Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ? Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

#226 22/04/2020 22h07

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   197  

Pourtant, j’ai bien écrit "résumé" au dessus. Je ne dis pas "tout et son contraire", et l’accusation est tout à fait déplacée.
(Au fait, le choix de MV à externaliser était entre deux ETF World)

Dernière modification par sven337 (22/04/2020 22h08)

Hors ligne Hors ligne

 

#227 22/04/2020 22h22

Membre
Réputation :   23  

Bonjour sven337,
Je suis la file de M. dividende qui a effectivement le mérite d’expliquer ce qu’il fait et pourquoi il le fait.

En lisant votre réponse, je sens une légère ironie et finalement peu d’information sur la manière dont vous gérez votre portefeuille.
Pourriez vous préciser votre méthode ?
Je possède plusieurs ETF en portefeuille et j’aime bien comprendre les différentes stratégies des adeptes de ce Forum pour comparer voir m’inspirer de certaines pratiques.
J’aurais pal mal de questions à vous poser :
Faites vous de l’investissement progressif ?
Comment renforcez vous vos lignes ? Faites vous une ventilation ETF/Fond Euros comme Fructis le préconise dans son livre Épargnant 3.0
Comment avez vous vécu et géré cette crise du COVID ?
Vendez vous une partie de vos gains lorsque vos plus-value deviennent importantes ou du Re-Balancing ?
Je n’ai pas vu de file ou vous expliquiez précisément votre méthode.

Au plaisir de vous lire.

Dernière modification par Navy (22/04/2020 22h30)

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #228 22/04/2020 22h54

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   197  

C’est vrai que je devrais faire un résumé de la méthode que j’applique aujourd’hui, à laquelle je suis arrivé au fil du temps. En attendant, les réponses à vos questions :

Navy a écrit :

Faites vous de l’investissement progressif ?

Tous les mois j’investis mon flux d’épargne mensuel.

Navy a écrit :

Comment renforcez vous vos lignes ? Faites vous une ventilation ETF/Fond Euros comme Fructis le préconise dans son livre Épargnant 3.0

J’ai un objectif d’allocation d’actifs (68% de mon patrimoine en action), j’investis soit en ETF soit sur un fonds en euros chaque mois pour me rapprocher de cette cible.

Navy a écrit :

Comment avez vous vécu et géré cette crise du COVID ?

Ça m’en touche une sans me faire bouger l’autre. J’ai réalisé un peu de moins value à but fiscal au passage, opération dont le bilan est mitigé. Pour le reste, le message suivant exprimait mon sentiment :
Encore un krach sur le marché actions? (249/254)

Navy a écrit :

Vendez vous une partie de vos gains lorsque vos plus-value deviennent importantes ou de Re-Balancing ?

Je ne vends pas les ETF. L’allocation d’actifs est rééquilibrée par le flux mensuel. J’ai également mobilisé un peu de cash (5k€) pour remonter le % d’action pendant la forte baisse car le flux de mars n’avait pas suffi. C’était du bonus, rien d’indispensable.

Bref, la méthode est la plus simple possible. Le but est de bien dissocier la définition de la stratégie, faite en amont, de son exécution, qui doit requérir le moins de réflexion possible afin d’être appliquée rigoureusement. Cela limite énormément les écueils psychologiques qui ne manquent pas d’arriver.

Si je devais repartir de 0 aujourd’hui, je ferais :
jusqu’à 150k€: un ETF World en PEA

au delà : se rapprocher au maximum de l’indice ACWI IMI (c-a-d World + Émergents + Small Caps), ce qui malheureusement est compliqué à faire avec un seul ETF donc qui requiert un peu de cuisine. Encore que maintenant il y a l’ETF Vanguard VWCE.

J’espère que ça vous éclaire un peu ? Si vous avez d’autres questions on devrait en parler sur ma file de présentation.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #229 23/04/2020 09h32

Membre
Réputation :   27  

MrDividende a écrit :

Mise à jour du portefeuille :

----------------------------------------------------------------------------------------------

Santé : Sanofi, Essilor, Orpéa, Sartorius Stedim, Eurofins Scientific, Johnson & Johnson, Merck, Medtronic, Stryker Corp, Becton Dickinson, Abbott Laboratories

Finance : Blackrock, Visa, S&P Global

Industrie : Vinci, Air Liquide, Thalès, Sodexo, Schneider Electric, 3M, Raytheon Technologies

Technologie : Dassault Systèmes, RELX, Teleperformance, ASML Holding, Cisco, Automatic Data Processing, Accenture, Google, Apple, Microsoft, Amazon

Consommation non cyclique : L’Oréal, Pernod Ricard, Danone, Unilever, PepsiCo, Procter & Gamble, Mondelez International, McCormick, Church & Dwight, Costco Wholesale

Consommation discrétionnaire : LVMH, Hermès, McDonald’s, Starbucks, Home Depot, Nike

Energie : Total, Rubis

Utilities : Veolia, Dominion Energy, NextEra Energy, Waste Management

Telecom : Comcast, Walt Disney

Immobilier : National Health Investors, Store Capital, Essex Property, Realty Income, American Tower, Digital Realty

[url]https://www.devenir-rentier.fr/uploads/20899_portefeuille_pea_19042020.png[/url]

Très beau portefeuille. Sur le long terme, il ne devrait pas y avoir trop de mauvaises surprises (conditionnel bien sûr, Only Time Will Tell). Au final,je me retrouve assez bien dans vos choix d’investissements. J’aurais souhaité acquériri certaines sociétés lors des plus bas (Digital Realty, Starbucks, Home Depot, …), mais je n’avais pas suffisamment de capital (malgré mes apports pendant cette crise). Je continuerai de suivre votre portefeuille avec attention smile

Pure curiosité, quelle est la répartition actuelle entre les secteurs?

Je vois aussi que vous avez peu d’immobilier côté européen, est-ce une volonté ou plutôt un manque d’opportunité? 

MrDividende a écrit :

Dividendes :

Voici ici la nouveauté du reporting :

Avec toutes les coupes des dividendes des entreprises Françaises et le recentrage du portefeuille sur la qualité, j’ai repensé ma manière d’estimer les revenus issus des dividendes.

En effet, le fait se suivre quotidiennement le montant réel des dividendes que l’on touche entraîne un biais psychologique important : on souhaite voir augmenter cette courbe rapidement, ce qui nous pousse à acheter des actions pour leur rendement. C’est très défavorable pour la performance d’un portefeuille, surtout lorsqu’on est jeune où les intérêts composés ont tout le temps de faire des merveilles. A titre d’exemple, il faudrait presque 15 fois plus de Dassault Systèmes que de Total pour avoir le même montant de dividendes ! C’est comme si un seul renforcement mensuel de Total était équivalent à une année de renforcement sur Dassault Systèmes…

Ce raisonnement risque de mener à des erreurs d’arbitrage et vers de mauvaises décisions.

-> Je calculerai donc pour la suite la rente mensuelle via la règle des 3.5% (règle des 4% sévérisée) de la valeur de mon portefeuille. De ce fait, je ne regarde plus le rendement de mes Dividend Aristocrats avant de les acheter/renforcer afin de me concentrer 100% sur les fondamentaux. Cela me semble bien plus sain.

Les 3.5% correspondront donc au montant global que je pourrais toucher avec des valeurs de rendement si je choisissais d’arbitrer une partie de mes valeurs de croissance actuelles contre elles.

J’ai pu reconstituer ce que cela donnerait sur mon portefeuille depuis le 01/05/2018 :

[url]https://www.devenir-rentier.fr/uploads/20899_dividende_portefeuille_19042020.png[/url]

J’ai effectué pour le tracé et le calcul une moyenne glissante de 3 mois afin de lisser légèrement la volatilité.

Ce qui est rassurant, c’est de voir qu’avec les apports et les variations boursières ce montant est en augmentation quasi constante. C’est probablement lié au fait que le montant des apports n’est pas encore assez négligeable devant la valeur totale du portefeuille. A voir comment cette courbe se comportera dans le temps. Lorsqu’il y aura suffisamment de données pour l’alimenter, il sera également possible de tracer des régressions (exponentielle ou puissance, à voir) afin de projeter la courbe dans le futur pour avoir des estimations.

La rente mensuelle moyenne actuelle (fictive) serait de 218€.
La rente mensuelle moyenne actuelle (avec les dividendes réels) est de 159€.

----------------------------------------------------------------------------------------------

A bientôt.

En effet, c’est une bonne manière d’éviter de se focaliser sur des titres à haut rendement. Personnellement, je me fixe un objectif de rendement assez faible (entre 2% et 2.5%).

Bonne continuation smile

Hors ligne Hors ligne

 

#230 23/04/2020 10h15

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   327  

Bonjour Twanou,

En effet, énormément de valeurs du portefeuille US ont fortement rebondi et sont quasiment retournées sur les plus hauts. Difficile de trouver un nouveau point d’entrée…

Voici la répartition sectorielle du portefeuille :

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/20899_repartition_portefeuille_23042020.png

Il y a donc une concentration sur les secteurs que j’apprécie (santé, technologie, conso non cyclique). Cela devrait continuer de s’accentuer dans le futur.

Concernant les foncières Européennes, elles ne m’intéressent pas car n’ont pas une aussi bonne politique de dividendes que les REITS US. De plus il faut passer sur un CTO pour la plupart avec une fiscalité égale ou pire que les US donc c’est sans intérêt.
Quelques SIIC Allemandes sont éligibles au PEA mais les frais de courtage hors Euronext sont trop chers et trop contraignants avec mon courtier, et puis le précompte à la source est trop élevé.

Il y a également une trop forte concentration sur le secteur commercial en Europe, qui est celui que j’essaye d’éviter avec les REITS US.

Pour le rendement, celui de mon portefeuille global tourne maintenant également autour de 2%-2.5%.
Si les rendements sont faibles, c’est que les actions de qualité sont chères. Si elles sont chères, il y a bien une raison fondamentale derrière, quoi que peuvent en penser certain, ce n’est pas un hasard.

D’ailleurs pour prendre l’exemple de mon PEA, les deux derniers achats récents sont ASML Holding et Sartorius Stedim, en PV respective de 13% et 22% en très peu de temps. Les actions qui semblent toujours chères sont toujours celles qui performent le mieux. A trop vouloir attendre on ne les achète jamais, c’est une erreur que je vais essayer de ne plus commettre.

Bien à vous.

Dernière modification par MrDividende (23/04/2020 10h25)

Hors ligne Hors ligne

 

#231 24/04/2020 18h33

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   327  

Nouvelle ligne sur PEA et partage de ma réflexion du jour

Bonjour à tous,

Tour d’abord, j’ai ouvert aujourd’hui une petite ligne dans le PEA sur le brasseur de bières Néerlandais Heineken. Cette position sur les alcools plus festifs et populaires complète bien ma ligne Pernod Ricard qui est positionnée sur les alcools plus hauts de gamme. Je vois également la moins forte présence en Asie de Heineken comme un plus (moins de volatilité dans les ventes actuelles et potentiel de croissance en s’y développant).

----------------------------------------------------------------------------------------------
Reflexion du jour

Ensuite, j’avoue que je réfléchis et que j’hésite fortement à introduire quelques entreprises US de croissance dans le portefeuille que je juge très qualitatives (même incontournables ?), mais qui ne versent pas de dividendes pour le moment.

C’est contraire à ma stratégie actuelle (je le sais), mais après tout j’ai déjà acheté Google et Amazon qui pourtant n’en versent pas. Cette partie du portefeuille sera donc destinée uniquement à quelques rares entreprises que je trouve nécessaires de posséder.

Je me dis que les entreprises en question participeront à la diversification du portefeuille (car elles concernent des secteurs pas ou peu présents qui ont l’habitude de toute manière à ne pas verser de dividendes). Je pense également qu’à horizon TLT (ce qui est mon cas donc environ 20-30 ans) ces entreprises qui ne versent pas de dividendes aujourd’hui en verseront peut-être un car elles seront devenues matures.

Je vous partage maintenant la liste des entreprises dans mon viseur.

--------------

Santé :

Thermo Fisher Scientific : leader mondial de la production de matériels de laboratoire (tubes, fioles, flacons…) et d’équipements scientifiques (spectroscopes, microscopes…).
L’entreprise montre une très belle croissance depuis des décennies et est présente dans un sous-domaine de la santé que je n’ai pas encore en portefeuille.

--------------

Finances :

Le secteurs des fintechs est très peu présent dans mon portefeuille car très peu de ces entreprises versent des dividendes. Voici celles qui m’intéressent :

Paypal : L’un des leaders mondiaux du paiement par internet, je pense qu’une longue présentation n’est pas nécessaire. Avec l’essor du e-commerce et le moat de Paypal par rapport à ses concurrents, cette position me parait logique dans ce secteur en croissance.

Fiserv : Moins connu de nom mais est l’un des acteurs majeurs de la passation d’ordres sur actions, de compensation de titres, de gestion des plans d’épargne retraite aux US. Elle propose également des solutions de traitement des données et des services d’infogérance à destination des institutions financières et des compagnies d’assurance.

Intuit : Un des leaders dans la conception de logiciels de comptabilité et de fiscalité à destination des entreprises et des indépendants. Très belle croissance dans le temps, l’entreprise verse un dividende à environ 15% de croissance par an depuis 8 ans.

--------------

Technologie :

Facebook : Pas besoin de présenter cette entreprise, leader dans les réseaux sociaux. Je suis peu présent dans ce secteur (petite position dans Linkedin avec Microsoft). Facebook est clairement la GAFAM que j’aime le moins car je ne trouve pas qu’elle ait un rôle utile et nécessaire à l’opposé de Google et Amazon (on ne peut plus se passer d’eux !). Facebook occupe donc une place dans les "loisirs". Je pense que cela peut passer de mode et qu’elle lutte déjà avec Google pour les revenus publicitaires, ce qui en fait un risque. Néanmoins, c’est une entreprise de qualité avec une belle croissance et un FCF dépassant les 20 milliards de dollars chaque année, ce n’est pas rien. Si elle les investit intelligemment, elle saura se renouveler pour continuer de croître. Ne pas l’avoir en portefeuille est également prendre un pari négatif sur le secteur étant donnée sa capitalisation importante (bien que la plus faible des GAFAM).

Adobe : Le leader dans le développement de logiciels pour publication de contenus visuels. Secteur d’avenir avec la digitalisation et la publicité Web. Belle croissance également (bien que récente depuis moins de 10 ans).

SalesForce : Le leader dans la conception de logiciels d’automatisation des ventes, de gestion des données commerciales et de la relation clients. Ce secteur est également en forte croissance structurelle à long terme avec le développement du e-commerce.

--------------

Voilà pour les entreprises dans ma liste de suivi, n’hésitez pas à me faire des retours.

A bientôt.

Dernière modification par MrDividende (24/04/2020 18h38)

Hors ligne Hors ligne

 

#232 24/04/2020 19h04

Membre
Réputation :   43  

Bonjour M. Dividende,

Je pense qu’une stratégie dividende quand on commence jeune comme vous peut se voir de plusieurs manière. Moi même je me pose la question.

1/ Portefeuille dividende croissant dès le début. On priorise les dividendes croissants car on vise le long terme et on a le temps de voir les dividendes s’accroitre (LVMH, Danone…). Il faut quand meme des dividendes qui soit autour de 2% au départ au risque d’attendre très longtemps avant d’avoir au moins du 5%.
On aura un portefeuille solide avec de très belles valeurs qui auront eu le temps de faire croitre leur dividende. La phase de consommation se traduira par le fait de ne pas réinvestir les dividendes dans leur intégralité.

2/ Former un portefeuille mixte avec dividende croissant et valeur de croissance. Les valeurs de croissance peuvent etre revendues au bout de 15-20 ans pour permettre d’acheter des valeurs à forts dividende lors de la consommation. Le problème c’est que l’on se rabat sur des valeurs moins solides car elle auront un rendement élevé. Il faut également que les valeurs de croissance soient au rendez vous sur 15-20 ans.

3/ Portefeuille dividende fort rendement. Pas très intéressant sur le long terme car ces entreprises n’ont en général pas une croissance terrible ou même perdent en valeur (URW, BIC, BOUYGUES, LAGARDERE…) . Peut etre y investir au début puis basculer sur des dividendes croissant lors des arbitrages.

Je pense que ces pistes mériteraient d’etre simulées pour se rendre compte du gain en fonction du rendement de départ et de la durée de détention.
Il faut pouvoir établir une chronologie pour ne pas louper les moments clés ou ne pas partir sur des fausses pistes. Le temps c’est de l’argent


PARRAINAGE : BINCK, DEGIRO, ING, BOURSORAMA, MES-PLACEMENTS.FR - MESSAGE

Hors ligne Hors ligne

 

#233 24/04/2020 19h34

Membre
Réputation :   2  

Bonjour,

Je partage actuellement les mêmes réflexions.
Il faut dire je fais souvent la girouette niveau stratégie, je pense ne pas avoir vraiment trouvé.
Ou peut-être que ma stratégie est de mélanger un peu les styles ce qui me correspond assez bien finalement.

En ce moment, je me dirige de plus en plus vers les valeurs technologique US, principalement.
C’est plutôt le domaine que je connais le mieux et qui me réussit le plus pour l’instant (ce qui ne veut pas dire grand chose).

Pour Facebook (je suis actionnaire), je pense que son énorme force qui est bien sous-estimé, c’est son fondateur, Mark Zuckerberg. Il a commencé très jeune et très jeune il avait l’ambition d’être un géant, il a refusé des sommes astronomiques très jeune. Je pense surtout que c’est la personne la plus expérimenté et qui le sera encore plus, il est tellement jeune qu’il sera d’un grand atout pour l’entreprise. Imaginez Mark Zuckerberg à 50 ans, l’experience sera de loin la plus ancienne du marché.

Il dirige bien le navire, respecté par tous et surtout avec une bonne vision. Il a racheté Instagram une bouché de pain. De plus, il a tellement de pouvoir qu’il me paraît intéressant d’être de son côté. Un seul message sur Facebook et il touche des milliards de personnes. Voilà pourquoi à mon sens il est intéressant d’investir dans Facebook, c’est une vision assez personnelle.

J’ai investi très récemment dans Twitter, également mais beaucoup moins, simplement parce que c’est une application que j’affectionne et qui à du sens et de l’avenir.

Hors ligne Hors ligne

 

#234 24/04/2020 19h35

Membre
Réputation :   17  

Bonjour

La bière avec des amis ca me manque un peu

Je vous suis.

En terme de diversification etes vous intéressé par le secteur maritime

GNL / Container il faudra toujours transporter les marchandises de chine en europe etc et toutes les Entreprise de ce secteur se Trouvent dans un paradis fiscal.

CPLP / SFL / TGP

Bière : 4 groupes, des centaines de marques

10 sociétés contrôlent tout ce que vous achetez à manger et à boire

Une poignée d’entreprises contrôle presque tout ce que nous achetons ? et la bière en est la dernière victime

Dernière modification par pitivier (24/04/2020 19h54)

Hors ligne Hors ligne

 

#235 24/04/2020 20h23

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   327  

@Gandolfi : en fait j’essaye à la fois de combiner la stratégie croissance et la stratégie Dividend Aristocrats. Comme ça à horizon TLT je n’aurais pas à vendre mes positions, je profiterais d’un dividende confortable tout en ayant fait de bonnes PV (et donc une hausse conséquente du patrimoine). Ça serait donc l’idée pour gagner sur les deux tableaux. On néglige souvent l’aspect croissance mais sur 20-30 ans je pense qu’on peut facilement se retrouver avec un patrimoine 2 à 3 fois plus petit si on ignore cette tendance.

-> Cette stratégie m’incite par contre à ne pas acheter d’actions sans dividendes. Mais évidemment (et c’est là le problème) cela peut changer. Par exemple il y a quelques années Microsoft et Apple n’en versaient pas. Cela aurait pourtant été un excellent moment de les acheter ! D’autres qui avaient l’habitude d’en payer jusqu’à maintenant les coupent (je ne vise absolument pas Essilor et LVMH…)

Je me dis également qu’il est très complexe de savoir qui dans 30 ans versera ou pas des dividendes et quels seraient les montants. C’est sûr qu’en piochant dans les Aristocrats on met les statistiques de notre côté, mais rien n’est tout de même gagné d’avance.

Je me dis donc qu’avec quelques actions de croissance et de qualité comme celles évoquées, il y aura peut-être un dividende à cet horizon. Au pire j’aurais la liberté de les vendre dans le futur si ce n’est pas le cas.

Il y a également un autre aspect : certaines entreprises n’ont pas leur comparable.

Il n’y a pas vraiment d’équivalent à Amazon, Google, FaceBook, Paypal (j’exclue les versions chinoises de ces entreprises)… et encore moins qui versent des dividendes. Ne pas les avoir en portefeuille est donc prendre un pari contre la tendance des marchés et contre l’évolution de la société. En d’autres mots, je pense que c’est un mauvais choix.

@Vkyng : c’est certain qu’avoir des dirigeants exceptionnels à la tête de ces entreprises est un point fort. Je suis d’ailleurs en train de lire les biographies d’Elon Musk et de Steve Jobs en ce moment et ça me motive à investir dans une toute petite part de leurs œuvres !

@Pitivier : moi aussi les bières entre potes ça me manque, vivement le déconfinement pour faire sauter la pression wink

Dans votre liste je suis actionnaire de la plupart des groupes cités (Unilever, Pepsico, Danone, Mondelez, et peut être bientôt Nestlé ?). On a en effet l’impression de voir son portefeuille partout lorsqu’on fait les courses, c’est fun !

Je ne me suis jamais vraiment intéressé au secteur maritime (au sens que je ne l’ai pas analysé) mais pourquoi pas. J’évite néanmoins ce genre de secteurs (transport maritime, aérien, ferroviaire) car je pense qu’Amazon et compagnie pourront très bien dès demain proposer leurs services et tout chambouler.

Dernière modification par MrDividende (24/04/2020 20h33)

Hors ligne Hors ligne

 

#236 25/04/2020 12h05

Membre
Réputation :   21  

Bonjour Mr Dividende,

De très belles sociétés que vous avez dans le viseur. A titre personnel, je regrette de ne pas avoir eu les fonds pour acheter Intuit lorsqu’elle cotait en dessous de 200€ il y a une dizaine de jours, proche de ses plus bas récents.

Le fait que de telles sociétés aient repris en moyenne 25% depuis leur chute récente et se rapprochent rapidement de leur plus haut historique influe t’il à un moment donné sur votre décision d’achat ?

Les avoir dans votre watchlist "croissance" répond en partie à ma question.
Mais je concède des fois avoir ce biais psychologique lorsqu’il s’agit de monter dans le train lancé à toute vitesse, proche de sa vitesse maximale (connue et supposée et c’est bien là toute la difficulté) alors que je sais pertinemment qu’il est sorti de gare quelques instants plus tôt .

Hors ligne Hors ligne

 

#237 25/04/2020 12h41

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   327  

Bonjour Selden,

Le gros problème c’est que ces sociétés semblent toujours chères car au lieu de penser au futur, on pense au présent. C’est un biais psychologique important.

On peut voir la valorisation d’une action de 2 manière :

- la valorisation actuelle (se traduit par le fair price actuel de l’entreprise, celui présent dans mon screener). En général c’est ce que l’on a tendance à regarder malheureusement : PER actuel de l’entreprise, rendement du dividende etc…

- la valorisation future : c’est comme cela qu’il faudrait voir de telles entreprises de croissance. Par exemple, au prix actuel, quel pourrait être le PER d’Amazon dans 10 ans ? Approximativement, comme les fondamentaux ont tendance à doubler tous les 5 ans, ça ferait un PER de 22. C’est donc complètement « value » pour une telle entreprise si l’on raisonne de cette manière.

Un autre exemple : Sartorius Stedim est sur-évaluée d’une trentaine de % d’après mon screener, mais c’est une photo à l’instant T. Comme l’entreprise croît pour le moment à 15% par an, le prix actuel sera un bon prix dans 2 ans et plus.

-> cela me donne donc une idée pour mon screener : pourquoi ne pas afficher le fair price actuel (comme ce qu’il fait déjà) et en plus de cela afficher le fair price à 5 ans ?

Évidemment, ces prix seront hypothétiques et moins précis mais donneront tout de même une tendance.

C’est sûr que ça fait du mal de cliquer sur acheter quand le train semble déjà parti. Mais en réalité le voyage dure plusieurs années / décennies, donc on peut monter à bord à n’importe quel moment si notre horizon d’investissement est LT / TLT.

Je ne crois franchement pas que cela soit un hasard que les entreprises de top qualité, toujours trop chères, soient déjà retournées sur leurs plus hauts alors que les actions value de qualité moyenne sont encore à la cave.

Historiquement je pensais qu’en cas de forte correction les actions chères chuteraient beaucoup plus fort et que les values ou high yield chuteraient peu car déjà value. Mais le marché ne raisonne plus de cette manière j’ai l’impression dans la politique monétaire actuelle de taux bas.

Bien à vous.

Dernière modification par MrDividende (25/04/2020 12h45)

Hors ligne Hors ligne

 

#238 25/04/2020 13h42

Membre
Réputation :   29  

Bonjour MrDividende,

J’aime beaucoup la composition de votre portefeuille !

MrDividende, le 24/04/2020 a écrit :

et peut être bientôt Nestlé ?

D’après cet article, il faudrait réclamer à l’administration Suisse le remboursement de 20% de l’impôt à la source sur le dividende.

Accepteriez-vous ce type de lourdeur administrative ou d’éventuellement perdre une partie de la performance sur des actions Suisse (et potentiellement de d’autres pays dont le fonctionnement est peut-être similaire) ?

Dernière modification par Pancake (25/04/2020 13h42)

Hors ligne Hors ligne

 

#239 25/04/2020 14h29

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   327  

Bonjour Pancake,

Nestlé est l’une des mes entreprises préférées dans le secteur de la conso non cyclique (secteur que j’affectionne particulièrement), mais je ne l’ai jamais achetée à cause de la fiscalité Suisse sur les dividendes. Degiro fait également payer un abonnement annuel pour les places de marché utilisées. Pour les US ce n’est pas gênant, mais la payer pour la Suisse juste pour une seule action, je ne sais pas (bon ce n’est que 2€50…).

Je n’aurais clairement pas le courage de passer par l’administration Suisse pour récupérer quelques euros de dividendes et serais donc prêt à les perdre.

Néanmoins, comme je fais moins attention aujourd’hui au rendement des dividendes, je me dis qu’elle rejoindra peut-être un jour le portefeuille. Il va bientôt ressembler à une collection de Pokémon donc je vais quand même faire attention au nombre de lignes, bien que dans l’absolu cela ne me gêne pas d’en avoir beaucoup.

Dernière modification par MrDividende (25/04/2020 14h36)

Hors ligne Hors ligne

 

#240 25/04/2020 15h23

Membre
Réputation :   21  

Re Mr Dividende,

Je vous rejoins sur le fait qu’il vaut mieux acheter une entreprise avec un PER de 40 et une croissance de 20 qu’une avec un PER de 10 et une croissance 2.

Néanmoins pour ces sociétés ne pensez vous pas que la croissance future est déjà intégrée dans le cours de bourse actuel?

Après je suis d’accord qu’en raisonnant ainsi, on ne rentre jamais sur ces belles entreprises. La qualité a un prix mais encore faut-il que le prix ne soit pas si élevé qu’il vienne gréver la performance à long terme du portefeuille.

Les méthodes de valorisation DCF (popularisées par A. Damodaran) prennent en compte (entre autres) la croissance estimée de l’entreprise pour en déduire une approximation de la valorisation actuelle de la société . J’imagine que vous faites référence à ce genre de méthodes pour l’update de votre screener?

J’utilise moi même cette méthode avec une légère adaptation: je ne prends pas une croissance constante sur les 5 à 10 ans de la période d’observation future mais une croissance estimée de l’année suivante que je fais décroître suivant une fonction polynomiale vers le taux sans risque à 10 ans américain de manière à être plus conservatif.

Avec ce genre de méthodes (avec des paramètres en entrée très sensibles qui peuvent faire varier l’estimation drastiquement), je ne devrais jamais rentrer sur des sociétés comme celles que vous citez..toujours trop chères comme vous dites.

La valorisation ne fait sans doute pas tout et votre approche a le mérite de mettre un pied dans des entreprises aux fondamentaux et à la croissance solides.

Dernière modification par Selden (25/04/2020 15h24)

Hors ligne Hors ligne

 

#241 25/04/2020 16h23

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   327  

Re Selden,

Néanmoins pour ces sociétés ne pensez vous pas que la croissance future est déjà intégrée dans le cours de bourse actuel.

C’est sûr que le prix actuel en tient compte, mais pas totalement. Si les prix actuels pricaient toute la croissance future, le cours de bourse des actions de qualité ne monterait plus, ce qui n’est pas le cas.

Les méthodes de valorisation DCF (popularisées par A. Damodaran) prennent en compte (entre autres) la croissance estimée de l’entreprise pour en déduire une approximation de la valorisation actuelle de la société . J’imagine que vous faites référence à ce genre de méthodes pour l’update de votre screener? […]
J’utilise moi même cette méthode avec une légère adaptation: je ne prends pas une croissance constante sur les 5 à 10 ans de la période d’observation future mais une croissance estimée de l’année suivante que je fais décroître suivant une fonction polynomiale vers le taux sans risque à 10 ans américain de manière à être plus conservatif.

Oui, c’est d’une certaine manière ce que je comptais faire. Sauf que pensais étirer la croissance de manière linéaire à court terme. Mon idée était de regarder la croissance moyenne sur les 3 dernières années et de l’étirer sur les 5 prochaines, avec un facteur de sévérisation (à déterminer) de 20% maxi.

Je pense que le passé récent est assez comparable au futur proche.

Votre asymptote vers le taux sans risque au bout de 5-10 ans me semble vraiment très conservatif. Je l’appliquerais plutôt sur des durées de 15-20 minimum. Une entreprise ne décroit pas aussi vite, surtout si elle évolue dans un secteur d’avenir. Ceci-dit cela a le mérite d’être conservatif, ce qui est probablement mieux que l’inverse.

Dernière modification par MrDividende (25/04/2020 16h25)

Hors ligne Hors ligne

 

#242 25/04/2020 17h35

Membre
Réputation :   19  

Bonjour,
Avez-vous l’intention de renforcer certaines lignes ? et si oui, à quelles conditions ? ou allez-vous continuez à accroître leur nombre ?

Remarque: avec le crise actuelle, beaucoup d’entreprises ne verseront pas de dividendes ou le suspendront cette année. Le critère d’aristocrates perd-il selon vous de sa pertinence dans la sélection ou doit-on se dire que cette année était exceptionnelle ?

Cordialement

Hors ligne Hors ligne

 

#243 25/04/2020 18h11

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   327  

Bonjour Canis,

Oui je vais bien sûr continuer de renforcer mes lignes. Toutes d’ailleurs à horizon LT. J’ai encore récemment passé des petits ordres sur Apple, Mondelez, Waste Management, Accenture.

Les critères principaux de renforcement sont :

- leur score et valorisation dans mon screener.

- la pondération sectorielle que je désire obtenir au global.

Je souhaite également que les entreprises que je considère comme « pilier » soient plus fortement pondérées que les autres.

Il n’y a pas beaucoup de valeurs nouvelles que je veux ajouter au portefeuille, ce n’est d’ailleurs pour le moment qu’une idée de les intégrer, pas encore une décision.

Concernant les politiques de dividendes, il faut préciser que beaucoup d’entreprises Européennes les coupent ou les réduisent. A ma connaissance, très peu d’Aristocrats US l’ont fait pour le moment.

Je pense que pour la France c’est une année exceptionnelle. Peut-être également que si l’Etat n’avait pas proposé d’aide aux entreprises, les dividendes n’auraient pas tant diminués (attention je ne dis pas que c’est ce que j’aurais souhaité). Je l’ignore. Ce qui est certain c’est que je ne vais pas revendre des entreprises extraordinaires comme Essilor ou LVMH parce qu’elles l’ont fait, même si je suis bien sûr déçu.

De toute manière, elles n’ont pas vraiment leur équivalent, il n’y aurait donc pas matière à les remplacer.

Dernière modification par MrDividende (25/04/2020 18h15)

Hors ligne Hors ligne

 

#244 26/04/2020 18h54

Membre
Réputation :   21  

Bonjour Mr Dividende et merci pour votre retour,

Un autre exemple : Sartorius Stedim est sur-évaluée d’une trentaine de % d’après mon screener, mais c’est une photo à l’instant T. Comme l’entreprise croît pour le moment à 15% par an, le prix actuel sera un bon prix dans 2 ans et plus.

Sauf si le prix de l’action suit la même courbe auquel cas toute chose étant égale par ailleurs elle sera toujours autant sur-évaluée dans 2 ans.

Oui, c’est d’une certaine manière ce que je comptais faire. Sauf que pensais étirer la croissance de manière linéaire à court terme. Mon idée était de regarder la croissance moyenne sur les 3 dernières années et de l’étirer sur les 5 prochaines, avec un facteur de sévérisation (à déterminer) de 20% maxi.

Que ferez vous si votre screener remasterisé vous dit que la valeur actuelle que vous évaluez, actualisée des CF futurs vous indique une surévaluation de quelques dizaines de % mais que tous vos autres critères de sélection sont validés ?

Personnellement pour reprendre vos termes j’ai du mal à cliquer sur "Acheter" ^^.

Les achèteriez vous tout de même ? A moins que votre système de valorisation ne soit là qu’un indicateur informatif pour la prise de décision?

Hors ligne Hors ligne

 

#245 26/04/2020 20h23

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   327  

Bonjour Selden,

Sauf si le prix de l’action suit la même courbe auquel cas toute chose étant égale par ailleurs elle sera toujours autant sur-évaluée dans 2 ans.

Non vous avez mal compris ce que je voulais dire : Au prix d’aujourd’hui, cela sera une bonne affaire à horizon 2 ans.

Que ferez vous si votre screener remasterisé vous dit que la valeur actuelle que vous évaluez, actualisée des CF futurs vous indique une surévaluation de quelques dizaines de % mais que tous vos autres critères de sélection sont validés ?

J’ai travaillé sur cette actualisation ce weekend ainsi que sur d’autres améliorations visuelles du Screener. Je publierai bientôt une mise à jour ici.

Clairement si l’action au prix actuel a plus de 2-3 ans de sur - évaluation (maximum de ce que je suis prêt à payer pour une entreprise d’extrême qualité) je ne renforcerais pas à ce prix et j’attendrais une baisse.

Mais je rajouterais cependant un critère de taille minimum de ligne. Donc au bout d’un moment si je renforce trop souvent les actions moins chères je m’obligerais quand même à acheter peu importe le prix histoire de ne pas avoir des écarts trop importants dans la taille de mes lignes, surtout si c’est une valeur que je considère comme pilier et que j’aime sur-pondérer par rapport aux autres positions.

Dernière modification par MrDividende (26/04/2020 20h38)

Hors ligne Hors ligne

 

#246 27/04/2020 16h28

Membre
Réputation :   6  

Bonjour M Dividende,

Je vous remercie tout d’abord pour votre travail de partage. Je suis nouveau dans cette discussion et je n’ai pas eu encore le temps de passer tous les messages en revue.
Je viens également de visiter votre site afin d’en savoir un peu plus sur votre approche. Gros travail également de mise à disposition, bravo.
J’ai une question par rapport à votre screener :
Votre screener maison donne logiquement beaucoup de poids à des paramètres d’analyse fondamentale même s’il prend en compte une composante momentum.
Avez-vous essayé de donner plus de poids à cette composante momentum dans vos tests? Pourquoi une période de 5 à 10 ans dans ce paramètre ? Même si j’ai bien compris que votre horizon de placement était très lointain.
merci de votre réponse

-----------------------------------------------------------------

Mon Portefeuille

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #247 27/04/2020 16h55

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   327  

Bonjour Gulli,

Votre screener maison donne logiquement beaucoup de poids à des paramètres d’analyse fondamentale même s’il prend en compte une composante momentum.
Avez-vous essayé de donner plus de poids à cette composante momentum dans vos tests?

Le but du screener est de classer les entreprises selon leurs fondamentaux. Néanmoins, certains critères « non financiers » n’apparaissent pas toujours dans les chiffres. C’est pour cela que j’ai choisi d’intégrer un critère de momentum, qui traduit d’une certaine manière le ressenti du marché sur l’avenir d’une valeur (secteur en déclin VS secteur d’avenir avec peu de risque par exemple). Cette notion de risque n’apparait pas dans les chiffres et doit donc intervenir autrement dans mon screener.

Pourquoi une période de 5 à 10 ans dans ce paramètre ?

J’ai choisi un momentum long terme 5-10 ans car le CT ne correspond pas à mon type d’investissement et est plutôt basé sur le trading de momentum (3-6 mois). Normalement 10 années contiennent un cycle économique plus ou moins complet, ce qui permet de voir comment se comportent les valeurs. On peut ainsi tenter de repérer les entreprises/secteurs en déclin.

L’objectif est de sélectionner des Dividend Aristocrats de bonne qualité, mais également que le patrimoine prenne de la valeur à LT. Si un cours de bourse reste stable pendant 2-3 ans cela ne me gène pas nécessairement, mais sur une période de 10 ans c’est autre chose. Cela indique souvent un signe de mauvaise gestion ou de problèmes fondamentaux plus ou moins visibles.

Avez-vous essayé de donner plus de poids à cette composante momentum dans vos tests?

Oui j’ai fait le test et il y a globalement une bonne corrélation entre croissance et momentum. Je pondère déjà fortement la croissance, je pense que cela reste donc suffisant.

J’ai cependant lancé un nouveau portefeuille Mid&Small Croissance sur mon site en maximisant les poids croissance et momentum. Ce portefeuille performe très bien depuis le 01/01/2020 malgré le krach et devance de très loin le CAC40. Je précise que ce portefeuille est fictif et non détenu en réel.

Bien à vous.

Hors ligne Hors ligne

 

#248 27/04/2020 21h22

Membre
Réputation :   59  

MrDividende, le 24/04/2020 a écrit :

Facebook : Pas besoin de présenter cette entreprise, leader dans les réseaux sociaux. Je suis peu présent dans ce secteur (petite position dans Linkedin avec Microsoft). Facebook est clairement la GAFAM que j’aime le moins car je ne trouve pas qu’elle ait un rôle utile et nécessaire à l’opposé de Google et Amazon (on ne peut plus se passer d’eux !). Facebook occupe donc une place dans les "loisirs". Je pense que cela peut passer de mode et qu’elle lutte déjà avec Google pour les revenus publicitaires, ce qui en fait un risque. Néanmoins, c’est une entreprise de qualité avec une belle croissance et un FCF dépassant les 20 milliards de dollars chaque année, ce n’est pas rien. Si elle les investit intelligemment, elle saura se renouveler pour continuer de croître. Ne pas l’avoir en portefeuille est également prendre un pari négatif sur le secteur étant donnée sa capitalisation importante (bien que la plus faible des GAFAM).

Bonsoir,

Je me permet de citer ce texte, vous dites que FB est la GAFAM que vous aimez le moins, n’oubliez pas qu’ils ont racheté WhatsApp & Instagram, qui explosent et pèsent des milliards !

Facebook dispose de multiples avantages énormes outre le fait que Zuckerberg soit un génie smile

Dernière modification par michaelstaudi (27/04/2020 21h22)

Hors ligne Hors ligne

 

#249 27/04/2020 22h12

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   327  

Bonsoir Michaelstaudi,

Ce que je voulais dire par là, c’est que si Google, Amazon, Microsoft et Apple disparaissaient du jour au lendemain, cela impacterait très fortement ma vie et mes habitudes.

Pour moi les associations suivantes sont quasi-synonymes et deviennent des nécessités courantes de la vie :

Google <=> Internet
Apple <=> Smartphone
Microsoft <=> Ordinateur et outils de travail
Amazon <=> Ecommerce et trouve-tout

Ce sont pour moi des équivalences au sens où dès que je pense Internet, le premier mot qui me vient en tête est Google.

J’utilise les 4 quasiment tous les jours que cela soit dans ma vie perso ou pro.

Concernant Facebook (et ses filiales) le mot qui me vient est réseaux-sociaux. Elle a donc le « moat » dans ce domaine. Mais sa disparition ne me ferait ni chaud ni froid. C’est purement du loisir et non une nécessité (selon moi). Sa puissance est l’impact du nombre : le moindre message peut toucher des centaines de millions / milliards de personnes, mais ce n’est pas vraiment un élément price-able. Néanmoins c’est ce qui m’intéresse.

Apple a bien réussi ces dernières années à diversifier ses business dans les services grâce à ses investissements. Je pense que c’est maintenant au tour de Facebook d’y arriver. Elle dégage actuellement du beaucoup de cash, il faut faire vite avant que son business ne devienne trop éphémère. Mais je pense qu’elle y arrivera, comme vous le dites, elle n’est pas gérée par des idiots smile

Dernière modification par MrDividende (27/04/2020 22h16)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #250 27/04/2020 22h26

Membre
Réputation :   55  

Je me permet aussi de vous donner mon avis sur Facebook. J’ai fait pas mal de pubs à la fois sur Facebook et sur Google et j’ai obtenu de biens meilleurs résultats via Facebook (et Instagram donc). En effet contrairement aux pubs sur google qui sont liées à des mots clés (pas sur gmail mais sur le moteur de recherche), Facebook permet de beaucoup mieux cibler (en tout cas pour les activités pour lesquelles j’ai fait de la pub) les bons clients grâce à leur système de création d’audience et permet aussi grâce à son pixel de faire du retargeting de manière très efficace et avec un excellent retour sur investissement. Du coup on a complètement supprimé le budget pub qu’on allouait sur Google et on a tout mit sur Facebook/Instagram. Il me semble aussi que Facebook est nettement plus adapté pour les PME qui n’ont qu’un faible budget publicitaire car il est possible de créer de toutes petites audiences très ciblés.

Par exemple sur Facebook je peux créer l’audience suivante : cibler les femmes entre 30 et 35 ans qui habitent à Paris et qui s’intéressent aux accessoires de modes et en particulier au sac à main et qui sont célibataires.

Facebook permet aussi de créer des audiences "similaires" très puissantes. Comment cela fonctionne ? 1) on importe dans facebook notre base client avec les mails 2) L’algorithme de facebook va retrouver ces personnes (quand elles ont un compte facebook/insta) puis va créer une audience avec les 1% (ou plus) de gens qui ont le profil le plus proche de la liste de clients que l’on a importé. Et pour l’avoir tester ces audiences similaires créé automatiquement par facebook permettent un excellent taux de conversion.

Enfin le retargeting permet de diffuser des pubs cilbés à des visiteurs de notre site en fonction des actions qu’ils ont réalisés sur le site (par exemple une pub pour les visiteurs du site, une pub pour ceux qui ont ajouté un produit au panier et une autre pour les acheteurs). Ces campagnes de retargeting sont aussi extrêmement puissante avec un très gros taux de conversion.

Bref tout ça pour dire que j’ai vraiment été bluffé par le chiffre d’affaire que nous apporte nos campagnes facebook et la puissance du ciblage que cet outil permet.

Je suis actionnaire de Facebook et Alphabet mais pour moi Facebook est plus puissant que Google pour la publicité par contre Alphabet est plus diversifié même si pour l’instant ça n’a pas spécialement marché à part Android.

Dernière modification par Gassinvest (27/04/2020 22h27)

Hors ligne Hors ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ? Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Pied de page des forums

Don Faites un don
Apprendre le bonheur