Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

#726 01/02/2021 12h05

Membre
Réputation :   73  

Bonjour,

Si je reprends les propos de NicolasV, et il me corrigera si je me trompe, l’idée n’était pas d’opposer le style value et growth, ni de dire qu’il ne faut jamais changer de stratégie.
Mais plutôt que ce changement chez l’investisseur particulier peut intervenir à un moment inopportun car les contraintes de ce dernier ne sont pas les mêmes.
Si on prend l’exemple concret de certains fonds Carmignac, ils ont sous performé leur benchmark pendant une dizaine d’années avant de faire une année 2020 exceptionnelle. Sur 10 ans lisses ils sont maintenant devant le benchmark. Il aurait fallu donc attendre cette durée et encaisser psychologiquement cette sous performance pour être récompensé. NicolasV pointe le fait que peu aurait eu cette patience et aurait ainsi quitté le navire…au plus mauvais moment.
Est ce que là sous performance d’une stratégie sur 2-3 ans ou même 5-7 ans est alors problématique et signifie qu’in fine le total return sera forcément mauvais?

Je rejoins ensuite les propos de MrDividende. Il faut avoir une stratégie avec laquelle on est à l’aise et s’y tenir malgré les soubresauts de court terme.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #727 01/02/2021 16h13

Membre
Réputation :   3  

Bonjour,

Beau portefeuille, présentation claire et agréable à lire.

Nous partageons pas mal de valeur, et surtout l’orientation générale du portefeuille. Je suis ainsi rentré récemment comme vous sur Verbio et Ameresco (en décembre pour ma part).

En revanche j’ai acquis aussi Roper Technologies que vous avez écarté - judicieusement semble-t-il.

Etait-ce une décision purement dictée par le score de votre screener, comme vous semblez le dire ou aviez-vous une analyse plus précise?

Merci d’avance.

Sur la discussion en cours, je crois que ce n’est pas la moindre des qualités que d’être capable de changer de stratégie sur la base d’un surcroit de connaissance et d’une étude approfondie des arguments et données relatfis à chaque approche.

Ce n’est pas comme si Mr Dividende avait réorienté son portefeuille plusieurs fois à chaque coup de tête!

Déontologie: Actionnaire de toutes les sociétés citées dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #728 01/02/2021 16h16

Membre
Réputation :   8  

Bonjour Mr Dividende,

M*erci pour tout ce que vous faites, pour la qualité de votre screener.

Que pensez-vous du titre Align Technology ? Cela fait plusieurs mois que je me demande pour quelle raison il est exclu de votre screener alors qu’il remplit de nombreuses cases :

- Chiffre d’affaires et EBITDA en croissance,
- Bonne rentabilité
- Business qui lit l’impression 3D et la santé donc dans l’ère du temps
- Chiffres qui dépassent régulièrement le consensus.

Bien à vous,

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #729 01/02/2021 18h06

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   550  

Bonsoir à tous,

@ClassAction : Roper Technologies m’intéressait surtout à l’époque car elle était considérée comme un industriel. Je l’avais donc acheté pour pondérer un peu cette partie du portefeuille. Je trouvais que pour une entreprise de ce secteur, elle avait de plutôt bon fondamentaux.

Mais ses activités se tournent de plus en plus vers le logiciel. Et pour une valeur technologique, je trouve que cela n’est pas suffisant.

D’un point de vue fondamental, on a une croissance qui se tasse (CAGR de 7-8% pour l’EBITDA) ce qui la classe dans le bas de tableau. La dette devient également importante avec un leverage d’environ 3,5 pour 2021. Niveau rentabilité, la marge d’exploitation est en légère baisse sur les dernières années (je préfère voir les marges augmenter, surtout dans le software).

La combinaison de tous ces éléments m’ont poussé à vendre.

@ElGuaje : Align Technology m’intéresse en réalité depuis un moment. Les fondamentaux sont bons et le secteur est porteur. Ce qui m’a clairement dissuadé (et peut-être à tort ?) c’est la volatilité énorme du titre. De 2018 à 2020 (donc pendant 3 longues années) le titre a constamment fait le yoyo avec des grands mouvements de hausses, suivis de baisses impressionnantes…

En analysant ces mouvements (surtout quand elle était sur des plus bas) je me suis dit que je devais rater quelque chose dans l’analyse et qu’il y avait un loup… Evidemment la hausse récente m’a donné complètement tort…
En tout cas l’important est d’être à l’aise avec ses titres, car sinon justement on panique et vend bêtement à la baisse.

Dans le même genre il y a Ambu sur PEA (équipement médical au Danemark). Je l’ai ajouté au screener, mais ne vais pas passer à l’achat. Je ne sens pas le titre, difficile à expliquer pourquoi…

Hors ligne Hors ligne

 

#730 02/02/2021 21h42

Membre
Réputation :   40  

MrDividende, le 31/01/2021 a écrit :

J’investis donc la moitié de manière progressive (sur 6 mois) et l’autre est sur des OPCI en AV (Sofidy Pierre Europe, SwissLife Dynapierre, Silver Generation). Si jamais le marché devait corriger, je rebasculerais cette partie immo vers de la bourse.

Bonjour MrDividende,

J’ai du Dynapierre depuis un an et la performance est négative sur 2020 : -0,56%. En tenant compte des frais d’entrée (3%) et des frais de gestion UC (0,85%) car placé sur support Assurance vie, cela me donne une performance négative de 4,5% sur 2020 si je ne me trompe pas.
Je précise que quand j’ai souscrit (avant la crise), j’attendais un rendement de 5% comme en 2019, et je n’y connaissais rien à la bourse.

Compte tenu des frais d’entrée et de rendements en baisse ces dernières années sur les supports SCPI et OPCI, je ne suis pas sûr que ce soit une bonne solution à court - moyen terme, et même pas sûr sur le long terme, en comparaison de l’espérance de gain à LT sur les marchés financiers.

Peut-être que les SCPI et OPCI sont intéressantes à partir de 50 ans, dans un objectif de transmission de patrimoine et de rente, mais peut être pas la meilleure solution quand on est jeune.

Autrement dit je pense que vous gagneriez bien plus en investissant à 100% sur les marchés fi compte tenu de votre niveau de culture financière. Autant garder le cash sur livrets et lisser ses investissements sur 1 ou 2 ans pour réduire le risque de marché. C’est toute la question de la problématique de gestion du cash comme je l’ai déjà évoqué dans ma file, mais au combien importante.

Qu’en pensez-vous ?


L1vestisseur

Hors ligne Hors ligne

 

#731 02/02/2021 22h02

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   550  

Bonsoir L1vestisseur,

La performance est certes mauvaise pour SwissLife Dynapierre cette année, mais elle est meilleure pour Sofidy Pierre Europe (+4,60%) et pour Silver Generation (+3,52%).

Les frais d’UC ne sont que de 0,5% sur Spirica.

Cette année a été exceptionnellement mauvaise pour l’immobilier, croisons les doigts pour que cela ne se reproduise pas.

Mon patrimoine est déjà très investi en bourse (voir dernière mise à jour de mon patrimoine dans ma présentation). J’ai donc pensé qu’il vallait mieux placer la moitié en immobillier tant que les valorisations du marché sont incertaines. Lors de la crise de Mars-Avril, j’étais tout de même content d’avoir des cartouches en réserve au cas où (même si un peu longue à dégainer).

Je sais bien qu’en terme de performance ce n’est pas le plus optimal (du moins en théorie), mais je me sens plus serein psychologiquement avec cette réserve en immo. J’aurais pu en effet tout garder en cash sur livret, mais je trouve quandmême plus sain de me forcer à diversifier un peu plus qu’avec la bourse (même un minimum).

Bien à vous.

Dernière modification par MrDividende (02/02/2021 22h05)

Hors ligne Hors ligne

 

#732 03/02/2021 10h23

Membre
Réputation :   112  

Bonjour, Mr Dividende,

J’ai vu que vous faisiez partie des rares membres ayant JDE Peet’s dans leur portefeuille.
J’ai du mal à voir les raisons de la baisse du titre à 32 (ou sa faible résistance!) depuis son IPO à 36€, puisque la consommation de café ne baisse pas et que les résultats semestriels étaient "corrects" au vu de la situation.
JDE Peet’s (JDEP.AS) ? IH Score et analyse graphique
Le PER est à 18,6, plutôt dans le haut de la fourchette Packaged Foods mais le flottant n’est que ~17% (Acorn BV 60% et Mondelez 23% possèdent le reste)
Le nouveau CEO est un français depuis Novembre, c’est lui qui avait négocié l’IPO et il semble que ses interêts soient bien alignés avec ceux de la société au vu du package !
voir ici
Etes-vous toujours sur la valeur ? Avec quel sentiment ?
Je trouve que c’est aussi un pari "raisonnable" sur la réouverture des cafés.

Merci,

Edit: l’IPO a été faite à 31,5€, puis le prix a augmenté sur le marché secondaire.

Dernière modification par Patience (03/02/2021 14h46)

Hors ligne Hors ligne

 

#733 03/02/2021 12h47

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   553  

Le problème de JDE c’est sa dette, alors qu’on est sur une croissance atone et des marques sans premium sur un marché de prix

Hors ligne Hors ligne

 

#734 03/02/2021 14h35

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   550  

Bonjour Patience,

Ma réponse risque de vous décevoir et je m’en excuse par avance, mais je n’ai pas du tout une bonne connaissance du dossier JDE. Je la suivais il y a plusieurs mois dans l’optique de remplacer Danone en valeur agroalimentaire (il faut dire qu’en Europe il n’y a vraiment pas grand choix).

Mais cela fait un moment que je ne m’y intéresse plus car son profil de croissance est vraiment trop faible.

Comme l’indique Corran, le principal point noir est l’endettement de l’entreprise avec un leverage de 3,5 (mais qui semble diminuer d’après les prévisions). Le secteur est souvent endetté (Danone, Coca-cola, McCormick…) mais JDE est quandmême dans la tranche haute.

La croissance du CA semble quasi nulle sur les dernières années et l’augmentation du BNA se fait uniquement via rachat d’actions et amélioration des marges (mais c’est classique pour le secteur).

Niveau valorisation la boite se paye 13x l’EBITDA (c’est plus cher que Danone, General Mills…) mais moins cher que Nestlé.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #735 03/02/2021 15h52

Membre
Réputation :   31  

Plusieurs sujets sur JDE PEET’s à mon sens

J’avais détaillé un peu d’historique et certains sujets ici

D’accord avec la dette comme mentionnée par Corran (même si c’est essentiellement de la dette d’acquisition puisque le groupe est issu de rachats successifs avec JAB à la manœuvre). Je suis moins d’accord sur la partie "marques sans premium sur un marché de prix". Le café est un des segments les plus dynamiques de la grande conso, assez concentré et tend à se premieuriser depuis 10 ans (cf : source, je dois en avoir d’autres en stock mais peu accessible là), les dynamiques sont très différentes suivants les marques et les canaux de ventes.

Les performances sur 2020 restent plutôt bonnes à l’exception du hors-domicile (Covid…)

Ensuite les autres acteurs du secteur (Nestlé, Lavazza) ont mis du temps à réagir mais cherchent à défendre leurs parts de marché / se renforcer sur un secteur où les marges sont structurellement élevées mais ou la concurrence devient plus forte et où les changements de comportement des consommateurs ont également un impact (tendance bio /éthique, au café grain, torréfaction dans des bruleries indépendantes, diminution de la consommation OoH etc…)

Enfin, un sujet de management puisque Bart Becht (qui faisait partie du trio à la tête du holding) a quitté l’entreprise sur fonds de critique du rythme d’acquisition / endettement et ensuite c’est Casey Keller qui est remplacé ce qui n’estpas très rassurant.

Dernière modification par DockS (03/02/2021 17h03)


"Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité […] finit par perdre les deux." B.Franklin

Hors ligne Hors ligne

 

#736 03/02/2021 19h47

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   553  

Docks : oui le café se prémiumise, c’est une évidence, ou plus exactement il se dichotomise, avec d’un côté la recherche de l’artisanat et de l’éthique, et de l’autre le mass market qui tire vers le bas. Pour info, je suis à l’origine (très très en amont, c’était juste un travail très préliminaire d’identification du marché, donc je ne me jette pas de lauriers) du lancement de Chaqwa en Europe wink
En revanche, et c’était le sens de ma remarque, aucune des marques de JDE Peets ne joue réellement dans cette catégorie ni n’a l’ADN pour, et du coup elles se battent sur un marché de prix.

Dernière modification par corran (03/02/2021 19h50)

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 6   [+10]    #737 05/02/2021 18h36

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   550  

La stratégie Momentum en bourse


Bonsoir à tous,

Comme promis dans mon dernier reporting, voici en détail un post complet concernant l’approche Momentum, ses résultats, et comment fabriquer soi-même des outils permettant d’appliquer cette stratégie.


Qu’est-ce que le Momentum


L’effet Momentum est considéré comme l’une des choses les plus puissantes du monde de l’investissement.

Son application est très simple à comprendre : une stratégie Momentum consiste à acheter les actions qui ont le mieux performé récemment, et d’éviter les actions qui ont sous performé.


Ce facteur part du constat que ce qui est fort reste fort dans un futur proche. Inversement, ce qui est faible va rester faible. Ainsi, ce qui a le mieux performé dans un passé proche a toutes les chances de bien performer dans un futur proche.

La notion temporelle est très importante (notamment dans la formulation de « proche »). En effet, de nombreux tests ont été effectués sur des durées différentes et les résultats peuvent varier fortement. Au-delà d’un an, il est démontré que l’effet Momentum peut même être néfaste à cause du phénomène de retour vers la moyenne. Mais dans des courtes périodes (de 6 mois à 1 an), le Momentum est très efficace.



De nombreux chercheurs en finance étudient ce phénomène. Il est facile de constater que celui-ci fonctionne, mais très difficile d’en trouver la raison, ou même de tenter toute démonstration. Les principaux arguments tentant d’expliquer le succès de cette stratégie sont :



1) Ce facteur repose sur des biais humains et non financiers ou fondamentaux. Or les principaux défauts de l’être humain (cupidité, émotions…) n’évoluent pas ou peu au cours du temps, ce qui explique la persistance de ce facteur.


2) Les informations mettent un certain temps à être entièrement digérées par le marché, il y a donc toujours un temps d’inertie dans un mouvement haussier ou baissier.


3) Quand une entreprise a tendance à bien publier (relèvement d’objectifs, dépassement des attentes…), elle continue souvent de surprendre le marché positivement lors des prochaines publications trimestrielles. Réciproquement en cas de tendance négative.


Ce facteur est très puissant, et MSCI le calcule avec des backtests sur les principaux indices :




On constate cependant que les résultats indiciels ne sont pas 100% similaires dans le temps entre les différentes zones : il semble mieux marcher sur l’Europe (la surperformance est constante et lointaine) qu’aux USA (où la nette surperformance est plus récente).



On peut aussi le voir sur des actions individuelles. J’ai fait plusieurs analyses sur mon portefeuille personnel et c’est assez flagrant.

Schneider Electric est par exemple dans une forte tendance haussière depuis maintenant plus d’un an. Pourtant, les fondamentaux n’ont pas particulièrement changé d’une année sur l’autre. À l’inverse, Dassault Systemes qui est une très belle action de croissance ne fait plus rien en bourse depuis un an alors que son CA a pourtant progressé sur l’année.

Cela semble incompréhensible, mais c’est l’effet Momentum qui intervient :



Appliquer une stratégie Momentum et fabriquer ses propres outils



Cette partie va détailler concrètement comment appliquer soi-même (et facilement) une approche Momentum à partir d’outils qui seront totalement expliqués ici. Ces outils sont programmés sur le logiciel ProRealtime.

Je précise qu’une grande partie des idées présentées viennent de plusieurs lectures que j’ai pu faire sur le sujet, notamment de l’excellent livre Stocks on the Move d’Adreas F Clenow (qui est une référence sur le sujet).

Si les outils que je propose diffèrent du livre évoqué, je le préciserais. J’ajoute également qu’il y aura un peu de mathématiques, mais je resterais simpliste dans les explications pour ne pas perdre les moins matheux.



Comment calculer un score momentum

 

Tout d’abord, le principal objectif de la stratégie est de trouver les actions prises dans une forte tendance haussière, avec un Momentum le plus élevé possible.

Il ne s’agit pas ici de regarder des graphiques et de faire du suivi de tendance un peu subjectif, mais vraiment de calculer la force de la tendance.



Plusieurs outils sont possibles :



1) Calculer la distance en pourcent entre le prix et une moyenne mobile : plus le prix est éloigné de sa moyenne mobile, plus la tendance sera puissante et donc le score Momentum élevé -> c’est globalement l’approche qui donne les moins bons résultats
 

2) Calculer la variation du prix en pourcent entre deux périodes : plus la progression de l’action est forte sur la période, plus son score Momentum sera élevé -> c’est l’approche que j’étudie personnellement et qui est la plus connue et la plus simple à appliquer. Elle donne de très bons résultats.
 

3) Modéliser le prix par une moyenne mobile exponentielle sur une certaine période. Celle-ci va suivre le cours de bourse de près de par son caractère exponentiel. On calcule ensuite sa pente quotidienne (prix 2 – prix 1), qu’on lisse par une moyenne mobile courte. C’est donc la pente moyenne qui va donner la puissance de la tendance : plus celle-ci est forte, plus le score Momentum sera élevé -> c’est la méthode qu’ Andreas Clenow utilise dans son livre, qui donne des résultats similaires à celle décrite au-dessus d’après ses backtests.


On peut ensuite faire varier la période utilisée. Andreas Clenow montre qu’elle a peu d’impact à partir du moment où elle est dans la tranche 4 mois – 1 an.

Il utilise dans son cas pour le calcul une période de 90j (et une MM20 pour le lissage de la pente) soit un peu plus de 4 mois.

Dans mon cas, je calcule la variation du prix sur 6 mois (~125j), sur 1 an (~250j), et je fais une moyenne pondérée 2/3 à 6 mois et 1/3 à un an (pour donner plus d’impact à 6 mois).



Voici la partie du code de mon screener :




Corriger le Momentum de la volatilité



Nous avons identifié maintenant comment calculer un Momentum, mais cela ne suffit pas. Nous risquons en effet de nous retrouver en tête de liste avec des actions très volatiles, ou potentiellement des actions qui ont fait des gros gaps récemment (OPA, rumeurs, news…).


Nous allons donc corriger le score Momentum obtenu précédemment afin de pénaliser les actions volatiles, et de favoriser les actions plus tranquilles. Nous recherchons dans cette stratégie des actions qui montent régulièrement et calmement plutôt que celles évoluant dans tous les sens de manière effrénée. Finalement c’est un peu l’idée du Sharpe ratio pour faire une analogie.


Voici deux méthodes de calcul de la volatilité :



1) Ce que j’utilise personnellement pour mesurer la volatilité d’une action est son amplitude de variation quotidienne.


Celle-ci est le max de :

– (Plus haut du jour – plus bas du jour)/plus bas du jour

– (Plus haut du jour – cloture veille)/cloture veille -> en cas de gap haussier

– (Cloture veille – Plus bas du jour)/plus bas du jour -> en cas de gap baissier

 


Cet indicateur donne donc l’amplitude du mouvement d’une action chaque jour et caractérise bien sa volatilité.

On peut ensuite appliquer une moyenne mobile (peu importe la période, 20j par exemple pour une maille mensuelle, c’est celle que j’utilise) pour lisser le résultat.

On obtient ensuite un score corrigé :

Momentum Corrigé = Momentum / volatilité



Plus la volatilité est élevée, plus le Momentum devra être élevé pour compenser. On pénalise donc bien les actions volatiles.



Voici la partie du code de mon screener :




Voici à quoi ressemble l’indicateur visuel (évolution en fonction du temps) :



Globalement une zone en bleu s’affiche quand la volatilité moyenne quotidienne est inférieure à 3% et en gris quand ça dépasse le seuil. J’ai également ajouté une zone en rouge lorsque la volatilité (réelle et non moyennée) dépasse les 10%.

Dans cet exemple venant de Schneider Electric, on voit que la volatilité est généralement en zone bleue. La grosse bulle grise correspond à l’augmentation de la volatilité constatée lors du krach de Mars-Avril 2020 (covid). On voit également que les variations dépassaient les 10% certains jours (zone rouge).

 

2) La méthode d’Andreas Clenow est différente de celle que je propose, mais c’est aussi car sa méthode de calcul du Momentum diffère.


Je rappelle qu’il utilise la pente moyenne d’une régression exponentielle comme indicateur de Momentum. Pour établir un critère de volatilité, il va étudier la corrélation entre l’évolution du cours de bourse et la moyenne exponentielle, à l’aide de l’analyse du coefficient d’interpolation R2 (je rappelle que ce coefficient évolue entre 0 et 1). Plus ce coefficient est élevé, plus le prix suit sa régression exponentielle (et donc la volatilité est faible). Inversement, plus ce coefficient est faible, plus la volatilité est forte.



Son calcul donne donc :


Momentum corrigé = pente moyenne exponentielle x R2




Nous avons vu maintenant comment calculer un score Momentum corrigé de la volatilité. C’est donc ce score final qui nous permettra de classer les actions.



Dans l’idée, plus ce score est élevé et plus l’action est intéressante. On peut ensuite mettre en place un système de seuil : si le score > 5 on se positionne à l’achat, et si celui-ci tombe sous 5 on revend. Dans mon indicateur, si le score > 5 une zone bleue claire s’affiche, et bleue foncée si >10. Ce sont les signaux d’achat.



Voici donc le résumé global du code de programmation :



Voici également à quoi ressemblent les différents indicateurs :



En haut le cours de bourse, en dessous le Score Momentum Corrigé, en dessous la volatilité, et encore en dessous le Momentum non corrigé. Le principal indicateur à surveiller est le Momentum corrigé. On voit dans cet exemple qu’il est supérieur à 10 (signal bleu foncé), on peut donc se positionner à l’achat.



En appliquant ce programme au marché Français (Euronext Grandes Capitalisations), voici le listing obtenu actuellement (date du 02/02/2021, résultat évidemment obsolète dans le futur) :




Ajouter un filtre de tendance



A.C ajoute également deux filtres de tendance pour prendre des décisions :



1) 1 filtre sur le marché (indice quelconque, par exemple le MSCI World) avec la moyenne mobile 200j : il ne s’autorise à acheter que quand le marché est en phase haussière à long terme, donc au-dessus de la MM200.


Cela ne veut pas dire qu’il vend toutes ses positions en dessous, mais simplement qu’il ne fait plus d’achat avec les nouveaux apports d’argent, et qu’il ne remplace pas non plus les positions vendues (qui n’ont plus de Momentum). Sa position cash augmente pendant cette période. Il reprend ensuite les achats lorsque l’indice repasse au-dessus de la MM200. Il démontre dans son livre que cette pratique lui a évité en grande partie les baisses boursières des années 2000 et 2008.

Le principal inconvénient étant parfois les faux signaux (le marché passe sous la MM200, il passe progressivement en cash, le marché rebondit fortement et rapidement, il reste donc à la traine tant que la MM200 n’est pas redépassée).



2) 1 filtre sur les actions avec la moyenne mobile 100j : ce filtre est en complément du score Momentum. Si une action est sous sa MM100 (même avec du Momentum, ce qui est assez rare mais arrive parfois), il la revend. Ça lui permet de couper rapidement ses positions en cas de forte chute des cours (parfois moins d’inertie qu’une perte de Momentum si on part de haut).


 

Situation pratique et application de la stratégie Momentum



Cette partie reprend le détail de toutes les étapes à appliquer dans cet exemple d’une stratégie Momentum. L’objectif est d’établir un process répétable et simple à appliquer.



1) Regarder dans son portefeuille à chaque début de mois les actions qui sont soit avec un Momentum insuffisant (score < 5), soit sous leur MM100. Il faut les revendre.


2) Il faut maintenant redéployer son cash (via ses apports et les ventes effectuées). On regarde donc si le MSCI World est au-dessus de sa MM200. S’il est en dessous, on ne fait rien et on attend le mois suivant. S’il est au-dessus, on va pouvoir faire des achats.


3) Si l’indice est haussier, lancer son screener Momentum et acheter les actions dont le score est > 5 (en commençant par les meilleurs scores) et qui sont au-dessus de leur MM100. Idéalement il faut avoir environ 30 positions en portefeuille (globalement équipondérées), de manière à réduire le risque, sans non plus être trop diversifié.

 

Conclusion




Je précise bien que ce post n’est ni une recommandation d’application d’un filtre Momentum, ni la mise en valeur d’une méthode « miracle ».

Il y a également bien d’autres façons de l’appliquer, je ne propose ici qu’un exemple de cette stratégie. Les périodes utilisées (pour les moyennes mobiles, le calcul des scores…) sont également données à titre d’exemple et ne sont pas nécessairement optimisées. L’idée de ce post est vraiment de donner une base de réflexion, qui pourra ensuite être modifiée, complétée et améliorée selon les gouts de chacun.



Dans ma situation personnelle, je suis intéressé par appliquer un filtre Momentum sur mon portefeuille (uniquement le PEA pour les aspects fiscaux), mais pas exactement de la manière décrite ici. Je souhaite en effet rester sur mon portefeuille orienté qualité/croissance, qui constitue mon univers de départ (et non toutes les actions Françaises ou Us ou autre). Je ne vais donc pas acheter des actions en dehors de ma liste même si leur Momentum est bon.

Je souhaite simplement appliquer le filtre Momentum pour faire varier la taille de mes positions. Si une action a un score élevé et est au-dessus de sa MM100, elle sera surpondérée ponctuellement dans le portefeuille. Si une action n’a plus de Momentum ou se trouve sous sa MM100, elle sera sous-pondérée. Il ne s’agit donc pas du tout de faire des ventes totales, mais juste de faire évoluer la taille de la position. Il n’est par ailleurs pas du tout certain que l’application de ce filtre donne de meilleurs résultats qu’une pure équipondération des lignes.


----------------------------------------------------------------------------------------------

En espérant que cela puisse aider ceux qui souhaitaient mettre en place une telle stratégie mais qui ne savaient pas comment l’appliquer.

A bientôt

Hors ligne Hors ligne

 

#738 05/02/2021 18h48

Membre
Réputation :   112  

Merci pour ce long message décrivant bien les étapes de sélection.
Que pensez-vous du comportement des ETF Momentum type IEMO ?
N’est-ce pas un "bon" moyen de ne pas choisir entre value et growth suite à un crash ? En effet, lorsque tout paraît en "solde" on a du mal à identifier ce qui remontera le plus vite.
(Par hasard depuis le 19/02/2020)

Hors ligne Hors ligne

 

#739 05/02/2021 23h25

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   553  

En ce qui me concerne, lorsque je cherche à screener via le momentum, je vais au plus simple : filtre pays, % de croissance sur les 6 derniers mois en classement décroissant. Les penny stocks et titres ultra volatiles sont en général très rapidement identifiés (cours, nom, graph), et on s’arrête à ce qui a significativement surperformé le marché sur la période (de l’ordre de 10 ou 20% en fonction du momentum du marché lui-même). L’interface de Saxo trader go, pour tous les défauts qu’elle a, se prête très bien à ce travail, avec la liste à gauche et le graph/détail de la valeur à droite


Là avec la Finlande, on se rend compte que la première valeur qui ressort est une penny stock qui a rincé ses actionnaires les 5 dernières années et opère un retour en grâce très récent ; a priori plutôt à éliminer d’office.

Pour les marchés européens, qui ne comprennent généralement que quelques centaines de titres exploitables, cela fonctionne très bien.
Pour les US, beaucoup trop de valeurs, il faut filtrer certains secteurs (biotech, minières) et éliminer les caps <200 ou $300M, voire 500. On va donc louper pas mal de valeurs, mais ce n’est pas très grave, car aux US le réservoir de surperformance se trouve dans les big caps, ce qui est l’exact inverse de l’Europe.
Pour l’Australie il faut éliminer les minières.

Hors ligne Hors ligne

 

#740 06/02/2021 09h31

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   550  

@Patience

Bonjour,

C’est une possibilité, mais un ETF Momentum ne fonctionne pas exactement de la même manière (et donc ne donne pas les mêmes résultats) :

– Un ETF Momentum ne contient que les grosses capitalisation (on enlève donc les mid&smallcaps, or ce sont des actions qui peuvent avoir une forte croissance et dont l’approche Momentum fonctionne encore plus efficacement).

– Un ETF Momentum (type Ishares) combine le score Momentum et la capitalisation boursière : cela veut dire que si une entreprise est 2x plus grosse, elle peut se permettre d’avoir 2x moins de Momentum, ce qui dégrade fortement les résultats. Idéalement il vaut mieux avoir un portefeuille équipondéré plutôt que classé par capitalisation. Il n’y a pas de raison par exemple que Apple pèse 10x plus qu’Adobe dans une stratégie Momentum si sa progression est moins forte ou similaire.

N’est-ce pas un "bon" moyen de ne pas choisir entre value et growth suite à un crash ? En effet, lorsque tout paraît en "solde" on a du mal à identifier ce qui remontera le plus vite.

Je pense que pour jouer un rebond après un krach il vaut mieux rester neutre et privilégier un simple ETF World car comme vous le dites il est impossible de savoir ce qui va rebondir le plus fort. Par ailleurs, le Momentum est toujours en retard avec de l’inertie de par sa méthode de calcul, donc ce n’est pas forcément celui qui rebondira le plus vite (même si en général les actions dans le haut du classement ont un beta > 1 donc varient plus vite que le marché).

@Corran

Comme je le disais dans le post, le problème de la performance pure c’est qu’elle ne tient pas compte de la volatilité donc n’est pas un parfait indicateur (un filtrage Sharpe donnerait peut-être de meilleurs résultats).

Sur ProRealtime il est possible de filtrer sur des indices larges (par exemple NYSE 200 et Nasdaq 200) ce qui évite les SmallCaps qui varient dans tous les sens.

Dernière modification par MrDividende (06/02/2021 09h33)

Hors ligne Hors ligne

 

#741 06/02/2021 10h16

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   553  

Le graph rend vite compte de la volatilité.
Il existe pléthore d’ETF momentum sur les small et mid caps, c’est juste qu’il n’y en a quasiment aucun UCITS.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #742 12/02/2021 19h01

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   553  

doubletrouble, le 10/01/2021 a écrit :

@Nemesis : Franchement, je pense que Northern Data ne vaut même pas une demi louche (touillette ?).

Northern Data ? A Shady Bitcoin Mining Host, camouflaging under High Performance Computing/Artificial Intelligence Story – NorthernDataQuestioned

Ca sent vraiment trop mauvais et contrairement à un NKLA accessible aux RobinHooders, je ne vois pas les investisseurs allemands envoyer cette action jusqu’à la lune.

A la faveur de la montée du bitcoin, les 5 Northern Data qui me restent ont baggé aujourd’hui. Ne jamais sous-estimer la crédulité et la cupidité des petits porteurs sur des small caps smile

Petit point sur le match Descartes-Tecsys : +8% YTD vs +28% YTD
L’un comme l’autre sont toujours mieux que Kinaxis qui est à -3%

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #743 12/02/2021 20h40

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   550  

J’avoue que je n’ai pas osé mettre mes billes sur Northern Data !

J’ai raté ce bagger mais j’ai réussi à avoir Daqo Energy qui a doublé en YTD pour me consoler !

Sinon même si je perds pour le moment le pari sur Descartes mes autres paris scandinaves se passent à l’excellence :

La quasi-totalité des entreprises en top de screener (MIPS, Revenio, Chemometec, GN Store, QT Group, Embracer, Evolution Gaming Group, Instalco…) ont toutes faites des publications remarquables et ont pris entre 10 et 20% dans la journée de la publication. (Je pourrais aussi rajouter Adyen, ASML et Sartorius dans la liste).

Il n’y a que Talenom, Admicom et BHG qui pour le moment semblent décevoir.

J’espère que d’autres personnes ont pu également en profiter !

Dernière modification par MrDividende (12/02/2021 20h42)

Hors ligne Hors ligne

 

#744 12/02/2021 21h50

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   161  

corran a écrit :

A la faveur de la montée du bitcoin, les 5 Northern Data qui me restent ont baggé aujourd’hui. Ne jamais sous-estimer la crédulité et la cupidité des petits porteurs sur des small caps smile

Oui mais ça pourrait faire 0 aussi :-)
Même si vu l’ambiance actuelle, les chances sont plutôt de votre côté en effet…

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #745 14/02/2021 09h49

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   550  

Mise à jour du Screener 14/02/2021


Bonjour à tous,

Voici une mise à jour du screener.

J’ai retiré quelques petites entreprises dont les domaines d’activités sont un peu redondants, ainsi que certaines valeurs Chinoises « douteuses » dont il est difficile de croire à l’honnêteté des publications.

J’ai également ajouté pour chaque valeur "World" sur quelle place je l’ai acheté comme je recevais souvent la question (F= Francfort).

Pour info les "*" signifient que j’ai remis à jour les fondamentaux (ZoneBourse) avec les dernières publications.

----------------------------------------------------------------------------------------------

Voir ce message pour comprendre comment tous les scores et indicateurs sont calculés.

----------------------------------------------------------------------------------------------

Voici le résultat global que j’obtiens pour la partie Europe :






----------------------------------------------------------------------------------------------

Voici le résultat global que j’obtiens pour la partie US :






----------------------------------------------------------------------------------------------

Voici le résultat global que j’obtiens pour la partie World :





----------------------------------------------------------------------------------------------

A bientôt (et bonne Saint Valentin smile )

Dernière modification par MrDividende (14/02/2021 09h50)

Hors ligne Hors ligne

 

#746 14/02/2021 21h38

Membre
Réputation :   48  

Bonsoir

Bravo pour ce suivi.
Je ne comprends pas mal la FV d’Adyen qui me semble déconnectée du réel.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #747 14/02/2021 22h59

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   550  

Bonsoir,

Et pourquoi la valorisation d’Adyen vous semble t’elle déconnectée ?

On est quandmême sur une entreprise qui a une croissance annuelle de 30%, des marges énormes (marge nette de presque 50%) et en croissance, un cash-conversion très élevé, un bilan béton avec plus de 2 années de CA en cash…
Sans oublier que l’entreprise publie souvent au dessus du consensus (comme encore une fois cette année).

Ça fait quandmême de sacrés atouts, et ce qui est rare est cher.

Avec une capitalisation de 66 Milliards d’euros, elle est vraiment dans la cours des grands. Si la valorisation était si stupide que ça, je ne pense pas que les milliers d’intervenants financiers l’auraient manqué. Je pense qu’il faut parfois faire confiance au marché qui n’est pas toujours si irrationnel qu’on le prétend.

Même à 500€ il y a quelques années, beaucoup disaient que l’entreprise était hors de prix. Pourtant elle a fait x4 depuis (et je pense que c’est mérité). Lorsqu’on considère qu’une valeur est constamment trop chère, c’est souvent bon signe. J’irais même jusqu’à dire que c’est certainement un excellent critère d’achat.

Hors ligne Hors ligne

 

#748 15/02/2021 00h49

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   285  

Je veux pas etre mechant mais honnete.  C’est le discours typique de fin de bulle. On peut changer Adyen par Aol en 99 c’est pareil.

Hors ligne Hors ligne

 

#749 15/02/2021 05h51

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   207  

Adyen est une belle entreprise de croissance et +30% annuel dans les prochaines années n’est pas impossible. Mais le x4 des dernières années c’est surtout x3 les 12 derniers mois, est ce vraiment "mérité"?

Hors ligne Hors ligne

 

#750 15/02/2021 08h29

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   550  

Je veux pas etre mechant mais honnete.  C’est le discours typique de fin de bulle. On peut changer Adyen par Aol en 99 c’est pareil.

Je comprends vos arguments, mais je ne partage pas votre avis. C’est aussi ce qui fait l’intérêt de l’investissement (on n’achète pas tous les mêmes entreprises).

En 99 les entreprises internet ne fesaient pas de bénéfices, avaient juste « .com » dans leur nom, et surtout comme personne ne connaissait le domaine on n’avait aucune vision précise avec recul de la potentielle rentabilité future de ce genre de business.

Aujourd’hui c’est quandmême un peu différent car le secteur est connu (et donc ce n’est plus « nouveau »), les profits sont biens réels et en croissance.

La visibilité est également élevée. J’ai du mal à imaginer qu’on arrête du jour au lendemain les achats en ligne, les paiements par CB. Donc a priori la boite continuera à gagner de l’argent. Je peux totalement me tromper, mais en tout cas c’est un parti pris. Je précise également qu’Adyen représente moins de 2% de mon portefeuille action.

Dernière modification par MrDividende (15/02/2021 08h34)

Hors ligne Hors ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Discussions similaires à "portefeuille d'actions de mrdividende"

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur