Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

#101 21/11/2020 19h11

Membre
Réputation :   69  

Bonjour Lopazz et les autres membres .

Je viens de poster un message et des questions sur l’ETF World Momentum , si cela intéresserait du monde .

Ici

Hors ligne Hors ligne

 

#102 23/11/2020 15h44

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   208  

Pour ceux qui suivent ou ont Draftkings en portefeuille (comme notre vénérable Lopazz), Draftkings est devenu l’un des partenaires officiels de l’UFC et force est de constater que la société est très mise en avant pendant les PPV, ce qui je l’espère est de bon augure dans la mesure où les téléspectateurs se comptent en millions et que les paris font partie de la culture MMA.

Erratum: en fait les deux marques sont partenaires depuis 2015, mais Drafktings est désormais beaucoup plus mis en avant avec présentation sponsorisée des odds plusieurs fois pendant le PPV, en tout cas c’était la première fois que je le voyais le week end dernier.

Dernière modification par Liberty84 (23/11/2020 16h00)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #103 26/11/2020 23h17

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   745  

corran, le 20/11/2020 a écrit :

J’interviens ici pour encore faire remarquer les trouvailles incroyables que sont FuboTV, Lightspeed et Progyny, que je n’aurais probablement screenées que trop tard.
J’en profite pour demander si Corsair Gaming, qui a fait une IPO discrète mi-octobre à un prix donné ne rentrerait pas dans vos critères. J’en ai pris le jour de la publication du Q3 qui fut assez exceptionnel.

Bonsoir,

Bravo à vous de les avoir relevées. Parfois, on offre littéralement de l’argent gratuit aux gens mais ils sont trop flemmards pour ouvrir la main, alors ils finissent sur d’autres dossiers moisis mais plus familiers.

Concernant Corsair Gaming, je n’aime pas l’absence/la faiblesse du moat et la marge trop faible à mon goût.

J’ai renforcé FuboTV qui me semble un no-brainer à moins de 30 USD - dans les limites d’un portefeuille bien diversifié. Je n’ai aucun doute qu’elle marchera sur les pas de Palantir qui se rapproche des +200% en deux mois.

sissi, le 21/11/2020 a écrit :

Lopazz bonjour

Un ETF "thématique" tout neuf:  EWEB… mais listé le 9 novembre sur le Nasdaq -
49 positions - a voir…
"EWEB tracks the Nasdaq CTA Emerging Markets Internet & E-commerce Net Total Return Index, with Asia representing a number of the holdings"

Emerging Markets Internet & E-commerce ETF

Helas pas accessible aux Européens ?

Je vais être franc avec vous sissi, cet ETF me paraît un condensé de tout ce qui se fait de pire en ce moment : des merdes chinoises technologiques overpricées.

sissi, le 21/11/2020 a écrit :

La gamme d’etfs très specialises de GlobalX est impressionante !

Par curiosité, avez-vous déjà benchmarké votre portefeuille au S&P500 ? Je suis curieux de savoir si cette gestion "ETF thématique" est performante.

Mon portefeuille (+27% depuis le 24/09/2020) défonce littéralement le Nasdaq (+9%) et le S&P500 (+10%) sur la même période avec un max drawdown à peine supérieur. A ce stade, je ne peux m’empêcher de penser que nous sommes peut-être au début d’une bulle créée par la FED et qui touche particulièrement certains secteurs. Tant qu’il y a de la musique, on dance !

Fun coupons, bitches !

Dernière modification par lopazz (27/11/2020 02h09)

Hors ligne Hors ligne

 

#104 28/11/2020 12h23

Membre
Réputation :   65  

lopazz, le 14/11/2020 a écrit :

En faisant quelques recherches sur un ETF coté au Nasdaq, je me suis souvenu qu’à cause de MiFID II, les investisseurs "retail" européens n’ont plus la possibilité d’investir sur ces produits. Une "protection réglementaire" qui peut faire sourire, étant donné les possibilités de levier offertes aux novices sur les marchés CFD, Forex, SRD… J’ai donc procédé à une demande de reclassement en compte professionnel qui a été accordée en quelques heures, ce qui facilitera désormais mes affaires.

Bonjour Lopazz,

Pouvez-vous détailler les conditions pour avoir ce statut ? Avez-vous accès aux ETF d’Avantis ?

Merci

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #105 28/11/2020 21h32

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   745  

Bonsoir,

Je vous confirme que j’ai bien accès aux ETF Avantis en tant que professionnel.

IBKR a écrit :

Pour obtenir une reclassification, les clients de détail doivent fournir la preuve qu’ils répondent à au moins deux des critères suivants:

1. Au cours des quatre (4) derniers trimestres, le client a réalisé des transactions d’instruments financiers de volume significatif, à la fréquence moyenne de dix (10) par trimestre.

Pour déterminer si le volume est significatif, IBUK prend en compte les éléments suivants:

a. Au moins quarante (40) transactions ont été réalisées au cours des quatre derniers trimestres; et
b. Au cours de chacun de ces quatre (4) trimestres, au moins une (1) transaction a été réalisée; et
c. La valeur notionnelle des quarante (40) plus grosses transactions des quatre (4) derniers trimestres était supérieure à 200,000 EUR; et
d. Le compte a une valeur net d’actif supérieure à 50,000 EUR.

Les transactions en Spot FX et métaux OTC non alloués ne sont pas prises en compte dans ce calcul.

2. Le client détient un portefeuille d’instruments financiers (trésorerie comprise) qui est supérieure à 500,000 EUR(ou équivalent);

3. Le client est un titulaire de compte individuel ou le trader d’un compte d’organisation, qui travaille ou a travaillé dans le secteur financier pour une durée d’au moins un an, à un poste qui requiert la connaissance des produits qu’il trade.

Source

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #106 30/11/2020 10h18

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   745  

Ouverture d’une position spéculative "turn around/activism" sur Gamestop.

Former Chewy CEO tries to push GameStop to become the Amazon of the video-game industry

___

On m’a demandé en privé combien d’années, à mon avis, allait encore durer la tendance de fond haussière des marchés actions.

Je partage ma réponse en public :



Bon début de semaine à tous.

Hors ligne Hors ligne

 

[+4]    #107 01/12/2020 15h55

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   745  

Mois de Novembre 2020


Mouvements


Je publie mes nouvelles positions et ventes au fil du mois donc je ne fais plus de liste de mouvements qui me prend trop de temps. Le portefeuille arrêté fin de mois est tel que publié ci-dessous.

Les chiffres


L’objectif est de battre les ETF iShares MSCI World, iShares S&P 500 et iShares NASDAQ 100, grâce à une sélection limitée de titres liquides, et sans utilisation de la marge/du levier. En effet la comparaison d’un portefeuille leveragé contre un ETF non-leveragé ne fait aucun sens : ce n’est pas le même profil de risque. Ce portefeuille est donc parfaitement reproductible. Faites toujours vos propres recherches avant d’investir : ne cherchez jamais à répliquer les portefeuilles d’autres investisseurs qui n’ont peut-être pas les mêmes objectifs que vous.

Période du 24/09/2020 au 30/11/2020 (cours à la clôture) :


ETF iShares MSCI World [IWDA:NA] : +9.33%
ETF iShares S&P 500 [CSPX:NA] : +8.42%
ETF iShares NASDAQ 100 [CNDX:NA] : +8.48%
Mon portefeuille : +29.83%
Surperformance vs. NASDAQ 100 : +21.35%


Comparaison graphique vs ETF iShares NASDAQ 100 [CNDX:NA]




Le portefeuille classé par taille de la ligne


Square Inc
Pinterest Inc
ETSY Inc
Fiverr International Ltd
CrowdStrike Holdings Inc
Cloudflare Inc
Roku Inc
Trade Desk Inc
Mercadolibre Inc
Adyen NV
Fubotv Inc
Shopify Inc
Palantir Technologies Inc
GameStop Corp
Twilio Inc
Draftkings Inc
Progyny Inc
Sea Ltd
Okta Inc
Snap Inc
StoneCo Ltd
Lightspeed POS Inc
Uber Technologies Inc



Giving Tuesday


Si ma sélection de titres vous a "inspiré" ces dernières semaines, vous devriez être dans le vert vif vous aussi, en train de chercher comment vous allez compenser ces plus-values. Aujourd’hui 1er décembre, c’est Giving Tuesday. Alors profitez-en pour envoyer de l’oseille à ceux qui en ont besoin, ce n’est pas en étant radin qu’on devient riche n’est-ce pas. Ce message s’adresse particulièrement à tous mes haters qui viennent lurker mon portif lol

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1    #108 01/12/2020 16h38

Membre
Réputation :   77  

Félicitations!
Je me permets ci-dessous de donner quelques autres sources qui vous inspirent probablement pour les IH qui éventuellement en chercheraient d’autres:




Employé, Assistant maternel, Commis de cuisine, Maraîcher, Investisseur

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 2    #109 01/12/2020 16h46

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   745  

@zeboulon :

Oui, Twitter fait partie des réseaux sociaux que je suis. Les portefeuilles se rejoignent vite dès qu’on est sur le segment de l’hyper-growth/SaaS/e-commerce et du paiement dématérialisé. Nous sommes tous sur les mêmes titres.

Deux autres comptes excellents comptes Twitter à suivre :





Et :

https://twitter.com/CathieDWood
https://twitter.com/AnthonyOhayon
https://twitter.com/RihardJarc
https://twitter.com/wintonARK

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 8   [+4]    #110 01/12/2020 17h05

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   124  

bonjour à Tous,

Comme source d’inspiration, il y a aussi le forum créé par Saul Rosenthal sur The Motley Fool, dédié à l’hypergrowth. La règle est simple : tout post qui ne traite pas d’hypergrowth est considéré comme OT et supprimé.
Attention tout de même, Les portefeuilles des principaux membres sont ultra concentrés. D’où les perfs monumentales… avec les risques qui vont avec.

- forum
- reporting de novembre du fondateur
- blogde l’un des intervenants majeurs du forum (muji)

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 10   [+2]    #111 01/12/2020 17h19

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   745  

Merci Maximum pour cette véritable mine d’or ! Je connaissais TMF mais je ne savais pas qu’ils avaient un forum. A vrai dire tout ce que je savais, c’est que les titres qu’ils recommandent font +15% dans la journée lol

Tant qu’on est dans le partage, je conseille aussi :

- Innovation ETFs by ARK Invest | Innovation is Key to Growth : Le site d’ARK Invest, et leurs ETFs centrés sur l’innovation,
- Leur blog : Blog Listing - ARK Invest
- Les HF funds / shortsellers, j’en ai déjà évoqué certains : Citron Research | Executive Editor Andrew Left | Publishing Since 2001  Hindenburg Research – Investigative Research & Reporting Muddy Waters Research | Due diligence-based equity research on Chinese companies
- Le livre 100 Baggers : Stocks that Return 100-to-1 and How to Find Them
- Les subreddits Lose money with friends! et Stocks - Investing and trading for all à condition de savoir séparer le bon grain de l’ivraie

Edit : j’ai oublié l’application Simply Wall St pour filtrer rapidement le marché selon ses propres critères ou des screeners pré-configurés.

Dernière modification par lopazz (01/12/2020 17h32)

Hors ligne Hors ligne

 

#112 02/12/2020 16h52

Membre
Réputation :   98  

Bonjour lopazz,

Félicitations pour votre performance en toute transparence!
Quelles sont les sociétés de votre portefeuille qui vous paraissent avoir le meilleur rapport risque/potentiel actuellement?

Histoire que ceux qui ne vous ont pas encore suivi puissent faire leurs devoirs.

C’est pour un ami wink

Hors ligne Hors ligne

 

[+5]    #113 02/12/2020 17h10

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   745  

Hello capital,

Franchement, je trouve que toutes les lignes un bon ratio risk/reward, que le portefeuille est bien diversifié et cohérent, je pense qu’il n’y a rien à jeter. Ce n’est pas une recommandation d’achat.

Si c’est un ami qui me demande, je lui dirais sûrement d’attendre un peu avant de faire des achats, histoire que ça se tasse car les derniers jours ont été spectaculaires. Mais ce n’est qu’un sentiment, c’est très subjectif.

Si c’est un très bon ami et qu’il me demande mon titre préféré aujourd’hui, sans hésiter je lui répondrais fuboTV. Mais je l’inviterais à faire ses propres recherches sur le titre et à solliciter l’avis d’un professionnel de la finance. A titre personnel je pense que le titre est promis à un avenir très prometteur et je suis extrêmement satisfait de l’acquisition annoncée hier soir, que les investisseurs saluent par un +8% dans un marché légèrement vendeur.

EDIT : ça y est, c’est au tour de MOTLEY FOOL dont on parlait hier, de publier un article sur fuboTV.

Et Needham qui publie des prévisions de croissance monstrueuses. Le titre arrive sur les radars des institutionnels.



Rappel : on risque de manger de la volatilité sur le titre et rien n’est garanti - fuboTV ne représente que 5% de mon portefeuille actif qui lui même représente une toute petite part de mon patrimoine. Pas de "all-in" là dessus lol

Dernière modification par lopazz (02/12/2020 19h17)

Hors ligne Hors ligne

 

#114 02/12/2020 19h41

Membre
Réputation :   3  

Bonsoir Lopazz,

Je ne sais pas si vous avez conservé vos actions Keyrus, mais avec une remonté spectaculaire ce jour de 19,5% vous êtes en bonne voie pour revenir sur votre PRU. big_smile Croisons les doigts pour que ça continue !

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 21   [+33]    #115 06/12/2020 16h02

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   745  

On parle de plus en plus sur ce forum de bulle notamment sur les valeurs technologiques à forte croissance potentielle. C’est une interrogation qui est légitime, d’autant qu’un parallèle est souvent établi avec l’effondrement des valeurs technologiques du Nasdaq en l’an 2000, ruinant de nombreux épargnants. Je propose une rapide étude autour de deux axes : sommes-nous réellement dans une bulle, et quelle stratégie faut-il adopter dans ce contexte ?

Comme toutes mes interventions sur ce forum, il s’agit d’opinions personnelles que je livre dans un but éducatif. Les avis que j’exprime sur le marché en général ou sur des titres en particulier, ne sont en aucun cas des recommandations d’achat ou de vente. Chacun doit faire son propre travail d’analyse avant d’investir, ou se faire conseiller par un professionnel.

Sommes-nous réellement dans une bulle ?


Je ne vais pas trop m’attarder sur ce point car il a déjà été abordé à de nombreuses reprises sur ce forum et ailleurs. Les politiques monétaire ultra accommodantes des banques centrales mondiales, qui déversent littéralement des milliards sur les marchés financiers, tout en maintenant des taux à zéro voire négatifs dans certaines régions ont complètement changé les règles du jeu. C’est une situation insolite.

On peut noter comme l’une des conséquences une forme de décalage du risque : aujourd’hui ce sont les banquiers centraux et non plus les assureurs qui achètent les obligations souveraines. Les assureurs sont contraints de se tourner vers la dette privée, les infrastructures, les stratégies alternatives de titres à revenus fixes, et le private equity.

L’investisseur privé quant à lui a le choix entre du cash pour lequel la banque facture des taux négatifs, l’espérance d’une plus-value sur des métaux précieux qui ne rapportent rien, de l’immobilier commercial dont les locataires sont fragilisés, du résidentiel qui ne rapporte plus rien dans les villes majeures, et le marché des actions valorisé à 20 fois les bénéfices pour le MSCI World, 25 fois pour le SP500, bien au delà de son multiple historique de 16. En réalité, l’investisseur intelligent n’a plus vraiment d’autre choix que de se tourner vers les actions !

Le marché dans sa globalité est-il dans une bulle ?


Oui dans l’absolu, il est incontestable que selon les ratios habituels (P/E, etc), le marché fait payer très cher ses bénéfices. Le Shiller PE est à un niveau inégalé depuis la bulle de l’an 2000. Nous sommes incontestablement au stade inconnu d’une bulle créée par les banquiers centraux.



Non par comparaison. Comparativement aux alternatives, un earnings yield de 5% sur un portefeuille diversifié d’actions comme le MSCI World apparaît à juste titre comme une excellente affaire.

Tant que les banques centrales continuent de maintenir leur politique ultra accommodante, il n’y a aucune raison de croire que cette situation va changer. La prime de risque du marché actions paraît même plutôt généreuse en ce moment. Je pense qu’il n’y aucune raison d’être inquiet du niveau du marché en général, tant que les banques centrales continuent dans leur lancée :



Pour mémoire, cette politique semble être acquise jusqu’à au moins 2023. Aucun nuage ne pointe à l’horizon. N’oublions pas qu’entre la première fois où l’exubérance irrationnelle des marchés a été évoquée par Alan Greenspan, président de la FED, et le krach de l’an 2000, 3 ans se sont écoulés. 3 ans d’une vie d’adulte sans investir, c’est une perte énorme !

Ce point étant clarifié, étudions maintenant plus en détail les segments "chauds" de ce marché.

Une bulle est-elle en train de se former sur certains segments du marché ?


C’est une toute autre question qui n’a rien à voir avec la première. Je vois qu’on fait souvent l’amalgame entre valeurs technologiques à forte croissance potentielle, les sociétés de voitures électriques, énergies renouvelables, "Covid-plays", les sociétés chinoises, les sociétés stars des réseaux sociaux, etc. Ces sociétés ont généralement deux points en commun :

1. Elles ne dégagent pas de bénéfices,
2. Elles se payent très cher, 50x les ventes est devenu la norme.

A. Les voitures électriques et les énergies renouvelables : ce sont des sociétés qui pour la plupart en sont au stade du lancement de produit (Nikola, etc), il n’y a donc pas de chiffre d’affaires. Ce sont de véritables tickets de loterie. Elles font parfois +/- 30% dans la journée sans réelle nouvelle, suite à de l’agitation sur les réseaux sociaux. Je ne suis pas spécialement surpris, il y a eu de tout temps des industries sujettes à de l’hyper-spéculation : biotechs, internet, etc. Il suffit simplement de se tenir à l’écart.

B. Les sociétés chinoises : c’est une expression que j’ai déjà utilisée à plusieurs reprises, la Chine est à la fraude boursière ce que la Silicone Valley est aux entreprises technologiques. Il est facile de trouver sur les sites d’actualité financière tout un tas d’articles pour étayer ce propos. Je pense qu’il y a assez de belles valeurs pour ne pas faire prendre de risque à son capital dans un pays communiste où la fraude est tradition, où la contrefaçon est coutume, et où la propriété privée n’est qu’un concept. Il y a certainement des valeurs promises à un bel avenir, mais je pense tout simplement que le jeu n’en vaut pas la chandelle.

C. Les "Covid-plays" : ces sociétés auxquelles le Covid a fortement bénéficié, et dont le cours a littéralement explosé. Zoom vient tout de suite en tête, suivi de Peloton, Netflix, Amazon, mais aussi certaines boîtes de santé, d’e-commerce, etc. Je pense que tout n’est pas à jeter. Il y a clairement un problème de spéculation avec Zoom à 100x les ventes, mais toutes les "Covid-plays" ne me paraissent pas dans une situation aussi spéculative car je pense que le monde a profondément changé. Avec l’arrivée du vaccin, il convient d’être très prudent vis-à-vis de ses investissements dans cette catégorie du marché.

D. Les stars des réseaux sociaux : Principalement le réseau r/wallstreetbets qui compte plus d’1,7 millions d’abonnés - des "dégénérés", comme ils se surnomment eux-mêmes. On y trouve de tout, ça va de la boîte en faillite (Hertz, Kodak), à la boîte massivement shortée sur laquelle ils essayent de provoquer un short squeeze (GameStop), en passant par la belle IPO récente qu’ils font tripler en un mois (Palantir), de la voiture électrique (NIO) ou encore Tesla que je ne sais pas trop comment qualifier. Pour savoir quelle est la boîte du moment sans avoir à mettre les mains dans le cambouis, il y a ce site qui tracke le nombre de posts par société : WSBtrack.

Tout n’est pas à jeter sur r/wallstreetbets, compte tenu du poids du lectorat, en arrivant assez tôt sur les dossiers il y a de l’argent à faire à condition de savoir sortir au bon moment. C’est là bas que j’ai pioché l’idée GameStop que j’ai en portefeuille, si réellement ils arrivent à provoquer un short squeeze la plus-value sera massive. C’est eux qui ont propulsé NIO et Palantir. Ne sous-estimez pas leur puissance, avec 1,7 millions d’abonnés qui travaillent principalement sur des options, c’est la puissance de feu d’un gros hedge fund contrôlé par un cerveau d’adolescent.

Ces quatre catégories de titres représentent la quintessence de la bulle. Les sociétés sont faciles à identifier et ne sont généralement pas comprises dans les grands indices, il est donc facile de les éviter. J’ai choisi de ne pas les exclure, dans une part ultra-minoritaire de mon allocation, dans un objectif court-termiste et spéculatif - ce sont des "momentum-plays". Je les qualifie "d’achat spéculatif" lorsque je les rentre en portefeuille. Ces entreprises n’ont rien à voir avec la majorité de mon portefeuille, actuellement seul GameStop rentre dans cette catégorie (1 titre sur 22). Je ne pense pas que cette bulle soit prête d’éclater, je la vois plutôt une nouvelle catégorie de "parieurs".

Pour l’anecdote, c’est grâce à un groupe de ces "dégénérés" sur Discord que je suis tombé sur fuboTV. Pendant qu’ils faisaient leur pump and dump, j’ai étudié les résultats (j’exclus de cette façon 95% de leurs trades) et j’ai été stupéfait par le potentiel de la valeur. J’ai creusé, et pris la décision de rentrer sur le titre non pas dans un but spéculatif mais comme un véritable investissement - alors que les dégénérés étaient en train de vendre leurs options en plus-value. Cela m’a permis d’entrer sur le titre 3 semaines avant que les gourous de Twitter s’y intéressent. Actuellement je me penche sur d’autres dossiers pumpés. Tout n’est pas à jeter.

Quelle stratégie faut-il adopter dans ce contexte ?


Un excellent investissement pour certains peut être une véritable catastrophe financière pour d’autres. La différence entre les deux ? Le sens du timing : savoir quand il faut entrer, et quand il faut se retirer.

Sans être un génie, travailler son timing permet d’avoir un avantage concurrentiel énorme sur le marché. Il faut réussir à faire complètement abstraction des données passées et ne se concentrer que sur le futur. Je fais évidemment allusion aux ratios et autres méthodes de valorisation que nous avons tous appris dans "L’Investisseur intelligent" mais qui ne sont plus d’aucune utilité dans le monde des taux à zéro et des trilliards de stimulus. C’est beaucoup plus difficile que ça en a l’air, car cela nécessite de se défaire complètement du biais d’ancrage que nous avons tous. Warren Buffett cite souvent le hockeyeur Wayne Gretzky pour illustrer l’importance de ce concept : « Je patine vers l’endroit où le palet va être, et non vers là où il a été ».

Le MSCI World prend tout son sens


Je reste convaincu qu’un investissement progressif 100% ETF World reste la meilleure solution pour 99% des épargnants. Aujourd’hui plus que jamais, avec un World unique plus de souci de "rotation sectorielle", de bulle sur tel ou tel titre, zone géographique ou segment de marché, de market timing, etc. Ce doit être le choix par défaut, et tout ce qui s’en éloigne doit être mûrement réfléchi, y compris World Momentum et autres smart beta. Earnings yield : 5%, croissance estimée des bénéfices : faible.

Le Nasdaq 100


Quel est le dernier vrai pays capitaliste au monde ? C’est celui qui dispose de la devise de référence mondiale, de la plus grosse puissance de feu, de l’économie la plus développée et c’est le berceau mondial des innovations. On comprend facilement pourquoi le Nasdaq, l’index de la technologie étatsunienne, se paye plus cher en termes de P/E que le reste du monde : les perspectives de croissance ne sont pas du tout les mêmes. Earnings yield : 3%, croissance estimée des bénéfices : 15% par an. Je pense que les entreprises du Nasdaq 100 vont continuer de surperformer le reste du monde dans les années à venir.

Les valeurs technologiques à forte croissance potentielle


On rentre enfin dans le vif du sujet.

Quel est le point commun entre Amazon, Google, Apple, et Visa ? Leurs actions ont toujours été surévaluées. Pourtant, elles ont toujours été des monstres de croissance, et aujourd’hui, leurs bénéfices sont carrément pharaoniques. En se basant sur les ratios habituels P/E et compagnie, personne ne les aurait acheté. Idem pour SalesForce, Tesla, et beaucoup d’autres dossiers : le retour à l’actionnaire a été incroyablement élevé, même en rentrant "trop tard" sur ces dossiers surévalués.

La plupart de ces superbes entreprises n’a pourtant pas dégagé le moindre centime de bénéfice pendant des années, alors que leur capitalisation boursière ne cessait de progresser. Pourquoi ? Parce-ce que cela fait partie de la stratégie des entreprises d’innovation : développer les ventes, réinvestir pour créer un "moat" et développer un réseau pour tenir la concurrence à distance, seulement après avoir pérennisé leur place de leader vient l’expansion de la marge et la génération de bénéfices.

J’ai francisé un schéma que j’avais trouvé sur internet, je trouve qu’il résume bien les différentes phases des entreprises cotées.



Partant de là, l’utilisation des ratios habituels P/E etc. n’a plus vraiment d’intérêt. Il vaut mieux se concentrer sur le taux de croissance des ventes, la marge brute, et le ratio P/S.

L’engouement pour la plupart des sociétés internet des années 2000 ne reposait sur aucun fondamentaux. Il n’y avait parfois même pas de business plan, il suffisait d’ajouter ".com" au nom de la société de le cours s’enflammait. Cela n’a strictement rien à voir avec les sociétés technologiques d’aujourd’hui.

Les sociétés qui m’intéressent :

- sont en forte croissance, 40% à 100% d’augmentation des ventes d’une année sur l’autre,
- disposent de revenus récurrents, elles sont peu sensibles aux cycles,
- bénéficient de grosses marges brutes,
- ont un "moat" important qui tient la concurrence à distance.

Amazon cotait 1,50 USD peu après son IPO en 1997. Aujourd’hui, une action vaut 3.162 EUR USD. Pour 500 USD investis sur Amazon en 1997, cela représente un peu plus d’un million USD aujourd’hui. Cet exemple illustre parfaitement le principe de l’asymétrie entre la perte maximale potentielle (-100%) et le gain illimité, particulièrement flagrant sur les titres de croissance. Alors oui, le risque de surpayer une entreprise est réel, mais sur le long terme, si la success story se confirme, cela n’aura pas grande importance sur le résultat final. Il n’y a pas besoin d’avoir raison à tous les coups, il suffit d’avoir quelques grands gagnants pour générer un CAGR important sur un portefeuille de 20-30 titres.

Aucun investissement n’est exempt de risque. Le style value sous-performe depuis une dizaine d’années, les dividend aristocrats n’ont pas fait mieux que le reste du marché ces dernières années (sans parler de la fiscalité…), quant aux fonds actifs, REIT, émergents, etc. je n’en parle même pas. Vu de l’extérieur, ça peut paraître suicidaire à certains de payer 30 ou 40x les ventes pour une société de croissance, en ce qui me concerne je dors bien mieux avec du Square, du Snap ou du Uber qu’avec du Total, Unibail, ou HSBC en portefeuille. La plupart des pertes de ma carrière d’investisseur, je les ai faites sur des titres dont le cours me paraissait "sous-évalué". Au contraire, la plupart des titres que j’ai eu du mal à acheter à cause de leur valorisation trop élevées, se sont finalement avérés être des multi-baggers : Lowe’s et Visa par exemple. On ne peut pas forcément en tirer une conclusion, mais à mon échelle le constat est sans appel.

De là à faire "all-in" sur Zoom ou Snowflake, il y a un monde ! On est chez les IH, pas sur reddit wink

Quant à ce fameux timing, il y a deux points que je surveille particulièrement :

- l’inversion de la courbe des taux qui sera probablement un signal de vente immédiate : à confirmer le moment venu,
- un éventuel resserrement de la politique monétaire étatsunienne.

En attendant, je continuerai de suivre les résultats des entreprises en portefeuille, qui doivent délivrer une forte croissance trimestre après trimestre sans quoi la sanction sera immédiate (la fiscalité n’a rien à voir dans mes décisions d’achat ou de vente). Ce n’est pas un portefeuille "buy and hold", c’est un portefeuille "buy and reevaluate".

Quant aux renforcements/nouveaux achats, j’ai remarqué qu’il valait mieux entrer en plusieurs fois. Un peu tout de suite peu importe le cours, un peu si les trimestriels confirment la tendance, et des renforcements si ça retrace un peu et que la thèse est toujours valide. Ce n’est pas une recette miracle mais jusqu’à présent ça fonctionne plutôt bien.

Conclusion


A mon avis, toute l’épargne "investissable" c’est à dire pouvant être bloquée avec certitude sur un horizon d’au moins 7 ans devrait être investie sur un MSCI World. A condition de ne pas être effrayé par la technologie, une allocation sur le Nasdaq 100 devrait également être considérée. Ceux qui ont à la fois de l’intérêt pour l’innovation, l’envie de surperformer les indices, le temps de suivre des résultats d’entreprises, et un portefeuille assez important pour qu’une partie minoritaire puisse être diversifié sur 20-30 lignes, peuvent considérer des entreprises d’ultra-croissance qui devraient continuer de surperformer dans l’environnement actuel.

Plus personnellement, j’ai conscience qu’une fois de plus, ma thèse va à l’encontre de l’opinion publique : je considère cela comme un point positif, car dans ma carrière d’entrepreneur et d’investisseur, c’est en état à contre-courant que j’ai réussi à dégager de solides bénéfices. J’ai beau lire et relire les arguments  sur ce forum, je ne suis pas convaincu par leurs arguments. D’ailleurs, leur performance (quand elle est publiée) ne me fait pas rêver.

Dernier point, pour mettre les choses en perspective, je rappelle à ceux qui nous rejoignent en cours de route que le portefeuille que je présente sur cette file représente à ce jour une toute petite fraction de mes avoirs financiers que je peux me permettre de perdre intégralement, l’essentiel étant investi en ETF World + Nasdaq. C’est toute l’idée d’un "bac à sable" qui risque si j’ai tort de se transformer en "sables mouvants" (expression de Scipion qui m’a bien fait rire) lol

_________________________________

@crowax : j’ai vendu tous mes titres Keyrus aux alentours de 2,20 EUR - sans regret aucun !

Hors ligne Hors ligne

 

#116 06/12/2020 16h37

Membre
Réputation :   13  

Bonjour Lopazz,

Merci pour votre analyse, cela reste toujours un plaisir à lire après plusieurs mois à vous suivre !

J’aurai quelques petites questions :

- Depuis un post où vous aviez parlé de FuboTV, je veux rentrer dessus mais le cours a doublé en très peu de temps, donc je pense attendre mais j’ai peur de louper le train qui est bien parti, j’ai peur que si je ne prend pas l’action, elle continue de monter énormément comme elle le fait depuis peu et à la fois peur de l’acheter et qu’elle perde 50% en quelques mois, qu’en pensez-vous ? Pas le bon timing pour rentrer ?

- Ensuite, vous dites prendre etf World et Nasdaq, même si le S&P500 est compris dans le world, pourquoi ne pas prendre celui-ci à la place du Nasdaq ? Car le S&P500 contient aussi des techno et a une très bonne performance sur le long terme et supérieure au World.

Hors ligne Hors ligne

 

[+6]    #117 06/12/2020 16h53

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   230  

Le PE Shiller est un indicateur assez mauvais pour moi, il ne tient pas compte de deux choses importantes, la croissance et les taux d’intérêts.

Si le marché à une croissance potentiel plus élevé qu’il y a 20 ans il est normal que le PE se paie plus chère (le poids des GAFAM dans les indices est énorme et leur croissance aussi, ce qui n’était pas le cas des grosses capitalisations des années 90, surtout industriel et pétrolière).

Le rendement des obligations du trésor US dans les années 90 étaient autour des 6% pour le 10 ans ( ce qui représente un PE de 16, contre 15 à 20 pour les actions à cette période), sur les 10 dernières années on a été à 2% en moyenne (soit un PE de 50) il est donc normal aussi de se point de vue que le marché action puissent se payer plus chère.

Un PE de 33 me parait plus bon marché à l’heure actuel au vu de ces éléments, qu’un PE de 20 dans les années 90.

LE 10 ans us https://fred.stlouisfed.org/series/DGS10/

En ligne En ligne

 

#118 06/12/2020 17h05

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   555  

Aligné avec JohnGaltTagard, une PER de 33 (même si comme je l’ai écrit sur ma file avec l’évolution des normes comptables le PER, particulièrement aux US, est un très très mauvais indicateur) correspond à un earnings yield de 3%, donc une prime de risque de 3%+, avec un taux sans risque à 10 ans négatif entre 0 et -0.5%, ce qui est tout à fait acceptable, voire bon marché, pour une entreprise capable de faire croître ses profits de 10% /an au moins.
Vu sous ce prisme, les GAFAM + V/MA/Adobe/Intuit/LRCX, pour ne prendre que des gross cap qui tirent les indices, restent très abordables.
Ibid pour LVMH, Air Liquide ou L’Oréal en France.

Hors ligne Hors ligne

 

#119 06/12/2020 17h21

Membre
Réputation :   29  

Pour suivre un peu GME (j’ai qq titres et des petits calls) et passer de temps en temps sur WSB (reddit/WallStreetBet) je crains que vous leur apportiez bien trop de considération.
Oui ils participent au bruit ambiant et a un semblant de "pump and dump" mais en regardant en détail il est probable qu’un bon paquet de gens aient seulement de petites positions, uniquement en option (via robinhood).
Certes il y a quelques gros poissons (et encore, sous réserve que leurs captures d’écrans ne soit pas bidon) mais probablement répartis sur des actions très différentes (puisqu’ils ont tendance à faire du all-in).

Pour GME spécifiquement il y a des gros fonds qui sont rentré (dont Michael Burry) et qui à mon avis ont bien plus d’impact. Idem pour la vente de console actuellement qui doit jouer beaucoup. Donc si il y a short squeeze ce sera probablement grâce / a cause d’un paquet de facteur mais je ne pense pas que WSB soit forcément si pertinent.
Il n’est meme pas impossible qu’ils aient (comme les robinhooder - un grand nombre sont les memes) un train de retard et WSB ne sera pas très différent des forums boursorama, la différence étant les sommes car la plupart des WSB utilisent des options


Parrainage Boursorama, Mes placements, Bourse Direct & Binck sur demande [MP]

Hors ligne Hors ligne

 

[+5]    #120 07/12/2020 11h36

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   287  

Cher lopazz,

Je vois que vous savez ce que vous faites, et que vous êtes conscient de spéculer: ça me rassure.

Je me permets juste de soulever un point qui m’a énormément fait tiquer:

lopazz, le 06/12/2020 a écrit :

Quel est le point commun entre Amazon, Google, Apple, et Visa ? Leurs actions ont toujours été surévaluées. Pourtant, elles ont toujours été des monstres de croissance, et aujourd’hui, leurs bénéfices sont carrément pharaoniques. En se basant sur les ratios habituels P/E et compagnie, personne ne les aurait acheté.

Permettrez-moi de vous contredire:

- Visa, Apple, Google, même Microsoft et Mastercard ou Facebook étaient toutes achetables à un moment ou un autre (et même à plusieurs reprises) à 10x-15x les profits hors cash entre 2010 et 2016. Il était très facile de les acheter en se basant sur le ratio PE habituel (j’en ai acheté et me considère plutôt comme un investisseur value). Un site grand public et orienté value comme Morningstar a d’ailleurs plusieurs fois souligné ces entreprises comme étant des opportunités.
- Amazon était il est vrai plus compliqué - mais sans faire d’analyse poussée sur l’EBITDA vous auriez pu remarquer qu’Amazon s’échangeait à un multiple des ventes proche de Wal-Mart, alors que l’entreprise avait un modèle supérieur.

A mettre en regard des valorisations des actions dont vous justifiez l’achat à des multiples des ventes qui me semblent démesurés.

Si l’on remonte dans le temps: Alphabet a fait son IPO à 10x les ventes et sa valorisation n’a jamais dépassé 15x les ventes. Facebook a fait son IPO à 15x les ventes. Mastercard à 2x les ventes. Visa à 5x les ventes.

AUCUN de ces business, qui sont on le sait aujourd’hui les meilleurs du monde, la crème de la crème, ne s’est JAMAIS échangé à plus de 20x les ventes - souvent d’ailleurs à des multiples TRES significativement inférieurs. Ce qui explique aussi pourquoi les actionnaires en ont bénéficié.

Alors dire qu’ils se sont toujours payés très cher (en réalité, avec un petit premium sur le reste du marché) pour justifier payer des multiples de 50x-80x-100x les ventes sur des entreprises de qualité inférieure, c’est comme justifier de payer 50kEUR ou 100kEUR du m² pour un appartement à rénover à Paris dans le quartier de la Goutte d’Or (en éspérant que ça se transforme en Triangle d’Or) en se basant sur l’argument que l’immobilier - notamment de qualité - y a toujours été très cher (10-15kEUR le m²).

Dernière modification par SirConstance (07/12/2020 12h42)

Hors ligne Hors ligne

 

[+4]    #121 07/12/2020 18h52

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   745  

Namasté, (c’est à la mode ces derniers jours)

Merci à tous pour vos nombreux +1, c’est encourageant de voir que le contenu que je partage est apprécié.

@SirConstance

Les avis contradictoires sont bienvenus, c’est dans la diversité que se trouve la richesse de ce forum.

En préambule je tiens à rappeler que je suis un investisseur de long terme. J’ai détaillé ma philosophie dans mon dernier message. Je ne spécule donc pas plus que vous, qui pariez sur la baisse de Tesla via des produits dérivés, ou qu’un investisseur value, qui in fine, investit dans des entreprises qu’il considère comme sous-cotées, dans l’espoir d’une remontée du cours. Je ne m’interdis pas un "coup" de temps en temps, mais j’avoue une certaine lassitude car j’ai réalisé que je suis beaucoup plus agacé par une perte spéculative, qu’excité par un gain de même nature.

Je constate que votre analyse est biaisée, vous oubliez un point fondamental : la politique monétaire. Dans un monde ou les taux sont à zéro ou négatifs, et où les banquiers centraux achètent chaque mois pour des milliards de dollars d’actifs financiers, la croissance est devenue rare, et ce qui est rare est cher. C’est ce qui explique l’expansion des multiples dans les industries en croissance. J’affirme avec un niveau de certitude élevé que cette fois c’est différent, du moins tant que les banques centrales continuent dans leur politique ultra accommodante.

Le risque de surpayer est réel : je l’ai indiqué en ces termes dans mon dernier message. Mais sur le long terme, ce n’est pas si important, tant que l’entreprise continue de délivrer une croissance et une exécution impeccable : ceci implique un monitoring constant du portefeuille et des résultats des entreprises qui le composent. Peu importe à l’époque si vous aviez payé Amazon 20, 50, ou 100 USD, le titre cote aujourd’hui 3200. Si mon portefeuille est composé de 20 entreprises, je m’en fiche qu’il y en ait 19 qui déposent le bilan, aussi longtemps que j’en attrape une dont le cours fait x100. Je grossis le trait mais vous voyez l’idée.

Quant à votre analogie avec l’immobilier, je ne la trouve pas pertinente. Lorsque j’achète une action e bourse, je paye le prix du marché : c’est la confrontation de l’offre et de la demande. Cela ne peut être comparé avec l’achat d’un bien immobilier à 10 fois la moyenne des prix du quartier.

Vous semblez très pessimiste sur de nombreux dossiers de croissance, notamment Tesla sur lequel vous réitérez votre scepticisme depuis 2013 alors que le titre a gagné 1700% depuis votre premier message. Vos arguments sont solides, mais n’êtes-vous pas victime d’un biais d’ancrage ? A mes yeux le plus important en bourse, c’est de gagner de l’argent, pas d’avoir raison. S’il faut savoir changer d’avis pour y arriver, qu’à cela ne tienne, ce ne sera pas la première fois que je réorienterai ma stratégie.

@granx

1. Si vous êtes vraiment convaincu par le business model de fuboTV, peu importe de payer l’action 20, 25 ou 30 USD : la boîte pèse aujourd’hui moins de 2 milliards, elle arrive à peine sur les radars des institutionnels. Si le plan se déroule comme prévu, on peut doubler ou tripler dans un futur pas si éloigné, voire plus à long terme. Si elle perd 50% en quelques mois dans un marché stable ou haussier, ce sera probablement très mauvais signe. Sur ce genre de dossiers, j’aime rentrer en plusieurs fois : une position tout de suite, des renforcements si ça baisse sans actualité (ce sont des titres volatils), et des renforcements si la croissance se confirme, quitte à payer plus cher. Je dégage toute la position au marché si la croissance ralentit, quitte à y revenir si ce n’était que temporaire. Attention, c’est une small-cap volatile, il faut y aller avec la plus grande prudence et dans le cadre d’un portefeuille diversifié : ce sera sûrement -100% ou +500%.

2. Je préfère le Nasdaq au SP500 car il ne contient pas de bancaires, très peu de cycliques, de pétrole, d’utilities, d’industrielles. Ce sont des industries que je ne souhaite pas avoir en portefeuille dans le contexte actuel.

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 3   [+11]    #122 07/12/2020 22h46

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   287  

Cher Lopazz,

lopazz a écrit :

Les avis contradictoires sont bienvenus, c’est dans la diversité que se trouve la richesse de ce forum.

C’est aussi mon cas et je pense que ces échanges entre intervenants ayant des visions contraires sont très enrichissants.

lopazz a écrit :

En préambule je tiens à rappeler que je suis un investisseur de long terme. J’ai détaillé ma philosophie dans mon dernier message. Je ne spécule donc pas plus que vous, qui pariez sur la baisse de Tesla via des produits dérivés, ou qu’un investisseur value, qui in fine, investit dans des entreprises qu’il considère comme sous-cotées, dans l’espoir d’une remontée du cours. Je ne m’interdis pas un "coup" de temps en temps, mais j’avoue une certaine lassitude car j’ai réalisé que je suis beaucoup plus agacé par une perte spéculative, qu’excité par un gain de même nature.

Pour ma part, ma définition de la spéculation est d’acheter des valeurs sans considération de leur valeur intrinsèque, dans l’espoir de les revendre à un prix plus élevé à quelqu’un d’autre.

In fine, une entreprise vaut ses flux de trésoreries actualisés, ni plus ni moins. Même si le "marché" peut plus ou moins discounter ces flux, en assignant des multiples plus ou moins élevés. Je ne considère pas ma vision négative de Tesla comme de la spéculation: je suis convaincu que l’entreprise vaut bien moins que son niveau de valorisation actuel. Après, il y a effectivement d’autres éléments à prendre en compte et qui peuvent rentrer dans la définition de la spéculation, comme le timing / les catalyseurs (par exemple: je sais que Nikola ne vaut pas grand chose, mais j’ai acheté mes puts en fonction de certaines dates qui pouvaient avoir un impact sur le cours). Sur le cours terme, le marché est une machine à voter. Sur le long terme, une machine à peser.

lopazz a écrit :

Je constate que votre analyse est biaisée, vous oubliez un point fondamental : la politique monétaire. Dans un monde ou les taux sont à zéro ou négatifs, et où les banquiers centraux achètent chaque mois pour des milliards de dollars d’actifs financiers, la croissance est devenue rare, et ce qui est rare est cher. C’est ce qui explique l’expansion des multiples dans les industries en croissance. J’affirme avec un niveau de certitude élevé que cette fois c’est différent, du moins tant que les banques centrales continuent dans leur politique ultra accommodante.

Je n’oublie pas ce point. Je l’entends même régulièrement chez les investisseurs qui ont le même type de valeurs que celles que vous avez un portefeuille. Puru Saxena doit même le répeter tous les jours smile

Permettez-moi de revenir sur ces points, car je trouve l’argument scabreux:

1) "La croissance est devenue rare. C’est ce qui explique l’expansion des multiples dans les industries en croissance."
Est-elle vraiment si rare que ça? Une entreprise comme Amazon est aujourd’hui en croissance de 40%. Alphabet, Facebook, Microsoft sont en croissance de 15%-20%.

Ces entreprises ont vu leurs cours grimper de 20%-40% depuis le début de l’année. De bons résultats, mais certainement pas une multiplication par 4 ou 10 de leurs cours, comme certaines autres valeurs qui n’ont pourtant pas des niveaux de croissance significativement plus élevé (Fastly par exemple, en croissance de "seulement" 40% - comme Amazon - et qui a vu son cours être multiplié par plus de 4, alors qu’elle n’était pas spécialement bon marché en début d’année).

Qu’est-ce qui justifie d’après vous ce différentiel de traitement?

2) Peut-être alors que c’est à cause des taux à 0? Dans ce cas:
- Pourquoi les valeurs européennes ont-elles sous-performé depuis des années alors que ça fait belle lurette que nous avons des taux négatifs en Europe?
- Pourquoi les valeurs qui peuvent être assimilées à des substituts d’obligations n’ont-elles pas explosé? (au hasard, Altria est en croissance et s’échange toujours à un FCF yield de 10% et un dividende de 9%)
- Surtout, pourquoi cette politique ultra-accommodante ne bénéficie-t-elle qu’à une infime partie du marché (les SaaS et les fabricants de voiture électrique)? Et que bizarrement, il s’agit de la partie du marché la plus discutée sur WSB, comme a dû l’être le cannabis en son temps?

lopazz a écrit :

Le risque de surpayer est réel : je l’ai indiqué en ces termes dans mon dernier message. Mais sur le long terme, ce n’est pas si important, tant que l’entreprise continue de délivrer une croissance et une exécution impeccable : ceci implique un monitoring constant du portefeuille et des résultats des entreprises qui le composent. Peu importe à l’époque si vous aviez payé Amazon 20, 50, ou 100 USD, le titre cote aujourd’hui 3200. Si mon portefeuille est composé de 20 entreprises, je m’en fiche qu’il y en ait 19 qui déposent le bilan, aussi longtemps que j’en attrape une dont le cours fait x100. Je grossis le trait mais vous voyez l’idée.

Là aussi, je ferais attention, notamment aux comparaisons avec Amazon.

1) Amazon était une petite entreprise lors de son IPO avec une market cap de moins de $0.5B. Comparons avec certaines entreprises à la mode actuellement:
- Fastly: $10B
- Etsy: $20B
- Crowdstrike: $38B
- Docusign: $44B
- Snowflake:$110B
- Zoom: $115B
- Shopify: $132B

Juste pour situer les ordres de grandeur, un x100 sur la plus petite de ces valeurs veut donc dire qu’elle atteindra presque la capitalisation d’Amazon ou d’Apple (sans compter la dilution… Donc en réalité bien plus).

2) Amazon avait (et a sû créer) un TAM absolument gigantesque: le monde entier peut passer par Amazon pour n’importe lequel de ses achats de consommation. Ils gèrent le cloud pour de nombreuses entreprises via AWS. C’est une plateforme de revente pour vendeurs third-party.
Alors que les entreprises ci-dessus (à l’exception peut-être de Shopify) sont toutes sur des segments hyper spécialisés, souvent en B2B, et donc des TAM beaucoup plus limités.

Dans le même genre, la référence serait donc plutôt Salesforce, qui doit avoir un des TAM les plus larges dans les logiciels à destination des entreprises. Salesforce capitalise $200B: imaginons qu’un Docusign atteigne un jour la taille d’un Salesforce. La capitalisation serait multipliée par 5 (un peu moins, mais j’arrondis). Cela fait déjà une division par 20 de votre hypothétique x100.
(si l’on préfère un exemple B2C, $200B, c’est également la capitalisation de Netflix, qui est incroyablement dominant sur le streaming).

Pour atteindre ce résultat, il faudrait que Docusign multiplie ses revenus par 20 (pour atteindre le même niveau de revenus que Salesforce). Si l’on applique le taux de croissance actuel (très généreux, puisqu’on ne tient donc pas compte d’un ralentissement dû à une taille de plus en plus importante), cet objectif sera atteint dans … 9 ans.

x5 en 9 ans, cela fait tout de même 20% annualisé me direz-vous. Sauf que je n’ai pas tenu compte de la dilution (mettons 15% par an): votre rendement tombe à 18%. Et qu’encore une fois, j’assume un +40% annuel, sans aucun ralentissement (il suffit de voir les trajectoires d’Alphabet / Facebook pour se rendre compte que c’est beaucoup trop optimiste).

Donc: si Docusign devient aussi dominant que Salesforce dans le monde de l’entreprise, et parvient à atteindre la même taille (le tout en un temps record), vous aurez généré 18% annualisé.

J’ai choisi Docusign de manière totalement arbitraire (je ne crois pas que vous l’ayez en portefeuille), mais c’est interchangeable avec à peu près tous les noms du même type.

Le risque évidemment, c’est que cela n’arrive pas (n’est pas Salesforce qui veut, encore moins en 9 ans). Le risk-reward ne me semble vraiment pas à votre avantage: 18%, c’est à peu près ce que pourrait vous rapporter de manière beaucoup plus sûre une valeur comme Alphabet, d’après moi.

3) Alphabet justement, parlons en.

Vous conviendrez qu’il s’agit d’une entreprise absolument extraordinaire: moat énorme, croissance élevée depuis plus de 15 ans, marges et FCF incroyables.

Au moment de son IPO, Alphabet avait une croissance des revenus de: +107% en 2005, +79% en 2006, +56% en 2007. Au moins aussi bien que toutes les valeurs que vous mentionnez.

Depuis l’IPO, le cours d’Alphabet a été multiplé par 19 (22% annualisé). De quoi écraser le S&P 500.

But here is the catch
: Alphabet s’échangeait à 10x les ventes lors de son IPO. Si vous aviez payé 100x les ventes (sous prétexte que la valorisation n’était pas vraiment importante pour un business aussi extraordinaire et avec une telle croissance), vous auriez généré… 4% annualisé sur 15 ans (certes mieux que le Livret A, mais clairement votre argent aurait mieux fait d’être investi ailleurs).

lopazz a écrit :

Vous semblez très pessimiste sur de nombreux dossiers de croissance, notamment Tesla sur lequel vous réitérez votre scepticisme depuis 2013 alors que le titre a gagné 1700% depuis votre premier message. Vos arguments sont solides, mais n’êtes-vous pas victime d’un biais d’ancrage ? A mes yeux le plus important en bourse, c’est de gagner de l’argent, pas d’avoir raison. S’il faut savoir changer d’avis pour y arriver, qu’à cela ne tienne, ce ne sera pas la première fois que je réorienterai ma stratégie.

Absolument pas. Mon portefeuille est plutôt orienté croissance (Amazon et Alphabet sont mes deux positions les plus larges, et comme je l’ai dit Amazon croit aussi rapidement ou quasi-aussi rapidement qu’un Fastly ou Docusign - je me permet donc de la classer en "valeur de croissance"! Je ne parle même pas de Tesla qui a affiché une croissance de seulement 15% l’an dernier).

Mais je pense que la croissance ne fait pas tout, et surtout qu’elle ne justifie pas en elle seule de payer n’importe quel multiple. Ce qui me dérange avec la croissance telle que vous la définissez, et que je trouve très dangereux, c’est de justifier pouvoir payer n’importe quel multiple pour une valeur qui affiche aujoud’hui 40% ou 60% de croissance. Sous prétexte que ça aurait marché pour Amazon (quoique je n’en suis pas sûr, mais malheureusement les données auxquelles j’ai accès ne remontent pas jusque là).

Ce que je vous dit, c’est que cette méthode n’aurait pas marché pour Alphabet. Ni pour Facebook. Ni pour Visa et Mastercard. Autrement dit, si vous aviez payé 100x les ventes, ou même 50x les ventes, pour ce que je considère être les 4 dernières plus belles IPOs de l’histoire, vous auriez sous-performé le marché.
Pensez-vous que les entreprises du type Fastly, Snowflake, Crowdstrike, Docusign etc soient à ce point supérieures à Alphabet, Facebook, Visa, Mastercard? Qu’elles ont des marchés bien plus larges, sur lesquels elles vont avoir une position dominante et de quasi-monopole?

Au final, j’essaie juste de ne pas juger une valeur ou une thèse d’investissement en me basant uniquement sur l’évolution du cours de l’action: est-ce que toutes les valeurs que vous avez en portefeuille sont foncièrement différentes aujourd’hui par rapport à il y a un an? Je ne crois pas. Pourtant, vous avez acheté aujourd’hui, après que leur cours ait explosé - et cette explosion est la seule différence - mis à part pour certaines une légère accélération de la croissance lié au Covid.

En 2017 j’avais regardé Etsy et Sea Ltd. Ça n’intéressait personne à l’époque. En 2015, j’avais Paypal en portefeuille, mais on n’appelait pas ça "fintech" (et ça a végété pendant plus de 2 ans). Auriez-vous été aussi excité que ça par ces valeurs? Si elles étaient si belles que ça, ne croyez-vous pas qu’elles vous auraient intéressé avant que leur cours ne soit multiplié par 10? A méditer… (sans toutefois vouloir vous faire changer d’avis, ce n’est pas mon but!)

******

D’une manière générale, si vous êtes à la recherche de 100-bagger, je vous recommande d’ailleurs de lire les études sur le sujet. L’expansion des multiples de valorisation joue un rôle important.

Enfin, je ne peux que conseiller de ne pas se limiter à la tech: parmi les meilleurs performances des 10-15-20 dernières années, on retrouve Domino’s Pizza, Monster Beverage, Tractor Supply, … Je vais même vous faire une confidence: en 2017, j’ai investi sur ce qui allait devenir un 35-bagger en 3 ans (vous avez bien lu). Evidemment, j’ai revendu trop tôt - je serais sinon déjà en train de siroter des cocktails sous les cocotiers. Est-ce qu’il s’agissait d’une entreprise à la pointe de la technologie? D’une SaaS? D’une biotech? D’un fabricant de voiture électrique? D’un réseau social à la mode? Rien de tout ça: il s’agissait d’une entreprise qui fournissait… Des films de protection pour voiture (XPEL).

Dernière modification par SirConstance (07/12/2020 23h51)

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+3]    #123 08/12/2020 05h51

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   208  

Je viens de finir le livre 100 baggers recommandé par Lopazz et il est intéressant de voir des points de Sirconstance qui y sont également mentionnés :

100 baggers a écrit :

You don’t want to pay stupid prices. Let’s say you pay 50 times earnings for a company that generated $1 in earnings last year. Think what you need to happen to make it a 100-bagger. You need earnings to go up a hundredfold and you need the price–earnings ratio to stay where it is at 50. If the price–earnings ratio falls to 25, then you need earnings to rise 200-fold.

100 baggers a écrit :

Start with acorns, wind up with oak trees. Start with oak trees, and you won’t have quite the same dramatic growth. It may seem obvious, but it’s important. Apple, as great as it has been and is, won’t become a 100-bagger from current levels. The market values the stock at $750 billion. A hundredfold return from here would take it to $75 trillion. That’s more than four times the size of the US economy. It could be a good stock for some time yet, but the law of large numbers starts to work against you at some point.

Je pense donc que le gap entre Lopazz et Sirconstance n’est pas si important que cela, surtout si on rappelle une fois encore que ce portefeuille hypergrowth n’est qu’une part minime des actifs mobiliers de Lopazz (c’est le piment sur le plat principal qu’est son etf world et pas l’inverse).

Sinon ce que j’en retiens aussi, c’est que sur les 365 exemples listés de 100 baggers des 30 dernières années, les sociétés ont mis en moyenne 20-30 ans à atteindre ce statut (la majorité des quelques unes l’ayant fait en moins de dix ans étant des biotechs). Du coup, cela laisse généralement le temps de monter dans le train et je trouve intéressant de relire le message #558 du portefeuille de PoliticalAnimal sur les sociétés hypergrowth pour lutter contre le FOMO:

PoliticalAnimal a écrit :

Vouloir monter tôt, c’est souvent raisonner uniquement en % (et être fier, j’en suis le 1er coupable, d’un multi-bagger). En réalité, c’est assez faux car ce qui est sain consiste à allouer de façon raisonnée son cash sur une entreprise hyper growth. Si tout se passe bien, on "pyramidera". Dès lors, avoir rater la première phase de x2 ou x3 n’est pas très grave car elle n’aurait concernée que x k€ alors qu’avec le temps et si la thèse se confirme, on investira 5x k€ sur cette valeur.

Dernière modification par Liberty84 (08/12/2020 06h04)

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+2]    #124 08/12/2020 13h42

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   745  

Concernant Amazon, Google et les autres FANMAG :


1. Leur potentiel de croissance me paraît aujourd’hui limité pour plusieurs raisons :

- La croissance finira par ralentir, c’est la loi des grands nombres : il est plus difficile de passer de 2 à 4 trilliards de capitalisation, que de 30 à 100 milliards,

- Passé un certain niveau, tous ces mastodontes commencent à s’embourgeoiser et à perdre l’agilité  et l’innovation qui ont fait leur succès : la bureaucratie est souvent à pointer du doigt,

- Ils mènent entre eux une compétition sans merci, dans des domaines aussi variés que le cloud, l’intelligence artificielle, les revenus publicitaires, etc., limitant de facto l’expansion de leurs marges,

- Enfin, et c’est d’actualité, le régulateur antitrust limite fortement le potentiel de croissance de ces géants quasi-gouvernementaux.

2. Google n’était à la base qu’un moteur de recherche, Amazon un vendeur de livres, Microsoft un vendeur de logiciels, etc. C’est par la suite qu’ils ont su créer leur moat et développer leur réseau. Parmi les boites que je détiens en portefeuille, j’ai bon espoir que certaines d’entre elles atteignent un jour plusieurs centaines de milliards de valorisation. J’essaye d’identifier les leaders et d’accompagner leur croissance, sachant qu’un cours de bourse élevé contribue à la bonne exécution du business plan.

3. Ceci dit, je suis comme vous convaincu de la pertinence d’un investissement dans ces géants technologiques étatsuniens. J’y suis très largement exposé à travers mes ETF, et je souhaite diversifier, c’est d’ailleurs l’une des raisons d’être de ce portefeuille.

Concernant mon portefeuille :


Suite à votre message, j’ai repris une par une les lignes de mon portefeuille, afin de vérifier les ratios clés. J’ai fait un petit tableau récap sur les plus grosses lignes sur lequel figure :

1. Le multiple Prix / CA des douze derniers mois, sur la base du cours actuel,
2. Ce même multiple, sur la base de mon prix d’achat, à titre purmeent informatif,
3. Le pourcentage de marge brute,
4. Le pourcentage de croissance, dernier trimestre publié vs. même trimestre l’année passée.



Résultat : je suis tout à fait détendu. Ce sont des vrais businesses (pas cannabis, voiture électrique, bitcoin) avec des taux de rétention proche de 100%, des marges brutes de 70%, et une croissance des ventes de 80% et je paye sans problème 30x les ventes. Je ne veux pas rentrer dans une bataille de chiffres, ce serait barbant pour tout le monde, mais clairement on est loin d’un Nikola qui repose sur rien, ou d’un Zoom à 100x les ventes.

Alors soyons clairs, je ne recommande à personne de foncer tête baissée et d’acheter tous ces titres au cours actuel, après la très forte hausse du marché ces dernières semaines (d’ailleurs je ne recommande rien du tout, c’est toujours bon de le rappeler). Les valorisations sont très tendues et à vrai dire je m’attends à une consolidation imminente de ces dossiers "chauds", qui ont augmenté trop vite et trop fort. Je comprends votre scepticisme, mais les valorisations me paraissent beaucoup moins déconnectées des fondamentaux, que ce que vos messages pourraient laisser croire smile L’avenir nous le dira !

Je nous souhaite une très bonne fortune à nous tous.

******

J’en profite pour annoncer mes derniers mouvements :

- j’ai vendu Progyny, la mayonnaise momentum n’a pas vraiment pris malgré l’arrivée de Puru Saxena sur le dossier, les marges sont faibles (20%) et le business model ne semble pas propice à la génération d’un revenu récurrent, vu qu’il s’agit d’un réseau de spécialistes de la fertilité. J’ai gagné 1% par jour de détention du titre, c’est toujours mieux qu’un coup de pied au cul !

- je suis revenu sur FEAC suite à la publication du S1, je suis vraiment très excité par ce SPAC qui vise à introduire Skillz, une plate-forme de compétition multijoueur mobile en ligne.

Hors ligne Hors ligne

 

#125 08/12/2020 14h39

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   285  

Félicitations pour un débat de gentlemen sans mauvais ton. Je dois dire être convaincu par Sirconstance.
Il est très difficile de trouver la prochaine pépite à 100 milliards de capitalisation, quoiqu’il suffit maintenant parfois de 500millions de chiffre d’affaires. Cela ne peut pas durer. Certaines entreprises oui le vaudront.

Et Google, Amazon, JD, Tencent, Baidu et Alibaba ont encore des divisions énormes qui sont en perte (mode croissance rapide), donc leur marketcap peut encore doubler/tripler dans 10 ans quand leur cloud et leurs voitures autonomes et autres services seront généralisées. En plus de cela ils sont a la pointe de l’IA (surtout Google et Baidu, Alibaba, JD et Tesla dans une moindre mesure), aucune des nouvelles mid caps à la mode ne leur arrivent a la cheville en IA et en budget R&D sur l’IA.
C’est votre portefeuille donc ce n’est que mon avis personnel et c’est a vous de faire vos choix. Je les trouve personnellement osés et trop hardis.

Hors ligne Hors ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Discussions similaires à "portefeuille d'actions de lopazz"

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur