Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

[+7]    #1 09/10/2018 23h22

Membre
Réputation :   67  

Je partage enfin mon portefeuille. Je dis enfin, non parce qu’il est attendu de pied ferme par la communauté en pâmoison (encore que je sois assez flatté que PA m’ait relancé..), mais plutôt parce que cela fait un bail que ce partage fait partie de ma todolist, en tant que tâche que je "dois" à ce forum si enrichissant.

Sources d’inspiration

A 90% ma sélection de valeur provient d’autres que moi : des daubasses initialement, puis de ce forum, de celui de Jérôme Levriek, de celui de PEA Performance, des mouvements d’I&E, d’une discussion enrichissante avec Boris de valeur bourse.. bref je n’ai pas inventé la poudre, loin de là.
Je lis très peu de livres sur la finance.. c’est un peu trop proche de mon job à mon goût et une fois à la maison, je préfère lire plus léger, ou mieux aller m’aérer en famille.

Il n’y à qu’une valeur que j’ai dans mes radars, suite à ma première tentative de screener, que j’ai détecté par mes propres moyens, et sur laquelle je communiquerai, si cela intéresse quelqu’un, une fois que j’aurais fait mes emplettes.

Type de valeur

Je ne suis quasiment que les nanocaps (<200M€ de Capi, je ne sais pas si c’est la définition). J’ai quelques smalls notamment Akwel et LNC, et j’attribue mes piètres performances au fait qu’elles sont trop grosses et trop fluctuantes au gré des prises de positions des fonds.
Deux raisons à cela :
--> je considère que je suis un impulsif absolument nul en market timing, je ne fais pas d’AT, et je ne vois pas pourquoi je ferai mieux qu’un marché "efficient"
--> je ne souhaite investir que sur ce que je comprends, et cela réduit sensiblement mon terrain de jeu… je suis contrôleur de gestion opérationnel, sans formation comptable.. le bon sens et les règles de 3 je connais, mais dès que l’on parle fiscalité, IFRS, taux de change, j’atteins rapidement mes limites de compétences (et la limite de mon plaisir d’ailleurs).
Vestiges de mes expériences passées catastrophiques, je ne choisis que des valeurs rentables, je refuse catégoriquement d’investir sur une entreprise qui perd de l’argent en année N, peu importe les prévisions à N+1 et après.
Je préfère rater le gros de la hausse que j’estime spéculative, que de courir le risque de perdre ma mise. Ainsi, je ne vais jamais sur des biotech que j’assimile à un lancer de dé, pipé qui plus est.

Indicateur choisi

Durant 1 an, j’ai fait mon propre indicateur ainsi : mon objectif de cours correspondait à la capitalisation moyenne entre (VE/EBITDA entre 7 et 9 suivant croissance) et (VE/RN entre 12 et 15 suivant croissance)
C’est complétement arbitraire, mais il fallait bien commencer
Après 1 an, force est de constater que je me suis planté, notamment en
--> m’orientant vers des valeurs ayant une forte trésorerie et ne générant que peu de profit… type Exacompta et GEA.. je suis rentré sur ces dernières également parce que je voyais des catalyseurs : sur Exacompta l’acquisition de Photoweb et Lalalab, sur GEA l’avance de CA sur T1, la présence d’Eximium, et la rachat d’actions par la société, et en suis maintenant sorti devant la baisse de résultat sur l’une, de CA sur l’autre.
--> en ne comparant pas une VE/EBITDA par rapport à son secteur.. c’est une erreur de base, mais je pensais faire l’économie de cette analyse en moyennant avec l’indicateur VE/RN.. mais on ne moyennise pas des torchons et des serviettes !

Je suis maintenant sur un seul indicateur : le P/FCF hors BFR (voire BFR normatif, mer.ci bibike si je m’aperçois d’une hausse récurrente de ce BFR par rapport à la variation de CA). J’attache beaucoup moins d’importance à la trésorerie que par le passé, même si je me défie "naturellement" des boîtes trop endettées. Je dis naturellement car, à titre personnel, je déteste être endetté..
Comme le FCF n’est pas toujours très comparable d’une société à une autre, si je n’y arrive pas, je raisonne assez basiquement type : FCF =RN hors dotation aux provisions / hors amorts -investissements
Mon objectif là aussi fixé arbitrairement est 10.. pour moi le marché est à 12 (enfin entre 11 et 13 hein je suis très macro), ma marge d’erreur est de 20%, et je n’achète dorénavant une boîte qui si elle est bénéficiaire à l’instant T, et que son P/FCF en année N, voire N+1 est inférieur à 10 (hors un ou deux cas particulier type Gaumont ou la valeur ne réside pas dans son FCF)

Ma réflexion évolue au fur et à mesure de mes expériences et de partage de forum à ce sujet.. peut être vais je commencer à m’intéresser aux autres ratios souvent cités type ROE… mais dans un deuxième temps et uniquement si j’ai la certitude de m’être encore planté.

Critère de sélection = ai je un avantage?

Une fois que j’ai une entreprise qui satisfait mes critères : rentable à N, P/FCF <10 à N+1, pas ou peu de dette, je n’investis (ou "n’ai-pris-la résolution-de-n’investir-et-espère-m’y-tenir") que sur des valeurs pour lesquelles je pense (en toute humilité eum..) avoir un avantage sur le marché. Et je dois savoir formuler cet avantage.
Ex sur Graine Voltz: "je pense que le marché n’a pas intégré les 10% de rendement parce qu’il est écrit en toute petite ligne à la sauvette sur un document"… puis ensuite cela a été "je pense que le marché n’a pas compris, parce que cette boîte m’a bien l’air de savoir piloter ses ratios, que ce dividende pourrait largement être pérenne"

J’ai aujourd’hui trop de lignes à mon goût… pire trop de ligne en MV pour lesquelles je ne suis pas convaincu d’avoir un avantage.. je suis en rouge vif et dans l’incertitude et je ne le vis pas bien..
Donc, et c’est aussi pour moi que j’écris ce poste, je ne souhaite dorénavant n’investir que si je suis convaincu à 100%.. et tant pis pour mes liquidités inutilisées.

Taille et constitution de mes lignes

Fondamentalement, je suis un impulsif doublé d’un pingre qui essaye de se soigner.. je suis chez Fortuneo avec un prix de courtage moins cher au delà de 2000€… donc je n’achète que par paquet de 2000€..
Je sais c’est très bête, déjà que je suis sur des nano illiquides avec un spread souvent conséquent, si en plus je ne passe aucun ordre sous les 2 K€…
…mais c’est qui je suis.
Donc je vais passer chez Binck.

Pour la taille de mes lignes, j’utilise la méthode Political Animal ou m’en rapproche (un grand mer.ci à lui en passant pour la qualité de ses posts et son humour omniprésent).
Forte conviction : 4 mois de salaire 
Faible conviction ou spéculatif <1 mois de salaire
Moyenne conviction entre les deux.

Alors ! Ce portefeuille il arrive ?

Je vous donne l’avantage que je pense avoir, ainsi qu’une idée du P/FCF d’après mes estimations et mes notes,  même s’il est très personnel.. (hors BFR sauf dans certains cas, des fois sur N, dès fois sur N+1, si j’y arrive pas, je prend le RN hors amort et prov + Invest etc…)

Forte conviction

Graine Voltz : avantage cf plus haut, P/FCF entre 8 et 9
Gaumont : je n’épilogue pas sur celui là, je pense comme d’autres que l’immobilier n’est pas à sa juste valeur dans les comptes
Payton planar :
-->P/FCF vers 8 en tenant compte des annonces déjà communiquées, et pourrait aller plus bas en fonction de la croissance de l’entreprise.
--> Avantage : je pense que le marché ne price pas l’effet de levier, le taux de marge brute est à 45%, et en dessous, hormis les impôts, les charges sont fixes.
Dans la watchlist, potentiellement forte conviction, une petite nouvelle, suivie depuis longtemps par Boris sur son portefeuille.

Moyenne conviction

Campine :
--> P/FCF à 7.8 sur 2017, sans doute entre 8 et 9 sur 2018 avec la baisse du plomb
--> Avantage : je pense que le marché classe la société comme spéculative car vraiment rentable qu’en 2017 avec un plomb au plus haut.. en occultant que
… le vrai décollage a eu lieu en 2016, mais qu’il a été masqué par l’amende de la CEE (comme Recylex)
…qu’en 2016 le cours du plomb était plus bas que mon estimation de 2018,
… que de toute façon le prix du plomb ne joue pas vraiment sur la rentabilité puisque les achats pour environ 85% du CA suivent la même courbe
… et que, surtout, la société a investit récemment pour accroître sur S2 2018 de 15% ses capacités de production.

LNC :
--> P/FCF vers 9-10 (il faut que je remette à jour mes notes)
--> Avantage : je pense que la boîte cherche à sortir de la côte, que c’est, plus que le marché immobilier, l’origine d’un cours que je pense artificiellement bas, et qui reflète pas la vrai valeur de la société comme l’a compris Higgons qui devrait nous aider en cas d’OPRO, et ce encore plus avec l’acquisition récente de Marignan.

Bon si vous le voulez bien, il se fait tard, je reprendrai la suite un jour prochain.

Mots-clés : fcf, nano, portefeuille

Hors ligne Hors ligne

 

#2 14/12/2019 14h51

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   938  

Bonjour gdauph,

Une petite màj ce serait chouette ! Si vous en avez le temps..

(et la suite de votre message initial également wink )


Parrain Ing Direct - Binck - Bourse Direct - Boursorama - DeGiro - Fortuneo 12470190 eBuyClub Poulpeo iGraal

Hors ligne Hors ligne

 

[+7]    #3 17/12/2019 15h30

Membre
Réputation :   67  

Bon un petit point de situation alors pour mon admirateur pas si secret 😊

Performance globale / état d’âme / début de stratégie
Je ne suis pas la performance de mon portefeuille de manière structurée, disons que depuis sa maturité en fin 2017, je suis à +17%
Une bien piètre performance si l’on se compare à ce que j’aurais fait en restant sur les ETF, je ne le fais plus depuis longtemps, n’aimant pas spécialement me faire mal pour le plaisir.
Je ne suis toujours investi qu’en smalls voire nanos, donc mon benchmark serait plutôt le CAC small NR qui sur la même période a fait -15%

Cette performance (vs benchmark) me rassure dans ma démarche, parfois balbutiante, de stock picker
… et encore heureux, étant donnée l’énergie que j’y consacre…
… mais je garde une forme de frustration par rapport à la performance des big. J’ai beau me répéter qu’au-delà de l’aspect financier, je prends grand plaisir à fouiner et à partager avec la communauté des smalls… pour autant les propos récents de Scipion8 vont rester longtemps gravés « ne pas être investi en LVMH constitue une erreur de gestion » (de mémoire)

Cela fait quelques mois que je me tâte à franchir le pas des LMVH, des Google et autres Tencent mais ne peut m’y résoudre dans un contexte d’indices au plus haut.
Et puis mon critère n°1 est le P/FCF (plutôt N+1), un indicateur qui me semble extrêmement concret : un simple retour sur investissement. De ce fait, ma règle P/FCF <10 est à mes yeux, inscrite dans le marbre. Pour prendre des bigs, il me faut compartimenter mon portefeuille pour éviter l’impression d’incohérence qui serait induite… pourquoi se restreindre à des P/FCF <10 sur les smalls, pourquoi ne pas prendre telle ou telle small (genre IGE + XIAO comme tant d’autres) si je prends des big avec des multiples de 50 ? Ne serait pas la fin de mon mode de gestion ?

De ces réflexions, j’en ai retenu une forme de compromis : exit les pures values, exit les OPeables et les P/B, bonjour les GARP.

Portefeuille
A date j’ai quasiment 24% de liquidité, plus haut jamais atteint. J’avais auparavant le besoin presque compulsif d’être investi à 100% quitte à prendre des valeurs sans trop avoir creusé, par suivisme, parce que « c’est sûr ça va cracher ». Avec ces quelques années d’expérience, je ressens le besoin de pouvoir mobiliser du cash rapidement pour profiter d’une aberration comme c’est parfois le cas sur les valeurs qui côtent au double fixing par exemple.
Mon portefeuille est donc globalement le suivant :
-->24% liquidités
-->55% repartis sur mes 5 fortes convictions que sont Txcom, Envea, Graine Voltz, Payton et Hipay
-->14% répartis sur des convictions moyennes ou en devenir : LNC, Cogra, Media6, Microwave
-->7% en spéculatif : Stradim / Batla et une petite dernière que je suis en train d’acheter

Parmi les valeurs dont je suis sorti
Gaumont : bien qu’en PV, je vivais mal cet investissement qui dégage des pertes comptables récurrentes et dont tout le monde dit qu’elle vaut beaucoup plus. A mes yeux, oui l’immobilier est sous-évalué dans les comptes, oui les pertes comptables sont vraisemblablement une magouille de plus, mais l’actionnaire majoritaire joue contre nous, et c’est un point devenu essentiel à mes yeux avec le temps. Par rapport à l’OPRA à 75€, un cours à 140€ intègre déjà la révision à la hausse de l’immobilier, et au final peu importe qu’à ce cours le catalogue soit gratuit, que la société valle objectivement 200€, je pense que l’on n’en tirera jamais ce prix si OPA il devait y avoir.

Campine : j’avais sous-estimé l’impact du cours de l’aluminium
sur cette valeur. Quand je me suis rendu compte que 2017 (ou S1 2018 me rappelle plus) était exceptionnel, je suis sorti sans trop de dégâts… depuis je surveille

Estoril : les casinos portugais. J’étais fier de cette valeur, la seule qui soit issue de mes propres recherches, référencée nulle part, ni sur IH, ni sur les blogs boursiers, nulle part.
Je suis rentré sur un P/FCF vers 3-4, un business garanti durant des années, la perspective de croissance au brésil, une décote sur actif si les licences avec le gouvernement ne sont pas renouvelées… et une erreur de jugement… avec le coût d’une licence portée en amortissement, il ne faut pas la défalquer du FCF, c’est au contraire à assimiler à un CAPEX de maintenance car le renouvellement à venir de la licence aura un coût.
Corrigé, le P/FCF serait plutôt dans la moyenne des smalls vers 10-11. Je suis sorti en légère PV, je surveille depuis du côté du Brésil.

Mes fortes convictions
TXCOM : voir le blog de Jérôme que je remercie au passage. Sur la base des résultats 2018, 4M€ de trésorerie et 1M€ de FCF la société me semble être à son prix vers 8€… mais depuis l’été, le PDG a racheté, « pour pas cher », coup sur coup 3 sociétés pour un apport de 70% de CA.
Pile les intégrations se passent mal, ne dégagent pas les synergies attendues, la valeur devrait rester scotchée au 7€ un bon bout de temps et ma seule consolation serait le maintien du dividende de 0.3€
Face les intégrations se passent aussi bien que les précédentes, sa rentabilité est au rendez-vous, le FCF passe à 2M€ et TXCOM vaut 13-15€

ENVEA : marché extrêmement porteur, forte croissance du CA, effet de levier sur le résultat du fait d’un fort taux de marge brute, un PDG qui fidélise ses cadres et même l’ensemble de ses salariés… Bingo. Je suis fan.
J’ai eu le tort d’y aller doucement vers 50-60-70€ quand je savais au fond de moi que cette valeur avait un gros potentiel. Facile à dire après coup, mais au moment d’acheter, je me suis dit et me dit toujours que si je devais être à 100% sur une valeur ce serait celle-là. Pas d’objectif de valo, si tout va bien, j’espère la garder jusqu’à la tombe 😊

Graine VOLZ : voire la file à ce sujet, j’y suis allé pour le « plancage de résultat », associée à une thèse d’OPA… puis le dividende qui contrebalançait la décroissance… j’y suis resté en dépit de la forte hausse pour le changement de communication témoignant d’un alignement d’intérêt avec les minoritaires, la croissance attendue par le marché du bio et le quasi-monopole de cette discrète société. A 70€ pour moi elle n’est pas très loin de son prix.

Hipay : ma valeur phare à tous les  points de vues… plus fort investissement en temps de fouinage, plus fort apport, plus forte MV, plus fortes déceptions, plus forts espoirs… suis rentré au plus haut et ai moyenné inlassablement à la baisse jusqu’à arriver à un PRU de 8.. soit le double du cours actuel..
Avec (de mémoire), 8M€ de perte sur 2018,2 M€ sur le S1 2019, et j’espère un quasi break even au S2, la dernière fintech du payment côtée à Paris (à part la nano BD Multimedia), vaut beaucoup plus à mes yeux que sa capitalisation ridicule de 20 M€…
… si elle continue à croître sans mettre la clef sous la porte…
…eum tout est dit.
Pas de valo a proprement parler mais les deux majoritaires auraient un PRU vers 12€, et une transaction récente, sur la société Lemonway, valorise Hipay vers 150M€..

Mes convictions moyennes
LNC : pas d’analyse poussée de ma part, je ne sais pas analyser le FCF de sociétés de la construction du fait du BFR et du mode de facturation par avancement. Je me dis juste que si elle valait 50 euros il y a deux ans, elle en vaut certainement plus aujourd’hui avec la croissance organique et l’acquisition de Magellan
Suis rentré en comptant sur une OPA. Toujours en légère MV, je reste par obstination, par résistance par rapport à ce cours de bourse que j’estime « travaillé » au quotidien et en me disant qu’au pire, je ne risque pas grand-chose.

COGRA : cette pure player des granulés de bois va construire une extension de son site de Craponne et ainsi passer de 125 à 200KT de capacité. La croissance me semble garantie étant donnée la demande, le partenariat yc capitalistique avec les scieurs qui garanti la disponibilité de la matière première.
Croissance garantie donc, rentabilité en hausse du fait de la mutualisation des effectifs, la réduction de la distance d’appro, je m’attends à horizon 2021 à un EBITDA de 15%, et ai une valorisation cible vers 9-10€ à cette échéance

MEDIA 6 : valeur indiquée par un ami, je lui trouve de sérieux avantages : fréquents rachat d’actions avec annulation y compris a un cours supérieur, trésorerie, immobilier « caché ». Confiance dans la direction qui avait annoncé étudier un rachat et qui viens de le faire. Elle est un peu chère en terme de P/FCF (j’ai un 14 dans mes notes), un peu trop « value », donc je ne charge pas trop..
En spéculatif, je me suis noté un rattrapage de CA à venir sur fin 2019… et toujours le spectre de l’OPRO.

MicroWave Vision : depuis 2 ans je regarde ce titre, en me disant que c’est bien joli la croissance, mais si la direction ne sait pas la rendre rentable, cela ne sert pas à grand-chose.
J’ai quand même fini par rentrer sur le Q3 qui montre que le carnet de commande gonfle au-delà de l’impact du méga contrat annoncé plus tôt dans l’année. Let’s see .


Faibles convictions / spéculatives

BATLA : cf blog de Jérôme Levriek. On est sur une EV<0 rentable bien qu’en décroissance avec potentiellement la distribution d’un dividende exceptionnel. Gros bémol sur l’actionnariat qui ressemble peu respectueux des minoritaires, pour ne pas dire plus

STRADIM : forte MV sur ce titre acquis il y a 2 ans à 12€… comme LNC , j’ai joué le retrait de la côte, ne sais pas la valoriser et suis resté par obstination. Récemment une transaction à 31€ pour 8000 titres a été visible en transaction hors marché sur Euronext… erreur ou pas sur ce titre ultra illiquide et scotché depuis des lustres dans le range 7-8€ ? Je ne sais, mais dans le doute je m’obstine.

la suite dans un an ?

Dernière modification par gdauph (17/12/2019 15h37)

Hors ligne Hors ligne

 

#4 17/12/2019 17h37

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   938  

Merci beaucoup gdauph !

Joli post, et présentation de vos titres ! Je m’en vais aller regarder ENVEA ce soir après votre description…

Cela fait quelques mois que je me tâte à franchir le pas des LMVH, des Google et autres Tencent mais ne peut m’y résoudre dans un contexte d’indices au plus haut.
Et puis mon critère n°1 est le P/FCF (plutôt N+1), un indicateur qui me semble extrêmement concret : un simple retour sur investissement. De ce fait, ma règle P/FCF <10 est à mes yeux, inscrite dans le marbre. Pour prendre des bigs, il me faut compartimenter mon portefeuille pour éviter l’impression d’incohérence qui serait induite… pourquoi se restreindre à des P/FCF <10 sur les smalls, pourquoi ne pas prendre telle ou telle small (genre IGE + XIAO comme tant d’autres) si je prends des big avec des multiples de 50 ? Ne serait pas la fin de mon mode de gestion ?

Je vous propose de regarder le FCF Yield N et N+1 de Christian Dior...
C’est du flux un peu plus robuste que sur nos micro caps et consorts.
Ajouté à cela la croissance et le moat, obtenir 6% de FCF Yield en 2018, 8% sur 2019e et 9,7% sur 2020e je trouve que ce n’est pas si cher que cela.

Pour 2018 si vous excluez la variation de BFR alors on monte à 7,6%…

Voyez le multiple VE/EBITDA par rapport au taux de MOP…

Pour les PER, mettez les en perspectives avec le PEG, cela fait relativiser (parfois pas toujours!).

Investir au plus haut c’est toujours désolant mais le plus haut à 52 semaines d’aujourd’hui sera peut-être le plus bas à 52 semaines de demain, ce qui fait qu’on achètera jamais.

A chacun de voir mais avec les taux historiquement bas, une tendance qui ne semble pas s’inverser, les investisseurs se contentent de rendements moins importants et les investissements sont plus facilement rentables qu’avec des taux de financement élevés.

Après si vous n’arrivez pas à vous convaincre vous même, que c’est hors process et critères, et bien n’y allez pas ! wink

PS : la suite dans 6 mois max ?


Parrain Ing Direct - Binck - Bourse Direct - Boursorama - DeGiro - Fortuneo 12470190 eBuyClub Poulpeo iGraal

Hors ligne Hors ligne

 

#5 14/06/2020 19h04

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   938  

Bonjour gdauph,

J’espère que vous allez bien ?
Double pensée pour vous ce weekend, la première en achetant un parfum sur le site de Nocibé*, le logo d’HiPay est apparu sur la page de règlement.

*800 M€ de CA en France quand même

Et la seconde dans l’hebdo du weekend :
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/11791_hipay_group.jpg


Parrain Ing Direct - Binck - Bourse Direct - Boursorama - DeGiro - Fortuneo 12470190 eBuyClub Poulpeo iGraal

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #6 18/06/2020 17h34

Membre
Réputation :   67  

Je vais bien merci bibike.
Je vous réponds un peu tardivement faisant un peu l’autruche.
Je suis sorti d’Hipay au plus bas, vers 2.8€, après y être entré à 12€, à 8€, à 5€ etc.. et après y avoir consacré un temps et une enérgie conséquente pour scruter tout gain de business visible sur le web.
Un bilan bien négatif, bien que j’ai beaucoup appris durant ces 18 mois de détention.
Morales de l’histoire
- j’aurais du mieux comprendre le Business Model, qui, à mes yeux aujourd’hui, n’est pas rentable
- je n’aurais pas du m’écarter de mon process qui se base avant tout sur un CF positif
- j’aurais du écouter certains tenors qui m’affirmaient qu’Hipay n’a pas la taille critique pour s’imposer sur ce domaine ultraconcurrentiel
- je dois trouver le juste milieu entre l’entêtement du contrariant / la volatilité du trader.. un moment donné si un cours passe de 15€ à 3€ c’est qu’il faut savoir se remettre en question
- surtout, je dois me méfier de mes fouinages… cela fait la 2e fois qu’ils m’apportent une forte MV en me confortant dans ma position à tord. De part ma fonction, je ne fais guère confiance à autrui et ai besoin de vérifier par moi même une information.. Et bien le revers de la médaille, c’est que j’accorde trop d’importance à ce que je crois être le seul, ou un des rares, à avoir détecté.

Ainsi pour Nocibe, oui je l’avais vu en septembre 2019, et avait d’ailleurs renforcé à cette occasion.. mais de mes recherches, il ne semble pas s’agir à ce jour d’un client majeur pour Hipay en termes de flux. Sans doute parce que seule une petite partie des 800M€ de CA passe en ecommerce.. sans doute également car de part mes infos, l’activité de Nocibe s’est effondrée ces derniers mois.

Je suis conscient de ces défauts, et pourtant j’ai acheté et moyenné à la baisse car j’ai cru à un retour d’Hipay à l’équilibre.
Et sur ce coup là, je m’en veux car j’ai commis une erreur que j’aurai pu éviter en travaillant plus le dossier.
Les coûts directs sont très peu détaillés dans les comptes alors que c’est pourtant le coût principal. Je sais maintenant qu’ils correspondent aux fournisseurs hébergeurs et aux bancaires.
Et ils sont liés plus au flux de transaction qu’au CA d’Hipay.
Bilan quand Hipay acquiert un gros client comme Nocibe à grand renforts de baisse de tarif, certes le CA augmente mais la marge brute baisse!
Ce n’est pas nouveau mais je ne l’ai pas vu (n’ai pas voulu le voir) jusqu’au comptes 2019. Et là c’est devenu clair.

Hipay communique sur ces frais de personnel et de structure en hausse modérée vs un CA qui explose mais ils oublient de communiquer sur la marge brute (après coût direct) qui diminue avec la hausse de CA.
Voila comment on perd encore 5M€ de FCF en 2019 a peine moins qu’en 2018 de mémoire en dépit d’un CA qui fait +21% (ne pas se laisser berner par un EBITDA positif du fait de coûts de personnel immobilisés et de loyers retirés de ce SIG par l’IFRS)
Pour être honnête, une partie de la perte / non gain de marge brute, est aussi liée à la perte de clients très rentables (un peu façon ALBDM à mes yeux pour ceux qui suivent), que je ne pouvais anticiper.

Bref j’ai vendu le lendemain de la diffusion du RA 2019, en pleine tourmente covidienne et au plus bas.
Depuis j’ai appris que les CAC ont refusé de certifier les comptes, une première pour moi, notamment sur le sujet reconnaissance du CA et pérennité de l’exploitation..
.. et que Hipay ME en Belgique avait des difficultés avec l’ACPR locale..
Et je me suis félicité de mon choix.. enfin un bon choix… sauf que depuis la valeur a pris 30%..

Vous comprenez bibike que j’ai mis un peu de temps à vous répondre smile

PS : pour autant la valorisation d’Hipay actuelle reste attractive si l’on considère ses clients et ses effectifs.. une boîte Hitech de 200 personnes apparemment plutôt bien managée  qui cote 35M€ dette comprise, cela ne doit pas courir les rues.
Mais je ne suis plus dans mon "investment case"

Dernière modification par gdauph (18/06/2020 17h35)

Hors ligne Hors ligne

 

#7 19/06/2020 08h44

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   938  

Bonjour gdauph,

Merci pour votre réponse détaillée et sincèrement désolé pour votre perte financière.

Oui le biais du travail fourni c’est une galère, plus on passe de temps sur une entreprise, plus on l’a connait, moins on a envie que ce travail n’est pas servi à dénicher la pépite.

Biais d’ancrage ? Il  y avait une carte des biais postées par M07 sur le forum je crois mais je ne la retrouve plus.

Je me méfie aussi de plus en plus des nanos qui n’ont pas la taille critique, cela se voit direct sur leurs niveaux de marges de toute façon (quand on veut bien enlever les œillères). Certaines sont bien plus fragiles que leurs états financiers ne le laissent paraître à l’instant T mais ces derniers peuvent radicalement évoluer entre deux publications…

Comme vous l’avez expérimenté, la marge brute est souvent plus révélatrice que les SIG inférieurs, plus manipulables.

Au moins vous aurez développé une certaine expertise sur ce secteur d’activité, j’espère que cela vous sera utile sur d’autres investissements smile

Et oui, le souci de certification des comptes c’est vraiment embêtant, ne regardez pas le rétro des +30% depuis, on ne vend rarement au meilleur moment de toute façon.

A bientôt

Dernière modification par bibike (19/06/2020 09h14)


Parrain Ing Direct - Binck - Bourse Direct - Boursorama - DeGiro - Fortuneo 12470190 eBuyClub Poulpeo iGraal

Hors ligne Hors ligne

 

#8 20/06/2020 21h49

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   824  

Il y avait cette carte que j’avais postée à une époque (pas centrée investissement mais tous les biais) :
Every Single Cognitive Bias in One Infographic


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne Hors ligne

 

Pied de page des forums

Don Faites un don
Apprendre le bonheur