Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

[+4]    #1 05/10/2020 14h53

Membre
Réputation :   18  

Introduction

Vous pensiez en avoir fini avec ma longue présentation et découvrir enfin mon fameux portefeuille. Sachez que c’était un piège.

En effet pour vous parler correctement de mon portefeuille il va falloir d’abord que je fasse une digression sur ma vision du monde et notamment du futur. Mais comprenant que la patience de beaucoup va être mis à rude épreuve par mes incessantes digressions, j’ai décidé de diviser ce premier post en plusieurs partie que voici .

Plan

         0) introduction
         1) Résumé de ma vision du futur et de mes objectifs
         2) Présentation détaillé de ma vision du futur (optionnelle)
         3) Raisonnement ayant conduit à la création du portefeuille (optionnelle)
         4) Portefeuille cible final
         5) Portefeuille actuel et investissement prévus

Ainsi, les gens pressés pourront se contenter de lire les partit qui les intéresse et les autres liront tout.

Résumé de ma vision du futur et de mes objectifs


Comme mon pseudo vous l’aura indiqué, je ne partage pas la foi de la plupart des intervenants du forum dans la croissance verte. Je ne suis pas non plus un fanatique de Jancovici, pablo servigne et autre militant/vulgarisateur remplit de servitude.
Mon opinion est que l’on n’a pas la moindre idée de qu’elle seront les progrès technologiques et les décisions d’investissement prisent par les dirigeants dans le futur. En conséquence, il est impossible de prédire comment évolueront la production d’énergie, les émissions de CO2, et l’efficacité énergétique. Il est donc impossible de prédire comment évoluera la production industrielle. Et même si on le pouvait, il est impossible de prédire comment le marché et la société réagiront à son évolution.
Je veux bien accepter que l’on ait une fois religieuse dans la réalisation d’un scénario de croissance verte où tout va bien aller. Ou au contraire dans un scénario de décroissance forcé où la société va s’effondrer. Il y en a bien qui croient en dieux après tout (la phrase pas du tout provocatrice  ).
Mais intellectuellement, je pense qu’il nous faut accepter que l’on ne peut pas rationnellement deviner à qu’elle scénario nous allons devoir faire face et investir de manière à bien nous en sortir dans les deux scénarios.
L’objectif de mon portefeuille n’est donc pas comme mon pseudo semble l’indiquer de parier sur une décroissance forcée (qui pour moi serait bien différente de l’effondrement prévu par les collapsologues). Mon objectif est donc de créer un portefeuille qui soit performant et résiliant dans les deux scenarios.
Le problème de cet objectif et que je n’aurais jamais aucun moyen de savoir s’il est atteint (comment savoir comment le portefeuille se serait comporté dans un scenario alternatif). Cependant je m’estimerais content si le portefeuille rapporte en moyenne (géométrique), au moins 2% par an net d’inflation et d’impôt sur 30 ans. Une fois n’est pas coutume, le benchmark ne sera pas l’ETF world mais un fond en euros, imaginaire, rapportant 2% par an net d’inflation et sans impôt. Je trouve que ce benchmark cohérent avec l’objectif du portefeuille qui n’est pas de maximiser les gains mais le confort psychologique. Bien entendu c’est la performance sur le long thermes et non la volatilité qui sera comparé à ce benchmark.
Bien entendu, à titre d’information je comparerai la performance de mon portefeuille à l’ETF World

De plus, je ne souhaite pas passer beaucoup de temps à examiner un nombre important de petites société sur laquelle la documentation est peu disponible et qui ne sont pas accessible à l’achat facilement, dont la valeur est très volatile et pas forcément bien évalué par le marché. Je souhaite donc que mon portefeuille soit essentiellement composé exclusivement de big caps.
De plus contrairement au portefeuille de cette file qui surperforme régulièrement l’ETF monde, je souhaite qu’il soit lazzy. J’aime beaucoup la file de croissance verte et de Scipion, mais ils payent leur sur-performance par un travail important, qui n’est pas à la portée de tout le monde. Leur file est très instructive, mais malheureusement leur portefeuille n’est pas facilement reproductible.
Je souhaite que mon portefeuille soit facilement reproductible et en grande partit sur le PEA. Ainsi, j’espère susciter de l’intérêt pour ma file et de nombreux retour pertinent.

Avec toutes ses contraintes que je m’impose si par hasard, je surperforme l’ETF world je n’aurais pas seulement terrassé le dragon. Je l’aurais transformé en un lézard inoffensif pouvant être vaincu par un grabataire

Présentation détaillé de ma vision du futur

Comme promis rentrons dans le détail de ma vision pour le futur qui me semble indispensable pour comprendre mes choix d’investissement

Pour moi, il y a 4 scénarios possibles pour les 30 prochaines années :
   

1) Le scénario croissance verte (rien à voir avec le pseudo) :

Dans ce scénario, le progrès technologique et des investissements dans la transition énergétique et l’efficacité énergétique (réalisé par le privé ou le publique) nous permettent de limiter le changement climatique à 2°C et de faire rentrer 2 milliards d’asiatique supplémentaire dans la société de consommation high-tech (et de donner le minimum vital aux 4 milliards d’africain et assimilé).
Ce scénario verra le triomphe du capitalisme libéral actuelle et donc le triomphe de la surveillance de masse, de l’autoritarisme et des inégalités. Dans un tel monde l’essor prévisible des technologies trans-humanisme et de la conquête spatiale se fera au profit d’un petit nombre (30% de la population mondial maximum) et au détriment de tous les autres qui seront plus que jamais réduit à l’état d’esclave sans plus aucune chance de révolte. Heureusement tout porte à croire que moi et les membres de ce forum feront partit des 30%. La seule chose qui n’est pas sûr, c’est que j’arrive à survivre suffisamment longtemps pour que l’on trouve un remède au vieillissement

Dans ce scenario même un singe réussirait à gagner de l’argent en bourse sur le long terme. Dans ce scenario, le mieux pour un investisseur lazy est de se contenter d’investir sur un ETF MSCI WORLD.
S’il veut à tout prix tenter de battre l’ETF MSCI WORLD, alors il peut mettre un parti de son patrimoine (disons 20%) dans un ETF MSCI ASIA EMERGED MARKET (asie hors Japon), ou dans un ETF sectorielle sur les ENR ou la santé.
Mais honnêtement je pense que le jeu n’en vaut pas la chandelle.

    2) Le scénario décroissance noir (rien à voir avec les anarchistes) :

Dans ce scénario, on se fout comme de l’an 40 du réchauffement climatique ou d’anticiper le futur. Ou plutôt la priorité des pouvoir publiques reste d’avoir la croissance la plus élevé possible durant les 3-5 prochaines années et de faire respecter par la force les décisions du marché libre et non faussé. Et manque de bol, aucun progrès technologique ou investissement privé ne vient rendre compatible cette croissance avec la diminution de la consommation des énergies fossiles en absolu. Dans ce scenario on continue à bruler du pétrole jusqu’à atteindre un peak de production et on ouvre des central au charbon autant qu’on le peut.
Et on remplace quelque central nucléaire par des moulins à vent pour se donner bonne conscience avant les élections.

Ce monde va devoir se manger dans les 30 ans qui viennent (je ne sais pas quand exactement) un peak-oil non-anticipé et les premières conséquences négatives du changement climatique. Cela se concrétisera par des émeutes de la faim et des guerres dans les pays pauvres. Cela se concrétisera par une stagnation ou une diminution du nombre de personne qui auront accès à la société de consommation aux cours des 30 prochaines années.
Dans ce monde en 2050 la production industrielle sera plus faible qu’en 2020. Cependant le mode de vie high-tech espéré par les GAFAM deviendra une réalité pour une minorité (environ 10%-20% de la population mondial). Probablement celle qui fait aujourd’hui partie de la classe moyenne supérieur. Les classe moyenne inférieur devront accepter une baisse de leur niveau de vie et un travail plus servile.
Par contre contrairement à Jancovici, je n’ai pas la moindre idée de qu’elle seront les conséquences de ses changements sur le PIB ou les indices boursier comme le MSCI WORLD. Si le marché considère que le prix des avions qui ne seront plus produit (par manque de pétrole pour les faires voler), est inférieur au prix des logiciel et heures de ménages qui seront produit pour les classes supérieures, par les anciens salariés de l’aéronautique, alors le PIB et le MSCI world continueront d’augmenter. Sinon ils baisseront

Dans ce scenario rien ne garantit que MSCI WORLD continue à rapporter de l’argent. Dans ce scénario il me semble beaucoup plus sûr d’investir sur un portefeuille diversifié de titre en vif sur des secteurs qui devrait malgré tout resté en croissance ou se maintenir car ils répondent à des besoins essentiels (nourriture, santé, ENR, telecom,..) ou nécessitent peu de pétrole (logiciel informatique).
En clair il faut construire une sorte d’ETF qui surpondère les secteurs de la sante, des ENR, de l’alimentation, les télécom mais qui sous pondère d’autre secteur plus incertain comme le luxe, la grande distribution, l’automobile, l’aéronautique, l’électronique grand public. Ce qui tombe bien c’est que certain des secteurs que je viens de citer vont très probablement également surperformer l’ETF world dans un monde de croissance verte (c’est comme si j’avais bien choisi mes exemples)

   

3) Le scenario décroissance volontaire (rien à voir avec les amish)

Dans ce scénario, on crée un état mondial où il y a un consensus sur le fait que l’objectif prioritaire doit être la lutte contre le changement climatique et la perte de biodiversité.
Dans ce scénario Philipe Poutou est nommé premier ministre du monde et Jancovici ministre de l’énergie.

Dans ce scénario, afin de réduire rapidement la natalité on met en place un impôt mondial très progressiste sur le revenu (par exemple avec un taux marginal d’imposition de 90% au-delà de 20 SMIC) qui servira à financer une caisse de retraite mondial (et notamment pour les pays pauvres), un accès de tous (et notamment les femmes) à l’éducation, à l’autonomie financière et à des moyens de contraception.
Dans ce scénario on lance un vaste programme de remplacement des central au charbon par des central nucléaire. On isole massivement les logements, on développe massivement le solaire thermique, la géothermie,… dans les pays qui s’y prêtent bien ou dans les pays où il serait trop risqué de faire du nucléaire.
Dans ce scénario on met en place une réglementation très contraignante dans les pays du nord, afin de réduire la consommation (interdiction de la PUB, division par trois du nombre d’avion autorisé à voler, restriction sur la consommation de data, division par trois du nombre de kilo viande autorisée à la vente, diminution du temps de travail,…)
Dans ce scenario on met en place un plan de développement (peu carboné) dans les pays du sud qui sera financé par le nord, afin qu’il n’ait plus besoin d’avoir recours à la déforestation et a d’autre activité pas sympas, pour subvenir aux besoins de leur population.

Dans ce scenario en 2050 dans les pays du nord on consomme moins et globalement on produit moins. Dans ce scenario le mode de vie rêvé par les GAFAM ne se réalise jamais. Par contre dans ce monde les besoins et envi de tous les habitant de la planète sont satisfait et on est certain qu’ils continueront à être satisfait pour les prochains siècles. Dans ce monde on travaille beaucoup moins qu’aujourd’hui et beaucoup moins de gens connaisse la guerre, la faim ou la peur de se retrouver à la rue. De plus pour mettre en place ses changements, il aura sans doute été nécessaire de mettre en place une démocratie direct mondial.
Dans ce scenario, l’humanité aura réussi à relever tous les défis qui s’était posé a elle durant les siècles précédents et elle a toutes les armes en main pour relever les défis suivant qui ont commencé a émerger chez les plus privilégiés : l’éternelle jeunesse pour tous grâce au progrès en médecine et la création d’une société a la star-treck où grâce à la conquête spatiale et à la robotisation on aura complétement supprimé le travail tout en offrant une abondance de bien et de service jamais connu par l’espèce humaine. Ce qui devrait aboutir à la suppression de l’argent et de la propriété privé (car devenu totalement inutile).

Ce scenario n’a quasiment aucune chance d’arriver et s’il se produit l’investissement n’aura aucun intérêt vu qu’il devrait aboutir à un monde communiste (ou plutôt anarchiste). Mais il me semblait important de donner un petite note d’optimisme après les deux horribles scenarios précèdent. Surtout que tout horrible qu’ils soient, ils sont les plus probables et donc la base sur laquelle je vais construire mon portefeuille.

4)Le scenario What the fuck (tout à voir avec ce à quoi vous pensez)

Dans ce scénario des trucs totalement imprévisible se produise et ils ont une importance bien plus importante que ceux que j’ai prévu ou empêche carrément ce que j’ai prévue de se produire. Par exemple une faillite des GAFAM suite à une migration massive vers le monde du logiciel-libre et une montée en puissance des mouvement anti-pub.
Ce scénario n’en est pas un, mais je pense important de le mettre quand même pour ne pas oublier la forte incertitude qui règne sur l’avenir. Afin de pouvoir faire face à notre incertitude je pense que tout bon portefeuille doit contenir une certaine part d’ETF MSCI ACWI. Et j’ai bien dit MSCI ACWI et non simplement MSCI. Ou alors il faut être diversifié à l’extrême comme Scipion ou croissanceverte.

Raisonnement ayant conduit à la création du portefeuille


Choix de la répartition des différents supports

Maintenant que j’ai défini les scénarios possibles pour le futur il ne reste plus qu’à leur donnée une probabilité. Déjà je vais écarter le 3 iéme scenario, car il n’a financièrement aucun intérêt. Son seul intérêt et d’empêcher le lecteur de se suicider (et aussi de présenter de façon ludique mes préférences politiques et donc les éventuels biais qui pourraient affecter ma sélection).
Pour les scénarios restant je vais considérer que le scénario « What the fuck » à une faible chance d’arriver (10%). Pour les deux autres scenarios je vais admettre que je n’ai pas la moindre idée duquel va se produire et en conséquence je vais leur donner une probabilité identique. En conséquence on a :
    • 45% de chance qu’il faille faire un portefeuille composé d’ETF MSCI WORLD
    • 45% de chance qu’il faille faire un portefeuille diversifié de titre en vif qui devrait surperformer le MSCI world dans le monde de décroissance noir
    • 10% de chance qu’il faille faire un portefeuille composé de 100% d’ETF MSCI ACWI

Suite à ce résultat, j’ai décidé que mon portefeuille sera composé de :
    • 45 % d’ETF MSCI world
    • 5% d’ETF MSCI ASIA EMERGED MARKET
    • 50% de tire en vif sélectionné pour leur capacité à être croisant aussi bien en croissance verte qu’en décroissance noir. En donnant une surpondération à la croissance en cas de scenario de croissance noire car cette partie du portefeuille est essentiellement là pour se protéger de ce cas de figure (il sera plus clair dans la suite ce qu’implique cette surpondération).

Choix des ETF

J’ai choisi d’intégrer 45% d’ETF MSCI world et 5% d’ETF MSCI ASIA EMERGED MARKET car :
    • Je ne souhaite pas mettre une partit significative de mon patrimoine sur un ETF MSCI ACWI qui sont généralement des ETF avec beaucoup de frais et peu d’encours (surtout parmi ceux disponible sur PEA). 
    • C’est une très bonne approximation d’un ETF MSCI ACWI (donc répond bien au besoin de se protéger d’un scénario « what the fuck »)
    • Je pense que les marchés asiatiques ont de bonne chance de surperformer les autres marchés en développement comme la Russie et la Turquie dans n’importe qu’elle scenario. Je préfère donc intégrer un ETF MSCI ASIA EMERGED MARKET à un ETF MSCI EMERGED MARKET (même s’il permettrait une meilleure approximation du MSCI ACWI)
    • Cela fournit une bonne base de diversification au portefeuille qui sur 30 ans, dans le cadre du scenario croissance verte devrait me fournir la performance minimale de 2% que je vise même en cas de mauvais stock picking sur le reste du portefeuille
    • Les pays asiatiques me semblent mieux préparés à la réalisation d’un scénario décroissance que les pays occidentaux. Je pense donc probable que dans le scenario croissance noir, cette combinaison d’ETF surperforme l’ETF MSCI WORLD.

Choix des titres pour le portefeuille en vif


Ma stratégie de stock picking pour atteindre mon objectif sera un savant mélange de top-dow, de botom-up et de pifomètre. Dit dans un français un peu moins abscons, je vais essayer de déterminer à la louche, qu’elle sera l’avenir probable de chaque secteur économique dans les deux scenarios. Et à partir de cette analyse je choisirais la répartition sectorielle approximatif que devras avoir mon portefeuille.  C’est la partie top-dow. Ensuite j’essaierais par une analyse rapide de trouver de bonne entreprise dans ce secteur d’activité qui ont des atouts pour bien s’en sortir dans les deux scenario (botom-up). Et en fonction de ce que je trouve j’adapterais la répartition précédemment définit.
Et une fois cela fait j’essaierais d’imaginer qu’elle sera le comportement global du portefeuille dans chaque scenario et en fonction des résultats je repartirais dans une boucle de modification du portefeuille.
Afin de raccourcir un peu cette présentation déjà fort longue je ne vais vous donner que le résultat final avec quelques éléments permettant de comprendre comment sont élaboré les notes (vous trouverez également en pièce jointe l’Excel utilisé afin de pouvoir fouillé les formules ou vous amuser à faire votre portefeuille personnalisé avec). Si vous voulez des détails n’hésitez pas à poser des questions.



* Note moyenne pondéré du secteur = note secteur dans scénario croissance verte *pondération scénario croissance verte + note secteur dans scénario décroissance noir *pondération scénario décroissance noir



Note global entreprise= (note bilan entreprise + note qualité/prix)*(1+note moyenne secteur)



On remarquera les différences entre la répartition que je voulais au début et celle que j’obtiens à la fin. La raison principale est que je ne trouve pas suffisamment de société de qualité sur les secteurs sous-pondérés. Je préfère sous-pondérer un secteur que de concentrer trop d’argent sur certaines entreprises ou d’inclure des sociétés de moins bonne qualité. C’est mon choix, mais si des personne ont des idées de société pour remédier a ce default, je suis preneur.

Pour information voici les critère de notation et l’exel :


finance_31.ods

Portefeuille cible final

Voici donc mon portefeuille final. Afin de diversifier les modes de réplication, 25% du portefeuille sera sur un ETF world à réplication physique et donc hors PEA. Tout le reste du portefeuille est éligible au PEA.


Portefeuille actuel et investissement prévus


Normalement je devrais me contenter d’ouvrir un PEA et un compte titre et d’investir chaque mois le même montant. Puis de repartir ce montant en fonction des pourcentages de mon portefeuille cible. Cependant suite à mes investissements précèdent, j’ai déjà un portefeuille qui n’est pas conforme à cette répartition et je vais devoir en tenir compte.
Voici mon portefeuille actuel :


On remarquera la présence de ligne dont je ne veux plus (AXA et TF1) et d’autre lignes sur lesquelles j’ai déjà trop investit (comme Total ou Deutsche Telekom). Etant donné que ce n’est pas vraiment le moment de vendre, que je déteste vendre et que je considère que se sont encore de belle entreprise avec un bel avenir (du moins sur le moyen thermes), je vais les garder 5 à 8 ans et ensuite faire les arbitrages nécessaires pour atteindre mon portefeuille cible.

Je consacrerais l’intégralité de ma paye de fin octobre à d’autres investissements que je ne détaillerais pas ici.
Je consacrerais ma paye de fin novembre à initier les lignes qui ne sont pas encore ouvertes.
Ensuite je consacrerais 2000 euros au début de chaque mois à ce portefeuille.
Je vous passe les calculs mais aux prix actuels dans le but d’atteindre mon objectif, j’ai décidé que durant l’année prochaine je ferais approximativement les achats ci-dessous. Je dirais juste que j’ai décidé d’accélérer l’achat des actions air liquide afin de profiter plus rapidement des avantages réservés aux actionnaires au nominatif depuis plus de deux ans.
Et j’ai bien entendu arrondi le nombre d’actions a acheté chaque mois. C’est juste une approximation du nombre d’actions que je vais acheter, mais je l’adapterais pour que ça coûte 2000 euros chaque mois)



Mes achats pour l’année prochaine sont donc approximativement tous déjà prévus. Je me contenterais, donc d’un post tous les 6 mois afin de vous informer des achats qui ont réellement été effectués et de leur prix. De plus une fois par an (probablement en décembre), je ferais le point sur les performances du portefeuille
Vous l’aurez compris je ne pense pas intervenir très souvent (et vu la longueur de mes interventions je pense que cela soulagera tout le monde)

J’attends maintenant vos critiques et remarque. Pensez-vous que j’ai mal analysé certaines entreprises ou secteurs ? Avez-vous des idées d’entreprises auxquelles, je n’ai pas pensé et que je devrais intégrer à mon portefeuille pour améliorer la diversification ? Avez-vous d’autres critiques ? Pensez-vous que je suis un dieu de l’investissement et le remplacent de Warren Buffet ?

Dernière modification par DecroissanceNoire (06/10/2020 14h23)

Mots-clés : action, etf (exchange traded funds), pea (plan d'epargne en actions), portefeuille

Hors ligne Hors ligne

 

#2 06/10/2020 09h49

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   483  

DecroissanceNoire, le 05/10/2020 a écrit :

J’attends maintenant vos critiques et remarque.

Vous dites investir par pur plaisir intellectuel, à partir de là on ne peut rien vous dire d’autre que d’investir comme il vous plait et d’utiliser les stratégies qui vous stimulent intellectuellement, quelles qu’elles soient. La recherche de performance est très secondaire dans ce cas de figure.

Hors ligne Hors ligne

 

#3 06/10/2020 12h43

Membre
Réputation :   0  

Bonjour DecroissanceNoire et félicitation pour cette belle entrée en matière !

Juste une petite remarque, dans le dernier tableau où vous détaillez la fréquence de vos achats, j’ai compté 14 valeurs sur lesquelles vous prévoyez d’investir tous les mois.
Je ne connais pas votre brocker, mais les frais qui vont vous être appliqués, s’ils sont sur chaque transaction, seront relativement élevés à la fin du mois (14 transactions mini). N’envisagez vous pas de faire des achats groupés pour limiter les frais ?

Bonne journée,
Guillaume

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #4 06/10/2020 14h18

Membre
Réputation :   18  

Très bonne question.

Effectivement au début, je ne fessais qu’une transaction par mois afin de minimiser les frais.
Cependant depuis juillet, en France, les frais de transaction sont plafonnés à 0,5% sur toutes les transactions du PEA et cela quelque soit leur montant. Avec mon courtier actuel (Fortuneo), en regroupant mes transactions je pourrais réduire à 0,2% ses frais de transaction.

De plus nous somme actuellement dans une période de grande volatilité boursière, où même des actions réputé ultra-stable comme air-liquide, gagne ou perdre régulièrement plus de 2% de leur valeur chaque mois.
Or je suis extrêmement malchanceux en market timing. A chaque fois que j’ai hésité entre deux actions pour le renforcement du mois, le mois suivant l’action que j’avais choisit d’acheter tout de suite avait baissé de 5% et celle que j’avais choisit d’acheter le mois suivant avait augmenté de 2%.

Comme je ne vois pas de moyen pour améliorer mon market timing (ou ma chance), je préfère payer les 0,3% de frais de transaction supplémentaire et éviter tout risque de perdre (ou de gagner de l’argent) grâce à un mauvais timing.
Pour l’instant j’ai l’impression que j’y gagne plus, mais je changerais peut être de stratégie quand la volatilité diminuera.

Dernière modification par DecroissanceNoire (06/10/2020 14h21)

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #5 07/01/2021 17h24

Membre
Réputation :   18  

Tout d’abord, je souhaite à tous les lecteurs une bonne et heureuse année et j’espère que vous avez passé de bonne fêtes.

Récapitulatif changement

Maintenant, sans plus attendre rentrons dans le vif du sujet, voici la liste des achat que j’ai effectué depuis la dernière fois un récapitulatif de mon portefeuille actuel.




La dernière fois j’avais indiqué que j’achèterais juste une action de chaque entreprise sélectionné afin d’ouvrir la ligne. Cependant, je n’ai pas vraiment tenu parole. Déjà au cours du mois de décembre l’action air liquide a connue une baisse et j’en ai profité pour acheter 27 actions et les passer au nominatif administré.

De plus les plus attentif auront remarqué qu’il manque certaines entreprises et que de nouvelle ont été rajouté. Les entreprises qui manquent uniliver,IMCD, HENKEL n’ont pas été achetées car elles ne sont pas éligible au PEA d’après fortuneo. Pour uniliver, c’est normal, car j’avais totalement oublié qu’il déménageait le siège en Angleterre suite au Brexit. Par contre pour les deux autres, je ne perds pas espoir de faire accepter à fortuneo de les rendre éligible. Affaire à suivre donc.
En attendant, je ferais comme si ses entreprises n’étaient pas éligibles.

Les nouvelles entreprises quant à elle ont été rajoutées, car j’ai fait des recherches afin de diversifier d’avantage mon portefeuille.
Durant ses recherches j’ai été confronté au fait que l’exel que j’avais partagé et qui m’aide a sélectionner les entreprises est dégueulasse (c’est normal, il est le fruit de plusieurs réécriture) et que mes critères pour noter le bilan d’une entreprise ou le rapport qualité prix des produit était assez peu rigoureux. Pour le rapport qualité prix des produits, je pense qu’il n’y a aucun moyen d’avoir quelque chose de plus rigoureux. Ma méthode consiste à regarder la réputation de l’entreprise sur internet ou a acheter moi-même les produit quand c’est possible. Par contre pour le bilan financier, j’ai décidé de profiter de la mise à jour de l’exel pour avoir un calcul qui dépende moins de mon ressentit ou de mes éventuelles biais.

Présentation nouvelle règle

Pour rappel mon but est de créer un portefeuille boursier résilient aux crises et notamment à une décroissance forcé si la transition énergétique ne vas pas assez vite. D’un coté ce risque est largement connue et donc évitable, mais d’un autre coté nos dirigeants semble ne rien faire pour y remédier, voir tout faire pour aggraver le problème avec des mesures qui me semble absurde (mais je n’ai peut-être pas tous les éléments). Mon analyse des données financière d’une entreprise a donc pour but d’écarter les entreprises à risque et de noter leur capacité à profiter d’une crise.

Tout d’abord sont éliminées les entreprises qui ne respectent pas les critères suivants :
     1)Entreprise en croissance dans le monde actuel, car si ‘l’entreprise n’est pas capable de croître qu’en tout croit alors dans un monde en crise, il est peu probable qu’elle survive :
           • CA globalement en croissance (on pardonne une ou deux mauvaises années mais il faut que le CA ai cru durant les 5 dernières)
           • Résultat d’exploitation positive
           • marge net positive
           • marge net croissant ou stable
           • cash flow globalement croissant
     2) Une dette faible voir une trésorerie positive.
           • le ratio dette/ cash flow est inférieur à 5
           • le ratio dette/ ebita est inférieur à 3
     3) Résiste au stress test.
           • cash flow positif y compris durant la crise de 2020

     4) Grande entreprise. En effet pour moi, les grandes entreprises ont plus de possibilités pour résister à un choc.

Si une entreprise passe ses 4 critères alors je lui donne une note en fonction du ratio d’endettement et de la marge net. En effet plus la marge est élevée, plus l’entreprise a de marge pour résister à une crise. De même plus l’endettement est faible plus elle peut résister à une crise et saisir les opportunités qui ne manqueront pas d’en découler.

Conséquence nouvelle règle

Avec ses critères plus précis, voici la liste des entreprise que j’avais préalablement décidé d’intégrer à mon portefeuille qui sont éliminés :

    • Sartorius Stedim Biotech    DE0007165607
    • ALFEN N.V. (ALFEN)     NL0012817175
    • AIR LIQUIDE (AI)    FR0000120073
    • Telia Company     SE0000667925
    • Deutsche Telekom (DTE)    DE0005557508
    • VEOLIA ENVIRON. (VIE)    FR0000124141
    • TOTAL (FP)    FR0000120271
     
    • UMICORE (UMI)     BE0974320526
    • REXEL (RXL)    FR0010451203
    • NEXANS (NEX)    FR0000044448
    • ONTEX GROUP NV (ONTEX)     BE0974276082

Les entreprises du premier groupe sont celle qui loupe de justesse un seul critère, mais que je compte quand même maintenir dans le portefeuille, car je pense que c’est une situation exceptionnelle qui ne se produira plus et que les autres fondamentaux sont excellent. (à surveiller tout de même)
Les entreprises du second groupe sont celle que je renonce a acheter tant que leurs données financières n’auront pas évolué (notamment les marges et la dette).

Nouveau portefeuille cible

Suite à tout ses changements voici donc mon portefeuille cible actuelle, la liste approximative des actions que je vais acheter durant les 6 prochains mois et sa répartition sectorielle :





Voici également la nouvelle version de mon tableur :
exel_partage.ods

Perspective

Pour la suite, je vais essayer de trouver de nouvelles entreprises qui répondent à mes critères (notamment dans les énergies non-carbonées et les économies d’énergie ). Notamment, j’espère que l’état va privatiser ORANO, afin que je puisse investir dans le nucléaire, qui est à titre personnel mon énergie favorite.
Si tout se passe bien, je n’interviendrai pas avant six mois. Durant ce laps de temps, je me contenterais de faire les achats prévus et de créer un outil pour comparer les performances de mon portefeuille à un ETF monde.

Présentation entreprise

Je vais terminer ce post en présentant plus en détail certaine entreprise que j’ai sélectionné et qui d’après moi sont injustement peu mis en valeur sur ce forum.

BEIERSDORF : est une entreprise appartenant au Dax 30 et qui est le numéros un mondial des soin de la peaux et la 7 éme entreprise mondial de cosmétique. De prime abord, on aurait envie de dire que c’est le l’Oréal allemand. Mais en fait l’entreprise a peu de chose en commun avec l’Oréal. Déjà durant les dernière année la marge et la croissance du CA de l’Oréal a été beaucoup plus importantes.Mais surtout, contrairement à l’Oréal BEIERSDORF vend des produit utile. En effet, BEIERSDORF vend principalement des crème hydratantes, des crème solaire, des préservatif, des pansement,…Au contraire de l’Oréal qui vend surtout des produits de beauté à l’utilité et à l’efficacité très discutable de mon point de vue. Pour moi, BEIERSDORF ne doit pas être comparé à l’Oréal, mais à UNILIVER ou EBROFOOD. Et là la comparaison est déjà beaucoup plus à l’avantage de BEIERSDORF. C’est l’entreprise de bien de consommation courant éligible au PEA que je connais qui a les plus fortes marges et la plus forte croissante tout en ayant aucun dette. Je trouve que c’est un très bon remplacent au regretté Unilever.

À noter qu’en 2019 l’entreprise a déclaré que tous ses sites de production étaient maintenant alimentés par des énergies renouvelables. Vous pourriez vous dire que pour un investisseur cherchant des entreprise résilient à un nouveau choc pétrolier, c’est plutôt un bon point. Pour moi il n’en ai rien, car cela veut juste dire que l’entreprise a signé des contrats avec des fournisseurs verts. Or pour moi l’électricité de ses fournisseurs n’est pas plus vert ou non-fossile que celle de ses concurrents. Physiquement, les usines de BEIERSDORF tournent toujours grâce à des central aux charbon et aucune capacité de production renouvelable ne leur est physiquement ou légalement réservé.
En un mot, c’est du pur green-waching qui ne les met pas à l’abri de devoir arrêter leurs usines si un jour, on subissait un nouveau choc pétrolier. Cependant, je pense que leur produit sont suffisamment utiles pour ne pas être les plus impactés par des mesures de restriction sur l’énergie et que leurs marges élevées leur permettrons d’absorber d’éventuelle hausse du prix de l’énergie et des matière premières.

JDE PEET’S N.V. (JDE) : Entreprise familiale crée en 1753 et qui est aujourd’hui la plus grande entreprise de thé et de café au monde. Bon en fait c’est la fusion entre l’entreprise familiale D.E Master Blenders (qui possède 51 % des parts du groupe final) et la division café de Mondelēz International (49 % des parts du groupe final). L’entreprise est numéro un ou deux sur tous les marché où il est présent. L’entreprise vend surtout en Europe de l’ouest (47 % du chiffre d’affaire) mais essaye de conquérir de nouveau marché à l’étranger grâce à des rachats. Cependant, ses rachats ont été financés par un accroissement de l’endettement (qui reste très raisonnable et jusqu’à présent tout les rachat se sont plutôt bien déroulé à ma connaissance)

Les biens vendus par l’entreprise ne sont pas de première nécessite, mais même avec une crise gravissime, j’ai du mal à imaginer une réduction de la consommation de café ou de thé dans le monde. De plus, leurs marges et leurs marques très fortes, devraient leur permettre de survivre même à de violentes crises. De plus avec de la chance, le groupe profitera du développent de l’Afrique et de l’Asie pour augmenter le nombre de ses clients. Je ne vois qu’un seul problème possible : avec le réchauffement climatique la culture de thé et de café risque de connaître des difficulté et à force de faire des rachats, il risque de griller leur cartouche financière pour faire face à d’éventuels pépins.

Dernière modification par DecroissanceNoire (07/01/2021 17h34)

Hors ligne Hors ligne

 

#6 07/01/2021 19h03

Membre
Réputation :   5  

Bonsoir

Merci pour le partage du fichier excel.
Pour l’analyse, tout est manuel, il n’y a pas d’automatisation pour remonter les chiffres ?
Avec google sheet, c’est possible de remonter quelques données clés, mais je bloque pour aller plus loin avec la fonction google finance.
=> mon rêve, avoir tous les indicateurs calculés en temps réel. smile

Peut-être ai-je mal compris, pourquoi avoir un ETF World dans votre PEA et un autre ETF World en dehors de votre PEA ?

Hors ligne Hors ligne

 

#7 07/01/2021 21h16

Membre
Réputation :   18  

C’est mon rêvé aussi.

Malheureusement, je n’ai pas de moyen simple et gratuit d’automatiser la remonter des chiffres. Il y a bien sur des solution payantes (notamment proposé par IH), mais je ne souhaite pas payer pour ce service. De plus pour des raison principalement idéologique je tient à utiliser libre office et je ne peu donc pas aider sur l’utilisation de google sheet.
Sinon j’avais penser à créer un programme JAVA qui accéderait à la page consacrée à chaque entreprise sur un site comme IH ou zone bourse. Puis qui extrairait les infos du code source de la page et les mettrait dans un CSV. Cependant je n’ai pas le temps de développer un tel programme. De plus étant donnée que IH gagne de l’argent en vendant des screener qui permette d’avoir ses infos automatiquement, je pense que ce ne serait pas une bonne idée que je partage gratuitement un tel programme ici.

Sinon vous avez bien compris, j’ai un ETF world en dehors du PEA et un ETF world dans le PEA. La différence entre les deux est que l’ETF world hors PEA est à réplication physique et sans prêt de titre, alors que bien évidement l’ETF world du PEA est à réplication synthétique.
Je sais que c’est sans doute irrationnel mais je n’ai pas confiance dans la réplication synthétique. Ce choix bizarre est un compromis entre ma volonté de n’investir que sur des ETF à réplication physique (et si possible sans prêt de titre) et ma volonté de profiter à fond de la carotte fiscal du PEA.
Mais pour être honnête, il m’arrive régulièrement de remettre ce choix en question et de me demander si je ne ferait pas mieux de tout mettre sur mon PEA.

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #8 07/01/2021 21h57

Membre
Réputation :   31  

Bonjour DecroissanceNoire

DE PEET’S N.V. (JDE) : Entreprise familiale crée en 1753 et qui est aujourd’hui la plus grande entreprise de thé et de café au monde. Bon en fait c’est la fusion entre l’entreprise familiale D.E Master Blenders (qui possède 51 % des parts du groupe final) et la division café de Mondelēz International (49 % des parts du groupe final). L’entreprise est numéro un ou deux sur tous les marché où il est présent. L’entreprise vend surtout en Europe de l’ouest (47 % du chiffre d’affaire) mais essaye de conquérir de nouveau marché à l’étranger grâce à des rachats. Cependant, ses rachats ont été financés par un accroissement de l’endettement (qui reste très raisonnable et jusqu’à présent tout les rachat se sont plutôt bien déroulé à ma connaissance)

Attention, côté historique JDE PEETs est surtout issu du rachat de Peet’s (un distributeur, premier "Starbuck" aux US) par JAB (holding de la famille Reimann - Benckiser). C’est cette société (soutenue par JAB) qui a ensuite enchainé les acquisitions car c’était la thèse de départ de JAB sur cette opération, en commençant par D.E. Master Blenders (racheté à Sara Lee). En 2015 c’est encore ce groupe qui rachète les activités café de Mondelez, en échange d’une partie du capital.

Le problème des acquisitions de JAB c’est qu’ils les payent au prix fort (cf Coty qui ne se passe pas franchement au mieux) et ils ont en face Nestlé et d’autres groupe agro qui après les avoir laissé grossir veulent plutôt défendre une activité (le café) très rentable (exemple avec Lavazza qui a acheté Carte noir et Kicking Horse Coffee à des multiples très élevés ).
De plus ces acquisitions sont financées non plus par JAB uniquement mais par JAB Consumer qui est un Fonds "ouvert" (dont FPP est LP par exemple mais également les Hewlett, les descendant de Walmart ou des Hotels Hyatt).
C’est d’ailleurs à priori une des raisons pour laquelle Bart Becht (un des 3 managers de JAB qui sont à la manœuvre sur ce deal depuis le début) a quitté l’entreprise, en désaccord avec le rythme des acquisitions qu’il fallait selon lui ralentir pour les digérer et éviter un endettement trop important.

Enfin  3.3x de levier net ce n’est pas 6x mais ça reste élevé. Je suis beaucoup la société et ce marché et reste très intéressé par cette société qui a selon moi de très bon fondamentaux mais certaines précisions me semblaient importantes.

Dernière modification par DockS (07/01/2021 21h57)


"Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité […] finit par perdre les deux." B.Franklin

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #9 08/01/2021 08h19

Membre
Réputation :   20  

Bonjour,

Decroissance Noire a écrit :

Notamment, j’espère que l’état va privatiser ORANO, afin que je puisse investir dans le nucléaire, qui est à titre personnel mon énergie favorite.

Travaillant depuis 10 ans dans cette industrie avec les différents acteurs, c’est une industrie vérouillée par l’Etat tant sur le plan réglementaire (ASN), stratégique (ministère de l’écologie) et économique (Actionnaire majoritaire d’EDF…)

meme si en tant que solution scientifique, c’est une industrie qui a du sens, on est là soumis aux aléas politiques et non rationel.

Plogoff, Superphoenix, Fessenheim (j’ai des copains qui ont été touchés)….bref, pas un bon business d’investissement boursier


L'argent, c'est de la liberté frappée.

Hors ligne Hors ligne

 

#10 08/01/2021 13h03

Membre
Réputation :   18  

Depuis la révolution industrielle le secteur de l’énergie est un secteur hautement stratégique et donc soumis aux aléas politiques. Depuis environs 100 ans les politiciens ont une grande influence sur le fonctionnement de l’industrie de l’énergie.

Pour le pétrole les état et des cartel plus ou moins privé ont toujours verrouillé la production et décidé des quantité à produire, du prix de vente, des gens qui avait le droit d’acheter,…
Pour le nucléaire les état control directement tout les étapes de la production.
Pour les EnR on a une partie du marché détenue par des entreprise privé (une partie seulement) mais elle ne se développe que grâce aux subventions et aux prix réglementés qui varie selon l’humeur du moment (le matin on promet de grosse subvention et le soir on baisse le prix de rachat du photovoltaïque).

Bref, historiquement le rythme de développement et les marges d’une entreprise de l’énergie dépendes plus de la volonté de l’état que de la volonté du marché (c’est vraie pour toutes les énergies). Mais cela n’a jamais empêché ce secteur d’être un investissement boursier ultra rentable et même le plus rentable durant certaine périodes.
La présence de l’état dans un secteur est une variable a prendre ne compte, mais pour moi ce n’est pas une raison pour le bouder.
Si un secteur est totalement contrôlé par l’état et qu’il veut le développer, alors ce sera un investissement boursier extrémement rentable comme la montré le pétrole dans le passé et le portefeuille de "croissance verte" aujourd’hui. A l’inverse si l’état est déterminé a flinguer se secteur ce sera un investissement pourris.
Dans le secteur de la finance on ne se bat pas contre la FED, dans le secteur de l’énergie on ne se bat pas contre l’état.

Actuellement je suis totalement d’accord qu’il y a en France une volonté de flinguer le nucléaire et donc que cela ne semble pas être une bonne idée d’investir dans des entreprise française du nucléaire. Il vaudrait mieux investir dans des entreprises du nucléaire situé dans des pays pro-nucléaire comme la Pologne, la suède, l’Angleterre, la russsie, la chine, les pays baltes, la Roumanie,…
Cependant outre le fait que je ne connais pas d’entreprise éligible au PEA qui soit dans ce cas, je pense que l’opinion de nos dirigeants sur le nucléaire va évoluer. La droite et l’extrême droite sont d’ors et déjà totalement convaincu par le nucléaire. Les seul qui s’oppose au nucléaire et qui ont une influence sur les décisions politiques, c’est la gauche caviar-bobo de EELV et du PS. Il y a aussi une partie de l’extrême gauche qui s’oppose au nucléaire mais elle n’a aucune influence sur les décision politique et très peu de chance d’en obtenir une dans la décennie qui vient (malheureusement pour moi).
Or même chez EELV, les opinions anti-nucléaire reculent. Bien sûr les opposants au nucléaire reste majoritaire chez les écologistes. Cependant dans toutes les manif ou les réunion de militant d’écologiste je voit de plus en plus de pro-nucléaire (jeune). Reporterre publie des article pour alerter que les associations anti-nucléaire ressemble de plus en plus à des maison de retraites et des figure de l’écologie réactionnaire comme Rivasi déclare ouvertement se sentir menacé par "les jeune et le GIEC". Et sur les réseau sociaux les pro-nucléaire sont omniprésent au point que les pro-nucléaire se sente obliger de défendre les EnR.

Tout ses signaux faibles me font penser que dans un délai incertain nous allons avoir un retournement d’opinion sur le nucléaire qui provoqueras une hausse des bénéfices et de la valorisation des entreprises du nucléaire française. Le tout étant bien sur d’investir sur les bonne entreprises et avec le bon timing.
Mais peut être que je me trompe totalement à cause de mes bais politiques ou de mes bulles de filtres. Peut être que le nucléaire restera le pestiféré de la politique énergétique française.
Je pense que la conclusion c’est que si l’état privatise ORANO dans de bonne condition (il faudra regarder la dette qui pèsera sur ORANO après privatisation, la place de l’état dans le groupe après privatisation, les marges d’exploitation au moment de la privatisation, l’attractivité de l’offre d’Orano pour les pays étranger,…), alors ce serait une bonne idée d’y investir une petite somme (très petite pour commencer) dans le cadre d’un portefeuille ayant pour but de résister/profiter de la fin des énergie fossiles.

Dernière modification par DecroissanceNoire (08/01/2021 13h10)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #11 27/02/2021 22h33

Membre
Réputation :   3  

Intéressante démarche!

Je partage votre réticence vis-à-vis des ETF synthétiques, dont les contrats de SWAP sous-jacents ne me semblent opérants que si les zones restent fortement corrélées entre elles. J’en prends quand même un peu également toutefois, le PEA étant trop attractif pour passer à côté.

Pour le reste, considérant l’avenir que vous envisagez, et l’orientation défensive souhaitée, ne serait-il pas pertinent de diversifier votre patrimoine sur d’autres classes d’actifs comme l’immobilier, les obligations ou l’or?

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #12 28/02/2021 18h57

Membre
Réputation :   18  

Vous lisez dans les pensées ma parole.

Originellement, le défi que je me suis fixé était de créer :
                _ un portefeuille d’actions
                _ éligible au PEA
                _ facilement réplicable par n’importe qui
                _ lazy: ne demandant pas beaucoup de travail une fois les achats faits (pas ou très peu d’arbitrage)
                _ résilient aux crises et plus particulièrement au changement que pourrais provoquer une décroissance forcée, une sortit de la société de consommation ou au contraire un verdissement à marches forcé de l’économie.
                _qui ne sous-performe pas trop l’ETF monde (il faut que je précise cet objectif)

Or, mes réflexions actuelles me font penser qu’un portefeuille résilient et lazy, c’est sans doute un portefeuille qui équilibre bien les différentes classes d’actif. Notamment en ce moment je me demande quand est ce que je devrais vendre les action acheté en mars/avril 2020 en vidant mes fond en euros, afin de remplumer mes fond en euros en prévision du prochain crack.
Du coup, je réfléchissais depuis un moment à faire une présentation globale de mon patrimoine et pas seulement de mon PEA (et éventuellement à le modifier pour correspondre à cette stratégie).

Mais cela va devoir attendre, car dans les prochains mois, je vais devoir consacrer plus de temps et d’énergie à mon travail et à des activités militantes qui ont pour l’instant la priorité sur la gestion de patrimoine et mes interventions sur ce forum.

Cependant très rapidement :

Immobilier
Malheureusement, je n’ai pas de temps à investir dans la gestion immobilière en direct. Malheureusement ou heureusement mon travail et mes autres activités remplisse déjà bien mes journées et je pense que pour le moment, elles doivent conserver la priorité. J’y réfléchirai dans le futur si la situation me permet de lever le pied sur le travail. Et puis cela serait trahir mon objectif d’une stratégie lazy.
Quant à l’investissement en SCPI avec mon taux d’imposition et les frais, ce n’est juste pas intéressant. Qu’elle que soit le montage (prêt, nue-propriété,..) que j’envisage, je trouve des rendements net inférieur à 1%. À ce tarif-là, je préfère investir mon argent sur un livret bancaire.
Mais j’ai peut-être mal calculé ou je n’ai peut-être pas envisagé toutes les possibilités (je n’ai pas eu le temps de beaucoup étudier la question.).
De plus, l’immobilier est actuellement un secteur en pleine mutation qui le transforme en un secteur risqué. Le changement climatique, le développement du télétravail, du commerce en ligne, le vieillissement de la population et les changements de mode de vie risque de modifier de manière importante et imprévisible la rentabilité et la valorisation des biens immobiliers. En l’absence d’une rentabilité importante, je préfère rester en dehors de ce secteur.

Obligation
Une partie de mon patrimoine est sur le fond en euros de fortuneo. Il me semble que dans le contexte actuel de taux négatif, c’est la meilleure manière d’être investi en obligation. Cependant, il y a de plus en plus de contrainte sur les fonds en euros et notamment l’obligation d’un pourcentage en UC.

Matière première
Pour moi, l’or, les matières premières, les crypto monnaie, les oeuvres d’art,… sont des investissements totalement spéculatifs. C’est-à-dire que les gains ne peuvent venir que d’une revente à un prix supérieur.
Pour moi, un investissement spéculatif est un jeu de hasard à somme nul. Si j’achète de l’or au plus bas et que je revends au plus haut, c’est parce qu’un autre aura acheté au plus haut et vendu au plus bas. Les gains des uns sont les pertes des autres. Contrairement à l’investissement boursier, si on compte les frais, c’est un jeu à espérance négative. Tout le monde ne peut pas gagner de l’argent. Seul, les plus compétents ou chanceux tireront leur épingle du jeu.
Contrairement à la majorité des investisseurs sur ce secteur, je n’ai aucune compétence particulière sur les matières premières ou l’or. J’ai donc de grandes chances de perdre de l’argent en allant sur ce marché. Cependant pour faire un patrimoine résilient, il me semble indispensable d’avoir une partie de son argent investi dans les matières premières et l’or.

Je réfléchis donc à une manière intelligente de rentrer sur ses secteurs et pour l’instant ma réflexion n’est pas aboutit. Mes trois pistes actuelles sont :

                     1)Fortuneo a récemment fait la PUB d’un fond éligible à l’assurance-vie sur les matières première précieuse. Peut-être en ont ils d’autres. Je vais peut-être investir une partie de mes renforcement mensuels à 50% sur des fond en euros et 50% sur plusieurs fonds de matière première gérée par des pros. Il faut que je me renseigne et que j’y réfléchisse.
                     2)Carabistouille a récemment émis l’idée d’investir dans les mines d’uranium. C’est une idée qui me semble intéressante et que je devrais creuser même si ça m’obligerait à investir en dehors du PEA.
                     3)Pour des raison culturelle l’or me semble être une valeur contra-cyclique. Quand il y a une crise ou que beaucoup ont peur d’une crise, le prix de l’or augmente et quand tout le monde est rassuré le prix de l’or chute. Contrairement à ce que beaucoup disent, j’ai l’impression que l’or est plus corrélé au cycle économique qu’à la politique des banques centrales.
Si j’ai raison alors il ne faut surtout pas acheter de l’or maintenant. Il faut attendre 3-5 ans que la crise se termine et qu’on rentre dans une période d’euphorie pour acheter de l’or, puis attendre une crise pour revendre cet or, puis racheter des actions avec cet or, puis 4 ou 5 ans après la crise vendre les actions et acheter de l’or avec.
Il faut que je fouille cette idée et notamment à qu’elle moment faire les différents arbitrages, avec qu’elle mode de détention, qu’elle fiscalité et aussi que je me pose la question de si l’or ne vas pas perdre ce caractère contra-cyclique à cause de ce gouffre énergétique que sont les cryptomonnaies.

Comment cela se fait que quand je veux faire une réponse rapide, je me retrouve avec un pavé :)

Dernière modification par DecroissanceNoire (28/02/2021 19h48)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #13 28/02/2021 20h53

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   607  

@DécroissanceNoire : Si vous désirez acheter de l’or physique, le cours spot est un indicateur trompeur. En boutique, vous devrez payer une prime conséquente à l’achat, et vous vous rendrez compte qu’elles reprennent avec une décôte tout aussi conséquente. Vous parlez de jeu à somme nulle, mais ce n’est pas tout à fait vrai : les profits proviennent plus du différentiel entre weak hands et strong hands que des variations de cours. Votre espérance de gain est donc plus élevée si vous achetez votre or avec du cash dont vous n’avez *vraiment* pas besoin (et non pas dont vous ne croyez pas avoir besoin…) et encore plus élevée si vous l’achetez à bas prix à ceux qui ont cru qu’il n’avaient pas besoin de leur cash mais découvrent qu’ils en ont maintenant besoin… rapidement.

Cela est d’ailleurs valable aussi dans les marchés de l’art et de la collection wink Ce sont des marchés qui récompensent la richesse et la patience, le spéculateur se fera rincer tôt ou tard soit à cause d’un retournement imprévu, soit pour avoir eu les yeux plus gros que le ventre.

Dernière modification par doubletrouble (28/02/2021 20h54)


Parrain Stockopédia ✯ Mangia bene, caca forte, e non aver paura della morte.

Hors ligne Hors ligne

 

#14 06/03/2021 20h37

Membre
Réputation :   18  

Je pense qu’il faut que j’apporte un petit complément à mon dernier message.

Sur le court terme, je n’investirais ni dans l’or, ni dans les obligations. Déjà parce que je n’ai pas assez réfléchis à la question, mais surtout parque pour le moment, ce sont les actions qui ne sont pas chères. Et plus particulièrement les actions croissance qui compose la majorité de mes cibles d’achats (du soleil et des soldes d’hivers que demander de plus).

Pour le moment, 100 % de mes apports seront investis en action et cela devrait rester le cas un moment. Cependant, dans le cas improbable où le CAC40 dépasserait les 6200 points alors que l’épidémie est toujours présente, je réfléchirais à mettre une partit de mes renforcements sur des fonds en euros.
Par ailleurs, je ne vois pas ce qui pourrais me pousser à vendre avant quelques années. Si les actions dont je souhaite me débarrasser (TF1, axa) grimpent de 50% alors je vendrais sans attendre. Si total dépasse les 60 euros suite à une envolé du prix du pétrole, alors je vendrais afin de racheter plus bas un peu plus tard. Mais en dehors de ses improbables exceptions, quoiqu’il arrive, je ne vendrais pas avant 5 ans.

Si le 17 mars la FED annonce une normalisation de sa politique plus rapide que prévue pour lutter contre l’inflation, alors ma seule réaction sera de fêter ça en achetant une action adyen à 1700 euros.
S’ils annoncent de nouvelles actions pour faire baisser les taux alors ma seule réaction sera de pousser un soupir de regret et d’acheter mon panier d’action habituel à un prix plus que raisonnable au vu de leur bénéfice actuel (pour la plupart)
Si pour une raison inconnue, un nouveau krach se produit dans les mois qui viennent, je ne me morfondrai pas en me demandant pourquoi je n’ai pas vendu pour mettre sur un fond euros (parceque j’avais aucun moyen de le savoir). Je me réjouirais de cette nouvelle opportunité.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #15 21/05/2021 15h41

Membre
Réputation :   18  

Bonjour,

En ce jour j’ai décidé de céder à la mode et de faire un great reset.

1) Présentation patrimoine et performance
      1.1) Présentation patrimoine
Déjà en reprenant depuis le début la présentation de mon patrimoine. Mon patrimoine est actuellement composé au 31/03/2021 (date la plus récente de mes relevés de titre fortunéo) de :
     •    Appartement : 75 000 euros (prix d’achat il y a 2 ans)
     •    Livret A : 15 000 euros
     •    Assurance vie : environ 3 000 euros sur fond sur-avenir 7 000 euros sur SCPI primovie

     •    PEA :   37 714,45 euros


     •    PEA-PME : 9254,00 euros

     •    Compte titre : environ 4566,84 euros


     • Epargne salarial : environ 29 000 euros : investis à 80% dans les actions de mon entreprise (achetée avec un rabais réservé aux salariés et que je ne peux pas vendre avant 4-5 ans) et à 20% sur un fond à gestion active diversifié

Et bien sûr toujours aucune dette.

     1.2) Performance
Ensuite en vous présentant la nouvelle version de mon Excel (qui a eu beaucoup de changement) :
Le changement dont je souhaite parler est l’ajout d’un onglet pour pouvoir comparer ma performance à celle que j’aurais eu en investissant uniquement sur un ETF monde (aux mêmes dates que dans la réalité ou le premier jour de chaque mois). Voici le résultat :
state.ods





Premièrement une bonne nouvelle en moins d’un an et demis, j’ai fait environ 18% de plus-value. Mauvaise nouvelle je sous-performe nettement l’ETF monde (mais je m’y attendais). En revanche, je ne m’attendais pas à ce que la sous-performance soit aussi coûteuse. Dans ma tête une sous-performance coûterait quelques centaines d’euros et là je vois qu’elle me coûte plusieurs milliers. Et le pire, c’est qu’à priori la différence avec l’ETF monde ne va faire que se creuser avec le temps.
Ma conclusion, c’est qu’investir pour le plaisir est un loisir de riche (ou de rentier).

2)Nouvelle objectif et donc nouvelle stratégie
J’ai donc décidé de changer radicalement d’objectif (encore un great reset). Au début, hébété par cette première défaite, je me suis dit que j’allais arrêter de jouer les rebelles et essayer de battre l’ETF monde comme tout le monde sans prendre trop de risque. J’avais donc pensé à investir 80% en ETF monde, 10% en ETF S&P500 et 10% en ETF ASIE hors Japon. Mais je me suis vite repris, je ne vais pas essayer de battre l’ETF monde, je vais essayer de lui défoncer la gueule. Dorénavant, mon patrimoine sera investi sur le PEA uniquement avec la répartition suivante :
       • 10 % en ETF asie
       • 20% en ETF NASADQ
       • 30 % en ETF america
       • 40% en ETF monde
Dans cette optique de maximiser mon rendement, j’ai aussi pris la décision de réduire à 5000 euros l’épargne de sécurité placée sur mon livret A.

Depuis le début mai, j’ai vendu mes plus petites lignes (celle qui faisait quelques centaines d’euros) et les grosses lignes qui avaient peu de chance d’augmenter énormément (AXA, deutch telecom,..) et j’ai tout réinvestit sur ses ETF. J’attends pour vendre à bon prix les grosses lignes qui ont un bon potentiel de progression (et une chance de battre le world sur le court terme) comme total, air-liquide, adyen, essilor.
J’ai également commencé à investir l’argent issu de mon livret A pour profiter de la baisse actuelle des actions de croissance. J’ai accompagné la baisse d’adyen en achetant une action à 1850 et à 1750 et j’ai investi 2000 euros sur le NASDAQ le 11/05/2021 (un timing très chanceux qui doit tout au hasard de mon calendrier perso). Même si ADYEN continue à baisser, je vais arrêter de l’acheter, car avec mon dernier achat, cette ligne a dépassé la limite que je me suis fixée pour une seul action. J’espère pouvoir les vendre à 2100 dans l’année qui vient et devenir 100% ETF.

Et après réflexion, j’ai définitivement renoncé à acheter de l’or. En conséquence, mes investissements se feront à 100% en bourse.
Je me suis rendu compte en regardant les cours de l’or qu’il était loin d’être aussi évident que l’or est corrélé au cycle économique. En fait, l’or a surtout l’air de se comporter comme le bitcoin : il va dans tous les sens sans que je puisse comprendre pourquoi, mais il est globalement haussier sans que je puisse trouver une explication causal satisfaisante autre que : les gens achètent parce qu’ils croient que ça va monter parce que les autre le dise. Ce n’est pas un actif qui m’intéresse.

3)Commentaire
     3.1) Commentaire sur l’inflation hausse des taux
Étant donné le contexte et mon choix d’actif, je me dois de faire un commentaire sur la hausse des taux et l’inflation. Cela va vous surprendre, mais à titre personnel, j’espère que l’on va avoir dès août une inflation énorme et donc une hausse des taux énorme. En effet pour le moment, je suis un acheteur d’action et non un vendeur et de surcroit un débutant qui a investi moins de 3 ans d’épargne en bourse. Le meilleur scénario possible pour moi est que le prix des actions baisse le plus vite possible et reste bas durant les 15 prochaines années puis qu’ils augmentent énormément au moment où je souhaite prendre ma retraite pour que je puisse les vendre et acheter des actifs moins risqué comme des SCPI ou des obligations. Une hausse continue ferait du bien à mon ego, mais sur le long terme ce n’est pas l’idéal pour mon portefeuille. En plus, il serait psychologiquement plus confortable d’acheter des actions au moment où les taux sont à des sommets jamais vus et les PER en chute libre.
Je comprends néanmoins que les rentiers et autre gros patrimoine du forum ne partage pas mes désirs.

Donc, dans mon cas, le meilleur scénario possible (mais pas le plus probable) pour le futur proche serait que la gauche américaine gagne encore du terrain dans les prochains mois et déclenche des grèves et des manifestations géantes qui forcent le gouvernement US à lancer des hélicoptères monnaie et des plans d’investissements verts massif financé par des hausses d’impôts confiscatoire sur les 10% les plus riches. L’inflation générée forcerait la FED à augmenter ses taux tout en ayant une économie qui se porterait pas trop mal, une dette qui n’augmente pas et une amélioration des infrastructures et de la paix sociale qui me rassurerait sur les bénéfices futurs des entreprises américaines. En plus, si les impôts sont confiscatoires, cela forcera les riches à vendre leur patrimoine et donc baissera encore les prix.

Remarque : ceci est le scénario que je préférerais et non celui qui me parait le plus probable. Si je pensais que c’était le plus probable je vendrais tout et je resterais en cash où j’achèterais des actions values (en privilégiant celle dans le domaine des matières première) ou des parts de fond spécialisé sur les matières premières.

     3.2) Commentaire politique hors sujet que vous pouvez sautez
À mon avis si les gens du 7 iéme au 9 iéme décile (généralement appelé bobo) prônent souvent ce genre de politique, c’est en partie, car ils espèrent les effets que je viens de citer. Dans cette course absurde au capital, ils veulent qu’on les dope et qu’on mette un boulet au pied de ceux qui court plus vite. Perso, il est très peu probable que je fasse un jour partie du 10 iéme décile donc ça me va très bien. En tout cas, c’est mieux que le politique prôné par la plupart des membres du 10 iéme décile qui est de mettre un boulet au pied des gens du 7 iéme et 9 iéme et qu’on les dope ceux du 10 iéme.

4) Dernière présentation Portefeuille titre défensif PEA
     4.1) Portefeuille titre défensif PEA
Ceci marque la fin de la présentation de mon patrimoine et de ma nouvelle stratégie. Cependant, j’aimerais terminer ce que j’ai commencé et présenter succinctement la version la plus aboutie de mon portefeuille PEA de titre défensif face aux différents scénarios de crise pour le futur (ce qui veulent plus de détail regarderont l’Excel qui a subi pas mal de mis à jour) :




     4.2) Présentation entreprise
Et j’aimerais terminer ce message par la présentation d’une entreprise dont on parle peu sur le forum, mais qui mérite d’être connus :
Depuis que le verdissement des portefeuilles est à la mode, on parle beaucoup de voitures électrique, de réseau intelligent, de rénovation des bâtiments, d’énergie renouvelable, … Mais il y a un sujet dont on parle peu et qui a pourtant des vertus écologiques et de bien-être indéniable : le vélo. C’est pour rattraper ce manque que je souhaite vous présenter le n°1 européen des vélos : ACCELL GROUP N.V. (NL0009767532).
ACCELL GROUP est une small cap néerlandaise qui dispose du titre ronflant de n°1 européen des vélos, mais qui en fait réalise l’essentielle de ses ventes en Allemagne et au pays bas. L’entreprise n’a pratiquement aucune dette et ne devrait plus en avoir dans les deux ans qui viennent et a une marge nette d’environ 5% qui est bien sans être exceptionnelle. Depuis le début du COVID le bénéfice par action a connu une croissance exponentielle et sa capitalisation boursière a doublé et vient de dépasser le milliard (plus tout à fait une small cap). Mais le PER reste au niveau raisonnable de 17.

Je dois avouer que j’ai fait le travail à moitié et que je ne me suis pas plus renseigné sur cette société. Je n’ai pas essayé de savoir pourquoi un PER aussi faible alors que d’après zone bourse les analystes prévoit une augmentation de 30% de son bénéfice par action l’année prochaine et que le secteur devrait être à la mode. Je n’ai pas non plus essayé de savoir pourquoi les analystes pensent que le bénéfice par action va continuer à croître à ce rythme.
Mais je pense malgré tout qu’il était intéressant de mentionner cette société qui semble être passée sous le radar de la plupart des investisseurs sans raison apparente.

Annexe
Excel MAJ contenant toutes les donnée et les courbe présenté plus tôt : state.ods
Je pense que l’onglet permettant de comparer sa performance avec un ETF monde au cours du temps pourrait intéresser beaucoup de gens même si le recueil des donnée est peu automatisé

Dernière modification par DecroissanceNoire (22/05/2021 14h38)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #16 21/05/2021 16h16

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   161  

Bonjour,

Sur Accel Group, et sans avoir creusé le dossier, je dirais que la question à se poser est: "est ce que le vélo est une mode Covid ou bien une tendance durable ?"

Il y a eu une petite explosion du vélo l’année dernière puisque plus personne ne voulait prendre les transports en commun, bizarrement, donc ceux qui pouvaient basculer sur de la "mobilité douce" l’ont fait (plans de soutien du gouvernement etc). Je ne sais pas s’il y a eu des plans de "soutien vélo" dans les autres pays d’Europe, mais ce ne serait guère surprenant.

Le vélo a pour lui le côté "healthy", l’assistance électrique a aussi élargi le public potentiel (personne âgées ou en surpoids), et incite au renouvellement du parc.

Il y a le côté "vert" bien sûr,  mais maintenant que les voitures sont nucléaires électriques, elles sont vertes aussi non (oui il y a une pointe d’ironie) ? On peut aussi raisonnablement envisager que les politiques publiques vont être de plus en plus défavorables à la voiture, avec vraisemblablement une fiscalité de plus en plus lourde (au moins sur le thermique).

Je suis plutôt positif sur le dossier mais ce n’est pas non plus un no brainer (après la jolie hausse fin 2020).

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #17 21/05/2021 16h36

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   607  

@Nemesis : Personnellement, c’est l’argent public déversé pour créer des pistes cyclables/sas à vélo absolument partout qui me fait penser que le vulgum pecus sera mis au vélo de gré ou de force (la force ici étant probablement fiscale et réglementaire, comme vous le supposez, et puis ensuite la pression sociale fera le reste). La politique verte semble avoir moins pour but de protéger l’environnement que de réduire le niveau de vie des "bouches inutiles" (et préserver celui des 10%) - sinon comment expliquer que ces fanatiques soient le plus hargneux dans les pays les plus verts mais totalement indifférents aux plus gros pollueurs ? Après son périple en catamaran de luxe de la dernière fois, j’aimerais bien voir Greta aller à pied faire la leçon au Parti Communiste Chinois smile

Dernière modification par doubletrouble (21/05/2021 16h40)


Parrain Stockopédia ✯ Mangia bene, caca forte, e non aver paura della morte.

Hors ligne Hors ligne

 

#18 21/05/2021 17h29

Membre
Réputation :   18  

@doubletrouble : cela dépend des personnes mais il y’a bien entendu beaucoup de gens pour qui politique environnemental =  réforme à faire pour qu’une possible raréfaction des matière première et les diverses pollutions n’affecte pas leur niveau de vie dans le futur.

Cependant ce n’est pas le cas de tous et ce n’est pas forcement la seul raison.

De plus je tiens à dire que si on croit le GIEC, alors la menace la plus urgente n’est pas la raréfaction des ressource mais le changement climatique. Chez ceux qui croit le GIEC, c’est donc bien la pollution le premier ennemies visé. S’ils agissent uniquement ici, c’est parce que nos pollution sont loin d’être négligeable et qu’ils n’ont pas de pouvoir à l’étranger.
Pour changer les choses à l’étranger ils compte sur leurs homologues étrangers et sur du soft power via la production de film écolos et de jolis discours (faute d’une puissance militaire/économique/diplomatique suffisante)

Dernière modification par DecroissanceNoire (21/05/2021 17h46)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #19 21/05/2021 17h43

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   207  

Bonjour Decroissancenoire,

Decroissancenoire a écrit :

Mauvaise nouvelle je surperforme nettement l’ETF monde (mais je m’y attendais). En revanche, je ne m’attendais pas à ce que la surperformance soit aussi coûteuse.

Lapsus?

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #20 21/05/2021 19h28

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   170  

Bonjour,

La "sous-performance" (corrigé) est coûteuse, mais rassurez-vous , vous "surperformez" toujours (non corrigé) le CW8 wink

Mimizoé1


Parrainages Binck, BourseDirect, Véracash, BullionVault, WeSave, (Me contacter en MP)

Hors ligne Hors ligne

 

Discussions similaires à "portefeuille d'actions de decroissancenoire"

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur