Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ? Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

#126 20/07/2020 21h34

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   209  

MOUVEMENTS DANS LE PORTEFEUILLE GENERALISTE


En ce mi juillet j’ai repassé un coup de balai dans le compartiment des valeurs PEA non vertes, à l’image de celui passé début juin, toujours à enveloppe constante.

         SORTANTS :


DBV Technologies : (MV -9%) La biotech de l’allergie qui était entrée début juin sur un espoir de décision de la FDA en aout, vient de prendre des mesures d’économie en estimant que cette décision n’interviendrai pas dans les temps. En attendant je préfère passer sur autre chose.

Hipay : (PV +30%) le petit français du paiement a quelques soucis avec son commissaire aux comptes. Dans l’ambiance Wirecard, je préfère prendre un peu de distance.

Avio : (PV +7%) Le décollage du lanceur Vega équipé du nouveau modèle de mise en orbite multiple a été retardé pour la cinquième fois au 17 août. Quand ce n’est pas la pandémie c’est la météo, et le retard sur SpaceX s’accumule. En plus, je crains qu’Avio ne soit pas la société de croissance que j’espérais.

SMCP : (PV +26%) même avec un prêt garanti par l’état, les résultats qui vont être annoncés cette semaine seront sans doute assez mauvais pour redescendre le titre au plus bas. En tout cas il n’est sans doute pas prêt de remonter…

          ENTRANTS :


J’ai à nouveau voulu privilégier la techno, et cette fois en diversifiant le PEA au plan européen : le premier est espagnol (mais une double cotation à Euronext Paris), et les 3 autres hollandais.

Lleidanetworks (Lleidanetworks Serveis Telemàtics, S.A) (ALLLN) : figure parmi les principaux opérateurs espagnols en matière de certification et de contractualisation dans le domaine des communications électroniques. Le groupe propose aux particuliers, aux entreprises et aux administrations publiques, des solutions et des services de certification et de sécurisation des courriers électroniques, des SMS et des documents électroniques. Resultats 2019 : CA +11 %, EBIDTA+34%.Q1 2020 ventes+43%. Forte croissance en Amérique latine, Afrique et Europe. Accords d’interconnexion avec China Mobile et China Telecom.

CM.com (CMCOM) : Propose une plateforme de communication mobile pour l’échange de message, la publicité, le commerce, le paiement. Acheté sur la nouvelle :

CM.com a écrit :

Après un quart de siècle de succès, le SMS se transforme pour devenir le RCS et enfin rivaliser avec les messageries instantanées d’Apple, Facebook ou Rakuten. C’est une révolution pour les entreprises qui pourront dialoguer avec les consommateurs mais également vendre leurs produits, au sein d’une seule et même interface conversationnelle. Tout l’enjeu pour un prestataire comme CM.com, sera de les aider à basculer de la notification à la conversation, et de leur démontrer que les conversations améliorent leurs taux de conversion. Après le succès du déploiement du RCS en Allemagne ou aux Etats-Unis, nous sommes fiers d’avoir été sélectionnés par Orange, SFR et Bouygues Telecom pour le déploiement du RCS Business Messaging auprès des marques en France.

TIE Kinetix (TIE) : Fournisseur de solutions de commerce en ligne. Resultats financiers en augmentation constante, y compris pour les 2 trimestres passés et un EBITDA très positif.

Enfin : Adyen (ADYEN), société de paiement chère mais toujours en croissance, en attendant de revenir sur Hipay si le litige comptable se règle.

Dernière modification par CroissanceVerte (20/07/2020 22h38)


Ceci n'est en aucun cas un conseil achat ou vente… Mais un conseil de verdissement, oui !

Hors ligne Hors ligne

 

#127 20/07/2020 23h43

Membre
Réputation :   30  

Sage décision concernant Hipay, les déboires des CAC peuvent être lourds de conséquences.

Pourriez-vous indiquer sommairement le poids de vos lignes car j’ai du mal à comprendre votre stratégie de renfoncement et d’acquisition et la contribution à la performance de vos titres. Vous avez beaucoup de Ten baggers "pourtant" la surperformance est moindre.

Cela permettrait aussi de challenger les poids de lignes d’Etf croissance verte comme ishares global clean  energy (19% YTD) ou lyxor New energy(15% YTD).

Dernière modification par peakykarl (20/07/2020 23h48)

Hors ligne Hors ligne

 

#128 21/07/2020 07h18

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   209  

Bonjour peakykarl

Comme indiqué dans le message #88 :

Pour rappel, je gère deux portefeuilles qui regroupent chacun des valeurs d’un PEA et des valeurs d’un CTO.
1) Portefeuille Croissance Verte CV : constitué de 100 lignes (39 en PEA et 61 en CTO) équipondérées à l’achat (1000€) dont le reporting est fait séparément.
2) Portefeuille Généraliste PG : constitué de 99 lignes (36 en PEA et 63 en CTO) dont des Renforts Verts (14 en PEA et 19 en CTO) qui sont des lignes de valeurs copiées dans le portefeuille CV mais avec des dates d’achat, et donc des pru, différents. Ces lignes ont des pondérations différentes en fonction de mon degré de conviction sur elles à l’achat, mais aussi avec parfois des renforcements supplémentaires (poids de 1 à 6).

Pour compléter et ramener en pourcentage de chacun des portefeuilles, les pondérations à l’achat indiquées ci-dessus se sont transformées par le jeu des croissances (ou baisses) de valorisation :
*De 1 % pour chaque valeur de CV à l’achat on est passé sur une fourchette de 0,5 % à 3 % actuellement.
*De 0,5 % à 3 % pour les valeur de PG à l’achat on est passé sur une fourchette de 0,4 % à 4 % actuellement.

Je n’ai (malheureusement) pas (encore) de 10-bagger, mais un bon nombre de 1-baggers, 2 baggers, voire exceptionnellement 3, 4 ou 5-baggers… Ils sont bien sur délayés dans la performance globale de mes portefeuilles par mon choix d’investissement presque « indiciel » d’avoir des portefeuilles de 100 valeurs. Mais si j’avais fait des investissements plus concentrés, la probabilité de ne retenir que ces baggers à l’achat aurait diminué d’autant !

En ce qui concerne les ETF d’énergie renouvelable, j’ai évoqué dans le message #18 la difficulté d’en trouver qui soient à la fois à réplication directe et performants.

Le Lyxor New Energy est synthétique et a pour lignes principales des banques, des semi-conducteurs, Boeing et Facebook, tout en ayant pour objectif de suivre un indice un peu plus vert mais pas complètement (Nextera Energy, ST Micro, TDK corp)…

Le Ishares global clean energy (ICLN) est bien vert et à réplication directe. C’est l’ETF que j’avais choisi comme benchmark de la poche ENER1 d’énergie renouvelable du portefeuille CV… jusqu’au reporting d’avril où, pour simplifier, CV devenant plus diversifié, j’ai remplacé les benchmarks sectoriels par l’ETF monde CW8.
J’ai néanmoins continué à enregistrer ses valorisations et il a une performance correcte bien que 2 fois moindre que celle des 20 valeurs d’ENER1 depuis 11 mois. De même depuis mars face à ENER, constituée des 20 valeurs d’ENER1 plus les 20 nouvelles valeurs d’énergie renouvelables ENER2 ajoutées en février dans CV.
En YTD, ENER1 est à +35 %.

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/20765_enericln_juillet_2020.png

A première vue, et sans prendre en compte d’éventuels arbitrage qu’Ishare aurait pu faire depuis le début de l’année, leur sous-performance provient d’un stock-picking en moyenne assez déficient : beaucoup de valeurs à performances faibles ou négatives parmi les 30 qui constituent leur portefeuille actuel. Sur ces 30 valeurs, j’en partage 10 (en bleu) et celles-ci sont plutôt performantes.

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/20765_icln_portfolio_juillet_2020.png


Ceci n'est en aucun cas un conseil achat ou vente… Mais un conseil de verdissement, oui !

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1    #129 21/07/2020 08h56

Membre
Réputation :   30  

Bonjour CroissanceVerte,

Pour mieux comprendre concrètement vos pondérations, est-il possible de partager votre top 10 ou top 15 de chaque portefeuille en termes de poids et le poids de vos derniers achats.

Je vous rejoins totalement pour l’ishares, d’où ma question sur le partage de vos valeurs (top 10 ou top 15) afin de valider le poids de vos 10 valeurs partagées avec ishares par exemple.

J’aimerai ajouter une brique stock picking verte et votre retour d’expérience est intéressant.
J’ai commencé avec Voltalia et Pentair il y a quelques mois.

Dernière modification par peakykarl (21/07/2020 09h18)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #130 21/07/2020 10h21

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   209  

Encore une fois, la pondération actuelle des lignes est fortement induite par la croissance de leur valorisation depuis leur achat. Elle est même totalement due à cette croissance dans le cas du portefeuille Croissance Verte qui est equipondéré à l’achat. Je ne suis pas sur que vous puissiez tirer d’enseignement des ces listes, mais les voici :
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/20765_15_prem_lignes_portifs_juillet_2020.png

Dans chaque portefeuille le poids des 15 premières lignes représente un peu plus de 30% du portefeuille.

Mes achats de ces derniers mois sont des arbitrages à enveloppe constante et la valeur d’achat des entrants est la valeur moyenne de vente des sortants…


Ceci n'est en aucun cas un conseil achat ou vente… Mais un conseil de verdissement, oui !

Hors ligne Hors ligne

 

#131 21/07/2020 13h24

Membre
Réputation :   30  

Je vous remercie, c’est très prudent comme pondérations.

Je ne comprends pas quand vous dites que vos pondérations à l’achat sont de

-1% pour CV
- entre 0.5% et 3% pour PG

Avec ce top15 on voit que malgré la hausse vous dépassez rarement les 3%.

Les achats de juin et juillet sont aussi entre 0.5% et 3% par ligne ?

Des lignes comme GVLTZ, ODET, Voltalia, Prosus…sont donc plus autour de 1% ?

Identifiez-vous également les lignes avec fort potentiel de hausse à venir et donc à renforcer ?
Quid de PROSUS ou Voltalia par exemple.

Dernière modification par peakykarl (21/07/2020 13h29)

Hors ligne Hors ligne

 

#132 21/07/2020 16h45

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   209  

Dit autrement, puisque les pourcentages ne vous parlent pas, j’ai investi 1000 € (aux arrondis près) dans chacune des 100 lignes du portefeuille Croissance Verte, soit 1 %. Vu l’augmentation de valorisation du portefeuille, une ligne qui occupe 1,25 % de CV actuellement est un 1-bagger (sa valorisation a doublé). Une pondération de plus de 3 % indique donc un 5-bagger ou presque.

De même, j’ai investi entre 750€ et 4500€ dans chacune des lignes du Portefeuille Généraliste, en fonction de ma conviction de départ, du cash disponible à ce moment là, et de renforcements ultérieurs éventuels. Ces renforcements sont généralement compris entre 750€ et 2000€. Les arbitrages de ces derniers mois sont de l’ordre de 0,5 % par ligne en moyenne, soit environ 2000€.

Prosus occupe 0,4 % de PG (1400 €) et Voltalia 0,7 % de PG et 1 % de CV, soit 4400 € de valorisation au total…

Mon problème est que j’ai une conviction de croissance forte sur la plupart des lignes, à part…

* Environ 20 % des lignes de CV que j’ai acquises par esprit de système pour avoir un panel complet et pour lesquelles je n’anticipe qu’une croissance « normale » (c’est ainsi que j’appelle l’ordre de grandeur de performance des indices monde de type CW8).

* 15% des lignes de PG qui sont des grosses capitalisations acquises en tant que fond de portefeuille (la plupart des holdings, Visa, les CAC40 ou assimilés, Medtronic, Estée Lauder, Ferrari, Sony et Disney). Les GA.AM seraient dans cette catégorie si leurs performances n’étaient plutôt du type « forte» (Je déteste Facebook et n’en achèterai jamais).

Pour d’éventuels futurs renforts verts, voir le message #99, et en particulier la fin ou je rappelle la liste des valeurs que je regrette de ne pas avoir renforcées en avril…

En plus j’ai des watch-lists dans tous les coins du monde sur lesquelles j’ai autant de conviction, et je crains d’être parfois trop prompt à arbitrer, juste pour le plaisir d’intégrer aux portefeuilles une de ces valeurs.

Je suis en fait devenu un accro du stock-picking et c’est l’une des raisons (FOMO) qui me font gérer autant de lignes. Voilà pour la psychanalyse…


Ceci n'est en aucun cas un conseil achat ou vente… Mais un conseil de verdissement, oui !

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1    #133 21/07/2020 18h19

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   209  

Navette électrique spéculative


J’ai tenté hier un achat spéculatif vert hors portefeuilles avec une partie du cash en PEA sur des actions Navya (NAVYA), le créateur français de véhicules autonomes électriques. Bien que dans mon screener depuis longtemps (depuis le début du portefeuille CV en fait) je me suis contenté de regarder passer les premières hausses du 10 juillet, puis du 15 puis du 17, puis du 20, j’ai fini par me dire que si les français avaient envie de la jouer à la Nikola, pourquoi pas ? Et j’ai acheté lundi matin 5000 actions à 1,87 €, qui ont doublé depuis. Je m’astreint depuis 2 jours à suivre le cours avec un stop à -20 % (pas d’automatismes chez Bourse Direct et c’est laborieux). On verra demain si la position finit par sauter. La volatilité et les volumes sont forts.

L’annonce qui a suscité cette hausse est effectivement intéressante avec la mise en place de navette électriques autonomes de niveau 4, c’est à dire sans aucun chauffeur de sécurité à bord. C’est bien sur l’objectif de toutes les sociétés travaillant dans le domaine et ce stade n’a pas encore été atteint par grand monde.

Reste que si la technologie semble prometteuse, elle n’est appliquée que sur un trajet peu dangereux (du parking à l’accueil du Centre National de Tir Sportif à Châteauroux, soit 1,5 km à 18 km/h).

J’avais pourtant dit qu’on ne me reprendrai pas à faire du trading, mais la période est propice à l’enthousiasme dans ces domaines, et je m’ennuyais un peu par manque de clients !

EDIT : Sortie mercredi à 3,2€, soit 71% en deux jours. Quand la cleantech devient pire que la biotech.

Dernière modification par CroissanceVerte (22/07/2020 09h33)


Ceci n'est en aucun cas un conseil achat ou vente… Mais un conseil de verdissement, oui !

Hors ligne Hors ligne

 

#134 21/07/2020 19h29

Membre
Réputation :   30  

CroissanceVerte a écrit :

Dit autrement, puisque les pourcentages ne vous parlent pas, j’ai investi 1000 € (aux arrondis près) dans chacune des 100 lignes du portefeuille Croissance Verte, soit 1 %. Vu l’augmentation de valorisation du portefeuille, une ligne qui occupe 1,25 % de CV actuellement est un 1-bagger (sa valorisation a doublé). Une pondération de plus de 3 % indique donc un 5-bagger ou presque.

De même, j’ai investi entre 750€ et 4500€ dans chacune des lignes du Portefeuille Généraliste, en fonction de ma conviction de départ, du cash disponible à ce moment là, et de renforcements ultérieurs éventuels. Ces renforcements sont généralement compris entre 750€ et 2000€. Les arbitrages de ces derniers mois sont de l’ordre de 0,5 % par ligne en moyenne, soit environ 2000€.

Prosus occupe 0,4 % de PG (1400 €) et Voltalia 0,7 % de PG et 1 % de CV, soit 4400 € de valorisation au total…

Mon problème est que j’ai une conviction de croissance forte sur la plupart des lignes, à part…

* Environ 20 % des lignes de CV que j’ai acquises par esprit de système pour avoir un panel complet et pour lesquelles je n’anticipe qu’une croissance « normale » (c’est ainsi que j’appelle l’ordre de grandeur de performance des indices monde de type CW8).

* 15% des lignes de PG qui sont des grosses capitalisations acquises en tant que fond de portefeuille (la plupart des holdings, Visa, les CAC40 ou assimilés, Medtronic, Estée Lauder, Ferrari, Sony et Disney). Les GA.AM seraient dans cette catégorie si leurs performances n’étaient plutôt du type « forte» (Je déteste Facebook et n’en achèterai jamais).

Pour d’éventuels futurs renforts verts, voir le message #99, et en particulier la fin ou je rappelle la liste des valeurs que je regrette de ne pas avoir renforcées en avril…

En plus j’ai des watch-lists dans tous les coins du monde sur lesquelles j’ai autant de conviction, et je crains d’être parfois trop prompt à arbitrer, juste pour le plaisir d’intégrer aux portefeuilles une de ces valeurs.

Je suis en fait devenu un accro du stock-picking et c’est l’une des raisons (FOMO) qui me font gérer autant de lignes. Voilà pour la psychanalyse…

très clair smile
Vous attendez une seconde jambe baissière pour renforcer les valeurs de votre message #99 et en attendant vous entrez de nouvelles lignes que vous estimez avoir encore sous le capot ?

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #135 24/07/2020 08h57

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   209  

Dispute scapulaire, ou Le difficile arbitrage entre conviction et raison


Comme dans un cartoon, chaque jour, posés sur chacune de mes épaules d’investisseur, deux petits êtres murmurent à mes oreilles.
D’un côté la Conviction, le cœur pourrait-on dire ? Mais la conviction, si émotionnelle soit-elle, est aussi constituée d’une synthèse inconsciente de faits, de raisonnements implicites. Cela dit, elle sera toujours sensible aux biais cognitif, parfois aveuglants.
De l’autre côté, la Raison, le cerveau : argumentée, factuelle. Mais tous les chiffres ne peuvent être pris en compte, dans leurs complexes interactions. Et surtout, les chiffres ne peuvent résumer l’essence d’une entreprise et son fil de vie. Et les chiffres ne sont pas les seuls éléments du raisonnement et les biais peuvent aussi s’y introduire, et l’inévitable inconnu est son ennemi…
L’une et l’autre ne sont pas entièrement mauvaise ou entièrement bonne, et il leur arrive même parfois d’être d’accord.

Quelques exemples de disputes scapulaires qui ont animé ma (bien trop) calme semaine estivale, suite à quelques annonces ou faits récents:

En portefeuille Généraliste :

J’assiste depuis dix jours, avec un mélange de joie et de tristesse, au redécollage de Virgin Galactic (SPCE) que j’avais acheté sur conviction en avril et revendu en juin par raison en craignant les problèmes de Branson et le retard de mise au point de son lanceur. Mais le marché avait ma conviction et il a suffit de petites annonces (changement de CEO…) pour lui donner raison contre la raison…

Le jour de cette vente, j’ai acheté Snap (SNAP) « pour suivre la mode » … L’une des plus mauvaises raisons qui soit !
Je vais donc arbitrer entre les deux. Encore.

Ce même jour de fin juin, j’avais revendu Gertman Startups Group (GSJ) en craignant la « value trap »… 1 mois avant l’annonce de sa fusion avec le groupe de private equity SGT Capital Pte, puis un gros rachat d’action (+10 % pour l’instant). La conviction sur l’entreprise était bonne, la raison de revente pas mauvaise, mais le timing raté : je deviens trop pressé d’acheter des nouveaux !

En portefeuille Croissance Verte :

Conviction et Raison s’accordent sur le fait de ne pas participer à la radine OPA du fonds Carlyle sur Envéa (ALTEV).

Le 6 juillet ma conviction s’est réjouie de ce que Global EcoPower (ALGEP) acquiert tous les actifs de production et de commercialisation de spiruline de la société TAM, premier producteur de spiruline en France via la marque CYANE.
Le 16 juillet, ma raison s’est inquiété de ce que Global EcoPower annonce un report de l’arrêté des comptes 2019, ainsi que des changements importants dans la gouvernance et  la démission du CEO, suite à l’apparition d’ »un certain nombre d’imprécisions techniques et comptables ».
La cotation est suspendue sine die…

Dans la poche Cash et Couverture

Poche où le trading a fait sa réapparition :
Il était raisonnable de penser que Navya (NAVYA), avec sa montée en puissance mais aussi ses expériences avortées, n’était pas encore tout à fait prête pour entrer dans la cour des grands (i.e. mon portefeuille, en toute modestie, bien sur!). Mais la conviction de nombreux investisseurs l’a fait décoller, sur la foi d’une expérience certes réussie, mais limitée. Ici, ma conviction sur l’entreprise n’est pas intervenue, mais ma conviction sur le comportement de marché et le momentum sur les véhicules électriques (Tesla, Nikola et consorts), et autonomes (l’achat par Amazon il y a 3 semaines de la startup Zoox pour plus de 1,2 milliards de $). La raison m’a fait rater le début de la hausse, et la conviction a fini par me faire participer lucrativement à la fin… provisoire.

Une vieille conviction s’est alliée à un peu de raison pour me faire basculer ce cash du PEA sur Evergreen (DIG), déjà entré en portefeuille généraliste, qui a lancé mardi son OPA sur elle-même (enfin, c’est Evergreen SAS qui lance son OPA simplifiée programmée sur Evergreen SA pour terminer le processus de fusion). Fin d’OPA le 31 juillet, je suis curieux de voir la suite… Car conviction et raison peuvent toutes deux se fourvoyer !

Dernière modification par CroissanceVerte (24/07/2020 09h21)


Ceci n'est en aucun cas un conseil achat ou vente… Mais un conseil de verdissement, oui !

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+5]    #136 28/07/2020 10h32

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   209  

The Great Green Car Big Market Race


                          1-Ambiance de Cirqu’ Oui !


Le circuit est presque désert, et pourtant on entend vrombir les moteurs.
Les tribunes sont vides, et pourtant, les clameurs des spectateurs retentissent.
Monsieur Le Marché, ce grand bookmaker, peine à intégrer tous les paris !
Et voici que profitant d’un bull market époustouflant, les concurrents déboulent devant le stand et battent les records !

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/20765_green_car_race_performances.png

Le champion en titre Tesla (TSLA) avait déjà dépassé ses plus haut au début du mois de juin, boosté par sa fusée SpaceX. Cette semaine, il accélère encore à coups de rumeurs de reprise du marché chinois et termine à 949,92 $, +7,26 % ! Invincible !

Sauf que justement, longtemps en embuscade, le chinois Nio Inc. (NIO) a profité de l’appel d’air pour se relancer et passer devant…

Mais c’était sans compter sur le jeune pilote qui vient d’arriver sur le circuit ! A peine sa certification en poche (1ère cotation sous le nom de Nikola (NKLA) le 3 juin) le challenger a repris le volant, et pas dans la course de camions semi-remorques à hydrogène pour laquelle il avait été initialement engagé, non ! Pour la course de prestige, celle à la voiture électrique !
Lors de son tour de chauffe de mai sous le pseudonyme de VectoIQ il avait déjà placé deux accélérations de bonne augure… Mais ce lundi 8 juin, Nikola double (son cours) dans la ligne droite : +103,7 %, il n’a pas besoin de fusée pour décoller !

Il reste en tête un tour complet de circuit, mais ne parvient plus à accélérer, alors que derrière lui, progressivement, ses concurrents remontent inexorablement… Et surtout, venu du fin fond de sa voie de garage, Workhorse Group Inc. (WKHS), finit par prendre la tête de la course, suivi de NIO.
Après ses multiples propriétaires successifs et sa petite carrière d’assembleur d’utilitaire, l’écurie Workhorse a un nouveau préparateur qui l’a converti à l’électrique depuis 5 ans : AMP Electric Vehicles, il équipe déjà la poste américaine et DHL et vient d’acheter une ancienne usine de GM pour fabriquer son pickup et, accessoirement son octocopter !

Nikola rétrograde puis, apercevant un bolide sorti de nulle part dans son rétroviseur, enfonce de nouveau la pédale d’accélérateur : Il a l’impression de se voir lui-même quelques semaines auparavant et prend peur.
Mais ce nouveau concurrent, encore sous pseudonyme de Spartan Energy Asquisition Corp. (SPAQ) le dépasse au finish. Alors qu’ils sont à la même hauteur, il tourne la tête vers lui et se dévoile : c’est Fisker, qui avait crashé en faillite son dernier véhicule en 2013 (racheté de en 2014 par Wangxiang Group, un fabricant chinois de pièces automobiles et renommée Karma Automotive), et qui revient de nouveau dans la course !

Et derrière encore, toute une flopée de nouveaux concurrents qui veulent s’engager dans la compétition, comme le chinois BYD, Hyliion  fusionné avec le SPAC Tortoise Acquisition Corp. (SHLL), ou encore Rivian, pas encore côté mais déjà propulsé par son inattendu principal investisseur, autre ennemi juré de Tesla : Amazon ! Signe qu’il arrive vite ? Tesla lui a déjà mis un procès aux fesses pour violation de brevets…

Il y a aussi toutes les écuries misant sur la conduite autonome : entrée en compétition boursière de Velodyne Lidar par l’intermédiaire d’une fusion avec la SPAC  Graf Industrial Corp (GRAF) pour 1,6 milliard de dollars, le petit français Navya (NAVYA), et l’achat par Amazon il y a 3 semaines de la startup Zoox pour plus de 1,2 milliards de $.

Et bien sur les constructeurs classiques qui entament leur mue (comme Peugeot avec 17 % de ses ventes du premier semestre tout électrique), mais qui sont loin des performances des pure players sur le circuit boursier…

Ah ! Mes amis ! Quelle bulle !
La saison de courses s’annonce passionnante…

                          2- Bruits de Tech’Niquent…


Mais quand l’échelle des performances devient logarithmique, il y a de quoi s’interroger … Le tableau des accélérations étonne :

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/20765_green_car_race_accelerations.png

Pour essayer de comprendre ces performance extraordinaires, nous avons mené l’enquête parmi les équipes de techniciens dans les stands des écuries championnes, et là, nous avons peut-être percé le secret :
Contrairement à ce que l’on peut croire, le carburant dans cette course incroyable ce n’est même pas l’électricité : c’est le tweet !

Parmi de multiples exemples :

Il a suffit d’un tweet le 8 juin du patron de Nikola Trevor Milton annonçant l’ouverture pour le 29 juin des réservations pour le « Blaireau » ! Le badger, ce pickup électrique dont il répétait depuis des mois que ce n’était pas sa priorité, que c’était juste pour s’amuser…
Puissance du Tweet : +103,7 %, soit 10 milliards de $ le tweet !

Le 2 juillet, Musk retweet le nombre de véhicules livrés par Tesla au 2eme trimestre : 90650, et cela suffit à enclancher un +15 %, soit 40 milliards de $…

C’est une information confidentielle qui a rapidement été retweetée dès qu’elle a fuité le 9juillet : Spartan Energy Asquisition envisageait de fusionner avec Fisker pour l’introduire en bourse : +61 %, soit 350 M$. Fisker (re)débute dans la compétition mais a déjà le tweet actif !

On peut ainsi rapprocher le tableau des tweets de propriétaires d’écuries de celui des accélérations avec un certain niveau de corrélation… Mais ce n’est pas tellement le nombre qui compte, mais surtout la qualité du tweet !

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/20765_green_car_race_tweets.png

A ceux qui doutent de la puissance propulsive de ce carburant miraculeux, doit-on rappeler qu’un président aux cheveux jaunes a plus d’une fois réussi à faire monter ou baisser la bourse mondiale à 1000 milliards de dollars le tweet ?

On pourra nous objecter qu’il n’y a rien de nouveau sous le générateur photovoltaïque et que de tous temps, la fuite d’une information à provoqué des envolées de cours sur la piste.
Certes.

Sauf que …
… La réaction à une information diffusée sous le manteau à une poignée d’investisseurs initiés ou publiée dans le Financial Time et reçu le lendemain par son million d’abonnés n’a pas de commune mesure avec le tweet reçu instantanément par les 37 millions d’abonnés d’Elon Musk. L’effet de masse est démultiplié par l’effet de vitesse dans des enchainements facilement explosifs.

… Les quelques millions de dollars d’amende que peuvent imposer les commissaires de course (SEC, AMF…) aux twitters indélicats sont largement inférieures aux gains provoqués par les tweets.

… La nature même des tweets et l’usage habituel qui en est fait incite à normaliser progressivement un type d’informations que l’on aurait trouvé suspect en d’autres temps.

… Le tweet amplifie la personnalisation et l’attirance émotionnelle sur des valeurs identifiées à leurs représentants emblématiques, que le tweet rapproche artificiellement de ses fans.

… Pour toutes ces raisons, le mécanisme de l’influence du tweet sur le cours est plus complexe que ce qu’on connaissait jusqu’alors. On pourrait citer :

* L’effet indirect : Musk tweet sur SpaceX et c’est Tesla qui avance.

* L’effet second degré : Musk n’annonce pas une nouvelle, mais seulement  qu’il va organiser un « battery day » pendant lequel seront annoncées des informations révolutionnaires… et le cours progresse. Et ainsi plusieurs fois à mesure que la date de l’évènement est repoussée !

* L’effet battle : La personnalisation conduit la concurrence sur le terrain de la dispute : Musk et Milton qui s’insultent plus ou moins explicitement et qui entrainent dans leur sillage leurs aficionados respectifs qui leur expriment leur soutien par tweet, mais aussi par investissement interposé.
Car en effet, l’implication émotionnelle des investisseurs est un amplificateur de capitalisation : un fan mettra toujours plus d’argent sur son idole, quoi qu’il arrive. On est donc encore au-delà des effets de bulles. C’est la bulle 2.0 qu’apportent les réseaux sociaux.

Parions que les autres compétiteurs, qui pour l’instant se contentent de profiter des appels d’air, vont vite se mettre aux tweets !
Mais qu’ils soient prudents car, comme tous les super-carburants, Le tweet est instable ! Il suffit que le pouce dérape et hop ! Le patron de l’écurie Tesla le sait bien, mais il a le pouce trop rapide et la dernière fois il a fait reculer Tesla en tweetant que son cours était trop haut ! (On peut le penser, mais il ne faut pas le dire quand on est le boss !).

                            3- Commentateurs C’Portif’


En décembre dernier, deux distingués professeurs de finance: Bradford Cornell et Aswath Damodaran ont publié un article qui essayait de poser quelques bases pour une théorie des « Big Market Delusion » : c’est la promesse d’un grand marché potentiel dont l’estimation est faite par des extrapolations hasardeuses, ce qui justifie des prix élevés pour chaque entreprise qui s’y lance, à la place d’une valorisation sérieuse, avec peu d’efforts pour séparer les gagnants des perdants et les bons des mauvais modèles commerciaux, et un excès de confiance des investisseurs… et la correction qui peut s’ensuivre !

Les auteurs l’ont illustré par le commerce électronique dans les années 1990, la publicité en ligne entre 2010 et 2015, ou le cannabis en 2018, bien que ces trois phénomènes aient eu des durées et des vitesses différentes. Les points communs sont : l’évocation d’un grand marché flou (Total Accessible Market), l’aveuglement face à la possibilité d’émergence d’une concurrence, l’effacement des modèles commerciaux derrière le seul concept de Croissance, et donc la déconnection d’avec les fondamentaux.
Ça ne vous rappelle rien ?

En attendant de réussir à rendre ce modele de Big Market plus précis et surtout prédictif (à supposer que cela soit possible), le professeur Damodaran a proposé régulièrement des tentatives de valorisation de Tesla. Mais il recevait en réponse tant de « vitriol » (dans ce domaine, il n’est qu’à parcourir la file Tesla du présent forum comme des autres) qu’il a finalement décidé de publier récemment, dans un autre article sur son blog, une méthode pour que chacun puisse faire sa propre valorisation.

Cette méthode est fondée sur la combinaison de 4 leviers :

   1) Le levier de croissance: Estimation des revenus de l’entreprise (provenant des automobiles, des logiciels, des panneaux solaires, etc.) en 2030, sachant que les revenus 2019 sont de $25 billions. Les valeurs proposées sont les revenus actuels des grands constructeurs automobiles :

  2)  Le levier de rentabilité: la marge opérationnelle cible (avant impôts) détermine la rentabilité que l’entreprise aura, une fois que ses jours de croissance commenceront à diminuer, disons dans 5 ans.

3) Le levier d’efficacité de l’investissement: avec le ratio ventes / capital investi. On pourrait supposer (C7) avec Tesla que chaque dollar d’investissement (dans de nouvelles usines, de nouvelles technologies et de nouvelles R&D) au cours des 5 premières années génère 3 dollars de revenus, car il utilise une capacité excédentaire dans les premières années.

4)  Le levier du risque: composé de deux valeurs : Le premier est le coût du capital, le second le la probabilité de défaillance.

Valorisation :
En utilisant ces 4 paramètres dans le tableur du Professeur Damodaran, on obtient une valorisation pour Tesla.

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/20765_tesla_scenarii_damodaran.png

D’une manière générale, il voit quatre grands types de valorisation :

    The Big Auto Story: Si l’on imagine que Tesla sortira de sa période de croissance en tant que l’un des plus grands constructeurs automobiles au monde (revenus de 100 à 300 milliards de dollars la 10e année), avec des marges (7,42%) , une efficacité de l’investissement (2,42) et un coût du capital (6,94%) dignes des meilleurs des constructeurs automobiles, alors la valeur par action varie de 106 $ / action (avec des revenus similaires à BMW) à 333 $ / action (avec VW / Toyota comme référence).

    L’Auto / Techno Company: Si Tesla devient une société d’automobiles / logiciels / services avec des caractéristiques de société de technologie, ce qui lui donne des marges plus élevées (10,25%) et un coût du capital plus élevé (8,86%), alors la valeur par action varie de 111 $ / action (avec des revenus similaires à BMW) à 298 $ / action (VW / Toyota). Le risque plus élevé annule les avantages d’une rentabilité plus élevée.

    L’Auto / FAANG Company: Si Tesla développe non seulement une tournure technologique, mais devient aussi réussie que les entreprises technologiques les plus prospères, avec des marges approchant 20%, alors la valeur par action varie de 459 $ / action (avec des revenus similaires à BMW) à 2106 $ / action (VW / Toyota).

   La Make-Your-Best Company: Avec les meilleurs résultats possibles sur chaque variable, des revenus comme VW / Toyota, des marges comme des sociétés de logiciels purs (21,24%), un ratio ventes / capital supérieur à toutes les moyennes du secteur (4,00) et un coût du capital d’une entreprise automobile (6,94%), on arrive à une valeur par action de 2106 $.

Le cours est aujourd’hui à 1540 $ et grimpe encore, on se rapproche donc de l’ultime, et pourtant improbable, scenario du professeur…

Mais puis-je humblement suggérer que le distingué professeur a peut être négligé un levier ?

Quel levier ?

Mais le Tweet, bien sûr !


Ceci n'est en aucun cas un conseil achat ou vente… Mais un conseil de verdissement, oui !

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+1]    #137 02/08/2020 19h03

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   209  

REPORTING JUILLET DU PORTEFEUILLE GENERALISTE


                  CASH & COUVERTURE :


Poids : 4,1% (performance mensuelle : +41,6%)
Plutôt que de continuer à attendre la prochaine baisse sans rien faire avec le cash, j’ai entrepris ces dix derniers jours de tenter d’en faire fructifier une grosse moitié sur des mouvements spécifiques qui m’inspirent. (Le genre de choses que j’aurais du faire avec Nikola, même si je n’avais pas imaginé une telle hausse). J’ai donc fait un aller-retour en 2 jours sur Navya. Je me suis ensuite placé sur Evergreen en espérant qu’une hausse du cours suive la fin de l’OPA sur le flottant la semaine prochaine.
Mais c’est une initiative qui, quoique judicieuse pour l’instant, est un peu tardive et j’ai commencé (doucement) à placer l’autre partie du cash sur du BX4 en anticipation de la seconde jambe de baisse dont j’ai le sentiment que si elle doit avoir lieu un jour, c’est maintenant, mais qu’elle sera très progressive…

            PORTEFEUILLE GLOBAL (Généraliste + Croissance Verte) :


https://www.devenir-rentier.fr/uploads/20765_juillet20_ptf_global.png

Le rebond semble avoir atteint son sommet au cours de ce mois de juillet où le CW8 termine dans le rouge (-0,26%) de même que le CAC40 (-3%). Sur ce plat pays, la valeur du portefeuille a réussi à augmenter de +4,8%, un peu moins tout de même que le S&P500 (+5,5%) et le NASDAQ (+6,8%) sauvés par les GAFAM.
Le poids du PEA(+PEA-PME) est toujours de 32 % pour une performance mensuelle de +4,4 %
Le CTO abrite 63 % du portefeuille pour une performance de +3,2 %
La proportion de valeurs vertes (tous portefeuilles confondus) retombe à 53 % à cause de sa faible performance mensuelle : +1,9 %
En absolu : Plus value sur capital investi =+76,2%

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/20765_juillet20_portefeuilles.png

                   PORTEFEUILLE GENERALISTE :


Sur le mois de juillet, le portefeuille généraliste gagne 4,2% (bien plus que les 2,2% du portefeuille Croissance Verte dont je détaillerai les performances plus tard), surclassant évidemment l’ETF monde CW8.
Dans ce portefeuille généraliste, ce sont les valeurs du CTO qui ont mené le jeu ce mois-ci (+4,6%) devant le PEA (+3,2%).

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/20765_juillet20_compartiments.png

En décomposant le portefeuille Généraliste on trouve la situation parfaitement inverse du mois dernier : les renforts verts ont  augmenté la performance en PEA(+6,4%) mais l’ont fortement dégradée en CTO (-0,7%), et les valeurs non vertes, elles, sont en retrait en PEA (+1,5%) alors qu’elle ont la meilleure performance des poches en CTO (+7,3%).

     THEMES :


https://www.devenir-rentier.fr/uploads/20765_juillet20_themes_ge769ne769ralistes.png

Ce mois-ci, une certaine bascule dans les performances thématiques : Les micro-processeurs sont propulsés en tête , suivis du Commerce en ligne qui reste sur le podium et les Medias-Télécoms font leur retour, suivis par la Santé
Par contre la Technologie numérique et les renforts verts  régressent et retrouvent Fintechs et Commerce du luxe/cosmétique. En queue de peloton : l’Industrie de l’espace et des réseaux et, comme d’habitude, les Holdings Financières. La pondération des secteurs s’homogénéise.

      DETAILS :


Je ne commenterai ici que les performances individuelles des 66 valeurs non vertes du portefeuille généraliste. Parmi elles, 50 % n’ont toujours pas retrouvé leur cours d’avant le sell-off (les mêmes que le mois dernier).

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/20765_juillet20_de769tails_ge769ne769raliste.png

               Secteur FINANCE

HOLDINGS FINANCIERES :
Elles sont à l’arrêt. La seule qui a progressé, German Startup… je l’ai revendu le mois dernier !
BAM prévoit de lancer en début d’année prochaine un REIT pour valoriser (entre 500 M$ et 700 M$) ses nombreux actifs immobilliers en Inde, en s’inspirant du succés du lancement par Blackstone Group du REIT Embassy Office Parks  l’an dernier et du REIT Mindspace Business Parks très prochainement coté.
Du côté de Exor, qui poursuit ses rachats d’actions du groupe de presse GEDI, il semble de plus en plus évident que la valeur du réassureur PartnerRe qui représente 29 % de ses actifs et dont la vente à Covéa a été annulée par ce dernier en mai, a été assez largement surestimée, même avant l’impact de la crise. Ils ont d’autre part investi via leur fonds Exor seeds dans la startup de vélos électriques belge Cowboy.

FINTECH DE PAIEMENT :
Afterpay est toujours largement en tête, et même la seule belle croissance de mon secteur financier… L’entreprise a lancé une opération originale de fidélisation pour essayer de contrer des initiatives agressives de la part de concurrents plus récents comme le suédois Klarna. Elle a également passé un accord avec Googlepay et Applepay pour que leur système soit utilisé dans les boutiques en dur aux USA. 
L’autre australien du groupe, EML Payment, semble décidément en panne. Son cours a perdu 23 % pendant ces deux derniers mois. Le début de cette contre-performance coïncide avec l’annonce fin mai de la vente par le CEO de 400000 actions. Mais il lui en reste encore beaucoup… La société aurait du profiter de la ré-ouverture des boutiques pour se relancer. J’ai été tenté de l’échanger contre une autre de mes Fintechs australiennes en watchlist : ZIP (Z1P) ou PushPay (PPH). Mais le premier a perdu lui aussi 24 % et en seulement 2 semaines, et le second a chuté le 13 juillet lorsque le principal actionnaire a vendu 25 % de ses actions, soit plus de 5 % du capital et a déclaré ne plus en vendre avant les résultats de novembre ! Je vais donc faire confiance à EML payment, qui a encore largement assez de cash, pour redresser la barre.
J’ai remplacé Hipay par Adyen, moins spéculative tant que l’incertitude comptable règne.
VISA a fait état de résultats supérieurs aux prévisions après un recul moins marqué qu’attendu de son bénéfice trimestriel (-24 % tout de même!).
Ingenico : bilan semestriel qui aurait pu être pire avec l’impact de la crise sur les commerces et donc les terminaux de paiement : CA-8 %, EBITDA +10 %. OPA de Worldline prévue pour le début d’automne.

                Secteur TECHNOLOGIE

Les sociétés Technologiques marquent le pas après leur rallye a l’exception des 2 prestataires français (pas entièrement technologiques) : Téléperformance (S1 : CA +5%,  cash-flow net disponible +11,6%, perspectives renforcées. Seule activité durablement en panne : TLScontact, spécialiste de la gestion des demandes de visas) et surtout Freelance.com, leader du groupe. The Trade Desk réalise une bonne fin de mois (forte croissance dans la TV connectée et à l’international).

Performances correctes aussi pour :
Alphabet (malgré la première baisse de revenu annuel de son histoire).
Trimble (va équiper SNCF réseaux pour la planification de ses projets et a été utilisé par le Nepal pour mesurer l’Everest…).
Dynatrace bon Q2 (CA+3,7 % supérieur aux estimations), avec une forte hausse (39 % sur une an) des revenus récurrents.
Lleidanetworks (malgré la correction de fin de mois) et CM.com, les petits nouveaux.

Plafonnement pour les autres :
Microsoft
Xero limited (résultats annuels : CA+30 %, EBITDA doublé)
Cardlytics : Toujours loin de ses plus hauts. Partenariat avec Wells Fargo.
Dassault Systemes qui présente de bons résultats (Q2 CA+10 % mais rentabilité en baisse) grâce à sa diversification dans Medidata et ses revenus récurrents (69 % du CA). Elle a racheté l’entreprise Proxem, spécialiste reconnu de l’analyse sémantique.

                 Secteur INDUSTRIE

ESPACE & RESEAUX :
Electro Optic Systems menait le mois avec son contrat d’armement. Heureux d’avoir renforcé juste avant ! Iridium l’a dépassé en fin de mois sans nouvelle (Q2 : CA -2 %, EBITDA stable) alors que Maxar chute malgré l’annonce de la reconduction de 4 (+ 1 nouveau) contrats avec des états du moyen orient et d’Asie pour l’accès à ses images satellites (120M$).
Kerlink recule malgré sa progression au Japon et le renforcement de sa participation dans l’américain Microshare qui tente de s’imposer dans le tracage anti-covid. Il faut dire que les résultats du semestre sont mauvais : CA -26 %.
Ekinops, lui, maintient sa petite progression à +1,7 % de CA sur le semestre.
Quand à Mynaric, elle progresse légèrement sans nouvelle… Qu’est-ce que ce sera quand elle arrivera !

MICRO-PROCESSEURS :
Profitant des ennuis d’Intel qui annonce au moins 6 mois de retard dans la mise au point de son nouveau processeur, AMD le dépasse en cours, et Nvidia en capitalisation ! Les deux compères ne devraient pas avoir de retard, eux, pour leurs processeurs Ryzen (Threadripper), Big Navi et architecture Zen pour le premier et Ampère pour le second. On s’attend de plus à une augmentation des ventes de PC pour le télé-travail et les jeux en ligne. AMD signe également un joli partenariat avec Google Cloud et a revu en hausse son objectif de chiffre d’affaires pour l’ensemble de l’année avec des prévisions de ventes au-dessus des attentes pour le trimestre en cours ; il a donc pris la tête du groupe mais tous les fabricants de micro-processeurs ont fait un exceptionnel mois de juillet, malgré le regain de guerre commerciale. Tous ? Non ! Les américains seulement, car le gaulois  STmicroelectronics résiste à la hausse, Intel étant l’un de ses gros clients, et malgré deux acquisitions en France et au Canada et un relèvement de ses prévisions de CA… MACOM (CA+26,7 %, et forte baisse des pertes) et LAM Research (CA+19 %) publient de bons résultats trimestriels, et Skyworks un CA en baisse mais surpassant les attentes et des perspectives dans la 5G toujours croissantes.

                     Secteur SANTE

Mois contrasté avec des métiers gagnants :
TESTS :
Fulgent Genetics, première progression du portefeuille. Il était temps que son positionnement anti-covid lui rapporte.
Bioanalytical Systems

INSTRUMENTATION :
Inmode a laissé fuiter une estimation(qui sera confirmée le 5 août) de CA du Q2 qui serait 2 fois supérieur aux estimations !
Demant
Medtronic a lancé une OPA amicale sur le français Medicréa. Moins amical : l’arrêt de la fabrication des pompes à insuline implantables pour le diabète de type1.
sauf Nanosonics, en baisse, dans l’attente de l’annonce d’un nouveau produit ?

Un métier qui corrige après fortes hausse : BIO-MATHEMATIQUES:
Schrodinger (partenariat stratégique avec Viva Biotech)
Median Technologies (S1 CA:+47,9%, carnet de commandes en hausse)

Un métier perdant : BIOTECHS
Innate Pharma, mais il ont annoncé hier la publication d’une étude dans Nature indiquant la possibilité d’utiliser son anti-cancereux l’avdoralimab pour le traitement des formes graves de COVID-19 (suite à une phase II annoncée en avril).
Poxel a renforcé sa tresorerie et travaille toujours à l’enregistrement de l’imeglimine pour le traitement du diabète de type2 au Japon et prépare sa phase III aux USA(?)
Cellectis a chuté le 7 juillet suite à un décés entrainant la suspension d’un essai clinique de phase I aux USA.

                       Secteur CONSOMMATION

COMMERCE EN LIGNE :
Tous gagnants : Les leader Amazon (Q2 : CA+40 %, bien au-delà de ce qui était attendu) et Alibaba (va introduire sa fintech Ant Group (Alipay) en bourse) qui poursuivent leur belle croissance, comme que les challengers MercadoLibre, Shopify (CA Q2:+97%) et JD.com (maintenant également coté à HK). En terme de performance mensuelle ils sont cependant largement distancés par le nouveau venu européen acheté il y a juste 2 semaines : TIE Kinetix. J’aimerais tant que sa performance actuelle soit l’augure de l’émergence d’un e-commerce européen fort !

LUXE ET COSMETIQUE :
Toujours en panne de performance à part Natura&co. L’entreprise de cosmétiques écologiques s’est associé avec 8 autres géants mondiaux (Microsoft, Starbucks, Danone, Unilever, Mercedes-Benz, Nike, … ) pour partager leurs informations et coopérer en vue du zéro carbone en 2050.
Ferrari et Estée Lauder se sont finalement bien rattrapés.
Dior en baisse (S1 CA-27%)et Kering (CA -29,6%) mais les deux groupes de luxe ont fait état d’une « reprise encourageante », notamment en Asie-Pacifique, marché-clé.

                         Secteur MEDIAS & TELECOMMUNICATIONS

Ce secteur retrouve la forme avec les belle performances de Roku, qui semble profiter à la fois :
- Du boycot d’un nombre croissant d’annonceur à l’égard de Facebook et des réseaux sociaux en général.
- Des dépenses publicitaires élevées pour promouvoir les services de télévision sur internet : Disney, AT&T (HBO), etc.
- De la baisse accélérée du nombre d’abonnés aux services de télévision payantes sur le cable (AT&T, Comcast, …)
Mais cela pourrait ne pas durer : les diffuseurs ont créé leurs propres plateformes de streaming et renâclent à l’idée de continuer à passer par Roku pour leurs abonnés. C’est le cas de HBOMax (AT&T) et Peacock (NBCU) ; et Apple (AppleTV) et Google (AndroidTV) sont en embuscade.

Parmi les locomotives de ce secteur ce mois-ci, on trouve aussi :
Apple : beau resultat Q2 malgré la fermeture des stores : CA+11%, l’entreprise devient la plus forte capitalisation du monde.
Tencent, qui dépasse Facebook en bourse et vient d’acquérir le moteur de recherche Sogou, les jeux video de LeYou, tout en ouvrant un nouveau studio de création de jeux : LightSpeed LA, et des boutiques en ligne avec WeChat…
Charter communications, qui devrait profiter du « Rural Digital Opportunity Fund » pour le cablage des zones rurales aux USA.
Plus faibles : Disney se réveille avec la ré-ouverture de parcs (provisoire?). Sony a failli aussi mais s’est rendormi sur la fin (peut-être en échouant au rachat de LeYou) et les 2 nouveaux Bilibili et Snap baissent après leurs bonnes performances des mois passés et malgré leurs bons résultats (SNAP CA+17%)

               EVALUATION DES ARBITRAGES :


Mouvements de juillet :
En PEA, les arbitrages récents vers l’europe ont eu un résultat mitigé : Lleidanetworks retrace après son beau rallye. L’entreprise ne me parait pas en cause mais plutôt le timing de mon achat. TIE kinetix le compense pour une surperformance de 4,7 % en 2 semaines. Quand a Hipay, on dirait qu’il a déjà retrouvé la confiance des investisseurs et du marché ! Je vais tout de même attendre pour le racheter…
Quand à ceux du début de mois en Renforts verts, j’ai bien sur raté le sursaut spéculatif sur Suez après les informations sur la vente des actions détenues par Engie, mais il est très largement compensé par la poursuite du rallye de McPhy : 10 % de sur-performance moyenne pour ces arbitrages en PEA. De même en CTO une sur-performance de 30 % grâce à AFC et surtout Vivint Solar, et tant pis pour la petite reprise de Tetra Tech.
Au total, ces arbitrages du mois ont participé à la performance du portefeuille à hauteur de +1 %.

Mouvements de juin :
En CTO, l’arbitrage se révèle avoir été légèrement négatif, non par une mauvaise performance des nouveaux entrants (bien que Snap soit décevant) mais par les bonnes performances qu’on réalisé les sortants German Startup Group, Amplifon et surtout Virgin Galactic (+58 % depuis l’arbitrage!).
En PEA, la surperformance est de 20 %, grâce à Alfen et Freelance.com.
Au total, ces arbitrages de juin ont participé à la performance du portefeuille à hauteur de +0,7 % sur 2 mois.

             PERFORMANCES BRUTES (par rapport aux pru) :


Sur les 100 valeurs du Portefeuille Généraliste :

19 baggers : AfterPAy (+491%), Tesla (+333%), Median Technologies (+288%), Fulgent, Genetics (+224%), Shopify (+203%), Nikola (+157%), Enphase (+142%), Solaredge (+132%), Inmode (+129%), Ballard Power Systems (+126%), MercadoLibre (+135%), Mint (+150%), Daqo New Energy (+131), Steico (+106%), AMD (+109%), Vivint Solar (+111%), The Trade Desk (+104%), Nvidia (+101%), Xebec (103%).

19 performances comprises entre +50 %  et +99% : Fermentalg, Ingenico, Cardlytics, STMicroelectronics, Metabolic Explorer, JD.com, Eolus Vind, EML payements, Generac Holdings, Amazon, Freelance .com, Scidev Limited, Estée Lauder, Natura & co, Brookfield Renewable Energy Partners,, Envirosuite Limited, Apple, LAM Research, Microsoft.

Presque pas de moins value puisqu’elles sont régulièrement arbitrées. La seule ancienne pour laquelle j’ai une faiblesse coupable car je crois (pour l’instant encore) à ses performance futures c’est Advance Nanotek (-28%). Les autres sont des entrants récents auxquels je laisse le temps de faire leurs preuves : Lleidanetworks, Plug Power, CM.com, Avantium, Ekinops, FuelCell, Medtronic,
Le reste du dernier quintile des performances est composé de Disney (0%), Lucibel, Sharps Compliance,  Evergreen, Adyen, Sony, Mynaric, Ferrari, Brookfield Asset Management, Innate Pharma, Snap et enfin Poxel (+13%).


Ceci n'est en aucun cas un conseil achat ou vente… Mais un conseil de verdissement, oui !

Hors ligne Hors ligne

 

[+4]    #138 04/08/2020 12h06

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   209  

Reporting juillet du portefeuille Croissance Verte CV100


                       SUIVI GLOBAL                       


PERFORMANCES HISTORIQUES :


La constitution du portefeuille Croissance Verte CV100 a été achevée fin mars 2020 en complétant les 2 poches de CV40 qui dataient d’aout 2019 par 3 nouvelles poches de 20 valeurs chacune. Depuis, en 4 mois, il a gagné +45%, soit  trois fois la performance du CW8 qui n’a fait que +14%.

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/20765_cv_juillet20_historique.png

Les 5 poches ont des comportements variés, qui s’équilibrent pour l’instant, mais que j’aimerais analyser plus en détail quand j’en aurai le temps. Pour comprendre plus que pour intervenir, car je rappelle que les règles de ce portefeuille sont strictement buy & hold.
Ces comportements variés commence à entrainer une certaine déformation dans la répartition des valorisations, que je laisserai naturellement évoluer.

PERFORMANCES MENSUELLES :


En ce mois de juillet la poche CONSO a corrigé (-3,8 %), les poches ENER ont poursuivi sur leur lancée (+10,3%) et les poches ENVI divergent nettement, s’annulant mutuellement.
Au total, le portefeuille Croissance Verte (+2,22%) surclasse largement le CW8 (-0,26%) comme d’habitude, mais par contre il reste très en retrait des indices américains S&P500 (+5,5%) et NASDAQ composite (+6,8%).

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/20765_cv_juillet20_mensuel.png

La performance restait forte pendant la première moitié du mois (+10,1 % contre +2,7 % pour le CW8) mais la correction de la seconde partie (-7,2 % contre -2,9 % pour le CW8) est à la mesure, avec un petit effet cliquet, comme j’avais pu le constater en mars à une autre échelle.
Une fois encore, le diversification permet d’absorber la contre-performance d’une ou deux poche de métiers. Mais cette fois ce sont les nouvelles poches ENVI2 et CONSO qui plombent le portefeuille, heureusement compensées par ENER2 toujours en pleine forme et les anciennes, dont ENVI1 qui se reprend bien.

PERFORMANCES THEMATIQUES :


Le secteur de l’énergie verte affiche globalement une performance de+10,3% sur le mois de juillet,emmené par un formidable tir groupé du Solaire, relancant ainsi le championnat annuel  face à un Hydrogène à bout de souffle après un semestre en tête. Suivent l’Efficacité (toujours volatiles) par récupération de chaleur industrielle, puis les Producteurs et Distributeurs, les Economie (isolation) et l’éolien. La Bio-énergie va souffler avec l’hydrogène et Varta, qui fait une pause dans sa remontada.

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/20765_theme_ener_juillet20.png

Le secteur de la gestion de l’environnement semble renouer avec la performance pour la première fois depuis la crise, mais c’est une évolutions hétérogène des métiers : Les Consultants sont en tête (les plans de relance verte commencent peut-être à lancer des études), l’Air (Fermentalg et Xebec) et un étonnant retour des Déchets spéciaux. Etonnant parce que tous les autres métiers de traitement des déchets ou de l’eau boivent toujours la tasse, en compagnie des entreprises de Contrôle de l’environnement, à part peut-être les Equipementiers de l’eau.

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/20765_theme_envi_juillet20.png

Dans le secteur de la consommation verte, forte baisse des Véhicules (Nikola corrige après sa folle envolée) et de l’Hygiène. Mois sans saveur pour les arômes et emballages, et belle performance pour l’Alimentation et les Biens et Matèriaux.

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/20765_theme_conso_juillet20.png

PERFORMANCES GEOGRAPHIQUES :


Comme d’habitude, l’analyse de la répartition géographique de la performance est faite sur le portefeuille CV + la poche virtuelle Asie-pacifique (watch-list).
Après plusieurs mois de domination, les Amériques cèdent la première place du portefeuille à la zone Euro ! L’Europe hors zone euro s’effondre. La poche virtuelle Asie-Pacifique n’aurait en moyenne rien apporté au portefeuille si je l’avais réalisée.

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/20765_geographique_juillet20.png

Dans le détail des thématiques, on voit que les Amériques gardent la main sur l’Energie, la zone Euro sur la gestion de l’environnement, et c’est l’Asie qui domine ce mois-ci le thème de la Consommation.

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/20765_geo-thematique_juillet20.png

                          SUIVI INDIVIDUEL                                 


ENERGIES RENOUVELABLES :


40 % des lignes n’ont pas encore retrouvé leurs cours d’avant-krach.

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/20765_podium_ener_juillet20.png

Les meilleures performances du mois sont solaires :
Vivint Solar : L’installateur américain de panneaux solaires va être absorbé par son concurrent Sunrun pour créer un géant de l’installation solaire US. 0,55 actions de Sunrun par action Vivint d’ici la fin de l’année.
Global Ecopower occupe la deuxième marche… à titre provisoire. Une enquête anti-dopage est en cours !

CroissanceVerte a écrit :

Le 6 juillet ma conviction s’est réjouie de ce que Global EcoPower (ALGEP) acquiert tous les actifs de production et de commercialisation de spiruline de la société TAM, premier producteur de spiruline en France via la marque CYANE.
Le 16 juillet, ma raison s’est inquiété de ce que Global EcoPower annonce un report de l’arrêté des comptes 2019, ainsi que des changements importants dans la gouvernance et  la démission du CEO, suite à l’apparition d’ »un certain nombre d’imprécisions techniques et comptables ».
La cotation est suspendue sine die…

Enfin, Daqo New Energy, le fabricant de panneaux solaires chinois est pour le deuxième mois consécutif sur la 3ème place du podium. Il faut dire que son cours est monté en flèche le 20 juillet, suite à la fermeture de l’usine du Xinjiang de son rival GCL-Poly Energy, endommagée par des explosions. Cette fermeture pourrait diminuer de 10 % l’offre de polysilicium mondiale pendant 3 à 6 mois…

Les plus mauvaises performances sont de nouveau le fait d’entreprises de l’hydrogène qui digèrent les hausses démesurées du semestre : ITM Power et Ballard ce mois-ci, et aussi d’Envitec, l’allemand du bio-gaz, qui a lui aussi une belle croissance a consolider.

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/20765_individuelles_ener_juillet20.png

Parmi les autres, presque exclusivement des performances positives :

                  PRODUCTEURS ET DISTRIBUTEURS D’ENERGIE :
Mint, le distributeur poursuit sa belle progression avec des résultats S1 à la hauteur : CA+46 % (et même +58,6 % pour le seul pôle Energie).
Albioma, S1 CA+4 %, EBITDA+19 %, Résultat net + 34 %.
Neoen : S1 CA+33 %, parcs éoliens en Finlande pour alimenter Google !
Voltalia S1 : CA+37 %, dont un +24 % pour sa filiale Helexia pour les toitures solaires et l’efficacité. Un accord avec Ikea-France pour la vente de panneaux aux particuliers.

Terraform Power, OPA de BEP approuvée en AG,
Brookfield Renewable (BEP) acquisition d’un projet solaire au Brésil.
Innergex achète 6 parcs Eoliens aux USA.
Transalta S1 CA-10,5 %, EBITDA+2,6 %.

                EOLIEN :
­Vestas : toujours de nombreux contrats
Eolus Vind : Resultats du trimestre Mars à Mai : CA-27 %, mais amélioration EBIT, et Cashflow. Acquisitions et signature de projets en Suède et pays baltes

                SOLAIRE :
SunPower : Maxeon (prochain spin off) va profiter des liens entre SunPower et Enphase pour lancer des panneaux avec micro-onduleurs intégrés. Maxeon a levé 200 M$ d’obligations vertes et obtenu une capacité d’emprunt de 125 M$.
Envision Solar : Augmentation de capital 11,5M$
Sunnova  Q2 CA+24 % et réduction des pertes, mais l’endettement reste important.
Enphase : Le rapport de shorteur qui avait fait baisser le titre en juin apparaît de plus en plus comme une manœuvre. Le cours est largement remonté depuis et on s’attend à ce qu’il dépasse ses plus hauts…
SolarEdge : Le fabricant de batteries de stockage coréen LG Chem adopte la compatibilité avec les micro-onduleurs SolarEdge.

                HYDROGENE :
A part McPhy (S1 CA+24%), qui a démarré plus tard et poursuit sa hausse, avec encore de nouveaux contrats de stations hydrogene et electrolyseurs, les autres valeurs de l’hydrogène font la pause.
Nel a reçu, par l’intermédiaire de sa filiale Proton Energy Systems a reçu une subvention de 4,4 millions de dollars du ministère de l’Énergie (DOE) pour le développement de composants et de méthodes de fabrication avancés permettant de produire de l’hydrogène à faible coût issu de l’électrolyse.
Parmi les 17 autres subventions accordées dans ce programme [email protected], on trouve aussi Plug Power et Nikola, mais également d’autres entreprises moins attendues : Caterpillar, Cummins, Lubrizol et 3M Company.

         BIO-ENERGIE :
Calme plat.

        RECUPERATION THERMIQUE
Dans la lancée du mois dernier et sans guère plus de nouvelles, Enertime et Thermal Energy Internationnal grimpent tandis que Ormat creuse.

                  ISOLATION
Kingspan achète le roumain TeraPlast
Aspen Aerogel est toujours en panne (Q2 CA-16%) et met judicieusement l’accent sur ses perspectives avec les constructeurs de véhicules électriques.

… Enfin, VARTA recule un peu… pour mieux sauter ? Car la société vient juste de conclure un accord avec Samsung pour que ce dernier cesse d’utiliser dans ses casques d’écoute des batteries chinoise contrefaisant la technologie Varta mais seulement des originales… D’autres accords similaires devraient être signés avec les autres fabricants de casques…

GESTION DE L’ENVIRONNEMENT :


77 % des lignes n’ont pas encore retrouvé leurs cours d’avant-krach.

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/20765_podium_envi_juillet20.png

Les plus fortes performances boursières de juillet sont le fait de :
Metabolic Explorer, bien qu’il n’y ait rien de nouveau.
Sweco (Q2 CA+5 %, EBITDA+12%) : Les consultants en environnement commencent peut-être à sentir les effets de la relance verte.
Ecoslops a reçu une lettre d’intention pour implanter une unité de retraitement des dechets petroliers au Cameroun et profite d’une toute relative stabilisation en hausse du prix du pétrole, mais elle a encore tant à remonter !

Par contre, mauvais mois boursier pour Envipro, Saxlund et surtout Daiseki Eco Solutions.
J’ai un problème avec Daiseki Eco Solution : la société japonaise de traitement des sols pollués avait presque réussi en avril à remonter à son cours d’avant crise, puis elle a rechuté et retrouve actuellement ses plus bas de mars sans que je ne sache pourquoi. C’est ce que je crains en investissant en Asie (même au Japon, donc) : Les informations m’y sont difficilement accessibles. La maison mère Daiseki co. a elle aussi corrigé mais dans une proportion deux fois moindre, et le secteur des déchets est plutôt en berne depuis la crise au niveau mondial, mais rien n’explique une telle baisse. Rien de grave pour le portefeuille dont la société représente moins de 1 % et elle n’est pas en moins value et puisque je l’ai achetée au plus bas. Néanmoins cela joue sur la performance globale.
Pas plus d’informations sur Envipro… mais pas non plus sur le danois Saxlund !

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/20765_individuelles_envi_juillet2020.png

Mois à performance négative pour la moitié des lignes.

                    GESTION DES DECHETS ET DE L’EAU :
Embellie pour les déchets spéciaux : Tomra, Perma-fix, Sarps Compliance et Strericycle.
Ce dernier se bat pour installer un nouvel incinérateur de déchets médicaux dans le Nevada. Pourvu qu’ils ne renouvellent pas leurs erreurs environnementalo-judiciaires, et que l’incendie d’Aquametals, survenu au même endroit, ne soit pas un mauvais signe ! Bon, il y a déjà la Gigafactory Tesla, c’est rassurant ?…

Pour les autres le ciel est sombre :
Séché Environnement : S1 CA-5 %
Veolia a plongé dans le rouge au premier semestre (perte nette de 138 millions), du fait de coûts liés à la crise sanitaire, charges de restructuration et dépréciations non courantes. Mais, il vise «un retour des performances opérationnelles à un niveau équivalent à 2019 au quatrième trimestre».
Suez n’allait guère mieux jusqu’à ce que Engie évoque la possibilité de vendre les 32 % qu’il possède de Suez !

                CONSEIL EN ENVIRONNEMENT :
Métier plutôt en forme, malgré la petite consolidation de IDEA Consultants et les chiffres Q2 moyens de Tetra Tech (CA-10%).
Seul AECOM ne parvient pas à décoller.

                CONTROLE ET MESURE :
Mauvais mois à l’exception de Groupe TERA (quelqu’un sait pourquoi cette hausse?) et Itron (Q2 CA-20 %, EBITDA -57% !).

        BIOMATERIAUX, GESTIONS DES GAZS :
Deux métiers où les petits français ont décidemment le vent en poupe.
Carbios a bouclé une AK privé (dont les habitués L’Oréal et Michelin) de 27 M€
Xebec annonce de nombreuses commandes de purificateurs d’hydrogène (Corée, USA, Canada, Italie, Chine, Caraïbes, Pologne…), ou comment un spécialiste de la purification de l’air et autres gazs se retrouve un acteur important de la filière énergétique Hydrogène !

CONSOMMATION :


La moitié des lignes n’ont pas retrouvé leur niveau d’avant krach.

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/20765_podium_conso_juillet20_corec.png

Les vainqueurs du mois sont :
Les ingrédients de Burcon (c’est reparti) et Darling (de retour à son plus haut), encadrant Tesla qui poursuit sa course, mais plus tout seul !

Pour les flops du mois :
Nikola, correction inévitable
Zoono, valeur Covid essouflée
Mowi, décidemment le saumon ne paie pas…

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/20765_individuelles_conso_asie_juillet20.png

Pour les autres :
La seule valeur de l’emballage en hausse est Verallia (S1 : baisse des ventes de 4 % mais bénéfice net en hausse de 10,6%)
Ecolab Q2 CA-15 %
Hoffmann Green Cement Technologies a étendu son partenariat avec GCC

ASIE-PACIFIQUE


Par curiosité, la watch-list de valeurs asiatiques montre un visage similaire au mois précédent : hausse des valeurs chinoises dans le solaire, les véhicules électriques et batteries, et faiblesse des valeurs japonaises et néo-zélandaises.

PERFORMANCES BRUTES (par rapport aux pru)


Bonne croissance potentielle malgré tout en ce mois de juillet :
La plus value potentielle du portefeuille Croissance Verte passe à +50,5% (+61 % pour l’Energie Renouvelable, 29 % pour le Gestion de l’Environnement, 76 % pour la Consommation)

Le bouquet de baggers passe de 16 à 21 : ITM Power (+164% de plus value potentielle), Nel (+108%), Plug Power (+111%), Scidev (+146%), Xebec (+179%), Burcon (+166%), Tesla (+172%), Beyond Meat (+166%), Avantium (+100%), Envision (+137%), Vivint (+145%) , Generac (+128%), Daqo (+121%), SolarEdge (+113%), Enphase (+107%) et bien sur les multi-baggers : McPhy (+399%), Ballard (+240%), Carbios (+290%), Tesla (+368%), Nikola (+246%), Burcon (+255%)..
La sur-performance a également été emmenée par de nombreuses lignes en forte PV, dont 15 à plus de 60 % : Sunnova, Lucibel, Eolus Vind, Perma-fix, PNE, SABESP, Biosearch, Darling, Itron, Mint, Zoono, Neoen, Hain Celestial, Sweco, Bio-UV Group,

                      MOUVEMENTS :               

     
                 
Dans le cadre de deux évènements qui vont survenir quasi simultanément dans la poche ENER1, j’ai décidé de faire une petite entorse à ma ligne de conduite du portefeuille Croissance Verte :
D’un côté, Terraform Power va disparaître, absorbé par Brookfield Renewable (BEP).
D’un autre côté, SunPower va donner naissance à un spin-off : Maxeon Solar Technologies.
Normalement, fidèle à la ligne de non intervention qui conduit la gestion de ce portefeuille (si on peut appeler gestion le fait de ne rien faire et laisser vivre) je devrais laisser se transformer les actions Terraform en actions Brookfield et constituer une nouvelle ligne Maxeon avec les actions qui me seront distribuées à la scission.
Dans la mesure où je suis en moins value de 23 % sur SunPower, et en plus-value respectivement de  16 % et 22 % sur Terraforme Power et Brookfield Renewable, cela conduirait à :
Une ligne d’environ 2400€ de BEP.
Deux lignes d’un total d’environ 750€ de SunPower et de Maxeon.
Il y aurait une logique de récompense à une entreprise performante (raisonnablement) et de punition à une entreprise qui ne l’est pas (depuis mon achat, qui a été fait aux plus haut de 2019).
Mais cela reviendrait à avoir investi 2000€ sur BEP et, disons 500€ chacun sur Maxeon et SunPower, ce qui nous éloigne de l’équipondération de principe du portefeuille.
D’autre part, il est peu probable que la fusion apporte un gros supplément de performance à BEP. Par contre la scission pourrait être très profitable aux cours de SunPower comme de Maxeon.
Pour des raisons donc à la fois de principe et d’opportunité, je vais revendre les actions Terraform et replacer la somme sur SunPower. BEP restera inchangée, et SunPower et Maxeon repartiront plus ou moins de 1000€ chacun le moment venu.
Le portefeuille va perdre un producteur d’énergie verte et gagner un assembleur/installateur de panneaux solaires, ou un fabricant de panneaux, selon le point de vue…

Dernière modification par CroissanceVerte (04/08/2020 12h58)


Ceci n'est en aucun cas un conseil achat ou vente… Mais un conseil de verdissement, oui !

Hors ligne Hors ligne

 

#139 04/08/2020 12h30

Membre
Réputation :   30  

Votre bouquet de baggers et votre reporting est bluffant.

Avez-vous vérifié le potentiel au renforcement ou vous estimez que les plus hauts sont atteints et qu’il y a mieux à faire ailleurs avec des nouvelles lignes ?

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #140 04/08/2020 13h43

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   209  

Comme vous le savez peut-être, le portefeuille Croissance Verte ne peut faire l’objet de renforcements par construction (strictement buy & hold équipondéré). Mais les renforcements des valeurs dont j’y identifie le potentiel et le momentum sont réalisées dans le portefeuille Généraliste sous la forme de la catégorie Renforts Verts, dont voici l’état actuel : https://www.devenir-rentier.fr/uploads/20765_pv_des_renforts_verts_juillet20.png


Ceci n'est en aucun cas un conseil achat ou vente… Mais un conseil de verdissement, oui !

Hors ligne Hors ligne

 

#141 05/08/2020 19h18

Membre
Réputation :   30  

intéressant de voir que même les valeurs ayant une PV > 100% figurent dans votre liste de renforcement.

selon quels critères classez-vous les renforcements prioritaires ?

Hors ligne Hors ligne

 

#142 08/08/2020 18h56

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   209  

Je le précise encore : les Renforts Verts listés dans le message #140 sont les lignes qui ont déjà été renforcées dans le portefeuille Généraliste à ce jour. Il ne s’agit pas d’une liste de renforts potentiels, et ils sont représentés indépendamment de la date de renforcement. Les Plus-Values indiquées sont celles réalisées dans ce cadre exclusivement, sans rapport avec les PV que les même entreprises ont réalisé dans le portefeuille Croissance Verte. Voici les PV des Renforts par rapport aux PV des mêmes entreprises en portefeuille Croissance Verte au moment où je les ai renforcées (mais il s’agit de PV synthétiques pour ceux qui ont été renforcés plusieurs fois : Voltalia, Varta et Envea en PEA, Enphase, Solaredge, Ballard, Perma-Fix, Scidev, Envirosuite, Xebec et Tesla en CTO). La PV sur Tesla est trop importante pour être représentée, mais elle était en MV en portefeuille CV quand j’ai décidé de la renforcer.

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/20765_pv_renforts_vs_pv_cv.png

Comme je l’ai déjà dit, il y a pas mal de lignes que j’ai regretté de ne pas avoir renforcées en mars et dont j’étudierai l’opportunité de le faire en cas de baisse du marché (message #99). Mais pour certaines, je les renforcent déjà, en remplacement d’autres. Je peux en effet changer d’avis sur la capacité d’une ligne a constituer un renfort performant (en juillet, sortie de Seché Envir., Suez, Veolia, Waste Management, Pennon Group, Ormat Tech., Tetra Tech, et entrée de McPhy, Lucibel, Avantium, AFC Energy, FuelCell Energy, Plug Power, Vivint Solar)

Cela étant dit, le fait qu’une ligne ait déjà fait +100 % ne me fait pas peur si j’estime qu’elle a le potentiel d’aller plus haut (exemple : McPhy en juillet), mais je préfère bien sur les renforcer avant qu’ils n’aient trop monté, voir à la baisse (comme Varta ou tous les renforcements réalisés en mars dernier). Le critère est mon sentiment sur l’entreprise basé sur le contexte macro-économique de son secteur, l’histoire de l’entreprise, son momentum et, un peu, ses bilans… Elles ne sont pas vraiment classées, c’est l’inspiration du moment…

Difficile de dire si les renforts d’entreprises ayant déjà bien monté sont moins performants : McPhy, PlugPower, Avantium et Lucibel sont des renforts trop récents, mais pour une même performance préalable en CV, les renforts ont des résultats variables… Cependant, la plupart des renforts ayant été réalisés (ou doublés) dans le creux de mars, il est normal qu’ils aient tous des performances positives !


Ceci n'est en aucun cas un conseil achat ou vente… Mais un conseil de verdissement, oui !

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #143 09/08/2020 08h42

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   209  

Un soupçon de sel dans la Croissance Verte :


Dans la cuisine (gestion) un peu fade du portefeuille Croissance Verte, avec ses règles strictes ni vente, ni achat, ni renforcement, ni rien, une fusion et une scission m’ont permis d’ajouter un peu de sel : Comme annoncé dans le dernier reporting, le 29 juillet (la veille de la fusion avec Brookfield), j’ai revendu les actions Terraform Power (TERP) 21$ l’action,avec une PV de +26% et acheté des SunPower à 9,70$ dans la foulée, dans l’attente de la prochaine scission de Maxeon.

                             ***********

A cette occasion, j’ai réexaminé le cas SunPower, qui est une des lignes faibles (en moins value) du portefeuille. L’évolution me semble enfin favorable :

SunPower a limité les dégats du Q2 (CA-26%), conduisant à un S1 en hausse, et surtout une augmentation des commandes et des installations, aussi bien en panneaux qu’en stockage (100MW de projets, dont une commande importante de la métropole de Washington). Ils en ont profité pour lancer 3 nouveaux produits : un module bi-face, une solution de stockage SunVault, et un système solaire intégré au toit, OneRoof, déjà largement diffusé auprès des constructeurs.

Maxeon Solar a finalisé un financement de 325 M$, s’est associé avec Enphase pour une intégration des micro-onduleurs, et a déjà planifié la fabrication de la nouvelle ligne de panneaux performance5 avec sa coentreprise Huansheng Photovoltaïque (HSPV) en Chine. Maxeon appartiendra en effet également (29%) à Tianjin Zhonghuan Semiconductor, qui a récemment été racheté par TCL, l’un des plus grands fabricants d’électronique en Chine. La prévision de production est de 8 GW d’ici 2021.

SunPower a également vendu en mai dernier ses activités d’exploitation et d’entretien solaires à la société canadienne de capital-investissement Clairvest Group, pour un montant non divulgué, sous le nom de NovaSource.

SunPower met ainsi un point d’orgue à sa stratégie de recentrement sur ses métiers de commercialisation et installation de panneaux, mais avec des accords de sous-traitance forts pour des produits de qualité supérieure, ce qui la positionne bien dans la lutte qui s’intensifie par la concentration des acteurs de l’installation photovoltaïque aux USA (rachat de Vivint par SunRun, vente des activités d’exploitation et d’entretien solaires de First Solar à la même société NovaSource que SunPower).

D’après l’évolution boursière de Vivint depuis l’annonce du rachat, le domaine semble prêt à cuire.

                             ***********

En conséquence cette opération m’a paru potentiellement assez favorable pour y investir également une grande partie du cash restant en CTO, hors portefeuille Croissance Verte bien sur, et dans la mesure où le BX4 stagne et va finir par beta sliper et que je ne vais pas me presser pour le renforcer.
Donc achat de 800 actions SunPower à 9,70$, dans l’optique de la scission de Maxeon, prévue le 26 août avec 1 action Maxeon (MAXN) offerte pour 8 SunPower (SPWR) possédées en date du 17 août.

Avec le cash du PEA positionné sur Evergreen, il n’y a plus qu’à attendre qu’il se passe quelque chose dans les marmites… En tous cas, SunPower semble frémir !


Ceci n'est en aucun cas un conseil achat ou vente… Mais un conseil de verdissement, oui !

Hors ligne Hors ligne

 

#144 09/08/2020 11h35

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   209  

Cher Croissanceverte,

C’est toujours avec le même plaisir et la même inquiétude que je découvre vos livraisons.

Plaisir de découvrir pléthore de nouvelles entreprises, plein de belles histoires intéressantes voire fascinantes et également de pouvoir piocher ici et là pour enrichir (à tous les sens du terme smile) mon portefeuille !
Soyez en encore une fois remercié !
Inquiétude aussi de me perdre totalement entre vos poches dont certaines sont virtuelles, dans les renforts et les positions non renforçables… Quant aux différentes manières de présenter les performances j’avoue avoir laissé tombé smile. Je me sens parfois comme, je pense, ont dû se sentir les premiers explorateurs découvrant un monde totalement nouveau smile.

Mais finalement je me dis que cela fait aussi partie du plaisir de voyager avec vous !

Dernière modification par bajb (09/08/2020 14h58)


"Il ne faut pas voir les héros de la coulisse. Quand ils coïncident un moment avec leur légende c'est déjà beaucoup."

Hors ligne Hors ligne

 

#145 09/08/2020 17h50

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   209  

Cher bajb,

Merci de ce retour - qui me touche - du plaisir que mes « découvertes » et histoires peuvent procurer.

Pour ce qui est de l’inquiétude, je conçois pleinement que ma façon d’aborder l’investissement puisse être déroutante. C’est certainement le lot du néophyte qui réinvente les choses à sa façon plutôt que suivre les méthodes et organisations éprouvées. Mais ce n’est pas le premier domaine où ma vision est perçue comme non conventionnelle.

Etre considéré comme un novateur peut être gratifiant, mais ne pas être entièrement compris peut conduire à se fourvoyer sans que nos pairs puissent nous en alerter. Je fais donc des efforts pédagogiques mais je dois en redoubler.

L’autre solution qui serait de revenir à une méthode, une présentation et des analyses standards ne me convient pas, j’ai pu le constater pendant les 6 premiers mois de mon apprentissage en 2019. J’ai besoin de construire ces structures, de les confronter à des rétrospectives virtuelles et des simulations prospectives, de les analyser par segments et interactions, et de canaliser certaines ébullitions dans des cadres qui me sont propres. C’est à la fois une question de confort mental et, pour le moment, de performance ! Mais je dois trouver la façon de les faire partager.

Ce serait d’ailleurs un bon moyen pour les rendre encore plus rationnelles et efficaces.

Mais surtout ce serait la moindre des choses pour ce forum et ses membres qui m’ont tant apporté.

En attendant, merci à ceux qui, comme vous, acceptent de s’embarquer dans mon étrange voyage sans que j’ai su leur en expliquer les règles.

                   *************

Pour commencer par le commencement, peut-être un mot sur l’exploration, qui montre déjà que mes bases ne sont pas forcément très rationnelles :

CroissanceVerte, dans un MP à Selden, a écrit :

Pour que j’y prête attention, un domaine d’investissement doit faire partie de mes centres d’intérêts. Il se trouve que ceux-ci relèvent de l’immobilier, l’environnement, la santé et la technologie et que ces trois derniers correspondent à l’air du temps. Pour l’immobilier j’ai eu ma dose ces 20 dernières années, sans d’ailleurs le considérer forcément comme un investissement. Mais c’est une autre histoire…

En parlant d’histoire, je suis ainsi fait que j’ai besoin que mon objet d’intérêt me raconte une histoire. Vous avez raison bien sur de dire que l’essentiel de mon « travail » est constitué par des analyses qualitatives sur la société, son secteur, les perspectives macro. Moi j’appelle ça son histoire, la grande (création, développement, projets, concurrents…) comme la petite (créateurs, clients, produits, échecs et réussites, capacité d’adaptation passée, rumeurs…). Je suis une midinette des entreprises.

Mes sources pour cela sont évidemment variées. J’ai une certaine opiniâtreté dans la recherche internet une fois que j’ai identifié une proie potentielle. Pour ce qui est de cette première identification, le domaine d’activité étant toujours une de mes passions j’en ai une certaine culture et je profite de mes recherches pour l’approfondir, sans d’abord chercher d’entreprises. Ce sont elles qui apparaissent dans mon paysage.
Un autre moyen de les faire apparaître c’est, étant finalement très orienté croissance, de faire des balayages momentum plus ou moins rigoureux du domaine en question, d’abord sur un an ou deux au maximum. Pour une entreprise qui ressort j’essaie d’imaginer, en approfondissant son histoire, si sa croissance passé peut se poursuivre dans le futur. Les paramètres quantitatifs, les bilans, ne me servent qu’ensuite à conforter mon idée ou bien à faire ressortir un risque important.

Mais ma méthode n’est pas figée, ni aucun critère. Je me suis immunisé à la peur du risque en constituants des portefeuilles « indiciels » de 100 valeurs et donc en limitant fortement l’influence d’une seule. Il m’arrive donc de passer outre certains problèmes de dette, d’acheter des valeurs spéculatives, de choisir une entreprise à la croissance et au momentum faible (rarement si ils sont négatifs) si j’estime que son créneau est prometteur à CT/MT et si l’histoire qu’elle raconte me plait.

Je dirais donc que c’est dans l’ordre :
1-Le domaine.
2-L’histoire de l’entreprise.
3-Son momentum boursier.
4-Son quantitatif.


Ceci n'est en aucun cas un conseil achat ou vente… Mais un conseil de verdissement, oui !

Hors ligne Hors ligne

 

#146 09/08/2020 19h20

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   209  

Portefeuille Généraliste : les thèmes porteurs et mouvements de la semaine


            Semaine Test…


Mes trois entreprises de tests qui se sont impliquées dans la lutte contre la covid-19 ont eu une première semaine d’août exceptionnelle :

Fulgent Genetics gagne +36% après des résultats Q2 exceptionnels : CA+105 %, EBITDA+187 %, nombre de tests facturables +1003 %. A force de renforcer cette ligne chaque fois que sa baisse me paraissait délirante, cette hausse en fait la première ligne du portefeuille Généraliste (3,81%), devant Tesla.

Eurofins Scientific gagne +20 %  avec un chiffre d’affaires semestriel et des bénéfices supérieurs aux attentes : facturations en croissance de 7,2%, profit net +60%.

Enfin, Novacyt, la biotech française sur laquelle j’avais fait un essai de trading et dont j’avais gardé une petite ligne hors portefeuilles pour voir, gagne +11 % après l’annonce de nouveaux tests covid (et une pré-annonce de CA semestriel à +900%).

Sachant que sur la fin juillet, les entreprises de test non directement impliquées dans la covid-19 Groupe Tera et Bioanalytical Systems avaient gagné respectivement +24 % et +10 % avant de corriger un peu, on peut dire que les tests des portefeuilles sont passés en août haut la main…

            …ou semaine Space & Network ?…


Maxar Technologies gagne +39% après des résultats Q2 dépassant les attentes : CA+6,5 %, EBITDA+28 %.

Mynaric gagne  +24% après avoir annoncé qu’elle mettait fin à un projet de livraison à un opérateur chinois d’un système de communication par laser sous la pression du gouvernement allemand, et afin de rester bien placé dans divers appels d’offres aux USA…

Lleidanetworks gagne +23% (après une respiration) suite à d’excellents résultats semestriels grâce au télétravail : CA+29 %, EBITDA+25 % et plus de dettes.

J’ai vendu la ligne Snap que je regrettais d’avoir acheté (pour la mode et sur une thématique - les réseaux sociaux - que je déteste). En plus, il me semble (mais je connais peu le domaine) qu’elle devrait subir la concurrence de TikTok si celle-ci est rachetée par Microsoft, ou de ses substituts US en cours de lancement sinon.

J’ai positionné une épuisette pour la remplacer par Virgin Galactic, que je regrettais d’avoir vendu :  Elle souffle le chaud et le froid, essayant de dissimuler l’un par l’autre, mais le résultat est une belle chute des cours : Après avoir présenté la cabine de son avion suborbital SST, elle a du admettre qu’il ne volerait pas avant l’année prochaine. Cela n’arrangera pas les résultats des prochains trimestres, après le Q2 (aucun revenu, dette en augmentation), et ils ne seront pas oubliés par le simple dévoilement de son projet d’avion supersonique Mach3 développé conjointement avec la NASA et Rolls-Royce. Surtout qu’elle annonce aussi  une augmentation de capital de 20,5 millions de titres supplémentaires afin de lever 460 M$… à un prix qui est déjà supérieur au cours en dégringolade ! Le nouveau CEO, transfuge de Disney, aura du boulot pour animer les desseins de Branson.

            …Semaine Verte en tous cas !


6 Renforts Verts à plus de +20% cette semaine (en plus d’Eurofins Scientific) :

Nikola gagne +22%. L’entreprise a annoncé non sans humour, un chiffre d’affaire de 36 000 $ au deuxième trimestre lié à l’installation de systèmes solaires pour le président exécutif et fondateur Trevor Milton… La performance provient plus probablement d’un rebond technique après la chute de plus de 60 % depuis son plus haut délirant…

Plug Power gagne +46%. Elle a publié des pertes bien moins importantes que prévu (et que le Q2019) et des perspectives de CA fortes au Q3 (+55 % par rapport au Q2). L’entreprise va construire une nouvelle « gigafactory » aux USA, et va fournir à la chaine de supermarchés britanniques ASDA les piles à combustible et l’hydrogène pour faire fonctionner sa flotte de chariots élévateurs.

FuelCell gagne +20% après avoir annoncé un Q2 meilleur qu’attendu avec des ventes doublées et des pertes réduites de 35 %.

Vivint Solar gagne +24%, toujours dans la dynamique de sa fusion avec SunRun. Q2 : CA+17 %, forte réduction du déficit.

Ces trois dernières sociétés sont des exemples de renforcements réalisés alors qu’elles étaient déjà en nette plus value dans le portefeuille Croissance Verte.

            Et un duel au soleil !


Enfin, les siamois du micro-onduleur photovoltaïque, Enphase  et SolarEdge : +21%.

Enphase a publié des chiffres contenus Q2 (CA-6,3%, marge d’exploitation de près de 40%), a commencé à distribué son système de stockage Encharge et va débuter une collaboration avec le fabricant de modules Q Cells.

Mais surtout le rapport sur Enphase du fond vadeur Prescience Point Capital Management publié en juin semble avoir fait long feu. La thèse était que le chiffre d’affaire annoncé était faux. Ils se basaient sur 2 arguments :
1) Fin 2018, un nouveau CEO est entré en fonction, a recruté de nombreux cadres à sa botte, a externalisé sa comptabilité en Inde, et que c’est à ce moment là que les chiffres d’Enphase sont devenus extraordinaires, car :
2) La part de marché d’Enphase sur les onduleurs solaire serait resté stable sur 2 ans (dans un marché en croissance de 17%) alors qu’ils annonçaient doubler leurs ventes aux USA chaque trimestre, ce qui semble contradictoire.
Ils estimaient ainsi que 200 millions de $ déclarés sur l’exercice 2019 seraient inventés.
Il est vrai que la croissance du CA d’Enphase a été extraordinaire pendant cette période, mais des analystes américains ont vite relevé des trous béants dans l’argumentaire de Prescience avec la non prise en compte de l’accord d’exclusivité conclut depuis 2018 entre Enphase et SunPower, du changement de normes règlementaire US sur l’équipement électronique des panneaux solaires, de nombreux accords internationaux de l’entreprise.
De plus, la plus grande partie du rapport est faite d’insinuations sur un complot mené par l’ancien CEO de SunEdison (faillite en 2016) qui tirerait les ficelles de la prétendue escroquerie…

Par contre c’est au tour de SolarEdge de faire l’objet d’une analyse baissière (nettement plus mesurée),  de la part de « Beyond The Hype ». Leur thèse est que les bons chiffres Q2 de SolarEdge (CA+2 %, augmentation des profits de 11,5 %, mais marge d’exploitation 31% bien inférieure à Enphase) cachent en fait un recul des parts de marché USA au profit de Enphase, alors qu’elle était passée devant depuis plusieurs années, et la prévision de croissance négative de CA d’une année sur l’autre par la direction semble le confirmer.

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/20765_parts_de_marche769_enphase_solaredge.png

Ils ajoutent avec raison que Enphase a passé d’importants contrats avec les plus importants installateurs de panneaux des USA (SunRun, SunPower, Sunnova).
Je ne sais pas ce que vaut cette analyse étant donné qu’ils utilisent (volontairement?) des données un peu anciennes (pour un article daté du 6 août 2020) alors qu’il est facile de trouver des données plus récentes… qui vont dans le même sens : Enphase revient très fort et très vite ! (ce qui, en passant, invalide encore un peu plus le rapport de Prescience)

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/20765_parts_de_marche769_enphase_solaredge_recent.png

Pour en rajouter un peu, il y a la justice chinoise qui vient de se prononcer en faveur de Huawei dans le cadre de l’une des trois plaintes déposées en mai par ce dernier à l’égard de Solaredge pour violations de brevets (SolarEdge va faire appel de ce jugement de première instance).
En fait, ces plaintes ont été déposées 6 mois après que SolarEdge ait lui-même déposé 3 plaintes contre Huawei pour les mêmes raisons. Or un tribunal allemand a jugé l’une de ces plaintes non fondée en novembre, conduisant l’Office Européen des Brevet à invalider un brevet de SolarEdge sur notre territoire…

En attendant, les performances des deux siamois du micro-onduleur n’ont pas fini d’attirer les convoitises, sur le terrain comme en bourse. On attend toujours que le sheriff Generac, avec sa puissance industrielle, mais aussi la lourdeur de sa diversification, siffle la fin du duel et du duopole.


Ceci n'est en aucun cas un conseil achat ou vente… Mais un conseil de verdissement, oui !

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #147 11/08/2020 17h49

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   209  

La course au pactole du véhicule vert se poursuit…


… tournure pronominale réfléchie (comme le chien qui court après sa queue), ou carrément irréfléchie…

Ces jours-ci on ne peut plus retourner une pierre sur le chemin de l’investissement vert sans qu’il en surgisse un bolide - généralement virtuel mais pas toujours - impatient de battre des records boursiers à défaut de records de ventes !
Alors, si j’essaie de résumer ce qui m’est roulé sous le pied jusqu’à présent :

                    En piste (en bourse) :                   


  _ / -!-\ _
°-o--—o-° Tesla (TSLA), à tout seigneur tout honneur. Très largement en tête des ventes mondiales avec 179 050 VE (Véhicules Electriques) vendus au S1. Enfin rentable. C’est le lapin de compétition pour entrainer les lévriers.

  _ / -!-\ _
°-o--—o-°    NIO (NIO) : Fabricant chinois de voitures électriques haut de gamme. Premiers véhicules livrés en juin 2018. Cotation au NYSE en septembre 2018. 49615 véhicules produits à ce jour dont 17702 en 2020 (progression annuelle de 322%). En 2019, chiffre d’affaire de 1120 M$ mais un déficit de 1620 M$

  _ / -!-\ _
°-o--—o-°    BYD Auto (1211 Hong Kong, ADR US : BYDDF) fabricant chinois de véhicules électrique milieu de gamme fondé en 2002. Berkshire Hathaway a acquis 24,8 % du capital depuis 2008. La société a vendu 460 000 véhicules en 2019 pour un montant de 18 milliards de $. Pour le S1 2020 : 46 554 VE, 4ème mondial.

  _ / -!-\ _
°-o--—o-°   Nikola (NKLA) : Constructeur de semi-remorques à hydrogène et de semi et de pick-up électrique. A fusionné avec un SPAC (Société cotée sans activité dont le but est de fournir un vehicule de cotation à une entreprise) Vecto-IQ. N’a pas encore commercialisé de modèles et commence à construire son usine…  Son CEO Trevor Milton vient de tweeter que sa société aura 940 M$ de cash en main d’ici la fin du mois. Hier lundi, l’entreprise a également annoncé la commande de 2500 bennes à ordures électriques par le gestionnaire de déchets américain Republic Services, ce qui pourrait expliquer son rebond vendredi et lundi…

  _ / -!-\ _
°-o--—o-°    Workhorse Group (WKHS) Après ses multiples propriétaires successifs et sa petite carrière d’assembleur d’utilitaire, l’écurie Workhorse a un nouveau préparateur qui l’a converti à l’électrique depuis 5 ans : AMP Electric Vehicles, il équipe déjà la poste américaine et DHL et vient d’acheter une ancienne usine de GM pour fabriquer son pickup et, accessoirement son octocopter !

  _ / -!-\ _
°-o--—o-°  Arcimoto (FUV) Fabricant de véhicules électriques à 3 roues fondé aux USA en 2007. Coté depuis 2017, il n’a commencé la production de ses véhicules électriques qu’en septembre dernier. Ses résultats Q1 sont donc passés de 2 645 $ en 2019 à 616 800 000 $ en 2020 !…

  _ / -!-\ _
°-o--—o-°   Fisker, du nom de son créateur, qui n’avait gardé que cela lors de sa faillite en 2013 avant de se relancer en 2016 en créant un 4X4 tout électrique sur une base Volkswagen. Va fusionner avec le SPAC Spartan Energy Acquisition corp. (SPAQ) le valorisant 2,9 milliard de $. Ses véhicules sont basés sur la nouvelle plateforme électrique Volkswagen

  _ / -!-\ _
°-o--—o-°   Hyliion va fusionner avec Tortoise Acquisition (SHLL) pour devenir Hyliion (HYLN). C’est un futur fabricant de semi-remorques hybrides « électrique / gaz naturel renouvelable » (annonce 1000 pre-commandes)…

  _ / -!-\ _
°-o--—o-°   Ayro (AYRO), fabricant de véhicules électriques légers, fondé en 2017 sous le nom de Austin Electric Vehicle, AEV, puis a fusionné avec DropCar  (DCAR, plateforme cloud de gestion de flotte automobile) pour se coter le 29 mai dernier.

  _ / -!-\ _
°-o--—o-°    Electrameccanica Vehicles corp. (SOLO), fabricant canadien de véhicules électriques à trois roues (au prix d’une quatre roues) qui planifie une usine aux USA.

  _ / -!-\ _
°-o--—o-°  Lordstown Motors, qui va fusionner avec le SPAC DiamondPeak (DPHC) pour devenir Lordstown Motors (RIDE) d’ici la fin de l’année. La transaction se fait sur la base d’une valorisation de 1600 M$, dont 500 M$ d’investissement de General Motors (GM) (75 M$), BlackRock, Fidelity et Wellington. Lordstown a acheté un site industriel de GM en novembre, dévoilé un prototype de pickup « Endurance » en juin, annoncé avoir reçu 27000 précommandes représentant un revenu potentiel de 1400 M$, et prévoit de commencer la production au second semestre 2021. A noter que Workhorse Group (WKHS) possède 10 % de Lordstown.

  _ / -!-\ _
°-o--—o-° Li Auto (LI) vient de bénéficier d’une IPO au NASDAQ le 30 juillet au prix de 11,5$, qui a rapidement dépassé les 16$. Capitalisation : 10 000 M$. C’est un fabricant chinois de véhicules électriques de milieu de gamme fondé en 2015. Parmi ses premier investisseurs : Le patron de l’entreprise de livraison de repas Meituan Dianping, et ByteDance, le créateur du désormais célèbre TikTok Il aurait vendu 10 000 véhicules depuis le premier l’an dernier. En 2019, chiffre d’affaire de 40 M$ mais un déficit de 350 M$.

                    Prochainement en piste :                   


  _ / -!-\ _
°-o--—o-°  Xpeng Motors, constructeur chinois haut de gamme fondé en 2015. Premiers investisseurs : Alibaba, suivi des fonds souverains du Qatar et d’Abu Dhabi. Début de commercialisation en novembre 2018, 1966 unités vendues à ce jour. S1 2020 : CA 142M$ mais perte nette réduite à 114. vient juste de déposer un dossier d’IPO à la bourse de NewYork

  _ / -!-\ _
°-o--—o-° Karma Automotive, fabricant aux USA de véhicules électriques haut de gamme. Créée par Henrik Fisker en 2007, faillite en 2013, rachetée en 2014 par l’équipementier chinois Wanxiang Goup corp. et renommée Karma. 550 véhicules vendus en 2019. Envisage une IPO d’ici la fin de l’année.

  _ / -!-\ _
°-o--—o-°  WM Motor, Constructeur de SUV électriques chinois « WeltMeister »créé en 2015. Investisseurs principaux : Baidu, Chengwei Capital, Envision Energy, SIG Asia et Tencent. Deux usines chinoises pour une capacité de production de 250 000 véhicules par an, mais seulement 31 000 livrés jusqu’ici. Envisage une IPO mais hésite entre Shanghaï et New York.

  _ / -!-\ _
°-o--—o-°  Hozon Auto, constructeur chinois fondé en 2014, qui aurait vendu 16 000 véhicules crossover à ce jour, a annoncé sa cotation à Shanghaï pour l’année prochaine.

                    Réfléchissent encore :                   


Rivian, fondée en 2009, prévoit de livrer des SUV et des Pick-up en 2021. Participations de Amazon (700 M$) et de Ford (500 M$) en 2019, ainsi que Cox, T. Rowe Price, une banque londonienne et un fonds saoudien. Amazon a précommandé 100000 véhicules.

Lucid Motors, créée aux USA en 2007, financé par un fond souverain saoudien en 2018, a lancé les précommandes de la Lucid Air.

Canoo, créée en 2017 par des anciens de BMW, vient d’ouvrir la souscription à leur van pour une sortie fin 2021. Ils viennent d’être engagés pour améliorer les futurs véhicules électriques de Hyundai et Kia.

Arrival, créée en Angleterre en 2015, va sortir des véhicules utilitaires et bus électriques bon marché. A prévendu 10 000 vans à UPS. A reçu 100 M€ de Hyundai-Kia pour un partenariat stratégique.

Faraday Future, fondée aux USA en 2014, pour développer un SUV de luxe FF91. Rachetée par le milliardaire chinois Jia Yueling (LeEco, Evergrande Health Industry Group) qui a fait faillite et fuit son  pays en 2018. Cherche des investisseurs au Moyen Orient.

                      _ / -!-\ _
                      °-o--—o-° 

Qu’est-ce qui va rester de cette effervescence ?
C’est difficile à dire.

Il y a des tricycles et des sportives hors de prix.
Il y a ceux qui produisent déjà et ceux qui prévoient de sortir leur premier produit dans 1, 2,…5 ans.
Il y a des chinois - avec tout ce que cela implique de risques -  qui produisent pour les chinois et ceux qui ont racheté ou produisent aux USA.

Il y a la bulle et il y a la tendance inéluctable…
Ce « Big Market » est effectivement big, mais tous les constructeurs classiques sont en train de monter en puissance sur l’électrique, à marche forcée. Sur le S1 Renault-Nissan a vendu 65 521 VE, Volkswagen 64 542, Hyundai-Kia 43 689, autant que Tesla à eux trois…

Je ne donne jamais de conseil, mais ici et à long terme encore moins qu’ailleurs !
Pour ce qui est du court terme : traders, amusez-vous, mais à vos risques et périls : vous êtes à la merci d’un tweet…

EDIT du 12 août : Et encore …


  _ / -!-\ _
°-o--—o-°  GreenPower motor (GPV) : Bus électriques canadiens.

  _ / -!-\ _
°-o--—o-°  Kandi Technologies (KNDI) : Véhicules électriques tout terrains chinois.

  _ / -!-\ _
°-o--—o-°  Vmoto Ltd (VMT) : motos électriques australiennes

On pourrait ajouter également :

Enova Systems (ENVS) : Equipementier pour véhicules électriques.

EDIT du 18 août : Une de plus en piste …


  _ / -!-\ _
°-o--—o-° La start-up  Canoo va opérer une fusion avec la SPAC Hennessy Capital Acquisition Corp IV (HCAC) pour devenir cotée avec une valeur de 2,4 milliards $. Après la fusion en fin d’année 2020, la société s’appellera Canoo (CNOO).
Ulrich Kranz (ex de BMW), co-fondateur et directeur général de Canoo a cité la longue expérience de Hennessy, qui avait déjà porté en bourse le constructeur d’autobus scolaires Blue Bird Corp (BLBD) en 2015, spécialisé dans les motorisations alternatives, dont l’électrique. Le PDG de Hennessey, Daniel Hennessy, a déclaré qu’il avait examiné plus de 12 startups de véhicules électriques et qu’il préférait le chemin plus rapide de Canoo vers la commercialisation.
Le premier de la gamme Canoo - le canoo à sept places en forme de nacelle - sera disponible via un abonnement aux consommateurs américains à partir du deuxième trimestre de 2022, suivi d’un petit véhicule de livraison commerciale en 2023 et d’une berline sport en 2025. Ils seront assemblés (comme ceux de Fisker) par Magna International Inc (MGA).

Le même jour le constructeur chinois Kandi Technologies (KNDI) présente les modèles de VE qu’il s’apprête à livrer dès cette année aux USA, via sa filiale SC Autosports, à des tarifs équivalents à des véhicules classiques (à partir de 13000$, avec les incitations fiscales).

Dernière modification par CroissanceVerte (19/08/2020 04h15)


Ceci n'est en aucun cas un conseil achat ou vente… Mais un conseil de verdissement, oui !

Hors ligne Hors ligne

 

#148 13/08/2020 08h00

Membre
Réputation :   3  

Bonjour,

Toujours aussi passionnant de vous suivre !

Juste une remarque sur le Tesla "enfin rentable". Sauf erreur de ma part, ce n’est vrai que parce qu’ils ont fait rentrer du cash via la revente de crédits carbone alloués aux US.

Cf. ici

Une explication grand public du mécanisme peut être trouvée

Donc ce sont les mécanismes de régulation qui génèrent ces revenus qui permettent d’être rentable et potentiellement de rentrer au S&P500 (4ième trimestre de rentabilité), plus que l’absorption des coûts fixes par des volumes en hausse, ou l’efficience industrielle.

Ces crédits carbone font certes partie de leur modèle d’affaires, mais industriellement à mon humble avis on n’y est pas encore !

Bien à vous

Hors ligne Hors ligne

 

#149 14/08/2020 22h58

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   209  

Portefeuille Généraliste : les thèmes porteurs et mouvements de la semaine du 10 au 14 août


Les performances porteuses sont plus faibles et moins nombreuses que la semaine dernière ! (en phase avec un CW8 qui est passé de +3 % à +0,9%).

Mouvements :


Dans la lignée de ma forte conviction de court terme sur SunPower (et à l’image des achats réalisés dans mes autres portefeuilles), je l’ai fait entrer dans le portefeuille Généraliste en début de semaine en échange de la sortie d’un spécialiste des déchets, Stericycle, qui me semble manquer de catalyseur, qui plus est dans un secteur sinistré. Performance nulle pour cette semaine.

Une petite semaine Tests tout de même…


Fulgent Genetics +17 % : suite de la hausse sur les résultats Q2 et les tests covid.

Median Technologies +9 % : reprise après consolidation ?

Quelques performances technologiques :


Cardlytics +24 % qui se remet de sa chute du 4 août lors de l’annonce de ses mauvais (mais finalement attendus) résultats du Q2.

Lleidanetworks +12 % : obtention de brevets de certification d’emails en Espagne et à Singapour. La régulation de la bourse du Pérou a choisi les services et logiciels de l’entreprise pour la certification des documents et vidéos. Enfin, la société a confirmé son intention de faire une introduction en bourse au NASDAQ après Madrid et Paris…

Maxar +9 %, s’est associé avec Amazon Web Services pour diviser par deux grâce au cloud les temps de calcul des prévisions de la météo américaine.

Une touche de consommation :


Natura&co +10 % qui porte le drapeau d’un thème luxe/cosmétique plutôt en forme (presque +5% de moyenne pour Estée Lauder, Kering, Dior, Ferrari et Advance Nanotek) alors que le commerce en ligne est négatif ! Résultats Q2 un peu en dessous des attentes : CA-12,7 %, mais croissances de 225 % des ventes en ligne, et annonce que sur l’augmentation de capital de 2 milliards de $ réalisée ce trimestre, le groupe va investir 400 Millions $ dans le numérique.

Et surtout toujours une semaine Verte :


Assez diversifiée par ailleurs :

Nikola +25 %, avec son contrat pour des camions poubelles et son cash.
Tesla +14 % qui a annoncé le fractionnement par 5 de son action.

Eolus Vind +17 %, peut-être grâce à son rachat le mois dernier à Modern Energy de 7 projets éoliens en début de développement en Suède.

Voltalia +11 % : a finalisé l’installation de son 5ème parc solaire en Provence et remporté 12 MW de projets solaires en Grèce.
Neoen +9 % : Un projet de parc photovoltaïque va être lancé dans le Calvados.

Et un +7 % pour l’Australien Envirosuite qui a fait une belle acquisition : la société australienne AqMB (Aqueous Material Balance) Holdings qui a développé un «Jumeau Digital» - un outil d’apprentissage automatique basé sur un réseau neuronal qui modélise les processus chimiques et biologiques dans les usines de traitement de l’eau pour prédire et optimiser les opérations (déjà utilisé par Veolia et bien d’autres principalement au stade de la conception des stations d’épuration). En intégrant ce système dans la suite de solutions cloud SaaS d’Envirosuite, la société espère pouvoir proposer à ses clients une réduction allant jusqu’à 35% de leurs dépenses en électricité et produits chimiques !


Ceci n'est en aucun cas un conseil achat ou vente… Mais un conseil de verdissement, oui !

Hors ligne Hors ligne

 

#150 15/08/2020 13h38

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   209  

La course dans la course : Les batteries pour Véhicules Electriques - dernières nouvelles


En France, en plus de celui de Saft (Total) – Opel (PSA), on a annoncé un nouveau projet de Giga Factory, par la société Verkor, nouvellement fondée par Schneider Electric, l’incubateur européen EIT InnoEnergy et le groupe immobilier Idec.

PSA aurait d’autre part passé un gros contrat avec le fabricant chinois SVolt, connu pour ses annonces de mise au point de batteries à électrolyte solide.

En attendant la guerre fait rage entre les principaux fabricants asiatiques (et donc mondiaux) :

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/20765_marche769_batteries.png

CATL fournirait prochainement Tesla avec des packs coûtant environ 20% de moins que les produits concurrents et avec une durée de vie de 2 millions de km. Mais ses batteries LFP (Lithium Fer Phosphate) qui sont effectivement moins cher à produire, offrent une densité d’énergie et donc une autonomie plus faible.
CATL a également noué un partenariat avec Daimler, Honda et Volkswagen.

Mais d’un autre côté Tesla cherche à se doter de sa propre technologie de batterie pour réduire sa dépendance envers les fournisseurs tiers et parvenir à abaisser les coûts de production. Il aurait mis au point une batterie lithium-ion dont la durée de vie équivaudrait à 1,6 million de km, fruit d’un partenariat avec l’université de Dalhousie au Canada.

Il faudra attendre septembre et le tant de fois reporté « battery day » pour en savoir plus. Peut-être.

En attendant, LG Chem, le coréen qui est en train de grignoter des parts de marché à CATL,utilise des oxydes de lithium-nickel manganèse-cobalt, offrant une densité d’énergie élevée, ce qui les rend plus chers mais plus durables. En particulier, LG Chem fournirait les batteries de la Lucid Air, qui doit être présentée en septembre avec une autonomie record de 800 km (en fait testée à 734 km, soit 150 de mieux que la Tesla S).
LG Chem a obtenu également des contrats avec General Motors et Geely Automobile Holdings.

CATL vient de répondre qu’il étudiait une technique pour intégrer directement les batteries aux chassis constructeurs, afin d’en mettre plus pour augmenter l’autonomie. Et encore plus récemment qu’ils avaient développé des batteries sans Cobalt ni Nickel…

En fait, la folie du tweet s’est bien propagé aux fabricants de batteries : ils en produisent au moins un par jour !…

Et derrière les géants, de nombreuses fourmis font des annonces, comme : BioSolar (BSRC) qui aurait développé un nouveau type de matériau d’anode composé d’oxyde de silicium qui réduirait considérablement le coût des batteries lithium-ion pour les véhicules électriques.


Ceci n'est en aucun cas un conseil achat ou vente… Mais un conseil de verdissement, oui !

Hors ligne Hors ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ? Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Discussions similaires à "portefeuille d'actions de croissanceverte"

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur