Informations À propos…   Chercher Cherchez sur le site, les forums et nos screeners :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies, sans jugement moral, sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

#226 06/10/2022 08h41

Membre (2010)
Top 10 Année 2022
Top 20 Portefeuille
Réputation :   300  

ESTP

Je reviens sur l’idée actuelle sur le marché que "bad news is good news". 

Ainsi, le marché a "fêté" la baisse de l’ISM manufacturier en début de semaine.

Pourtant, selon moi, il convient de sélectionner les "bad news".  Dans une optique strictement d’investissement, certaines "bad news" sont effectivement "good" mais d’autres me semblent réellement "bad".

Si l’ISM manufacturier est en baisse, le marché anticipe un pivot de la Fed plus rapide que ce qu’elle avait annoncé.  C’est possible … mais c’est aussi un signe annonciateur que les chiffre d’affaires des entreprises vont baisser (cfr graphique Yardeni ci-dessous).  Il ne s’agit donc, selon moi, que d’une "demi bonne nouvelle".



Par contre, quand,  comme hier, le nombre d’emploi créé augmente, le marché se dit que c’est une mauvaise nouvelle parce que, tout compte fait, "ptête bin que la Fed va repousser le pivot qu’elle devait avancer" …   Mais je pense qu’il y a une 2e mauvaise nouvelle : si l’emploi est dynamique, les entreprises auront des difficultés à recruter et verront leurs coûts salariaux augmenter fortement pour attirer des talents. 



Bref, selon moi, les 2 infos qui ont influencé la tenue du marché ces derniers jours vont dans une même direction et confirment surtout ce que j’exposais dans mon poste précédent : les attentes globales de profits pour les entreprises du S&P500 me semblent trop élevées. 

Et, par dessus le marché, il serait intéressant de voir, à ce sujet, l’impact d’un dollar fort : le fait qu’il pénalise les entreprises exportatrices US est-il compensé par un abaissement des coûts relatifs des produits d’importation ?


"Il faut être cupide quand les autres sont craintifs, et craintif quand les autres sont cupides." W. Buffett

Hors ligne Hors ligne

 

#227 06/10/2022 11h05

Membre (2020)
Réputation :   110  

ESTJ

Membre clivant Membre parfois clivant Membre clivant

Louis Pirson, le 24/09/2022 a écrit :

un indicateur intéressant pour déterminer le "point bas" ?  Chaque fois que les insiders ont acheté (beaucoup) plus qu’ils n’ont vendu, c’était un bon moment pour entrer sur le marché (novembre 2008, mars 2009, crise de l’euro en août 2011 et flash crash covidien en mars 2020).

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/314_graph19.png

Depuis ce post je regarde régulièrement l’attitude des insiders et je constate que depuis 2j ils vendent beaucoup plus qu’ils n’achètent. Comment interprétez-vous cette attitude ? Ils préparent des cartouches pour une éventuelle capitulation ?


TdB PEA/CTO Parrainage Ohm Energie Parrainage Boursorama : NIPA2313

Hors ligne Hors ligne

 

#228 06/10/2022 11h15

Membre (2010)
Top 10 Année 2022
Top 20 Portefeuille
Réputation :   300  

ESTP

J’aimerais bien savoir … mais je n’ai pas de réponse à tout smile   Je dirais même que je n’ai pas souvent de réponse, juste beaucoup de questions …

Une simple hypothèse : eux-mêmes anticipent aussi une baisse des profits pour les mois qui viennent ?


"Il faut être cupide quand les autres sont craintifs, et craintif quand les autres sont cupides." W. Buffett

Hors ligne Hors ligne

 

#229 07/10/2022 18h18

Membre (2010)
Top 10 Année 2022
Top 20 Portefeuille
Réputation :   300  

ESTP

Si  la plupart de mes indicateurs tendent à me "souffler" que nous ne sommes pas encore aux plus bas, petit-à-petit, des sociétés sous-évaluées apparaissent, ça et là, au gré de mes recherches.

Ce soir, pour le sous-portefeuille "small cap value", constitution de premières positions en

Made.com
Allied Esport Entrtainment
Vislink Technologies
Vera Bradley
Sunlink Health Systems
Lucira Health
Emcore Corporation

pour le sous-portefeuille "disruption", achat d’un 1er lot de Okta


"Il faut être cupide quand les autres sont craintifs, et craintif quand les autres sont cupides." W. Buffett

Hors ligne Hors ligne

 

#230 09/10/2022 20h24

Membre (2020)
Top 10 Année 2022
Top 20 Portefeuille
Réputation :   238  

Louis Pirson, le 06/10/2022 a écrit :

1) mais c’est aussi un signe annonciateur que les chiffre d’affaires des entreprises vont baisser
2) si l’emploi est dynamique, les entreprises auront des difficultés à recruter et verront leurs coûts salariaux augmenter fortement pour attirer des talents. 
3) les attentes globales de profits pour les entreprises du S&P500 me semblent trop élevées.

1) D’après le graphique, c’est la croissance du CA qui ralenti, mais le CA ne baisse pas encore.
2) Les chiffres du chômage sont contradictoire avec le discours des entreprises, surtout la tech dont de nombreuses entreprises ont annoncé geler les recrutements (Meta Alphabet, Tesla…). Il y a peut être un lag entre les prémices de la récession et l’effet sur les chiffres de l’emploi.
3) Avez vous suffisamment pis en considération l’effet prix lié à l’inflation ? La récession a venir aura clairement un impact sur les volumes, mais je pense que vous sous-estimez l’effet prix.
Je vous conseille de regarder la dernière vidéo de Synapses avec Stéphane Deo (Ostrum AM) de grande qualité et qui aborde ce thème.


し①√€$Ţノ$$€Ц尺. Parrain Bitpanda, Boursorama (code DAHE7916) et Degiro

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #231 09/10/2022 22h01

Membre (2010)
Top 10 Année 2022
Top 20 Portefeuille
Réputation :   300  

ESTP

l1vestisseur a écrit :

1) D’après le graphique, c’est la croissance du CA qui ralenti, mais le CA ne baisse pas encore

Les profits sont formés par :

1. Les volumes vendus
2. Le taux de marge nette

Un volume de vente qui stagnent et des taux de marge nette qui baissent suffisent pour faire chuter les bénéfices.  Et, opinion personnelle,  je pense que ça va arriver  …

l1vestisseur a écrit :

2) Les chiffres du chômage sont contradictoire avec le discours des entreprises, surtout la tech dont de nombreuses entreprises ont annoncé geler les recrutements (Meta Alphabet, Tesla…). Il y a peut être un lag entre les prémices de la récession et l’effet sur les chiffres de l’emploi

Je pense l’avoir déjà exprimé : généralement,  la hausse du chômage est un indicateur retardé : le chômage augmente après que les profits aient commencé à baisser.  Je sais "cette fois,  c’est différent " … comme à chaque fois qu’il a fallu gommer des excès…

l1vestisseur a écrit :

) Avez vous suffisamment pis en considération l’effet prix lié à l’inflation ? La récession a venir aura clairement un impact sur les volumes, mais je pense que vous sous-estimez l’effet prix.
Je vous conseille de regarder la dernière vidéo de Synapses avec Stéphane Deo (Ostrum AM) de grande qualité et qui aborde ce thème.

Depuis la 2e guerre mondiale,  l’inflation est montée à 5 reprises au-delà de 5 % (aux usa). A chaque fois,  il a fallu une récession pour ramener l’inflation à  un niveau normal  et chaque récession a  entraîné une baisse des profits.

Je sais : "cette fois, c’est différent " smile


"Il faut être cupide quand les autres sont craintifs, et craintif quand les autres sont cupides." W. Buffett

Hors ligne Hors ligne

 

#232 10/10/2022 11h16

Membre (2010)
Top 10 Année 2022
Top 20 Portefeuille
Réputation :   300  

ESTP

Achat à l’instant d’une 1ere position en N Brown Group pour le sous-portefeuille "small cap value"


"Il faut être cupide quand les autres sont craintifs, et craintif quand les autres sont cupides." W. Buffett

Hors ligne Hors ligne

 

#233 10/10/2022 12h47

Membre (2011)
Top 10 Invest. Exotiques
Top 20 Crypto-actifs
Réputation :   230  

Louis Pirson, le 09/10/2022 a écrit :

l1vestisseur a écrit :

Je sais : "cette fois, c’est différent " smile

De mon expérience, ce n’est jamais différent mais en même temps ce n’est jamais pareil wink

Une chose m’interpelle dans cette crise et les prévisions de récession : la taille de certains carnets de commandes. Par exemple, pour Manitou, Haulotte ou Trigano. J’entends aussi que les délai des constructeurs automobiles sont très longs. Pour schématiser : si des pans entiers de l’économie ont un an de commandes en réserve là où en temps normal ils avaient 3 mois, est-ce que cela ne va pas amortir la récession (et donc les pertes d’emploi) ? En 2008, les carnets de commandes n’étaient pas aussi pleins il me semble.

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1    #234 10/10/2022 13h09

Membre (2010)
Top 10 Année 2022
Top 20 Portefeuille
Réputation :   300  

ESTP

Okavongo a écrit :

Une chose m’interpelle dans cette crise et les prévisions de récession : la taille de certains carnets de commandes.

oui, c’est précisément une des causes de l’inflation.  Il y a d’une part les impressions de pq des banques centrales et d’autre part la "rareté de tout".

Okavongo a écrit :

En 2008, les carnets de commandes n’étaient pas aussi pleins il me semble.

Je ne pense pas que ce que nous vivons ressemble à 2008.  Je dirais plutôt que nous vivons un mélange d’exubérance irrationnelle de 2000, de choc énergétique de 73-74 et de "choc Volcker" 1980-81.  Un peu des 3 en moins un peu moins excessif.

Pour illustrer mon propos dans le message précédent, un petit graphique trouvé au hasard de mes pérégrinations sur le web.  Je ne sais pas s’il est fiable mais il illustre bien ce que je veux exprimer : la longueur du cycle après un resserrement monétaire pour que les "choses rentrent dans l’ordre" et le passage "obligé" par une "vraie" récession.



Trouvé ici

Dernière modification par Louis Pirson (10/10/2022 13h14)


"Il faut être cupide quand les autres sont craintifs, et craintif quand les autres sont cupides." W. Buffett

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+1]    #235 11/10/2022 15h07

Membre (2010)
Top 10 Année 2022
Top 20 Portefeuille
Réputation :   300  

ESTP

Louis Pirson, le 09/10/2022 a écrit :

l1vestisseur a écrit :

) Avez vous suffisamment pis en considération l’effet prix lié à l’inflation ? La récession a venir aura clairement un impact sur les volumes, mais je pense que vous sous-estimez l’effet prix.

Depuis la 2e guerre mondiale,  l’inflation est montée à 5 reprises au-delà de 5 % (aux usa). A chaque fois,  il a fallu une récession pour ramener l’inflation à  un niveau normal  et chaque récession a  entraîné une baisse des profits.

Je sais : "cette fois, c’est différent " smile

En réalité, d’après les données que j’ai téléchargé via ce site (attention ! pas https), il y a eu 9 périodes d’inflation supérieure à 5 % annualisée depuis la 2e guerre mondiale et absolument toutes ces périodes ont été suivi d’une période de baisse des profits des entreprises US.  9 fois sur 9 !

J’ai donc toutes les peines du monde à comprendre pourquoi les analystes, malgré des révisions à la baisse, envisagent que cette période d’inflation sera l’exception roll

Dernière modification par Louis Pirson (11/10/2022 15h07)


"Il faut être cupide quand les autres sont craintifs, et craintif quand les autres sont cupides." W. Buffett

Hors ligne Hors ligne

 

#236 11/10/2022 15h55

Membre (2018)
Réputation :   90  

Le CAPE est un ratio ajusté de l’inflation (ainsi que la plupart des datas sur l’historique des earnings per share du S&P 500 qu’on trouve sur le web).

Les profits ont-ils baissé 9 fois sur 9 en valeur nominal ?

Cela a une importance pour envisager une stabilisation des cours des actions par exemple en valeur nominal (même si ces cours baissent en valeur réel).

Hors ligne Hors ligne

 

#237 11/10/2022 17h55

Membre (2010)
Top 10 Année 2022
Top 20 Portefeuille
Réputation :   300  

ESTP

J’ai bien repris les "earnings" non retraités de l’inflation et non les "real earnings" qui ont, quant à eux, bien été retraités de l’inflation.


"Il faut être cupide quand les autres sont craintifs, et craintif quand les autres sont cupides." W. Buffett

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #238 14/10/2022 11h05

Membre (2010)
Top 10 Année 2022
Top 20 Portefeuille
Réputation :   300  

ESTP

Comme d’habitude, en fin de bear market, ce sont les small caps qui sont les plus attractives en termes de "valorisation". 

Pour ma part, c’est effectivement sur ce segment que je trouve ce qui me semble être les plus belles opportunités.




Reste à voir si nous sommes effectivement en fin de bear market …

Pour ma part, même si le rebond hier est assez puissant et que je pense que les résultats des banques vont surprendre positivement dans les 3 ou 4 jours qui viennent (hausse des taux qui leur est favorable, crise immobilière pas suffisamment "mûre" pour entrainer des défauts et sous-estimation traditionnelle des prévisions des analystes pour ce segment de marché), je maintiens mon objectif final pour le S&P500 à 3000.

Mes arguments :

- Per instantané de 16 pour 2023 avec anticipation de baisse des profits comme détaillée ici
- Retour sur la moyenne historique du Price to book (PTB moyen de 3)
- Per de Shiller de 22, ce qui correspond au plus bas de la dernière exubérance irrationnelle précédente (bulle internet)

Ce niveau de 3000 correspondrait au retour du "Buffet Indicator Corrigé"* sous son niveau du plus bas "crise covid" de 95.

C’est le scénario que je privilégie le plus mais il y en a un tas d’autres qui sont tout aussi cohérent.  Peut-être d’ailleurs que le point bas a été réalisé hier même si, perso, je trouve que le marché n’a pas encore été suffisamment "assaini" pour repartir durablement de l’avant.

* j’ai corrigé le Buffett Indicator de Gurufocus pour tenir compte des remarques de Fallout

Les nouveaux repères sont :

Repères :

Plus bas crise covid (mars 2020) : 95,8 %
Plus bas crise de l’euro (août 2011) : 57,7 %
Plus bas crise des subprimes (mars 2009) : 37,5 %
Plus bas éclatement bulle internet (septembre 2002) : 64,5 %
Début du grand bull market 1982-2000 (août 1982) : 31,16 %

Aujourd’hui, le ratio corrigé est à 110,4 % et une baisse des marchés à "S&P500 à 3000" amènerait le ratio à 87,1 %


"Il faut être cupide quand les autres sont craintifs, et craintif quand les autres sont cupides." W. Buffett

Hors ligne Hors ligne

 

#239 14/10/2022 18h49

Membre (2010)
Top 10 Année 2022
Top 20 Portefeuille
Réputation :   300  

ESTP

Renforcement de ma ligne Draftking pour le sous-portefeuille "disruption"
Constitution d’une ligne Marin Software pour le sous-portefeuille "small cap value"
Constitution d’une ligne Mammoth Energy pour le sous-portefeuille "small cap value"
Constitution d’une ligne Shpaeways Holding pour le sous-portefeuille "small cap value"

Dernière modification par Louis Pirson (14/10/2022 19h18)


"Il faut être cupide quand les autres sont craintifs, et craintif quand les autres sont cupides." W. Buffett

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #240 17/10/2022 20h17

Membre (2010)
Top 10 Année 2022
Top 20 Portefeuille
Réputation :   300  

ESTP

Depuis 3 jours, les marchés courent en tous sens comme une poule sans tête.  Face à ces mouvements erratiques, j’ai deux attitudes :

1.  en tant qu’investisseurs "value", je tente de profiter de cette volatilité pour acheter des sociétés décotées et, précisément, depuis début octobre, je commence à en trouver.  Non seulement, je peux enfin procéder à des achats de "bonnes vieilles daubasses" mais, de plus, ma watch list est bien garnie.

Ce soir, j’ai encore acheté trois positions pour le sous-portefeuille "small cap value" : Advanced Emission Solutions, Unifi et Velan.   

2. en tant qu’investisseur n’ayant plus beaucoup de possibilité de faire du DCA, je tente de comprendre où nous en sommes dans cette correction. 

Quelques indices pour ce faire …

D’abord mes indicateurs de sentiments "rapides"

 :

EPCR 5 jours à 0,76 (plus bas que le "pic" du 29/09 à 0,85 et loin des sommets atteints lors des précédents marchés baissiers)

Vix à un maximum de 34 mercredi dernier et à 30 en ce moment (un léger "stress" mais inférieur aux plus haut du présent marché baissier et loin des plus haut des sommets atteints lors des précédents marchés baissiers)

ratio JNK/TLT à 0,90 et 0,88 au "pire" de la semaine dernière.  Toujours largement au-dessus de la droite de régression.

Bref, les indicateurs de sentiments me laissent penser que nous n’avons toujours pas connu l’épisode de capitulation que j’estime nécessaire pour marquer la fin du marché baissier.

le momentum relatif sur un an de l’investissement sur marge


Il s’agit d’un indicateur assez fiable pour déterminer les retournements de marchés.  Yardeni nous fournit régulièrement le graphique mis à jour.  On peut voir sur le graphique ci-dessous que l’indicateur a déjà accompli une bonne partie du chemin mais il n’est pas encore au niveau des plus bas des deux bear market 2000-2002 et 2008-2009.  Et le moment où il se retourne à la hausse est souvent un bon moment pour rentrer sur le marché.  Bref, là aussi, j’ai l’impression qu’on n’est pas encore arrivé au bottom.



Bref, si les valos de quelques micro-caps m’incitent à acheter (presque) frénétiquement, l’absence de signal tangible de fin de baisse me fait investir à la manière des chats : avec prudence, une patte en avant et l’autre sur le recul.


"Il faut être cupide quand les autres sont craintifs, et craintif quand les autres sont cupides." W. Buffett

Hors ligne Hors ligne

 

[+5]    #241 20/10/2022 17h24

Membre (2010)
Top 10 Année 2022
Top 20 Portefeuille
Réputation :   300  

ESTP

Je reposte le graphique ci-dessous avec les dernières données disponibles. 

2 enseignements à mon avis :

1. Comme déjà relevé, le graphique nous démontre que l’année 2021 fut bien une année "bullesque" en bourse puisque l’indice S&P500 a marqué une grosse divergence haussière par rapport au volume transporté par camion aux USA (la divergence précédente avait eu lieu en 2000 en pleine "exubérance irrationnelle).  La correction actuelle n’a pas encore permis à l’indice boursier de rejoindre l’indice "Truck Tonnage". Un retour sur 3000 pts (bizarrement, l’objectif de baisse supplémentaire que je me suis fixé) marquerait un retour à la normale.

2. Pour le moment, l’indice "Truck Tonnage" ne semble pas "se tasser" et donc, à ce jour, comme d’autres indicateurs, n’annonce, de mon point de vue, pas de récession imminente.

Dernière modification par Louis Pirson (20/10/2022 17h27)


"Il faut être cupide quand les autres sont craintifs, et craintif quand les autres sont cupides." W. Buffett

Hors ligne Hors ligne

 

#242 21/10/2022 17h05

Membre (2010)
Top 10 Année 2022
Top 20 Portefeuille
Réputation :   300  

ESTP

Achat pour le sous-portefeuille "disruption" d’un premier lot d’actions META, la seule des GAFAM que j’estime proposée à un prix, sinon bon marché, à tout le moins  raisonnable

Dernière modification par Louis Pirson (21/10/2022 17h06)


"Il faut être cupide quand les autres sont craintifs, et craintif quand les autres sont cupides." W. Buffett

Hors ligne Hors ligne

 

#243 21/10/2022 18h07

Membre (2020)
Top 10 Année 2022
Top 20 Portefeuille
Réputation :   238  

Bon choix Meta à 13,5x les profits 2022. Mais je pense qu’Alphabet a plus de potentiel avec un beta plus faible, même si c’est un peu plus cher (19,5x les profits).
Avec Meta il me semble y avoir beaucoup plus d’incertitude à moyen terme et un moat plus faible.


し①√€$Ţノ$$€Ц尺. Parrain Bitpanda, Boursorama (code DAHE7916) et Degiro

Hors ligne Hors ligne

 

[+4]    #244 21/10/2022 18h48

Membre (2010)
Top 10 Année 2022
Top 20 Portefeuille
Réputation :   300  

ESTP

REVUE DU S&P500 21/10/2022


(EN PRINCIPE, JE RÉDIGE CETTE REVUE TOUTES LES 3 SEMAINES)

PREAMBULE


Ce qui est exposé ci-après représente une "mise à plat" de mes réflexions concernant le marché boursier US.  Je ne prétends absolument pas définir l’orientation du marché et, d’ailleurs, pour mes propres opérations boursières, je peux parfois prendre le contrepied de ce qui est présenté ci-dessous.

La principale utilité de ce travail est de poser des garde-fous qui m’éviteraient de prendre des décisions trop radicales en nuançant la vision que l’indécrottable bull que je suis depuis toujours pourrait avoir.

Enfin, je rappelle que je suis un investisseur "value" qui, s’il trouve des opportunités, les achètera quelles que soient les conditions de marché.  Je ne peux plus pratiquer le DCA car l’épargne sur mes revenus professionnelles est devenue symbolique par rapport à la taille de mon patrimoine.  Des investissements réguliers n’ont plus beaucoup d’impact pour permettre de "moyenner".  De là découle mon obligation de tenter de "timer" un tant soit peu le marché.

Je commence par les conclusions afin de faciliter la lecture, le détail et les explications se trouvent à la suite.

EN RESUME


Tendance de marché LT : bearish
Récession : neutre
Valorisation du marché : bearish (anciennement : neutre)
Sentiment du marché : neutre (anciennement, légèrement bull)
Sentiment des analystes : légèrement bearish
Bilan de la Fed : bearish
Smart Money : neutre

Les indicateurs économiques de ces 3 dernières semaines restent excellents (à l’exception de l’inquiétante et durable inversion de la courbe des taux). 

Contrairement à ce que j’avais estimé précédemment, une récession ne me semble pas imminente.

Par contre, revers de la médaille, les risques inflationnistes aux US ne me semblent pas du tout écartés en raison de la situation de plein emploi qui perdure envers et contre les hausses de taux de la Fed.

Les valorisations générales restent délirantes (dans une remise en perspective historique) mais, en cherchant, quelques opportunités apparaissent parmi les micro caps.

I.    TENDANCE DU MARCHE


Marché baissier  : le seul outil que j’utilise pour déterminer si nous sommes en marché haussier ou baisier sont les placements des moyennes mobiles à 50 et à 200 jours.  Quand la MM50 se situe au-dessus de la MM200, nous sommes en marché haussier.  Quand elle se situe en dessous, nous sommes en marché baissier.  Ca ne signifie pas que j’achète ou je vends en fonction de ce critère, ça signifie juste qu’il faut éviter de prendre des positions franches contre la tendance.  Ce qui n’empêche pas de se montrer raisonnablement contrarian comme en mars 2002 ou en novembre 2008.

Aujourd’hui, la MM50 se situe sous la MM200.  De mon point de vue, nous sommes toujours en marché baissier. (inchangé par rapport au 30/09/2022)

II.    RECESSION ?


1. Courbe des taux : l’inversion de la courbe des taux 2 ans et 10 ans a toujours été annonciatrice d’une récession dans les 6 à 18 mois (oui, je sais, c’est vague :-) ).

Ce phénomène a eu lieu 2 fois en 2022, une première fois, brièvement, le 1er avril et durablement depuis le 5 juillet.  La courbe se redresse depuis un mois mais est toujours en zone négative.  Ca situerait un début de récession entre le 1er octobre 2022 et le 5 janvier 2024 (oui, je sais, c’est encore plus vague 😊 ) (inchangé par rapport au 30/09/2022)

2. Demandes initiales de chômage :  Si on excepte la récession et le chômage de mars 2020 volontairement créés par les pouvoirs publics, on constate que les récessions commencent toujours APRES que les demandes initiales de chômage aient commencé à augmenter.

Après une hausse relativement importante le 2Q2022, elles ont commencé à décroître le 16/07.  La décroissance se poursuit et même de manière assez vigoureuse.  Je dois avouer que je ne m’y attendais pas : le marché du travail me semblait tellement tendu qu’il me semblait qu’une augmentation du taux de chômage était la seul suite logique. (inchangé par rapport au 30/09/2022)

3. Total des heures travaillées : chaque récession depuis 60 ans a débuté avec une diminution des heures totales travaillées aux US.  Les chiffres T3 ne sont pas encore dispo.

4. Heures prestées en travail intérimaire

Lors des derniers marchés baissiers, la courbe des heures prestées en intérim prenait une tendance baissière quand le marché était toujours haussier et elle a permis d’anticiper les bears markets.  La courbe du travail intérimaire poursuit sa courbe ascendante et n’annonce, pour l’heure, aucun ralentissement économique.



III.    VALORISATION DU MARCHE AMERICAIN


1. Price to book : 3,67

Repères :

Moyenne 2000-2022 : 2,95
Plus bas crise covid (mars 2020) : 2,92
Plus bas crise de l’euro (août 2011) : 1,85
Plus bas crise des subprimes (mars 2009) : 1,78
Plus bas éclatement bulle internet (septembre 2002) : 2.43

2. PER de Shiller : 27,11

Repères :

Moyenne 2000-2022 : 26,99
Plus bas crise covid (mars 2020) : 24,82
Plus bas crise de l’euro (août 2011) : 19,70
Plus bas crise des subprimes (mars 2009) : 13,32
Plus bas éclatement bulle internet (septembre 2002) : 21,96

Plus bas 1ere guerre du golf (octobre 1990) : 14,82
Plus bas « choc Volker » (aout 1982): 6,64
Plus bas stagflation année 70 et choc pétrolier (décembre 1974) : 8,29

3. Prime de risque (per de Shiller inversé – taux des t-bond 10 y) : -0,55 %

La prime de risque est au plus bas depuis octobre 2007.  Le marché donne l’impression de penser que la hausse des taux longs n’est pas durable. 

Repères :

Moyenne 2000-2022 : 0,70 %
Plus bas crise covid (mars 2020) : 3,20 %
Plus bas crise de l’euro (août 2011) : 2,12 %
Plus bas crise des subprimes (mars 2009) : 1,78 %
Plus bas éclatement bulle internet (septembre 2002) : 0,61 %

4. "Buffet Indicator"
( corrigé pour tenir compte des remarques de Fallout)
(capitalisation boursière US - bilan Fed / PIB) : 110 %

Repères :

Plus bas crise covid (mars 2020) : 95.8 %
Plus bas crise de l’euro (août 2011) : 57.7 %
Plus bas crise des subprimes (mars 2009) : 37.5 %
Plus bas éclatement bulle internet (septembre 2002) : 64.5 %
Début du grand bull market 1982-2000 (août 1982) : 31,16 %

Conclusions : De mon point de vue, les marchés restent surévalués.  Ce ne sont pas encore des prix d’aubaine, une période de longue récession et/ou stagflation et/ou hyperflation ne me semble pas encore pricée mais l’exubérance irrationnelle de 2021 semble, en grande partie, gommée.

IV.    PSYCHOLOGIE DES INVESTISSEURS


1. Ratio S&P500/WTI : 43.53

L’économie est de l’énergie transformée, quand le pétrole est cher (la courbe brune vers le bas) par rapport aux actions, on anticipe un ralentissement futur et donc le marché n’est pas trop euphorique.  Pour le moment, le niveau du ratio est relativement élevé mais il se trouve depuis presque 2 ans dans un canal descendant.

Moyenne 2000-2022 : 34,47
Plus bas crise covid (mars 2020) : 86,95
Plus bas crise de l’euro (août 2011) : 14,90
Plus bas crise des subprimes (mars 2009) : 17,57
Plus bas éclatement bulle internet (septembre 2002) : 26,77
Plus bas marché baissier actuel (28/06): 34,22

2. Ratio S&P500/Gold : 2,24

Quand l’or est chère, les investisseurs ont peur et privilégie la sécurité.  Le marché n’est alors pas trop euphorique. Le ratio reste proche de sa moyenne historique n’indiquant ni crainte de l’avenir, ni confiance aveugle pour le futur.

Repères

Moyenne 2000-2022 : 2,11
Plus bas crise covid (mars 2020) : 1,62
Plus bas crise de l’euro (août 2011) : 0,68
Plus bas crise des subprimes (mars 2009) : 0,75
Plus bas éclatement bulle internet (septembre 2002) : 2,52
Plus bas marché baissier actuel (16/06) : 1,98

3. Ratio S&P500/consummer staples (comparaison de l’évolution du S&P500 avec le secteur le plus défensif de la quote, le secteur des produits de consommation de base (parmi les poids lourds de ce secteur, on trouve Procter and Gamble, Coca Cola, Pepsico, Walmart, Costco, Philip Morris, …) : 5,38

Repères

Moyenne 1998-2022 : 4,78
Plus bas crise covid (mars 2020) : 5,06
Plus bas crise de l’euro (août 2011) : 4,03
Plus bas crise des subprimes (mars 2009) : 3,54
Plus bas éclatement bulle internet (septembre 2002) : 4,13
Plus bas marché baissier actuel (16/05) : 5,17

4. Ratio junk bonds/obligations sans risque (attrait du risque) : 0,85

Repères :
Moyenne 2007-2022 : 0,97
Plus bas crise covid (mars 2020) : 0,51
Plus bas crise de l’euro (août 2011) : 0,86
Plus bas crise des subprimes (mars 2009) : 0,75
Plus bas marché baissier actuel (04/03) : 0,73



5. EPCR 5 jours (mesure le rapport entre les options put et les options call) : 0,73

Plus haut atteint depuis le début de ce marché baissier (29/09) : 0,85

Repères :

Plus haut crise de l’euro : 0.93
Plus haut crise du covid : 1.05

Marché baissier 2008-2009 :
Pic le 22/01/08 : 0,93
Pic 17/03/09 : 1.01
Pic 16/07/08 : 0.91
Pic 17/09/08 : 0.97
Pic 10/10/08 : 0.98
Pic 21/11/08 : 1.01
Pic 16/01/09 : 0.95
Pic 23/02/09 : 0.88
Pic 06/03/09 : 0.84

6. Vix : 29,60

Plus haut atteint depuis le début de ce marché baissier (07/03)  : 36,45

Le plus haut atteint cette semaine a été de 34.88, toujours sous le plus haut YTD.  Le marché est certes volatil mais il se situe toujours significativement sous les niveaux de "panique totale".

Repères :

Plus haut crise covid (mars 2020) : 66,04
Plus haut crise de l’euro (août 2011) : 43,05
Plus haut crise des subprimes (novembre 2008) : 79,13
Plus haut éclatement bulle internet (septembre 2002) : 42,66

7. Pourcentage d’actions dont le cours se situe au-dessus de sa moyenne mobile à 200 jours : 24,20 %
Plus bas atteint au cours de ce marché baissier : 15,57 % (le 16/06)

Repères :

Plus bas crise du covid : 10,2 %
Plus bas crise de l’euro : 14,9 %
Plus bas crise des subprimes : 7,1 %
Plus bas éclatement bulle internet : 25,2 %
Plus bas atteint depuis le début de ce marché baissier : 18 %

Conclusions : même au pire moment de ce marché baissier, on n’a manifestement pas atteint les phases de "désespoir" et de "capitulation".  Peut-être ne serons-nous pas obligés de passer par ces phases … ?   Le moment de "léger stress" relevé fin septembre semble passé. 

V.    Optimisme des analystes et normalité des résultats des entreprises


1.    Prévision des bénéfices (yardeni.com)

Les prévisions des analystes conservent leur trend baissier même si elles n’anticipent toujours pas une baisse des profits



2. Bénéfices prévus et réalisés, écart par rapport à la moyenne



Les bénéfices du S&P500 réalisés jusque 2021 et prévus en 2022 et 2023.  Manifestement, depuis
2021, ils prennent un courbe qui s’écarte de manière exponentiel de leur moyenne. 

Néanmoins, comme je l’avais exprimé lors des revues précédentes, ces prévisions ne me semblaient pas réaliste et, au cours de ce mois de septembre, elles ont ont été revues à la baisse, ce qui a mécaniquement réduit l’écart par rapport à la moyenne et les projections commencent à devenir un peu moins déraisonnables. Il sera intéressant de refaire le point dans 3 semaines quand les résultats Q3 et commentaires des direction auront permis d’affiner les résultats 2023 


VI.    LIQUIDITES


Le QT se poursuit.




VII. SMART MONEY


Les insiders (CEO, CFO et actionnaires de + de 10 % de sociétés cotées) sont réputés anticiper les cycles boursiers.  Ces derniers jours, les insiders semblent paralysés : ils n’achètent ni ne vendent. Comme expliqué dans autre message, c’est lorsque les achats sont significativement au-dessus des ventes qu’un signal d’achat apparait.



Vu que je n’ai pas la possibilité d’écrire un nouveau message, je réponds ici @l1vestisseur

L1vestisseur a écrit :

Bon choix Meta à 13,5x les profits 2022. Mais je pense qu’Alphabet a plus de potentiel avec un beta plus faible, même si c’est un peu plus cher (19,5x les profits).
Avec Meta il me semble y avoir beaucoup plus d’incertitude à moyen terme et un moat plus faible.

D’après mon modèle de valorisation, le prix actuel pour Meta anticipe une croissance à long terme des free cash flow de 8 % et un rendement des capitaux investi de 16 % (moyenne des 7 dernières années : 40 % de croissance des free cash flow et 39 % de ROCI)

Suivant le même modèle, pour Alphabet, le prix actuel anticipe une croissance à long terme de 8 % et un ROCI de 30 % (moyenne des 7 dernières années : 28 % de croissance des FCF et 28 % de ROCI).

Je ne connais pas grand-chose dans les produits que développent chacune de ces deux sociétés ni dans la force de leur avantage concurrentiel.  Manifestement le marché semble plus confiant dans l’avenir d’Alphabet mais, perso, je me sens un peu plus avec le prix payé pour Meta.

Dernière modification par Louis Pirson (23/10/2022 11h12)


"Il faut être cupide quand les autres sont craintifs, et craintif quand les autres sont cupides." W. Buffett

Hors ligne Hors ligne

 

#245 21/10/2022 20h40

Membre (2020)
Réputation :   2  

Bonjour Louis Pirson,

Très interessant, et pourrait-on avoir des liens et sources des graphiques :

- Evolution S&P 500 et emplois intérimaires aux US.
J’ai effectué des recherches en langue anglaise mais je n’ai rien déniché de probant.

- Truck Tonnage Index et S&P500.
J’ai déniché des liens et des graphiques interessants, mais l’historique est moins longue que sur votre graphique.

Hors ligne Hors ligne

 

#246 21/10/2022 23h03

Membre (2010)
Top 10 Année 2022
Top 20 Portefeuille
Réputation :   300  

ESTP

Toutes ces données proviennent de yahoo, investing ou de la Fed de St Louis.


"Il faut être cupide quand les autres sont craintifs, et craintif quand les autres sont cupides." W. Buffett

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #247 22/10/2022 06h28

Membre (2021)
Réputation :   18  

ESTJ

J’avais fait des recherches concernant le marché de l’intérimaire en France pour évaluer le secteur.

a écrit :

Fin août 2022, 775 400 personnes occupent un emploi intérimaire (données provisoires, corrigées des variations saisonnières), soit une baisse de 1,7 % (–13 600 intérimaires) par rapport au mois précédent. Il s’agit du septième mois consécutif de baisse, le repli s’accentuant par rapport aux trois mois précédents (–5 700 en juillet, soit –0,7 %, –3 600 en juin, soit –0,4 % et –3 200 en mai, soit –0,4 %).

Fin août 2022, l’emploi intérimaire est en hausse de 2,0 % sur un an (soit +15 000 intérimaires)

Évolution à surveiller !


Je n’y crois pas c’est merveilleux !

Hors ligne Hors ligne

 

#248 22/10/2022 11h22

Membre (2021)
Réputation :   1  

Bonjour
@Louis Pirson

Aujourd’hui, la MM50 se situe sur la MM200.  De mon point de vue, nous sommes toujours en marché baissier. (inchangé par rapport au 30/09/2022) a écrit :

Vous expliquez que vos indicateurs pour déterminer la tendance du marché sont la MM50 et la MM200 ; si le premier se situe au-dessus du second le marché est haussier.
Mais je n’arrive pas à décoder la phrase ci-dessus. Je comprends que vous voulez dire "MAIS de mon point de vue…." Donc en fait vous ne croyez pas en l’indicateur que vous utilisez ?

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #249 22/10/2022 14h46

Membre (2010)
Top 10 Année 2022
Top 20 Portefeuille
Réputation :   300  

ESTP

Ce que je veux exprimer,  c’est qu’il ne s’agit que d’un indicateur parmi les 20 que je présente.

Il est aussi probable que je serai full invest avant que cet indicateur n’indique une "golden cross".


"Il faut être cupide quand les autres sont craintifs, et craintif quand les autres sont cupides." W. Buffett

Hors ligne Hors ligne

 

#250 22/10/2022 17h13

Membre (2021)
Réputation :   18  

ESTJ

Bonjour M. Pirson

Vous utilisez une vue hebdomadaire ?

En journalier je trouve que la mm50 du sp500 se trouve en dessous de la m200 depuis fin avril



Je suis entrain de faire évoluer mon process d’investissement et votre démarche pour "sentir" le marché est très intéressante. J’essaie de comprendre chacun de vos indicateurs.
Ou avez vous acquis ces connaissances ? Avez vous des lectures a préconiser ?

un grand merci pour votre partage


Je n’y crois pas c’est merveilleux !

Hors ligne Hors ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Discussions similaires à "portefeuille d'actions de louis pirson"

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur