté rentable et deep value. Il y a une OST en cours malheureusement uniquement énoncée en italien et je ne suis pas sûr d’avoir bien compris. En tout cas je ne vends pas à ce prix !

- Deux valeurs IF : deux small caps aussi. J’aurais bien mis les liens mais je ne suis plus abonné. IF1 : une française qui était déjà dans mes screeners mais je n’avais pas franchi le cap et par respect pour le travail d’Étienne, je ne la nommerai pas (on la trouve sur IH). Et IF2 une autre small cap mais  américaine et que je n’aurais jamais trouvée. De la belle ouvrage et des belles analyses pour ces valeurs : le genre d’entreprises sur lesquelles nous devrions tous nous concentrer (small caps, situation spéciale etc.). A priori IF2 n’a rien à voir avec SHLD à commencer par : l’aspect small cap qui éloigne les zinzins (et peut donc justifier une décote et non pas une erreur d’analyse) et la quantité de cash dans les comptes !

- Financière de l’Odet : que notre cher Jeremy suit depuis longtemps. J’aime l’exposition à l’Afrique, j’aime la complexité de la structure qui embrouille le PP, j’aime la décote. J’aime moins la TTF (argh quand même !), j’aime beaucoup moins les solutions batteries / EV qui perdent un fric fou et où la concurrence va être (très) rude les prochaines années…

- Bank of America : j’aime toutes les bonnes nouvelles qui n’ont pourtant pas fait bouger le titre donc je suis rentré. Il y a un risque bien sûr de lent effondrement des business models traditionnels des banques couplés à une remontée hypothétique des taux couplée à un bilan très complexe… mais quand BAC ne montait même pas malgré de brillants résultats aux stress-tests (et toutes les banques n’ont pas eu de bonnes "notes" à ces tests : à commencer par BAC l’année dernière ou Deutsche Post, Santander qui se sont fait ramasser…). En plus de "rassurer", ces stress-tests permettent à BAC d’augmenter son dividende de 50% et d’annoncer de possibles buyback correspondant à… 3,7 % de la market cap ! Je n’ai pas résisté…

- Seritage Growth : je n’ai pas exercé mes droits à l’époque (pas assez de cash sur le CTO). J’ai décidé "d’hedger" Sears Holding, pour l’instant ça m’a plutôt bien réussi. Déjà +12% (dividendes compris bien sûr).

J’ai aussi étudié de nombreuses valeurs (bon quand je dis étudier ça va de 10 minutes à une journée entière passée sur la même valeur) dont j’entendais parler sur les forums ou sorties de mes lectures / screeners mais je les ai trouvées en général surcotées (ou très peu décotées) comme : Bonduelle, Jacques Bogart, Alès Group, Marie-Brizard, Sword, Neurones, Accell, Britvic, AG Barr, Tipiak, Fromageries Bel, Fleury Michon, etc. etc. Elles sont donc sorties de mes listes "à voir". Mais j’en ai encore beaucoup à étudier.

En résumé, cela donne (les PRU n’ont que peu d’intérêt) :
valeur / pondération / valorisation pas trop pifométrique
- AGFA / 1 salaire net / 3,8 € - 4,4 € (j’aurais voulu en prendre plus)
- AIG / 2 salaires / 70 $ - 85 $
- Alstria / 2 salaires / 13 €
- Bank of America / 3 salaires / 20 $ - 25 $ (et un dividende en augmentation…)
- Berkshire Hathaway / 3 salaires / 170 $ - 180 $
- Cofidur / 2 salaires / 3 € - 3,15 €
- Financière de l’Odet / 2 salaires / minimum 1 500 € (oui ! oui !)
- GSK / 1 salaire / ~12 £ mais… je conserve pour le dividende pérenne
- IF1 / 2 salaires / x €
- IF2 / 3 salaires / x $
- Intel / 3 salaires / 32 $ - 36 $
- Lands End / 1 salaire / 15 $ - 18 $
- Laurent Perrier / 1 salaire / 70 € - 75 €
- Linedata / 1 salaire / 48 € - 50 €
- Maurel Prom / 1 salaire / je ne sais pas, pas le temps de valoriser (historique de l’OPA, j’avais une valo pour MPI, je n’en ai pas pour MAU)
- Picanol / 3 salaires / ~60 €
- PSB Industries / 2 salaires / 65 € - 75 €
- Sears Holding / 3 salaires / si vous savez, envoyez-moi un MP svp smile
- Seritage Growth Properties / 2 salaires
- Toyota Caetano / 1 salaire / ~1,7 €
- Vianini / 1 salaire / 2,2 € - 3 €
- Villeroy & Boch / 1 salaire / 15 €
- WM Morrison / 1 salaire / ~ 2,2 £


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

[+4]    #6 05/10/2016 19h41 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   728 

M.erci Jef56 même si je cherche surtout des valeurs PEA dernièrement puisque j’ai des liquidités représentant environ 10% des 2 PEA du couple.

Bon ben voilà ça c’est fait : j’ai vendu toutes les SHLD qui me restaient ce soir profitant d’une (toute relative) flambée. Environ 50 % de plumes perdues… (et pire si je compte les spin-offs… argument qui me fait toujours sourire car c’est maintenant bien pire pour celui qui aurait gardé Sears Canada ou Lands’ End).

Je n’exclus pas de revenir sur le titre mais si recovery il y a, on a le temps de la voir venir… Pas grand-chose à ajouter sur les tonnes d’encre déjà versées sur IH ou (encore plus) sur Corner of Berkshire : dossier très complexe qui, même s’il arrive à terme, n’aurait dû être réservé qu’à des investisseurs très aguerris car ils requièrent d’être à la fois : 1) capable de comprendre un dossier extrêmement complexe, 2) capable de gérer une extrême volatilité et 3) d’avoir suffisamment de cash libre pour remettre au pot de temps en temps (because SRG, because on veut recharger, etc.). Et imho ça représente un très faible pourcentage d’investisseurs français… On est loin de la beauté d’une small cap en PEA pour laquelle le petit porteur a naturellement des avantages : prendre la prime d’illiquidité (illiquidité toute relative quand on place qqs dizaines de milliers d’euros) et des avantages fiscaux non négligeables.

Mais je ne peux m’en prendre qu’à moi-même d’autant que la thèse a toujours été que ça prendrait du temps donc aucune raison de se précipiter. Et cette recovery est de moins en moins certaine vu que le cash bleed est bien supérieur à ce qui était pensé (et plus long) et les "pépites" dans SHLD sont de moins en moins nombreuses… Et même si elle arrive disons mi-2017 (oui je sais, c’est fou), ça fait des retours annualisés finalement faibles : je me suis amusé juste avant ma vente (et j’avoue que je l’ai aussi fait pour d’autres forumeurs, d’après les infos publiques, sur les différents blogs ou IH ou IF quand j’étais abonné), à prendre les PRUs et surtout la durée moyenne de détention. Pour moi en tout cas (et j’ai trouvé bien pire, disons que c’est dans la moyenne) : même un triplement en 2017 n’aurait représenté qu’un retour annualisé de… 5 % yikes ! Un triplement. Je vous laisse faire le calcul si la recovery est en 2018 sauf à perpétuellement remettre au pot et donc à avoir un patrimoine (de façon extrêmement risquée) de plus en plus grand sur la même valeur…

Depuis un mois, j’ai (largement) renforcé Agfa pour monter à 3 salaires nets. C’est en cohérence avec ce que j’ai écrit ci-dessus :  la rapide montée du titre après le début de la constitution de la ligne avait mis le cours au-dessus de ma cible d’achat. La baisse assez nette ensuite a fait bien sûr l’inverse et j’ai renforcé autour de 2,8 € (j’avais d’ailleurs écrit que j’étais déçu de la forte hausse juste après mon achat). Tout ça c’est du processus quoi wink Je ne pense pas en revanche augmenter mon allocation au-delà de 3 salaires nets.

J’ai aussi renforcé Financière de Tubize et Laurent Perrier.


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

[+13]    #7 09/01/2017 19h34 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   728 

That’s nice thank you. Devant la pression populaire, je ne peux que m’incliner smile

Oh pas grand-chose de fantastique à raconter. Étonnamment, les années se suivent et ne se ressemblent pas : très bonne année 2016, bien meilleure que les indices qui suit une mauvaise année où j’avais été (légèrement) moins bons que les indices… eux-mêmes mauvais en 2015. J’ai de plus en plus de mal à bien mettre à jour le portif d’ensemble avec mes 3 CTO et mes 2 PEA + moins de temps passé, je donne 3 chiffres significatifs mais des fois je me demande si 2 chiffres ne serait pas amplement suffisant.

Performance de la part 2016 : +22,8 % (CAC40 GR : 8,88 %, S&P 500 : 9,54 %). TRI de nouveau légèrement supérieur  wink  autour de 25 %.
Performance de la part depuis le début (décembre 2012) : +70,2 % soit 13,9 % annualisé (CAC 40 GR : 56,6 % soit 11,6 % annualisé, S&P 500 : 58,1 % soit 11,9 % annualisé)

J’ai toujours donné le S&P 500 en $ et notamment les années où l’euro avait beaucoup monté (ce qui me desservait) donc je continue ainsi même si en 2016, c’est plutôt avantageux ; en plus d’être plus cohérent sur le long terme, c’est aussi une décision d’investissement que de mettre plus ou moins de valeurs en $.

Je me suis amusé à calculer ma durée de détention pondérée : 26 mois, à peine plus de 2 ans, je suis moins B&H que je ne l’aurais pensé. Mais 2016 a été de loin mon année la plus active en nombre de transactions (pas en nombre d’idées) essentiellement car de nombreuses valeurs ont dépassé les fourchettes hautes de valorisation et qu’il fallait bien vendre… c’est le process bien sûr ! Par ordre décroissant de valorisation au 31/12/2016 + le montant investi entre parenthèses :

* BAC (3 salaires nets) je compte conserver. Il peut y avoir des secousses mais 28$ comme cible ne me semble pas délirant (fourchette 27$-29$) + dividendes vraiment sympatoches. J’ai dit précisément quand et pourquoi j’en ai pris sur cette file, ça s’est pas trop mal passé… en plus l’argent mis sur BAC venait de la revente de SHLD (entre 12 $ et 16 $, je ne me souviens plus du montant pondéré)… je vous laisse imaginer le différentiel si j’avais gardé les SHLD et pas mis sur le +60 % de BAC en qqs mois wink

* BRK.B (4 salaires nets). No comment. J’achète dans des "creux" (forcément pifométriques). Pour l’instant la seule valeur où je me vois investir plus de 4 salaires nets (sans doute pour 2017).

* PICANOL (1,5 salaire net… oui c’est ma 3ème valeur avec seulement 1,5 salaire net investi… ah si seulement…). J’avais renforcé à raison. Depuis mes 1ers achats, j’en suis à +405% mais +324% en PRU. Très hésitant dernièrement puisque PICANOL a dépassé ma fourchette haute de valo. Pourtant je n’ai pas vendu car j’estime que les achats de Tessenderlo valent plusieurs euros par action. Valorisation entre 75 €-80 €

* GAIA (3 salaires nets) découvert sur Corner of Berkshire. Une des rares valeurs où j’ai gagné un peu d’argent aussi en faisant des A/R. Je vends au-dessus de 8,5 $ et j’achète en-dessous grosso modo. Au-dessus de 8 $ je pense que c’est risqué (le business de yoga online et surtout de spiritual video est difficile à valoriser) mais en dessous, vu le matelas de cash, c’est très intéressant. Il n’y a pas meilleure introduction que de lire la passionnante file de Corner of Berkshire sur le sujet. J’ai particulièrement aimé le détail par certains historiques du forum des calculs de coût d’acquisition client et la "durée de vie" des clients de GAIA… et plus c’est gratuit wink : http://www.cornerofberkshireandfairfax. … gaiam-inc/

* Financière de l’Odet (3 salaires nets) et l’une des mes très rares lignes en négatif. Je conserve d’autant que j’ai allégé dans mon PEE, la ligne de ma boîte (je travaille dans le domaine de l’énergie) donc ça me va comme allocation. Je suis content de mon allocation, au prix actuel j’en rachèterais si je n’avais pas déjà atteint l’allocation visée.

* les CRCAM (3 salaires nets) j’en ai 4 par ordre décroissant : Brie-Picardie / Normandie Seine / Toulouse / Sud R&A

* COFIDUR (2 salaires nets), ça a bien décollé en fin d’année mais ça me semble tlmt loin de ma valo + dividendes bien couverts que je vais garder encore longtemps… tiens ça vient justement de bien décoller aujourd’hui d’ailleurs ! Valo au moins 2,3 €.

* AURES Technologies (2 salaires nets). Je voulais mettre beaucoup plus mais ça a décollé en fin d’année et ça continue en début d’année 2017 yikes  Le cours est au-dessus de la cible que je m’étais fixée. J’ai bien honte sur Aurès : j’étais tout fier de "découvrir" cette valeur suite à une soirée où j’avais été invité par ma boîte Suivez les BFM Awards sur BFMTV Economie. J’ai trouvé Patrick Cathala très convaincant (ce qui m’arrive rarement). Je reviens chez moi, je fais tourner le screener : quoi ! le rêve une boîte à la fois en croissance et décotée par rapport à son FCF non mais c’est une blague. Ah j’suis trop fort c’est la pépite du siècle. Bon je découvre après que tout le monde en parle depuis un bail : Investir conseille depuis des mois, I&E en a pris, la moitié des meilleurs de l’IH aussi depuis des semaines/mois… faut jamais se croire plus malin ou ayant découvert une pépite… Je valorise entre 25.5 € - 27.5 €.

* PSB Industries (2 salaires nets). Solide. Valo ~ 63 € - 66 €

* PRECIA (2 salaires nets). Une des rares boîtes dont j’aime bien la croissance externe (que je fuis habituellement). Mais elle a du sens car petites acquisitions vraiment complémentaires. Je garde pour longtemps aussi. Valo ~ 190 € - 200 €

* Seritage Growth (2 salaires nets). En légère perte. Je suis très hésitant sur la valorisation. C’était un hedge de Sears mais je n’ai plus de Sears alors… à quoi bon ?

* ALSTRIA (1 salaire net). De la foncière allemande qui crache bien son dividende. Fais le taf.

* Laurent Perrier (1 salaire net). Pas décotée d’après screnner mais une vraie moat (peut-on faire mieux que l’AOC la plus connue au monde comme barrière à l’entrée ?) qui était au juste prix pour la première fois depuis des années. C’est rare.

* Gévelot(1 salaire net). J’aime bien le fait qu’ils aient deux secteurs d’activité, certes cycliques, même très distincts.

* Financière de Tubize (1 salaire net). La holding de la pharma belge UCB. J’aime beaucoup le fait que l’on puisse avoir du UCB de façon décoté…

* Vianini Industria (1 salaire net).

En construction de lignes : Viel & Compagnie (qui a aussi monté trop vite) et… Agfa ben oui j’avais tout vendu genre coup de bol maîtrisé : (3/3) Agfa-Geveart : l’entreprise belge reprend des couleurs ? mais je pense toujours que la valeur est décoté et donc j’en reprends autour de 3,6 €.

Sinon je suis toujours confronté au problème du nombre de lignes pour faire grossir le portif sans mettre plus de 4 salaires nets sur une ligne (psychologiquement difficile). Dès lors, j’ai de plus en plus de cash… 

J’ai vendu INTEL il y a peu (qui m’a rapporté beaucoup d’argent…). J’y reviendrai sans doute dans un "creux" (de valo ou de $) mais je n’aime pas trop le retard qu’ils ont pris sur leurs derniers projets + haut de fourchette de valorisation + stratégie dans vis-à-vis du calcul parallèle pas très claire. Bien sûr j’ai vendu tout Sears Holding et tout Land’s End et tout Sears Canada en 2016… wouhou au revoir la galaxie Sears qui m’a fait très mal en termes de performance. Et encore, pour ces 3 valeurs j’ai vendu bien plus haut que les prix de début 2017 (j’aurais fait entre -25 % et -50 % supplémentaires selon la valeur et la sous-ligne vendue).

J’ai aussi vendu Villeroy and Boch qui devenait très bien valorisée, toutes mes boîtes anglaises… du coup c’est un objectif de 2017 que de retrouver du GBP car je tiens à l’allocation en fonction de la monnaie.

J’ai plusieurs cibles en vue mais les plus intéressantes sont vraiment peu liquides donc je n’en parlerai qu’une fois ma ligne constituée. Et puis les graphs de répartition ci-dessous :
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/2907_2017_alloc_portif.png


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

[+3]    #8 23/02/2017 12h31 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   250 

En gros, ils fabriquent des machines et des lignes de production qui prennent les wafers électroniques faits par les fondeurs comme Intel, Samsung ou TSMC et les intègrent dans les boitiers plastiques avec les pattes de connexion pour faire un composant fini. C’est un métier très spécialisé où ils sont leader, et comme tout fabricant de machine complexe, l’expérience accumulée est très difficile à compenser pour un nouvel entrant.

Les marges élevées ne sont donc guère étonnantes, mais il y a aussi un risque opérationnel non négligeable dans ce genre de métier, dans la mesure où les donneurs d’ordres ont typiquement des cahiers des charges extrêmement rigoureux sur les performances attendues avec pénalités de retard. La boîte est relativement petite (<2000 employés).

Hors ligne

 

[+3]    #9 15/03/2017 12h21 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   728 

Chlorate, j’ai, déjà, répondu à cette question ici quelques posts plus hauts wink
Portefeuille d’actions de PoliticalAnimal (13/14)

Et oui la fourchette d’Agfa avait été relevée en début d’année 2017.


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

[+3]    #10 04/04/2017 16h33 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   728 

Allez une petite mise à jour trimestrielle pour les vacances smile C’est rare vu que je considère qu’annuellement est bien suffisant lorsqu’on investit à long terme et qu’un trimestre ne veut pas dire grand-chose (sauf pour expliquer mes nouveaux achats/ventes bien sûr histoire de tenir la file à jour !). Bon je ne vais pas faire la totale avec les beaux graphiques et tout le tintouin comme il m’arrivait de le réaliser. Je ne vais pas non plus être exhaustif (beaucoup de mouvements ce trimestre, on peut deviner les principaux dans mon résumé de portif).

La valeur de la part a augmenté d’environ +7% sur le 1er trimestre versus +5,6 % pour le CAC 40 GR et +5,5 % pour le S&P 500.

AGFA a fait +26 % sur le trimestre (s’il vous plaît !) alors que j’avais eu la bonne idée de renforcer en début d’année smile (comme précisé sur cette file et sur la file Agfa). Mon panier de CRCAM a remarquablement bien performé aussi +13%. Ce qui est fou, et comme Bifidus le disait depuis déjà 2013 (!), c’est toujours la même histoire en début d’année sur les CRCAM… sur les petites valeurs (pcq là c’est vraiment de la micro cap), l’efficience des marchés est moins prégnante… Le reste a fait plus ou moins comme le marché sauf KAZI et Financière de l’Odet qui ont bien baissé. AIG a un peu baissé aussi. 

J’ai étudié pas mal de boîtes que je pensais intéressantes pour moi : Epwin, Alfa Laval, MGI Coutier (tant discuté sur IH mais j’ai laissé passer le train je pense), Yara (que j’ai déjà eu en portif ! mais je passe mon tour pour cette fois) etc. mais rien à ne se mettre sous la dent avec une marge de sécurité correcte.

J’ai en revanche renforcé des positions déjà initiées cette année ou fin Q4’2016 : comme Orchestra Premaman Orchestra Premaman : vêtements pour enfants (18/19) ou Encres Dubuit (dont j’avais créé la file ici : Encres Dubuit : décoté rentable ou juste décoté ?) car dans les deux cas j’estime la décote encore très intéressante. Et puis j’ai vendu tout Vianini Industria (suite aux bons résultats ! J’ai pris mes gains, certains diront sans doute que j’ai un peu crapoussiné wink ).

Et puis, et puis je suis très content j’ai réalisé mes premières ventes d’options, en l’occurrence des ventes de calls couverts. Franchement, je suis ravi de m’être lancé dans le grand bain car il n’y a qu’ainsi que l’on découvre les détails techniques : (17/18) Vente d’options PUT pour améliorer le rendement d’un portefeuille… Je tiens encore à remercier l’énorme travail de Miguel sur sa file depuis déjà… 4 ans (mon Dieu !). Si vous la lisez en entier, vous verrez que vous apprendrez énormément d’autant qu’il s’agit d’expériences concrètes de forumeurs.

Alors au 31/03/2017 mon portif ressemble à ça :
- BAC                          8,6 %
- Berkshire                   8,1 %
- GAIA                         7,5 %
- Aures Technologies     6,5 %
- Panier CRCAM            6,5 %
- AIG                           6,3 %
- Financière de l’Odet    5,8 %
- Cofidur                      4,8 %
- Orchestra                   4,8 %
- PRECIA                      4,7 %
- PSB Industries            4,7 %
- AGFA-Gevaet              4,5 %
- PICANOL                    4,4 %
- TESSI                        3,5 %
- Seritage (SGP)            3,2 %
- ALSTRIA                     3,0 %
- Graines Voltz            2,8 %
- Laurent Perrier            2,4 %
- Gevelot                      2,4 %
- Encres Dubuit             2,3 %
- Financière de Tubize    1,9 %
- Sears BONDS 8 %       1,1 %

et les deux ventes de calls (j’ai déjà touché le cash mais encore en cours).


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

[+3]    #11 06/05/2017 17h28 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   728 

Comme tout le monde, mon portefeuille grimpe, grimpe en ce premier semestre actuellement à 8,6 % YTD versus 7,2 % pour le S&P 500 et 12,7 % pour le CAC 40 GR. Seul Orchestra Premaman plombe le portefeuille mais je n’ai aucun souci avec cette valeur (j’ai arrêté de renforcer en revanche d’abord pour respecter mon allocation et parce que ce serait trop tôt même si je comptais "surallouer").

Quelques mouvements mais de  l’ordre du "toilettage" : j’ai vendu les petites lignes de CRCAM de mon panier de caisses régionales (notamment la CRCAM de Toulouse CAT31 cette semaine à plus de 100 €, elle avait en grande partie repris la valeur du dividende !). En 6 mois, ça me fait du +17 % avec une volatilité très faible pourtant, c’est magnifique ces CRCAM ! Il ne me reste plus que du Brie Picardie et du Normandie que je vais conserver au chaud. Mais je suis quasi certain de reprendre 3 autres lignes en fin d’année si, comme quasiment tout le temps depuis une décennie, les valeurs rebaissent tranquillement tout le second semestre. Aberration de marché dont Bifidus avait parlé de nombreuses fois.

J’ai acheté pour quelques dizaines d’euros de COFIDUR (j’ai des ordres gratuits) afin de tomber sur un multiple de 200, ça m’emmerdait à l’avance parce que je craignais que Bourse Direct gère mal le regroupement d’actions (dernièrement Bourse Direct me déçoit sur les OST alors que Binck s’améliore).

J’ai renforcé Berkshire Hathaway sur un "creux" (je ne fais ni market timing ni analyse technique mais quand elle a approché les 160 $ je trouvais que c’était "cadeau"). BRK était déjà ma première ligne, c’est encore plus marqué. J’ai fait de même, renforcer sur un "creux" pour Picanol car la relecture des derniers états financiers + les rachats massifs de Tessenderlo m’ont fait augmenter ma valorisation. J’en ai donc repris autour de 88 €. Je reviens au même nombre d’actions qu’il y a 3 mois et avouons-le, j’ai fait une boulette, j’avais voulu m’alléger car je trouvais l’action trop haute. J’ai donc un peu allégé il y a 3 mois autour de 80 € pour en racheter à 88 €… oui bon pas très brillant j’aurais mieux fait d’attendre et de relire les dernières nouvelles financières avant d’alléger. Picanol devient de plus en plus une holding avec le cœur des machines à tisser high tech + de la fabrication additive (appelée à tort "imprimante 3D") + toute la chimie de Tessenderlo. Toutes ces activités sont cycliques mais des cycles différents. Je rappelle que mes 1ers achats de Picanol ont été réalisés à 18 € (oui +410 % dividendes inclus en 5 ans, un sacré multi-bagger cf. Portefeuille d’actions de PoliticalAnimal (2/14)) mais j’ai souvent renforcé à la hausse car il n’y a pas de raison lorsqu’une boîte reste correctement valorisée.

Et les dividendes tombent, tombent, tombent AIG, PSB Industries et Brie Picardie avec les lignes que j’ai, cela commence à représenter de jolis montants ! D’autres attendent au tournant. On a beau savoir que le détachement du dividende ne change rien à la valeur réelle (puisque déjà contenu dans le cours), il y a toujours un plaisir certain à entendre sonner le piécettes tomber dans le portif surtout pour des actions françaises en PEA où la fiscalité est nulle et… surtout lorsqu’en quelques jours l’action reprend une partie de la perte due au détachement ! big_smile

Enfin, j’ai écrit une petite bafouille sur la "hype" française (car aux États-Unis, c’est déjà fini) sur "l’impression 3D" ici : Impression 3D : une opportunité d’investissement ?


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

[+9]    #12 02/07/2017 20h05 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   728 

[EDIT et pan sur mon bec coquille de ma part la perf YTD au 1er semestre était de 21,8 % et non de 27,8 % (c’est tout de même différent… hmm ) . Les autres nombres étaient bons (et le plus important ma perf depuis le début).]

Cher Simon, depuis votre message, et comme par un effet quasi magique wink ces deux valeurs ont justement fortement augmenté seulement un mois et demi… d’autant plus étonnant pour Picanol que je trouve la valeur déjà bien cotée. Picanol a fait +15 % depuis votre message et Precia… +26 % yikes et en YTD c’est encore plus impressionnant.

Du coup, j’en profite pour réaliser un CR semestriel de mon porte-feuille… juste après la chute d’Orchestra Premaman, ce qui n’empêche nullement le portefeuille de très bien se comporter et de surperformer les indices. La magie de la diversification sans doute ! Avant d’entrer dans les détails (tous relatifs, vu que j’ai fait beaucoup de mouvements, je ne vais pas forcément être exhaustif), je voulais souligner un point qui m’est de plus en plus bénéfique et sur lequel j’ai progressé : le renforcement à la hausse. Bien souvent, après de bons résultats, et surtout pour une small cap, on assiste à une augmentation du titre mais, selon moi, souvent inférieure à la décote résiduelle. Ainsi la marge de sécurité étant tout le temps la même, il est logique de renforcer. Avant je ne le faisais pas (et je renforçais plutôt les bras cassés…) maintenant je le fais et en 2016 et sur le 1er semestre 2017, cela m’a été extrêmement bénéfique (au hasard : Precia, Picanol, Laurent-Perrier, etc. que j’ai renforcées à la hausse et qui ont largement plus augmenté depuis).

Et puis, j’ai passé un cap essentiel : j’ai plus que doublé mon capital depuis les débuts du portefeuille boursier smile (je parle du capital en actions que je gère activement, je n’ai pas doublé tout mon capital, d’ailleurs je prépare un autre post pour parler un peu plus "du reste" qui est non négligeable et que je gère un peu plus dernièrement (mon PEE que je gère passivement, quelques obligations, assurance-vie).

Donc pour le portefeuille géré activement (2 PEAs et 3 CTOs), la valeur de la part a augmenté d’environ +21,8 % sur le 1er semestre versus +8,1 % pour le CAC 40 GR et +8,2 % pour le S&P 500.
Depuis les débuts du portefeuille (déc. 2012) : +107,2 % soit 17,3 % annualisé vs CAC40 GR 69,5 % (12,2 % annualisé) et S&P500 71 % (12,4 % annualisé). C’est la première fois que je crée vraiment "un gap" par rapport aux indices. Gap d’autant plus important qu’il est plus "simple" d’optimiser sa fiscalité avec des titres vifs à mon avis. Les rendements s’entendent toujours dividendes inclus.

VENTES ou ALLÈGEMENTS

- Cofidur : intégralement vendu ! C’est une valeur que je suis depuis longtemps comme nombre d’entre nous. Mais j’ai estimé lors du dépassement des 2,15 € (malgré un beau dividende dont le détachement a été vite effacé) qu’il était temps de prendre ses profits car les résultats m’ont semblé moyens et le ton du communiqué de presse encore plus pessimiste que d’habitude (la direction a l’habitude d’être pessimiste, mais là j’ai cru sentir une "cassure"). Si le regroupement x200 créait une chute du cours, je n’exclus pas d’y revenir, mais pour l’instant c’est plutôt l’inverse : l’action a plutôt augmenté (bon je suis déjà très content de mon prix de vente autour de 2,15 €). Rendement : +66 %.

- Vendu toutes mes CRCAM (Brie Picardie, Sud Rhône-Alpes, Toulouse) sauf Normandie Seine car elle a l’un des plus faibles pourcentages de CCI en % total du capital et donc j’estime qu’il y a une probabilité plus forte -quoique faible- d’être sortie de la cote. Voir par exemple le lien vers mon fichier CRCAM en bas de ce poste : (15/16) CCI du Crédit Agricole : investir dans la banque de détail
Rendement moyen pour ces ventes : +15 % en moins d’un an et avec une volatilité ultra faible !

- Vente de calls couverts et vente de puts mais je détaillerai ce point sur la file de Miguel et/ou dans un poste entièrement dédié au sujet par souci de clarté.

RENFORCEMENTS

- Precia : j’ai renforcé très fortement (bon j’avoue un peu grâce au post de Simon ci-dessus : je me suis dit, tiens revalorisons Precia depuis les dernières acquisitions, et j’ai trouvé une valeur plus importante donc une marge de sécurité identique malgré la hausse du 1er trimestre d’où le très fort renforcement). Cela m’a été très bénéfique (même si le niveau d’augmentation en seulement une semaine est vraiment curieux sur cette valeur : il y a de gros blocs échangés, il se passe des choses). Je pense que le potentiel de Precia reste énorme : ils ont prouvé dans le passé qu’ils savaient très bien acquérir de petites entreprises de pesage et les intégrer dans leur groupe. Or, ils continuent sur cette voie : pas de folie des grandeurs mais des acquisitions qui ont du sens… tout en restant un acteur minuscule qui pourrait un jour intéresser un gros (le plus tard possible j’espère car les OPA c’est sympa le jour même mais à long terme ce n’est pas équivalent).

- Encres Dubuit
Je m’étais fixé une règle : pour les nano caps (car avec Encres Dubuit nous ne sommes même pas dans la small cap), je ne dépasse pas 2 salaires nets d’investissement. Mais ma revalorisation du titre et l’embauche d’une personne que je connais et apprécie dans la direction m’ont fait changer d’avis. Donc j’ai renforcé (d’ailleurs leur site internet a été entièrement refondé, c’est bête à dire mais ils sont passés des années 1990 avec un site antédiluvien à un site enfin présentable… et je pense que ce n’est pas négligeable même si ce n’est pas entré dans ma valorisation ça reste un point positif, le site ici : Encres DUBUIT - Encres de sérigraphie, tampographie et numériques)

- Agfa Gevaert
J’ai profité de la baisse (je suis encore largement positif "en PRU") pour renforcer une valeur typique de la "recovery" : elle est décotée même sans croissance et si jamais elle arrive à pivoter vers la santé (Agfa Santé se développe dans tous les types d’imagerie) alors là c’est même l’explosion. Il y a bien sûr un risque mais le ratio risk/reward est très bon selon moi. Bon et puis cette valeur m’a déjà fait gagner beaucoup d’argent lors de l’annonce de l’OPA par un allemand puis de ma revente intégrale et d’un rachat peu à peu smile

- Aures Technologies
J’ai renforcé après la légère baisse suite aux résultats annuels (annoncés le 06 avril) parce que je pense qu’Aures est un peu dans la situation de Precia : boîtes de croissance décotées encore petites en termes de CA et qui ont donc plusieurs années devant elles avant de stagner. Et puis les résultats du 1er trimestre annoncés le 09/06 ont été très bons. Depuis le 09 juin, l’action a pris 16 % !

- Tessi
J’ai fortement renforcé à la hausse. Plus je connais la boîte, plus j’aime ses business. Même celui des chèques (forcément en décroissance) voit sa marge brute augmenter car ils rachètent les fonds de commerce des petits qui ne peuvent plus vivre de ce business. Quant à leur business principal de digitalisation, il le gère très bien.

- Graines Voltz
J’ai un peu renforcé GV mais pas autant que je ne l’aurais voulu (le fixing lorsqu’on travaille beaucoup, et dernièrement c’était mon cas, n’aide pas du tout pour grapiller des actions). J’ai tout de même eu quelques jours chanceux avec des ventes ATP qui avaient fait baisser le titre de 5 %. Mais dans l’ensemble, je n’ai pas atteint l’allocation que je m’étais fixée par manque de liquidité (et maintenant je trouve que la marge de sécurité n’est plus suffisante pour renforcer même si elle reste bonne pour conserver).

Et finalement le portefeuille actuel par ordre décroissant de valorisation au 30/06/2017 + le montant investi entre parenthèses puis une fourchette de valorisation : toutes les valorisations ont été mises à jour ce week-end :
* Berkshire Hathaway (4 salaires nets). No comment. J’achète dans des "creux" (forcément pifométriques). Pour l’instant la seule valeur où je me vois investir plus de 4 salaires nets. Fourchette : 175 $ - 180 $

* Aures Technologies (3 salaires nets). Je valorise entre 27 € - 30 €.

* Bank of America (3 salaires nets) je compte conserver. J’ai légèrement baissé la valo : fourchette 26$-28$ + dividendes vraiment sympatoches. J’ai dit précisément quand et pourquoi j’en ai pris sur cette file, ça s’est pas trop mal passé… en plus l’argent mis sur BAC venait de la revente de SHLD (entre 12 $ et 16 $)…

* GAIA (3 salaires nets) découvert sur Corner of Berkshire. La valeur s’est envolée : +30 % YTD et des fonds commencent à en parler. Il n’y a pas meilleure introduction que de lire la passionnante file de Corner of Berkshire sur le sujet. J’ai particulièrement aimé le détail par certains historiques du forum des calculs de coût d’acquisition client et la "durée de vie" des clients de GAIA… et plus c’est gratuit wink : GAIA - Gaiam Inc.

* Financière de l’Odet (3 salaires nets) La belle endormie s’est réveillée : +25 % YTD ! Bien sûr grâce aux transports de carburants pétroliers qui a augmenté mais pas seulement : le commerce repart bien en Afrique et les entreprises de la galaxie Bolloré possèdent une grosse logistique qui bénéficie du fret de tous les types de matières premières (pas seulement pétrolières). Belle valeur en fonds de portefeuille qui est maintenant bien ancrée en territoire positif. Fourchette de valo : 1300 - 1500 € (et quelle joie, quel plaisir, quelle jouissance même de recevoir un dividende de… 1 € soit 0,11 % wink

* Precia (3,5 salaires nets). Gros décollage de début d’année : +32,4 %. Une des rares boîtes dont j’aime bien la croissance externe (que je fuis habituellement). Valo ~ 220 € - 230 €

* AIG (3 salaires nets) J’ai renforcé à la hausse fin 2016 (j’en avais déjà parlé). Les résultats sont en demi-teinte mais elle reste clairement décotée par rapport aux autres boîtes d’assurances… mais ça reste un métier risqué où les valorisations sont complexes… et à la fois simples si on s’en tient à la book value tangible. J’estime entre 70 et 80 $.

* Picanol (1,5 salaire net). J’avais renforcé à raison. Toujours hésitant puisque Picanol a dépassé ma fourchette haute de valo mais chaque trimestre les résultats sont bons. En même temps, les arbres ne montent pas jusqu’au ciel. Pourtant je n’ai pas vendu car j’estime que les achats de Tessenderlo valent plusieurs euros par action. Valorisation entre 105 € - 115 €

* Tessi (3 salaires nets) Fourchette de valo : 205 € - 220 €

* Graines Voltz (2 salaires nets). Ma valorisation est assez conservatrice (il y a une file dédiée avec un superbe travail de FranckInvestor) et donne "seulement" entre 25 € et 30 €.

* PSB Industries (2 salaires nets). Solide même si pas sexy. Valo ~ 63 € - 66 €

* Agfa Gevaert (2 salaires nets). Sans recovery je pense que ça reste solide, si jamais il y a de la croissance (même légère), ça ne peut que grimper vu que ce n’est pas pricé. Valo ~ 6 € - 7 € (oui, oui).

* Encres Dubuit (2,5 salaires nets). Une nano cap pour laquelle j’avais créé une file ici : Encres Dubuit : décoté rentable ou juste décoté ? Les derniers résultats sont bons, l’inconnu sur le Brésil se dissipe. La fourchette de valo a augmenté : entre 7 € et 8 €.

* Orchestra Premaman (3 salaires nets). Après la grosse claque de vendredi, je pense que je renforcerai mais il est urgent d’attendre. J’ai revu à la baisse ma valorisation (notamment parce que la marge d’EBE n’arrivera jamais à revenir à l’historique de 9 %) mais je reste optimiste sur le titre. Fourchette de valo large : entre 14 € et 18 € mais, et c’est un gros mais, avec un minimum d’un an et demi je pense d’attente. Même dans le cas où tout se passe bien, il faudra du temps avant que Mr. Market digère les dépréciations (à mon avis volontairement trop fortes), la fusion (réussie ou non) et plusieurs trimestres de normalisation seront nécessaires.

* ALSTRIA (1 salaire net). De la foncière allemande qui crache bien son dividende tout en augmentant continument. Fais le taf.

* Seritage Growth (2 salaires nets). En perte par rapport au PRU. Beaucoup d’encre a coulé à propos de la valeur. La bascule vers des proprios non-SEARS est lente mais continue. Il faut être patient et croiser les doigts jusqu’à 2019. Je conserve et la location de titre me rapporte un peu d’argent (via IB).

* Laurent-Perrier (1,5 salaire net). J’en ai repris à la légère baisse. Puis ça a remonté smile Pas décotée d’après screnner mais une vraie moat (peut-on faire mieux que l’AOC la plus connue au monde comme barrière à l’entrée ?) qui était au juste prix pour la première fois depuis des années. C’est rare.

* Gévelot (1 salaire net). Grosse augmentation YTD : 29 %. J’aime bien le fait qu’ils aient deux secteurs d’activité, certes cycliques, même très distincts. Le passage au double fixing devrait augmenter la liquidité.

* CRCAM Normandie Seine (1 salaire net). Pour attendre un hypothétique rachat.

* Financière de Tubize (1 salaire net). La holding de la pharma belge UCB. J’aime beaucoup le fait que l’on puisse avoir du UCB de façon décoté.

En revanche, entre quelques virements réalisés sur mes comptes (PEA ou CTO), les ventes supérieures aux achats et les dividendes (en mai et juin c’était la fête !), la poche cash n’a jamais été aussi importante (elle représente 15 % de mon portif maintenant) et comme j’ai très peu de temps pour chercher/lire/analyser, j’avoue être en manque d’idées tant pour des valeurs européennes qu’américaines…

Dernier point, j’ai fait un compte-rendu d’un livre que j’ai beaucoup aimé ici : (3/3) Vos livres préférés (hors finance, développement personnel…) ?

Dernière modification par PoliticalAnimal (02/10/2017 13h11)


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

[+12]    #13 02/08/2017 19h22 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   728 

Je suis actuellement au soleil en mini vacances non prévues (une semaine avec tous les cousins, ça fait du bien que mon fils voit ses cousins smile ).

Toujours pas le temps d’étudier de nouvelles idées d’investissements ou d’entreprises (j’ai une liste d’intérêts qui s’allonge, s’allonge) ; j’ai en revanche du temps "fragmenté" qui additionné permet de réaliser de petites tâches. Je n’arrive pas à m’isoler plus de 2 heures (ce qui me semble le minimum pour étudier une entreprise) mais je me suis dit tiens, tiens je vais regarder un peu mon historique de vente depuis 5 ans… vais-je me tirer les cheveux ou au contraire me féliciter ?

J’ai passé environ 15 minutes par vente à : retrouver la raison exacte de ma vente, lire ce qui s’est passé sur cette action depuis et synthétiser le tout dans un tableau. 1er constat : j’ai vendu largement plus que ce dont je me souvenais et je suis moins B&H que je le fantasme en fait…

Et pourtant, je n’ai compilé que i) les ventes "totales" (car si je commence avec les allégements, il me faudrait 2 RTT) et ii) les ventes d’au moins 6 mois afin d’avoir un minimum de recul (purement arbitraire et qui semblera sans doute trop court à certains). J’ai tout de même jeté un coup d’œil à mes ventes partielles mais sans tableau synthétique chiffré, je ne voudrais pas conclure trop vite (et la conclusion serait que mes allégements sont en général foireux… au contraire de mes ventes "totales" qui, vous allez le voir, ne sont pas trop dégueues). N’empêche que la majorité de mes ventes partielles concernaient des actions qui ont fait mieux que le reste de mon portif si je les avais gardées (Picanol, Aures, etc.).

Concernant le tableau ci-dessous, j’aurais pu aisément faire le calcul en euros mais j’ai préféré rester dans la monnaie locale pour les actions hors zone euro (USD ou GBP) pour ne pas être pollué par les changements de devises que, franchement, nous maîtrisons encore moins que l’avenir d’une société X. Au moins nous pouvons étudier un certain temps une société… prédire les mouvements des devises…
J’ai bien pris en compte les dividendes bien sûr.

De même, je ne mets pas à dessein les pertes ou gains réalisés au moment de la vente (on retrouve tout sur ma file). De toute façon il y a principalement 2 cas : 1) valorisation largement dépassée (et comme je me fixais des +33 % d’upside minimum eux-même dépassé, on est supérieur à +50 % voire plus) et 2) la galaxie Sears où les pertes furent très importantes (entre -30 % et -50 %)… mais où j’ai bien fait de me couper le tronc puisque les jambes y seraient passées depuis…

A noter que pour Balda, la perte théorique si j’avais gardée l’action est sous-estimée. En effet les énormes dividendes de 2015 et 2016 auraient subi un gros frottement fiscal (action allemande sur PEA) notamment par rapport au reste de mon portif (majoritairement des actions françaises en PEA et américaines en CTO donc avec des frottement fiscaux largement plus faibles).

Cela étant, la flambée de mon portif depuis 6 mois m’arrange bien. Si j’avais réalisé l’exercice il y a 6 mois, il y aurait eu plus de valeurs que “j’aurais dû gardées” (avec toutes les précautions d’usage).

En conclusion, sur 25 ventes totales, 19 des actions vendues ont fait moins bien que mon portif dans le temps écoulé et 6 ont fait mieux smile ! Plus précisément (car la zone à quelques pourcents est dans la "marge d’erreur" notamment si je tenais compte des frottements fiscaux et des devises), 3 ventes ont vraiment été des erreurs, 14 ventes ont été très bénéfiques et 8 ventes sont dans un "ventre mou".

On notera que pour la galaxie Sears (SHLD, warrant, Sears Canada, Lands’ End, etc.), le ratio de gain par rapport au réinvestissement dans mon portif va de +72 % à +648 % ! yikes big_smile

En revanche, toutes les ventes inopportunes voire très inopportunes, Oeneo, Besi, Villeroy & Boch, présentent exactement le même profil : ce sont des baggers, et des micro caps performant très bien depuis plusieurs années mais dont j’avais considéré la valorisation nettement dépassée et donc vendue. Du coup, je me demande si pour ce genre de petites capis dont les chiffres d’affaires sont encore faibles (façon de parler), les arbres ne pourraient pas finalement monter jusqu’au ciel… ou en tout cas pousser comme de vigoureux baobabs plus longtemps que je ne l’imaginais.
Besi et VB ont été vendues avec des +350 % ou +200 % mais auraient été des +500 % / +280 % (grosso merdo) si je les avais gardées. Je sais que c’est facile avec le rétroviseur mais dans mes rares ventes "ratées", il y a un schéma systématique.

Du coup, ben j’ai décidé de cesser mes ventes partielles d’Aures Technologies même si je trouve qu’elle est survalorisée actuellement d’au moins 15 % !

Le tableau est ci-dessous mais comme je crois qu’il sera trop petit pour certains, je mets le lien vers l’image en HD : hpics.li/b64b78a

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/2907_2017_looking_back_ok.jpg

Et j’ai oublié une question : Et vous ? quels sont vos retours d’expérience sur vos ventes ? smile

Dernière modification par PoliticalAnimal (03/08/2017 10h05)


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

[+3]    #14 06/08/2017 23h12 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   728 

Ne voulant pas polluer une autre file mais tenant tout de même à relayer cette excellente initiative, je le fais sur ma file :
Turning Sun into Water présenté par ArounaDarga &mdash; KissKissBankBank

Il s’agit de l’installation d’une pompe solaire (avec des astuces technos intéressantes) au Burkina Faso. J’y ai contribué financièrement. Je connais bien le cocréateur du projet, chercheur et professeur à CentraleSupelec. Techniquement et socialement, le projet est très bien structuré. Si le cœur vous en dit…

Sinon rien à voir avec le projet au Burkina : personne n’a des retours d’expériences ou des conclusions totales/partielles de l’ensemble des ventes de leur portif ?

Et encore un edit pour citer cet excellent entretien avec William Higgons découvert grâce à Jérôme Levriek :
William Higgons: +3200% en bourse avec le value investing

Belle coïncidence d’ailleurs, ce bon William arrive à une conclusion sur les ventes très proches de "mon changement d’idée" sur les ventes de PME que-je-pensais-survalorisées en disant ceci :

William Higgons a écrit :

Ma règle est de ne pas vendre les titres surévalués tant qu’ils montent. Je peux alléger. Mais je préfère faire le top du marché et un peu de baisse plutôt que de manquer le sommet. D’autant plus qu’un titre peut sembler surévalué parce que ses marges sont meilleures que prévu ce qui a été le cas de Plastivaloire.

Dernière modification par PoliticalAnimal (06/08/2017 23h42)


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

[+8]    #15 02/10/2017 13h08 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   728 

Je commence ce reporting des 9 mois par un mea maxima culpa puisque lors de mon reporting semestriel, je me suis trompé dans ma performance YTD (mais ni la performance totale ni l’annualisée). J’avais écrit : YTD performance de la part à 27,8 % alors que c’était bien sûr 21,8 % (donc ripage entre le 7 et le 1… c’est quand même moins glorieux !).
D’ailleurs, le 107,2 % d’augmentation de la part depuis le début de mon portif (qui était juste) ne s’accordait pas avec le chiffre de mon reporting annuel 2016 :
www.devenir-rentier.fr/p220504#p220504
Donc c’est bien 21,8 % qui était ma performance YTD au 30 juin 2017. Pan sur le bec !

Quelques achats et quelques ventes. Une nouvelle ligne d’un… constructeur immobilier (pas mon habitude). Une nouvelle ligne en construction (dont je ne parlerai qu’après l’avoir constituée car peu liquide). Mais dans l’ensemble, same old, same old. Le porte-feuille a un peu perdu du terrain au Q3 malgré de nombreuses bonnes nouvelles. Alors pourquoi cette légère baisse ? Eh bien toute la multitude de (petites) augmentations n’ont pas compensé : 1) la baisse continue du dollar et 2) la baisse continue d’Orchestra Premaman. En somme, Q3 a ressemblé à Q2. J’ai précisé plusieurs fois que j’avais des dépenses (significatives) en dollars mais je continue tout de même à reporter en euros. Le fait est que ma performance en $ comparée au S&P500 en $ est bonne en YTD mais comme je la ramène en euros, les gains sont en partie effacés. Je sais, je sais, j’ai aussi été avantagé dans l’autre sens certaines années. Je me demande toutefois si ça a du sens car dans mon cas ayant des dépenses contraintes en $, c’est plus la performance de mes lignes en USD qui compterait. Le seul intérêt de tout rapporter en euros est finalement de pouvoir "comparer" à d’autres portifs. Et puis aussi, il faudrait que je recalcule depuis le début. Résultat : je vais conserver le reporting en euros mais dans mes google sheets, j’ai ajouté la performance de part en $ juste pour moi.

Donc baisse du dollar et… baisse continue d’Orchestra Premaman. C’est bien simple, ce trimestre, le CAC et le S&P étaient baissiers ? KAZI baissait fortement. Le Cac et le S&P montaient (ou autre combinaison) ? KAZI baissait légèrement ou "stagnouillait". D’un côté, c’est bien ce que j’avais écrit dans mon analyse du dossier : ça ne pouvait être qu’un dossier long car le marché ne réagirait qu’après plusieurs trimestres de retour à la normale. D’un autre, je ne peux m’empêcher de penser à toutes les malicieuses, et néanmoins bienveillantes, observations que l’on m’avait faites sur mes glorieuses réussites dans le retail wink (Coach, Sears, Land’s End, etc.). L’histoire n’est pas finie. Pour l’instant, je garde. Hors de question de renforcer en revanche.

Deux tendances lourdes pour ce trimestre dans mon portif : le pyramidage (le terme est laid tout de même) et les ventes/rachats d’options. Plusieurs des entreprises de mon portif ont annoncé de bons résultats semestriels et l’augmentation de l’action était à mon sens plus faible que l’écart restant entre sa valorisation d’où mes nombreux renforcements. Je suis satisfait de m’être débarrassé du "biais du PRU" (si ! si ! ça existe) qui n’est qu’un orgueil mal déguisé. Orgueil de voir une ligne à +400 % (Besi, Picanol à une époque) alors qu’il vaut mieux avoir +200 % sur le double de la somme investie.

Concernant les options, j’ai prévu un post détaillé ici et/ou sur la file de Miguel. Petit résumé tout de même : les ventes d’options sont assez grisantes (sans doute trop) mais le reporting devient vite fastidieux (car il faut comparer non pas à ce que l’on a gagné mais à ce que l’on aurait gagné si l’on n’avait pas vendu l’option). Pour ce trimestre, j’ai surtout suivi la poche cash de mon compte IB en retirant ce qui venait des dividendes ou du prêt de titres. Et c’est là où c’est grisant, j’ai gagné 2 % de mon portif sur IB en un seul trimestre (donc 8,2 % annualisé) et tout ça en cash ! Mais attention, pour certaines ventes, j’ai en fait gagné moins d’argent que… si je n’avais rien fait (no free lunch). Comme mon portif IB ne représente que 20 % de mon portif total, ça ne se voit pas encore beaucoup sur le total.
1ère leçon (que j’ai apprise à la dur sur Gaia), c’est que pour les ventes, il faut absolument ne pas dépasser les 6 semaines d’échéance. 4 semaines est sans doute mieux même si parfois le CO n’est pas très intéressant à 4 semaines pour certaines valeurs alors qu’à 5 ou 6 semaines d’échéances, on commence à pouvoir engranger pas mal de pépètes par contrat de vente. Pour les smalls et mid caps, les spreads peuvent être énormes et c’est vite fatigant d’arriver à vendre ce que l’on veut. Malgré tout, je pense que les ventes d’options sont un outil très intéressant. Ne serait-ce qu’intellectuellement. Ce qui est certain aussi, c’est qu’alors que je commence à me débarrasser enfin de mes biais sur les achats/ventes d’actions, je sais pertinemment que je suis multi-biaisé sur les options et que je prends un peu trop ça pour de l’argent facile.

J’ai par exemple beaucoup "travaillé" la ligne Bank of America. Je vendais des puts assez loin de la monnaie à des prix où j’aurais trouvé BAC "gratuit" (mais ça permet de gratter vite 200 $ sur un mois pour une ligne importante) tout en vendant des call couverts légèrement hors de la monnaie (toujours avec des échéances de 4 semaines ou moins). Si l’action montait et que les puts vendus perdaient beaucoup de leur valeur, je les rachetais (parfois à seulement 10 % de leur prix !) pour immédiatement revendre des puts à des strikes légèrement plus élevés. Et inversement, si l’action baissait (et si ça "valait le coup") je rachetais mes calls couverts pour en revendre à des strikes plus bas.

Un autre point dont je suis content, ce que sur toutes mes 22 lignes, une seule est en territoire négatif (Orchestra Premaman). Bien entendu, ce qui compte in fine, c’est la performance. Mais je pense que le % de lignes positives dit aussi quelque chose du processus de sélection d’actions. 21 actions sur 22 en territoire positif donc.

Tout s’entend en comptant les dividendes et sans fiscalité. Donc pour le portefeuille géré activement (2 PEAs et 3 CTOs), la valeur de la part a augmenté d’environ +20,3 % YTD vs +12,8 % pour le CAC 40 GR et +12,5 % pour le S&P 500.
Depuis les débuts du portefeuille (déc. 2012) : +104,7 % soit 16,0 % annualisé vs CAC40 GR 77,0 % (12,5 % annualisé) et S&P500 77,9 % (12,7 % annualisé).

VENTES ou ALLÈGEMENTS

- Gévelot : intégralement vendu suite à une bonne nouvelle ! La vente de Gévelot Extrusion a démontré la valeur de l’entreprise  actu.fr/normandie/offranville_76482/pre … 70840.html
Vendu en moyenne à 213 € le plus vite possible et en bénéficiant des mes connaissances du fixing moins mauvaises qu’il y a quelques années. Cela me fut plusieurs fois bénéfiques pour me glisser entre les gouttes et vendre des actions à bon compte. +50 % en moins d’un an smile Un cas d’école de somme des parties supérieure à la valeur de l’action. Un catalyseur qui finit par arriver si l’on est patient. Une analyse du dossier très proche de ce qui s’est passé finalement. Sympa. Je n’ai d’autant plus pas hésité que ce qui restait de Gévelot n’était plus que de l’Oil&Gas et que je suis déjà bien chargé dans ce domaine.

- Alstria : alors c’est vrai que cette foncière allemande faisait le job mais en manque de cash, j’ai préféré l’arbitrer pour l’entreprise pour l’entreprise de construction (et de promotion) immobilière dont je parle ci-dessous. Vendu en moyenne à 12,3 €. +90 % avec dividendes. J’avais l’action depuis plus de 5 ans ! C’était l’action la plus ancienne dans mon portif, c’est Picanol qui reprend ce "titre" maintenant.

- Et une vente "forcée" que j’ai évité de peu : GAIA. J’avais vendu des calls couverts (avec une échéance beaucoup trop longue, erreur de débutant, c’était ma seconde vente d’option). L’action a beaucoup augmenté suite à de bons résultats trimestriels mais j’ai préféré racheter mes calls assez chers (en perdant quelques plumes… mais moins que tout le ramage gagné sur les ventes d’options en général). Bien m’en a pris car l’action après mon rachat de call a encore fortement augmenté (et donc le call que j’avais vendu puis racheté).

RENFORCEMENTS

- Agfa Gevaert  : Gros renforcement dans le creux. Renforcement très opportun vu l’augmentation d’Agfa depuis ! J’ai trouvé que l’on a écrit pas mal de demi-vérités sur Agfa et je n’ai pas eu le temps d’apporter ma pierre sur la file Agfa ce trimestre mais j’ai quasiment fini un long post sur cette valeur (que j’avais commencé pour moi-même pour savoir s’il était judicieux de renforcer). Je pense arriver à le poster cette semaine. Agfa devient donc l’une des mes plus grosses convictions.

- Encres Dubuit
De nouveau quelques petits renforcements (mon "PRU de départ" qui était d’au moins +30 % n’est plus que de +10 %) et je pense que l’on sous-estime le changement de direction actuelle : le site a changé, l’entreprise est beaucoup plus visible dans les salons, il y a une dynamique forte, qui, sur des small caps à très petit CA peut faire vite la différence sachant que leurs produits sont bons.

- Precia, Picanol, Tessi, Financière de l’Odet
Pour toutes ses valeurs, légers renforcements grâce aux fameux ordres épuisettes que je n’utilisais pas assez. Certains avaient plusieurs mois voire trimestres (et donc j’imagine j’étais 1er dans le CO) alors quand Precia est très brièvement retombée sous les 200 €, ben j’ai ramassé pas mal d’actions et idem pour Picano tombée brièvement sous les 100 €. En fait, pour de nombreuses valeurs je suis arrivé à 4 salaires nets investis ce qui reste mon "seuil psychologique" et cela "à bon compte" à l’aide de vieux ordres épuisettes.

ACHATS
Pas mal d’achats pour un seul trimestre finalement.

- ABBEY Plc PEA-compatible ! Là encore, j’ai prévu un post détaillé (dites donc j’en promets des posts wink) car j’ai analysé longuement cette valeur. Comme je suis en dehors de ma zone de confort (je me sens bien, et mon historique commence à le prouver, dans l’analyse des small caps industrielles ou technologiques mais je n’ai aucun début de commencement d’avantage ou d’expertise dans l’immobilier), les retours de la communauté seront appréciés. J’ai acheté autour de 14,5 € mais avec la stamp duty et des frais de courtage importants (les 2 ajoutés ça fait mal), mon PRU est plus élevé.
Donc rapidement avant l’ouverture de la file Abbey Plc markets.ft.com/data/equities/tearsheet/ … ?s=DOY:ISE
Abbey PLC est une holding irlandaise qui fait essentiellement de la construction immobilière mais aussi de la location d’engins de chantier et un peu de location. Je pense comprendre pourquoi la valeur est tant décotée. On a une décote de holding, une décote multi-pays (les analystes sont souvent spécialisés dans l’immo d’un seul pays), une décote de small cap illiquide et une décote de contrôle majoritaire. J’y vois plutôt des bons côtés.
Abbey est donc un petit constructeur totalement sous les radars. Environ deux tiers de son activité est au Royaume Uni, un tiers en Irlande et un petit bout de constructions qui commencent en République Tchèque. La famille  Gallagher détient 74% de la holding or la famille Gallagher est très orienté long terme, risk-adversed (l’une des rares entreprises de promotions immo a avoir senti la crise immo en Irlande et diminué la voilure au bon moment !). Les minoritaires sont bien traitées historiquement. Un bilan en béton armé : aucune dette, environ 1/3 de la market cap en cash (!), un P/B tangible à 1,1. Niveau flux et opérations : une marge opérationnelle toujours au-dessus de 15 % ces 10 dernières années (sauf une fois) un FCY yield de quasiment 13 % ! Décoté en flux et en actifs donc. Bien évidemment, il y a des questions sur la promotion immobilière au UK mais Abbey est moins exposé que ses pairs au programme Help To Buy. J’adore aussi la sobriété de leurs rapports annuels, la qualité de leurs prévisions (je me suis amusé à relire toutes leurs forecasts des 8 dernières années et c’était très près de ce qui s’est passé).

- CITI Oui la grande banque américaine. Je suis pourtant déjà bien chargé dans le secteur financier. Un seul salaire net d’investi. Mais CITI reste, selon moi, l’une des rares banques américaines encore décotée gardant sa "mauvaise image" de la crise. Le potentiel d’augmentation du dividende est important aussi : Citi n’avait pas bien passé les derniers stress tests.

- ABC Arbitrage Eh oui un rachat ! J’ai eu l’action plusieurs fois en portif depuis 10 ans. Quand elle tombée en-dessous de 6 €, j’ai fait tourner mon outil de valorisation perso et je l’ai trouvée plus décotée que je ne le pensais alors que j’avais déjà l’idée d’en acheter comme "hedge à la probable-future-annoncée-depuis-3-ans-déjà hausse de la volatilité". Dès lors, je l’ai achetée juste parce que je la trouve décotée : évidemment si la volatilité augmentait à nouveau, ça serait carton plein.

- Amundi ETF FSE EPRA Eh oui mon 1er ETF PEA-compatible… foncières cotées. On sent que la thématique immobilière m’a un peu travaillé ce trimestre. Un peu par manque d’idées il faut l’avouer (ce qui n’est pas une bonne raison) mais aussi pour revenir à mes objectifs déjà quinquennaux (et pas du tout remplis) d’allocation d’actifs avec une part d’immobiliers. Pour cet ETF, j’ai fait très simple : pour la 1ère fois je fais des achats sans réfléchir. J’ai mis une alerte e-mail tous les trimestres pour aller prendre 1/4 de salaire net de cet ETF et basta ya! Vous trouverez une discussion ancienne de déjà 4 ans (!) sur ces trackers sur la fameuse file de Nikki : www.devenir-rentier.fr/p60091#p60091

PORTEFEUILLE ACTUEL par ordre décroissant de valorisation au 30/09/2017 + le montant investi entre parenthèses puis une fourchette de valorisation ; une grande partie des valorisations ont été mises à jour ce week-end :

* Berkshire Hathaway (4 salaires nets). No comment. J’achète dans des "creux" (forcément pifométriques). Pour l’instant la seule valeur où je me vois investir plus de 4 salaires nets. Fourchette : 175 $ - 180 $

* Bank of America (3 salaires nets). Légère hausse de la valo : fourchette 28$-30$ + dividendes vraiment sympatoches. Pour ce trimestre a été ma "ligne de travail" de ventes d’options. Mais j’ai vendu des options aussi sur Citi, Gaia, Seritage, Vereit (des puts hors de la monnaie mais jamais atteints), etc.

* Aures Technologies (3 salaires nets). Je valorise entre 26 € - 28 €. Mais je laisse courir les gains.

* GAIA (3 salaires nets) découvert sur Corner of Berkshire. La valeur a continué à s’envoler : +39 % YTD mais j’ai perdu une partie de cette hausse à racheter un call couvert. Il n’y a pas meilleure introduction que de lire la passionnante file de Corner of Berkshire sur le sujet. Avec l’augmentation forte de l’action et malgré les bons résultats, GAIA a changé de catégorie : nous sommes passés en un an d’une entreprise très décotée sur actifs tangibles (notamment cash !) et donc "peu risquée" à une entreprise légèrement décotée mais de croissance rentable (masquée par les Capex d’invests) donc "plus risquée". Mais je conserve car le plan se déroule pour l’instant mieux (c’est tellement rare dans la com fi !) que les annonces du management d’il y a un an.
On retrouvera d’ailleurs sur la file de CoFB la prose d’un ancien contributeur de forums francophones… GAIA - Gaiam Inc. smile

* Tessi (4 salaires nets). Beaucoup renforcé. Action qui a monté et ma fourchette de valo : aussi 210 € - 225 €

* Encres Dubuit (3,5 salaires nets). Une nano cap pour laquelle j’avais créé une file ici : www.devenir-rentier.fr/t11924
J’ai renforcé et l’action augmente très forte (mais sur des petits volumes). Fourchette de valo stable : entre 7 € et 8 €.

* Financière de l’Odet (3,5 salaires nets) Le réveil de la belle endormie continue : +30 % YTD ! Bien sûr grâce aux transports de carburants pétroliers qui a augmenté mais pas seulement : le commerce repart bien en Afrique et les entreprises de la galaxie Bolloré possèdent une grosse logistique qui bénéficie du fret de tous les types de matières premières (pas seulement pétrolières). Belle valeur en fonds de portefeuille qui est maintenant bien ancrée en territoire positif. Fourchette de valo inchangée : 1300 - 1500 €

* Picanol (2 salaires net). Renforcé sous 100 €. Valorisation en légère hausse : 110 € - 120 €

* Precia (3,5 salaires nets). Une année fantastique pour Precia. Les petites acquisitions ont encore continué en Q3 : vu leur historique de réussite d’acquisitions, je pense que cela créera de la valeur, du levier opérationnel et de l’effet d’échelle.  Valo inchangée ~ 220 € - 230 €

* Agfa Gevaert (3,5 salaires nets). Gros renforcement autour de 3,7 € après l’annonce des résultats qui avaient déçu le marché (à tort selon moi : tout avait déjà été annoncé pourtant !). Valo en légère baisse tout de même ~ 5,5 € - 6,5 €.

* AIG (3 salaires nets) La valeur que j’ai le moins étudiée dernièrement. Je ne me souviens même plus quand j’ai lu un rapport trimestriel. Du coup, je ne sais plus trop ce que je dois faire. Dans ma to-do-list (chargée) des décisions à prendre. Mon ancienne valo était autour de 75 $ mais je n’ai pas revalorisé depuis donc je ne sais pas trop ce que ça vaut…

* Graines Voltz (2 salaires nets). Chaque mois ça augmente, nous en sommes à +74 % YTD ! Ma valorisation est assez conservatrice (il y a une file dédiée avec un superbe travail de FranckInvestor) et donne "seulement" entre 25 € et 30 €.

* PSB Industries (2 salaires nets). Cas intéressant. J’allais vendre pour faire une "bascule" sur Recticel (même domaine, entreprise belge que je trouvais encore plus décotée) mais cette annonce AMF m’a fait changer d’avis : www.amf-france.org/technique/multimedia … 17DD509756
J’ai peut-être tort car je ne connais pas les dessous de cette opération qui n’ont peut-être rien à voir avec une conviction forte d’un insider. Solide même si pas sexy. Valo ~ 63 € - 66 €

* Orchestra Premaman (3,5 salaires nets). Un renforcement au mauvais moment. Une chute perpétuelle même lorsque des bonnes nouvelles sont faites. Bon il faut bien que nous ayons chacun notre croix big_smile et puis c’est ma seule valeur négative, ça me rappelle l’humilité comme on dit…   Fourchette de valo inchangée pourtant : entre 14 € et 18 € mais, et c’est un gros mais, avec un minimum d’un an et demi je pense d’attente.

* Seritage Growth (2 salaires nets). Revenu en territoire positif (même en euros) suite à son augmentation de Q3. La bascule vers des proprios non-SEARS est lente mais continue. Il faut être patient et croiser les doigts jusqu’à 2019.

* Abbey Plc (2 salaires net). Le constructeur immobilier irlandais (mais surtout actif au UK) dont j’ai parlé ci-dessus. Valo autour de 28 € (oui je sais ça paraît un peu exagéré…). Évidemment il faudra des catalyseurs pour "libérer" cette valeur vu toutes les raisons objectives de la décote (de holding, d’illiquidité, de small caps, de trop diversifié, etc.).

* Laurent-Perrier (1,5 salaire net). J’aime avoir acheté cette valeur dont la moat n’est pas à démontrer. AU Q3 augmentation significative sans nouvelle pourtant. Et surtout une jolie nouvelle par courrier : les actionnaires ont le droit à de (substantielles) réductions sur l’achat de champagnes du groupe Laurent-Perrier big_smile

* CRCAM Normandie Seine (1 salaire net). Pour attendre un hypothétique rachat.

* ABC Arbitrage (1 salaire net). Comme expliqué ci-dessus. Je n’exclus pas de renforcer. Valo entre 6,7 € et 7€.

* Amundi ETF ETF FSE EPRA (0,5 salaire net)

Et une ligne européenne (PEA) en construction dont je parlerai bientôt.


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

[+6]    #16 09/10/2017 12h43 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   728 

Un post, non pour parler de la performance du portefeuille (encore qu’en seulement 15 jours, il a plus qu’effacé  les petites pertes du 3ème trimestre grâce à AIG, Gaia, BAC et… Agfa qui ont flambé en 10 jours) mais pour détailler un peu plus l’allocation. Un témoignage donc.

Mon "sizing" maximum de 4 salaires nets avec des paliers de 1 salaire net lié à chaque fois à un ratio "risque/bénéfice" estimé (sizing que j’applique depuis quasiment deux ans) m’a conféré deux avantages par rapport à des biais classiques : 1) éviter les "all-ins" ou quasi "all-ins" tout en 2) maximisant les gains sur les meilleurs ratios.

Je n’aime pas le mot "conviction" (d’ailleurs je ne l’utilise jamais) alors disons que sur les entreprises que je trouvais le plus décoté depuis 5 ans (un tiers de mes valeurs je dirais), je nommerais :

* Picanol : amplement expliquée sur ma file et sur la file Picanol. J’ai été l’un des premiers à en parler (avec pvbe) de façon détaillée. Je n’avais pas de stratégie d’allocation à l’époque donc… je n’ai pas maximisé les "gains" alors que j’écrivais clairement que le ratio était excellent. Sur mes 1ers achats, je suis à quasiment +450 % de mon PRU même si actuellement je suis autour de +200 %.

* Besi  : même combat que Picanol. J’ai été l’un des 1ers à évoquer cette belle small cap. J’ai fait +310 % mais sizing inadéquat car à l’époque, si j’avais enfin réussi à me créer une stratégie de valorisation qui tenait (à peu près) la route, je n’avais jamais réfléchi de façon sérieuse à l’allocation ! Encore une fois, l’absence de stratégie d’allocations à l’époque m’a clairement empêché de gagner "plus" en allouant plus d’argent. Pourtant, j’en parlais avec enthousiasme.

* Villeroy et Boch : rebelote…

* Bank of America : détaillé sur ma file les raisons de mon optimisme sur la valeur et… du sizing important… puisque je venais de mettre en place ma ligne de conduite par palier de salaire net. Et bingo : alors qu’en % c’est moins glorieux que Besi, j’ai gagné autant d’argent que Besi…

* Encres Dubuit dont j’ai ouvert la file : Nouveau venu : par où commencer ? Sizing qui commence à être important (et payant) même si l’histoire reste encore à écrire sur cette valeur.

* Tessi : j’ai fortement renforcé dès que ça baissait parce que l’un des meilleurs ratios bénéfice/risque de ma liste donc avec mes +25 % actuel sur PRU, cela représente déjà un salaire net de gagné en peu de temps même si, je pense, l’histoire n’est aussi à qu’à ses débuts. En revanche, je n’irai pas plus haut que la règle que je me suis fixée…

* Orchestra Premaman : la chute continue de l’action aurait pu me tenter à "renforcer" mais j’avais déjà atteint le sizing maximal que je m’étais fixé par rapport au ratio "bénéf/risque"… bien m’en a pris puisque l’action a encore beaucoup baissé par rapport au moment où j’ai été tenté de renforcer.

Alors certes, le fait de "capper" à 4 salaires nets a pu m’empêcher de réaliser des "prouesses" sur Aurès ou Gaia ou Agfa (lors de l’OPA) ou BAC, etc. mais cela m’a permis aussi d’éviter de boire le bouillon sur ma seule action en négatif depuis 2 ans qu’est Orchestra (une seule pas mal wink )

De plus, le fait de me forcer à associer un montant à un ratio de risque/bénéfice m’a permis d’augmenter les gains sur Aurès, Gaia ou BAC (là où avant j’aurais mis au hasard 2 salaires nets partout). La clé, c’est vraiment ça : OK sur la valorisation j’ai progressé mais il faut y associer une probabilité de réussite (et/ou le temps pour y parvenir et/ou les risques intrinsèques si nanocap, marché réduit, etc.). Et ce sont deux choses assez différentes. Je préfère en effet ne pas trop mettre de "décote" dans mes valorisations quitte en revanche à considérer une probabilité de réussite plus faible et donc un sizing plus faible pour certaines valeurs même si "l’upside" par rapport à la valorisation est pourtant parmi les meilleurs…

C’était donc la minute "réflexion sur l’allocation dans un portefeuille" et les gains que cela apporte après environ 2 ans de mise en place smile


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

[+26]    #17 29/12/2017 23h19 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   728 

Réalisons le bilan de l’année. Je prends ce soir 29/12 comme fin de l’année (je sais que l’année boursière finit en fait plus tôt mais j’ai toujours pris la fin de l’année).

BILAN 2017
Comme toujours, tout s’entend dividendes inclus.

- Performance de la part 2017 : +22,2 %. CAC40 GR : 12,9 %, S&P 500 : 19,5 % (mais 16,9 % en euro constant).
- Performance de la part depuis le début (déc. 2012) : +108,0 % soit 15,5 % annualisé. CAC 40 GR : 76,9 % soit 11,9 % annualisé, S&P 500 : 88,9 % soit 13,3 % annualisé.
L’écart s’accélère avec les indices big_smile. Cela étant, en marché bullish, mon style d’investissement est sans doute avantagé. Ne boudons tout de même pas notre plaisir. De plus, ma poche de cash s’agrandit et représente environ 12 % à fin d’année donc j’ai un petit "matelas" avec une "watchlist" et je suis prêt à dégainer en cas de baisse des marchés… que tout le monde attend (espère ?). Je ne ferai aucune prétérition en prétendant ne pas faire de prévisions tout en en faisant : je ne sais absolument rien de plus que le marché sur 2018. En revanche, je compte être encore plus rigoureux en 2018 quant à mon process (cf. ma grosse erreur mais aussi mes progrès ci-dessous) même si cela doit augmenter ma poche de cash. En résumé, je ne vise pas un investissement à 100 % (sur ma poche dédiée actions) mais uniquement à respecter mes valorisations.

Revenons sur 2017 : grande nouveauté cette année depuis plus de 5 ans pourtant, c’est la première fois que les CTO font mieux que les PEA… et ce malgré la baisse du dollar sur l’année ! Ouf, la diversification sert enfin à quelque chose. C’est finalement assez logique lorsque l’on regarde les 4 plus grosses lignes de mes CTO pendant l’année 2017 : GAIA avec +43,4 %, Bank of America avec +36,1 % et Berkshire Hathaway avec +21,6 %. Dans mes 4 plus grosses lignes, seul AIG a mal performé avec -7,5 %. J’ai d’ailleurs allégé ma ligne BAC en toute fin d’année puis immédiatement vendu des puts (à un strike inférieur au prix de ma vente) pour "compléter à nouveau" ma ligne si l’action baisse tout en étant payé en "attendant".

Toujours sur BAC, c’est devenu un… bagger de mon portif (au moins le douzième depuis 5 ans), oui oui une big cap très suivie et mal-aimée à une époque est devenue un bagger en seulement un an et demi ! Un peu comme Microsoft autour de 2014 cela étant. Pour rappel, j’ai acheté mes BAC suite à la vente de mes Sears Holding autour de 14 $… qui est actuellement à 3,6 $. En 20 mois, grâce à ce bras coupé sur Sears Holding, j’ai doublé l’argent investi ce qui est 8 fois mieux que si j’avais conservé du Sears. 8 fois mieux yikes

Et puis sur l’un de mes CTO (chez IB), j’ai inauguré les options sur le 2ème semestre ce qui a ajouté (sur cette partie du portif) une performance de… +2,9 points. C’est largement plus que ce que je pensais en me lançant dans les options (en 6 mois seulement, je n’ai pas annualisé les 2,9 %). Cela représente quasiment un gain de 1 point absolu sur la performance de l’ensemble de mon portif actions. Attention toutefois, ce n’est pas reproductible et les conditions du marché se prêtaient particulièrement bien à la vente de puts et de calls couverts.

ERREURS
Commençons par THE mistake : Orchestra Premaman. L’erreur n’est pas tant de s’être trompé sur une valeur (qui a réalisé un sacré gadin dans l’année) que d’avoir investi en ne respectant pas ses propres critères.

Les détails de mes critères-clés sont largement détaillés dans ma file mais comme elle commence à être longue, ça ne fait pas de mal de rappeler ceux que je considère comme cruciaux : dette LT / FCF < 3,5 (oui c’est plus "dur" que de prendre l’EBITDA mais je préfère), intérêts d’emprunts annuels / EBIT < 36 %, moyenne sur 5 ans de (FCF / C.A.) > 4 %. Aucun de ces critères ne sont reliés à la valorisation de l’entreprise mais à sa solidité financière et à sa capacité à "cracher du pognon" par unité vendue.

Ensuite si ces critères sont OK (ce sont les principaux, j’en ai quasiment une dizaine mais disons que c’est la "sainte Trinité" dans ma méthode) => on évalue. Et seulement à ce moment là. Je les appelle les "3 critères de sécurité". Alors oui, dans ma méthode de valorisation (une fois que les critères précités sont validés), il y a ensuite 4 façons de valoriser dont je fais une moyenne géométrique (là encore j’en ai longuement parlé avant). Et dans ces méthodes de valorisation, il y en a une à partir de l’EBITDA (soit grosso modo l’EBE pour une boîte française voire le P.S. en fin de post) et une autre par les comparables. Sur ces 2 façons de valoriser, Orchestra Premaman me semblait très décotée début 2016. Les 2 autres méthodes sont fortement axées sur le FCF yield (en prenant la valeur de l’entreprise). Or Orchestra Premaman ne respectait aucun des 3 critères de la "Sainte Trinité" ! C’est donc bien là qu’était l’erreur.

Je n’avais même pas besoin de me poser des questions sur le management, juste de respecter mes critères habituels. On pourrait se dire : désormais plus jamais cette erreur ! Hum je me connais, je n’y arriverai pas (sinon je n’aurais pas investi dans GAIA qui est quasiment un bagger) donc autant se fixer un objectif atteignable. En revanche, je peux me forcer à ne jamais mettre plus de 1,5 salaires nets dans des entreprises qui me semblent très décotées mais dont les 3 critères de sécurité ne sont pas respectés. Soit le nouveau processus : je brûle d’investir dans une valeur car elle me semble extrêmement décotée mais elle ne respecte pas les critères de sécurité => why not mais => allocation max de 1,5 salaires. Je suis à peu près sûr de pouvoir respecter cette règle. Pour rappel, j’avais mis 4 salaires nets dans Orchestra…

PROGRÈS
Deux "progrès" principaux je trouve en 2017 : rigueur sur les ventes et initiation aux options.

Concernant les ventes, je suis beaucoup mieux le process : si cours au-dessus de ma valo (mise à jour bien sûr) de 20/25 % alors revente. Et les rares fois où je ne l’ai pas fait, je m’étais astreint à rédiger les raisons. C’est donc pour cela que j’ai revendu l’intégralité de Aures Technologies, PSB Industries et Viel & Compagnie (qui avait grimpé d’un coup en début d’année 2017).

D’autre part, je suis ravi d’avoir baigné un pied dans le monde des options. Pour des détails sur une série de ventes et rachats de puts ou de calls couverts, voir par exemple ce post où je précise tous mes trades : (25/25) Vente d’options PUT pour améliorer le rendement d’un portefeuille…
J’ai continué sur la même "voie" en décembre i.e. des ventes de puts sur des valeurs qui m’intéressent (avec rachats le cas échéant si la valeur avait augmenté significativement) et des ventes de calls couverts sur des valeurs que je trouve bien valorisées (mais pour l’instant toujours "out of the money"). Idem avec rachats le cas échéant si la valeur avait baissé (ou stagné mais que la valeur temps baissait).

Attention pour les débutants : la vente de calls couverts est relativement peu risquée (le risque est "juste" un manque à gagner en cas de grosse hausse du cours). En revanche, la vente de calls non couverts (ou "naked") peut être extrêmement coûteuse.
Quant au risque "maximal" concernant la vente de puts, c’est qu’en cas de grosse baisse des marchés, on se retrouve à avoir "surpayer" un certain nombre de lignes. Mais si ce sont des entreprises solides que l’on voulait obtenir de toute façon, il ne s’agit "que" d’un achat à un "PRU pas parfait" mais pas d’une catastrophe. Je déconseille fortement toutefois des ventes de puts sur des valeurs "juste pour voir" : il faut vendre des puts sur des valeurs que l’on a autant étudiées que si on les achetait au prix du marché. Et pas vendre des puts pour "se faire un peu d’argent en attendant que les marchés baissent" ou pire "pour passer le temps" wink

VENTES
- Aures Technologies : j’ai tout vendu entre 34 et 38 € avec un PVU de 35,9 € et un gain de +84 %. Comme expliqué, j’ai appliqué mon process. Je n’exclus pas de revenir si l’action repasse en dessous de ma valorisation.

On se souvient que dans l’année j’ai aussi vendu mes CRCAM, PSB Industries, Viel & Compagnie, etc. etc.

RENFORCEMENTS
(je ne parle ici des renforcements "significatifs" soit au moins 1/3 de ligne, pas des petites retouches qu’il m’arrive d’effectuer soit par ennui soit par baisse curieuse d’une valeur et qui n’ont aucun intérêt à être détaillées)
Mon plus gros renforcement au cours de 2017 est Encres Dubuit. L’arrivée d’un nouveau directeur des ventes très dynamique et d’une nouvelle gamme de produits vont accélérer la croissance d’après moi. Les fondamentaux et les ratios restent excellents mais là je fais aussi un petit "pari" sur la croissance (dans mon renforcement mais pas dans ma valorisation dans laquelle j’ai injecté très peu de croissance). Cela est d’autant plus vrai qu’Encres Dubuit ne va maintenant plus communiquer que semestriellement (et non plus trimestriellement) : nous avons donc un trou plus important qu’à l’habitude entre l’annonce d’éventuels bons résultats. Pour l’instant, le marché est un peu aveugle sur Encres Dubuit (même si l’action a bien performé en 2017) et je pense qu’il y aura des bonnes surprises. J’ai renforcé largement à la hausse en tout cas.

Renforcement important et en plusieurs étapes sur Tessi. Une belle valeur de croissance avec une petite mais intelligente acquisition.

Renforcement significatif aussi sur Picanol. Pour des raisons que j’ignore, de nombreuses small et mid caps belges ont vu leur cours fondre mi-décembre. Picanol à moins de 90 €, c’était trop tentant ! J’avais de nouveau une marge de sécurité de 20 % (pour une entreprise que je trouve particulièrement solide) alors que quelques mois plutôt en automne, Picanol était "à sa valeur" d’après moi.

ACHATS
Eh bien surtout ma nouvelle valeur : Payton Planar Magnetics cotée en Belgique mais non PEA-able car c’est en fait une small cap israélienne. J’en parlerai plus longuement dans une file ad hoc. Pour moi, une rareté : une entreprise décotée, rentable et riche en cash… de haute technologie ! Habituellement, ce sont plutôt des entreprises dans des secteurs considérés comme matures (automobile, métiers à tisser comme Picanol, énergie, etc.) qui ont ce genre de profil. Mon PRU est supérieur au cours actuel. Je compte renforcer car je n’ai pas atteint mon allocation-cible. Mais la liquidité faible et le fixing n’aident pas à renforcer sans trop faire monter le cours…

J’ai aussi acheté dans le trimestre (mais déjà mentionné dans les files correspondantes) : Crest Nicholson et Abbey Plc.

PORTIF
Par ordre décroissant de valorisation au 29/12/2017 (% du portif actions) + le montant investi entre parenthèses + la valorisation mise à jour en fin de résumé.

- Berkshire Hathaway 11 % (4 salaires nets). No comment. Fourchette de valo : 180 $ - 185 $.

- Tessi                         9,9 % (4 salaires nets). Fourchette : 212 € - 230 €

- Encres Dubuit           8,7 % (4 salaires nets). Comme expliqué, j’ai largement renforcé à la hausse. Sur l’année, Encres Dubuit a réalisé un excellent cru avec +35 % mais je suis à moins que ça puisque renforcement à la hausse. Je pense que dans un an, les annonces seront bonnes et que ce n’est que le début pour Encres Dubuit. En effet, le renouvellement de la force de vente (plusieurs remplacements de cadres), de la gamme produits et l’augmentation de la visibilité dans les salons dédiés aux encres et pâtes de sérigraphie sont impressionnants. Pour une nano cap avec un faible CA, une telle nouvelle "impulsion" devrait se retrouver dans les chiffres si ce n’est pas dans les prochains résultats semestriels au moins dans ceux d’après. Au pire, j’ai en portif une valeur très solide avec un bilan en béton. Fourchette : 7 € - 7,3 €

- Financière de l’Odet  8,5 % (3,25 salaires nets). Quelle belle année 2017 ! +37 % sur l’année big_smile tout à fait justifié car les fondamentaux sont bons. Plus je connais "l’empire" Bolloré, plus je pense qu’ils sont au bon endroit pour le futur (infrastructures en Afrique de plus en plus rentables dans des zones de fortes croissances délaissées par les marchés, agilité, etc.). En plus avec Odet on a Bolloré avec une décote de "complexité/prix de l’action haut". Je n’ai pas assez renforcé à mon goût. Fourchette : 1 350 - 1 550 €.

- GAIA                        8,3 % (3 salaires nets). La valorisation est complexe maintenant qu’il s’agit d’une valeur de croissance et non plus d’un achat sur "le bilan". En novembre, j’ai vendu des calls couverts 15JUNE18 15.0 à 0,55 $ pièce (calls sur l’ensemble de ma ligne)… belle somme sur mon compte IB pour de la simple vente de calls. Depuis, l’action a baissé et le temps a passé, je pourrais racheter mes calls en ayant gagné déjà un gros tiers de la somme encaissée mais je laisse encore "courir".

- Picanol                    8,1 % (2,25 salaires nets). Très belle année pour l’entreprise et donc augmentation logique de la valorisation. Le parcours en bourse reflète moins bien l’excellente année je trouve… +19,5 % tout de même. Fourchette : 110 € - 120 €

- Precia                      8,0 % (3,5 salaires nets). Precia a fait du Precia encore une fois : de (très) nombreuses petites voire "mini" acquisitions pour se renforcer peu à peu par croissance externe. Je trouve qu’ils maîtrisent parfaitement leur stratégie. Cela étant, c’est un peu l’inverse de Picanol : certes une bonne année (mais pas excellente) sur le plan opérationnel alors que l’année boursière est absolument magnifique : +34 % ! Fourchette : 240 € - 250 €.

- Agfa-Gevaert          7,5 % (4 salaires nets). Ouf je finis l’année positive (+2 % hmm) sur Agfa… grâce à un renforcement dans les creux. Comme expliqué, j’ai déjà gagné beaucoup d’argent sur un A/R en 2015-2016 sur Agfa et je continue à penser que la valeur est très largement décotée avec un beau matelas de sécurité bilantielle (sauf le hors bilan des pensions surestimé à mon avis). 2018 devrait être une année "catalyseur". Il est très rare que je m’avance sur un "timing" de catalyseur car même lorsque mes (assez nombreuses tout de même wink ) estimations se sont réalisées, je ne pouvais prévoir ni le moment ni le type de catalyseur (une OPA, une sortie de la cote, une annonce de dividende exceptionnel, etc.). Toutefois, pour plusieurs raisons dont j’ai parlé sur la file Agfa et qu’il serait trop long de reprendre (en résumé que le PDG a enfin parlé d’avancer dans la scission Agfa Healthcare IT et reste d’Agfa), je me mouille pour Agfa sur 2018. Ou disons autrement : si cela n’arrive pas en 2018, je revendrai en fin d’année. Encres Dubuit et Agfa sont les deux valeurs qui, à mon sens, n’ont pas encore montré tout leur potentiel en 2017 et qui apparaîtra peut-être en… 2018.

- AIG                         6,8 % (2,5 salaires nets). J’ai arbitré une partie de ma ligne vers des warrants AIG TARP. J’utilise aussi beaucoup de vente de calls couverts sur cette ligne. Année maussade pour AIG en 2017. Let’s see pour 2018 smile

- Payton Planar Magnetics 5,8 % (2,5 salaires nets). Ma nouvelle ligne de fin d’année. Je ne sais pas quand Mr. Market se rendra compte qu’il y a une valeur high tech décotée mais je peux attendre avec les 4,5 % de dividendes extrêmement bien couverts par le FCF ! (quoique malheureusement pas mal taxés mais c’est une autre histoire). Attention ma fourchette de valo est en $ car les comptes sont en USD même si elle est cotée en euro. De plus, Payton est très sensible au dollar (un dollar fort est excellent pour Payton pour au moins 3 raisons que je détaillerai dans la file… et à l’inverse pour un dollar faible). Fourchette : 5,6 $ - 6 $.

- Graines Voltz                 5,6 % (2 salaires nets). No comment malgré une année faramineuse : +75 % !

- BAC                        5,2 % (2 salaires nets). J’ai réalisé toute une série de ventes/rachats de puts out of the money pour "récupérer" 1 voire 1,5 salaires nets de Bank of America. Mais je n’ai jamais été exercé car grosso modo l’action n’a fait que monter même dans le dernier trimestre (celui où j’ai lâché une partie de ma ligne). Très belle année pour BAC.

- Crest Nicholson      4,8 % (2 salaires nets). Double objectif : avoir de nouveau du GBP en porte-feuille et un peu plus d’immobilier. J’ai bénéficié d’un bon "timing" (grosse baisse suite au "trading update" réalisé par la direction. Le Brexit et les prix de l’immo britanniques jettent une ombre sur leurs perspectives). Je suis déjà à +10 % en seulement 1 mois sur cette ligne. A mon cours d’achat, rendement de 6,2 %. J’avais détaillé en direct mes avis et prises de position sur Crest ici : Crest Nicholson Holdings PLC : constructeur résidentiel au UK . Fourchette de valo assez élevée (je tiens compte du risque sur l’immo britannique qui écarte la fourchette) : 6,8 £ - 7,8 £.

- Seritage Growth Properties 4,3 % (2 salaires nets). Légèrement baissé à cause de Sears mais a finalement bien résisté sur l’année. D’autant qu’entre les dividendes et mes ventes de calls couverts / rachats successifs (très faciles comme elle baissait lentement), j’ai quasiment couvert la baisse du titre.

- ABC Arbitrage     4,0 % (2 salaires nets). Mon "hedge" anti-volatilité. Je pense renforcer en 2018 mais je veux revoir ma valorisation. Fourchette encore incertaine.

- Laurent Perrier    3,3 % (1,5 salaires nets). Surprenante bonne année boursière pour cette valeur du champagne malgré des résultats en demi-teinte si on fait le bilan. +17 % sur l’année. Fourchette : 70 € - 75 €.

- Abbey Plc            2,8 % (1,5 salaires nets). Il s’agit actuellement, d’après mon modèle de valorisation, de mon action la plus décotée. Et pourtant ma ligne est encore peu significative. En effet, je veux d’abord mettre au clair avec Binck ce que je considère une erreur de leur part (et pour l’instant ils ont été très réactifs, j’attends juste le dénouement) : il n’y a normalement pas de stamp duty (taxation irlandaise) sur cette action. Or la stamp duty irlandaise est de 1 % ! Voir les détails sur la file que j’avais ouverte ici : Abbey Plc : un constructeur irlandais de maisons décoté et sans dettes . Fourchette : 26 € - 30 €.

- Orchestra Premaman 2,5 % (4 salaires nets). Eh oui si bas dans la liste malgré 4 salaires investis. L’une des raisons pour lesquelles je vais d’ailleurs conserver la ligne en 2018 : "le plus dur est passé" comme on dit. Même si la ligne va à zéro désormais, l’impact sera minime sur mon portif, c’est la beauté de la diversification. Et puis, ce n’est pas comme en 2016 (lors de ma vente de Sears par exemple) où je manquais de cash et que j’avais encore de nombreuses idées, là j’ai déjà un matelas de cash très confortable sur les 2 PEAs et je ne vois donc aucune raison "pratique" de vendre (cela ne s’applique qu’à ma situation bien sûr). Honnêtement, ce sont les raisons principales pour lesquelles je conserve. Après, oui, en second point, je pense qu’une entreprise avec une marque forte capitalisant une minuscule fraction de son chiffre d’affaires, c’est improbable ! Même si vu l’endettement, et comme détaillé ci-dessus, je n’aurais jamais dû prendre une position aussi grosse puisqu’à l’encontre de mes… propres critères ! Est-ce que je me ridiculise à donner ma fourchette de valo ? Allez faisons le tout de même wink Fourchette : 8 € - 12 €.

- Warrant AIG       1,7 % (1 salaire net). Plus risqué que l’action bien sûr mais permet d’avoir du "levier gratuitement". Très content de l’avoir en portif. Curiosité amusante, mon "PRU" est à pile 20 $.

- Et puis je ne détaille pas les "miettes" restantes mais : le tracker Amundi ETF FSE EPRA pour 1,6 % du portif (je continue à le renforcer quadrimestriellement), Vereit pour 1,5 % car je veux un peu plus d’immo et les obligations Sears 2019 pour 1,1%.

Aparté
Une lettre de Vernimmen expliquait de façon très intéressante pourquoi l’EBE s’était développé majoritairement en France et dans quelques autres pays (Portugal, etc.) alors que l’EBITDA était de loin le plus courant même dans des pays aussi variés que les USA, l’Inde ou le Brésil etc. La raison principale (historique) était très logique comme souvent (sauf que souvent nous n’avons pas l’historique alors on trouve cela bizarre). Même lorsque l’entreprise n’était pas une multinationale (opérant dans le même pays), les pays décentralisés voire fédéralisés avaient des niveaux d’imposition très différentes selon les États / cantons / Régions. Dès lors, si l’entreprise voulait "normaliser" les résultats à l’échelle de la maison-mère, l’EBITDA s’imposait car la fiscalité des "régions" pouvait être extrêmement différente. Or, en France ou dans d’autres pays très "centralisés", les taux d’impositions sont (étaient ?) quasiment les mêmes et l’EBE ne posait donc pas de problème de cohérence entre filiales et apportait même plus d’informations (puisque plus proche du résultat pour l’actionnaire).

Dès que les entreprises deviennent multinationales, même françaises, elles adoptent en revanche très vite l’EBITDA pour les mêmes raisons (dans leur communication financière puisque réglementairement elles doivent donner évidemment aussi toutes les liasses imposées par les normes en vigueur).


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

[+4]    #18 05/01/2018 11h25 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   728 

Avant de replonger dans une grosse ligne droite au travail avec un dossier ardu (les acquisitions n’attendent pas !), un rapide topo de mes dernières heures consacrées à l’investissement en début de semaine. J’ai étudié pas mal d’entreprises et comme nombre de forumeurs, difficile de trouver du décoté.

Installux : jolie boîte, remplit tous mes "critères de sécurité", gamme variée et bénéficie à la fois des temps forts de la construction mais aussi de la "décoration/réaménagement" (donc moins cyclique) dommage que je ne l’ai pas (ré)étudiée plus tôt car il y a 1 an, c’était pile avec la marge de sécurité que je m’impose. Là, c’est trop cher à mon goût. Je passe mon chemin pour l’instant. Déjà discuté par de nombreux forumeurs sur IH.

Actia : alors là je ne comprends pas l’engouement sur la valeur (elle est citée sur de très nombreux forums). Sans doute que quelque chose m’échappe. De toute façon, le domaine de l’automobile ne me réussit pas trop : non pas que j’ai perdu de l’argent mais je n’en ai pas gagné même lorsque mes screeners me disaient d’acheter (MGI Coutier il y a 3 ans, comme discuté de nombreuses fois ou d’autres). Mais là, ben de toute façon mon screener me dit que c’est déjà largement à son prix. Qui plus est, il faut 5 années de FCF pour couvrir toutes les dettes long terme donc hors de mes critères de sécurité. Alors certes, pour l’instant, la couverture des intérêts est bonne et les échéances de remboursement assez lointaines mais pour une small cap, c’est trop haut pour moi. Qui plus est, Actia est très "dispersée" je trouve. Présente dans de multiples niches mais pas des niches dans le bon sens du terme (peu d’acteurs, premiumisation) non des niches avec de nombreux concurrents et parfois d’univers très variés. Un exemple parmi d’autres : toutes leurs activités de gestions de flottes et notamment l’utilisation de "dongle" (en bon français boîtier de télématique), c’est un véritable bloodbath ! Actuellement un des domaines les plus concurrentiels qui soient (je veux dire que l’intensité concurrentielle augmente) car tout le monde veut faire le métier de l’autre maintenant et que la gestion de flottes / services est l’un des rares domaines où il y a encore des marges. Du coup, on a sur le même segment (et ce n’était pas le cas il y a quelques années) : des start-ups (WayKonect, etc.), les équipementiers (Valeo, Continental, etc.), les boîtes d’entretien automobile (Speedy, etc.), les loueurs (Hertz, etc.), les pétroliers (via leurs cartes, Total, etc.) et les fabricants autos qui veulent reprendre la main (Renault avec Renault Services, etc.). That’s a tough world!
A la rigueur, la seule issue positive que je puisse voir au cours de l’action, c’est… une OPA car le secteur se consolide. Mais bon la boîte est familiale et de toute façon, la possibilité d’OPA doit être un plus dans une thèse d’investissement pas le cœur de l’achat. Je passe définitivement mon chemin ou alors je loupe quelque chose…

Millet Innovation
 : domaine de la santé ou plutôt de la parapharmacie. Notamment le fabricant d’Epitact. Dossier intéressant, "critères de sécurité" respectés mais déjà très bien valorisé d’après mes screeners. Boîte familiale aussi (bon point), la seule cotée en bourse dans ce domaine à mon avis. En effet, toutes les autres boîtes anciennement cotées en bourse ont été soit rachetées par des plus gros (Merck, etc.) soit sont restées "private" : fabricants de Compeed, Dr SCHOLL, Urgo, Gilbert, Neutrogena, Addax, Pierre Fabre Santé, Cooper, etc. Je passe à nouveau mon chemin et il faudrait un très bon semestre et/ou une baisse de cours significative (encore plus qu’Installux) pour que je rentre.

Et je pense que, comme beaucoup d’entre nous, vos porte-feuilles sont en mode fusée en ce début d’année ! Mais là j’ai de la chance car c’est particulièrement le cas pour mes plus grosses lignes : Agfa, Odet, Encres Dubuit (ma plus grosse "conviction" de l’année), etc. Dès lors, suis déjà à 2,3 % YTD (plus de 3 fois le livret A ! Je devrais tout vendre et mettre sur une AV, j’aurais un +4,5 % assuré pour l’année). Et je ne vous parle même pas du tracker Ether que je ne compte pas dans ma performance… mais qui trop fait le malin finit… dans le ravin wink alors je m’arrête là… ETHEREUM TRACKER EURO ETF | ETFskurs | Chart | A2HDZ2 | SE0010296582

Allez je retourne en hibernation travail / papa / loisirs et le portif tournera bien tout seul jusqu’à ce que j’ai le temps d’étudier d’autres dossiers aux prochaines vacances, peut-être trouverais-je enfin du non surcoté.


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

[+10]    #19 02/07/2018 18h05 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   728 

2ème trimestre 2018 (1ère partie)

- Performance de la part H1’2018 : +5,7 %. CAC40 GR : +3,0 %, S&P 500 : +1,7 %.
- Performance de la part depuis le début (déc. 2012) : +120 % soit 15,2 % annualisé. CAC 40 GR : 82,1 % soit 11,9 % annualisé, S&P 500 : 93,1 % soit 12,7 % annualisé.

Depuis plusieurs trimestres ma performance est à 3 chiffres et je conserve la logique des 3 chiffres significatifs (i.e. je n’écris pas 120,2 %). À mon avis, utiliser 4 chiffres significatifs n’a que peu de sens lorsqu’on parle de performance de part pour un particulier. Je me demande même si 2 chiffres ne serait pas suffisant. Entre les dividendes pas toujours reçus au moment du bilan (je comptabilise que si j’ai bien reçu les dividendes), la façon de comptabiliser le cash (qui varie selon les IH), mes 6 comptes (avouons que mon suivi des entrées/sorties de cash sur mes 6 comptes n’est pas toujours professionnel), je pense que 2 chiffres significatifs serait suffisant… 3 est un juste milieu.

Malgré des choix peu heureux en 2018 (plusieurs non-achats à la limite d’être achetés dont plusieurs dont j’avais parlé ici), la diversification du porte-feuille et la solidité des entreprises permettent de continuer à modérément surperformer. Parlant de diversification, le dollar est bien remonté puisqu’il affiche +2,7 % en milieu d’année ce qui aide la partie US de mon portif. Les options apportent aussi de la performance… enfin tout dépend comment on les conçoit / comptabilise (encore une fois : de la limite des calculs de performance).

Je n’ai pas affiché le détail de mon portif depuis plusieurs semestres notamment parce que les PRU n’apportent que peu d’information voire sont contre-productifs. Mais comme je ne fais pas de photos de mon portif (mon suivi est de de plus en plus épisodique), c’est finalement pas mal de le réaliser sur IH tous les trimestres. La première fois sur ce forum date déjà de 6 an (!) ici : Portefeuille d’actions de PoliticalAnimal (2/17)
où l’on voit que seule Picanol a survécu, son PRU était de 18,8 €… peu de dire que j’ai renforcé à la hausse depuis 2012, à raison en l’occurrence smile

Voici donc une photographie du porte-feuille d’actions que je gère au 30 juin 2018 par ordre décroissant du poids de chaque ligne :
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/2907_capture_de769cran_2018-06-30_a768_162438.png
avant de détailler les opérations et quelques actualités sur mes chères entreprises, l’œil averti aura sans doute noté plusieurs éléments : GAIA n’est pas à 17,5 $… oui mais voilà j’ai vendu des calls couverts dont le strike est à 17,5 $ donc je "bloque" la valeur de ma ligne.

2 réflexions : 1) je pourrais être déçu de l’envolée du titre Gaia alors que je vais sans doute être exercé (enfin ça fait 2 mois que je devrais être exercé… je ne comprendrai jamais l’exercice des options, c’est la grande loterie, un collègue IH a lui été exercé) et 2) finalement la vente d’options me fait perdre de l’argent cette année. La réponse a ces deux réflexions est la même : ben non. Non parce que si je n’étais pas devenu un peu familier avec les options, j’aurais juste… vendu mes actions Gaia autour de 17,5 $. Là en vendant des calls lointains (légèrement hors de la monnaie), j’ai ajouté de la performance et gagné pas mal de biffetons (que je comptabilise dans la perf totale du portif, pas sur la ligne Gaia). J’ai tout de même un regret, c’est de ne pas avoir vendu mes calls dans la monnaie. Finalement lorsqu’on veut vendre des actions, il est (en moyenne, il y a des contre-exemples) mieux de vendre des calls couverts dans la monnaie, ça "rapporte" plus. Voir par exemple concernant mes vente de calls couverts et de puts : ici ou .

In fine, je trouve la même performance globale de mon portif US que IB par exemple sauf qu’eux trouvent cette année (contrairement à l’année dernière et à Q1), une perf négative pour les options et un gain (très) positif pour les actions. Personnellement, je considère mes actions Gaia "vendues" à 17,5 $ et l’argent de la vente de calls couverts comme performance de la partie options. Je sais évidemment que IB a raison dans la lettre mais dans l’esprit, et comme je sais que j’aurais vendu Gaia, je pense que c’est mieux de comptabiliser ainsi (encore une fois, ça ne change pas la perf globale).

L’œil averti notera aussi que les dividendes de Graines Voltz ne sont pas comptabilisés (et ils sont juteux !) car je ne les ai pas encore reçus. Enfin, on notera que j’avais une  importante ligne AIG (dans le top 6) et en forte plus-value qui s’est transformée en petite ligne en moins-value. C’est que j’ai décidé d’alléger ma position AIG (j’ai aussi des warrants). J’ai allégé ma position de 2/3 mais et pour ce faire j’ai vendu toute ma ligne sur Bourse Directe pour racheter un tiers sur IB (ce qui me permet de vendre des calls couverts et de les racheter quand cela s’y prête…).

►VENTES
*Orchestra Premaman. Alléluia j’ai vendu ce trimestre KAZI. La principale raison fut ma réévaluation d’Abbey Plc qui me plaît de plus en plus Abbey Plc : un constructeur irlandais de maisons décoté et sans dettes
Je voulais renforcer Abbey et quoi de mieux que d’utiliser (le peu) d’argent qui me restait sur la ligne KAZI dans mon PEA. Pas de transfert d’argent et directement l’argent sur le PEA. Oh ! vu que la ligne ne représentait plus grand-chose, cela avait peu d’effet sur la perf globale du portif mais, maintenant que j’avais qch à acheter sur le même compte, et sauf à souffrir du biais des coûts irrécupérables, je n’avais plus aucune raison de conserver KAZI. KAZI devient mon pire investissement en pourcentage… -74 %  vendu à un PVU moyen de 3,1 €. Mais, mais ouf cela ne bat pas le record de mon pire investissement en valeur absolue qui reste… Sears Holding ("seulement" -50 % pourtant)… où l’on voit que j’apprends tout de même un peu de mes erreurs puisque c’est suite à l’aventure Sears Holding que j’avais implémentées des règles strictes d’allocation maximale (en proportion du portif et en valeur absolue). Et je me suis tenu à ces règles !

En reprenant ce week-end, les lectures de nombreuses files en retard et en sortant de ma torpeur sur le sujet KAZI, je m’aperçois que l’action a été encore divisée par… deux depuis ma vente ! Je m’aperçois aussi en demandant autour de moi (massivement et de façon "semi-industrielle", j’ai dû envoyer des emails ou appeler une trentaine de copains/copines/connaissances/collègues) qu’Orchestra Premaman est largement moins bien vu qu’il y a 3 ans… bon de toute façon j’avais déjà vendu… mais j’aurais pu réaliser ce genre d’enquête "lynchienne" un peu plus tôt… hum hum…

Dans cette descente continue aux enfers d’un titre même après ma vente, j’ai une impression forte de déjà-vu avec… de nouveau Sears Holding (aka Tears Holding, trouvé par de facétieux lurons). J’avais vendu autour de 14 $ pour basculer sur BAC en 2016. L’action a encore perdu 80 % ! yikes et l’action BAC doublé… espérons qu’il en soit ainsi pour Abbey !

Beaucoup d’encre a d’ailleurs coulé sur la rudesse du métier de la distribution. À commencer par l’ultra célèbre et un peu éculée phrase de Buffett et Munger datant déjà de 1977

Munger et Buffett a écrit :

“retail is a very tough business. [Warren and I] realized that we were wrong. Practically every great chain-store operation that has been around long enough eventually gets in trouble and is hard to fix. The dominant retailer in one twenty-year period is not necessarily the dominant retailer in the next

En creusant un peu, j’ai trouvé des phrases plus récentes de Buffett et/ou Munger précisant que très souvent les actions retail paraissaient décotées et n’étaient pas en fait décotées. Mr. Market n’était pas si bête et reflétait bien l’extrême fragilité des business retail. J’ai trouvé de nombreux liens intéressants sur le sujet, un dernier : CNBC Transcript: Warren Buffett, Charlie Munger and Bill Gates
dans cet entretien, Buffett et Munger reconnaissent qu’ils ont eu besoin non pas d’une mais de très nombreuses expériences catastrophiques dans le retail pour se rendre compte à quel point les entreprises retail devaient être abordées avec une extrême précaution quoique les décotes puissent faire penser… faut croire qu’avec 2 mauvaises expériences dans le retail, je ne suis finalement (étonnamment) pas plus malins que Buffett et Munger big_smile

C’est d’ailleurs pour cette raison que j’ai rayée l’entreprise Passat de ma watchlist malgré des critères de décoté rentable avec plein de cash très alléchants (mais en forte décroissance). Et plusieurs autres entreprises plus classiquement lié au monde du "retail", je ne creuse même plus. Les tendances se retournent tellement vite en B2C par rapport au B2B lorsqu’il n’y a pas de moat. En B2B, même lorsqu’il n’y a pas de moat, il y a une inertie beaucoup plus importante (et je parle de l’intérieur d’une grosse boîte… je vois très bien le temps que cela prend de changer de fournisseurs, il faut vraiment de bonnes raisons de le faire ! Un particulier n’aura pas ce genre de problème… et en quelques mois les mêmes qui achetaient Orchestra vont acheter H&M Baby).

* Autres ventes : CRCAM Toulouse et CRCAM Normandie Seine. Classiquement et pour la 3ème année, je vends peu de temps après les dates ex-dividende. Je conserve en revanche Brie Picardie et Languedoc pour deux raisons différentes. Brie Picardie car je la considère comme valeur de fond de portefeuille. Et Languedoc car c’est l’une des caisses possédant le plus faible pourcentage de CCI par rapport au capital total. Sur mes ventes Toulouse et Normandie Seine, je réalise resp. +7,0 % et +5,1 % en… quelques mois. Elle n’est pas belle la vie ? (vous pouvez voir ma file de l’année dernière, même histoire, idem il y a deux ans et Bifidus faisait ça depuis encore plus longtemps… anomalie de marché pour le coup… mais sur des très petites capitalisations, pas si étonnant).

►ALLÈGEMENTS
Comme déjà écrit, j’ai effectué un gros allègement d’AIG. +92 % sur la partie vendue.

J’ai aussi allégé Seritage Growth qui avait un poids trop important dans mon portif par rapport à la confiance que j’ai dans la thèse maintes fois débattue ici de redéploiement des espaces Sears à multiples de l’ancien loyer (Seritage se retrouve en "milieu" de mon portif par poids des lignes). -6 % sur la partie vendue.

►RENFORCEMENTS
Énormément de renforcements. Je ne pense pas tous les lister de façon "sérieuse" et exhaustive. Mais que ce soit à la hausse ou à la baisse (pas pour rattraper le couteau qui tombe mais après réexamen des chiffres et si les montants d’allocations max ne sont pas atteints); ce fut le trimestre des renforcements. Lorsqu’on a peu de temps pour étudier de nouveaux dossier et dans un marché finalement bien valorisé, il est plus facile de renforcer une entreprise que l’on connaît déjà. Suite à de bons résultats par exemple, et si je trouvais que Mr. Market n’était pas très optimiste, je renforçais, etc. etc.

Parmi les renforcements principaux :
Financière de l’Odet. A tout seigneur, tout honneur. Le gadin du trimestre ! Je me suis longtemps retenu de renforcer (tant mieux !)… mon renforcement reste "négatif" pour l’instant car effectué à 850 €. Mais Bolloré et Odet, c’est du très long terme pour moi. J’avoue que qch m’échappe chez Mr. Market… je doute un peu de temps en temps mais assez peu sur ce dossier ! Il se trouve que je connais professionnellement plusieurs filiales de Bolloré et que l’aspect holding de plus en plus diversifié me rassure. La vision long terme du groupe aussi. Que des ennuis judiciaires (dont l’issue est incertaine) puisse effacer autant de la capitalisation d’une immense holding me laisse perplexe ! On est à moins de 10 fois les profits et en termes de free cash flow c’est encore plus beau… Un lien tout de même pour ceux qui voudraient avoir une vision moins optimiste que moi : Affaire Bolloré : le président guinéen va porter plainte, le Togo se dit prêt à coopérer
Je le dis très peu souvent mais à ce prix là, ça me semble cadeau… le marché price sans doute la fin du modèle Bolloré (un petit mélange des genres certes) ? L’incertitude sur la passation de pouvoir avec ses enfants ? Parce que même dans le pire cas (annulation des contrats au Togo et en Guinée… qui de toute façon n’est absolument pas du ressort de la justice française), la dégringolade du titre cette année représente des dizaines de concessions portuaires et pas seulement le Togo et la Guinée ! Pire, quand le pétrole baissait, Bolloré baissait mais quand il montait fortement ce 1er semestre, Bolloré "stagnouillait" au mieux. Il y a une décote "d’incertitude" qui me semble largement exagérée même si je sais d’où elle vient. Je serais heureux d’avoir des avis d’autres IH sur la galaxie Bolloré ici dans ma file smile
Dernier point : Bolloré ne serait pas un "pote" pour sûr car j’apprécie peu certaines de ses méthodes (et ça lui fait une belle jambe wink) mais pour équilibrer avec les reportages uniquement à charge que l’on peut voir, je sais de première main (i.e. des locaux me l’ont dit) que travailler à Bolloré fait partie du rêve de nombreux Togolais ou Guinéens… ils préfèrent ça mille fois aux barons locaux ou aux Chinois, l’entreprise Bolloré ne doit dès lors pas maltraiter tant que ça ses salariés locaux.

Payton Planar Magnetics. Suite aux excellents résultats, j’ai renforcé. C’est dans ma liste à faire d’ouvrir enfin la file de cette entreprise dont je parle sur le forum depuis un an maintenant. Je ne connais pas d’autres entreprises européennes high-tech qui sont : en croissance forte tout en restant décotée, avec plein de cash et peu de dettes et un dividende juteux ! (très bien géré par Binck d’ailleurs le dividence). N’en jetez plus ! Curiosité amusante aussi : la holding cotant en Israël cote avec un… premium (ce qui est rare) soit un premium de mono-holding (Payton Planar Magnetics est la seule filiale de la maison-mère). Je n’exclus pas de renforcer encore.

ABC Arbitrage. Renforcé plusieurs fois à la hausse (et à raison). Toujours la même idée, très basique et simplette : dans un univers qui retrouve de la volatilité, surpondérer ABC.

Indépendance et Expansion. La réouverture était faite pour moi (en plus avec des frais de courtage gratuits actuellement, la petite cerise sur le gâteau), c’est d’autant plus vrai que mon portefeuille va "s’indicialiser" de plus en plus… moins de temps moins d’envie de chercher.

Graines Voltz. Renforcer à la hausse aussi. La thèse a été mille fois exposée et avec rigueur. Je rappelle le site : Actionnaires minoritaires de Graines Voltz – Défendons nous !

Et à la marge, pas mal des valeurs de mon portif.

En revanche je n’ai pas renforcé Crest Nicholson (en mode couteau qui tombe malgré des résultats bons… moins bons que prévus certes mais bons tout de même). Plusieurs raisons : pas si confiant dans mon analyse, problème des valeurs UK dans un PEA (si la ligne est grosse, ça va être encore plus emmerdant à gérant la vente/rachat, etc.). Je conserve tout de même. C’est une valeur vraiment décorrélée du reste de mon portif (je me suis amusé à regarder l’évolution de la valeur versus le reste de mon PEA : c’est quasiment toujours inversé, pas mal je trouve).

►AUTRES
Aucun achat ce trimestre même si j’ai été à deux doigts d’acheter du Dom Security (sniiif), du Apogee Entreprises et du Installux (que je suis depuis des années maintenant et que plusieurs IH historiques ont en portif : Portefeuille d’actions de PoliticalAnimal (16/17)).

Du presque achat pour Disney et Kulicke & Soffa. Je vends en effet des puts très près de la monnaie dans l’intention d’acheter à une valeur avec laquelle je suis confortable. Depuis un semestre, j’ai déjà réalisé plusieurs aller-retours (l’action est montée, j’ai racheté mes puts pas chers… l’action redescend légèrement, je revends des puts à bon prix, etc. je profite de la volatilité sur des actions que je voudrais). Je vise d’avoir des Disney à 100 $ et des Kulicke & Soffa à 24 $. Je n’exclus pas de vendre des puts dans la monnaie pour le prochain "round". 

Dans la deuxième partie, je parlerai principalement du "hors actions" (ou actions mais gérées sur mes assurances-vies), de quelques autres entreprises étudiées mais pas achetées et de l’évolution de mon allocation (actions, obligations, pierre-papier, etc.).


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

[+3]    #20 07/08/2018 16h52 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Réputation :   64 

Non sur l’ADR il n’y pas la possiblité de jouer les options sur TCEHY il faut passer sur 0700.HK.

Personnellement je ne pense pas qu’il y ait de problème de liquidité à jouer sur l’ADR et même si je ne peux pas faire d’options dessus j’ai d’autres terrains de jeux. Je n’ai pas envie d’avoir à gérer trois devises (euro / usd / hkd).

EDIT :
Sur les semi-conducteurs je m’intérroge aussi où mettre des billes, je ne connais pas BESI je vais lire votre message à ce propos.
Je vous invite à lire cet article qui peut vous intéresser sur SA : Tech Tariffs Will Not Hurt Lam’s Growth In China
Je vais me renseigner également un peu plus sur LRCX pour le coup smile

Dernière modification par cikei (07/08/2018 16h56)

Hors ligne

 

[+3]    #21 07/08/2018 17h32 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   728 

Ah, ah LAM Research (LRCX) je connais bien la boîte. C’était l’un de nos fournisseurs de machines de gravure RIE (reactive ion etching) quand je bossais pour Alcatel-Lucent. Je suis allé plusieurs fois chez eux en région parisienne ou dans la Silicon Valley.

LAM, c’est la Rolls des équipementiers qui… habituellement se paie cher. Ils ont toujours les équipements de gravure dernier cri pour les lignes de prod les plus chères (leurs clients : TSMC, Intel, Toshiba, Lucent à une époque, etc.). Ensuite, le géant Applied Materials les copiait plus ou moins et LAM devait continuer à innover (CA d’environ le double de LAM en 2017, attention l’année fiscale de LAM est décalée donc faut comparer ce qui est comparable).

Je n’étais pas allé voir leurs ratios depuis longtemps et je ne connais pas leur histoire récente (je parle des 3 dernières années) mais que les ratios sont bas ! De plus, en survolant les valeurs je me rends compte que LAM a énormément grossi (c’était plutôt 3 G$ leur C.A. moyen !) alors qu’AMAT n’a que modérément grandi. Dès lors, la différence de taille entre les deux est beaucoup moins nette.

Cela donne envie d’acheter même s’il y a sûrement une raison. Pas le temps de creuser (je suis déjà chargé en équipementier pour semiconducteurs…) mais je relève une curiosité : historiquement Applied Materials a des ratios plus faibles que LAM car de moins bonnes marges. Mais là en P/E, P/FCF et en EV/EBITDA, c’est LAM actuellement qui est le plus bas. Peut-être parce qu’ils viennent d’annoncer de mauvais résultats… à vous de voir.

En tout cas, cela vaut le coup de creuser le sujet car je n’ai jamais vu LAM avec des ratios aussi bas. Il y a aussi KLIC (Kulicke & Soffa) dont footeure et moi parlons aussi. C’est un quasi clone de BESI (équipements avec moins de marges que LAM ou Applied et portefeuille de produits très proche).

De toute façon les 4 boîtes (LRCX, AMAT, KLIC et BESI) sont sensibles aux mêmes cycles donc faut en choisir une seule, 2 grand maximum sinon le portif peut tanguer dangereusement ! Un peu comme se trop se charger en équipementiers auto, faut trouver le juste équilibre big_smile


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

[+4]    #22 30/08/2018 15h54 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   728 

rylorin a écrit :

Bonjour,
Le titre fait 50% de hausse en 1 mois, c’est peut-être un peu tard pour y aller
Mais je vous souhaite une bonne nouvelle qui pousse le titre un peu plus vers le haut.
A quelle heure les résultats doivent-ils être annoncés ? après bourse ?

Très occupé dernièrement entre famille et taf (alors que j’ai plusieurs idées de files à ouvrir mais ça prend du temps de vérifier tous les chiffres). En revanche, écrire qqs lignes en écriture rapide sur ce qui constitue l’un des 5 sujets les plus importants pour débutant, je vais prendre quelques minutes big_smile (pour une fois je ne me relirai pas donc dsl pour les fautes).

Nous sommes tous passés par là donc n’y voyez rien de personnel rylorin mais vous écrivez une bêtise et je ne peux la laisser sur ma file wink C’est un gros biais de débutant dont les débutants doivent absolument apprendre à se méfier (le biais inverse du débutant étant d’ailleurs d’acheter si possible juste après une baisse de -50 %… ce qui est rarement une bonne idée sauf pour une boîte que l’on connaît très bien). En fait, le mieux serait de ne PAS avoir les courbes d’historiques de prix.

Une augmentation du titre de 50 % dans le mois précédent ne doit (quasiment) jamais influencer une décision d’investissement. Vous pouvez l’imprimer si vous voulez wink J’écris ça de manière générale et il ne faut surtout pas le voir comme un conseil d’achat sur Payton Planar. C’est particulièrement vrai pour les small caps lorsqu’elles commencent à "catalyser". Si malgré la récente hausse, les ratios de valorisation restent bons et que la croissance est là, en fait la boîte est toujours autant décotée… Payton vient de monter suite à d’excellents résultats et, à mon avis, elle est toujours autant décotée qu’avant.

Mon cas est peut-être particulier mais tous mes meilleurs investissements (sans exception) qui sont tous des multi-baggers, je les ai achetés alors qu’il y avait déjà eu une très forte hausse dans les mois précédents (parfois bien plus que +50 %).

J’achète Picanol par assez grosses quantités fin 2012 autour de 18 € car je la trouve incroyablement décotée, sans dettes, avec une belle croissance et j’adore l’éthique de Luc Tack : Portefeuille d’actions de PoliticalAnimal (2/18)
ben lisez la suite de ma file en 2012/2013, on me fait précisément remarquer qu’elle vient juste… d’augmenter de +80 % en quelques mois et que j’achète peut-être au plus haut… quelques années après l’action dépasse les 100 € !

Idem pour Besi (pareil recherchez dans ma file, j’ai acheté alors qu’elle venait de faire +50 % en quelques mois). Pareil pour Oeneo. Idem pour Jacquet Metal. Idem pour Linedata. Alors que, oh pour Orchestra Premaman qu’est-ce que j’ai bien renforcé après les baisses de -50 %… et j’ai perdu bcp (pour enfin couper mes pertes… l’action a été divisée par 3 depuis que j’ai vendu… petite pensée à ceux qui ont continué à renfocer). Le seul bagger de mon portif  après une légère baisse, c’est Microsoft je crois (mais j’ai eu tellement de baggers que j’en oublie sans doute certains… ça c’est gratuit, juste pour faire le malin big_smile )

Mais il n’y a pas que moi : allez demander à ceux qui ont suivi JeromeLeivrek sur Xilam alors que la hausse stratosphérique avait déjà commencé s’ils ont regretté d’avoir investi après une hausse de 100 % big_smile (JeromeLeivrek a en revanche investi encore plus tôt… et même avant la hausse).
Regardez par exemple ce post, très court, de JeromeLeivrek, il est superbe et résume ce que l’on devrait tous faire sans se soucier de la baisse ou hausse : Xilam : le producteur de dessins animés qui monte (2/7)

Je suis sûr que d’autres IH pourront donner des exemples. Full discloure, j’ai renforcé à 5,6 € Payton Planar (cette semaine je ne renforce pas car je suis tjs en réunion lors du fixing).

C’est sans doute bien mieux d’ailleurs d’acheter quand ça vient de faire +50 % que lorsque ça vient de faire -50 %. J’avais lu plusieurs papiers académiques sur ce sujet, pas le temps de rechercher. En le lisant, je m’étais dit, ce papier, c’est un peu  "la philosophie du couteau qui tombe versus momentum".


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

[+5]    #23 30/08/2018 21h53 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   591 

Bonjour PA et merci pour votre très bon post.

PoliticalAnimal a écrit :

En fait, le mieux serait de ne PAS avoir les courbes d’historiques de prix.

Oui, de voir un cours à un instant T de le comparer à sa valorisation estimée et décider.

On peut citer des contre-exemples :

Akwel un excellent parcours jusqu’à 40 € l’été dernier (de 22 € fin 2016 à 40 € mi 2017 soit +80% en six mois), et presque à -50% depuis. Pourtant les fondamentaux ont peu changés, la croissance est toujours présente même si ralentie et l’entreprise est très faiblement valorisée. C’était pourtant un bon momentum.

PoliticalAnimal a écrit :

Le biais inverse du débutant étant d’ailleurs d’acheter si possible juste après une baisse de -50 %… ce qui est rarement une bonne idée sauf pour une boîte que l’on connaît très bien).

AutoZone, 800$ janvier 2017, < à 500$ en juillet (-40% et il fallait acheter pendant ce momentum déplorable), 800$ en janvier 2018 (+60% en six mois ou +0% en un an), 600$ en avril (-25%), 800$ en août (+30% ou +0% en un an et demi). Le momentum a aussi pour vocation de s’inverser. Et c’est une Large Cap, pas une Nano en manque d’efficience. smile

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/11791_azo-cours.jpg

N’est-ce pas du bon momentum ? smile

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/11791_bitcoin.jpg

Ah non, c’est la bulle spéculative du bitcoin, on connait la suite. Certes l’exemple est exceptionnel mais la bulle spéculative arrive aussi sur des actions.

Anevia début 2017 pas loin de +100% en un mois pour de mauvaises raisons, la valorisation a très vite dépassée ce que les fondamentaux pouvaient justifier et cela s’est dégonflé presque aussi vite.

PolitcalAnimal a écrit :

C’est particulièrement vrai pour les small caps lorsqu’elles commencent à "catalyser". Si malgré la récente hausse, les ratios de valorisation restent bons et que la croissance est là, en fait la boîte est toujours autant décotée

Votre phrase est un très bon résumé dont il ne faut oublier aucun mot en gras (quand on arrive à tous les avoir, et cela n’a rien de facile….).

Valorisation attractive/décote.
De la croissance (un catalyseur parmi d’autres).
Un bon momentum.

Cela s’approche du Small Value Momentum en fait, ou de l’approche d’I&E.

Bref tout cela pour dire de ne pas acheter trop vite le momentum non plus, qu’on peut se casser le nez dans les deux sens.

Merci encore pour votre très bon post cher PA smile

Dernière modification par bibike (30/08/2018 22h46)


Parrain Ing Direct - Binck - Bourse Direct - Boursorama - DeGiro - Fortuneo 12470190 eBuyClub Poulpeo iGraal

En ligne

 

[+7]    #24 19/09/2018 11h59 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   728 

Votre retour d’expériences sur la liquidité est apprécié Franc23. Je ne suis toujours pas rentré sur Tencent. Je creuse encore le sujet et je préfère attendre après les mid-terms aux USA. Depuis 6 ans sur cette file, je n’ai jamais tenu compte de la politique pour mes achats mais Tencent étant très proche du pouvoir chinois et les relations sino-américaines tendues sous Trump, je préfère attendre le résultat des multiples élections de Novembre. Et tant pis si je rate un rebond, je préfère acheter en étant tranquille dernièrement. Cela étant, une mission en Chine pour le travail (à Beijing et Shenzhen) m’a confirmé l’ubiquité de Tencent absolument partout ! Je l’ai vu et senti sur le terrain. Le moindre bouiboui même dans les banlieues paumées à son QR-code We Chat à l’entrée du magasin, c’est qch…

Je cherche beaucoup moins les "creux" qu’avant dans mes investissements et je suis content de cette évolution. De la même façon, je coupe plus tôt qu’avant si les résultats sont mauvais et/ou si je suis moins à l’aise avec ma thèse d’investissement.

De fait, et même si je préfère continuer à ne faire qu’un suivi trimestriel, petit point : actuellement mon portif a très peu de rouge. Ce n’est pas, bien sûr, parce que que je réussis mes achats à 100 % mais parce que cette année je suis très "vendre vite si résultats décevants ou pas à l’aise". A l’inverse, j’ai beaucoup renforcé à la hausse au cours de cette année, déjà bien écoulée. Et pour l’instant, quasiment tous mes renforcements à la hausse de 2018 se sont avérés payants : Berkshire, Payton Planar, ABC Arbitrage, etc.

Ah, parlant de Berkshire Hathaway, la semaine dernière, dîner d’affaires avec des Américains. Comme 99 % des cadres américains, ils gèrent eux-mêmes un portif d’actions (souvent en plus de leur 401k), un sujet de conversation est tout trouvé. J’ai donc parlé de Berkshire comme l’investissement le plus simple et finalement très rentable. Et là, grand moment de solitude. Je répète plusieurs fois et l’on me répond "Jerome, I don’t know this stock, maybe a small cap…". Euh non, alors je parle de Warren Buffett.

C’est alors que ses yeux s’éclairent "Oh you mean… Beurk-sheur"… je sais enfin prononcer cette boîte après 6 ans de détention ! big_smile
berkshire  - Definition, pictures, pronunciation and usage notes | Oxford Advanced Learner’s Dictionary at OxfordLearnersDictionaries.com

Enfin, un lien que j’ai mis sur la partie lecture du forum aussi et que je trouve fantastique : toutes les checklists des grands investisseurs dans un seul document. Cela fait plusieurs semaines que ça traîne sur ma table de chevet, je ne pense pas que ça puisse se lire d’une traite mais plutôt en picorant, cela m’aide énormément à réfléchir sur mon portif.

investment_principles_and_checklists_ordway.pdf - Google Drive


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

[+3]    #25 25/09/2018 23h31 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   149 

Ca fait depuis 2010 qu’il dit que ca va exploser.

un jour il aura raison!

China: the coming costs of a superbubble - CSMonitor.com

Hors ligne

 

[+3]    #26 26/09/2018 11h08 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   728 

Sympa de voir qu’il y a de l’action sur la file, j’aime beaucoup smile N’hésitez pas à continuer, ça ne pollue pas bien au contraire !

Très intéressant votre travail Lolaclark78 ! C’est équipondéré si j’ai bien compris (donc mes surpondérations jouent un léger rôle positif même si je suis très près finalement de ce que vous avez trouvé comme performance annualisée…). Et est-ce que vous prenez bien en compte les dividendes ? Bon et il y a 1/3 de mon portif (la partie américaine) sur laquelle j’ai un rendement additionnel grâce aux options mais ça ne joue sur le perf annualisée depuis 6 ans(en revanche pour cette année 2018, 1ère année pleine avec stratégie options, ça booste l’ensemble du portif d’un bon point ! smile ).

Pour BESI versus Micron, ils sont évidemment dans le même domaine mais pas au même niveau de la chaîne. Les deux boîtes connaissent dès lors des cycles mais sont impactés avec un effet retard. BESI qui est un équipementier est, comme KLIC, AMAT et Lam Research, touché en premier… ça repart plus vite aussi.

Quand des nouvelles lignes de prod sont créées, souvent plusieurs par plusieurs concurrents (Intel, Toshiba, TSMC, etc.), les équipementiers voient un afflux de commandes et tous les compétiteurs veulent les machines vite et sont prêts à payer cher. Et ce moment survient souvent peu de temps après le bas de cycle d’où des cycles très marqués en dents de scie même si l’amplitude des cycles est devenue moins violente qu’il y a 20 ans par exemple.

Je ne travaille plus dans le domaine des semicons / optoélec / microélec (cela a été mon domaine de compétences ce qui me permet de comprendre assez vite les boîtes mais plus assez pour être "à la page"). En plus, même lorsque j’y travaillais, prévoir les cycles restait du domaine de la divination.
Cela qui ne veut pas dire qu’il ne faut rien faire : en fait je renouvelle mon conseil, pour les boîtes de microélec au sens large, il ne faut surtout pas faire de Buy&Hold et être attentif à la valorisation et se donner à l’avance un niveau de vente. Vendre lorsqu’on atteint de bonnes valorisations sans hésiter (et normalement après un bon profit) même si on manquera sans doute les plus hauts, cela évite de se prendre la glissade…

Mais prévoir exactement le cycle est réservé à une poignée d’experts (et encore !). C’est pour cela que j’avais vendu BESI et que j’y reviens uniquement peu à peu (j’ai prévu 6 mois et j’ai pour l’instant seulement 1/4 de ma position comme expliqué ci-dessus).

Sur la Chine, si je devais décider entre Charlie Munger (qui dit que ce n’est pas survalorisé) et Vitaly Katsenelson… comment dire je sais vers qui mon cœur pencherait. Cela étant, je n’ai aucun avis particulier ou expertise sur la valorisation des actifs chinois. Seulement une mission en Chine qui m’a impressionné (j’étais prêt à voir des progrès partout mais pas à ce point !)… et fait flipper sur le côté big brother qui est partout ! (la reconnaissance faciale, la reconnaissance automatique des plaques dans les grandes agglomérations chinoises… il n’y a plus un endroit où les Chinois ne sont pas pistés… creepy bad… sad mais très bon pour des modèles d’affaires innovants capex-light).

Sinon j’ai significativement allégé le portefeuille ces derniers jours. Je ne vais pas tout citer mais par exemple Precia Molen car les résultats semestriels étaient aujourd’hui et vu les gadins dernièrement des small caps. En plus, c’est cohérent avec mon process puisqu’il ne restait pas beaucoup de marge dans la valorisation. J’ai conservé la moitié de ma position et j’ai fait +52 % en un peu plus de deux ans (toujours dividendes compris), c’est du bon !

Les seuls renforcements : ABC Arbitrage ce matin (comme bcp d’IH je crois), Payton Planar il y a quelques semaines (hop dans les creux du fixing), Brie Picardie et tracker immobilier.


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

[+5]    #27 06/10/2018 18h10 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   728 

@Attercap : excellente question à laquelle je pensais pouvoir répondre rapidement et qui finalement m’a ouvert les yeux sur un point… mais j’en reparlerai après mon CR trimestriel.

Retour d’une mission lointaine donc j’étais très occupé. Je ne réalise mon bilan du 3ème trimestre que maintenant. Je n’avais pas eu le temps de poster ni de fignoler. La majorité a été écrite fin septembre. Pour rappel, le bilan semestriel se trouve ici : Portefeuille d’actions de PoliticalAnimal (17/19)

- Performance de la part YTD : +9,6 %. CAC40 GR : +6,4 %, S&P 500 : +9,0 %.
- Performance de la part depuis le début (déc. 2012) : +128 % soit 15,2 % annualisé. CAC 40 GR : 86,6 % soit 11,3 % annualisé, S&P 500 : 106,8 % soit 13,3 % annualisé.

(ces performances ne tiennent pas compte de mes gains sur les puts Tesla qui sont dans ma poche "fun" et que je ne calcule pas dans mon portif actions). J’ai la flemme de réaliser un reporting précis. Au départ, j’avais commencé des laïus pour chaque mouvement et nouvelle valeur mais trop occupé ce mois ci. Toutefois ayant réalisé plusieurs fois, bien après coup, qu’une photographie périodique du portif était très utile… pour moi… donc un minimum n’est pas de trop.

De nombreux mouvements ce trimestre. Des ventes, des calls couverts exercés et quelques achats ou renforcements. Ma position cash n’a jamais été aussi importante que fin septembre 2018 (environ 30 % du portefeuille !). Rien de volontaire : plutôt le résultat de grosses positions vendues car elles avaient atteint leur valorisation selon moi (à commencer par le gros morceau Gaia) ainsi que de nombreux allègements. Et les quelques renforcements ou nouvelles lignes ne compensent que peu toutes ces ventes et allègements.

VENTES 
* GAIA : je me suis bien amusé avec Gaia mais la thèse ne tenait plus. C’était une valeur décotée avec une montagne de cash qui est maintenant une valeur de croissance. Ce n’est pas mon univers d’investissement. Encore mieux, j’ai réalisé de nombreuses ventes de calls couverts qui représentent plusieurs points de pourcentage de ma ligne GAIA (que je ne reporte pas dans la perf finale de Gaia car l’activité options est comptée dans la performance finale du portif). J’ai été aussi chanceux jusqu’à la fin car mon call couvert à 17,5 $ n’a pas été exercé lorsque l’action était à 20 $ et l’action est redescendue ensuite (voir mon portif de Q2’2018 où j’avais mis 17,5 comme valeur de GAIA alors qu’elle était à plus de 20 $). J’ai volontairement vendu un call couvert "In The Money" qui a été exercé quelques jours après.
Performance : +102 % ! Un autre bagger smile

* Seritage : cette fois suite à l’exercice d’un call couvert que j’avais vendu il y a longtemps pour un prix d’exercice de 50 $ (cela me semblait très élevé pour SRG en 6 mois). Pas mécontent : 17,6 % de perf.

* Crest Nicholson : comme annoncé sur la file Crest (et ici je crois aussi). Je n’avais plus confiance en ma thèse. J’ai vendu avec une perte : -23,3 %. Pour info, entre la tendance à la baisse de l’action et de la livre, je serais actuellement à… -36 % si je n’avais pas vendu Crest Nicholson. Les grandes différences avec Abbey, aussi un promoteur immobilier, c’est qu’Abbey est, d’après mes calculs, 2 fois plus décotée et a des "amortisseurs" en Irlande et en République Tchèque et pas seulement au UK. En plus Abbey est largement moins sensible à l’immobilier londonien.

* AIG : AIG c’est un peu comme Gaia, la thèse ne tenait plus. AIG m’a offert de très belles années en 2014 et 2015 mais j’ai perdu patience pour le retour complet à la normale (par rapport à la moyenne des assureurs, AIG décote toujours par rapport à sa book value mais beaucoup moins qu’en 2013). Je ne garde plus que le warrant car il immobilise peu de capital pour un gain potentiel important (et une perte… totale en capital possible !).

ALLÉGEMENTS 
Je ne vais pas être exhaustif car j’ai allégé de nombreuses valeurs mais les plus gros allégements concernent : Precia Molen avec +52 % de performance à la vente et Encres Dubuit avec +20 % de perf. Financière de l’Odet allégée entre +10 % et +16 % par rapport à mon PRU.

RENFORCEMENTS 
Payton Planar (uniquement des louchettes), en un peu plus costaud comme renforcement MSGN (Madison Square Garden Networks car résultats que je trouvais bon et que je constitue ma ligne peu à peu), BESI (constitution très lente et pas à pas de la ligne). Et modérément : Graines Voltz, CRCAM de Brie Picardie, ABC Arbitrage.

ACHATS 
* Brookfield Property REIT Brookfield Property Reit Inc, BPR:NSQ profile - FT.com
J’ai utilisé la moitié de la vente de Seritage pour prendre une petite ligne de Brookfield Property REIT que je renforcerai peu à peu. J’aime beaucoup la diversité du portefeuille immobilier de BPR (des centres commerciaux prime mais pas que des centres commerciaux, une part importante aussi de bureaux, d’entrepôts logistiques, etc. : Sectors - Brookfield Asset Management)

Le portefeuille actuel a donc cette allure avec, comme dit plus haut, une poche cash à plus de 30 % :
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/2907_capture_de769cran_2018-10-06_a768_180741.png

Habituellement, je n’aime pas les courbes mais pour une fois je mets l’état de mon CTO IB (qui ne concerne qu’un tiers de mon portif) et qui a fait YTD du… 16,6 % soit significativement plus que le S&P 500 (j’ai essentiellement des valeurs américaines sur mon CTO). Je mets la courbe pour montrer l’effet des actions préférentielles et des options (ventes fréquentes de puts et de calls couverts) sur la volatilité du portif. Depuis mars 2018, le montant des options et des actions préférentielles représentent un tiers du portif Interactive Brokers et cela contrebalance bien la volatilité « pure actions ». Je donnerai plus de chiffres et de faits sur ce points dès que le temps me sera moins compté… sans doute pour le bilan annuel !
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/2907_portif_interactive_brokers_3q_2018_-_copie.png


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

[+10]    #28 11/10/2018 18h16 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   728 

Nope je ne suis plus Marie-Brizard depuis deux ans déjà donc aucun avis.

Woah bien vu bibike ! Vous avez l’œil dites donc… en effet j’ai oublié de compter les dividendes (plantureux) de Graines Voltz, bon ça ne change pas fondamentalement ma performance trimestrielle mais ça ajoute un peu, c’est dans le bon sens smile

Alors Piotroski, c’est le fameux score qui a 9 critères : Piotroski F-Score : quels critères sont les plus importants ?
3 critères concernent l’année N pour savoir si la boîte va à peu près bien (RN > 0, CFO > 0 et CFO > RN) mais tous les autres critères comparent l’année N à l’année N-1. Cela donne donc une sorte de "signal de rebond" pour une entreprise entre une année N et N-1 ; signal de rebond pour, pourquoi pas… acheter (si tant est que la valorisation reste bonne, Piotroski ne dit RIEN de la valorisation mais de la tendance).

Donc en effet Attercap à mes débuts (2012-2013), je donnais autant d’importance au score Piotroski qu’à la valorisation proprement dite. C’était à mon avis une erreur : je venais de découvrir ce score, j’avais même lu des papiers académiques sur ce sujet et, innocent que j’étais, je pensais avoir découvert une martingale. Ensuite, je pense avoir trouvé le juste milieu : la valorisation d’abord et le Piotroski comme un juge de paix (je me souviens en 2014, je n’achetais que si Piotro >= 7 puis j’ai accepté 6, etc.). Piotro était devenu un critère, une condition nécessaire mais plus l’alpha et l’omega. Et puis, et puis… j’ai dérivé et je ne l’ai même plus pris comme critère sad

Alors je pensais vous répondre : un critère pas si utile, un truc de débutant ! J’ai repris toutes mes valeurs achetées (celles qui se prêtent au Piotro donc pas les bancaires et financières…) et même tout ce que j’avais "presque acheté". Et j’ai eu envie de m’acheter une corde wink
Si j’avais continué à respecter le pas de Piotro en-dessous de 7 (ou 6), je n’aurais eu quasiment aucun gadin et au pire des -10 %. J’ai calculé un rendement annualisé de 19,2 % soit environ 180 % depuis le début du portif en ne faisant que respecter cette règle (en plus du reste du process).

J’ai procédé ainsi pour le calcul : pas tenu compte des renforcements (à la hausse ou à la baisse) parfois nombreux car ils avaient lieu souvent après plusieurs années (et je n’avais  pas recalculé le Piotro à ce moment là). J’ai pris le Piotro au moment de mon achat. La performance globale (pas annualisée) jusqu’à la vente (ou la détention si j’ai encore la valeur en portif).

Évidemment, cela ne s’applique qu’à mon univers d’investissement : les décotées rentables. Toutefois dans cet univers, je vais redevenir intraitable comme à mes débuts et ne plus accepter de Piotro de 4 ou 5. A l’inverse, les daubasses auraient à mon avis quasiment toutes des Piotro en dessous de 4… cela n’empêche pas d’avoir des résultats très bons. Mais pour le type d’entreprises que j’achète, il semblerait y avoir quelque chose comme… d’ailleurs les papiers académiques sur des milliers de valeurs le montraient. Bien sûr mon échantillon statistique n’est pas suffisant et j’aimerais bien recevoir d’autres données de la part des IH sur cette file ou par MP que j’intégrerai à la base.

Donc d’abord le tableau de toutes mes positions (avec la méthode de calcul ci-dessous) pour lesquelles Piotro avait du sens : https://www.devenir-rentier.fr/uploads/2907_tableau_piotro.jpg

Ensuite le graph avec le facteur multiplicateur étant simplement la performance (si l’action a fait 100 % => facteur multiplicateur de 2) et en abscisse le Piotro au moment de l’achat : https://www.devenir-rentier.fr/uploads/2907_graphe_piotro.jpg

Et enfin, le même graphe en ajoutant toutes les actions que j’ai failli acheter et citer ici en watchlist et suffisamment étudiées pour avoir une valorisation, un Piotro et un avis : https://www.devenir-rentier.fr/uploads/2907_graphe_piotro_watchlist_en_plus.jpg


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

[+9]    #29 01/01/2019 16h34 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   728 

BILAN ANNUEL 2018 (Partie 1)

En 2018, je n’aurai donc pas perdu d’argent avec ma poche actions… ouf. En 2018, j’aurais gagné légèrement plus d’argent avec ma poche actions qu’un livret A mais beaucoup moins qu’une assurance-vie quelconque… moins ouf sad

- Performance brute de la part 2018 : +0,8 %. CAC40 GR : -8,0 %, S&P 500 : -6,2 %.
- Performance brute de la part depuis le début (2012) : +130 % soit 14,7 % annualisé. CAC 40 GR : 71,7 % soit 9,3 % annualisé, S&P 500 : 93,9 % soit 11,5 % annualisé.

Si l’on compte ma période boursière en Suisse ou non (j’avais eu beaucoup de chances de devoir vendre avant mon départ comme expliqué ici : Portefeuille d’actions de Geoges (2/2)) cela fait donc entre 7 ans et 9 ans que je surperforme tous les grands indices avec un écart qui s’est accentué. De la chance et peut-être un chouia de process bien suivi.

Il y a eu de nombreux mouvements cette année (sans doute trop et 2019 sera très différent sur ce point). La surperformance s’explique simplement, j’ai reporté sur cette file quasiment tous mes mouvements mais il suffit par exemple de regarder il y a un trimestre mon dernier CR : Portefeuille d’actions de PoliticalAnimal (19/19)

Je navigue toujours autour d’une grosse vingtaine de lignes (entre 22 et 30 dans l’année). Mes 3 plus grosses lignes (même avant augmentation, donc bien avec le capital investi) sont de loin : Payton Planar, Berkshire Hathaway (Beurk-sheure wink ) et Graines Voltz. On ne compte plus le nombre de fois où j’ai écrit que je renforçais ces lignes depuis mi-2017 sur cette file. Or, les performances annuelles de ces 3 actions (en euros et avec dividendes) sont respectivement de : +81,1 %, +7,4 % et 19,7 %. Le reste du portefeuille n’est pas miraculeux par rapport aux indices et suit plus ou moins les indice en fait. Il faut aussi prendre en compte la belle augmentation du dollar cette année (+4,2 %) et les options qui m’ont apporté un bon +4,5% sur le compte IB (qui pèse un tiers de mon portif total soit environ +1,6 point à l’échelle de mon portif) et voilà pour le "mirifique" +0,8 % de cette année.

On notera aussi que mon process m’a sauvé d’un sacré gadin sur GAIA, une grosse position, que j’avais vendue le trimestre dernier (toujours ici : Portefeuille d’actions de PoliticalAnimal (19/19)). J’avais vendu car ce n’était plus mon univers d’investissement (car non je n’ai pas de boule de cristal) et depuis Gaia a quasiment perdu la moitié de sa valeur…

Abbey Plc s’est très bien tenue en 2018 alors que tout l’immobilier (promoteurs ou foncières) est descendu aux enfers cette année, comme quoi une small cap irlandaise avec un bilan en béton et beaucoup de cash, aucun endettement, ça permet de bien absorber les chocs par rapport à des promoteurs immobiliers très endettés comme les grands noms de la place britannique.

VENTES
* Warrant AIG : Je vendais déjà au fil de l’eau. La position devenait anecdotique et la probabilité que le warrant soit à son prix d’exercice est de plus en plus faible. Perte de -60 %. Bien m’en a pris, le warrant vaut encore moins cher. Quand on se sent inconfortable avec une action/valeur, je pense vraiment qu’il faut vendre : les rebonds miraculeux sont nettement plus rares que la continuité dans la chute…

ALLÉGEMENTS
J’ai continué à alléger Encres Dubuit.

RENFORCEMENTS
Same old, same old. Au cours du trimestre, j’ai renforcé : Payton Planar (en dessous de 6 € je ne peux pas résister), une belle louche de Berkshire (sous 200 $, je ne peux pas résister non plus smile ), Picanol (en dessous de 70 €… je… vous avez compris), doublement d’Apogee Enterprises suite à des résultats moins bons que prévus (mid-cap toujours aussi solide : bilan en acier et magnifiques produits verrières / façades / encadrements, une sorte d’Installux / Tarkett / Somfy américain), MSGN, Jensen Group, BESI. Et aussi : Graines Voltz, CRCAM de Brie Picardie, ABC Arbitrage. Un peu comme le trimestre précédent mais plus de boîtes américaines. Par exemple, grosse différence avec le trimestre précédent : j’ai renforcé Bank of America assez massivement.

ACHATS
* CRLO : la CRCAM de Loire et Haute-Loire : l’appel du pays sans doute. Incroyable, de nouveau, et comme Bifidus le dit depuis 7 ans, les CRCAM ont bien grimpé en fin d’année. Je n’ai pas boudé mon plaisir de renforcer CRBP2 d’une part et d’acheter CRLO d’autre part, au début du momentum. Cette inefficience de marché systématique (quasiment du free money) est toujours aussi intrigante. Bien entendu, les volumes sont petits et il s’agit sans doute d’une prophétie auto-réalisatrice réalisée par les petits porteurs mais réaliser (une nouvelle fois ! je le fais depuis 5 ans… grâce à Bifidus bien sûr) du +5 % environ en un mois et demi juste quand le momemtum démarre sur les caisses est toujours aussi surprenant voire jubilatoire. Chaque année, je me dis que je mettrai plus l’année prochaine mais chaque année, je me dis qu’il ne faut pas être trop avare… car ça pourrait aussi être la 1ère année où ça ne fonctionne pas !

* TENCENT : comme écrit en octobre, j’avais dit que j’achèterai du TENCENT après les mid-terms américains et selon les résultats. Voilà c’est fait. Je compte renforcer la ligne en 2019 (ce sera sans doute l’un de mes rares mouvements d’ailleurs). 

* KLIC : l’équipementier de micro-électronique singapourien Kulicke and Soffa. J’ai été un peu trop gourmand sur des ventes de puts… gagné beaucoup d’argent tout au long de 2018 mais j’ai fini par être exercé. Avec Besi et Payton, je suis largement trop exposé à ce secteur, pour l’instant je vends des calls couverts pour "attendre" en gagnant de l’argent mais je vais sans doute vendre et prendre ma (légère) perte car surpondération de ce sous-secteur. Je n’ai pas été malin sur ce coup là et cela ne rentrait ni dans mon process ni dans mes règles d’allocation… j’ai été puni ¯\_(ツ)_/¯

Le portefeuille actions au 31/12/2018 se présente comme ci-dessous. Il y a aussi des actions préférentielles (poche de plus en plus grosse, non présentée ici) et quelques trackers additionnels non présentés. J’en parlerai en partie 2.
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/2907_capture_2018.png


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

[+5]    #30 02/01/2019 12h38 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   728 

BILAN ANNUEL 2018 (Partie 2)

Alors, j’ai repris tous les comptes (PEE, les AV, les livrets, etc.). Comme rien n’est automatisé, pas si simple. La stagnation de mon portif actions (+0,8 %… en net net c’est du zéro) et un peu plus de rebalancement vers du fonds euro m’ont rapproché de mon objectif de 55 % - 60 % d’actions mais j’ai toujours trop d’actions dans mon patrimoine global. Depuis 7 ans et pas mal de chutes (mais encore aucun vrai krach), je pense pouvoir dire que je sais gérer la volatilité. Il n’empêche les grosses hausses de 2016, 2017 m’ont éloigné durablement de mon objectif cible (qui reste élevé j’en conviens).

En revanche, je suis content car quasiment à mon objectif de 10 % de pierre-papier : j’ai beaucoup plus de foncières cotées qu’en 2017 et la part immobilier de mes fonds euros boostés a aussi joué.

Trop d’objectifs tue les objectifs et donc objectif principal de 2019 : baisser ma part actions pour enfin revenir autour de 57 %. Le 2ème sera l’ultra simplification mais je détaillerai plus bas. Ma poche cash s’est bien réduite et il ne faudrait pas aller plus bas.

==> Finalement au 31/12/2018 pour l’ensemble de mon patrimoine [entre crochets, pourcentage fin 2017] :
- Cash (cash pur, monétaire et équivalents) :                                                  5,6 % [9,8 %]
- Obligations (HY, fonds oblig PEE, fonds euro “déduits” du % pierre-papier) :  19,3 % [16,0 %]
- Pierre-papier (REIT, SIIC, tracker et parts sur AV) :                                     9,1 % [4,5 %]
- Actions (tous types de support) :                                                                 66 % [69,7 %]

La poche high yield s’est bien comportée et est surtout composée de ce fonds : Performance des fonds|Rendements totaux|Fidelity Funds - US High Yield Fund A-Acc-EUR|ISIN :LU0261953904
Ce fonds HY ne fait "que" +0,83 % en 2018 (ce qui reste bien) mais mon lissage sur l’année a été plutôt chanceux puisque je réalise +3 % sur cette poche dans l’année.

Mon PEE s’est pas mal comporté, déjà parce que les actions de mon entreprise ont fait +0,1 % (dividendes compris) en 2018 mais… sans compter l’abondement et sans compter mes ventes ou achats opportuns (j’affirme que sur mon entreprise, je connais assez bien les points hauts et bas, j’en viendrais presque à faire de l’AT… bon en PEE c’est un peu osé wink ). Lorsqu’on met l’abondement et mes mouvements sur le +0,1 %, ben on monte à +3,5 % ce qui sur une grosse somme est loin d’être négligeable.

Enfin la poche actions préférentielles s’est encore étoffée (quasiment doublé en valeur par rapport à 2017). Je n’ai pas pris de nouvelles valeurs, j’ai plutôt fait grossir des lignes que je connaissais. La liste de mes actions préférentielles est : Wells Fargo 5.70% W, DDR Prk, Public Storage 5.40% Cum Pref B, Public Storage 6.00% Cum Pref Z, Teekay LNG Partners L.P. 9% A, Seaspan Corp. 8 %, GasLog Partners 8.2% Cum Redeemable Fix-to-Float, Costamare Inc 8.875% Series E, CBL-E, Bluerock Residential 7.625% Pref C.

La plus grosse pondération est la W de Wells Fargo. Les préférentielles sont sensibles à la remontée des taux mais offrent une flexibilité intéressante dans un patrimoine. Là encore, je pense basculer uniquement sur des ETFs (et garder ce que j’ai déjà en portif). La performance brute de mon portif de préférentielles est de -3,4 % en 2018.

Autre univers : shorter. J’ai gagné de l’argent en 2018 grâce à mes bear put spreads Tesla et quoiqu’il arrive j’en aurai gagné grâce à cette poche… mais le dernier bear put spread restant est fortement déficitaire (-71 %). Bon il s’agit d’une petite somme (encore plus petite maintenant) et je vais la laisser vivre puisque j’ai le temps (début 2020).

Même si j’ai gagné de l’argent grâce à mes shorts Tesla, j’estime m’être trompé intellectuellement sur Tesla : j’ai sous-estimé l’exubérance du marché ! Tous les comptes de fin d’année (faites un Benford sur les comptes et/ou essayez de réconcilier les stocks avec les ventes… c’est amusant…) et l’interview (ubuesque) d’Enron Musk (qui a tout de même affirmé que sa boîte n’avait eu plus que quelques semaines de trésorerie… sachant qu’il sous-estime toujours les problèmes, cet aveu en dit long) vont dans le même sens : beaucoup de vent et des problèmes immenses. Mais, même dans un marché très bear, l’action s’est plutôt maintenue yikes  Que dire… je garderai donc vaillamment mon dernier bear put spread qui, même en allant à zéro, ne changera pas grand-chose alors qu’il a encore un potentiel de x5… bon potentiel moins probable qu’il y 6 mois wink Je pense que mon analyse reste juste sauf que le marché a toujours raison et dès lors ça me fait une belle jambe…

ENSEIGNEMENTS DEPUIS 7 ANS
Paragraphe un peu osé car je vais tenter du less is more donc ultra concis sur une expérience assez longue pourtant. Comme je vais switcher sur ETFs en 2019 car je n’aurai plus le temps de réaliser du stock-picking. Je me suis dit, tiens tentons de trouver les invariants des boîtes qui ont systématiquement bien fonctionné depuis 7 ans. Évidemment, cette liste à la Prévert exclut forcément tout un type de boîtes (que je vais d’ailleurs avoir en portif en 2019 via les ETF genre les technos et les boîtes à croissance rapide que je ne possède pas pour l’instant). Et bien sûr, des corrélations passées ne préjugent en rien du futur…

1. Endettement ultra maîtrisé. Et mes critères sont draconiens : dette LT / FCF < 3,5 (plus ardu que de prendre l’EBITDA comme la majorité des analystes mais plus utile à mon sens), intérêts d’emprunts annuels / EBIT < 36 %.

2. FCF élevés et constants, remonter au moins à 5 ans. Par exemple : moyenne sur 5 ans de (FCF / C.A.) > 4 %.

3. Score de Piotroski supérieur ou égal à 6 avec préférence pour 7, 8 et 9 (rare les 9). Contrairement à ce que je pensais, cela a un impact.

4. Pouvoir rédiger en 2 phrases maximum la thèse d’investissement. Donc ma liste de critères n’est pas que mécanique / quantitative. Exemple de ce que j’avais écrit sur Payton Planar (avant l’envolée du cours hein, trop facile sinon wink ) : "entreprise ignorée par le Marché car illiquide et petite alors qu’en forte croissance sur un marché d’avenir (transformateurs de tension dans de multiples domaines en hyper-croissance) et disposant d’un pricing power. En effet, Payton Planar est comme un fournisseur de pelles (composants représentant un minuscule pourcentage du prix total donc le prix peut augmenter) sur des marchés à forte valeur ajoutée dont l’un, le véhicule électrique, sera peut-être la nouvelle ruée vers l’or des années 2020."

5. FCF yield > 6 % au moment de l’achat.

6. EV/EBITDA inférieur à la moyenne des concurrents. Savoir identifier les concurrents et savoir pourquoi on n’achète pas les concurrents mais cette boîte. 

7. Fuir les couteaux qui tombent et à l’inverse ne pas hésiter à renforcer à la hausse.

Eh voilà c’est tout… ma première liste en brouillon avait une vingtaine de points (dont de nombreux déjà sur cette file) mais j’ai justement essayé de conserver la quintessence. Je suis passé de 21 points à 7 points big_smile


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

[+3]    #31 02/01/2019 16h25 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   728 

ANNÉE 2019

En 2019, mon travail va être beaucoup plus prenant (dernier jour tranquille d’ailleurs). Et surtout, j’ai un projet qui me tient à cœur avec des amis et qui traîne depuis des années. Je me suis fixé 2019 pour le réaliser. J’aurai donc très peu de temps pour l’investissement et au lieu de prendre de mauvaises décisions à la va-vite, j’ai tranché dans le vif et me suis donné des lignes de conduite :

* ne plus étudier d’entreprises en 2019, ne plus screener, ne plus lire les rapports annuels, se désabonner de la majorité des fils de blogs / forums de la finance (je garde qqs files portif de personnes que je respecte ici quand même wink mais j’ai fait du gros ménage aussi pour ne plus recevoir des dizaines d’emails par jour).

* pour les boîtes que j’ai déjà en portif, je conserve. Je prends ma dernière valorisation (réalisée "longuement" et consciencieusement en 2018) que j’ajusterai très rapidement (donc de façon bâclée) des résultats trimestriels au cours de l’année 2019. But : conserver ou vendre dès qu’on s’approche de la valorisation. Si vente, tout ira en trackers.

* pour les 4 boîtes pour lesquelles, je n’ai pas atteint mon allocation-cible : renforcements "à l’aveugle" chaque mois (il reste trois mois environ) sur Jensen-Group, BESI, Tencent et Payton Planar. J’ai déjà tout mis dans un calendrier avec alertes comme ça, je ne suis pas "pollué" pour y penser. Je n’ai pas mis les mêmes jours dans le mois pour "diluer un peu".

* pour le reste de l’épargne qui du coup sera assez conséquente (puisque pas de nouvelles boîtes voire, si les marchés montent un peu quelques reventes) : 1- plus de fonds euros (j’ai automatisé un y € / mois pour la 1ère fois) et 2- que du tracker et du BRK.B

* plus précisément : x € tous les mois sur CE8 en PEA soit l’Amundi MSCI WORLD EX EUROPE (www.justetf.com/servlet/download?isin=L … mp;lang=fr) car je suis déjà surexposé à l’Europe et que le fameux CW8 ne me permettrait pas de revenir assez vite à du 50 % USD dans mon patrimoine.

* et Berkshire tous les trimestres pour 2*x euros

* Unité de compte (la seule restante avec I&E que je conserve sans renforcer ni vendre) : tous les 4 mois je renforce la poche high yield de 2*x euros.

* et détail : si je suis exercé sur mes puts Disney (encore en cours), je conserverai.

Eh voilà, normalement ça devrait se résumer à 15 minutes par mois max. En un mot, j’abandonne le stock-picking par (futur) manque de temps et malgré une surperformance qui fut plutôt durable. That’s life! big_smile

Je voulais aussi faire grossir la poche préférentielle avec un ETF (idem pour passer le moins de temps possible). J’avais commencé un joli tableau comparatif de tous les ETFs preferred et je viens de me rendre compte qu’aucun n’est achetable par un investisseur individuel français… argh MIFID c’est vraiment de la mi#rda… au-delà du mi-figue mi-raisin sur cette législation ! Dès lors, ma réflexion reste en suspens pour la poche préférentielles. Renforcer tous les trimestres les preferred que j’ai déjà en portif ? mais ça demande de continuer à suivre les boîtes (pour du hold ça va mais si je renforce, il faut bien que j’étudie à nouveau). Ah zut, c’est la mauvaise nouvelle de la journée.


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

[+3]    #32 30/03/2019 13h04 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   728 

Oui c’est en effet déjà un choix et dès lors du stock-picking. Mais je ne prétends pas / ne veux pas faire uniquement de l’indiciel : c’est plutôt contraint et forcé par manque de temps et d’énergie que je bascule sur de l’indiciel (après 8 ans). En revanche, lorsque j’avais déjà des convictions, je les conserve. Et j’ai la conviction que Berkshire fera mieux que le S&P500 sur les 10 prochaines années (on pourra me citer dans 10 ans big_smile )

Je ne peux rien écrire de très original sur cette conviction après tout il y une section entière d’un des meilleurs forums d’investissement uniquement sur Berkshire :
Berkshire Hathaway

En résumé tout de même, BRK dispose de plus de 100 G$ de liquidité, c’est une holding extrêmement diversifiée avec à la fois un portefeuille d’actions intéressant et des entreprises qui ont quasiment toutes des avantages concurrentiels impressionnants.

Par exemple dans mon domaine actuel, nous avons comme fournisseur d’additifs Lubrizol qui est une boîte de chimie de spécialité. Or, le domaine des additifs est en croissance continue depuis des décennies dans un… oligopole de 4 entreprises. Et cerise sur le gâteau Lubrizol est le leader sans non plus ne faire que des additifs puisqu’ils font aussi du traitement de surface. Splendide boîte. Pour information les 3 autres, derrière Lubrizol en parts de marché : Infineum (filiale d’Exxon…), Oronite (filiale de Chevron) et Afton (filiale de NewMarket Corporation).

De nombreuses grosses boîtes de chimie ont tenté de pénétrer ce marché mais les barrières à l’entrée sont vraiment trop hautes. Je pourrais multiplier les exemples de belles boîtes comme ça inaccessibles et que Berkshire possède à 100 % dans des domaines très divers et dont, au moins à l’échelle de décennies, les marges sont plutôt garanties. J’ai d’ailleurs, comme annoncé, renforcé en février et je renforcerai en mai, etc. tous les trimestres.


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

[+4]    #33 30/03/2019 16h02 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   728 

PoliticalAnimal a écrit :

ACHATS 
* Brookfield Property REIT Brookfield Property Reit Inc, BPR:NSQ profile - FT.com
J’ai utilisé la moitié de la vente de Seritage pour prendre une petite ligne de Brookfield Property REIT que je renforcerai peu à peu. J’aime beaucoup la diversité du portefeuille immobilier de BPR (des centres commerciaux prime mais pas que des centres commerciaux, une part importante aussi de bureaux, d’entrepôts logistiques, etc. : Sectors - Brookfield Asset Management)

BPR (Brookfield Property Reit) dont j’ai parlé sur ma file il y a 6 mois et l’une des dernières (si ce n’est la dernière) entreprise que j’ai étudiée en détails a fait +35 % YTD (avec dividendes et en euros) big_smile
Portée par la remontée des REITs mais pas seulement (puisqu’elle fait bien mieux que son indice), portée surtout par de très bons résultats. Le portefeuille de propriétés est magnifique et je l’avais achetée à un P/FFO qui me semblait dérisoire… pour l’instant Mr. Market me donne raison.

Apogee Entreprises
dont j’ai parlé un peu plus tôt a fait +27,2 % (idem en EUR avec dividendes) et là uniquement grâce à l’annonce de résultats… moins mauvais que prévus. Même histoire pour BESI , valeur que j’ai aussi fait découvrir au forum : BESI : fournisseur d’équipements pour semi-conducteurs ; début d’année stratosphérique car résultats moins mauvais que prévus. J’avais expliqué en 2017 les raisons de ma vente de BESI puis… pourquoi j’étais revenu à l’achat (domaine très cyclique qu’il faut surveiller et sur lequel une tactique Buy&Hold n’est pas si efficace).

Cerise sur le gâteau, malgré un marché très haussier, Tesla fait -16 % YTD faisant repasser mon bear put spread en territoire positif.

Résultat sur la partie de mon portefeuille stock-picking (puisque j’augmente la part d’ETFs et de fonds de façon forte depuis un trimestre), je réalise un +16,8 % YTD ce qui augmente encore ma surperformance sur les indices depuis 8 ans wink

Du coup, je me suis créé un autre indicateur, sur la part des actions que je gère en direct (i.e. hors PEE et qui représente 2/3 de mes actions soit presque la moitié de mon patrimoine) le taux de "géré par d’autres à augmenter". Je mets dedans à la fois les ETFs et les fonds (je conserve Indépendance et Expansion que j’ai même renforcé en début d’année et je continue à renforcer le très bon fonds émergents JPMorgan Funds - Emerging Markets Small Cap Fund …|LU0318933057). La partie de mon portif "stock-picking" représente maintenant 78 % et la partie "gérée par d’autres" 22 %.

J’ai aussi (très) fortement réduit ma part actions dans mon patrimoine global puisqu’en seulement 3 mois et malgré une hausse des actions, je suis passé de 66 % à 58 % d’actions. Combinaison de facteurs, le plus important étant des gros rachats de parts d’actions de mon PEE (que j’ai intégralement reversé sur des fonds euros ou de l’obligataire High Yield) mais aussi des allégements significatifs de mon portif stock-picking (principalement Encres Dubuit, Precia Molen et Vereit) et finalement l’épargne de ce trimestre est allé au 1/3 seulement sur des actions.

==> Finalement au 30/03/2019 pour l’ensemble de mon patrimoine [entre crochets, pourcentage fin 2018] :
- Cash (cash pur, monétaire et équivalents) :                                                  6,9 % [5,6 %]
- Obligations (HY, fonds oblig PEE, fonds euro “déduits” du % pierre-papier) :   24,1 % [19,3 %]
- Pierre-papier (REIT, SIIC, tracker et parts sur AV) :                                      11,0 % [9,1 %]
- Actions (tous types de support) :                                                                 58 % [66 %]


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

[+5]    #34 09/08/2019 18h29 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   728 

Performance au 9 août 2019 après 6 ans et 3 trimestres de suivi du portefeuille individuel. La performance reportée ci-dessous est la performance du portefeuille actions et options en excluant la part (montante) de la gestion passive en ETF. Je veux en effet continuer à me comparer aux indices. Comme décrit dans le lien ci-après, suite à une promotion en octobre 2018, j’ai décidé de consacrer beaucoup moins de temps et d’énergie à l’investissement et dès lors de basculer mes nouvelles liquidités principalement en ETF : Portefeuille d’actions de PoliticalAnimal (20/20)

J’ai à peu près tenu le plan i.e. passé un temps (très significativement) moindre à l’investissement (que ce soit recherches de nouvelles valeurs, lectures, reportings) mais, tel un addict, un toxico, un accro du stock-picking, j’ai fini par craquer. J’ai tenu… 6 mois sans acheter une nouvelle valeur. Donc à faire du stock-picking à nouveau big_smile Dans l’ensemble, la part des ETF grimpe nettement, gestion passive, et mon temps consacré à l’investissement baisse.

Les performances actions/options hors ETF :
- Performance de la part YTD : +18,1 %. CAC40 GR : +16,2 %, S&P 500 : 17,1 %.
- Performance de la part depuis le début (déc. 2012) : +172 % soit 15,2 % annualisé. CAC 40 GR : 99,5 % soit 10,8 % annualisé, S&P 500 : 127,0 % soit 12,9 % annualisé.
J’accentue ma sur-performance par rapport aux indices.

► VENTES
* TESSI comme détaillé sur la file Tessi : (6/6) Tessi : gestion et traitement des flux d’information l’occasion était trop belle. J’ai vendu autour de 160 €… elle est à 122 € aujourd’hui…¯\_(ツ)_/¯

* Precia Molen déjà allégé (cf. reporting précédent) et complètement vendu maintenant. Trop de small caps, valorisation que je trouvais haute (quasiment à mon calcul de valorisation). Gain : +31 % avec dividendes. Je n’exclus pas de revenir sur la valeur.

* Encres Dubuit (Encres Dubuit : décoté rentable ou juste décoté ?) : vendu exactement pour les mêmes raisons + surpondération énorme dans mon portif des valeurs liées à la microélectronique. Je me devais d’alléger. Gain de +22 % seulement (“seulement” car 2 ans et demi de détention donc en fait TRI annualisé de 8 %). Je ne pense pas revenir sur la valeur à court terme (que je connais très bien).

* VEREIT : marre d’attendre. Oui c’est une bonne raison pour vendre smile
* Rubicon Technologies : situation spéciale et idem marre d’attendre. Vendu à peu près au PRU.

Je ne détaille pas les allègements et renforcements trop nombreux. Mais dans les très gros renforcements, citons : Graines Voltz, ABC Arbitrage et les CRCAM… soit comme je l’avais déjà réalisé fin 2018… pour mon plus grand bonheur.

► ACHATS
Je ferai un post dédié ce week-end car plusieurs acquisitions que je voudrais présenter correctement dont certaines pas suivies sur le forum. 

Et réalisons un petit retour en arrière : les ventes depuis une année. Dans les ventes datant d’environ 1 an (ici : Portefeuille d’actions de PoliticalAnimal (19/20) et là : Portefeuille d’actions de PoliticalAnimal (19/20)), il y avait pour les plus importantes :

* GAIA : vendu autour de 17,5 USD, c’était un bagger (même plus en tenant compte des nombreux calls couverts vendus sur cette ligne). Vendu car ne correspondait plus à ma thèse d’investissement initial (valeur décotée avec une montagne de cash devenue valeur de croissance)… l’action est autour de 7 USD dans un magnifique marché haussier pourtant !

* Crest Nicholson : vendu (en perte) autour de 3,8 GBP. Actuellement à 3,5 GBP.

* AIG : vendu (en gain) autour de 54 USD. Actuellement autour de 57 USD.   
* Seritage : vendu autour de 40 USD… l’action est autour de 40.
Avec un portif qui a tourné sur la même période à +18 %, ce sont donc des ventes opportunes en moyenne.

Plusieurs réussites, penchons-nous sur quelques déceptions :
* Picanol: longue et continue baisse de Picanol cette année et résultats en demi-teinte. J’ai renforcé un peu d’autant que Luc Tack prépare la prise de contrôle de Tessenderlo ce qui rendra le groupe encore plus diversifié.

* Agfa-Gevaert : la vente de la division HealthCare se fait (sérieusement !) attendre. C’était le cœur de thèse de mon… 2ème achat sur la valeur (pour rappel, très profitable A/R la 1ère fois tout est daté : Portefeuille d’actions de PoliticalAnimal (12/20) ). Je me relis d’ailleurs à l’instant quand j’avais vendu la 1ère fois, en résumé : “je préfère vendre à la valorisation et un beau gain qu’attendre une valeur plus haute d’une OPA hypothétique”… OPA qui n’a pas eu lieu… et vente de la division HealthCare qui n’a toujours pas eu lieu. Dossier pour les patients (pun intended). Contrairement à Picanol, je n’ai pas renforcé Agfa. Je me suis donné fin 2019 et si rien ne s’est passé, je vendrai la ligne (ça fera 2 ans et demi de détention pondérée).

Le portefeuille actuel a l’allure du tableau ci-dessous avec une poche cash descendu à 11 %. On notera qu’il y a aussi du hors actions puisque j’ai pris plusieurs types d’ETF obligataires dernièrement. Ils sont tous capitalisant pour m’éviter : 1) un frottement fiscal important (je sais qu’il y a un frottement interne à l’intérieur de l’ETF mais mes lectures et calculs m’ont convaincu qu’il est moindre que fait "à la mano") mais surtout 2) un gain de temps et de tracas immense en déclarations / paiements / suivis divers et variés des coupons ou dividendes. C’est exactement ce dont j’avais besoin pour être encore plus passif et maximiser le gain sur le temps passé.

J’ai donc liquidé toutes mes actions préférentielles par exemple (avec de très belles réussites hors CBL, cf. mon ancien portif de preferred) pour basculer la moitié du cash sur l’ETF PRAC. Saluons le travail des émetteurs d’ETF qui, peu à peu, rendent UCITS des univers où nous n’avions plus rien, simples investisseurs européens, début 2019. Chaque mois, il y a un nouvel outil qui apparaît dans les preferred US, les obligataires court terme, les monétaires USD en UCITS ! Très appréciable. Il faut regarder chaque mois chez les grands émetteurs car il y a du nouveau. J’ai râlé contre MiFiD II mais j’ai à peu près ce qu’il me faut maintenant.

On notera aussi que j’ai boudé Amundi, excepté pour les émergents (car l’équivalent Lyxor a trop de frais) en basculant les ETF PEA chez Lyxor. La communication de Lyxor est bien plus claire concernant le PEA, je ne suis pas du tout certain qu’Amundi ne nous fasse pas à nouveau un bébé dans le dos. Cela a longtemps été discuté sur cette excellente file : (26/35) Trackers PEA : liste complète des trackers éligibles PEA

J’ai laissé la colonne "variation par rapport à la valorisation". J’ai remis à jour la majorité de mes calculs. Le tableau :
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/2907_portif_2019_v2.png


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

[+3]    #35 15/10/2019 17h09 → Portefeuille d'actions de PoliticalAnimal (diversification, piotroski, small caps)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   728 

PoliticalAnimal a écrit :

Sympa de voir qu’il y a de l’action sur la file, j’aime beaucoup smile N’hésitez pas à continuer, ça ne pollue pas bien au contraire !

Très intéressant votre travail Lolaclark78 ! C’est équipondéré si j’ai bien compris (donc mes surpondérations jouent un léger rôle positif même si je suis très près finalement de ce que vous avez trouvé comme performance annualisée…). Et est-ce que vous prenez bien en compte les dividendes ? Bon et il y a 1/3 de mon portif (la partie américaine) sur laquelle j’ai un rendement additionnel grâce aux options mais ça ne joue sur le perf annualisée depuis 6 ans(en revanche pour cette année 2018, 1ère année pleine avec stratégie options, ça booste l’ensemble du portif d’un bon point ! smile ).

Pour BESI versus Micron, ils sont évidemment dans le même domaine mais pas au même niveau de la chaîne. Les deux boîtes connaissent dès lors des cycles mais sont impactés avec un effet retard. BESI qui est un équipementier est, comme KLIC, AMAT et Lam Research, touché en premier… ça repart plus vite aussi.

Quand des nouvelles lignes de prod sont créées, souvent plusieurs par plusieurs concurrents (Intel, Toshiba, TSMC, etc.), les équipementiers voient un afflux de commandes et tous les compétiteurs veulent les machines vite et sont prêts à payer cher. Et ce moment survient souvent peu de temps après le bas de cycle d’où des cycles très marqués en dents de scie même si l’amplitude des cycles est devenue moins violente qu’il y a 20 ans par exemple.

Je ne travaille plus dans le domaine des semicons / optoélec / microélec (cela a été mon domaine de compétences ce qui me permet de comprendre assez vite les boîtes mais plus assez pour être "à la page"). En plus, même lorsque j’y travaillais, prévoir les cycles restait du domaine de la divination.
Cela qui ne veut pas dire qu’il ne faut rien faire : en fait je renouvelle mon conseil, pour les boîtes de microélec au sens large, il ne faut surtout pas faire de Buy&Hold et être attentif à la valorisation et se donner à l’avance un niveau de vente. Vendre lorsqu’on atteint de bonnes valorisations sans hésiter (et normalement après un bon profit) même si on manquera sans doute les plus hauts, cela évite de se prendre la glissade…

Mais prévoir exactement le cycle est réservé à une poignée d’experts (et encore !). C’est pour cela que j’avais vendu BESI et que j’y reviens uniquement peu à peu (j’ai prévu 6 mois et j’ai pour l’instant seulement 1/4 de ma position comme expliqué ci-dessus).

Aujourd’hui avec BESI à 31,3 € au moment où j’écris et depuis que j’ai précisé sur cette file que je revenais sur cette valeur cyclique, en tenant compte tout naturellement des dividendes réinvestis, j’ai un bagger en portefeuille en 12 mois big_smile (Be Semiconductors : BESI : fournisseur d’équipements pour semi-conducteurs).

Sachant que BESI a déjà été un multi-bagger dans mon portefeuille que j’ai vendu quand la valorisation était passée de très décotée à stratosphérique de 2013 à 2016 voir ici et là :
Portefeuille d’actions de PoliticalAnimal (2/21)
Portefeuille d’actions de PoliticalAnimal (12/21) ("BESI intégralement vendu, +310 % en un peu plus de 3 ans")
Portefeuille d’actions de PoliticalAnimal (13/21)

Cela étant, point rapide du reste de mon portefeuille : je ne fais pas mieux que le marché pour l’instant cette année (à quelques dixièmes de pour-cent près).


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech