Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ? Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

[+1]    #101 14/05/2020 14h43

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   972  

Bonjour LoopHey,

Sur Hexaom mon PRU est de 23.60, un peu moins que ce que l’on cote aujourd’hui.
Je n’ai pas du tout regardé les capitaux propres, intangibles et compagnie, j’ai regardé uniquement la génération de free cash flow et son rapport à l’EV (et l’endettement).

Avec le cours d’aujourd’hui grosso modo : 2019/2021/2022 environ 25 M€ de FCF pour 145 M€ d’EV. 17% de rendement avec une situation cash nette, fin de l’analyse pour moi.

Pour les motivés il y a peut-être des choses à retraiter dans les comptes, avances sur contrat ou que sais-je. HEXA représente 1.5% de mon portefeuille de plus de 100 titres, pour cette allocation je n’ouvre pas les rapports et j’accepte l’inexactitude de mon "analyse" + mon incompétence d’analyse stratégique ou sectorielle.

2020 je ne regarde pas c’est l’inconnu et ça n’a quasiment aucune importance sur la valorisation, pour cela je vous renvoie à mon message #95 et une petite modélisation DCF.

La société me semble avoir les reins largement assez solides pour passer la crise "tranquille", après le logement en France c’est sacré, j’ai bon espoir pour le secteur avec nos politiques pro-constructions (sans compter l’éventuel entrain supplémentaire apporté par le confinement de gens aux logements trop petits), je lisais dans Les Echos de mémoire, qu’il y avait de la demande ++ pour la création de lotissements suite au COVID… Bref pas d’inquiétude pour le secteur post crise sanitaire.

Un petit tour sur les marques du groupe pour voir quelle est celle qui opère près de chez vous smile

Je n’ai pas déterminé d’objectif de cours, je le ferai quand je n’aurai plus de cash et l’envie d’arbitrer.

PS : si l’évolution des capitaux propres sur longue période vous intéresse vraiment alors elle est à retraiter des dividendes versés car là il vous en manque un bon morceau wink
Et pour les intangibles/goodwill, temps que cela génère du cash-flow et que mon rendement sur FCF est sympa je m’en moque. smile

Bonne journée

Dernière modification par bibike (14/05/2020 14h44)


Parrain InteractiveBrokers IngDirect SENZYDB Bourse Direct Boursorama Degiro Fortuneo 12470190  eBuyClub Poulpeo iGraal

Hors ligne Hors ligne

 

#102 03/06/2020 22h17

Membre
Réputation :   30  

Bonsoir Bibike,

Quel a été le résultat de votre stratégie de renforcement face à la correction ?
Quelle est votre performance ytd avec reporting 05/2020 ?

Avez-vous analysé BESI ? Le titre réagit fortement et rapidement en correction mais rebondit très rapidement également. Un point d’entrée <20€ est intéressant mais le potentiel est sûrement au-delà de 50€ compte tenu de l’AI, la 5G, biotech…

Dernière modification par peakykarl (03/06/2020 22h26)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #103 04/06/2020 13h01

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   972  

Bonjour peakykarl,

Je ne connais rien à BESI et encore moins à ses technologies.
Si je devais m’y intéresser alors je relirai les posts de PoliticalAnimal sur cette entreprise, il semble très bien la connaitre et cela fait au moins deux fois qu’il arrive à l’acheter sur ces points bas avant qu’elle ne se revalorise fortement.

A fin mai voici où j’en suis :
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/11791_2020-05_ptf_bbk.jpg

Donc je suis à -14.9% de mon plus haut, comme le CW8 (-14.5%).
Sur 2020 je suis encore à -11% contre -8% pour le CW8.
En cumul je paye toujours ma très mauvaise année 2018.
Mon PEA surperforme encore cette année fasse à l’indice World, et pourtant il est composé quasi exclusivement de small & mids françaises et avec ça je bats le world ça fait plaisir.

Mon CTO Degiro est ma bête noire, j’aurai mieux fait de ne jamais l’ouvrir.
3 raisons à cela :
- la plupart de mes daubasses américaines et canadiennes ont un parcours catastrophiques.
- le levier : j’ai augmenté mon levier en novembre/décembre juste avant le krach, donc j’ai amplifié le mouvement de baisse et j’ai été obligé de déleverager dans la descente des actifs qui ont remonté depuis (mes ETF World & S&P500). C’est le jeu. De mémoire je dirai que cela m’a coûté un peu moins d’un mois de salaire. Moins si je compte ce que j’ai pu racheter plus bas et qui a remonté depuis.
- les foncières : URW, SPG, surtout SPG a fortement baissé sans rebondir comme le marché. Mais cela va venir et cela a commencé en juin. URW j’ai un PRU de 50/60 € en fonction des comptes donc je l’ai achetée assez bas.

Au plus bas de la crise que j’ai mesuré (je ne fais tourner xlsPortfolio qu’en fin de mois et qu’en cas d’apport donc j’ai sûrement eu plus bas) je perdais à peu près l’équivalent de 24 mois de salaires par rapport à mon plus haut.
Aujourd’hui j’ai repris environ 17 mois de salaires, donc le plus gros est fait, et surtout j’ai un portefeuille plein de belles sociétés à bas prix d’achat… smile

Niveau stratégie de renforcement, comme je l’échangeais avec maxicool le 09/04, mon "plan spécial baisse potentielle" a subi des évolutions majeures puisque les fonds du prêt conso ont tardé à arriver, et que comme je le pensais, j’ai arrêté de regarder les indices et j’ai acheté en fonction des entreprises que je croisais et de leur prix, sans m’occuper du niveau des indices.
A vrai dire, l’outil DCF a été d’une aide précieuse pour m’aider à décider d’acheter, et éviter d’attendre une seconde baisse qui ne viendra peut-être jamais. Je préfère rater cet éventuel point bas, que de ne rien acheter pendant de telles soldes. Je ne sais pas si c’est finit, mais à vivre ce krach, j’apprends à comment le gérer et le mesurer, ce sera utile pour le prochain.

Donc aujourd’hui je n’ai presque plus de liquidités, en incluant la marge Degiro utilisée j’ai même un léger levier type 1.01.
Pour d’éventuels futurs achats je devrais donc arbitrer et j’ai déjà des clients en tête qui ont drôlement bien grimpés* ou dont je ne veux plus**.

*Je pense à Michelin qui a quasi retrouvé ses plus hauts, Vinci, Pandora qu’il faut que je revalorise et une daubasse. Peut-être BNP qui grâce à mes renforcements durant la crise est enfin largement en plus-value alors que je trainais une MV depuis des années.
** J’ai déjà sacrifié quelques daubasses européennes, américaines et canadiennes. Avant je répliquais à 100% leur portefeuille sans réfléchir, maintenant je deviens plus regardant et je sélectionne seulement mes préférées. Celles qui me semblent le moins risqué, qui font apparaître un catalyseur potentiel, qui semblent le plus décotées par rapport à des multiples de valorisation historiques qu’elles ont déjà atteint (et pas seulement en fonction de leur valeur potentielle calculée en 2020). Je tiens davantage compte de la vision de mister market, il y a des décotes qui perdurent et qui perdureront probablement pour illiquidité notamment.

Quand j’aurai le temps j’essayerai de lister mes mouvements depuis mon dernier message, maintenant que j’ai repris le boulot et que je n’ai plus de liquidités cela devrait être plus calme.


Parrain InteractiveBrokers IngDirect SENZYDB Bourse Direct Boursorama Degiro Fortuneo 12470190  eBuyClub Poulpeo iGraal

Hors ligne Hors ligne

 

#104 05/06/2020 16h09

Membre
Réputation :   30  

Bonjour,

Effectivement je vais me rapprocher de PoliticalAnimal pour Besi.

Degiro est comme IB très facilitant sur la marge et appliquée aux foncières ça peut vite faire des dégâts !
Qui plus est l’expérience client sur l’interface degiro est je trouve excellente ce qui fait que l’on peut avoir le clique ACHAT facile !  Votre avis ?
URW et SPG avec certaines mREIT ont le plus corrigés… Heureusement que votre Pru n’était pas de 1xx€ !
La remontada d’URW est spectaculaire +20% en quelques jours après être restée en désuétude des mois… Tout ça grâce en partie à la réouverture et la cession encore d’actifs. Au moins ils ont du cash maintenant c’est déjà ça.

Vous avez pu profiter en partie des soldes mais pas totalement ? Le placement du cash en période de solde était insuffisant ?

Je vous rejoins sur la pertinence des DCF… En période actuelle c’est qui met en avant le critère de solvabilité et permet d’éviter les défaillances.

Je partage également avec vous les enseignements de ce krach…

Hors ligne Hors ligne

 

#105 11/06/2020 09h34

Membre
Réputation :   27  

Bonjour Bibike,
J’ai vu que vous avez une "Fair Value" dans votre suivi de portefeuille. Comment obtenez-vous cette valeur ?
- via abonnement à un site web, style morningstar?
- via calcul de croissance des profits? (style PEG)
- DCF?
- autre?
Une fois calculée, quel est votre indice de confiance sur cette valeur en général dans vos prise de décisions?

Edit: en fait, vous avez déjà répondu ici, aux temps pour moi

Dernière modification par Swingueur (11/06/2020 09h56)

Hors ligne Hors ligne

 

#106 11/06/2020 10h05

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   972  

Bonjour Swingueur,

C’est du calcul personnel.

Pour les banques, assurances, je regarde les multiples de P/B sur Morningstar sur 10 ans. J’exclue 2011 et je fais la moyenne.

Pour la plupart des autres valeurs c’est du DCF perso à partir des FCF prévisionnels des analystes (prévisions ZoneBourse), quand je trouve leur estimation cohérente avec l’historique et la croissance potentielle (ou la mienne pour les rares entreprises que je connais bien). Donc FCF prévisionnels sur 2/4 ans suivant ce qu’il y a, ensuite croissance à 0% ou à 1% suivant mon degré de confiance (ça ne change pas énormément la valeur). Pour de rares valeurs, comme Claranova je vais allonger un peu plus longtemps la croissance, en fonction de leurs objectifs de plan stratégique par exemple.

Pour des valeurs qui ne dégagent pas de FCF car ils réinvestissent tout (ce qui complique le DCF même si ce n’est pas impossible), je peux avoir un objectif plus simple type ratio VE/EBITDA, que je calibre en fonction du secteur donc de l’intensité capitalistique sous-jacente.

Le PEG, je l’utilise pour les profits mais aussi pour mesurer la cherté d’un VE/EBITDA en fonction de sa croissance estimée (sur VE/RN aussi, VE/FCF..), il ne me permet pas de déterminer la valeur mais seulement de juger si le multiple payé à l’achat est cher au regard du potentiel de croissance estimé.

Et enfin quand je n’ai pas fait d’estimations, ma colonne Fair Value se complète du plus haut à 52 semaines, quand on s’en approche c’est pour moi le signal qu’il faut que je réfléchisse à la valorisation : sauf pour une poignée d’actions que je buy & hold type Microsoft.

Ma FV peut légèrement varier en fonction de mon degré de confiance, admettons que je trouve un potentiel énorme et que je ne comprenne pas pourquoi la valeur semble massacrée alors je vais prendre 80% de ma FV par exemple. Mais c’est rare, la plupart du temps j’ai confiance dans mes calculs, pas qu’ils soient formidables mais comme je comprends comment je les monte et les hypothèses qu’il y a derrière il n’y a pas de raison de douter (le DCF est un formidable révélateur d’hypothèses).


Parrain InteractiveBrokers IngDirect SENZYDB Bourse Direct Boursorama Degiro Fortuneo 12470190  eBuyClub Poulpeo iGraal

Hors ligne Hors ligne

 

#107 11/06/2020 10h15

Membre
Réputation :   53  

Comment est-ce que vous estimez le wacc ?

Hors ligne Hors ligne

 

#108 11/06/2020 11h11

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   972  

Le calcul du WACC tel que je le connais est : taux sans risque + prime de risque x beta = coût moyen des capitaux propres
Ensuite (CMCP x capitalisation boursière + coût de la dette après impôt x total des dettes portant intérêt) / VE = WACC

Je n’applique pas ce calcul pour deux raisons :
Le beta : c’est une mesure de la volatilité passée par rapport à un indice de référence, c’est sensé représenter le risque, et dans le WACC cela joue donc sur la valorisation. Je ne suis pas d’accord. Je me demande quel est le beta d’une entreprise en private equity.
En plus le beta sur des nano caps illiquides cela n’a aucun sens.
Bref je le neutralise, pour moi il est de 1 pour tout le monde dans un DCF.

Ensuite la pondération du coût des capitaux propres par le coût de l’endettement. On est période de taux historiquement ultra bas. en théorie à long terme il y a plus de "chance" que ces taux remontent que l’inverse puisqu’on est déjà au plancher.
Dans le calcul du WACC, ces taux bas, favorisent déjà l’abaissement du coût des capitaux propres par la faiblesse du taux sans risque, les entreprises en profitent également et s’endettent massivement pour certaines. Utiliser cette pondération du CMCP par le coût de l’endettement reviendrait le plus souvent à abaisser encore le WACC ! Et donc à favoriser les entreprises les plus leveragées ! Pas conservateur du tout.

Donc j’applique mon propre WACC, grosso modo 8/9%, ma préférence, ce qui s’approche des taux historiques. Mais je ne suis pas totalement aveugle face aux sirènes des politiques monétaires accommodantes, donc j’ai une table de sensibilité qui me donne la valeur des flux futurs avec l’utilisation de WACC plus bas, plus en phase avec la période à laquelle nous vivons. Cela me permet parfois de comprendre le prix d’une action à un instant T.

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/11791_excel_exemple_dcf.jpg

Je vais être moins regardant sur les entreprises à forte visibilité et moindre cyclicité.

PS : si on considère 1% le taux sans risque actuellement + 5.5% de prime de risque (borne haute de l’historique) avec un beta de 1 on a un coût moyen des capitaux propres de 6.5%. Qu’on devrait encore baisser en pondérant avec le coût de l’endettement….

Donc à 8% dans mes DCF, avec un léger regard non décisionnaire sur le 6% au plus bas dans ma table de sensibilité, je me considère suffisamment conservateur.


Parrain InteractiveBrokers IngDirect SENZYDB Bourse Direct Boursorama Degiro Fortuneo 12470190  eBuyClub Poulpeo iGraal

Hors ligne Hors ligne

 

#109 11/06/2020 11h53

Membre
Réputation :   53  

Merci pour la réponse.

Juste une remarque, le beta utilisé pour calculer le wacc correspond normalement à un beta desendetté, donc sans rapport avec l’évolution du cours vs un indice. 

Cout du capital = risk free rate + B de l’actif économique * (Rentabilité exigé - risk free rate)

C’est censé mesurer le risque de l’actif économique, le beta de Danone est ainsi infiniment inférieur à celui de Valeo.

En partant du principe que tous les Beta font 1 vous désavantagez les sociétés ayant une activité à faible risque et avantager les sociétés ayant une activité comportant un risque élevé.

Hors ligne Hors ligne

 

#110 11/06/2020 12h18

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   972  

Pour le beta il y a effectivement plusieurs façon de le considérer, après il faut avoir l’info source ! smile Effectivement le sectoriel désendetté est plus intéressant. Mais même avec l’info il y a encore la difficulté de choisir le secteur, pas toujours simple sur des sociétés diversifiées. Et faire un DCF par branche devient vraiment compliqué.

Les sociétés à faible risque sont déjà favorisées par la relative stabilité de leur cash-flow dans le DCF.
On peut aussi manuellement, rajouter 1% ou 2% au WACC si on est pas à l’aise avec la prévision de cash-flow utilisée.

C’est ce que je sous-entendais en écrivant "Je vais être moins regardant sur les entreprises à forte visibilité et moindre cyclicité."

Des sociétés comme Valeo je ne me prends pas la tête à essayer de faire un DCF, c’est carrément impossible tellement c’est cyclique. Enfin à mon niveau en tout cas.

Pour Valeo, je l’ai achetée à 16.10 €. A ce prix elle décotait de 17% sur ses capitaux propres 2020e, et davantage encore sur les prévisionnels 2021.

Il y a sûrement plein d’intangibles chez Valeo mais ils ont de la valeur, il y a beaucoup de R&D et ma voiture de 2000 est pleine de pièces Valeo (et j’en achète régulièrement sur Oscaro) sans compter la 1ère monte. Je ne sais pas valoriser leurs intangibles mais je sais qu’à un P/B de 0.83 je considère prendre très peu de risque sur cette entreprise en particulier.

Pour la vente de Valeo, une fois qu’elle aura passé cette période noire, je regarderais les multiples historiques / EBITDA ou RN, en excluant probablement son plus haut de 2017.

Dernière modification par bibike (11/06/2020 16h50)


Parrain InteractiveBrokers IngDirect SENZYDB Bourse Direct Boursorama Degiro Fortuneo 12470190  eBuyClub Poulpeo iGraal

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #111 15/07/2020 18h43

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   972  

Mouvements depuis le 09/04/2020


14/04/2020 : Achat de ETF Lyxor Greece en PEA, pas de grande thèse juste un marché massacré plus que les autres comme la Russie, donc achat d’un petit K€ contrariant.
Achat de ETF Lyxor Nasdaq100 : mettre du Nasdaq en PEA, une manière de ne pas s’enquiquiner à choisir ou à multiplier les lignes aux US, avec la fiscalité du PEA. J’aurai dû en prendre plus.

15/04/2020 : Achat de Nexity à 28 euros, j’aime bien les promoteurs immobiliers, ils sont attractifs en termes de FCF Yield et vu l’aura du logement en France je ne m’inquiète pas trop pour leur activité après la crise.

Vente d’Amazon à 2284$. J’avais besoin de fonds pour d’autres titres qui me semblaient avoir plus de potentiel. Pourtant depuis le géant américain a encore grimpé de près de 40%… Incroyable. J’encaisse malgré tout une PV de 25% en 3 mois et demi mais c’est rageant, comme tout ce qui semble évident à postériori.. smile

16/04/2020 : Achat de Kaufman & Broad à 30.60 euros, même raison, dommage d’avoir raté les 19 euros.

20/04/2020 :
Triplement de ma position sur Bastide à 34.40 €. Une entreprise de qualité, qui n’a pas trop souffert de la volatilité du marché, à juste titre puisque ses magasins sont restés ouverts et qu’elle vend des respirateurs, des masques, du gel, et du maintien à domicile, très prisé en ces temps d’hôpitaux surchargés. Cela faisait des années que je voulais revenir sur cette entreprise, je ne sais pas si j’aurai l’occasion de renforcer ma prise de participation mais au moins elle est initiée pour 2% du portefeuille.

Renforcement de BNP Paribas à 25.40 €. Les bancaires souffrent avec la crise sanitaire et offrent des points d’entrées très bas en termes de P/B. Des décotes de 45/60% … Plus value latente (PVL) de +52% depuis.

Achat de Valéo à 16.10 €. Je réinitie une toute petite position (0.7% du portefeuille) après avoir vendu à 30 € il y a quelques mois. Concrètement on cote avec 17% de réduction sur la book value, pour un équipementier de cette taille et de cette diversité cela me parait être un excellent point d’entrée. Par contre il faudra être patient, il risque de se passer 2/3 ans avant que le cycle ne reparte.
Déjà +51% de PVL depuis mon achat.

Renforcement de Renault à 16.80 € (0.7% du portefeuille). Même histoire, on cote avec 86% de décote sur book value, et 83% sur BV tangible…. La participation dans Nissan représente une importante part de la BV mais quand même, tout va mal et les ventes sont à l’arrêt à cause du COVID. Bref, je parie sur un bas de cycle et on verra plus tard si c’était opportun. PVL de 41% depuis.

22/04/2020 :
Achat de Flow-traders à 29.76 €. Publication d’un trimestre record, x14 YoY. Le marché ne semble pas prendre en compte la politique de distribution de l’entreprise, qui ex div 2020 fait apparaitre des multiples 2021 & au delà bien inférieurs à l’historique, cf la file dédiée.

21/04/2020 :
Achat de Klepierre à 15.90 €. Pour changer un peu d’Unibail et SPG, une autre foncière de qualité malmenée par le COVID

27/04/2020 :
Rachat d’un sixième de mon ex position Gaumont à 99 €. La thèse est connue, je rachète quelques titres après avoir vendu entre 135 et 116 €. Petite ligne car l’éventuel catalyseur tarde à arriver.

29/04/2020 : Rachat de 2CRSI à 2.75 €. Une IPO de 2019 (10 €) devenue nano-cap, active dans les serveurs et le cloud. Un thème d’investissement d’actualité en période de télétravail forcé.
La société rassure sur les impacts du COVID : moins de 1% de CA en Chine, du stock en stock, production locale….
On est à 2X l’EBITDA 2020, 0.8x le 2021… PER 6 et 3… VE/RN 4 et 2… FCF Yield >10%.
Certes c’est du prévisionnel sur une nano caps (donc révision en baisse à venir) mais cela se tente vu le prix et la structure financière (il y a peut-être des histoires d’avances dans la tréso).
La société paye sa faible liquidité et quelques déceptions sûrement sur ses premières publications. A ce prix on est largement sous les capitaux propres, et les prévisions qui n’engagent que ceux qui les croient, semblent alléchantes. PVL de 43% depuis.

Achat d’Ubisoft à 69.16 €. L’entreprise redevient abordable et devrait profiter du confinement, investissement "thématique" plus que quantitatif. PVL 4% seulement depuis, la société est malmenée par des problèmes RH, comme évoqué sur la file.

Renforcement de Catana à 1.90 €. La société va fortement être impactée par la crise, mais son bilan est solide. C’est osé mais les perspectives court terme sont très mauvaises, il me semble que c’est un bon moment pour être contrariant. PVL +19% sur ce renforcement pour le moment.

30/04/2020 : Achat d’Euronav à 10 €. La société devrait profiter de la crise de suroffre du pétrole pour louer chèrement ses tankers. MVL -20% depuis…

05/05/2020 : Doublement de ma position sur Hexaom à 24.70 €. Même logique que sur NXI et KOF. Me voici avec un PRU de 23 € environ après avoir vendu à 36 € au début de la crise du COVID. Depuis le titre est bien remonté : PVL 37%. Grâce à mes emprunts, j’ai 5x plus de titres HEXA qu’avant le COVID avec un PRU inférieur de 30%. smile

11/05/2020 : achat de Schneider Electric à 80.40 €. Une très belle big cap que j’avais brièvement possédé en 2011 avant de la revendre 118 euros à l’époque. PVL +25% depuis et sans doute bientôt vendue, à suivre.

Achat de Thermador Groupe à 44.40 €. A ce prix l’entreprise de distribution de produits spécialisés pour le bâtiment et l’industrie apparaît peu chère, 8/9% de FCF Yield, de la croissance régulière….

Achat d’Unibail à 48 € après avoir vendu en mars à 66 euros. Tellement de décote en apparence.. On verra bien.

Achat de Korian à 30.66 €. Moins qualitatif qu’Orpéa mais le prix me semblait plus intéressant, surtout vis à vis de l’endettement. Les maisons de retraite sont sous le feu des critères avec les décès COVID, pourtant c’est malheureusement un business d’avenir avec une croissance assurée par les listes d’attente…

12/05/2020 : Renforcement de SergeFerrari à 5 € suite à l’annonce de la solution AGIVIR anti COVID développée. Renforcement à 5.40 € le lendemain. Le cours de l’action va littéralement exploser à plus de 10 € pour dégonfler presque aussi sec en quelques semaines. Je n’ai encore une fois pas su profiter de la bulle spéculative COVID (3ème fois smile ). On verra avec les publications.

Achat de Coface à 5.20 €. Un assureur bien décoté comme ses pairs et comme les bancaires. Pas trop de calculs scientifiques à part le traditionnel P/B, suffisamment parlant pour des financières. PVL 23% à date, mon objectif sur ce type de valeur se base sur un P/B historique.

Elior le 13 mai à 5.70 euros : grosse gamelle du titre, fortement impacté à court terme par le COVID, forte présence européenne dans des restaurants d’entreprises et écoles qui ont tous fermés. Dette nette/EBE 2.5x, covenants à 4.5x. Je prends un prix que j’estime conjoncturel et qui finira bien par reprendre des couleurs.

Le même jour, renforcement de Simon Property Group à 53.20 $. Le même problème que j’espère conjoncturel, que ses pairs européennes.

14/05/2020 : renforcement de Microsoft, du pur GARP que j’espère buy & hold. Devrait profiter aussi de la crise sanitaire par la digitalisation massive d’entreprises en retard sur les outils collaboratifs et le cloud.

18/05/2020 : Achat de Nacon à 4.91 €. Le spin off de BigBen, le développeur n’est pas vraiment cheap, c’est un investissement "thématique" comme UBI.

22/05/2020 : Renforcement de SQLI à 15.15 € après avoir vendu vers 19 €. Rappelons qu’un bloc important a été vendu fin 2019 à 28 €, ce qui laisse un potentiel très important en cas d’opération sur le capital. PVL +36% en attendant.

La suite, une autre fois… smile

Dernière modification par bibike (15/07/2020 23h21)


Parrain InteractiveBrokers IngDirect SENZYDB Bourse Direct Boursorama Degiro Fortuneo 12470190  eBuyClub Poulpeo iGraal

Hors ligne Hors ligne

 

#112 15/07/2020 20h42

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   149  

bibike a écrit :

14/04/2020 : Achat de ETF Lyxor Greece en PEA, pas de grande thèse juste un marché massacré plus que les autres comme la Russie, donc achat d’un petit K€ contrariant.

Bonjour,
Il s’agit quand même de 2 extrêmes en terme de PE, la Russie est autour de 7 à fin juin alors la Grèce est au sommet à 37.
Voici une carte du monde actualisée avec différents indicateurs : StarCapital AG - stock-market-valuation

Dernière modification par Tahure (15/07/2020 20h47)

Hors ligne Hors ligne

 

#113 15/07/2020 21h48

Membre
Réputation :   22  

Merci pour le partage même s’il arrive un peu tard.. Dommage que ce ne soit pas plus proche niveau temporel entre l’achat et la publication histoire d’avoir parfois quelques bonnes idées supplémentaires smile

Dernière modification par Ulysse (15/07/2020 21h48)

Hors ligne Hors ligne

 

#114 15/07/2020 22h53

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   972  

Bonjour Tahure,

Je n’ai pas comparé leur cherté simplement le massacre boursier que ces zones ont subi.
Je n’ai pas regardé le PE de la Grèce, la Russie avait effectivement l’avantage de présenter en plus du massacre, un PE faible.

L’indice MSCI Greece IMI + Coca-Cola 20-35 Net Total Return de l’ETF est composé de :
Coca-Cola Hellenic Bottling Company : l’embouteilleur n°2 de Coca 25% de l’indice : si j’ai bien compris, cet embouteilleur a été fondé en Grèce en 1969 mais siège maintenant en Suisse.
OTE HELLENIC TELECOM : opérateur historique de télécommunication 16%
JUMBO : N°1 du retail de jouets en Grèce 9%
OPAP : le FDJ Grec 9%
Deux banques pour 10%
MOTOR OIL HELLAS : raffinage et de traitement de pétrole brut, de mazout et de méthanol 4%
etc…

@Ulysse : désolé, c’était chargé ces dernières semaines/mois, je ferai plus frais pour les opérations de mi mai à ce jour, d’ici fin de semaine j’essaie.

PS : les "bonnes" idées sont plus claires avec du recul, les mauvaises aussi ^^
PS2 : malgré des rebonds de 50% sur certains titres, j’envisage de racheter des titres cycliques qui sont toujours faiblement valorisés…

Dernière modification par bibike (15/07/2020 23h10)


Parrain InteractiveBrokers IngDirect SENZYDB Bourse Direct Boursorama Degiro Fortuneo 12470190  eBuyClub Poulpeo iGraal

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #115 16/07/2020 16h03

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   972  

Suite et fin de mise à jour, mouvements du 25 mai au 15 juillet 2020

Buffett explique qu’il est difficile de prendre des 100 aines de bonnes décisions, et qu’avec Charlie ils se sont fixés pour objectif d’avoir une seule bonne idée par an.
Sans avoir la prétention de répliquer Buffett ou d’imiter l’inimitable, car cela sous-entendrait de concentrer son portefeuille avec conviction, cela m’a donné envie de faire les poussières dans le mien.

Avec plus de 100 titres en portefeuille j’ai mis en place une série de questions pour faire le ménage, en évitant de couper les fleurs et d’arroser les mauvaises herbes.
1) D’abord masquer les PRU et les PV/MV latentes pour ne pas se laisser influencer.
2) Regarder chaque titre et avec ma connaissance de son histoire et de son actualité, me demander :
a) est-ce que je préférerai posséder ce titre aujourd’hui dans l’environnement actuel ou bien un ETF World ou S&P500 ?
b) Ses fondamentaux sont-ils de telle qualité que je ne veux absolument pas m’en séparer ?
c) Cette entreprise me semble t’elle être tellement sous-évaluée qu’il est fort probable que la conserver soit plus rentable que d’arbitrer vers un ETF World ?
d) Ces fondamentaux sont-ils si pourris actuellement qu’il est peu probable que son parcours boursier puisse rattraper un bête ETF à 1 ou 2 ans ?

Avec ce type de questions, je tranche très vite et je me suis retrouvé avec 13 titres à vendre immédiatement (soit 7% de cash directement disponible), et quelques titres à réétudier pour décider.
Tout de suite cela permet de rapidement trouver du cash à employer sur de meilleurs dossiers ou à défaut le marché (mais pas rester liquide…).
Dans les titres que j’ai vendu immédiatement, 10 sont des daubasses (certaines en PV d’autres en MV), les trois autres ventes sont Keyrus (-64% en deux ans, la normalisation des marges par le haut me semble compromise), NRJ Group (-23% en 6 mois, il y a un risque de value trap important) et Viel & Compagnie (+11% en un mois et demi : la part de Bourse Direct dans les résultats est bien trop faible).

En procédant ainsi, et en achetant effectivement un ou des ETF avec les liquidités dégagées :
- je concentre* mes "meilleures idées théoriques" et je coupe mes mauvaises herbes (tout est relatif j’ai encore 98 titres hors ETF mais il faut savoir se débarrasser des boulets)
- je ne fais pas de market timing en gardant du cash
- je diversifie davantage avec un ETF, c’est plus simple, moins fastidieux à suivre (y’a rien à suivre, l’avantage de l’ETF est que l’on ne se pose pas la question de la divergence prix/valeur, on veut être investi dans le marché on le fait et c’est tout).
- je ne surestime pas mes capacités à essayer de surperformer le marché en concentrant excessivement mon portefeuille. Quand bien même je n’aurai qu’une seule ligne de conviction, l’ETF viendra diversifier pour limiter mon risque spécifique.
En théorie cela limitera aussi l’impact de mes mauvais choix en les coupant maintenant qu’en attendant une recovery que je n’aperçois même pas opérationnellement.

Maintenant que les mauvaises herbes sont arrachées, on continue les emplettes…

25/05/2020 :
Achat de Catering International Services à 9.40 € : un métier difficile qui souffre de la crise sanitaire mais une offre indispensable à l’activité de ses clients. PVL de 4%.

Achat de M6 à 8.90 € : j’ai longuement lorgné sur TF1, les deux proposaient des FCF Yield supérieurs à 10%, en utilisant le comparateur d’IH, M6 a de meilleures marges et rentabilité (MOP/FCF/ROE). Le potentiel sur DCF était aussi plus intéressant.  PVL de 12%.

26/05/2020 : suite aux discussions sur le forum sur les ETF Momentum, et étant toujours sous-ponderé aux USA et en dossier de qualité US (n’ayant pas les compétences de les sélectionner moi même), j’ai acheté quelques parts de l’ETF iShares Edge MSCI USA Momentum Factor UCITS ETF USD (Acc). On verra si l’expérience s’avère plus concluante qu’un ETF Nasdaq ou S&P500. PVL de 5%.

01/06/2020 : achat de Natixis à 2.04 €. Banque d’investissement démontée par la crise, même si ses pertes seront sans doute bien supérieures aux banques de réseau, cela est largement pricé avec un PER 2018/2019 de 4, 2021e de 7, et une décote sur fonds propres de 65%… PVL de 20%.

02/06/2020 : Renforcement de SergeFerrari à 6.56 € dans la descente post fièvre COVID. Mon PRU est d’environ 5.88 €.

Achat de BigBen à 12.72 €. Le titre de l’accessoiriste de jeux vidéos semble bien moins cher que son ex fille Nacon mais les perspectives de croissance sont bien différentes également. Je ne m’attarde pas trop sur la valeur de la participation de BigBen dans Nacon, c’est souvent que l’on rencontre ce type de décote sans pour autant que cela soit un catalyseur.

03/06/2020 : Renforcement de Focus Home Interactive à 23.30 €. PVL de 43% sur ce renforcement, 68% sur le titre, après la bonne publication annuelle fin juin + rachat d’un studio allemand.

08/06/2020 : Vente de mes actions préférentielles CBL Properties à 0.74$ en perte de 87%. L’entreprise qui n’était déjà pas en forme avant le COVID, fera possiblement partie des faillites ou des chapter 11 de la crise sanitaire. Elle manque le paiement d’un coupon obligataire le 15/06, le dividende de la préférentielle est suspendu depuis le dernier trimestre 2019, tous mes dossiers ayant un jour croisé le -87% ont finit en -100% sans exception et il n’y avait pas d’impact COVID. Pour une fois j’essaie de sauver quelques pièces, on verra bien l’issue.

Le reste du mois de juin est calme et consacré à l’encaissement d’un tas de dividendes.

01/07/2020 : achat de quelques titres Groupe Open à 9.65 €. Fortement décotée sur ses pairs, 4x le ROC N-1 de mémoire, j’espère pouvoir renforcer sur un repli du titre, mais au cas où j’ouvre quand même une petite position.

09/07/2020 : Renforcement de SergeFerrari à 6.08 €. L’entreprise retrouve la cave sous les fonds propres alors qu’on a un booster de ventes (j’espère) avec AGIVIR. On verra au premier semestre. Même sans cela, je valorise l’entreprise à au moins 12 €.

13/07/2020 : allègement de quelques ETF USA Momentum et de quelques titres Unibail pour acheter une daubasse sous OPRA avec un potentiel de 40% (malgré la hausse du titre de plus de 30% entre l’annonce et mon achat). Le genre de catalyseur que les daubasses attendent quand une entreprise est fortement sous-évaluée sur ses actifs. Si cela n’aboutit pas, on cote toujours sous la trésorerie nette et on possède une preuve concrète que le management fait quelque chose pour résorber la décote.

Walter Schloss a écrit :

Si une entreprise vaut un dollar et que je peux l’acheter pour 40 cents, quelque chose de bien pourrait m’arriver.

15/07/2020 : Vente de Le Bélier à 37.20 €. Le potentiel résiduel sur le prix de l’OPA est de 2.6% j’ai besoin de fonds pour renforcer des titres à plus fort potentiel. Plus-value de 28.3% en 3 mois et demi (CW8 à +22.6%). TRI de 141.7% contre 105.8% pour le CW8.

En théorie suivant l’humeur de mister market, les prochains titres que je souhaite céder sont Schneider Electric, Michelin, Vinci….


Parrain InteractiveBrokers IngDirect SENZYDB Bourse Direct Boursorama Degiro Fortuneo 12470190  eBuyClub Poulpeo iGraal

Hors ligne Hors ligne

 

#116 03/08/2020 13h19

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   972  

Bonjour,

Cette deuxième quinzaine de juillet est agaçante, tout ce que je veux acheter monte pour un rien, les acheteurs sont là et les vendeurs à la plage sad

Je viens de retrouver dans mes notes pourquoi j’avais acheté un ETF MSCI Greece : car selon un article Investir l’indice avait non pas un des plus faibles PER, mais un des plus faibles P/B. Il y avait bien une consonance value dans mon achat. ^^

16/07/2020 : option des dividendes en action de Total à 28.80 € et Vinci à 78.71 €. Ce qui offre un upside de 30% minimum sur ces deux titres selon ma fourchette de valorisation. Sans courtage, ni TTF.

20/07/2020 : Renforcement de quelques titres Claranova à 5.40 €, le CA annuel sera annoncé le 11/08, j’espère une croissance organique toujours importante et une bonne résistance à la crise sanitaire. On verra j’aimerai renforcer davantage à moins cher (5€), j’estime le titre entre 10 et 12 €, mais je ne suis pas super serein sur ma valorisation : l’entreprise est très compliquée, le capital est éclaté, il y a des participations minoritaires partout, ils consolident à 100% le management se gave de stock options et le poids de la variation de BFR est important dans le FCF.
Renforcement de 50 petits titres SergeFerrari à 6.52€, mon ordre a été fractionné et n’a été exécuté que pour une petite partie… Le titre cote toujours entre la BV (8.2€) et la BV tangible (5.8€), le marché ne valorise rien et surtout pas le potentiel des toiles AGIVIR. J’aimerai renforcer plus proche de la BVT mais le titre commence à se réveiller à l’approche du CA du S1 le 28/07…. J’abdique le lendemain en complétant ma position à 6.70 €. Ne reste plus qu’à patienter… Finalement la société annoncera un semestre peu valorisant, il semble trop tôt pour concrétiser le potentiel commercial d’AGIVIR. Le titre perd 15%, et reprend 6% à l’open le lendemain sur une annonce d’acquisition et de refinancement…

22/07/2020 : OPA du management sur Groupe Open à 15 €. Même si le prix est chiche, cela casse la possibilité de renforcer à bon compte. J’ai été trop gourmand sur ce coup et pas assez acheté de titre alors que la thèse d’oliv21 était parfaite. Tant pis. +55% en trois semaines. Je ne sais pas si je vais garder ou vendre on verra comment évolue le capital.

24/07/2020 : vente temporaire de Flow Traders à 34 € pour un renforcement massif de Focus Home Interactive à 37.60 €. L’entreprise publie un Q1 d’anthologie (arrêté au 30/06), en croissance de 50% et au plus haut historique. Ce seul trimestre représente 50% de l’objectif annuel d’activité…
Pour Flow Traders, j’espère revenir d’ici le 14/08 : résultats du S1 qui devraient être exceptionnellement merveilleux. En attendant, PV de 15.8% en 3 mois, dividende inclus.

27/07/2020 : je vends Catana à 2.17 pour renforcer SQLI à 21 €. Catana semble davantage pénalisée que Fountaine Pajot en termes d’arrêt de production, le manque de levier opérationnel au S1 est décevant, SQLI pourrait être l’objet d’une OPA au même titre qu’Open quelques jours plus tôt, rappelons que SQLI avait fait l’objet d’une cession de bloc hors marché à 28 € juste avant le COVID. Pour Catana ce n’est sans doute qu’un au revoir temporaire, en attendant une belle perte d’environ 27%, alors qu’avant le COVID j’avais une PV latente de 50%.

30/07/2020 : Vente de L Brands à 24.65$. Par opportunisme sur montée de +35% la veille, je ne suis pas convaincu des calculs de Wall Street à court terme. Le management a détruit trop de valeur ces dernières années, aucune confiance, les fonds seront mieux alloués sur mon PEA : j’y suis moins mauvais, et pas de fiscalité à gérer et je deviens vraiment fainéant sur ce point. Perte d’environ 10% en 18 mois.

En termes de performance voici les statistiques :
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/11791_202_07_perf.jpg
Mon PEA colle au World en cumul, le dépasse sur 2020 de 7%, le CTO Degiro casse tout. Au global, j’étais proche de l’équilibre 2020 début juin mais juillet a été moins bon.

Bonnes vacances à ceux qui en sont, bon courage pour les autres !


Parrain InteractiveBrokers IngDirect SENZYDB Bourse Direct Boursorama Degiro Fortuneo 12470190  eBuyClub Poulpeo iGraal

Hors ligne Hors ligne

 

#117 14/08/2020 17h06

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   972  

Quelques opératios sur cette première quinzaine du mois

03/08/2020 : avec les fonds de la cession de L Brands, j’achète des titres Claranova à 5,72€ dans l’attente du CA annuel qui sera publié le 11/08. Renforcement le 10/08 suite apport de liquidités. La publication sera bonne et saluée.

06/08/2020 : suite faillite et delisting de Tailored Brands, je vends mes titres en perte de 98%.

10/08/2020 : Achat de Discovery Inc à 21.39$ suite à la mise en lumière de vbvaleur sur sa file (Discovery Channel, Animal Planet, 20% d’Eurosport et autres contenus médias), le titre n’a pas rebondi post krach COVID et offre des FCF yields supérieurs entre 8 et 10%. Pas trop de croissance à attendre mais c’est une vache à lait avec de belles marges.
Q2 2020 879 M$ de FCF
Q1 2020 230 M$ de FCF
Q4 2019 1 132 M$ de FCF
Q3 2019 884 M$ de FCF

Soit en TTM 3 125 M $ pour une capi de 15 B$ ou une EV de 28.6 B$ = 10.9% de FCF Yield.
Les analystes tablent sur 2.1 B$ à 2.7 B$ sur les 3 prochaines années.

13/08/2020 : Comme présagé récemment, vente de Schneider Electric SE à 104.50 €.
Au plus haut annuel, sur des multiples généreux pour une big caps mature.
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/11791_schneider_multiples_ms.jpg
Les multiples 2021 sont également généreux (PER 22 - VE/EBITDA de 12x) niveau AT le titre bute depuis un certain temps sur sa résistance à 105/106 €.
Plus value de 29.6% en 3 mois, contre 6.3% pour le CW8.

Bon weekend du 15/08.


Parrain InteractiveBrokers IngDirect SENZYDB Bourse Direct Boursorama Degiro Fortuneo 12470190  eBuyClub Poulpeo iGraal

Hors ligne Hors ligne

 

#118 14/08/2020 18h29

Membre
Réputation :   14  

Sur Claranova attention quand même la croissance sur PlanetArt peut s’arrêter très rapidement et sauf l’effet covid sur le CA je trouve qu’il n’y a pas grand chose. Belle PV à CT ! smile

Peut être que les investisseurs payent l’IoT ?

Dernière modification par Az (14/08/2020 18h30)

Hors ligne Hors ligne

 

#119 14/08/2020 18h56

Administrateur
Top 20 Réputation
Réputation :   2682  

bibike a écrit :

13/08/2020 : Comme présagé récemment, vente de Schneider Electric SE à 104.50 €.
Au plus haut annuel, sur des multiples généreux pour une big caps mature.

Je n’explique pas non plus cette valorisation élevée, sinon que je note qu’il y a des fonds ESG au capital.

Peut-être que les fonds ESG sont à la mode, et que mécaniquement cela profite aux sociétés comme Schneider Electric, et pénalise encore plus les pétrolières.

En ligne En ligne

 

#120 14/08/2020 18h57

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   972  

@AZ : Il n’y a pas grand chose ? Que voulez vous dire ?

Pour la croissance il leur suffit de mettre leurs applis dans le store d’un autre pays et l’organique repart…
Je ne m’occupe pas de l’IoT, sur la base d’Avanquest et PlanetArt, la boite vaut bien 10 euros par DCF simpliste, même s’il faudrait contrôler l’impact de la variation de BFR dans les prévisions de free-cash-flow. La croissance augmente temporairement la génération de cash par l’augmentation de l’excédent de fond de roulement.

Sur PlanetArt on restera sur des niveaux de marges faibles car la boite n’a pas de levier opérationnel, elle sous-traite la production donc pas d’effet de taille à attendre.

A 6 €, le cours est retourné deux ans en arrière, elle a déjà coté 10 € de nombreuses fois par le passé avec un CA acquis bien inférieur ! Je ne me fais pas de souci pour ma position à ce prix.

@IH : je pense aussi que sur les big caps il y a une histoire de flux, regardez FDJ c’est de la folie pour un business mature régulé avec croissance à 5% annuel à tout casser…

Pour l’ESG je ne suis pas convaincu, le score ESG de Total est le double de celui de Schneider ! Cela ne dépend pas du secteur de mémoire et tout le monde peut être casé ESG.

Pour les pétrolières je crois surtout que c’est lié au prix du baril et peut-être du dollar. Les résultats sont si sensibles à une variation de prix du brut et on est quasi au plus bas sur dix ans. Le prix du brut, c’est "le levier opérationnel" des pétrolières.

Dernière modification par bibike (14/08/2020 19h07)


Parrain InteractiveBrokers IngDirect SENZYDB Bourse Direct Boursorama Degiro Fortuneo 12470190  eBuyClub Poulpeo iGraal

Hors ligne Hors ligne

 

#121 15/08/2020 09h06

Membre
Réputation :   14  

Sur PlanetArt il n’y a aucune barrière à l’entrée, la croissance est drivé par le marketing et du jour au lendemain ils peuvent se faire attaquer par des gros acteurs. Au US, il y a eu un gros rachat il me semble par des fonds de PE et depuis la concurrence est rude sur ce secteur d’ou les investissements marketing en Europe pour le groupe. (Peut être un marché mature au US)
Le T3 avait une croissance organique de 6% et le T4 a eu l’effet boost du covid. Et la bourse a acheté l’effet valeur covid au dernier résultat j’aI l’impression.
Le software a déçu car on s’attendait a de la croissance avec le covid aussi. Le changement de modèle à l’air plus long que prévu et la croissance nul cache une part software historique qui va pas bien je pense. (J’avais lu sur Twitter)

Idem IoT même si ça reste dans un coin de ma tête.

A CT il n’y a pas de catalyseur sauf un rattrapage, le résultat de 2020 va être mauvais en opérationnel mais 2021 peut être sympa si les investissements et la récurrence sur le software ont bien avancés.

Les 10e ont été atteint parce que les PP ont acheté l’IoT et la croissance il y a deux ans AMHA.
On est sur des niveaux assez safe à ce prix oui, j’avais commencé a en acheté a 8.20 et par miracle j’en ai prix à 2.76 quand la valeur valait quasiment son cash. Petite fierté perso smile

Il faut que le management règle l’histoire avec Avanquest aussi ça a jamais été claire.

Hors ligne Hors ligne

 

#122 15/08/2020 12h28

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   972  

C’est vrai que le T3 était décevant, j’avais oublié de point.
Oui pas de barrière à l’entrée, c’est un business de commodities (les photos sont de qualité comparable et les objets aussi), aucun moat, un business déjà très concurrentiel ; il n’y a qu’à voir le nombre d’appli sur les stores : cheerz, pixum, popsa, lalalab, photo leclerc, cewe photos, feezer etc… C’est aussi ce qui maintiendra les marges durablement basses.

Par contre Claranova a l’avantage du dynamisme dans son expansion contrairement à d’autres acteurs pantouflards comme lalalab. Donc même à marge ridicule à force de grossir, le FCF augmente et la valeur des flux actualisés aussi.

Sur Avanquest, l’intégration des canadiens s’est bien passée, à voir à plus long terme la modification du mix produit.
Après si on regarde leur catalogue produits, ce ne sont pas forcément des logiciels que de grandes entreprises achètent, en entreprise on achète Adobe, pas SodaPDF, en tout cas pour ce que je constate en France…

Les 10 € ont aussi été atteint fin 2019 sur proposition d’AK pour racheter le résiduel des parts des canadiens, un "catalyseur" peut apparaître rapidement sans qu’on s’y attente surtout quand le titre est bas, je ne vends pas à ce prix personnellement.

J’ai aussi eu la chance d’en attraper (trop peu) à 3 €, pourtant cela aurait dû être plein pot à ce prix mais après coup, sans le stress du krach c’est plus facile à dire ^^.

Bon weekend.

Dernière modification par bibike (15/08/2020 12h29)


Parrain InteractiveBrokers IngDirect SENZYDB Bourse Direct Boursorama Degiro Fortuneo 12470190  eBuyClub Poulpeo iGraal

Hors ligne Hors ligne

 

#123 16/08/2020 10h09

Membre
Réputation :   14  

Pour moi actuellement, les concurrents sont principalement sur du prenium. Jolie emballage, made in france etc. 

Oui dynamisme pour l’expansion territoriale, c’est le seul acteur global que je sache. Il y a eu l’échec en Inde qui a pas mal couté aussi. Mais dynamisme dépendant des dépenses marketing ! Jusqu’a la le management n’a pas fait ses preuves hormis le CA.

C’est le problème sur ce dossier, les investissements sont dans le marketing et nécessaire pour avoir de la croissance, s’il n’y a pas de croissance il n’y aura pas d’effet d’échelle et davantage concurrentiel.

Hors ligne Hors ligne

 

[+5]    #124 21/08/2020 16h52

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   972  

Le cimetière du portefeuille


Depuis son ouverture le 24/09/2009 (une date bénie si je m’étais formé…..) j’en ai fais des bourdes, voici les plus belles, par leur ampleur, ou selon la manière dont elles m’ont marquées psychologiquement.

Dexia : La banque belge. Je me suis fait sortir lors de la recapitalisation, mes 470 actions ne valaient même plus une action nouvelle. -99.3% entre janvier 2010 et mars 2016. Environ 1 500 € de perte ce qui était énorme à l’époque. En 2011 je me suis gâché mes vacances avec le krach de la zone euro, cela m’avait rendu malade physiquement. C’est grave…

Les turbos : plus de 120 opérations sur ces produits dérivés mer*iques entre mai 2010 et août 2011, sur le CAC40 et le gold, en put ou en call : 1 537 € de pertes, difficile de calculer un pourcentage mais c’est mauvais. Encore une fois, une grosse somme à l’époque, environ 50% de mon CTO…

Affine : -10% (100 €) seulement mais… entre mai 2011 et février 2017, quand on voit le parcours du World en même temps, cela fait mal.

Auplata : la minière d’or bien dilutive, seulement 22% de pertes (713 €) d’après mes données entre avril et décembre 2010, j’en gardais un plus mauvais souvenir. Sans doute car la somme représentait un mois de salaire à l’époque et que mon capital de départ était de 6 000 €.

Archos : le fabricant français de téléphone mobile. -40% (205 €) entre août 2011 et avril 2012. Depuis ma vente elle a fait des étincelles avec -99.4%.

Adthink Media : entre janvier 2012 et nombre 2016. -63% (207 €)

Dans ces exemples, même si cela fait mal sur le moment, on voit l’intérêt de commencer la bourse en réel, très tôt, avec un faible capital, pour pouvoir faire des erreurs à pas cher. J’avais de très mauvais souvenirs de ces pertes, psychologiquement cela m’avait fait très mal à l’époque, mais j’avais 20 ans et je gagnais 800 € par mois. Aujourd’hui elles me paraissent dérisoires…

La somme de ces erreurs anciennes (non exhaustives) fait 4 262 euros.
Admettons qu’au lieu de faire ces dernières, j’avais placé cette somme (71% de mon portefeuille à l’époque), le 24 septembre 2009 sur un tracker World (92.80 €), j’aurai aujourd’hui 13 862 €. C’est le coût réel de ces erreurs.

On en revient aux fameuses règles de Warren Buffett.

WB a écrit :

Règle n°1 : ne jamais perdre d’argent - Règle n°2 : Ne jamais oublier la règle n°1.

Et plus récemment, depuis ma reprise plus active en 2017.

Tailored Brands Inc : une entreprise dans la distribution de costumes. Elle n’allait pas fort avant le COVID, ce dernier l’a achevé. La présence de Michael Burry au capital n’aura pas permis à la société de se restructurer à temps. Delisting et faillite : -96.9% soit 2 040 € entre novembre 2019 et août 2020.

Energold Drilling Corp : une daubasse vendeuse de pelle, qui a fait faillite et qui a fait l’objet d’une modification du process des daubasses, sur la prise en compte des stocks dans la marge de sécurité…
ENERGOLD – UNE FAILLITE ÉVITABLE ? -100% soit 2 094 €.

XYZ : une daubasse qui a été vendu à la liquidation du premier portefeuille, j’ai voulu gratter quelques %, résultat j’ai finis par vendre un an après en MV de 91% alors que j’aurai dû sortir à l’équilibre. (912 € de pertes). Le pire, c’est qu’elle a pris 256% depuis ma vente smile

CBL Properties : bien connue du forum. 87% de pertes sur la préférentielle entre octobre 2019 et août 2020 ("seulement" 700 € heureusement, un dividende encaissé a réduit l’ardoise). Le futur semble très dilutif pour les actionnaires restants, même pour les détenteurs de préférentielles. Egalement 233 € perdus sur l’action ordinaire entre 2017 et 2018 (-45%).

Si on peut constater des points communs entre ces entreprises, presque à chaque fois il s’agit de sociétés au bilan fragile, sans aucun avantage concurrentiel, avec sans doute une très faible part de marché, dans des secteurs sous tensions voir en déclin, voir même des désavantages (taille, profitabilité --, image de marque peu valorisante etc).
Dans ces cas, le marché est à posteriori assez efficient puisqu’en apparence, il sous valorise ces entreprises à l’instant T, mais à juste titre quelques mois ou années après.

Les bilans fragiles doivent être évités à tout prix, ou bien avec une très faible allocation car le risque est très élevé et dans ce cas, on accepte avoir acheté un ticket de loto (quoique pour l’instant j’ai zéro succès dans cette catégorie).

Les secteurs en déclin devraient en théorie être évités, sauf si un catalyseur probable est identifié (j’ai plein de supers résultats sur des secteurs pourris mais avec catalyseur..) et sauf si la sous-valorisation est si importante historiquement qu’un retour à la moyenne est probable sans catalyseur. Mais dans ce cas, la société devra faire partie des bons élèves de son secteur, sinon il y a un risque de value trap : une lente dégradation des fondamentaux qui finissent par justifier la valorisation.

Dernière modification par bibike (22/08/2020 22h44)


Parrain InteractiveBrokers IngDirect SENZYDB Bourse Direct Boursorama Degiro Fortuneo 12470190  eBuyClub Poulpeo iGraal

Hors ligne Hors ligne

 

#125 21/08/2020 17h38

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   146  

bibike a écrit :

Les bilans fragiles doivent être évités à tout prix, ou bien avec une très faible allocation car le risque est très élevé et dans ce cas, on accepte avoir acheté un ticket de loto (quoique pour l’instant j’ai zéro succès dans cette catégorie).

Et alors, pour vous, c’est quoi un bilan Fragile ?
Etre endetté à 200% des CPPG ? à 5 fois l’EBIT ?

Au plaisir d’échanger,

Loop’

Hors ligne Hors ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ? Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Discussions similaires à "portefeuille d'actions de bibike"

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur