Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

[+4]    #26 31/12/2020 17h37

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   243  

Suivi du portefeuille à fin Décembre 2020:

Bilan:

La valeur de part reprend 2,2% ce mois.  La performance annuelle du portfeuille est de -2,3%, versus un CAC 40 à -7%. Il n’y a pas de quoi pavoiser, mais ce n’est pas la cata qu’on pouvait craindre en cours d’année…

Opérations du mois:
Contrairement au mois précédent, décembre a été plus actif, avec 6 opérations:
Achat de IMERYS sur PEA. A 37€, la valeur a remonté en ligne avec le marché depuis un bon mois. Désormais les perspectives 2021 sont meilleures, la fameuse "affaire du talc" aux USA est quasi réglée. Je pense que le ’newsflow’ des prochains trimestres sera bon. Je ne sais pas encore si la valeur va rester longtemps en portefeuille ou pas, mais disons que s’il n’y a pas de hausse rapide, je ne suis pas ennuyé si je dois garder ce titre assez longtemps…

Ouverture d’une ligne XP Inc. C’est une société "Fintech" brésilienne qui fournit des services de courtage, de la gestion d’actifs… Elle est cotée au Nasdaq depuis seulement 18 mois, en forte croissance et bénéficiaire. L’actionnaire majoritaire est la banque Itau, bien connue au Brésil. 2020 devrait voir une activité en croissance d’au moins 50 à 60%. Le PER estimé sur 2020 est de 60 également, ce qui rapporté à la croissance en cours, n’est pas très cher. Reste à surveiller que cela se maintienne à peu près. Le titre patauge depuis un mois et se retrouve, vers 40$, à son cours d’il y a un an.

Vente de ma ligne HSBC. Suite au Brexit, cette action devrait être sortie du PEA. J’anticipe juste un peu. Ce n’est pas le meilleur timing car le titre pourrait rebondir les années prochaines, mais dans l’optique d’avoir un flux de dividendes à terme, ce n’est plus un très bon cheval côté fiscalité.

Vente Partielle de IPSOS à 29,95€. J’avais laissé trainer un ordre de vente sous les 30, il a été exécuté en milieu de mois. On est très proche des plus hauts annuels à ce niveau.

Renforcement de RUBIS à 37,96€. J’ai beaucoup apprécié les infos de l’AG de début décembre (voir commentaire sur la valeur plus bas). C’est redevenu ma seconde ligne.

Renforcement de SANOFI à 76,70€ avec une partie du cash dégagé par Ipsos. Le marché n’apprécie pas trop Sanofi, et la déconvenue sur le vaccin Covid n’aide pas. SANOFI est un des (très rares désormais) aristocrates du dividende français, donc en prendre une louche quand le cours chute devrait être profitable à terme.
NB: sur la centaine de valeurs françaises dont je suis l’évolution des dividendes depuis 2008, seules 3 l’ont augmenté systématiquement chaque année: CBO Territoria, Sanofi et Rubis. 3% du panel, c’est bien peu… Ipsos faisait partie du clan jusqu’à cette année, mais a baissé son dividende en 2020. Par ailleurs, j’en ai listé quelques autres qui n’ont jamais baissé leur dividende sur la période, mais qui le stabilisent souvent: Air Liquide bien sûr, mais aussi Danone et Total au CAC40. Je vois aussi Klépierre, Thermador et Bonduelle (mais cette dernière l’a gardé stable très souvent).

Ajout de 5k€ de liquidés sur CTO.

Suivi des valeurs:
. MICHELIN: un changement à venir en 2021, où Michel Rollier (ex-gérant) ne briguera pas un nouveau mandat à la présidence du conseil de surveillance. Il faut dite qu’il a dans les 75 ans. Ce sera ainsi, à ma connaissance, le dernier membre de la "famille Michelin" (son père était cousin de François Michelin) qui quitte le top management du Groupe.

. ORANGE: versement de son traditionnel accompte sur dividende début décembre, quelques semaines avant Noël, c’est toujours sympa. De plus,  il est envisagé une distribution exceptionnelle aux actionnaires de 20 centimes d’euro par action, suite au réglement en sa faveur d’un litige fiscal avec l’Etat. La décision définitive sera prise lors du conseil qui arrêtera les comptes 2020.

. RUBIS: AG début Décembre qui a validé le principe d’un  rachat d’actions, en vue de leur annulation. Cela sera favorable à l’actionnaire, et l’Entreprise peut se le permettre car elle s’est désendettée. Les résultats 2020 seront corrects, et les Gérants se montrent confiants. Eux aussi veulent "verdir" leur boîte, pour ce point je ne sais pas si c’est "du lard ou du cochon", c’est à dire est ce réel ou plutôt un bel affichage? Mais en tant qu’actionnaire, cela me va. Les fondamentaux de cette entreprise restent bons. Autre bonne nouvelle: courant décembre, l’entreprise a obtenu gain de cause et le secteur dans lequel elle est classifiée en bourse passe de "pétrole" à "distributeur spécialisé". Il paraît qu’ainsi, elle redevient plus fréquentable! Peut-être que l’an prochain sera l’année Rubis, après une annus horribilis!

. ALBIOMA: confirme sa stratégie de "valeur verte" en précisant la trajectoire chiffrée. Plus de 80% d’énergies renouvelables en 2023, et plus de 90% en 2025. Cette annonce n’apporte pas grand-chose de bien nouveau, mais ne peut qu’avoir un impact favorable sur les multiples de valorisation, car c’est vraiment dans l’air du temps.En toute fin de mois, la société a annoncé la mise en service d’une 4ème centrale brésilienne, 100% bagasse (résidus de la canne à sucre).

Commentaire général:
Quelle année! Dans une certaine mesure, la réalité dépasse vraiment la fiction. Je suis bien certain de ne pas comprendre tous les ressorts de la situation sanitaro/économique actuelle. D’abord, j’ai été pris à contre-pied au printemps (car je ne croyais pas à une crise sanitaire grave, pour un "simple coronavirus" et donc je me suis très peu allégé en février:  à ce moment, j’ai conservé AirFrance ou GL Events, par exemple). Ensuite, le point positif est que je n’ai pas spécialement paniqué, en cela aidé par ce forum d’ailleurs mais je n’ai pas non plus eu les "corones" pour charger comme un mulet mi-mars…Félicitations en passant à ceux qui l’on fait car ils ont eu le nez creux. Comme je ne savais vraiment pas ce qui allait se passer, pour ma part j’ai appliqué la vieille recette qui consiste à rester bien assis sur ses fesses, et d’attendre d’y voir plus clair, en réalisant quelques aller-retours lorsqu’une occasion se présentait.
C’est assez rassurant, en fait: en relisant ce que j’écrivais début avril, je pensais probable une rechute du marché, après le fort rebond de fin mars. J’ai eu complètement tort. Et au final, malgré le fait de m’être donc trompé plusieurs fois de suite, je sors de ce guêpier 2020 avec seulement quelques égratignures. Alors bien sûr, la performance annuelle n’est pas extraordinaire, mais mon objectif est de me construire un portefeuille de complément de retraite, et pour cela il faut d’abord de ne pas perdre trop de capital.

Le top3 annuel:
- Albioma, +80% sur l’année. La boîte est peut-être trop chèrement valorisée, elle profite de l’engouement "valeurs vertes". Je conserve le solde depuis mon allègement cet été.
- Guillin: +50%. C’est un peu une année de rédemption. La valorisation reste contenue, mais je me tâte sur le fait d’alléger.
- Gaia: +24% (en USD, c’est moins beau en Euro). La valeur est en passe de devenir enfin rentable, le management fait du bon boulot depuis 2 ans, on continue! J’ai fait un A/R en cours d’année qui m’a permis de baisser mon PRU de 10%

Et les plus beaux flops: entre -50% et -60% annuels, nous avons le joli trio GL Events, SMCP et Figeac. L’impact Covid est très net…
- GL Events est selon moi une très jolie société, j’espère que l’activité commerciale/salons…reprendra progressivement sur 2021
- Figeac: j’avais perdu confiance dans l’équipe dirigeante qui n’a pas tenu ses engagements sur 2018/2019. J’aurais dû vendre à perte, bien avant Covid: conserver la valeur a été une erreur.
- SMCP: l’activité commerciale est en berne, mais à ce stade je conserve. Le positionnement un peu particulier de ce Groupe m’intéresse. Toutefois ce n’est pas une grosse conviction, je ne renforcerai que si les résultats sont là dans le futur

Pour terminer, quelques apprentissages ou confirmations pour moi:
1- l’importance de la diversification. Pour ma part, à partir de 20 à 30 titres sur différents secteurs, je suis serein. Je tourne autour d’une trentaine en ce moment; je pense que je pourrais monter encore un peu, ne serait-ce qu’en ouvrant quelques positions afin de suivre plus activement de nouvelles valeurs.
2- corréler taille de position et conviction, ne surdimensionner que des lignes où l’on a des convictions étayées. On n’est pas à l’abri d’une erreur d’évaluation, mais cela permet de savoir comment réagir si l’action s’écrase brusquement: si aucun fait publié ne justifie cela, alors on peut renforcer. Si la thèse s’effondre, alors on sort même si on doit se couper un bras (il en reste encore un!). Ce sont ces convictions qui m’ont fait renforcer Orpea et Rubis; j’aime toujours autant Michelin et Air Liquide, mais l’une est déjà une trop grosse ligne, et l’autre n’a pas assez baissé à mon goût pour que j’en reprenne.
3- ne pas hésiter à faire des aller-retours pour tenter d’améliorer son PRU, même si on est investisseur de long-terme. Cela ne marche pas à tous les coups, donc il ne faut lancer ce type d’achat, à mon sens, que sur des valeurs que l’on sera content de conserver si l’histoire ne se passe pas comme prévu pendant "un certain temps". Moyenner à la baisse sur un vrai couteau qui tombe, je l’ai fait, parfois cela marche et parfois cela foire complètement.
4- déjà évoqué plus haut, garder son calme, ne pas sur-réagir, "rester bien assis". A la vente, je n’ai pas de truc autre que réaliser des ventes partielles (comme cela, si l’action continue de monter, on participe quand même un peu à la hausse, et si elle rechute on aura sauvé une partie des gains). Mais à l’achat, mon truc favori est de garder de la poudre sèche sur un autre compte…ainsi il faut, de toute manière, quelques jours pour que le cash arrive et cela me permet de tourner 7 fois le doigt sur le bouton "achat" avant d’appuyer.
5- last, but not least: avoir un objectif, une orientation, une feuille de route. Pour ma part, c’est aujourd’hui faire grossir la pelote afin d’obtenir un complément de retraite décent dans quelques années. Pour arriver à cela, je cherche à avoir une forte proportion de valeurs solides et matures, en épiçant le portefeuille avec des valeurs de croissance "raisonnables" (je pense à Orpea, Rubis, Albioma, et GL Events dans une vie antérieure…), et quelques paris de plus forte croissance (Gaia,SMCP ou Figeac…et XP la petite dernière). Même si je me suis trompé de secteurs de croissance sur 2020 (aéronautique et distribution de vétements en année Covid, c’est le pied!) en ne choisissant pas une bonne valeur techno à la place, je vais poursuivre un peu cette démarche. Je regrette d’ailleurs de ne pas avoir théorisé cela plus tôt, car il y a 10 ans, j’aurais dû avoir une exposition "croissance" plus forte que je ne l’ai eue. Disons que mieux vaut tard que jamais!

Voici le portefeuille en cette fin d’année:


Bon réveillon, et bonne année 2021 !

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #27 31/01/2021 12h03

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   243  

Voici le 1er reporting de 2021.

Evolution de la valeur de part:  Je la compare désormais avec le CAC 40 "Total return" (dividendes inclus), cela est plus réaliste. La valeur du CAC 40 "Gross TR" perd 2,6% en janvier, mon portefeuille gagne royalement 1,1%. Je ne serais pas contre une prolongation de tendance…

Actualités des valeurs du portefeuille:
. Nexity annonce début janvier que son activité 2020 est finalement meilleure que prévue. Ce n’est pas vraiment une surprise, mais c’est une bonne nouvelle. Le CA 2020 est donc à un bon niveau, le bémol  dans l’annonce est que le CA projeté pour 2021 est stable; mais, pour le marché français, cela va certainement signifier une part de marché en hausse. Dans une optique moyen-long-terme, c’est bon. A priori ce cheval  va rester dans mon écurie un certain temps.

. …Et Kaufman annonce aussi de bonnes nouvelles en fin de mois. Le CA baisse de 21% par rapport à 2019, mais c’est nettement au-dessus des anticipations. Marge de RO à 7%, Résultat net de 40 M€, et dividende prévu à 1,85€.

. Rubis: en début de mois, la société communique sur le début de mise en œuvre de son plan de rachat d’actions (connu depuis Novembre…) et le cours repasse enfin au-dessus des 40€. Cela n’a pas tenu bien longtemps, mais affaire à suivre…

. Michelin: annonce d’un plan de suppression de 2300 postes en France sur 3 ans. Cela représente plus de 10% de l’effectif du pays. La société souhaite ainsi améliorer sa compétitivité pour mieux lutter contre la concurrence des pneus chinois. Cela fait quasiment 40 ans que Michelin se restructure en Europe (et ce n’est sans doute pas fini), mais depuis au moins 10-15 ans, cela se fait sans licenciement sec (un moindre mal). Cela pose question pour le futur de l’industrie en France, mais c’est probablement favorable à l’actionnaire. Par ailleurs, Air France a annoncé garder Michelin comme fournisseur exclusif pour les 10 prochaines années: petit marché (surtout en ce moment !), mais assez rentable. Attendons tranquillement les résultats en février, et l’update de la Stratégie vers mars/avril. La valeur se tient très bien en fin de mois.

. Sanofi annonce le rachat de la biotech Kymab pour au moins 1,1 milliard de dollars, payé en cash.

. Danone: j’ai identifié 2 points qui touchent l’actionnaire. Point positif, un fond activiste souhaite que Danone "se bouge" un peu plus et aille jusqu’à changer le PDG; assez souvent, cela aboutit à une revalorisation de l’action, pour diverses raisons. ET un point négatif: sans doute suite à l’approche de Carrefour par une société canadienne en vue d’un possible rachat, l’inénarrable ministre des finances français dit qu’il sera "vigilant" sur Danone; moralité, on n’est pas prêt d’avoir une OPA réussie sur cette boîte, même si sa valorisation chute encore.

Total: continue d’investir dans des énergies moins carbonées. Le chemin sera long, mais cela me paraît le bon. Je pense qu’on peut conserver sans gros risque, en bénéficiant d’un revenu trimestriel correct.

. Intel va changer de patron. Cela pourrait entrainer un changement de stratégie et propulse l’action. Par ailleurs le résultat 2020 est plutôt bon avec un EPS de 5,3$. Mais la société a eu le "tort" d’annoncer qu’elle continuerait à produire elle-même l’essentiel de ses puces. Cela a refait baisser l’action.

. GL Events: CA 2020 en repli de 60%…sans grande surprise. Ce sera le 1er exercice en perte depuis la création de l’Entreprise. Et 2021 s’annonce mal avec les renforcements de mesures sanitaires.

Entrées et Sorties de titres: Finalement, pas mal de petits mouvements ce mois.
. Vente de la ligne INTEL à mon estimé haut de 60€ (en fait à 59,8). J’ai profité de la petite bulle liée au changement de patron à venir, sachant qu’aucune ’news’ opérationnelle ne justifie encore cette hausse. Le titre étant assez fluctuant, j’y reviendrai peut-être à un cours en baisse. Si Mr Market est schizophrène, essayons d’en profiter.

. Ouverture d’une ligne WORLDLINE, à 73,50€. A ce niveau, le titre a reculé de 10% environ sur ses plus hauts, j’envisage de me constituer une ligne en PEA, petit à petit.

. Ouverture d’une ligne WALLIX à 25,2€ (suite à article Investir qui m’a fait découvrir cette valeur). Très petit acteur de la sécurité informatique, encore en perte mais avec une belle croissance et peut être une profitabilité opérationnelle dès la fin de cette année.

. Ouverture d’une ligne HORNBACH à 79,2€. Ce distributeur de matériel de bricolage opère en Allemagne/Autriche principalement, mais aussi en Europe Centrale, en Europe du Nord et au Bénélux. C’est une valeur Covid (amélioration de l’habitat), et si les confinements ne sont pas trop stricts, profite de la situation… Les chiffres 2020 sont très bons (hausse du CA d’environ 15 à 20%, marges en progression) et les multiples sont bas. J’attends au moins 100€ de cette valeur au management familial, qui sert aussi à me diversifier hors France.

. Ouverture d’une ligne JINKOSOLAR à 65 USD. Valeur photovoltaïque de plus de 5 milliards de CA, profitable, en bonne croissance, et à des ratios corrects (VE/Ebit de 15, sur Ebitda de 10 à 11)

. Allègement sur ORPEA: je reste très favorable au titre, mais je fais l’opération "retour" suite à l’achat de titres en septembre dernier. J’en avais acheté 106 à 95€, j’en revends 81 à 118,8€. Les 25 titres que je garde pour avoir au total un compte rond de 400 titres, me reviennent donc à 17€ l’unité. Le PRU global de la ligne baisse très légèrement.

Commentaire général:
Le CAC40 étant né le 31/12/1987 à minuit, je serais intéressé si un astrologue forumeur établissait son thème astral (avec l’ascendant,  les maisons, les carrés, trigones et tout le toutim, hein!) - Car aujourd’hui, bien malin qui peut prévoir ce qu’il va se passer cette année.

Je vois certains collègues du forum sortir temporairement du marché car envisageant une correction forte et proche; certains passent (prudemment?) sur un indice "World"; d’autres continuent à investir dans les titres porteurs de tendance lourde (le vert, la digitalisation…), quand certains estiment que la revanche de la "Value" vient de commencer et que ce n’est qu’un début. Et moi et moi et moi…eh bien je n’ai aucune idée de ce qui va sortir in fine. Je me fie donc au constat que j’ai fait fin 2020: même si je me goure dans les grandes largeurs sur le scénario de l’année, à partir du moment où les valeurs dominant le portefeuille sont solides et assez diversifiées, je sauve les meubles et il n’est pas exclu de faire un peu mieux.

Je relis donc régulièrement mes "résolutions" sur l’évolution du portefeuille: augmenter la part de Techno et Environnement, et démarrer des positions "Luxe". L’achat de Worldline, Wallix, Jinko sont alignés; la sortie rapide d’Intel n’était pas prévue (mais l’occasion a fait le larron) et je pense la remplacer par une autre valeur techno, US si possible.

Par ailleurs, les valeurs "énergie carbonée" comme Total ou Gazprom, stoppent leur rebond. Je suppose que c’est parce que l’activité va encore rester "flat" quelques temps, avec ces ersatz de confinement qui se succèdent. Mais, fin 2021 ou 2022, on va finir par ressortir et à ce moment, l’énergie fossile pourrait s’envoler (ne serait-ce que parce qu’il n’y a plus d’investissement dans le secteur, un effet de ciseau classique est bien possible). Le raisonnement est très simple, mais perso je ne vais pas hésiter à charger la barque si Total se reprend une grosse tôle. Pour finir, je suis agréablement surpris par la belle résistance du cours de Michelin, mais un peu déçu par Rubis. J’espère que les résultats à venir réveilleront la valeur.

La photo du portefeuille à fin de mois:


Bon week-end!

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #28 27/02/2021 10h50

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   243  

Reporting du mois de février 2021

Evolution de la valeur de part: une progression poussive sur février, de 1,9%. C’est en deçà du marché. En "Year to date"  la part est à +3%, face à un CAC40 Gross TR à +2,9%.  L’avance de janvier a donc été totalement perdue et nous faisons jeu égal en YTD.
Cette contre-performance de court terme est d’abord due à ORPEA qui a perdu 13% sur le mois (heureusement que j’avais un peu allégé en janvier), et ensuite à AIR LIQUIDE qui recule de 7,5%. La bonne tenue de mon "poids-lourd" MICHELIN à +5%, n’a pas suffi à compenser ces reculs que j’espère ponctuels.

Actualités des valeurs du portefeuille: il y a beaucoup de publications, j’en oublie peut-être!
. AIR LIQUIDE a publié des résultats 2020 sans surprise, la valeur est très régulière et traverse les crises sans ciller. Et les perspectives sont bonnes pour ce producteur d’hydrogène. Le marché en veut toujours plus, mais moi, "sam’suffit"

. AXA a publié un résultat en baisse, mais assez résilient. La société montre sa confiance avec un retour au dividende initialement prévu l’an passé, à 1.43€.

. DANONE: des résultats globalement attendus, que j’ai trouvé assez décevants car le management semble ne pas croire à ce qu’il dit. La baisse du bénéfice est faible, et pourtant Danone baisse son dividende - cela peut laisser présager qu’ils considèrent que si rebond 2021 il y a, il sera très limité. Ceci étant, l’entreprise reste de loin bénéficiaire et si la situation ne s’arrange pas, le PDG se fera débarquer et cela aménera une stratégie meilleure pour l’actionnaire. Donc je pense conserver le titre pour mes vieux jours!

. IMERYS: Des résultats corrects sur 2020, sans grande surprise selon moi. La valeur devrait/pourrait continuer à progresser à moyen et long-terme.

. IPSOS: CA en baisse de 8%, mais qui remonte progressivement depuis le trou d’air du Q2 2020. C’est la zone EMEA qui s’est le mieux comporté! La marge opérationnelle a baissé en valeur, mais a progressé en %, c’est bien. Le bénéfice net est stable, c’est très bien. Le dividende passe à 0,90€, c’est excellent. Si le titre continue de monter je vais peut être encore alléger et ne garder qu’un reliquat, car ces dernières années IPSOS reste rarement au-dessus des 30.

. LINEDATA: CA 2020 en baisse de 5% sur l’année, mais s’est un peu reprise au 4ème trimestre. La rentabilité est au Rendez-vous, la "vache à lait" continue à faire son office, avec des marges en hausse et un résultat net en progression. Le patron ré-insiste dans une interview récente sur sa priorité au retour de la croissance. Quand cela va se produire, quelque chose de sympa pourrait arriver sur ce titre…

. MICHELIN
a annoncé de bons résultats 2020 (vu le contexte) mais offre une perspective 2021 timide. Par ailleurs, il va créer une usine de recyclage de pneus GC au Chili (petit investissement pour le Groupe). Une mise à jour de la stratégie est annoncée pour début avril. Florent (Menegaux) en a peut être gardé sous le pied pour cette annonce…

. ORANGE: Des résultats sans surprise également. La valeur est capable de maintenir un bon rendement car exerçant sur un domaine qui est devenu un fondement de notre vie, mais n’offre pas de croissance: "perspective 2021 stable à négative". Mon dividende sera investi ailleurs tant que je n’en ai pas besoin pour vivre. Ma tactique sur ce titre est simple: entre 9 et 13, je conserve; je peux renforcer un peu sous 9, et alléger un peu entre 13 et 14€.

. NEXITY a finalement annoncé de très bons résultats 2020. Son dividende est maintenu à 2€. Mes renforcements l’an passé ont été de bon choix (on ne peut pas se tromper à chaque fois!) et mon rendement sur PRU est à 6,7%

. ORPEA annonce un CA 2020 de 3922 M€, soit sur l’année environ +5%. Il y a eu une petite accélération au T4 qui a compensé une partie du trou d’air au T2. Confiance maintenue pour ma part, et 2021 s’annonce bien selon le management. Résultats prévus mi-mars.

. RENAULT: la perte nette sur 2020 est élevée, mais on le savait car très majoritairement issue des résultats du 1er semestre. 2021 sera encore difficile, avec cette histoire de pénurie de composants électroniques qu’on ne sait plus faire en Europe. A plus long terme, je ne suis pas inquiet mais ce titre est un boulet depuis que je l’ai acheté. Il fait bien la paire avec Valeo.

. RUBIS: volumes 2020 en net retrait (-28%) mais avec peu d’impact sur la rentabilité. Le programme de rachat d’actions est bien lancé, mais force est de reconnaître que cela suffit à peine à maintenir le cours. Nous verrons si résultats et perspectives suffisent à débloquer l’action.

. SANOFI: un exercice 2020 sans grande surprise. CA +3%, à 36 milliards €. EPS en hausse de 4% à 5,86€, mais de 9% à taux de change constant. Dividende prévu à 3,2€ (+1,6%). Sanofi reste donc une des dernières aristocrates françaises !

. TOTAL continue de se renforcer dans le renouvelable, cette fois aux USA. Il prévoit d’ailleurs de changer de nom en Total Energies. Les résultats 2020 sont en forte baisse, mais dans l’épure prévue. Politique de dividende maintenue (il baisse de 2 centimes, pas grave en soi mais ils auraient pu le laisser stable…), taux d’endettement à 22% donc limité, beaux investissements à venir dans le renouvelable: je conserve, en attendant des jours plus fastes pour le cours de l’action. Cela semble commencer à venir.

. VALEO perd 1 MM€ en 2020, mais entrevoit un 1er rebond en 2021 de l’ordre de 10% du CA. Dividende prévu de 30 centimes. Cette valeur n’est pas de même qualité que Michelin, mais c’est un gros équipementier qui va finir par sortir la tête de l’eau. Mes achats n’ont pas été faits au bon moment, je n’ai plus qu’à faire le dos rond en attendant des jours meilleurs.

. WALLIX: cette petite valeur (sécurité informatique) achetée récemment a fini l’année passée en trombe, avec un CA au S2/2020 de +33% (et donc "seulement" +23% sur l’année). Elle prévoit l’équilibre opérationnel vers fin 2021. Elle est assez volatile, j’aurais pu faire un ou deux A/R entre 25 et 30 mais je ne la connais pas encore assez…

. WORDLINE: un CA en légère baisse sur 2020, une marge qui se maintient. Mais des prévisions 2021 qui sont tièdes à mes yeux. J’ai peut être ouvert la ligne trop tôt, ceci étant Mr Market a été à peu près stable le jour de la publication.

Ajout de 5k€ en CTO.

Entrées & sorties de titres:peu de mouvements ce mois.
. Ouverture d’une ligne MICROSOFT à 230 $. Cette société me semble gagnante, quel que soit le contexte futur. Elle profitera de la croissance, et elle profite du télétravail issu de la crise sanitaire…Ses produits dominent depuis des dizaines d’années, j’aurais dû en prendre il y a longtemps déjà. C’est un gros paquebot, qui renforce mon pôle techno et ma diversification hors France.

Commentaire général:
Je suis dans l’ensemble satisfait des résultats de "mes" sociétés, car je ne vois pas de mauvaise surprise dans leurs présentations des comptes 2020. Bien sûr si c’était à refaire, j’aurais évité certaines valeurs, mais les achats m’ont semblé rationnels au moment où je les ai faits. Je n’ai donc pas vraiment de regrets. Je peux par contre améliorer mon timing de renforcement: si j’ai "timé" correctement mes interventions sur Total ou Axa par exemple, j’ai été aux abonnés absents sur Valeo ou Renault où il y avait du grain à moudre (même si cela aurait temporairement fait encore grossir l’exposition au secteurs de la mobilité, qui est déjà trop élevée de par la taille de ma ligne Michelin).

En termes de mouvements, j’ai été nettement moins actif qu’en Janvier. J’ai toujours en tête de débuter des positions "Luxe" et d’augmenter l’exposition à l’AdN. Et je pourrais aussi prendre quelques lignes de mines d’or, mais pour l’instant le secteur est plutôt en baisse.
Tout cela se fera à son rythme, Paris ne s’est pas fait en un jour!

Le volume de dividende semble commencer à rebondir comme c’était prévisible. Je ferai le point sur ce sujet dans un ou deux mois.

Le portefeuille à date:


Bon week-end.

Hors ligne Hors ligne

 

#29 06/03/2021 15h14

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   130  

Bonjour Eric,

Reporting très intéressant, comme toujours.

Une question que, il me semble, on ne vous a jamais posée : pourquoi un tel poids de Michelin dans votre portefeuille ? Cette ligne a un poids quasiment deux fois plus important que Rubis, qui est la deuxième ligne de votre portefeuille.

Hors ligne Hors ligne

 

[+5]    #30 06/03/2021 20h21

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   243  

Bonsoir Froidevaux.
Merci de votre intérêt, je vais essayer de répondre:
. Je ne suis pas né auvergnat, mon pseudo indique des racines vosgiennes. Mais cela fait maintenant une trentaine d’années que j’ai rejoint le massif central. L’entreprise dominante de toute la région Auvergne, c’est Michelin. Je m’y suis donc intéressé petit à petit.

. Comme je suis un provincial dans l’âme, j’ai d’abord été séduit par le fait que Bib a décidé, envers et contre tout, de conserver son siège social à Clermont-Ferrand; c’est à ma connaissance la seule entreprise du CAC40 qui est dans ce cas. Il a, encore récemment, fortement investi pour rénover son centre de recherches de Ladoux, à côté de Clermont, qui est le plus important du Groupe (et qui a été visité par F Hollande, E Macron…)

. Ensuite, après avoir lu plusieurs livres sur cette boîte, j’ai été vraiment intéressé par la "dynastie" Michelin. Par sa résilience dans les épreuves qu’elle a dû surmonter (la dernière en date étant le décès du jeune Edouard Michelin en 2006, à 43 ans), et par sa différence aussi. François Michelin était célèbre pour avoir longtemps roulé en 2CV, puis en BX (quelle montée de gamme!). A titre perso, j’aime cet anti bling-bling complètement assumé.
Ces aspect a aujourd’hui totalement disparu. Le dernier dirigeant de la famille élargie était Michel Rollier (lien de cousinage avec Edouard), qui quitte la présidence du Conseil de Surveillance. Ni JD Senard, ni F Menegaux, les deux derniers ’patrons’, ne sont de la famille. Ce sont de "simples employés". Ce n’est pour ma part, ni bien ni mal en ce qui concerne le pilotage opérationnel de l’Entreprise; mais cela a fait disparaître un facteur presque affectif. Il m’a semblé que JD Senard, bien qu’extérieur, s’était parfaitement coulé dans le moule.

Mais, peut-être, cela va modifier la vision à très long-terme de la "Maison", comme les clermontois appellent l’Entreprise. En 1989, lorsque François Michelin a décidé du rachat d’Uniroyal-Goodrich pour passer la surmultipliée en Amérique du Nord, il a pris un risque quasi vital pour son Groupe, car il a endetté la boîte jusqu’au cou, et il n’avait pas prévu la crise de 1990-1991. Cela a failli finir très mal. Je suis persuadé qu’un patron "non Michelin" n’aurait pas pris ce risque. Décision peut-être folle à l’époque, mais aujourd’hui, Michelin est, pour les américains, une boîte américaine, qui est basée en Caroline du Sud.

. Évidement, la réputation du produit Michelin, le fait que ce soit le pneumaticien qui a inventé le Radial; le 1er qui a fait des pneus Basse résistance au Roulement. Celui qui équipe tous les modèles les plus prestigieux de voitures, celui qui gagne les championnats de F1 quand il décide d’y participer. Celui qui a conçu un pneu permettant au Concorde de redécoller après son tragique accident…On n’a pas beaucoup de boîtes comme cela en France, alors quand elles sont implantées à quelques km de chez soi…

. Une autre raison: le BIB - c’est simplement un des logos d’entreprise les plus connus au monde! En ce qui concerne les concurrents, je connais le logo de Goodyear, mais franchement est-ce qu’une godasse avec des ailes cela vous paraît aussi sympa que le visage de notre bon vieux Bib? Qui a toute une histoire d’ailleurs, qu’un jour je résumerai peut être dans la file de Michelin. Et pour être honnête, je n’ai aucune idée de ce qui représente Bridgestone, Continental, Nokian, Hankook etc

. Enfin, ce Groupe me semble avoir des valeurs (Respect des Hommes, Respect du Client, Respect des Faits…) qu’il pratique, et pas seulement qu’il communique. C’est une des rares valeurs pour lesquelles je me sens complètement à l’aise de la posséder.

Cela peut peut-être surprendre, mais ce sont vraiment ces raisons, extra-financières, qui m’ont progressivement poussé à investir dans Michelin.
Cela fait une vingtaine d’années que j’en ai en portefeuille. Mes derniers achats ont été faits entre 70 et 80€, il y a plusieurs années, peut-être 10 ans. A l’époque, le titre devait représenter au moins 30% de mon portefeuille. Encore plus fort: je n’ai encore jamais vendu une seule action. Je n’ai même pas essayé de faire des allers-retours pour améliorer mon PRU, chose que j’ai pratiqué sur Air liquide, Rubis ou Orpea.

Cela va changer. Car depuis 5 ou 6 ans maintenant, je cherche à améliorer ma performance globale que je vois comme un compromis entre Risque de perte, et Rendement à long terme (la volatilité des cours n’est pour moi pas un risque, plutôt une opportunité).
A ce titre, je vais chercher à réduire le poids de cette ligne; je le dis depuis que j’ai commencé à publier mon suivi de portefeuille il y a un an, mais je ne suis pas prêt à brader le titre, auquel j’accorde une haute valeur. Le cours a bien progressé aujourd’hui, et j’envisage un 1er allégement entre 125 et 130€, dans un but de diversification. D’autres pourraient suivre.
En tout état de cause, Bib devrait rester un des piliers de mon portefeuille, mais sera moins dominant dans le futur.

Voila. Je ne m’appesantis pas sur la performance financière du Groupe, que je suis régulièrement dans la file ad-hoc.

J’arrête là ce long pavé. Bon week-end!

Hors ligne Hors ligne

 

#31 06/03/2021 21h15

Membre
Réputation :   76  

@Eric88450: au sein du CAC40, il y a au moins Legrand qui a gardé son siège social en province (Limoges).

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #32 01/04/2021 19h22

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   243  

Reporting Mars 2021

@Alpins: très bien vu. Et en plus, Limoges ce n’est pas très loin de l’Auvergne…

Evolution de la valeur de part: 6% ce mois, contre 6,5% pour mon indice de référence. En Year-to-date, le portefeuille est à 9,3%, contre 9,6% pour l’indice. Rien d’extraordinaire donc.

En cours de mois, j’ai ajouté 10k€ (5 sur CTO et 5 sur PEA-PME) afin de pouvoir profiter d’éventuels trous d’air.

Actualités des valeurs du portefeuille:
. RUBIS publie un résultat très correct, sans grande surprise après ce qu’il avait déjà laissé entendre. Le dividende est légèrement augmenté, c’est à mon sens clairement un signe de confiance des Gérants dans la robustesse du Business model de la bête. C’est avec SANOFI une des toutes dernières aristocrates du dividende en France. Rubis est une grosse position pour moi mais je ne compte alléger que sur nette hausse car je pense que cette valeur mérite bien mieux.
. ORPEA annonce également des résultats corrects, solides (vu le contexte sanitaire) et sans grandes surprises. On a une croissance à venir quasi assurée dans un secteur porteur à long terme. Vu mon profil d’actionnaire, "Sam’ suffit". Le titre ne réagit pas très bien, mais sa petite baisse vers les 95€ en cours de mois ne déclenche pas chez moi de réaction d’achat. En effet, ma position est désormais constituée, et je ne bougerai qu’en cas d’accès plus grave de mauvaise humeur, disons vers un cours de 90 afin de retenter un nouvel aller-retour dans le but de grapiller quelques titres à PRU très faible.
CBO Territoria: des résultats 2020 corrects, le dividende est maintenu. RàS
SMCP: CA 2020 en chute de 22%, EBIT à l’équilibre, résultat net négatif (on s’en doutait). Le tiers des boutiques est actuellement fermé; si Covid recule, l’activité va rebondir. La société ne donne pas de perspectives à ce stade. Je conserve mes titres, mais ne renforce pas. Quel que soit le résultat final, mon timing d’entrée a été très mauvais… que c’est facile dans le rétroviseur!
TESSENDERLO: excellents résultats 2020. Un CA stable, une marge d’Ebit en belle augmentation. Seul l’EPS est décevant (légère augmentation) suite à des pertes de change. La dette a fortement diminué. Le marché n’a pas apprécié ces résultats, moi si. Je verrais bien le cours évoluer au dessus des 40€.

Entrées & sorties de titres:
. Vente de ma petite position de 20 COFIDUR en PEA. Je me suis lassé (après 7 ans tout de même) de la détention de cette entreprise. J’ai gagné un peu d’argent, mais j’espérais que le dossier se débloquerait …cela va peut-être arriver dans les jours ou semaines à venir!
. Profitant de la belle hausse de GAIA suite aux résultats annuels, vente de ma position à 14,80€. Avec un peu de chance, je reviendrai sur une forte baisse, sinon longue vie à cette nano-cap!
. Je poursuis ma diversification et j’aborde prudemment un secteur nouveau pour moi, aux confins de la Santé et de l’informatique, avec 2 nouvelles valeurs:
- MEDIAN Techno. Le titre a fortement progressé depuis le début de l’année, pour une bonne raison: une collaboration de recherche avec l’Université de Californie, sur le NASH ("foie gras"). Si cela débouche positivement, jackpot car cela validerait sa plateforme iBiopsy. J’ai vu aussi qu’une étude était plus avancée sur le cancer du poumon. Mais dans tous les cas, les validations seront sur 2022-2023; c’est donc à ce stade assez risqué. En opérationnel, le CA de la boîte à fait +50% en 2020.
En fin de mois et comme attendu, une augmentation de capital a eu lieu (des prêts étaient conditionnés à cette AK). Le rabais a été très faible (AK à 11.50 pour un cours autour de 12), c’est pour moi une bonne nouvelle sur le fond: les "grosses mains" croient en Median et désormais on a de la visibilité. Bien sûr, j’aurais mieux fait d’acheter juste après que juste avant l’AK mais on ne savait pas quand elle tomberait…
- PHARNEXT: un vrai pari ici, le titre oscille entre 3 et 4€, après un plus haut à 28 en 2019. Les choses ne se sont pas déroulées comme prévu, on peut espérer de bonnes nouvelles sur 2021-2022.

Commentaire général:
Le début de mois a été joli puisque en quelques jours le portefeuille a pris 6%  La fin de mois a ensuite été poussive et on a terminé au même niveau.

Je fais évoluer mon portefeuille, à la marge, en me séparant sans regrets de Cofidur, qui se traine depuis plusieurs années. Et en entrant sur un sous-secteur de la santé qui me paraît porteur à long-terme puisqu’au croisement avec l’informatique. J’aimerais avoir quelques valeurs de ce domaine, qui reste très risqué et donc ne devrait représenter que quelques % de mon capital investi.

Je surveille LVMH et Hermès pour entrer dans le domaine du  Luxe, mais j’attendrai (peut-être longtemps!) une petite baisse de leurs multiples; comme j’ai attendu longtemps la revalorisation de Michelin qui semble se concrétiser.

Et pour terminer sur les valeurs, sur Michelin justement, je constate que le titre se tient bien; j’ai placé un 1er ordre de vente partiel vers les 135, niveau que j’espère voir atteint en avril. La journée Investisseurs du 08 avril pourrait déclencher un mouvement….dans un sens ou un autre bien sûr.

D’un point de vue macro, aujourd’hui Mr Market semble voir le bout du tunnel sanitaire; l’Asie et l’Amérique du Nord vont rebondir, l’Europe reste à la traîne mais rien ne paraît entraver l’optimisme boursier ambiant. Il y a un an, c’était l’exact opposé. On verra bien ce que ce sera dans un an!

Le portefeuille au 31 mars:


Bonne soirée!

Hors ligne Hors ligne

 

#33 01/04/2021 21h46

Membre
Réputation :   10  

Merci pour cette mise à jour.
Je pense la même chose sur RUBIS. De plus chaque année, je prends les dividendes en action pour faire un effet boule de neige.

Pour ORPEA, je n’arrive pas à comprendre pourquoi cette action stagne depuis des années, malgré la croissance régulière du CA et du résultat.
On ne voit ni le résultat dans le cours ni dans dividende.
C’est un mystère pour moi.

J’ai aussi du GAIA et pour le moment je conserve en pensant qu’avec les confinements le nombre d’abonnés va augmenter comme leur revenu.

Au plaisir d’échanger.


Les petites rivières font les grands fleuves. Qui tente rien n'a rien.

Hors ligne Hors ligne

 

#34 03/04/2021 23h35

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   243  

Bonsoir JamesCombi,

Sur Rubis, je pense que nombre de petits actionnaires font de même, car en général le réinvestissement du dividende en actions a été très profitable. Je considère qu’un retournement de l’activité est très possible d’ici quelques mois, et la valeur apparaîtra alors très en retard. Certains courront pour en acheter et propulseront le cours à la hausse (bon, je prends peut-être mon souhait pour une réalité, mais je suis très confiant, après une période de doute à l’automne dernier tout de même). Les rachats d’actions à bon compte qui sont en cours, en vue de les annuler, nous seront également favorables.

Quant à Orpea, c’est vrai qu’elle est dans une sorte de corridor horizontal entre 90 et 130 depuis plusieurs années. Mais j’ai revisualisé son historique à très long terme, cela lui est déjà arrivé par le passé. Sur ce businessfaudrait de grosses disruptions pour que la valeur aille au fossé…donc là aussi, grande confiance sur le long terme. Je suis certain que beaucoup hésitent à entrer sur la valeur en se disant qu’elle est trop chère, mais elle l’est presque toujours. C’est à mon avis la meilleure des 3 sociétés du secteur que l’on a cotées en France, et elle devrait conserver sa prime qualitative.
Mais comme je disais plus haut, si Mr Market m’en offre avec un joli rabais, j’en reprendrai un peu à 90 pour lui revendre quand il en voudra désespérément à 120…sur ce type de valeur, la volatilité, si elle est suffisante, est à notre avantage car le risque pris me paraît faible. Et, si cela ne permet pas de faire fortune, cela met du beurre dans les épinards!

A bientôt.

Dernière modification par Eric88450 (03/04/2021 23h36)

Hors ligne Hors ligne

 

#35 14/04/2021 19h48

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   243  

Point intermédiaire car j’ai fait plusieurs opérations ce mois:

D’abord, un retour dans le monde des semi-conducteurs, en changeant de continent et de portefeuille titres. Après avoir vendu INTEL en Janvier sur le CTO, Achat de ASM International sur le PEA (20 titres à 263€). La valeur est au plus haut, mais on est parti pour de longues années de croissance dans ce domaine. Je mets un ticket sur une belle entreprise, qui ne devrait pas décevoir sur le moyen terme. Si elle décroche dans quelques temps, ce sera l’occasion de (peut-être) moyenner à la baisse. Je n’exclus pas, par ailleurs, un retour sur Intel et/ou un ticket complémentaire avec un fondeur Taïwanais. Avoir un titre "silicium" sur chaque continent, cela peut se défendre.

Ensuite, je viens de faire 3 opérations de type "rattrapage de couteaux qui tombent" ce début de semaine:
. Renforcement de Jinkosolar, en doublant ma position par achat de 100 actions à 35$. Pour mémoire, mon achat initial était à 65$. Je suis peut-être simplement entré trop tôt sur la valeur…

. Renforcement de Valeo; je reprend 150 titres à 27€. Sur le Moyen-long terme, j’ai confiance dans cet équipementier mondial, qui va bénéficier des nouvelles tendances automobiles (véhicules électriques, voire plus ou moins autonomes).

. Et, à peine un mois après avoir vendu GAIA juste sous les 15$, rachat à 10,50$ hier. Je n’ai pas pu résister à cette chute rapide, car sur le fond la société performe bien. Du coup, j’avais vendu 1100 titres en mars et j’en rachète 1500 en avril, le tout pour un peu moins cher. Reste à espérer que la tendance du business se poursuive, comme prévu. On aura peut être des éléments sur le début de 2021 lors de l’AG qui a lieu fin avril

Nota: je me suis "amusé" à calculer mon PRU réel sur GAIA. J’ai fait 2 allers-retours complets sur cette valeur au cours assez volatil, le 1er en 2020 et le second maintenant (et Dieu sait que j’aurais pu en tenter bien d’autres avant…). Comme c’est sur le CTO, en tenant compte de l’imposition, mon PRU est de 5.49€. Il serait de 4.05€ hors impôt, on mesure bien l’importance du frottement fiscal.
D’un autre côté, j’ai profité de ces A/R pour augmenter ma position puisque je suis parti de 1000 titres, pour en avoir 1500, et ce, sans remettre au pot.

Pour finir, mon espoir de réappréciation à court-terme de Michelin, suite à la journée Investisseur de la semaine passée, a pour l’instant tourné court. J’ai un ordre de vente partiel en attente, mais la valeur consolide un peu et ne semble pas vouloir à très court-terme, casser son plus haut historique. La suite me dira si j’ai été un peu trop gourmand, ou si le titre recule pour mieux sauter.

Bonne soirée.

Hors ligne Hors ligne

 

[+4]    #36 01/05/2021 19h04

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   243  

En ce 1er mai frais et pluvieux, reporting d’Avril 2021.

Evolution de la valeur de part: mon portefeuille est à l’instar du temps qu’il fait, d’humeur assez fraîche. La valeur de part est stable à -0,3%, face à un marché qui continue de progresser (+3,6% pour le CAC Gross TR). Après un joli mois de janvier, cela fait donc 3 mois que je ’performe’ moins bien que mon benchmark. En YTD, je suis à +9% , vs  +13,5%.
Pour mes valeurs, le mois avait bien commencé mais s’est mal terminé. La raison en revient essentiellement à 2 de mes grosses positions: Albioma (-10% sur le mois) et Michelin (-6%). Je conserve cependant toute ma confiance en ces valeurs. En fin de mois, l’estocade a été portée par la chute de valeurs "auto", chez moi Renault et Valeo. Le marché craint que le rebond des ventes soit retardé à cause de la pénurie des semi conducteurs.

En sens inverse, on peut noter le rebond de Worldline (+14%) mais c’est une petite ligne pour moi, et de GL Events (+10%) qui pourrait (enfin!) commencer à voir le bout du tunnel.

Actualités des valeurs du portefeuille:
. Albioma a publié un CA T1 en baisse de 4% qu’il explique par de la maintenance. Il confirme sa guidance 2021. La société reste hautement valorisée, mais finalement moins que les Neoen, Voltalia & co. Si la chute continue, j’en reprendrai un peu car le secteur est (très) porteur pour de très longues années…

. Danone publie un mauvais T1, mais maintient ses objectifs annuels. Je conserve et me renforcerai un peu si elle rechute, car je considère cette valeur comme du fond de portefeuille qui abondera mes vieux jours. Je pense que de plus, elle va se réveiller, avec un nouveau management donc cela ne me dérangera pas si je peux en accumuler un peu plus à un prix correct.

. Groupe Guillin a présenté de très beaux résultats 2020, avec en prime un dividende en forte hausse, à 0,90€. La boîte, même si elle a des résultats assez variables dûs aux prix des matières premières qu’elle n’arrive pas à bien répercuter, me paraît bien gérée sur la durée. Ceci dit, comme il est probable que les résultats 2021 seront moins bons, la valeur ne décolle pas.

. Très beau T1 d’Ipsos qui présente une croissance organique de 14% sur le trimestre, alors que le T1 2020 était flat vs 2019. Suite à l’annonce, le cours touche les 36€, il est à ses plus hauts niveaux depuis 2011. Je pense fixer un ordre de vente du solde de ma position un peu plus haut, mais je vais attendre de voir la tendance de Mr Market dans les prochains jours/semaines.

. Linedata a publié un T1 assez tristounet, avec en CA en légère baisse. Le reste est ok, mais décidément, le retour à un peu de croissance se fait attendre!

. Michelin a publié des objectifs de long terme lors de son "market day" début avril. Des estimés 2023 et 2030 y sont donnés. J’en retiens que l’Auvergnat va distribuer 50% de son bénéfice en dividende à partir de l’an prochain; et que pour 2030, il vise à se développer fortement hors du pneu. Le CAGR est attendu à 5% de 2023 à 2030, et donc en 2030, on aurait environ 34MM€ de CA.  Ces annonces étaient déjà "pricées" par le Marché, le cours a reculé suite à cette présentation.  Cela ne change pas à court-terme mon évaluation de l’Entreprise.  En ce qui concerne le T1: pas de surprise, les guidances 2021 sont confirmées. Le marché n’apprécie pas vraiment ces informations, mais les plupart des analystes remontent leur cible de cours dans une fourchette autour de 140.

. Median Techno: CA 2020 en croissance de 50% (mais à 13,5 M€, cela reste petit…); au T1 2021 cela s’accélère, à +80%. La perte se creuse un peu plus à 12 M€…soit quasiment le CA…c’est dur d’être une startup.

. Jinko: Début avril, sont sortis les chiffres 2020. En synthèse, il y a une forte croissance des volumes (+31% en 2020), mais la rentabilité ne suit pas et les marges baissent. En regardant l’historique sur les 2 dernières années, les variations de marge trimestrielle sont fortes. Pas (encore) lieu de s’inquiéter. Mais il est inconfortable d’avoir une "guidance" 2021 de forte croissance d’activité (entre33% et 60%, ce qui est une large fourchette!) et aucune guidance de profit. C’est dommage à ce stade, car Jinko indique gagner beaucoup de parts de marché mondiale (passé de 9 à 13%, entre 2018 et 2020). Bref, une société leader, avec un très gros vent dans le dos (plans d’investissements US et Chine), mais aussi des risques "politiques" comme toute entreprise chinoise. Tenté d’en reprendre un peu, au vu de la forte baisse qui me paraît une sur-réaction, je suis passé à l’acte à 35$, et doublé ma position.

. Orange: CA stable au T1 (+0,5%) et confirme ses objectifs annuels. Une société "pure vache à lait" pour le rentier en devenir que je suis. Je ne pense pas qu’elle fera d’étincelles mais à mon PRU je pense que le ratio "Bénéfice - Risque" m’est favorable.

. Sanofi a annoncé un résultat T1 pas mauvais, avec une progression du bénéfice et une estimation 2021 d’environ +5%. Je conserve tranquillou pour le long (très long) terme

. Total: belle publication du T1. Le bénéfice remonte comme prévu, la dette baisse un peu (sous 20% des capitaux propres), la transition vers le renouvelable a commencé. Pourtant le marché continue de bouder la valeur. Perso je conserve et si la bouderie continue je pourrais même en reprendre un peu, en esprit contrariant.

. Renault publie un T1 sans saveur: un CA flat (mais +4% en organique), mais surtout il ne donne pas d’indication sur 2021. Je conserve car je pense qu’au final la boîte va bien s’en sortir avec le nouveau management, mais je manque peut-être de rationalité sur ce dossier.

. Valeo: T1 en croissance par rapport à 2020, mais encore un peu en retrait comparé à 2019. Je trouve les résultats corrects, mais pas Mr Market. Je vais faire le dos rond, après mon renforcement à 27€…

Entrées & sorties de titres: j’ai posté en milieu de mois mes mouvements d’avril, à savoir
. Achat de ASM International sur le PEA (20 titres à 263€).
. Renforcement de Jinkosolar, en doublant ma position par achat de 100 actions à 35$.
. Renforcement de Valeo; je reprend 150 titres à 27€.
. Et, à peine un mois après avoir vendu GAIA juste sous les 15$, rachat à 10,50$.

Commentaire général:
- Je continue à tracer le sillon défini fin décembre, en renforçant les domaines Techno et Energie Nouvelle, ainsi que la poche USA avec le retour au bercail de la petite Gaia (attendons les trimestriels début mai!).
- Je suis un peu déçu de l’accueil fait par le marché aux prévisions long-terme de mon entreprise auvergnate préférée, je ne me suis donc pas allégé comme je l’escomptais. Mais ce recul, que j’espère temporaire, ne me surprend pas, car je trouve que les prévisions sont trop timorées et donc pas assez enthousiasmantes.
- Par ailleurs, les rebonds des valeurs de luxe que je surveille (du classique: LVMH et Hermès) ont fait que je ne suis toujours pas entré sur ce secteur, mais je pense constituer une petite cagnotte pour en prendre lors des prochaines respirations de marché, qui ne manqueront pas de survenir.
- Enfin, en me relisant sur l’actualité de mes valeurs, je vois que j’ai un biais optimiste, vu le nombre de fois où je dis en substance "si cela continue de baisser j’en reprends une louche". Certes des Danone ou Total c’est du solide, mais il faut que je fasse attention à ne pas trop surpondérer les lignes en panne de momentum. Mr Market ne se gourre pas toujours…

Le détail du portefeuille:


Bonne soirée.

Hors ligne Hors ligne

 

Discussions similaires à "portefeuille d'actions d'eric88450"

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur