Informations À propos…   Chercher Cherchez sur le site, les forums et nos screeners :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies, sans jugement moral, sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Favoris 3   [+7]    #201 24/09/2022 17h29

Membre (2010)
Top 10 Année 2022
Top 20 Portefeuille
Réputation :   300  

ESTP

un indicateur intéressant pour déterminer le "point bas" ?  Chaque fois que les insiders ont acheté (beaucoup) plus qu’ils n’ont vendu, c’était un bon moment pour entrer sur le marché (novembre 2008, mars 2009, crise de l’euro en août 2011 et flash crash covidien en mars 2020).

Dernière modification par Louis Pirson (24/09/2022 17h30)


"Il faut être cupide quand les autres sont craintifs, et craintif quand les autres sont cupides." W. Buffett

Hors ligne Hors ligne

 

#202 24/09/2022 19h40

Membre (2020)
Réputation :   110  

ESTJ

Membre clivant Membre parfois clivant Membre clivant

Comment déterminent-ils qui sont les insiders ? Où trouve-t-on cet indicateur ?


TdB PEA/CTO Parrainage Ohm Energie Parrainage Boursorama : NIPA2313

Hors ligne Hors ligne

 

#203 24/09/2022 19h45

Membre (2017)
Top 20 Année 2022
Top 20 Entreprendre
Réputation :   203  

ISTJ

Hors ligne Hors ligne

 

#204 24/09/2022 20h24

Membre (2019)
Top 5 Crypto-actifs
Réputation :   182  

INTP

bed43fr a écrit :

Comment déterminent-ils qui sont les insiders ? Où trouve-t-on cet indicateur ?

Les insiders sont obligés de déclarer aux régulateurs (SEC, AMF, etc.) les opérations concernant des titres d’entreprises dans lesquelles ils travaillent ou ont des participations significatives.

Il y a pleins de sites qui récupèrent ces formulaires pour pouvoir les consulter facilement.

Vous pouvez regarder aussi PEA performance également, ou chercher "SEC Form 4", "insider tracking" sur votre moteur de recherche préféré.


Parrainages Coinbase - Binance

Hors ligne Hors ligne

 

#205 24/09/2022 21h11

Membre (2016)
Top 20 Banque/Fiscalité
Réputation :   258  

Celui de Louis Pirson semble tiré de ce site (pas https)

Insider Buy-Sell Charts -  - OpenInsider

Attention aux sites consultés :
Certains se limitent aux USA, d’autres au PEA, d’ autres sont plus larges et/ou sélectionnables.

Un marché/zone peut (re)décoller et un autre continuer à baisser ;
Décalage dans le timing mondial …


Parrainages Binck, BourseDirect, Véracash, BullionVault, WeSave, (Me contacter en MP)

Hors ligne Hors ligne

 

#206 24/09/2022 21h55

Membre (2015)
Top 20 Année 2022
Top 20 Dvpt perso.
Réputation :   219  

INFP

Sur ce site aussi vous avez pas mal de renseignements possibles :
insiderscreener.com

Hors ligne Hors ligne

 

#207 25/09/2022 09h16

Membre (2020)
Réputation :   110  

ESTJ

Membre clivant Membre parfois clivant Membre clivant

C’est très intéressant merci pour les liens.
J’ai voulu comparer avec le CW8 sur la crise COVID, on voit que la hausse des achats a démarré le 24 février et qu’il y a eu un pic entre 9 et le 17 mars, soit quand le CW8 était en phase de baisse, mais pas au plus bas :



Ca signifie qu’ils achètent quand le marché baisse mais qu’ils n’arrivent pas à timer le point bas. Au contraire même, quand le prix est au plus bas le 23 mars ils ont épuisé leurs liquidités et leurs achats sont 3 fois moindre que le 16 mars alors que ça aurait été le meilleur moment pour acheter.

Ce qui est intéressant en revanche c’est de voir qu’ils réduisent leurs ventes pendant doute la phase de baisse ce qui en dit long sur leur stratégie : on prend ses PV régulièrement en phase de hausse et on renforce durant les baisses. C’est bien la stratégie qui est largement prônée sur ce forum (même si elle ne fait pas l’unanimité).


TdB PEA/CTO Parrainage Ohm Energie Parrainage Boursorama : NIPA2313

Hors ligne Hors ligne

 

#208 25/09/2022 10h12

Membre (2013)
Top 20 Année 2022
Top 20 Année 2021
Top 10 Actions/Bourse
Top 5 Obligs/Fonds EUR
Top 5 Monétaire
Top 5 Banque/Fiscalité
Top 5 SCPI/OPCI
Réputation :   1331  

ISTJ

Ca signifie qu’ils achètent quand le marché baisse mais qu’ils n’arrivent pas à timer le point bas

Je pense que nous sommes, sur le forum, tous d’accord sur ce point : personne n’est capable de trouver le point bas ;-)
Ces initiés, comme de nombreux membres ici (je me compte dedans), ont tendance à sortir leurs cartouches trop vite, de peur de louper le point bas (qui finalement est encore plus bas peu de temps après).


Parrain LINXEA. Boursorama (FRVE9093). Fortuneo (12662218). Zen'Up. Vattenfall. Bourse Direct (2019704537)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #209 25/09/2022 10h56

Membre (2010)
Top 10 Année 2022
Top 20 Portefeuille
Réputation :   300  

ESTP

bed43fr a écrit :

C’est très intéressant merci pour les liens.
J’ai voulu comparer avec le CW8 sur la crise COVID, on voit que la hausse des achats a démarré le 24 février et qu’il y a eu un pic entre 9 et le 17 mars, soit quand le CW8 était en phase de baisse, mais pas au plus bas :

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/ … siders.png

Ca signifie qu’ils achètent quand le marché baisse mais qu’ils n’arrivent pas à timer le point bas. Au contraire même, quand le prix est au plus bas le 23 mars ils ont épuisé leurs liquidités et leurs achats sont 3 fois moindre que le 16 mars alors que ça aurait été le meilleur moment pour acheter.

Ce qui est intéressant en revanche c’est de voir qu’ils réduisent leurs ventes pendant doute la phase de baisse ce qui en dit long sur leur stratégie : on prend ses PV régulièrement en phase de hausse et on renforce durant les baisses. C’est bien la stratégie qui est largement prônée sur ce forum (même si elle ne fait pas l’unanimité).

Votre raisonnement n’est bon … que si le point bas a déjà été fait smile   Dans la négative, on ne peut pas préjuger.  Si vous regardez le graphique que j’ai publié, nous avons sur les 18 années de données disponibles, 4 "pics" bien distincts qui correspondent effectivement à des moments presque parfaits pour entrer massivement sur le marché : novembre 2008, mars 2009, août 2011 et mars 2020.  Pour le marché baissier actuel, il n’y a pas encore eu de "pic acheteur" … ce qui ne veut pas dire qu’il doit y en avoir obligatoirement un évidemment …

Dernière modification par Louis Pirson (25/09/2022 13h54)


"Il faut être cupide quand les autres sont craintifs, et craintif quand les autres sont cupides." W. Buffett

Hors ligne Hors ligne

 

#210 25/09/2022 15h56

Membre (2020)
Réputation :   110  

ESTJ

Membre clivant Membre parfois clivant Membre clivant

Pour 2007/2008 vous pouvez-voir qu’ils ont investi massivement en 2007 pendant les différentes phases de baisse, certes le pic est plus haut fin 2008 et fin 2009 mais la baisse était également sans comparaison. Conclusion : ils investissent quand ça baisse et plus ça baisse plus ils investissent… c’est tout. Donc en conclure qu’il n’est pas encore temps d’entrer me semble erroné, le fait qu’ils n’entrent pas massivement actuellement sur les marchés ne signifie pas qu’une forte baisse est à venir, ça veut juste dire que si on repart dès demain ils auront raté le coche.


TdB PEA/CTO Parrainage Ohm Energie Parrainage Boursorama : NIPA2313

Hors ligne Hors ligne

 

#211 25/09/2022 16h49

Membre (2018)
Réputation :   98  

bed43fr a écrit :

C’est très intéressant merci pour les liens.
J’ai voulu comparer avec le CW8 sur la crise COVID, on voit que la hausse des achats a démarré le 24 février et qu’il y a eu un pic entre 9 et le 17 mars, soit quand le CW8 était en phase de baisse, mais pas au plus bas :

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/ … siders.png

Ca signifie qu’ils achètent quand le marché baisse mais qu’ils n’arrivent pas à timer le point bas. Au contraire même, quand le prix est au plus bas le 23 mars ils ont épuisé leurs liquidités et leurs achats sont 3 fois moindre que le 16 mars alors que ça aurait été le meilleur moment pour acheter.

Ce qui est intéressant en revanche c’est de voir qu’ils réduisent leurs ventes pendant doute la phase de baisse ce qui en dit long sur leur stratégie : on prend ses PV régulièrement en phase de hausse et on renforce durant les baisses. C’est bien la stratégie qui est largement prônée sur ce forum (même si elle ne fait pas l’unanimité).

Pour rappel, non pas à votre attention, mais à tout investisseur débutant qui passerait par ici.
Faut-il "Buy the dip" (acheter les baisses) ? - YouTube

Dernière modification par Franck059 (25/09/2022 16h51)

Hors ligne Hors ligne

 

#212 25/09/2022 17h04

Membre (2010)
Top 10 Année 2022
Top 20 Portefeuille
Réputation :   300  

ESTP

bed43fr a écrit :

Pour 2007/2008 vous pouvez-voir qu’ils ont investi massivement en 2007 pendant les différentes phases de baisse

Je suis désolé, ça fait 2 heures que je scrute désespérément le graphique smile et j’en arrive toujours à la même conclusion :

Louis Pirson a écrit :

Chaque fois que les insiders ont acheté (beaucoup) plus qu’ils n’ont vendu

en 2007, les insiders ont en permanence vendu plus qu’ils n’ont acheté à l’exception de 3 minuscules périodes :

du 16/08 au 20/08/2007 avec un max au niveau achats de 43 % supérieur aux ventes
le 26/11/2007 avec un max au niveau achats de 32 % supérieur aux ventes
du 21/12 au 26/12/2007 avec un max au niveau achats de 28 % supérieur aux ventes

Reconnaissez que ça n’a rien à voir avec les "pics" que j’ai identifiés à savoir :

du 03/10/2008 au 23/12/2008 avec un max au niveau achats de 573 % supérieur aux ventes
du 09/01/2009 au 02/04/2009 avec un max au niveau achats de 354 % supérieur aux ventes
du 04/08/2011 au 26/08/2011 avec un max au niveau achats de 357 % supérieur aux ventes
du 09/03/2020 au 26/03/2020 avec un max au niveau achats de 555 % supérieur aux ventes

la seule période d’achat pendant laquelle les achats ont été nombreux que les ventes du présent marché baissier a été la période du 13/03/2022 au 16/03/2022 avec un max au niveau achats de 100 % supérieur aux ventes.  Reconnaissez que cette période tant dans la durée que dans l’intensité ressemble plus à la période "pré crash" de 2007 et n’a strictement rien à voir avec les 4 périodes que j’ai mis en exergue.

bed43fr a écrit :

le fait qu’ils n’entrent pas massivement actuellement sur les marchés ne signifie pas qu’une forte baisse est à venir, ça veut juste dire que si on repart dès demain ils auront raté le coche.

Je suis parfaitement d’accord, c’est pourquoi j’ai écrit :

Louis Pirson a écrit :

il n’y a pas encore eu de "pic acheteur" … ce qui ne veut pas dire qu’il doit y en avoir obligatoirement un évidemment …

Dernière modification par Louis Pirson (25/09/2022 17h06)


"Il faut être cupide quand les autres sont craintifs, et craintif quand les autres sont cupides." W. Buffett

Hors ligne Hors ligne

 

#213 26/09/2022 08h14

Membre (2020)
Réputation :   110  

ESTJ

Membre clivant Membre parfois clivant Membre clivant

Ok si on regarde le ratio achat/vente vous avez raison, j’aurais du relire votre poste de départ, je m’étais focalisé uniquement sur les achats. Effectivement les pics achats/ventes sont bien timés.

Louis Pirson, le 25/09/2022 a écrit :

la seule période d’achat pendant laquelle les achats ont été nombreux que les ventes du présent marché baissier a été la période du 13/03/2022 au 16/03/2022 avec un max au niveau achats de 100 % supérieur aux ventes.

Je n’observe pas le pic dont vous parlez sur openinsider.com :

Dernière modification par bed43fr (26/09/2022 08h18)


TdB PEA/CTO Parrainage Ohm Energie Parrainage Boursorama : NIPA2313

Hors ligne Hors ligne

 

#214 27/09/2022 08h58

Membre (2010)
Top 10 Année 2022
Top 20 Portefeuille
Réputation :   300  

ESTP

Pour tenter de profiter du "trou d’air" de ces derniers jours, ouverture hier d’une position en Tutor Perini et Aleris Life en "small cap value" et achat d’un lot supplémentaire de Templeton Emerging Market en "buy and hold".

Dernière modification par Louis Pirson (27/09/2022 08h59)


"Il faut être cupide quand les autres sont craintifs, et craintif quand les autres sont cupides." W. Buffett

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #215 28/09/2022 12h32

Membre (2010)
Top 10 Année 2022
Top 20 Portefeuille
Réputation :   300  

ESTP

Vu le bon coup de bambou subit par les bourses européennes ces derniers jours, j’ai voulu vérifier si, en termes de valorisation, ces marchés étaient redevenus globalement attractifs.

Ci-dessous, les per de shiller historique ainsi que la prime de risque du marché actions pour l’Allemagne et le Royaume-Uni.

Comme on peut le voir, malgré un fort recul, le marché britanique ne tient pas encore compte de la hausse fulgurante des taux d’intérêt à long terme puisque sa prime de risque s’est littéralement effondrée en 1 mois. Et son per de shiller reste dans la moyenne tout au plus.  Le marché britannique n’est donc, globalement, pas bon marché.  S’il ne me semble pas "bon marché" globalement, ça n’empêche pas de trouver des sociétés sous-évaluées individuellement.  Ainsi, ce matin, j’ai constitué deux nouvelles lignes d’actions individuelles précisément sur le marché britannique : IG Design, un marchand en ligne de produits "frivoles" et Inland Home, un promoteur immobilier.



Par contre, pour l’Allemagne, nous pouvons voir que le Per de Shiller est revenu pratiquement au niveau du flash krach covidien et de la crise de l’euro. Il resterait une vingtaine de pourcents à faire pour revenir au niveau 2008-2009.  Et sa prime de risque reste, pour l’heure, largement positive même si, là aussi, la hausse des taux est plus rapide que la hausse du rendement "per de shiller" des entreprises cotées.



Bref, en Europe, les surévaluations ont disparu mais le temps des grosses z’occases n’est pas arrivé … mais, évidemment, rien ne dit qu’il arrivera …

Dernière modification par Louis Pirson (28/09/2022 15h39)


"Il faut être cupide quand les autres sont craintifs, et craintif quand les autres sont cupides." W. Buffett

Hors ligne Hors ligne

 

#216 29/09/2022 11h51

Membre (2010)
Top 10 Année 2022
Top 20 Portefeuille
Réputation :   300  

ESTP

Je poursuis mes achats sur le marché britannique avec la constitution d’une ligne en Royal Mail, une société de livraison de colis et courrier.

Dernière modification par Louis Pirson (29/09/2022 11h56)


"Il faut être cupide quand les autres sont craintifs, et craintif quand les autres sont cupides." W. Buffett

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #217 29/09/2022 19h17

Membre (2010)
Top 10 Année 2022
Top 20 Portefeuille
Réputation :   300  

ESTP

Louis Pirson, le 23/09/2022 a écrit :

mesure "express" du stress sur les marchés :

EPCR 5 jours : 0,71
Vix à un max de 27.77 hier
ratio JNK/TLT à 0,85

==> niveau de stress comparable à la semaine dernière que je pourrais décrire par une légère anxiété tout au plus smile

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/314_inv1.png

Je reprécise à toutes fins utiles que ce n’est que mon avis, que je n’ai aucune certitude à ce sujet et qu’il s’agit juste de présomptions de ma part.   Il est même possible que je me trompe dans les grandes largeurs et que le point bas de ce marché baissier ait été fait en juin …

Une semaine plus tard,

EPCR 5 jours à 0,84
Vix à un maximum de 33 mardi et à 32 en ce moment
ratio JNK/TLT à 0,85

Le stress a augmenté.  Nous sommes encore assez éloignés des pics des crises précédentes.  De mon point de vue, nous nous situons quelque part entre le niveau de peur et le niveau de capitulation.


"Il faut être cupide quand les autres sont craintifs, et craintif quand les autres sont cupides." W. Buffett

Hors ligne Hors ligne

 

#218 30/09/2022 19h10

Membre (2010)
Top 10 Année 2022
Top 20 Portefeuille
Réputation :   300  

ESTP

La période que nous vivons est tout de même passionnante, "boursièrement" parlant.

Le mois de septembre aura été de nouveau assez actif avec, doucement, des opportunités d’achat qui se présentent. Depuis le 10 août, je me suis montré assez actif.

1.   Constitution d’une poche "small cap value" avec des achats de

Immo Moury
Accentis
Abo Group
Quincaillerie Richelieu
Alset Ehome International
Tutor Perini
Aleris Life
IG Design
Inland Home
Royal Mail

2. Début de reconstitution de la poche "technologie disruptive" avec des achats de

Zoom
Draftking
Twilio
Invitae
Coinbase

3. Achat de 2 lots supplémentaires de Templeton Emerging Market pour la poche "buy and hold"

Etat au 30/09


1. Patrimoine global (hors habitation familiale et épargne de précaution)

Appartements mis en location    43,3%
Actions    23,9%
Liquidités en devises étrangères    15,7%
Liquidités en euro    3,7%
Métaux précieux physiques    4,8%
Parcelles forestières    5,0%
Obligations chinoises (ETF)     2,1%
US Tresory (ETF)    0,9%
Crypto Monnaies    0,5%

2. Actions

a) buy and hold (85,5 % du total action, rendement YTD : -24,75 %)

Aberdeen Global Premier    6,68%
Aker    3,62%
ASA Limited    2,37%
Berkshire Hataway    14,43%
Bonheur    4,12%
Brookfield Asset Management    12,93%
Herald Investment Trust    2,52%
Investor AB    10,20%
Jardine Matheson    12,76%
Pershing Square    13,25%
Sofina    3,83%
Templeton Emerging Market    1,54%
Third Point Offshore    11,75%

b) Small cap value (12,5 % du total actions, rendement : -6,41 %)

Tuto Perini    2,13%
Royal Mail    2,06%
Richelieu    6,29%
Inland Homes    2,21%
Immo Moury    49,71%
IG Design    2,20%
Alset Home International    2,06%
Aleris Life    1,90%
Accentis    15,22%
Abo Group    16,22%

c) Disruption (2 % du total actions, rendement : -6,45 %)

Coinbase    20,30%
Invitae    29,32%
Draftking    15,33%
Twilio    17,58%
Zoom    17,48%

Dernière modification par Louis Pirson (01/10/2022 17h29)


"Il faut être cupide quand les autres sont craintifs, et craintif quand les autres sont cupides." W. Buffett

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+7]    #219 01/10/2022 16h35

Membre (2010)
Top 10 Année 2022
Top 20 Portefeuille
Réputation :   300  

ESTP

REVUE DU S&P500 30/09/2022


(EN PRINCIPE, JE RÉDIGE CETTE REVUE TOUTES LES 3 SEMAINES)

PREAMBULE

Ce qui est exposé ci-après représente une "mise à plat" de mes réflexions concernant le marché boursier US.  Je ne prétends absolument pas définir l’orientation du marché et, d’ailleurs, pour mes propres opérations boursières, je peux parfois prendre le contrepied de ce qui est présenté ci-dessous.

La principale utilité de ce travail est de poser des garde-fous qui m’éviteraient de prendre des décisions trop radicales en nuançant la vision que l’indécrottable bull que je suis depuis toujours pourrait avoir.

Enfin, je rappelle que je suis un investisseur "value" qui, s’il trouve des opportunités, les achètera quelles que soient les conditions de marché.  Je ne peux plus pratiquer le DCA car l’épargne sur mes revenus professionnelles est devenue symbolique par rapport à la taille de mon patrimoine.  Des investissements réguliers n’ont plus beaucoup d’impact pour permettre de "moyenner".  De là découle mon obligation de tenter de "timer" un tant soit peu le marché.

Je commence par les conclusions afin de faciliter la lecture, le détail et les explications se trouvent à la suite.

EN RESUME

Tendance de marché LT : bearish
Récession : neutre
Valorisation du marché : neutre (anciennement : bearish)
Sentiment du marché : légèrement bull (anciennement : neutre)
Sentiment des analystes : légèrement bearish
Bilan de la Fed : bearish (anciennement : légèrement bearish)
Smart Money : neutre (anciennement : légèrement bearish)

D’une manière générale, le mois de septembre aura généré un certain stress sur les marchés et ramené, enfin, les valorisations générales à des niveaux plus "normaux. Je remarque aussi une certaine peur dans le marché, peur que je n’avais pas encore perçu depuis le début de cette année. 

I.    TENDANCE DU MARCHE


Marché baissier  : le seul outil que j’utilise pour déterminer si nous sommes en marché haussier ou baisier sont les placements des moyennes mobiles à 50 et à 200 jours.  Quand la MM50 se situe au-dessus de la MM200, nous sommes en marché haussier.  Quand elle se situe en dessous, nous sommes en marché baissier.  Ca ne signifie pas que j’achète ou je vends en fonction de ce critère, ça signifie juste qu’il faut éviter de prendre des positions franches contre la tendance.  Ce qui n’empêche pas de se montrer raisonnablement contrarian comme en mars 2002 ou en novembre 2008.

Aujourd’hui, la MM50 se situe sur la MM200.  De mon point de vue, nous sommes toujours en marché baissier. (inchangé par rapport au 08/09/2022)

II.    RECESSION ?


1. Courbe des taux : l’inversion de la courbe des taux 2 ans et 10 ans a toujours été annonciatrice d’une récession dans les 6 à 18 mois (oui, je sais, c’est vague :-) ).

Ce phénomène a eu lieu 2 fois en 2022, une première fois, brièvement, le 1er avril et durablement depuis le 5 juillet.  La courbe se redresse depuis un mois mais est toujours en zone négative.  Ca situerait un début de récession entre le 1er octobre 2022 et le 5 janvier 2024 (oui, je sais, c’est encore plus vague 😊 ) (inchangé par rapport au 08/09/2022)

2. Demandes initiales de chômage :  Si on excepte la récession et le chômage de mars 2020 volontairement créés par les pouvoirs publics, on constate que les récessions commencent toujours APRES que les demandes initiales de chômage aient commencé à augmenter.

Après une hausse relativement importante le 2Q2022, elles ont commencé à décroître le 16/07.  La décroissance se poursuit et même de manière assez vigoureuse.  Je dois avouer que je ne m’y attendais pas : le marché du travail me semblait tellement tendu qu’il me semblait qu’une augmentation du taux de chômage était la seul suite logique. 



3. Total des heures travaillées : chaque récession depuis 60 ans a débuté avec une diminution des heures totales travaillées aux US.  Les chiffres T3 ne sont pas encore dispo.

4. Heures prestées en travail intérimaire

Lors des derniers marchés baissiers, la courbe des heures prestées en intérim prenait une tendance baissière quand le marché était toujours haussier et elle a permis d’anticiper les bears markets.  Les chiffres du mois de septembre ne sont pas encore disponibles.

III.    VALORISATION DU MARCHE AMERICAIN


1. Price to book : 3,57

Repères :

Moyenne 2000-2022 : 2,95
Plus bas crise covid (mars 2020) : 2,92
Plus bas crise de l’euro (août 2011) : 1,85
Plus bas crise des subprimes (mars 2009) : 1,78
Plus bas éclatement bulle internet (septembre 2002) : 2.43

2. PER de Shiller : 26,84

Repères :

Moyenne 2000-2022 : 26,99
Plus bas crise covid (mars 2020) : 24,82
Plus bas crise de l’euro (août 2011) : 19,70
Plus bas crise des subprimes (mars 2009) : 13,32
Plus bas éclatement bulle internet (septembre 2002) : 21,96

Plus bas 1ere guerre du golf (octobre 1990) : 14,82
Plus bas « choc Volker » (aout 1982): 6,64
Plus bas stagflation année 70 et choc pétrolier (décembre 1974) : 8,29

3. Prime de risque (per de Shiller inversé – taux des t-bond 10 y) : -0,10 %

Elle vient de passer négative.  Le marché n’a donc pas corrigé dans la même proportion que les taux sont montés (ce qui n’est pas nécessairement anormal). 



Repères :

Moyenne 2000-2022 : 0,70 %
Plus bas crise covid (mars 2020) : 3,20 %
Plus bas crise de l’euro (août 2011) : 2,12 %
Plus bas crise des subprimes (mars 2009) : 1,78 %
Plus bas éclatement bulle internet (septembre 2002) : 0,61 %

4. "Buffet Indicator" (capitalisation boursière US / (PIB+bilan Fed) : 106,3 %



Repères :

Plus bas crise covid (mars 2020) : 96,6 %
Plus bas crise de l’euro (août 2011) : 69,7 %
Plus bas crise des subprimes (mars 2009) : 45,8 %
Plus bas éclatement bulle internet (septembre 2002) : 66,6 %

Conclusions : De mon point de vue, les marchés ne sont plus significativement surévalués.  Ce ne sont pas encore des prix d’aubaine, une période de longue récession/stagflation ne me semble pas encore pricée mais l’exubérance irrationnelle de 2021 semble, enfin, gommée.

IV.    PSYCHOLOGIE DES INVESTISSEURS


1. Ratio S&P500/WTI : 44,99

L’économie est de l’énergie transformée, quand le pétrole est cher (la courbe brune vers le bas) par rapport aux actions, on anticipe un ralentissement futur et donc le marché n’est pas trop euphorique.  Pour le moment, le niveau du ratio est relativement élevé mais il se trouve depuis presque 2 ans dans un canal descendant.



Moyenne 2000-2022 : 34,47
Plus bas crise covid (mars 2020) : 86,95
Plus bas crise de l’euro (août 2011) : 14,90
Plus bas crise des subprimes (mars 2009) : 17,57
Plus bas éclatement bulle internet (septembre 2002) : 26,77
Plus bas marché baissier actuel (28/06): 34,22

2. Ratio S&P500/Gold : 2,13

Quand l’or est chère, les investisseurs ont peur et privilégie la sécurité.  Le marché n’est alors pas trop euphorique. Petit-à-petit, le ratio se rapproche de sa moyenne historique même si nous sommes encore loin de ses valorisations "de panique".

Repères

Moyenne 2000-2022 : 2,11
Plus bas crise covid (mars 2020) : 1,62
Plus bas crise de l’euro (août 2011) : 0,68
Plus bas crise des subprimes (mars 2009) : 0,75
Plus bas éclatement bulle internet (septembre 2002) : 2,52
Plus bas marché baissier actuel (16/06) : 1,98

3. Ratio S&P500/consummer staples (comparaison de l’évolution du S&P500 avec le secteur le plus défensif de la quote, le secteur des produits de consommation de base (parmi les poids lourds de ce secteur, on trouve Procter and Gamble, Coca Cola, Pepsico, Walmart, Costco, Philip Morris, …) : 5,25



Repères

Moyenne 1998-2022 : 4,78
Plus bas crise covid (mars 2020) : 5,06
Plus bas crise de l’euro (août 2011) : 4,03
Plus bas crise des subprimes (mars 2009) : 3,54
Plus bas éclatement bulle internet (septembre 2002) : 4,13
Plus bas marché baissier actuel (16/05) : 5,17

4. Ratio junk bonds/obligations sans risque (attrait du risque) : 0,85

Repères :
Moyenne 2007-2022 : 0,97
Plus bas crise covid (mars 2020) : 0,51
Plus bas crise de l’euro (août 2011) : 0,86
Plus bas crise des subprimes (mars 2009) : 0,75
Plus bas marché baissier actuel (04/03) : 0,73

5. EPCR 5 jours (mesure le rapport entre les options put et les options call) : 0,80

Plus haut atteint depuis le début de ce marché baissier (29/09) : 0,85

Un nouveau plus haut en YTD a été atteint cette semaine.  Si ce plus haut n’est pas encore tout-à-fait de ce qui a été atteint en période de "gros stress", il traduit malgré tout une anxiété certaine sur le marché. 

Repères :

Plus haut crise de l’euro : 0.93
Plus haut crise du covid : 1.05

Marché baissier 2008-2009 :
Pic le 22/01/08 : 0,93
Pic 17/03/09 : 1.01
Pic 16/07/08 : 0.91
Pic 17/09/08 : 0.97
Pic 10/10/08 : 0.98
Pic 21/11/08 : 1.01
Pic 16/01/09 : 0.95
Pic 23/02/09 : 0.88
Pic 06/03/09 : 0.84

6. Vix : 31,62

Plus haut atteint depuis le début de ce marché baissier (07/03)  : 36,45

Le plus haut atteint cette semaine a été de 34.88, toujours sous le plus haut YTD.  Le marché est certes volatil mais il se situe toujours significativement sous les niveaux de "panique totale".

Repères :

Plus haut crise covid (mars 2020) : 66,04
Plus haut crise de l’euro (août 2011) : 43,05
Plus haut crise des subprimes (novembre 2008) : 79,13
Plus haut éclatement bulle internet (septembre 2002) : 42,66

7. Pourcentage d’actions dont le cours se situe au-dessus de sa moyenne mobile à 200 jours : 16,60 %

Repères :

Plus bas crise du covid : 10,2 %
Plus bas crise de l’euro : 14,9 %
Plus bas crise des subprimes : 7,1 %
Plus bas éclatement bulle internet : 25,2 %
Plus bas atteint depuis le début de ce marché baissier : 18 %

Conclusions : même au pire moment de ce marché baissier, on n’a manifestement pas atteint les phases de "désespoir" et de "capitulation".  Peut-être ne serons-nous pas obligés de passer par ces phases … ?   Néanmoins, mes indicateurs semblent montrer un sentiment de peur d’un niveau jamais atteint depuis le début de ce bear market.

V.    Optimisme des analystes et normalité des résultats des entreprises


1.    Prévision des bénéfices (yardeni.com)

Les prévisions des analystes conservent leur trend baissier même si elles semblent toujours optimistes



2. Bénéfices prévus et réalisés, écart par rapport à l’exponentielle de régression



Les bénéfices du S&P500 réalisés jusque 2021 et prévus en 2022 et 2023.  Manifestement, depuis 2021, ils prennent un courbe qui s’écarte de manière exponentiel de leur courbe de régression.  Néanmoins, comme je l’avais exprimé lors des revues précédentes, ces prévisions ne me semblaient pas réaliste et, au cours de ce mois de septembre, elles ont ont été revues à la baisse, ce qui a mécaniquement réduit l’écart par rapport à la moyenne et les projections commencent à devenir un peu moins déraisonnables.   Pour tenir compte de remarques dans une autre file, j’utilise à présent une échelle logarithmique  même si, dans le cas présent, ça ne change rien aux conclusions.

VI.    LIQUIDITES


Le QT se poursuit. 




VII. SMART MONEY


Les insiders (CEO, CFO et actionnaires de + de 10 % de sociétés cotées) sont réputés anticiper les cycles boursiers.  Légère hausse des achats d’insiders par rapport aux ventes mais ils ne semblent pas encore considérer que les sociétés qu’ils gèrent soient actuellement proposées à prix d’aubaine.

Dernière modification par Louis Pirson (01/10/2022 16h39)


"Il faut être cupide quand les autres sont craintifs, et craintif quand les autres sont cupides." W. Buffett

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #220 01/10/2022 18h23

Membre (2016)
Réputation :   25  

Louis Pirson a écrit :

4. "Buffet Indicator" (capitalisation boursière US / (PIB+bilan Fed) : 106,3 %

Je comprends l’idée de corriger le Buffet Indicator de l’action de la FED mais ce n’est pas réalisé de la bonne manière selon moi.
On vient additionner au dénominateur le PIB qui est un flux avec le bilan de la FED qui est un stock. C’est mélanger les torchons et les serviettes.

Une formule plus juste serait (capitalisation boursière US - bilan Fed) / PIB

Un autre solution serait de rajouter la variation (augmentation ou diminution) du bilan de la FED au PIB.

Hors ligne Hors ligne

 

#221 01/10/2022 18h41

Membre (2010)
Top 10 Année 2022
Top 20 Portefeuille
Réputation :   300  

ESTP

Oui, je suis parfaitement d’accord avec votre raisonnement.  Je vais prendre le temps de  corriger la présentation des données de gurufocus.


"Il faut être cupide quand les autres sont craintifs, et craintif quand les autres sont cupides." W. Buffett

Hors ligne Hors ligne

 

#222 03/10/2022 19h14

Membre (2010)
Top 10 Année 2022
Top 20 Portefeuille
Réputation :   300  

ESTP

Aujourd’hui, achat d’actions Teladoc pour la partie "disruption" et création d’une ligne Carlotz et une autre d’Universal Stainless and Alloy Products pour la partie "small cap value".


"Il faut être cupide quand les autres sont craintifs, et craintif quand les autres sont cupides." W. Buffett

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #223 05/10/2022 08h40

Membre (2010)
Top 10 Année 2022
Top 20 Portefeuille
Réputation :   300  

ESTP

En schématisant, on peut dire que la valeur d’un marché d’actions dépend essentiellement de 2 paramètres :

1. le taux d’intérêt servant à actualiser les profits
2. les profits

Avec le ralentissement économique américain, le marché semble (provisoirement ?) soulagé du côté des taux et anticipe le fait que la Fed ne tiendra pas sa "promesse" (menace ?)  de poursuivre sa politique hawkish à coup de violentes hausses des taux.

Aujourd’hui, la valorisation du marché semble indiquer qu’il hésite entre 2 scenarii :

soit la Fed réussit son pari et parvient à réaliser un soft landing, c’est-à-dire à briser l’inflation sans créer de récession ou au prix d’une très faible récession.  Ce serait évidemment le scénario idéal et il est probable que les cours repartiront alors durablement à la hausse (sauf cygne noir du type "faillite du Crédit Suisse" ou "ouverture de la boîte de Pandore nucléaire" évidemment).

soit la Fed réussit à briser l’inflation mais au prix d’une récession "pas faible" du tout

Si on part sur le 2e scenario (qui est celui qui me semble le plus probable même si le 1er n’est pas impossible), cet article de DA Davidson me semble intéressant. 

L’auteur a notamment étudié l’évolution des bénéfices du S&P500 durant les 10 dernières périodes de récession aux US.

En résumé, toutes ont entraîné une baisse des profits moyens qui a varié de 4,6 % en 1980 à 91,9 % en 2009.  La moyenne des baisses a été 29,5 % et, si on fait abstraction des plus "violentes" (2002-2003 et 2008-2009), la baisse moyenne est de 18,7 %



Pour l’année 2022, les analystes anticipent un bénéfice par action pour le S&P500 de 224. Si j’applique pour 2023 une baisse du bénéfice de la moyenne des récessions (en retirant les 2 récessions "extrêmes"), soit 18,7 %, j’obtiens un bénéfice 2023 de 182.  Au cours actuel, le per 2023 serait donc de 20,8, ce qui reste significativement supérieur à la moyenne long terme de 16.

Il faudrait un niveau de 3000 pour ramener le S&P500 à ce ratio.  Valorisation qui ramènerait aussi le price to book à sa moyenne historique de 3.

Il s’agit de mon scenario (c’est-à-dire stabilisation, voire décrue de l’inflation aux USA et récession) mais je souligne aussi que les signes avant-coureurs de récession sont, pour l’heure, peu nombreux et que d’autres scenarii sont tout aussi possibles : soft landing, dérapage de l’inflation, cygnes noirs, …

Dernière modification par Louis Pirson (05/10/2022 08h42)


"Il faut être cupide quand les autres sont craintifs, et craintif quand les autres sont cupides." W. Buffett

Hors ligne Hors ligne

 

#224 05/10/2022 10h21

Membre (2020)
Réputation :   110  

ESTJ

Membre clivant Membre parfois clivant Membre clivant

Est-ce que la forte inflation et l’abondance de liquidités consécutive des plans covid ne change pas la donne par rapport aux autres recessions ?
Il faudrait mettre les chiffres de l’inflation en face des baisses de profits des crises précédentes. En effet en 2008 ou en 2020 avec une inflation quasi nulle il n’y avait aucun risque à sortir ses liquidités du marché, ce n’est à mon sens pas la même chose aujourd’hui. Donc il faudrait plutôt comparer la situation actuelle avec la situation des périodes de forte inflation (années 70 et 80 par exemple).


TdB PEA/CTO Parrainage Ohm Energie Parrainage Boursorama : NIPA2313

Hors ligne Hors ligne

 

#225 05/10/2022 10h37

Membre (2010)
Top 10 Année 2022
Top 20 Portefeuille
Réputation :   300  

ESTP

je pense que le marché, à moyen terme, arbitre entre les différents supports nonobstant le niveau d’inflation.  Ainsi, aujourd’hui, le marché a le choix entre du 4 % annuel certains sur des oblig à 2 ans ou, selon mon hypothèse, une baisse des profits de 18 %.  Le marché pourrait bien être tenté par le 4 % "sûr" parce que, selon moi, on n’est plus dans une situation "TINA" aujourd’hui.


"Il faut être cupide quand les autres sont craintifs, et craintif quand les autres sont cupides." W. Buffett

Hors ligne Hors ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Discussions similaires à "portefeuille d'actions de louis pirson"

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur