Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

[+3]    #126 22/08/2020 00h38

Membre (2016)
Top 20 Réputation
Top 10 Portefeuille
Top 5 Actions/Bourse
Top 20 Monétaire
Top 10 Banque/Fiscalité
Réputation :   1295  

@Loophey, au sujet de l’endettement, je n’ai pas de critère strict, et de mon point de vue, une erreur souvent commise est de raisonner en statique : PER à l’instant T sans tenir compte des perspectives de croissance, endettement année N (une année moche en EBITDA type 2020!..) etc. Il faut raisonner en dynamique, en tendance, sur plusieurs années.

Cela ne me dérange pas d’acheter un PER élevé s’il baisse rapidement dans les prévisionnels et que la puissance de la croissance à venir est compréhensible (je n’aurai jamais acheté Claranova sinon).

Même chose pour le leverage. Si une année semble trop leveragée, il faudra regarder qu’est-ce que cela représente en flux de financement sortant par rapport au cash-flow disponible, voir s’il y a des covenants ou un "mur de dettes" à venir. Voir aussi l’évolution de la rotation des stocks et des créances clients. Plus que le chiffre en absolu, à mon sens c’est la dynamique qui reflète davantage l’état du bilan.

Raisonner par secteurs/industries aussi, les REIT sont endettées par nature, on ne va pas comparer leur endettement avec celui de sociétés traditionnelles. Les sociétés de leasing sont aussi fortement leveragées, les sociétés d’ehpad également, car une partie de leur dette est "garantie" par les collatéraux immobiliers qu’elle finance.

On ne rembourse pas les dettes financières avec les capitaux propres, cela n’a éventuellement d’intérêt que pour les nanos caps qui peuvent avoir des covenants type gearing. Dès que l’entreprise rachète ses actions pour les annuler, elle va détériorer son gearing. Regardez le gearing d’Apple, est-ce que ce ratio à une once de pertinence dans ce cas ?



Lisez le cas Energold en lien dans mon précédent message. C’est très instructif. Ni le gearing ni le ratio de liquidité générale ne vous aurait protégé, car le loup était ailleurs. smile

Sans la renier, il me semble nécessaire de prendre de la hauteur sur une stricte application de l’école Graham (ce qu’a fait Buffett) et remettre les choses en perspective, à notre époque avec l’évolution de la comptabilité, des taux d’intérêts et de l’usage du capital par les entreprises cotées.

Dernière modification par bibike (22/08/2020 00h39)


Parrain InteractiveBrokers Boursorama ETPL4810 Degiro Fortuneo 12470190 iGraal eBuyClub RedSFR BSDirect

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #127 01/09/2020 10h23

Membre (2016)
Top 20 Réputation
Top 10 Portefeuille
Top 5 Actions/Bourse
Top 20 Monétaire
Top 10 Banque/Fiscalité
Réputation :   1295  

Opérations de la deuxième quinzaine d’août

24/08/2020 : j’inaugure mon tout nouveau CTO InteractiveBrokers par deux achats.
Le 1er Westell Technologies dont j’ai décris l’opération en détail ici.

Le second, par…

Lopazz sur sa file a écrit :

- Trulieve Cannabis : premier producteur et revendeur de cannabis médical en Floride. Action pas encore cotée sur les marchés US, seulement au Canada ou US via ADR. Beaux résultats, belle croissance, explosera à la hausse lorsqu’elle sera dispo sur Robinhood (thèse : Seeking Alpha).

Étonnamment le titre ne se paie que 9x l’EBITDA 2021e ou 23x les profits (VE/RN plus faible avec le cash) pour une croissance de folie.
Fondamentaux
2020/21/22 en estimé
CA +72%/+33%/+43%
RN -67%/+60%/+94%…
Le tout avec une situation cash nette et une MOP élevée (35 à 40%…)

Le titre n’est pas dispo, ni référencable chez Binck, ni Degiro, il cote au Canada et en OTC aux USA.
Interdit aux institutionnels à cause de la législation US, cela devrait bouger en 2021/2022 d’après cet article ZoneBourse.

03/07/2020 : Trulieve Cannabis Corp. : Une valeur cannabis américaine prometteuse

ZB a écrit :

Aux États-Unis, TCNNF Trulieve Cannabis est l’un des acteurs particulièrement attractifs, et l’un des plus grands MSO (opérateurs multi-états) du pays. La valorisation de Trulieve sur une base EV / EBITDA s’est effondrée au cours des 2 dernières années, mais le cours de l’action est resté relativement stable. Alors que de nombreuses actions technologiques se négocient à des multiples EV / EBITDA de 20x ou plus, TCNNF se négocie à seulement 8x malgré une augmentation de son chiffre d’affaire de +145% l’année dernière.

La rentabilité s’améliore et contrairement à beaucoup de ses pairs dans cette industrie émergente, Trulieve affiche des marges EBITDA supérieures à +40%.

La société, intégrée verticalement, domine le marché du cannabis en Floride et prévoit d’étendre sa présence en Californie et au Massachusetts.

Étant l’une des plus grandes sociétés du secteur aux États-Unis avec une capitalisation boursière de 1,5 milliard de dollars, nous voyons TCNNF comme l’un des grands gagnants lorsque les institutionnels seront "autorisés" à investir les fonds de leurs clients dans le secteur du cannabis, et ce pour deux raisons :

D’une part, Wall Street pourra bien sûr investir dans l’entreprise en direct ce qui boostera sa valorisation.

D’autre part, et c’est là le plus important, une fois le processus de légalisation sur des rails, de nombreux ETF (Exange Traded Fund) « Cannabis valeurs américaines » verront rapidement le jour, et nul doute que Trulieve fera non seulement partie des valeurs sélectionnées dans chaque ETF, mais sera en plus dans le haut du panier en termes de pondération.

17/06/2020 : Cannabis : vers un retournement de tendance long-terme pour le secteur ?

J’ai acheté quelques titres à 20.30 USD pour tester mon CTO mais je compte développer ma position.

26/08/2020 : Renforcement de Jacques Bogart, déjà évoquée ici et dont une file vient d’être ouverte sur le forum.

27/08/2020 : Vente de mes ETF Australia. L’indice est remonté proche de ses plus hauts du début d’année (restait +18% pour atteindre le plus haut), le pays reconfine depuis le 24/08, les indices US sont au plus haut, ma vente s’apparente à du market timing. Cela me permet de déleverrager mon CTO Degiro qui est à bloc de mon autorisation de marge à 1.3 (reflet de la "non qualité" du portefeuille), je redescends à 1.23 avec cette vente, cela évitera un appel de marge comme en mars si la rentrée se gâte.

Achat d’Itesoft à 3.04 €, une idée présentée par oliv. Décote sur les multiples historiques alors que le fondamental s’améliore avec de plus en plus de CA récurrent avec la transition vers un modèle SaaS.

Dans l’aéronautique, je me traine toujours Air France, acheté avant le COVID, j’hésite à changer de place dans la chaine de valeurs, avec des acteurs comme Rolls-Royce ou AERCap, discutée sur le forum et qui me semble moins beaucoup risquées.

En termes de performance, à fin août mon portefeuille global est à -4.6% sur 2020 plombé par mes quelques foncières et plus généralement mon CTO Degiro (contre -0.8% sur le CW8). L’effet devise des titres en dollars est très important cette année.

Mes deux plus grosses positions sont Claranova et SergeFerrari, Claranova commence à se revaloriser gentillement depuis le CA annuel mi août, SEFER creuse son trou sous les capitaux propres, il faudra être plus patient.

Pour la 4ème année sur 5 de suivi, mon PEA surperforme le World avec une PV de 5.7% sur 2020. Je devrais être au plafond de versement d’ici la fin de l’année et peut-être inaugurer mon PEA PME l’an prochain.
Initialement ouvert début 2017 pour prendre date, je ne pensais pas que je pourrai l’alimenter si peu d’années après, le COVID et les prêts souscrits à ce moment là auront bien "aidé".


Parrain InteractiveBrokers Boursorama ETPL4810 Degiro Fortuneo 12470190 iGraal eBuyClub RedSFR BSDirect

Hors ligne Hors ligne

 

[+10]    #128 02/01/2021 00h30

Membre (2016)
Top 20 Réputation
Top 10 Portefeuille
Top 5 Actions/Bourse
Top 20 Monétaire
Top 10 Banque/Fiscalité
Réputation :   1295  

Clap de fin sur 2020 (…) et meilleurs vœux à tous !

Dans le détail par portefeuille :



Mon PEA surperforme le World cette année et en cumul sur 4 ans. C’est chouette de pouvoir le faire quasi exclusivement des valeurs françaises, sans techno, ni levier et sans concentration (presque 60 valeurs). C’est sans doute la chance du singe lanceur de fléchettes, mais cela me ravit.

Mon CTO Degiro me plombe une fois encore avec -9% : foncières US + quelques entreprises malades (2 faillites!) + des japonaises en parfaite santé mais à la valorisation japonisement basse + un levier qu’il a fallu réduire au mauvais moment pour respecter les exigences de marge, aucune raison rationnelle de vendre, juste pas le choix car pas d’apport pour compenser à ce moment là….

Mon "bac à sable" Interactive Brokers ouvert fin août et mis en mouvement fin septembre, fait +110% pour sa naissance smile. Ce n’est pas représentatif de mon potentiel talent de "caïd des bacs à sable" c’est juste le résultat de la concentration qui aurait parfaitement pu être dans l’autre sens (5/6 titres…)… Le broker est top niveau accès aux marchés, + prêt de titres rémunérateur et plutôt généreux sur le levier. Un très bel outil. Espérons que cela ne se dégrade pas en passant sous le pavillon irlandais.

Mon CTO Binck / Saxo est petit et à peu d’intérêt (2 foncières FR actuellement).

Cette étrange année se termine sur une valeur de part globale en augmentation de 21,3% (TRI +35.4%) contre +6,3% pour mon concurrent CW8, 15/16% pour le S&P500 et environ 45% pour le Nasdaq100.

Ce n’est pas mal, cela me permet de rattraper ma mauvaise année 2018 et la sévère correction sur les smalls qui avait sévit sur les marchés parisiens.

C’est d’autant plus agréable, que mon portefeuille n’est pas porté sur les modes du VE, les énergies vertes, la techs US, le SaaS de tout et n’importe quoi, les IPO délirantes etc. N’ayant pas trempé la patte dans le pot de confiture, mon portefeuille me semble bien moins risqué que si j’étais chargé sur ces thèmes aux valorisations incompréhensibles pour moi. Je sais jouer du DCF et du taux d’actualisation mais il y a des limites… wink
Entre un ETF Nasdaq100 en PEA + quelques titres Microsoft, je suis exposé pour 1.5% de mon portefeuille sur la tech US.

La performance de mon portefeuille n’est pas attribuable à une valeur en particulier, mes deux plus grosses pondérations Claranova et SergeFerrari, actuellement à 6% chacune de mon portefeuille, n’ont pas décollé donc mes convictions me pénalisent. ^^

Mention spéciale à Focus Home Interactive à qui je dois la plus importante contribution en € :  la PV latente représente 3% de mon portefeuille… J’ai acheté mes premiers titres en avril à 18.30 €, pyramidé à la hausse depuis… Comme beaucoup de titres.
Une bonne quinzaine de baggers cette année, mais à part ALFOC, les autres sont de micros positions dont l’impact est moindre.

En 2020, j’ai plus que doublé mon exposition aux marchés financiers. J’ai investi cette année plus que le cumul de mes investissements de 2009 à 2019…
Donc, au delà du pourcentage d’évolution de la valeur de part, c’est surtout la variation en euros qui me satisfait cette année.

Elle représente deux ans et demi de revenus salariaux. Même si cela ne sera pas reproductible chaque année, me dire que mon temps passé sur Bourse.com (clin d’oeil à Simouss) m’a permis de gagner plus que le prix auquel j’ai bradé mon temps contre de l’argent est particulièrement réjouissant.
Je ne sais pas combien d’heures j’ai passé sur les marchés financiers cette année, peut-être plus qu’au travail (en comptant les forums…), en tout cas le plaisir est incomparable.

Cette information me laisse songeur, la mécanique des intérêts composés commencent vraiment à avoir un bel effet bien sûr mais c’est surtout le "investir maintenant en masse" plutôt que demain qui a eu un énorme effet cette année.

En empruntant lors du creux de marché et en anéantissant ma capacité d’épargne pour de nombreuses années, j’ai sciemment fait le choix du market timing (que je ne pense pas être capable de faire dans l’autre sens par contre : en sortant du marché). Choix qui me semblait faiblement risqué compte tenu des prix offerts. Je crois que le déclic m’est venu avec Valeo : acheter une telle entreprise sous ses fonds propres, avec le catalogue produits qu’ils ont que ce soit en première ou seconde monte (j’en ai plein le garage et sur mes voitures*…), aussi cyclique que soit l’industrie cela m’a semblé invraisemblable. Un des baggers de l’année d’ailleurs.
*j’ai passé ma formation SFAF avec la femme de Peter Lynch et ses collants Eggs…

Mon portefeuille me semble avoir plus de potentiel de revalorisation que début 2020, mes entreprises sont également plus qualitatives, je me suis séparé de certaines activités qui me semblaient déclinantes à long terme (il y a encore du boulot..), et le marché a également fait le ménage pour moi en me gratifiant de deux faillites, Tailored Brands & CBL, je suis content d’avoir décidé de liquider mes positions à -90% passés, ce que j’ai récupéré s’apparente à des clopinettes mais c’est mieux que le zéro absolu si j’étais resté.

Les clopinettes ça génère aussi des intérêts composés à long terme, il ne faut pas cracher dessus.

Le plus important est de se rappeler le 1er conseil de Buffett qui est "ne pas perdre d’argent" donc éviter au maximum les entreprises qui ont un risque de faillite élevé, soit par la faiblesse de leur structure financière, soit par le déclin structurel de leur activité. Et quand on a malheureusement mis le pied dedans par péché d’optimisme, essayer de récupérer ses orteils, ça peut toujours servir.

C’est dans ses faillites que l’on voit l’oeuvre des crises économiques, les acteurs les plus faibles, qui auraient peut-être dû mettre la clé sous la porte un peu plus tôt, sont mis à terre très rapidement… Malheureusement pour tous leurs partenaires et parties prenantes, bien au delà des actionnaires.

Je vous souhaite une belle année 2021, dans vos vies personnelles surtout et aussi bien sûr dans vos investissements. wink

Dernière modification par bibike (02/01/2021 02h48)


Parrain InteractiveBrokers Boursorama ETPL4810 Degiro Fortuneo 12470190 iGraal eBuyClub RedSFR BSDirect

Hors ligne Hors ligne

 

#129 04/01/2021 11h45

Membre (2016)
Réputation :   86  

Bonjour Bibike,

Possible d’avoir une photo de votre portefeuille complet à date avec le poids de chaque ligne ?

Hors ligne Hors ligne

 

[+4]    #130 07/01/2021 10h06

Membre (2016)
Top 20 Réputation
Top 10 Portefeuille
Top 5 Actions/Bourse
Top 20 Monétaire
Top 10 Banque/Fiscalité
Réputation :   1295  

Bonjour, voici le détail de mon portefeuille au 6 janvier, vendu quelques titres en décembre, il me reste 97* titres (dont 2 ETF).
99 lignes car Unibail 2 fois dans deux enveloppes et même chose pour une daubasse.






Parrain InteractiveBrokers Boursorama ETPL4810 Degiro Fortuneo 12470190 iGraal eBuyClub RedSFR BSDirect

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #131 16/01/2021 17h46

Membre (2016)
Top 20 Réputation
Top 10 Portefeuille
Top 5 Actions/Bourse
Top 20 Monétaire
Top 10 Banque/Fiscalité
Réputation :   1295  

Petit ménage PEA cette semaine.

Vente de :
Axa : PV de 43% (TRI 60%) contre 32.3% (TRI 44%) pour le CW8 depuis l’achat du 06/04/2020
Scor : PV de 43% (TRI 59%) contre 32.3% (TRI 44%) pour le CW8 depuis l’achat du 06/04/2020
Coface : PV de 69% (TRI 117%) contre 19% (TRI 30%) pour le CW8 depuis l’achat du 12/05/2020
Natixis : PV de 45% (TRI 82%) contre 16.5% (TRI 28%) pour le CW8 depuis l’achat du 01/06/2020

Ces 4 titres du secteur bancassurance n’ont pas d’autres catalyseurs (à ma faible connaissance des dossiers) qu’un retour à la moyenne (P/B PE…). L’environnement est toujours peu propice aux financières donc cela peut-être long, le rebond encaissé est déjà satisfaisant. Surtout que les impacts assurantiels de la crise ne sont pas encore pleinement connus.
Elles ont joué leur rôle avec un rendement/rebond supérieur au World.

Elior : PV de 5% seulement (TRI 8%) contre 22% (TRI 35%) pour le CW8 depuis l’achat du 13/05/2020.
L’activité est je pense, durablement touchée, le retour à la normale va prendre des années.

2CRSI : PV de 86% (TRI 139%) contre 19% (TRI 27%) pour le CW8 depuis l’achat du 29/04/2020. Récente IPO, très difficile à valoriser vu de ma fenêtre, autant je pensais à juste titre qu’elle rebondirait bien vu son activité et mon prix d’achat (2.75€), autant maintenant à plus de 5 € au regard des fondamentaux on achète surtout des prévisions de croissance importante et une rentabilité que j’ai du mal à estimer. Je passe la main et reviendrais peut-être un jour.

Achat de Réalités pour environ 3% du portefeuille.
L’entreprise n’est pas évidente à appréhender et mérite plusieurs retraitements : résultats exceptionnels, dettes & équivalents de capitaux propres..… comme cela est précisé sur la file très bien tenue sur ce forum.
Néanmoins l’entreprise semble sur de bons rails avec un newsflow de plus en plus positif : en croissance rentable et change de dimension, le management semble aligné : coupe du dividende en 2020 malgré les besoins de la holding du PDG, rachat des minoritaires au fil de l’eau, 2 AK récentes dont une 100% réservée et souscrite par le management, écoute des plaintes des petits porteurs et séances d’échange organisée exprès pour ces actionnaires…
D’importants projets remportés début décembre pour plus de 200 M€
Guidance CA annuel récemment relevée de 5%.
Plan strat 2024 présenté le 28/01… à suivre.

Achat également d’une petite position UFF pour suivre l’idée de notre ami Jerôme.


Parrain InteractiveBrokers Boursorama ETPL4810 Degiro Fortuneo 12470190 iGraal eBuyClub RedSFR BSDirect

Hors ligne Hors ligne

 

#132 16/01/2021 19h43

Membre (2016)
Top 20 Réputation
Top 5 Portefeuille
Top 20 Actions/Bourse
Top 10 Crypto-actifs
Top 20 Banque/Fiscalité
Top 20 SIIC/REIT
Réputation :   646  

Je suis aussi re-rentré sur Réalités après l’avoir possédée en 2017 et l’avoir revendue au milieu (seulement !) de sa course folle car j’étais déjà content d’avoir doublé ma mise. Ce qui m’a convaincu ce sont les bons chiffres de Nexity qui montrent que malgré la crise la promotion se porte bien.

UFF, je l’ai justement revendue il y a quelques semaines. Je suis parfaitement raccord avec JL sur une fair value à 25€, qui est d’ailleurs ce que je l’avais payée il y a 5 ans, juste pour son rendement. Mais du coup je trouve la prime envisageable par rapport au cours actuel (19€ et des cacahuètes) très faible par rapport au coût d’opportunité d’immobiliser ces fonds, alors qu’il y a dans l’univers PEA pléthore d’actions qui en ont au moins autant sous le pied à court terme. D’autant que le newsflow sera mauvais tant que la situation sanitaire ne s’améliore pas, le recrutement des nouveaux pigeons clients s’accommodant mal de l’absence de face-à-face.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #133 07/02/2021 15h45

Membre (2016)
Top 20 Réputation
Top 10 Portefeuille
Top 5 Actions/Bourse
Top 20 Monétaire
Top 10 Banque/Fiscalité
Réputation :   1295  

Petit ménage patrimonial

La fin janvier est toujours le rendez-vous annuel de la récolte des fruits des fonds euros sur assurance vie.
Je n’ai plus grand chose en fonds euros, et cette année c’est vraiment la sécheresse sur les rendements.
J’ai la bagatelle de 9 contrats en tout.
Je ne souhaite pas les fermer car la plupart ont 8 ans ou presque, ou ont des caractéristiques intéressantes (ETF, actions en direct, SCPI à 100% etc…), on ne sait jamais un jour cela peut servir et peut-être que les fonds euros redeviendront intéressants un jour.

Sur la plupart de ces contrats, je possède le minimum de cash (entre 100 et 1500 € suivant les contrats), 100% fonds euros. A quoi bon garder ces fonds à 1% de rendement à long terme puisque les minimas sur ces contrats bloquent la liquidité de ce cash ?
C’est contre-productif, plus le temps passe pire c’est. Alors autant arbitrer vers des fonds actions avec une vision long terme contrainte.

1) Puissance Selection : désinvestissement de Netissima et Magellan C pour tout mettre sur un ETF iShares Core World (0.2% de frais !). Une bonne manière de se forcer à s’exposer durablement un peu aux bigs caps US, sans avoir la possibilité d’arbitrer avec l’agilité d’un CTO.

2) Monabanq : 100% Netissima, bientôt 7 ans et demi, arbitrage vers Invesco EQQQ NASDAQ-100 UCITS ETF, 0.30% de frais, pas de World dispo, sinon c’était Europe. Obligé de garder les 2€ qui trainent sur Eurossima, bizarre quand d’autres assurances vie permettent le désinvestissement total quelle que soit la somme.

3) MIF : encore en mono support. Le site plante ce jour, J’y reviendrais pour le transformer en multi supports (formulaire papier grrr). A priori seulement 20 UC, pas d’ETF, mais un bonus de 60 € pour la transformation du contrat (sur 100 € investis Waouh) cela m’encouragera à faire la paperasse. Je prendrais sans doute MORGAN STANLEY INVESTMENT FUNDS - US GROWTH FUND A - LU0073232471.

4) Boursorama : j’ai vidé ce que je pouvais pour laisser le k€ minimum sur Euro-exclusif, que j’arbitre vers le même ETF iShares Core World que chez Assurancevie.com.

5) Linxea Avenir : arbitrage vers Lyxor MSCI World Information Technology TR UCITS ETF - C-EUR - LU0533033667 - 0,30%.

6) Altaprofits [email protected] : pas d’ETF dispo, j’ai mis le solde sur STMICROELECTRONICS N.V., ça fait bien longtemps que j’aurais dû me mettre sur les semi-conducteurs, ça reste un pourcentage microscopique de mes actifs. Le contrat n’a qu’un an c’est donc un investissement long terme obligatoire. ^^

7) Mes Placements Liberté : arbitrage vers Amundi Index MSCI World UCITS ETF DR - LU1437016972 - 0,08% de frais (réplication physique). Il faudrait que je recommence début août, aux 3 ans du contrat pour vider le fonds euros LT 2, sinon je dois payer 3% de frais de pénalités avant 3 ans (pour un rendement d’environ 2%…).

Ces 7 arbitrages représentent moins de 2% de mon actif net, cela ne va pas changer grand chose à mon allocation d’actifs, et le couple illiquidité/vision long terme, sera plus cohérent !

A 10, 15, 20 ans ces arbitrages devraient être beaucoup plus rentables que de garder le minimum sur fonds euros pour la simple justification d’avoir une poche obligataire sécurisée mais non liquide. Dommage que je n’y ai pas pensé plus tôt, en 10/15 ans je pourrais multiplier ce capital x2 ou x3 avec un ETF World, alors qu’avec un fonds euros ce serait un exploit de maintenir le pouvoir d’achat de ce cash au niveau de l’inflation. Le pire c’est qu’en doublant le capital cela me permettrait d’avoir accès au rachat partiel au bout d’un moment, chose impossible avec les intérêts composés d’un fonds euros.

Reste mes deux contrats, avec du cash supérieur aux minimas, et ayant servi à demander deux avances au printemps 2020.

8) Ing DIRECT, Ing m’a rappelé vendredi, ils m’enverront un courrier d’ici mi/fin février pour connaitre le coût de l’avance avec le taux 2020.
J’attends le bordereau papier pour rembourser l’avance, impossible de faire en ligne. Le contrat vient de passer 8 ans, donc payer 2.5/3% de financement d’avance pour garder des fonds investis sur un fonds euros (avec une PV latente relative faible et un TMI de 11%) cela n’a pas de sens.
Pour le solde du contrat je vais sans doute faire un rachat partiel maximal après remboursement de l’avance, et voir ce qu’il est possible de faire du solde minimum. Pas d’ETF donc ce sera sans doute un OPCVM large, actions internationales techno par exemple. Seulement 41 fonds disponibles..

9) Fortuneo : le contrat sur lequel j’ai le plus de fonds, la plus grosse PV latente et la plus grosse avance demandée au printemps dernier. Je vais me renseigner semaine prochaine sur le coût de l’avance (de mémoire 3.40 %) en espérant avoir une réponse, savoir s’il est judicieux de garder l’avance ou de la rembourser en tenant compte du coût de l’avance net du rendement du fonds euros et de la fiscalité du rachat, le contrat a bientôt 7 ans, c’est le seul sur lequel il me reste des fonds retirables (si je rembourse l’avance) donc je ne l’arbitrerais pas, il restera en fonds euros Opportunités et a toujours vocation d’épargne de précaution.

Garder les avances serait plus rentable si les fonds nantis étaient placés sur des ETF, mais je ne peux pas me permettre cet arbitrage car je n’aurai plus suffisamment de fonds sécurisés avec mes pouillèmes sur livret.

En termes d’allocation d’actifs, voici un graph de son évolution brute de dettes bancaires fin janvier 2021 depuis fin 2016 (date à laquelle je suis arrivé ici et ai découvert entre autres, xlsassets).


Actions + immobilier papier (REIT) : 92%
Obligations (fonds euros + PEL) : 12%
Monétaire (LDD + cash sur CTO/PEA - marge utilisée) : -4%

On dit que plus on est jeune plus le pourcentage d’actifs risqués doit être élevé et cela descend en vieillissant. En fait, c’est seulement une fois l’épargne de précaution constituée que l’on peut commencer à entrer sur des actifs risqués et donc il faut atteindre une certaine assise financière avant de pouvoir réellement se mettre aux actions en proportion élevée de son patrimoine (et avoir eu le déclic / prise de conscience bien sûr).
C’est sans doute la principale raison pour laquelle les ménages modestes n’ont pas d’actions, ils doivent d’abord assurer leur épargne de précaution et n’ont pas suffisamment de capacité d’épargne pour faire épargne de précaution + remboursement crédit immo + épargne risquée à long terme.

Niveau épargne de précaution d’ailleurs, j’en avais parlé un peu ici au moment où je m’étais fortement endetté au printemps 2020 en évoquant les réserves de cash suivantes : carte bleue à débit différée, PEL (pas liquide mais cassable très rapidement, il est bientôt en fin de vie d’ailleurs), marge dispo sur compte titre, un peu de fonds euros rachetable en 72 h, quelques K sur livret réglementé.

J’avais oublié une réserve de précaution et non des moindres : le Compte Epargne Temps.

En gros je vis avec 10/12 jours de RTT épargnés sur mon CET.
Soit je les consomme en fin d’année suivant le placement sur CET, après avoir profité de l’abondement employeur soit je demande de me les faire payer.

En général je préfère utiliser ces jours de congés que de demander le paiement : dans ce cas on est clairement dans l’échange de temps contre de l’argent (rat race power) mais la monétisation peut vraiment dépanner en cas de besoin ponctuel de cash et il peut être judicieux de se les faire payer en cas de krach, c’est ce que j’ai demandé à faire à l’automne 2020, j’ai pu les investir par chance juste avant l’annonce vaccin, avec une valeur de part qui a pris 45% depuis.

La seule autre fois où j’ai demandé le paiement c’était pour profiter de l’exonération d’IR sur 10 jours payés lors de l’année blanche.

Le portefeuille de titres se porte bien avec un +10.0% au 5 février contre +5.4% pour le CW8. Mon objectif annuel moyen est de 7.83%, c’est le rendement du World depuis 1987 dans la fiche MSCI. Pourvu que ça dure.


Parrain InteractiveBrokers Boursorama ETPL4810 Degiro Fortuneo 12470190 iGraal eBuyClub RedSFR BSDirect

Hors ligne Hors ligne

 

#134 13/02/2021 23h08

Membre (2016)
Top 20 Réputation
Top 10 Portefeuille
Top 5 Actions/Bourse
Top 20 Monétaire
Top 10 Banque/Fiscalité
Réputation :   1295  

Poursuite du ménage
Tous les arbitrages précités sont réalisés ou en cours de réalisation. Sauf la MIF car le solde est insuffisant pour passer le contrat en multi-supports donc je suis condamné à le fermer où à conserver sur le fonds euros, on va laisser comme ça vu le montant et le fait qu’il ait ~ 8 ans.

Les avances sur Assurance Vie
J’ai fait mes petits calculs sur 3 scénarios d’une durée de 5 ans puisque l’avance peut-être consentie au maximum pendant 6 années.
1) je garde l’avance, et le contrat reste en fonds euros.
2) je garde l’avance, mais je passe le contrat 100% sur UC : un ETF par exemple S&P500 chez Fortuneo, je compte 8% de performance brute annuelle, 0.30% de frais courants et 0.75% de frais de gestion UC. (hypothèse de rendement futur discutable mais cohérent avec l’historique long et inférieur aux 10 dernières années)
3) je solde l’avance, je fais un rachat partiel maximal, je compte la fiscalité de la PV latente, garde le minimum sur l’AV avec l’UC choisie, et j’investis ce que j’ai pu racheter en direct sur PEA-PME.

Ing Direct : C’est assez simple, peu de PV latentes, plus de 8 ans, pas d’ETF que des UC à gros frais donc aucun intérêt à conserver l’avance, même en arbitrant.
= en cours de remboursement, je ne connais toujours pas le coût et n’ai pas reçu le formulaire par voie postale comme promis. Tant pis je fais un versement cash pour rembourser l’avance à 3.5% environ, le remboursement d’avance suivi d’un rachat partiel pour réallouer les fonds sera fiscalement neutre.

Fortuneo : je conserve l’avance mais pas comme je le pensais à la base. Un contrat nanti plusieurs années investi sur fonds euros est un non sens financier.
Le fait qu’une avance maximale soit en cours (60% du contrat) empêche tout retrait donc le contrat peut difficilement être considéré comme épargne de précaution. L’avance coûte 3.40% c’est bien écrit dans le formulaire de demande que j’ai signé. Je bascule tout le contrat sur un ETF S&P500. L’effet de levier offert par l’avance est plus puissant ici car j’ai accès à des ETF à faibles frais, et le rachat partiel serait fiscalisé ce qui amputerait d’autant les fonds à réallouer. Il me faudrait faire +14% annualisé en direct avec les fonds rachetés pour battre l’ETF à 8% brut + levier de l’avance….. Je suis d’un naturel optimiste mais quand même ^^.

Je peux garder cette avance encore 5 ans. Par contre il y a un risque d’appel de marge sur les demandes d’avances.
Ils écrivent dans les CG que si le montant de l’avance + intérêts courus dépassent 65% de la valeur du contrat alors ils demandent de combler le gap.
Donc au bout de 11 mois avec les intérêts courus (et ceux que j’ai acquis sur fonds euros au 31/12), il faudrait que mon contrat réinvesti sur UC baisse de 7.13% pour toucher le "covenant" de 0.65x. C’est forcément risqué* surtout au début de l’arbitrage mais je peux me permettre les sommes sont faibles.
* je peux réduire le risque et éloigner la "barrière" en arbitrant dans un premier temps, seulement 70 ou 80% du contrat vers un ETF..
Dans un worse case à -40% sur la valeur du contrat, l’appel de marge de l’assureur serait couvert par mon épargne liquide sur livret.
Epargne liquide que je reconstitue un peu en ce début d’année, par des ventes sur CTO suite à l’atteinte d’objectifs, pour compenser la fausse épargne de précaution nantie sur assurance vie.

Si c’était à refaire, j’aurai arbitré mes fonds euros vers des UC/ETF au moment des demandes d’avances, ce qui était sensé sur PEA/CTO (krach : indices proches des fonds propres..) était aussi applicable sur AV, surtout qu’en demandant une avance maximale, le contrat se voit geler de rachats partiels durant toute la durée de l’avance, donc ne peut plus faire office d’épargne de précaution. Bref on va pas refaire l’histoire, mais il est toujours intéressant de réfléchir à cela pour "la prochaine fois".

Je commence à regarder comment optimiser la sortie de mon PEL, il est de 2008 et a une durée de vie illimitée à 2.50% d’après ce que j’ai lu [url=Pour les PEL ouverts jusqu’au 28 février 2011, cette phase d’attente n’est pas limitée par la réglementation et les personnes peuvent conserver indéfiniment leurs plans. Les PEL ouverts à compter du 1er mars 2011 ont eux une durée de vie maximale de 15 ans.
sur moneyvox.
Reste à voir si et comment pourrais-je récupérer la prime d’Etat (plus de 1 000 € dans mon cas), surtout que les fonds du plan sont destinés à réaliser des travaux pour la RP.

Dans mes "TO DO du Patrimoine" également, j’aimerai comprendre comment fonctionne le régime de prévoyance d’entreprise auquel on cotise obligatoirement en tant que salarié, comprendre les différences avec une GAV, les doublons. Voir aussi la protection du congé pacsé via un testament…

Dernière modification par bibike (13/02/2021 23h11)


Parrain InteractiveBrokers Boursorama ETPL4810 Degiro Fortuneo 12470190 iGraal eBuyClub RedSFR BSDirect

Hors ligne Hors ligne

 

[+8]    #135 04/04/2021 15h01

Membre (2016)
Top 20 Réputation
Top 10 Portefeuille
Top 5 Actions/Bourse
Top 20 Monétaire
Top 10 Banque/Fiscalité
Réputation :   1295  

Une petite photo à la fin du T1.





Beaucoup de mouvements sur le trimestre, c’est la revanche du CTO Degiro, des daubasses japonaises qui marchent bien, Discovery, Viacom, Simon Property, Covestro… J’étais monté à 24% YtD mi mars avant le margin call d’Archegos (exposé à 3 des valeurs concernées).
Je continue de bénéficier de l’effet "vaccin" du fait de l’orientation majoritaire value/cyclique de mon portefeuille.

Sincèrement quand je vois le max draw down de Plastivaloire depuis 2017, et l’évolution des fondamentaux depuis cela me laisse dubitatif……… Bien content de n’avoir jamais vendu, comme sur Akwel, des valeurs allègrement renforcées depuis l’annonce du vaccin et la "rotation sectorielle" qui s’en est suivie. Prêtes pour un nouveau cycle d’expansion.

L’investissement boursier est reconnu statistiquement comme le plus rentable à long terme, et c’est sans tenir compte de l’irrationalité des marchés et de la manière dont l’investisseur particulier peut en profiter. A titre de comparaison cela me semble moins simple de trouver des investissements immobiliers qui se payent moins de 5 fois le flux annuels (sans travaux, sans effort comme pour acheter une action…). Pourtant c’est ce que les marchés boursiers nous offrent régulièrement…. Même si le flux est moins prévisible.

Je me force la main à concentrer mon portefeuille (pour faciliter le suivi et que les baggers aient de l’effet sur la valeur de part..) résultat me voici avec 80 valeurs (doublons déduits) dont une 20 aines de daubasses. Je vais avoir du mal à faire moins ^^ (j’aime tout le monde sad ) mais c’est déjà mieux que la petite centaine de valeurs détenues en 2020.

Dans le détail :



Dernière modification par bibike (04/04/2021 15h04)


Parrain InteractiveBrokers Boursorama ETPL4810 Degiro Fortuneo 12470190 iGraal eBuyClub RedSFR BSDirect

Hors ligne Hors ligne

 

#136 13/05/2021 13h38

Membre (2016)
Top 20 Réputation
Top 10 Portefeuille
Top 5 Actions/Bourse
Top 20 Monétaire
Top 10 Banque/Fiscalité
Réputation :   1295  

La boite n’ayant pas de file, je mets le Q1 ici pour mémoire.
Trulieve Cannabis Corp Q1.



Quarter 2021 Revenue of $193.8M +102% YoY et +15% sur le Q4 2020
70% de marge brute en repli de 1%
Adjusted EBITDA of $90.8M +87% et +12% en séquentiel
Net Income of $30.1M
60.4M$ de cash-flow opérationnel

L’entreprise a récemment annoncé l’acquisition d’Harvest Health & Recreation Inc. (89M$ de CA au Q1 avec 27 M$ d’EBITDA (30.3% vs 47% pour TCNNF).
82 magasins au total et 2 millions de pieds carrés de culture en Floride.

Dernière modification par bibike (14/05/2021 08h43)


Parrain InteractiveBrokers Boursorama ETPL4810 Degiro Fortuneo 12470190 iGraal eBuyClub RedSFR BSDirect

Hors ligne Hors ligne

 

#137 14/05/2021 16h04

Membre (2017)
Réputation :   90  

Bonjour Bibike,

Merci pour le partage regulier de votre portefeuille dont je partage quelques valeurs.

Vous n’etes pas investi dans Alibaba qui pourrait convenir a votre strategie, que pensez vous de la valeur et des recents resultats ?

J’aimerais votre avis car j’aime et me retrouve dans votre strategie

cdlt,

Carabistouilles

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #138 14/05/2021 16h44

Membre (2016)
Top 20 Réputation
Top 10 Portefeuille
Top 5 Actions/Bourse
Top 20 Monétaire
Top 10 Banque/Fiscalité
Réputation :   1295  

Bonjour Carabistouilles,

Figurez vous que j’ai justement acheté quelques titres vers 240$ en avril et renforcé ce jour à 208$. big_smile

Les résultats sont plombés par l’amende record de Pékin, mais honnêtement je ne regarde pas plus que ça, c’est comme Baidu*. D’après ce que je lis en diagonale sur différents screeners comme Stocko, on a un PE de 18/20 pour une croissance historique de 30/40% suivant l’année et l’agrégat.
+30% de croissance d’activité prévue sur mars 2022.
Obtenir cette dynamique sur un leader pour un PE si faible je prends.

Profiter d’un trou d’air pour rentrer sur ce type de valeur et laisser composer sans suivre. Comme Alphabet ou Microsoft, ou "feu" Amazon que j’ai fait l’erreur de vendre en plein COVID.

Mon portefeuille a un facteur value/cyclique France + daubasses jap très majoritaire, parce que c’est ce que je "maitrise", mais je ne suis pas fanatique et apprécie aussi un peu de GARP sur des méga caps leaders avec un wide moat à date.

*je regrette juste de ne pas avoir profité de la bulle Archegos pour sortir/alléger, mais bon c’est parfois difficile de suivre "autant" de valeurs.

Ce jour j’ai aussi racheté Flow Traders**, toujours peu chère, même si la volatilité est moindre qu’en 2020 elle est quand même bien présente et cela ne m’étonnerait pas qu’ils fassent une belle année. Il n’y a qu’à regarder régulièrement le VIX et le Fear & Green Index pour en présager. Je n’apprécie pas ABCA dont les résultats sont décevants comparés à FLOW.

En PEA mes deux valeurs préférées actuellement sont Desjoyaux et Plastivaloire.
Desjoyaux pour l’incroyable montée en puissance de la croissance, notamment à l’international + le levier opérationnel pour un prix plus que modique. Je suis pressé de voir le S1.
Plastivaloire car elle est toujours aux pâquerettes alors que la société devrait revenir cette année à son plus haut niveau d’activité (sauf aggravation de la crise d’appro des semi-conducteurs) avec une marge d’EBE de 10%, que l’objectif d’allocation du management est maintenant le désendettement (qui pèse quand même sur la valorisation en VE vs le pic de 2016/2017), plus besoin d’investissement à court terme ni de croissance externe. Et que PVL n’a pas encore effectué sa "recovery" boursière par rapport à Akwel par exemple, que j’ai lâché à 30 € récemment (après 4/5 ans de détention). PVL d’après mes calculs j’en espère 10/11 € d’ici la publication des résultats annuels (sauf aggravation de la crise des SC).

Dernière modification par bibike (14/05/2021 17h07)


Parrain InteractiveBrokers Boursorama ETPL4810 Degiro Fortuneo 12470190 iGraal eBuyClub RedSFR BSDirect

Hors ligne Hors ligne

 

#139 14/05/2021 17h04

Membre (2017)
Réputation :   90  

Nous sommes alignes dans nos investissements, je viens d’en racheter pour 10K ce jour smile.

Merci pour le complement d’info.

En effet, Alibaba est un no brainer et il faut voir le potentiel dans la zone asie pacifique dans les 5 , 10 prochaines annees. Hors l’amende inflige par l’etat chinois, le revenue fait +64%, le resultat net fait +18%. Je veux la faire monter dans mon top 3 de mon portif.

Pour les valeurs francaises, je ne connais pas desjoyaux et les ratios actuels.
Pour Plastivaloire, je crois que c’est la dette qui m’a refroidit.

J’ai reduis l’exposition de 2/3 a Witbe qui representais 14% du portif. Le 1er trimestre m’a semble recupere le decalage des contrats du dernier trimestre de 2020. Du coup, ca m’a semble un peu eleve la valorisation actuelle vu la croissance. Je reviendrais peut etre si elle redescend autour de 5.

Cdlt,

Carabistouilles

Dernière modification par Carabistouilles (14/05/2021 17h06)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #140 01/07/2021 11h49

Membre (2016)
Top 20 Réputation
Top 10 Portefeuille
Top 5 Actions/Bourse
Top 20 Monétaire
Top 10 Banque/Fiscalité
Réputation :   1295  

Bonjour,



Un 2ème trimestre pas terrible avec +5% seulement environ.
J’ai trop acheté de Plastivaloire ne prenant pas la pleine mesure de la crise d’approvisionnement des semi-conducteurs, j’ai allégé en pertes depuis (-10% de mémoire). Je "souffre" aussi du désamour du marché pour Claranova, pas de souci je renforce mais il faudra penser à alléger quand mister market aura les lunettes roses, les soufflets ne tiennent pas avec cette boite, elle est de plus en plus grosse et de moins en moins chère.
Maurel & Prom me pénalise également, le pétrôle explose YtD et Maurel se traite à -35% de sa valorisation précovid, alors qu’elle a baissé son seuil de rentabilité comptable et cash. J’attends mon heure.
J’ai aussi perdu quelques billes sur Euromedis/Eurobio/Biosynex car "tout le monde sait" que le COVID c’est finit…. On reverra à la rentrée…

Je pensais que la performance de mon compte IB était attribuable à DISCA & VIAC mais en fait non, la bulle Archégos ayant dégonflée sans que j’en profite. C’est Dillard’s, une daubasse en portefeuille depuis 2017, qui a doublé au mois de janvier (short squeeze dans la foulée de GME), elle a pris 211% YtD, j’ai vendu mes derniers titres à 167/170$ à l’objectif daubasses RAPP. J’en avais une part disproportionnée par rapport au process daubasses, fort de 5 ans de suivi et de l’assurance de sa sous évaluation sur flux normatifs. Si j’étais plus doué avec les rapports et vues sur IB je pourrais sans doute mieux apprécier la contribution mais je ne sais pas faire pour le moment.

Je poursuis l’élagage de mon portefeuille en évitant de m’éparpiller, me voici concentré sur …. 75 valeurs lol

En réalité mon portefeuille est bien plus concentré qu’il n’y parait, mes 5 premières positions pèsent 40% de mon portefeuille, les 10 premières pèsent 54%…
Voici le détail : (en noir les daubasses…)




Les daubasses représentent maintenant 10.4% de mon portefeuille, après avoir vendu Dillard’s et Geomatec, autre bagger.

Mes micros positions semblent ridicules à côté des plus grosses, mais ça calme mon FOMO. Quand une valeur que je connais ainsi que la thèse, grimpe en flèche sans moi je suis vraiment "dégouté", en m’éparpillant un peu sur de nombreux dossiers "value" au moins je réduis ma frustration.
Et puis ça aide à diluer le risque "black swan" de mes fortes pondérations : usine qui brûle, fraude comptable, SAV sur un lot important de produits défaillants, spoliation de l’Etat (Maurel…) il peut toujours arriver un évènement improbable de ce type qui détruit tout raisonnement factuel sur les fondamentaux. Pas toujours facile de garder cela en tête quand on se sent serein sur le tryptique thèse/valorisation/échéance de catalyseur.

Je recherche de préférence des entreprises à fort levier opérationnel, d’où mon exposition sur Desjoyaux avant une publication semestrielle d’anthologie. Publication que le marché salue à peine avec +2% alors que la boite price un PE de 7/8 avec une croissance de dingue et un levier opérationnel monstrueux. Je me retiens de renforcer encore simplement à cause du risque de black swan. Car pour le reste c’est "no brainer" de mon point de vue.

Un petit regret d’avoir vendu Trigano sans penser à l’aspect levier opérationnel justement…
Catana semble en avoir sous le capot à court terme mais ils ont prévenu qu’il faudrait réinvestir si la croissance devenait trop forte, problème de "riches".

J’ai enfin réussi à sauter du plongeoir en achetant mes premières options.
3 CALL Arcelor Mittal échéance 20/08/21 strike 30 €.
Je n’ai pas fait de calculs savants comme certains savent le faire, j’ai juste tenté cette échéance/strike en pensant aux semestriels qui seront publiés mi juillet de mémoire, la boite bénéficiant de vents porteurs extrêmement puissants avec la libération des investissements/plans de relance partout dans le monde, donc une demande très soutenue, pour un prix en bourse loin de refléter cela à mon avis.

Période boursière absolument passionnante.


Parrain InteractiveBrokers Boursorama ETPL4810 Degiro Fortuneo 12470190 iGraal eBuyClub RedSFR BSDirect

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #141 01/08/2021 10h33

Membre (2016)
Top 20 Réputation
Top 10 Portefeuille
Top 5 Actions/Bourse
Top 20 Monétaire
Top 10 Banque/Fiscalité
Réputation :   1295  

Grâce à Liberty84, que je remercie encore une fois smile j’ai pu vérifier avec la heat map d’IB les contributeurs de la performance de mon CTO IB ouvert en août 2020.



TRI de 247% d’après le rapport IB et valeur de part +263% d’après xlsPortfolio.



Comme écrit dans le message précédent, c’est bien Dillard’s (#Daubasses) qui fait la majorité de cette performance, suivie de près par Atkore et un peu plus loin Trulieve Cannabis. On retrouve également Westell pour 10% à l’ouverture du compte IB, même si la plus value en euros est faible comparée au trois précitées. Pour dire, le short sur McPhy a rapporté autant en euros que l’opération Westell, mais le portefeuille n’a plus rien à voir en taille entre les deux opérations. Tout le reste est négligeable et les Discovery sont même négatives (sur le compte IB, pas chez Degiro).

J’avais initié l’achat d’options call en début de mois sur Arcelor Mittal, présageant des résultats T2 de folie, ce qui s’est avéré être le cas (meilleur trimestre en 13 ans), j’ai fortement étoffé cette poche options durant le mois de juillet, jusqu’à en acheter le matin de la publication, le soufflet étant légèrement retombé depuis.



Même si les montants sont faibles ça fait toujours plaisir.
Maintenant la grande question, quand prendre mes bénéfices sur les échéances du 20 août ?! Sachant que Degiro n’exerce pas automatiquement les options (et qu’il faut avoir du cash de toute façon). Y’a t’il un intérêt à vendre le jour de l’échéance ? La veille ? Sans tenir compte des éventuelles fluctuations de cours d’ici là, comment vont évoluer la valeur temps (en théorie vaut de moins en moins) et la volatilité implicite (elle je n’en sais rien) ? Il faut que je réfléchisse à cela.

Le mois a été volatile avec 8% de pertes en gros mi juillet avant de finir le mois avec une valeur de part en hausse de +2.0% contre +1.9% pour le CW8.

Dernière modification par bibike (01/08/2021 11h47)


Parrain InteractiveBrokers Boursorama ETPL4810 Degiro Fortuneo 12470190 iGraal eBuyClub RedSFR BSDirect

Hors ligne Hors ligne

 

[+5]    #142 05/10/2021 15h06

Membre (2016)
Top 20 Réputation
Top 10 Portefeuille
Top 5 Actions/Bourse
Top 20 Monétaire
Top 10 Banque/Fiscalité
Réputation :   1295  

Bonjour, je profite du récent chahut sur les marchés pour faire un petit point sur mon portefeuille.

Après avoir frôlé les 37% début septembre, mon portefeuille de titres boit la tasse sur la fin du mois (et c’est pire début octobre).
+6.3% gagnés sur le trimestre contre +3.5% sur le World.



Courant juillet j’ai renforcé pas mal MG International jusqu’à 11.50 € présageant un excellent S1 ce qui fût le cas, CA +45% EBIT +73%.
Pour les mêmes raisons, d’importants renforts sur Catana jusqu’à 5.10 € début juillet. Les résultats sont énormes, de mémoire l’EBIT double sur une croissance d’activité de 16%. Le carnet de commande a explosé représentant plus de deux ans d’activité.

J’ai vendu mes titres Streamwide car le S1 était tout juste à l’objectif, la valorisation exigeante et plus de 50 embauches à venir qui vont forcément peser sur les comptes, à voir plus tard.
Vendu également mes Kumulus Vape échaudé par le risque de régulation européenne sur le secteur de la vape (sujet de l’été), pendant ce temps les titres ont bien progressé (sans moi) portés par des résultats semestriels explosifs (CA +77%, EBE x 3). Il est possible que j’y revienne dans le futur.

Fin août j’ai vendu toutes mes actions Claranova, ATP entre 7 € et 7.20 €, suite à un échange avec srv sur la dernière opération capitalistique du Groupe.
En relisant mon propre message plusieurs fois, je me suis dit "pourquoi je reste sur ce titre malgré tous les warnings que je connais sur le management et sur l’activité ?".
Je connaissais déjà la réponse : multiples biais d’ancrage :
1) cours récents à 9 € et plus encore ces récentes années
2) objectif cible des analystes tous > 10 €
3) peut-être mon PRU < à zéro puisque c’est un multibagger pour moi et que j’ai déjà encaissé plusieurs fois ma mise initiale, mais je ne suis pas convaincu de l’influence de ce dernier point.
En masquant ces 3 éléments, si j’étais nouvel investisseur sur le dossier, avec les éléments que je connais, serais-je acheteur ? Non = vente.
Cette action est très difficile à valoriser à cause du manque de rentabilité chronique (trop de charges variables, aucun effet ciseau) et les multiples intérêts minoritaires dans les filiales font qu’il est également compliqué de savoir quelle part du flux nous appartient…
J’ai eu de la chance sur le timing de vente puisque fin septembre la boite annonce un croissance warning (pour un profit warning il faut déjà en faire, même si le S1 était encourageant sur ce point). Première fois depuis 2014 que la croissance organique fait marche arrière. Avec un BFR négatif par nature (B2C) et un FCF très dépendant de la croissance (plus ça croit, plus le BFR négatif contribue au FCF) cela risque de faire mal aux comptes, on verra si c’est juste un mauvais trimestre ou le début d’un plateau dans leur courbe d’activité. Je vais continuer à suivre la société, et essayer de me retenir d’en racheter. En tout cas actuellement je préfère des dossiers industriels bcp plus simples à comprendre.

J’ai participé joyeusement au spin off Vivendi/UMG.
J’ai largué tous mes titres UMG (dans le creux de la vague évidemment) à 23.70 € environ. Je n’étais pas à l’aise de les conserver à cette valorisation, je me suis noté comme raison de vente :
"Avec un FCF Yield de 3,0% au mieux de fin 2023. VE/EBITDA 2021 de 24x, PE 37,5x, VE/EBITDA 2022 décembre 21,3x, PE 31,7x. Croissance du BNA 2022/2021 = 17,7%, 2023/2022 = 15%, dividende yield 1%… LVMH cote à 15 et 13,4x l’EBITDA, PE de 30 et de 27x…"
Même Alphabet est moins chère, du coup j’ai racheté un petit titre. smile
Suite à la vente d’UMG, j’ai renforcé un peu Vivendi autour de 11 € et acheté ODET à 1 200 € dont les décotes par somme des parties semblent plus évidentes.
J’ai également ouvert une micro ligne (0.4%) sur Hipay, LDLC, Lexibook et Genoway, dossiers que je souhaite creuser davantage pour dimensionner réellement (Lexibook, Genoway, LDLC) ou que je souhaite avoir en faible quantité pour éviter toute déception en cas d’OPA (#FOMO / Hipay). Timing déplorable puisque je prends -10/15% sur chaque dossier depuis.

Ma poche options me coûte actuellement 0.6% de performance, j’attends le T3 d’Arcelor avec impatience mais en attendant la valeur temps s’effrite et le cours a bien baissé, éloignant d’autant plus les strikes. A suivre.

Mi septembre, j’ai eu la chance de céder 42% de mes titres Moulinvest à 33.80/34 euros en plus value de 80% (acheté 18.80 € début juin), depuis le titre s’est littéralement effondré de plus de 30%. A ce rythme je vais bientôt en reprendre, le CA annuel sera publié aux alentours du 16 novembre, le levier opérationnel tourne autour de 2 sur les dernières publications après comment il évoluera avec le second semestre…

Les titres COVID ne me réussissent pas, Euromedis, Biosynex, Eurobio (vendue), ces boites ne sont pas chères mais leur avenir est incertain alors que l’épidémie semble reculer (et c’est tant mieux). Je vais sûrement prendre mes pertes sur Euromedis et Biosynex d’ici la fin de l’année si la visibilité sur leur activité ne s’améliore pas.

Fin août j’ai soldé tous mes Plastivaloire (sauf 1 titre), la crise d’appro des semi conducteurs est plus handicapante que présagée par le management et voici un second PW depuis le début de l’année avec aucun catalyseur à venir d’ici les résultats annuels donc je préfère sortir pour revenir plus bas. J’ai soldé à 6.55 € en moyenne le cours est encore descendu de 15% depuis.

Maurel & Prom sort enfin de sa léthargie +20% pour moi, depuis que le brent a passé les 80$, comme si cela changeait grand chose avec le 75$ de moyenne sur le T2 ^^. Avec un point mort à 35/40$ de mémoire, les profits annuels devraient être sympathiques.

Les mouvements des small caps FR (en général) m’interrogent, elles chutent plus fortement que les big caps.. Si les craintes actuelles du marché tournent autour de l’inflation, alors ce sont les actions de croissance qui devraient dévisser le plus vs les small caps dont les flux court terme sont les plus prévisibles (et valent le plus cher dans leur DCF).

Une boite qui génère un FCF constant de 100 MEUR sur 10 ans, sans endettement.
Taux d’actualisation de 8% = la valeur de l’entreprise est de 671 MEUR.
Taux d’actualisation de 9% = la valeur de l’entreprise est de 642 MEUR.
Variation : -4.3%

Une boite qui génère un FCF en croissance sur dix ans : 30 MEUR en année 1 puis croissance annuelle de 30%, sans endettement. Peu importe la validité de la projection ce qui compte c’est la variation du DCF par le taux d’actualisation.
Taux d’actualisation de 8% = la valeur de l’entreprise est de 734 MEUR.
Taux d’actualisation de 9% = la valeur de l’entreprise est de 689 MEUR.
Variation : -6.1%

Donc si on considère que l’impact premier d’une hausse de l’inflation est une hausse des taux directeurs, donc une augmentation du coût du capital et des taux d’actualisation il n’est pas logique que des sociétés "value" dévissent plus que les sociétés de croissance.
Après il doit y avoir un impact pricing power, quelle boite pourra répercuter la hausse des prix sur ses prix de ventes, quelle boite ne le pourra pas et verra ses marges s’éroder, vaste débat société par société…
En tout cas, je pense qu’il y a surtout une logique de flux investis sur les small caps, si les fonds type OPCVM doivent répondre à des demandes de rachats de parts de leurs souscripteurs (pour toutes les inquiétudes du moment il y a de quoi faire!), alors ils sont obligés de vendre des small et comme elles sont moins liquides elles dévissent davantage que les bigs caps de croissance.

J’espère que le T4 délivrera son traditionnel rallye de fin d’année sur les marchés mais ce sera sans doute compliqué avec un effet de base moins favorable aux publications qu’au premier semestre.


Parrain InteractiveBrokers Boursorama ETPL4810 Degiro Fortuneo 12470190 iGraal eBuyClub RedSFR BSDirect

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #143 01/01/2022 23h54

Membre (2016)
Top 20 Réputation
Top 10 Portefeuille
Top 5 Actions/Bourse
Top 20 Monétaire
Top 10 Banque/Fiscalité
Réputation :   1295  

Meilleurs voeux à tous pour cette nouvelle année !

2021 se termine sur une performance de 36.3% pour ma valeur de part et un TRI annuel de 36.1% face au Tracker CW8 qui réalise +32.3%.



En absolu c’est évidemment très satisfaisant mais j’avoue être un peu déçu en relatif, début septembre j’étais à +37% avec plus de 13 points d’avance sur le World. Le dernier trimestre m’aura été fortement défavorable pour différentes raisons que je partagerais lorsque j’aurai plus de temps.

Une première constatation, entre une rotation élevée du portefeuille et un buy & hold.

Gestion dynamique vs Coffee Can Portfolio

Pour le plaisir masochiste, je me suis amusé à refaire tourner mon xlsPortfolio du 29 janvier (c’est à dire avant que je ne commence une rotation importante du portefeuille).
Résultat ma performance annuelle aurait été de 41.4% soit +5.1 points.
SergeFerrari serait un bagger avec une PV latente très importante (alors que j’ai vendu par impatience juste avant que cela ne décolle, pensant avoir le temps de voir arriver les synergies des récentes acquisitions…) et Dillards serait un 5.5 bagger ! Le tout avec très peu de levier (1.10 sur mes CTO) alors que là j’en ai beaucoup trop et je cherche surtout à le réduire.
L’exercice a au moins deux limites :
- à moins d’être dans le coma, je ne vois pas comment j’aurai pu conserver une si grosse pondération en Dillard’s à 250 USD, les résultats de l’année en cours semblent exceptionnels, cela reste un retailler, je n’ai pas de regret fondamentalement. Le titre est même monté à plus de 410 dollars… grosse bulle.
- L’autre limite c’est la fiscalité latente, dans l’année j’ai orienté un max de flux vers mon PEA PME au détriment des CTO justement, voyant mon stock de MV à reporter s’évanouir au fil des mois. Mon PEA seul performant mieux que mon CTO Degiro à période comparable, il est sensé de privilégier l’enveloppe fiscale la plus douce. Donc en ayant conservé les capitaux sur CTO et en ayant laissé courir Dillard’s, en net après impôts la copie serait un peu moins favorable à ce portefeuille de début d’année.

Au delà de la photo finish au 31/12, sans compter sur un éventuel krach général, je suis plutôt confiant dans les entreprises qui composent mon portefeuille à date, inflation, tapering, hausse des taux ne devraient pas trop changer leur profil de risque.


Parrain InteractiveBrokers Boursorama ETPL4810 Degiro Fortuneo 12470190 iGraal eBuyClub RedSFR BSDirect

Hors ligne Hors ligne

 

[+4]    #144 02/01/2022 19h23

Membre (2016)
Top 20 Réputation
Top 10 Portefeuille
Top 5 Actions/Bourse
Top 20 Monétaire
Top 10 Banque/Fiscalité
Réputation :   1295  

1) le facteur numéro 1 de ma sous performance au second semestre 2021 c’est la pondération sur Desjoyaux. Avant le S1, présageant des chiffres records boostés par le levier opérationnel de la société, j’ai massivement investi dessus jusqu’à porter le titre à 18% environ de mon portefeuille. Malheureusement j’ai fait cela sur un plus haut (entre 28/30 € environ), le titre n’a fait que baisser ensuite pour remonter en fin d’année à mon niveau de renforcement estival. Autrement dit, c’est comme si j’avais passé le S2 avec 18% de cash dans un marché haussier, d’où le rattrapage du World sur ce que j’avais construit. Je ne trouve pas qu’il s’agisse d’une erreur de ma part. Dans le cas présent je considère que c’est le marché qui fait une erreur d’évaluation fondamentale. Je conserve tel quel et espère que l’histoire se déroule comme je le pense : une poursuite d’une croissance modérée (top line +5/8% ?) grâce aux DACH, avec un peu de levier opérationnel, mais pas une décroissance post boost COVID comme semble le pricer le marché.
Néanmoins, quelque chose m’avait échappé cet été, le poids du titre Desjoyaux dans le fonds HMG Découvertes 10%, et je ne connaissais pas la règle du 5/10/40 plafonnant le poids d’un titre à 10% dans un fonds, sur dérogation… Donc s’il y a une erreur à tirer de cet investissement ce serait de ne pas avoir regardé si l’actionnariat institutionnel pouvait être un frein au rerating du dossier.

2) Bulle Archégos : Baidu, ViacomsCBS, Discovery : je n’ai pas su prendre mes profits, j’ai accompagné la fusée tel un passager de Space X mais j’avais aussi une place retour sur Terre. Qu’aurais-je dû faire ? Placer des stops suiveurs à -15% ? Aurait-ce suffit avec un risque de gap baissier important lorsque Archegos a subi ses appels de marge ? C’est en tout cas un manque de maitrise des dossiers, du fait de la barrière de la langue, d’une trop forte diversification (?) et simplement d’un manque de travail : absence de valorisation cible, même approximative.

3) en a découlé un biais d’ancrage sur Discovery et Viacom. Je ne maitrise pas ces dossiers, ce qui semblait évident au prix 2020 ne l’est plus forcément cette année et j’ai clairement un biais d’ancrage du fait de l’expansion des multiples créée par la bulle Archegos. Ces valeurs ont nettement sous performées depuis mars 2021 et ont donc contribué à mon S2 maussade. Je vais essayer de me forger un avis plus costaud sur leurs fondamentaux ou laisser tomber. Elles pèsent encore 2.9% du capital investi malgré leur baisse.

4) Secteur bancaire : j’avais des titres BNP fin 2020, Société Générale et Natixis en début d’année, j’ai vendu par manque d’intérêt du secteur alors qu’il était quasi évident qu’elles feraient des profits records simplement grâce aux reprises de provisions pour risques passées en 2020 ! Sans compter le catalyseur / cygne noir positif d’une possible hausse des taux. Sans être dans le secret des Dieux, en début d’année on voyait bien que les conséquences du COVID étaient prises en charge par l’Etat et pas par l’économie traditionnelle… Résultat +41% YtD pour BNP, OPA sur Natixis +46% et +81% sur GLE. Quid du secteur en 2022 ? Bref, j’avais des valorisations cibles, que je n’ai pas respectées par manque de maitrise des catalyseurs potentiels sur ce secteur.

5) Je n’ai toujours pas compris l’engouement pour les ESN/SSII en 2021 : SII, It Link… ont explosé alors que les fondamentaux ne le justifient pas du tout de mon point de vue. De ce fait, pas de regret sur ce secteur. Je suis curieux de voir ce que cela va donner en 2022.

[…]la suite une autre fois[…]


Parrain InteractiveBrokers Boursorama ETPL4810 Degiro Fortuneo 12470190 iGraal eBuyClub RedSFR BSDirect

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #145 02/01/2022 20h26

Membre (2015)
Top 50 Réputation
Top 10 Actions/Bourse
Réputation :   410  

Bravo pour la performance

Les SSII plaisent imo aux gérants car l’inflation n’aura finalement que peu d’impact sur leurs résultats 2022.

L’offre récente sur DEVOTEAM donne aussi un vrai rerating au secteur.

Suis pas fan non plus mais faut bien admettre que la probabilité de voir des profit warning est faible et peut donc en partie justifier le prix désormais payé 

@suivre
Bons trades
Stan

Dernière modification par stanny (02/01/2022 20h27)


stock picker de small et micro caps - France -

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #146 05/01/2022 16h36

Membre (2016)
Top 20 Réputation
Top 10 Portefeuille
Top 5 Actions/Bourse
Top 20 Monétaire
Top 10 Banque/Fiscalité
Réputation :   1295  

Merci pour les bons mots et les précisions @stanny ;-)
@Bullebier : ne vous méprenez pas, je suis content, mais cela n’empêche pas d’essayer de chercher à s’améliorer smile car des boulettes j’en ai fait énormément en 2021…

[suite…]

Dans ma manière d’analyser les facteurs de mes erreurs, je sais qu’il peut y avoir des contradictions, je pense que c’est simplement lié au fait qu’il n’y a pas de process parfait. Certains critères de stock picking sont parfois favorables parfois défavorables ça dépend du contexte.

6) Autre facteur de sous performance potentielle : la faiblesse de ma capacité d’épargne. Jusqu’au krach de 2020 ma capacité d’épargne mensuelle était correcte par rapport à mon capital, je pouvais ouvrir de nouvelles positions régulièrement ou renforcer significativement une position existante. Cela évitait d’avoir à faire des mouvements regrettables puisque l’apport de flux était régulier et nourri.
Aujourd’hui je ne peux plus, mes versements totaux en 2021 ont pesé à peine 3% du capital de fin d’année, in-impactant donc.
Je suis de fait contraint d’arbitrer entre positions et parfois cela est contre productif. Bon ça reste un "bon" problème mais j’avoue que je ne l’avais pas anticipé.
Je ne sais pas encore comment résoudre ce dilemme :
- rester diversifié mais davantage de manière équipondérée, pour qu’ils aient tous un poids "moyen" suffisants et éviter les mouvements entre dossiers, mais cela implique de les maitriser en quantité donc de travailler davantage (du temps surtout)
- au contraire me concentrer davantage sur mes meilleurs dossiers (ceux que je comprends le mieux, avec identification des catalyseurs et potentiel/valo cible) pour réduire la charge mentale et surtout accepter de ne pas être dans tous les bons dossiers "évident après coup" donc éviter le temple des regrets.
Je ne sais pas encore, la seconde solution semble plus confortable mentalement mais elle comporte aussi davantage de risque idiosyncratique.

7) Le spread : l’évolution de ma NAV fait que je me prends du spread à gogo, surtout sur les micro/nano caps. C’est le jeu et de nouveau, c’est un bon "problème". Le seul moyen d’y remédier c’est d’être patient sur les transactions, en étalant sur plusieurs jours/semaines, avec le risque de ne pas pouvoir acheter assez de titres dans ce marché volatile… La faible volatilité des années précovid me manquerait presque. Quand au courtage qui serait multiplié par le nombre de transactions, ce serait de toute façon bcp moins onéreux que le spread. Pas de solution miracle malheureusement.

8) Le secteur des jeux vidéos : par chance j’ai bénéficié du boost 2020 lié au COVID mais n’ai pas su prendre mes bénéfices début 2021 alors qu’il était évident que l’effet de base serait très défavorable + les soucis de production qui ont décalé des sorties, ça ce n’était pas une évidence anticipable c’était plutôt la cerise pourrie sur le gâteau. La sanction fût sévère pour Focus, Nacon, BigBen, alors que tous étaient des baggers voir multibaggers pour Focus. C’est l’inconvénient d’avoir un portefeuille très diversifié, le suivi est difficile et la maitrise est moindre.

9) Manque de patience/honteux court termisme : valeurs covid vendue à l’été en perte, retour en grâce en fin d’année avec Omicron. Sans doute plusieurs causes :
- à l’achat l’opportunisme sur des valeurs dont l’activité a été fortement boosté par la pandémie
- le manque de maitrise sur ce qu’il adviendrait de leur activité post COVID
- à la vente l’optimisme sur une atténuation/décroissance de la pandémie (comme le marché quoi…) pas de regret sur ce facteur, c’est imprévisible.
En d’autres termes je suis largement sorti de mon cercle de compétences si tant est que j’en ai un.
- la faiblesse de mes apports : toujours obligé d’arbitrer donc à l’été 2021, elles me semblaient de bonnes candidates à la cession avec l’info du moment
Ce court termisme m’a aussi pénalisé sur Innelec, sur laquelle j’ai investi quelques "menues monnaies" qui me brûlaient les doigts, et je pensais à tort que la prochaine publication serait bonne (effet de base… fin des économies COVID (déplacements et chômage partiel..) etc).
Le seul moyen de remédier à cela c’est d’accepter d’avoir un peu de cash non investi de temps en temps, il vaut mieux zéro de rendement qu’une perte parce qu’on s’est senti obligé d’investir le cash et de le diversifier sur une boite que l’on ne maitrise vraisemblablement pas. C’est la dipiresification de Peter Lynch, la honte ^^
A défaut de cash on peut aussi prendre un ETF Monde, comme je le faisais avant le krach de 2020 (= c’est donc quelque chose que j’ai oublié en deux ans), ou simplement renforcer une position existante toujours à cours d’achat.

10) La manière dont j’ai débuté en options : j’ai appris chèrement sur mes premières transactions en options CALL. D’abord la chance du débutant avec des gains importants et rapides puis la déroute sur les échéances suivantes avec comme sous-jacent Arcelor qui refusait de se rapprocher du strike, le marché anticipant sans doute le haut de cycle.
Ce que j’en retiens est :
1) qu’il vaut mieux prendre des échéances longues pour que nos thèses aient le temps de se réaliser, quitte à perdre en levier.
2) des boites comme MT qui au delà d’être anti ESG, sont tellement cycliques, qu’il faut vraiment avoir un timing de dingue pour anticiper correctement ce que price le marché. Donc vraiment pas l’idéal comme sous-jacent sur des call à courtes échéances. Il fallait le faire sur des leaps call en avril 2020, quand la boite était au fond trou avec une excellente solvabilité, mais il fallait pour cela avoir de l’expérience sur les cycles des MP chose que je n’avais pas.
Heureusement, quelques VAD de couverture au S2 (pour réduire le levier trop élevé chez IB) 100% bénéficiaires, m’ont permis de compenser une partie des pertes sur les options.

[Malheureusement il y aura encore une suite… qui sera j’espère une fin smile]


Parrain InteractiveBrokers Boursorama ETPL4810 Degiro Fortuneo 12470190 iGraal eBuyClub RedSFR BSDirect

Hors ligne Hors ligne

 

[+8]    #147 11/01/2022 23h36

Membre (2016)
Top 20 Réputation
Top 10 Portefeuille
Top 5 Actions/Bourse
Top 20 Monétaire
Top 10 Banque/Fiscalité
Réputation :   1295  

Dernière partie.

11) Manque de réactivité
Je suis rentré tardivement sur des dossiers évidents : Desjoyaux, MG, Catana et d’autres. Gros manque à gagner. Toujours à rebours sur les valeurs COVID, achetées au plus haut, vendues avant qu’elles ne remontent smile
Les matières premières : Arcelor / options, je m’y suis mis beaucoup trop tard dans le "cycle"…
Ce retard d’allumage chez moi est du au manque de temps par rapport à la diversité du portefeuille. A défaut de posséder le retourneur de temps d’Hermione Granger, le seul remède que j’y vois est de revoir l’ordre de mes priorités quand apparait un dossier "obvious". Plonger dedans pour une étude succincte, pour prendre une décision rapidement basée sur des faits. Si le pitch est fluide à écrire il faut y aller…
J’ai été mauvais sur la crise d’approvisionnement des semi conducteurs, j’avais les œillères (naturel optimiste…), résultat j’ai vendu PVL à 7 € alors que j’aurai du le faire au T1 à 9 € alors que le prix était déjà très généreux sur les fondamentaux prévisionnels courants (c’est à dire sans même tenir compte de la crise d’appro… mais au T1 tout était rose sur les marchés). J’ai fini par entendre raison en me rappelant l’enchainement de profits warning de Plastivaloire en 2018…

Dans la rubrique manque de maitrise des dossiers je pourrais rajouter ma revente de Simon Property Group avant l’objectif de cours (pour réduire mon levier) la boite a pris 30% dans les 3 semaines suivants ma vente. Timing malheureux. Là où c’est une erreur c’est que ce type de REIT devait profiter d’une hausse de l’inflation pour réhausser les loyers. Ce n’était pas la bonne boite à céder à ce moment là avec l’actualité macro.

Je n’ai pas fait que des erreurs heureusement :
Claranova : avoir su remettre à plat ma vision du dossier, en mettant de côté mes biais d’ancrage divers : multibaggers, cours récent plus haut, volatilité du titre etc… Dommage de ne pas l’avoir fait plus tôt mais c’est déjà bien. Ecrire une synthèse des red flags* du dossier puis me poser et me demander "si je n’étais pas dedans, en achèterais je aujourd’hui ?" m’a aidé à prendre une décision rapide et circonstanciée. >> c’est le pitch anti investissement en fait.
Plastivaloire/Delfingen : je suis sorti de ces deux titres à force de PW et de crise d’approvisionnements en puces qui s’éternise. Il faudra rerentrer au bon moment pour que le mouvement soit pertinent, ce n’est pas encore gagné. En attendant c’était une MV latente assurée.
Bon et sans doute d’autres bons points mais lister les "succès" m’intéresse moins.

Si j’essaie de résumer les points que j’ai la possibilité d’améliorer :

- Maitrise des dossiers : il est très facile d’entrer sur un dossier en constatant que ce n’est pas cher. Il est plus difficile d’avoir une estimation de valeur cible, surtout sur des fondamentaux qui évoluent. C’est un point à améliorer pour favoriser la prise de décision pour un arbitrage ou simplement pour couper des mauvaises herbes. C’est d’autant plus difficile que le portefeuille est diversifié, que le temps manque et que la macro économie est instable : pitcher régulièrement la thèse, la valorisation courante, la valorisation cible, les catalyseurs potentiels (et sectoriels) et les points d’attention qui pourraient remettre en question l’investissement. Avoir conscience des effets de base favorables (bancaires) et défavorables (jeux vidéos)..
- Vérifier l’actionnariat et penser aux conséquences que peuvent engendrer certains actionnaires paquebots.
- Réagir aux bulles inopinées et savoir prendre les profits inespérés (Archegos) sans se laisser biaiser par le plus haut manqué : une fois la valorisation cible passée >> stop suiveur si disponible chez le courtier.
- être plus patient moins court termiste, parfois il faut deux trois publications au marché pour comprendre et valider ma thèse smile (Maurel, Desjoyaux…). Pas la peine d’essayer de "jouer la publication" d’un dossier peu maitrisé, cela ne marche jamais.
- Faire moins de mouvements… donc rejoint le "être plus patient" avec les thèses solides du portefeuille. le courtage n’est rien mais les erreurs de jugement hâtif coutent très cher. Si du cash est disponible et brûle les doigts >> ETF Monde ou renfort de dossiers maitrisés.
- Identifier et rester dans son cercle de compétences. Cela n’empêche pas de l’élargir à un moment donné, mais il faut mieux éviter de le surestimer.
- Réfléchir aux pondérations des titres détenus et à leur nombre : pour compenser l’absence de flux d’épargne significatif et réduire la charge mentale. Je n’ai pas encore trouvé de solution satisfaisante pour le moment.
- Etre réactif pour l’étude succincte de dossiers à première vue "évidents" et prendre une décision circonstanciée.
- Accepter de rater un paquet de trains si je ne les ai pas suffisamment étudié pour que le pitch soit automatique.
- Réduire le levier sur CTO : afin de réduire le risque d’appel de marge et d’avoir un peu de cash en cas de besoin, plutôt que de se sentir "obligé" d’investir le levier tellement il est disponible….  Rarement rentable si dipiresifié. Evite aussi les ventes malheureuses dont le seul but est de réduire le levier au moment où cela chauffe. Il vaut mieux vendre un ETF large, comme début 2020, aucun regret avec un indice…
- accepter le spread sur les boites peu liquides dont la thèse est limpide, il vaut mieux le spread que de rater le train d’un dossier maitrisé.
- Quand un dossier part en sucette, (auto/jeux vidéos), prendre le temps nécessaire pour scénariser la suite en termes de fondamentaux et de valorisation, plutôt que d’attendre bêtement le prochain profit warning…

Cela fait un paquet de points à améliorer. J’ai la nette impression que la volatilité favorise la multiplication de mes bourdes. smile

Merci aux copains pour les échanges enrichissants et les bons dossiers (Atkr, ALMOU, les shorts…), on apprend davantage et plus vite à plusieurs. big_smile


Parrain InteractiveBrokers Boursorama ETPL4810 Degiro Fortuneo 12470190 iGraal eBuyClub RedSFR BSDirect

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #148 17/01/2022 00h52

Membre (2012)
Top 20 Réputation
Top 5 Portefeuille
Top 10 Actions/Bourse
Top 20 Obligs/Fonds EUR
Réputation :   948  

bibike, le 05/01/2022 a écrit :

Le seul moyen de remédier à cela c’est d’accepter d’avoir un peu de cash non investi de temps en temps, il vaut mieux zéro de rendement qu’une perte parce qu’on s’est senti obligé d’investir le cash et de le diversifier sur une boite que l’on ne maitrise vraisemblablement pas.

Pas tout à fait smile
Sur Interactive Brokers, vous pouvez très bien augmenter votre marge (ou au contraire la baisser) selon le nombre de "bons" dossiers que vous visez/découvrez. La modulation de la marge est un bel outil qui permet de résoudre votre dilemme (l’outil a bien sûr un coût, there’s no free lunch, mais un coût faible au regard des avantages je trouve). Bien entendu, ça ne concerne pas le PEA mais pour ma part, ça concerne une part de plus en plus grande de mon patrimoine financier.


Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe. Meduse Paris :)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #149 17/01/2022 07h33

Membre (2016)
Top 20 Réputation
Top 10 Portefeuille
Top 5 Actions/Bourse
Top 20 Monétaire
Top 10 Banque/Fiscalité
Réputation :   1295  

Bonjour PA ! smile

Tout à fait, en fait je pensais au PEA / PEA-PME en particulier en écrivant cela. C’est dans cette enveloppe à cash positif que j’ai fait la majorité de ces boulettes de court termisme pour ne pas avoir de cash non investi.

Mon CTO IB n’a jamais connu de solde espèces créditeur lol c’est une des raisons d’être d’un tel outil. Un lombard modulable à 1.5% cool

C’est plus facile psychologiquement sur CTO, on module le levier sans même regarder, on n’a pas l’impression d’être sous investi, même si on a réduit le levier en vendant un titre.


Parrain InteractiveBrokers Boursorama ETPL4810 Degiro Fortuneo 12470190 iGraal eBuyClub RedSFR BSDirect

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #150 17/01/2022 17h40

Membre (2020)
Top 150 Réputation
Réputation :   129  

Bonjour @bibike:

J’ai lu avec beaucoup d’intérêt vos trois posts d’auto analyse de la gestion de votre portefeuille en 2021 et je me permets de vous faire part de quelques commentaires:

1 - Vous êtes trop classique et sans doute un peu influençable: par exemple vous êtes tombé dans les deux tartes à la crème Claranova (vous en êtes sorti) et piscines Desjoyaux sans doute du fait du nombre important de roulements de tambours qu’il y a eu autour de ces deux valeurs.
Ne pas oublier qu’un PP est en compétition avec d’autres PP (pas trop de difficultés, le niveau moyen est très bas) mais aussi avec des professionnels et qu’il y a, au moins partiellement (*) un phénomène de vases communicants, ce qui est gagné par certains est perdu par d’autres.

Il faut donc être très critique vis à vis des "conseils" des analystes, se faire sa propre opinion, ne pas hésiter à sortir des sentiers battus et à anticiper les tendances.

2 - je ne pense pas que vous ayez raison d’avoir des lignes d’actions étrangères: bien sûr vous pouvez avoir de la chance mais vous disposez de beaucoup moins d’informations que les intervenants de ces marchés n’en disposent dans leurs propres pays: vous partez donc avec un handicap.
En ce qui me concerne, par exemple, la seule action étrangère que j’ai en portefeuille c’est UMG, à la suite du spin off Vivendi.

3 - en ce qui concerne le secteur bancaire vous avez raison, il était assez évident qu’avec une montée de l’inflation et sans doute une hausse à terme des taux les profits bancaires allaient s’envoler en 2021 et 2022.
BNP par exemple dispose de liquidités et va peut être bientôt racheter une autre banque (SG un peu trop hypothétique, Santander ? ou un italien ?) mais il vaut toujours mieux s’intéresser à une cible qu’à un prédateur et lequel ?
Dans ce contexte j’ai préféré acheter du Rothschild dont on parlait peu à la mi-2020. Les achats effectués par la famille ont fini de me convaincre de choisir cette bancaire. Le cours a été multiplié par deux.

4 - l’anticipation est dangereuse mais elle peut rapporter gros …. ou se terminer en catastrophe, surtout sur les petites valeurs.
Je ne vous parlerai pas par exemple d’Artefact (qui avait mal commencé), de SQLI ou d’ESI mais plutôt de loosers actuels comme Solocal (je viens de poster un message, je me suis fait accueillir sur ce fil comme un perdreau de l’année) ou Figeac.
Dans ces cas discipline de fer, moyenne uniquement à la hausse après y avoir trempé juste un orteil, etc …
En anticipation, je pense que le secteur des équipementiers auto (PVL, Plastic Omnium, Akwel, etc …) va ou est en train de se retourner.
Aux US la pénurie de nouvelles voitures fait exploser les prix des voitures d’occasion, je pense qu’en Europe l’offre en voitures neuves va reprendre … avec une forte hausse des prix.

(*) la performance de 2021 est en grande partie due à l’afflux de liquidité qui a largement contribué à la hausse générale (la demande fait monter les cours).

Dernière modification par Jbpv (18/01/2022 00h17)

Hors ligne Hors ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Discussions similaires à "portefeuille d'actions de bibike"

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur