Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ? Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

#326 02/06/2020 01h02

Membre
Réputation :   12  

MrDividende, le 31/05/2020 a écrit :

Astuce pour mettre des entreprises Américaines du S&P500 dans votre PEA

Très intéressant cette petite astuce, je ne suis pas encore à ce stade mais je garde ça en tête pour plus tard !

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 4   [+13]    #327 06/06/2020 10h30

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   313  

Bilan du début d’année et leçons apprises de la crise


Les marchés boursiers sont extrêmement complexes. Je considère donc que nous avons toujours à apprendre, quel que soit notre niveau de connaissance, et cela chaque année. Ceci est vrai pour tout le monde.

Je pense donc qu’il faut constamment faire preuve d’humilité et d’esprit critique pour se remettre en question et continuer de progresser.

Ce début d’année a été riche en apprentissage pour moi et je souhaite partager ici ce que j’ai appris, à travers 6 points.

---------------------------------------------


1)Choisir les bonnes entreprises



Tout d’abord, je me sens bien plus à l’aise avec mon picking actuel que celui d’avant la crise.

Celui-ci était initialement très axé sur la France (pour des raisons fiscales avec le PEA) et sur des entreprises avec des rendements plus ou moins élevés. En y réfléchissant bien maintenant, c’est tout ce qu’il ne faut pas faire, surtout lorsqu’on est jeune.

-> la fiscalité ne doit jamais être le choix n°1 lors d’un investissement. Il faut privilégier la qualité ainsi que l’espérance de gain, puis ensuite regarder la fiscalité. Il vaut clairement mieux payer 30% de fiscalité sur 100% de gain que 0% sur un gain de 20%…

-> le rendement du dividende ne doit jamais motiver l’achat d’une entreprise (en phase de capitalisation en tout cas). Ce qui explique la hausse des actions (et dans une moindre mesure celle des dividendes) est la croissance des profits et la qualité des fondamentaux. C’est donc la seule chose à laquelle il faut prêter attention lorsqu’on analyse une entreprise.

---------------------------------------------

2)Performance globale du portefeuille



Ensuite, d’un point de vue performance, je constate que mon portefeuille PEA fait bien mieux que le CAC40 et que les indices Européens.

Cela renforce mon opinion qu’en faisant preuve d’un bon stock picking vers des entreprises de qualité et de croissance, l’Europe est une zone géographique facile à battre.

En effet, c’est une zone où l’économie est assez mature et avec une faible croissance. En surpondérant la qualité et la croissance, il est possible de faire mieux que le marché à la hausse ainsi qu’à la baisse.

Néanmoins, cela me semble bien plus compliqué aux US. Mon portefeuille fait globalement jeu égal avec le S&P500. La bourse Américaine me semble donc beaucoup plus difficile à battre. Cela s’explique justement (à l’inverse de l’Europe) par le poids très important des entreprises de croissance dans leurs indices.

On voit d’ailleurs dans le MSCI USA que les tech représentent 25% de l’indice (en réalité 35% si l’on rajoute Amazon en consumer discretionary et Alphabet/Facebook en telecom), alors qu’en Europe c’est 7%. Les bancaires, l’énergie, l’industrie… représentent également un poids plus important en Europe.



MSCI USA :

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/20899_msci_usa_secteurs.png

MSCI Europe :

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/20899_msci_europe_secteurs.png

On peut aussi imaginer que le marché Américain est beaucoup plus efficient car le nombre d’intervenants y est bien plus élevé.

Il serait donc « logique » de faire du stock picking pour la partie Europe, et de prendre un ETF pour la partie US (mais je continue d’espérer qu’il est possible de faire mieux, time will tell).

---------------------------------------------

3)Ne surtout pas sous pondérer les US



Ce point découle du précédent mais me semble très important.

Beaucoup de portefeuilles (dont le mien) sous performent le MSCI World non par car le stock picking est mauvais, mais parce que quasiment tout le monde sous pondère les US et les GAFAM. C’est une grave erreur de parier contre les US car malgré tout, cela reste le pays de la finance, du dollar et de la création de valeur. Cela devient de plus en plus vrai avec le développement de l’informatique et d’internet.

Avec les taux bas, les valeurs de croissance vont continuer de survoler le marché. Comme tous les calculs de valorisation (DCF etc..) sont basés sur des actualisations liées aux taux d’intérêts, une baisse des taux entraîne une meilleure valorisation des actions de qualité et de croissance.

---------------------------------------------

4)Attention au PER



Le PER est un faux ami. Lorsqu’on le regarde, il est toujours trop élevé pour les belles entreprises ce qui nous pousse à ne jamais les acheter. Néanmoins, il a un gros biais car il ne prend pas en compte les fondamentaux de l’entreprise. C’est pour cela que je regarde maintenant le PEG (Price Earnings Growth) inventé par Peter Lynch.

Ce ratio se calcule en divisant le PER par le taux de croissance annuel moyen d’une entreprise. Par exemple une entreprise avec un PER de 20 qui croit de 10% par an a un PEG = 20/10 = 2

Il vaut donc mieux avoir une entreprise avec un PER de 20 et une croissance de 10% (PEG = 2) qu’une entreprise avec un PER de 15 et une croissance de 5% (PEG = 3).

Peter Lynch considérait qu’une entreprise devait avoir un PEG <1 pour ne pas être trop chère. Autrement dit PER doit être inférieur ou égal à la croissance : une entreprise qui croit de 5% (soit plus de 50% des boites en Europe) devrait donc avoir un PER < 5.

C’est globalement irréaliste à notre époque, je pense que la baseline devrait être autour de 3 actuellement (une entreprise qui croit à 5% devrait avoir un PER de 15, une entreprise qui croit à 10% devrait avoir un PER de 30…).

Toujours est-il que ce ratio est intéressant pour comparer les entreprises. Comme évoqué dans l’exemple plus haut, un PER élevé n’est pas toujours signe de cherté.

Voici un exemple venant de mon screener :

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/20899_per_vs_peg.png


On peut voir que Worldline et ASML Holding ont un PER bien plus élevé que L’Oréal, mais leur croissance est bien plus forte. En terme de PEG elles sont moins chères.

Téléperformance et L’Oréal ont globalement le même PER mais pas du tout le même PEG.

---------------------------------------------


5)Se concentrer sur les secteurs d’avenir et défensifs



Le buy&hold nécessite comme son nom l’indique de conserver sa position tout en accompagnant au fil des années la croissance d’une entreprise pour espérer obtenir à la longue obtenir une bonne PV.

Il faut donc que sur un cycle complet et un grand nombre d’années, l’entreprise en question arrive à croitre et à augmenter ses bénéfices. Or pour les cycliques, on revient à chaque crise 10 ans en arrière ! Ce n’est clairement pas possible en buy&hold. À la limite pour jouer un rebond CT ok, mais vraiment pas en buy&hold.

Il faut donc concentrer son portefeuille sur les secteurs peu cycliques et d’avenir, ceux qui fonctionneront quel que soit le cycle économique.

Jusqu’à maintenant, ces secteurs étaient pour moi la santé et la consommation de base (consumer staples).

La grande révélation pour moi de cette année est que la technologie est clairement devenue un secteur défensif. Non seulement elle occupe une place de plus en plus grande dans nos vies, mais devient maintenant un besoin primaire. Nous avons autant besoin d’internet que de manger (ou presque).

J’ai récemment eu une coupure internet de plusieurs jours, et cela implique beaucoup de choses : plus de recherches web, plus de télétravail, plus de netflix, plus de téléphone (très peu de 3g chez moi)…

Avec cette crise, on voit clairement que tous les business qui ont du mal sont ceux liés aux produits physiques, alors que ce qui cartonne est le dématériel, les services.

Pour ceux qui avaient du mal à croire au e-commerce, je pense que c’est maintenant difficile de revenir en arrière. Idem pour le télétravail, le cloud etc…

On constate également, pour prendre l’exemple des GAFAM, que leur croissance se moque du chômage. En effet, celles-ci arrivent à créer une richesse énorme mais avec très peu d’employés.

Si on prend Google, Facebook, Apple et Microsoft (j’exclue volontairement Amazon à cause de ses entrepôts), cela fait au total 430 000 employés pour une capitalisation de 4500 milliards $ (soit plus de 2 fois le PIB de la France uniquement réalisé par une ville de la taille de Lyon.

À l’inverse, une entreprise comme Sodexo a 470 000 employés (comme les 4 entreprises) pour une capitalisation de 10 milliards €

Autrement dit, la richesse du 21e siècle est loin d’être proportionnelle au nombre d’employés. Évidemment si tout le monde est au chômage les pubs Google et les achats Amazon baisseront, mais vous comprenez l’idée.

Bref, tout cela pour dire que la technologie est devenue maintenant un secteur défensif qui a très peu baissé avec le covid, et qu’il faut donc avoir les principaux acteurs en portefeuille.

  ---------------------------------------------


6)Placer son cash sur des supports liquides même s’ils ne rapportent rien



Le cash a deux rôles très importants à jouer. D’une part, il sert évidemment de réserve de sécurité en cas d’imprévus. Cela évite de sortir de l’argent de ses actifs pour faire des dépenses.

Ensuite et surtout, il sert également à être rapidement investi pour profiter des baisses de la bourse. Lorsque la bourse chute fortement, il est intéressant et recommandé d’utiliser une partie du cash disponible pour investir à bon prix.

C’est sur ce deuxième point que j’ai des regrets. J’avais une bonne réserve en AV sur des supports immobiliers (OPCI) pas ultra liquides, surtout si l’on rajoute les temps de traitement assez longs des assureurs. Au plus bas de la crise (fin Mars) je voulais faire un gros apport en débloquant l’AV mais les fonds ont été très longs à arriver (presque 3 semaines). J’estime la perte à environ 15-20%, ce qui est assez énorme. Tout ça pour avoir voulu gratter 3-4% par an sur le cash sur des supports au final relativement peu rémunérateurs.



Conclusion : mieux vaut laisser son cash sur des supports très liquides (livrets etc) même si peu rémunérateurs. Le manque à gagner en cas de baisse des marchés est sinon trop élevé pour le maigre gain espéré ailleurs.


---------------------------------------------


Voilà pour ce que j’ai appris sur ce début d’année, je vous conseille à tous de faire ce genre de liste et de la regarder de temps à temps afin de faire le point, de progresser, et de ne pas refaire les mêmes erreurs.

Après tout, se tromper n’est pas grave si cela enseigne quelque chose. Commettre plusieurs fois la même erreur est en revanche inacceptable.

Hors ligne Hors ligne

 

#328 06/06/2020 23h43

Membre
Réputation :   43  

Merci MR Dividende pour votre partage.

1)Choisir les bonnes entreprises.

Je suis tout à fait d’accord avec vous. J’ai moi aussi sauté le pas grâce à vos conseils lors de cette crise. J’en ai profité pour réorienter mon portefeuille vers des valeurs de croissance avec un dividende plus faible que celle que j’avais selectionné au départ. J’ai désormais beaucoup plus confiance dans les valeurs que je possède.

Je me suis un peu précipité en remplissant mon PEA intégralement, j’aurai du ponderer avec mon CTO pour me diversifier sur des valeurs US. Il en découle les points 2 et 3 à améliorer pour la suite.

4)Attention au PER


Sur quelle site récupérer vous le PEG ? Il y a de grosses différences d’un site à l’autre j’ai l’impression.

Bloomber PEGY de l’année = 4.5
www.bloomberg.com/quote/MC:FP

Morningstar PEG = 3.51 pour 2019 et actuellement de 6.51
www.morningstar.com/stocks/xpar/mc/valuation

Simplywall PEG = 4.1
simplywall.st/stocks/fr/consumer-durabl … nne-shares

6)Placer son cash sur des supports liquides même s’ils ne rapportent rien


Le fait d’avoir du cash sur des fonds euros Boursorama exclusif m’a permis de disposer de l’argent au bout de 48h. Cela aurait été beaucoup plus long chez Spirica ou Suravenir. Cela peut etre une alternative fiable pour grappiller 1 ou 2% sur un fond euro.

D’un autre coté j’étudie une autre alternative qui peut sembler idiote. Placer mon cash sur un ETF world que je suis en AT sur 1 jour avec une alerte. Dés que les prix passent sous la MA200 je vends. c’est du buy and hold car les deux dernières fois où les prix sont passés dessous c’était lors de la crise COVID et celle de fin 2018. Entre temps, on profite des bons résultats. Qu’en pensez vous ?

Quelle pourcentage de votre capital ou somme allouez vous au cash ?

Dernière modification par gandolfi (06/06/2020 23h44)


PARRAINAGE : BINCK, DEGIRO, ING, BOURSORAMA, MES-PLACEMENTS.FR - MESSAGE

Hors ligne Hors ligne

 

#329 07/06/2020 09h35

Membre
Réputation :   27  

Hello MrDividende,

Merci pour ce feed-back personnel et plein de bon sens smile

Par rapport aux dividendes, j’ai l’impression que c’est le passage obligé d’apprentissage. Au début, on surpondère trop le gain court-terme (les dividendes) et pas suffisamment le long-terme (la croissance). Or, lorsqu’on investi sur le long-terme, il faut aligner la méthode avec l’objectif. J’aime considérer aussi le dividende comme une conséquence de la bonne performance de l’entreprise et non comme un objectif. Celui-ci croîtra si l’entreprise réalise de beaux bénéfices. D’ailleurs un dividende élevé et souvent révélateur d’un risque éventuel sur le titre (justifié ou non). De plus, le dividende rémunère en partie l’état (en tout cas en Belgique, vu que les plus-values ne sont pas - encore - taxées).

Quant à l’analyse de la valorisation, j’aime bien aussi utiliser un ratio EBIT/EV en parallèle qui permet de mettre en avant les sociétés moins endettées (un endettement élevé augmente l’EV ce qui pénalise le ratio). Je préfère personnellement utiliser le ratio dans ce sens que dans l’autre (EV/EBIT) car il exprime mieux la rentabilité de la société. Mais c’est une question de goût smile J’utilise plutôt l’EBIT car l’EBITDA favorisera les entreprises qui nécessitent de gros investissements en capitaux (en retirant les amortissements du ratio).

Par rapport aux USA, je suis entièrement d’accord avec vous. Mais en suivant cet argument, il faudrait aussi commencer à investir sur des entreprises chinoises (je commence à m’y intéresser). Ray Dalio a écrit une série d’articles très intéressants (Principles by Ray Dalio - Promotion for the new Changing World Order series) qui montre comment la Chine est en train de devenir le nouvel état dominant du monde.

Voilà ma petite contribution à votre feed-back personnel :p

Je continue à suivre votre portefeuille, vos analyses sont intéressantes smile

Hors ligne Hors ligne

 

#330 07/06/2020 09h37

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   194  

Le PEGY est une variation du PEG auquel on ajoute le dividende, il est utilisé par Peter Lynch.

D’un site à l’autre, Le PEG est différent, car pas calculé de la même façon.
Quelle est la croissance projetée sur un an, sur 3 ans, moyenne, médiane, maximum, minimum?
Le P/E utilisé n’est pas non plus nécessairement le même.

Hors ligne Hors ligne

 

#331 07/06/2020 11h09

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   313  

@Gandolfi :

Sur quelle site récupérer vous le PEG ? Il y a de grosses différences d’un site à l’autre j’ai l’impression.

Je ne récupère pas le PEG mais le recalcule avec mon screener. Pour éviter les résultats aberrants et les fluctuations, je lisse les données et utilise des moyennes pour le calcul. Je pense que la plupart des sites utilisent BNA de l’année et la croissance sur le dernier exercice. Or pour la grande majorité des entreprises, le BNA de l’année est faussé à cause du corona (BNA faible donc PER élevé donc PEG élevé).

De mon côté, pour les earnings je moyenne les BNA de l’année dernière, de cette année et de l’estimation pour l’année prochaine. Cela donne globalement de biens meilleurs résultats. Pour la croissance je prends la croissance moyenne sur les 3 dernières années + estimation sur les 3 suivantes.

D’un autre coté j’étudie une autre alternative qui peut sembler idiote. Placer mon cash sur un ETF world que je suis en AT sur 1 jour avec une alerte. Dés que les prix passent sous la MA200 je vends.

Facile à dire, compliqué à appliquer. La psychologie intervient énormément dans ce type de trading. Je suis passé par là, les résultats sont globalement décevants. Si c’était si facile à appliquer, tout le monde serait 100% ETF en mode suivi de tendance (achat au dessus des MM, rester en cash en dessous). Le gros problème c’est qu’il y a beaucoup de faux signaux et qu’on est souvent en cash lors des rebonds qu’on loupe en grande partie. Ensuite on se dit « mince j’ai raté le rebond, bon je reste cash en attendant c’est trop tard ça va rebaisser ». Et là c’est pas le rebond qu’on loupe, mais toute la hausse.

Quelle pourcentage de votre capital ou somme allouez vous au cash ?

Je ferai très prochainement une mise à jour de ma présentation avec une description de mon patrimoine par support. Mais globalement je garde très peu de cash et suis toujours en grande partie investi. Il est prouvé que le coup d’opportunité est énorme à attendre en cash.
Généralement ce que je fais en cas de krach (hors cette AV ce qui était exceptionnel), j’utilise le cash de mon fond d’urgence pour le placer sur mon CTO et profiter de la baisse. Les mois suivants je réduis mes investissements pour régénérer le cash. J’utilise également les crédits bourso parfois (fin 2018), ou je demande une petite avance de cash à ma compagne qui investit moins.

@Twanou :

Quant à l’analyse de la valorisation, j’aime bien aussi utiliser un ratio EBIT/EV en parallèle qui permet de mettre en avant les sociétés moins endettées (un endettement élevé augmente l’EV ce qui pénalise le ratio).

J’utilise déjà la trésorerie/dette dans mon screener via la valeur du leverage pour donner un bonus/malus dans le fair price des entreprises. Le PER et PEG sont uniquement utilisés pour calculer le score Value du screener. Ce sont beaucoup d’autres critères qui me permettent de calculer le Fair Price : PER vs historique, rendement vs historique, FastGraph, PSR vs historique, utilisation des min/max 52s et utilisation du leverage.

Par rapport aux USA, je suis entièrement d’accord avec vous. Mais en suivant cet argument, il faudrait aussi commencer à investir sur des entreprises chinoises.

Pas nécessairement, la Chine ne fait pas encore partie des pays développés et ne représente donc rien dans le World. Je prendrais peut-être lorsqu’elle sera considérée comme un pays développé, mais pas avant. Quoi qu’on en dise, ce n’est pas une telle évidence que la Chine écrase tout à CT-MT. Sinon cela se verrait sur le prix des marchés émergents, ce qui n’est pas le cas actuellement.

Dernière modification par MrDividende (07/06/2020 11h20)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #332 08/06/2020 00h20

Membre
Réputation :   28  

Les entreprises chinoises du numérique (Alibaba, Baidu, Tencent…) ont du mal à conquérir des parts de marché à l’international, face à Amazon, Google et Facebook.

Cependant certaines entreprises chinoises du hardware sont en train de conquérir les marchés internationaux.

Parmi les 5 plus grands constructeurs de smartphone dans le monde, trois entreprises sont chinoises : Xiaomi, Huawei, Oppo.

Xiaomi est en très forte croissance et propose des smartphones haut de gammes très compétitifs en terme de prix même si sur le long terme on peut émettre des doutes sur sa stratégie de dumping.

Dernière modification par Pancake (08/06/2020 00h29)

Hors ligne Hors ligne

 

#333 08/06/2020 10h02

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   313  

Bonjour Pancake,

J’ai une très mauvaise connaissance des entreprises asiatiques contrairement à la cote Française et Américaine que j’ai analysées en grande partie.

Les entreprises Chinoises m’intéressent peu pour le moment.
Je compte juste posséder une petite part de Tencent via la holding Prosus (PEA) et pourquoi pas quelques actions Alibaba car coté au NYSE.

Dernière modification par MrDividende (08/06/2020 10h16)

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #334 08/06/2020 11h21

Membre
Réputation :   78  

Bonjour,

MrDividende a écrit :

Pas nécessairement, la Chine ne fait pas encore partie des pays développés et ne représente donc rien dans le World. Je prendrais peut-être lorsqu’elle sera considérée comme un pays développé, mais pas avant. Quoi qu’on en dise, ce n’est pas une telle évidence que la Chine écrase tout à CT-MT. Sinon cela se verrait sur le prix des marchés émergents, ce qui n’est pas le cas actuellement.

Pancake a écrit :

Les entreprises chinoises du numérique (Alibaba, Baidu, Tencent…) ont du mal à conquérir des parts de marché à l’international, face à Amazon, Google et Facebook.

Je ne suis pas sûr, en tout cas à moyen terme, qu’il faille aborder les entreprises chinoises sous le prisme, "est-ce que les entreprises chinoises vont détrôner les entreprises US et dominer le marché mondial ?"

Sur le secteur tech & e-commerce, ma lecture est plutôt la suivante :
"Le e-commerce est très ancré dans les habitudes chinoises ET le potentiel de croissance est énorme, bien plus qu’en europe voire même aux US". Dans ce contexte, comment nous, investisseurs particuliers, pouvons-nous bénéficier de cette thématique et de ces enjeux ?
Et ma réponse (ça n’engage que moi), est qu’il est et sera très difficile pour les géants US (mis à part quelques exceptions) de pénétrer le marché du e-commerce chinois, sauf à faire des partenariats. Donc autant investir directement sur les géants chinois (e-commerce, cloud, paiements en ligne), en ayant en tête :
1. Les risques inhérents au fait d’investir sur une entreprise chinoise (ex: ADR si côté à NY, menace de délisting par le sénat US, incertitudes dû au régime politique chinois,etc…)
2. Investir sur les entreprises chinoises, c’est avant tout prendre le train de la croissance du e-commerce et de la digitalisation en chine, plutôt que jouer la domination mondiale chinoise.

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 2    #335 08/06/2020 11h38

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   614  

En attendant… on peut aussi prendre un etf comme VFEM/VDEM de Vanguard avec 43% de stocks chinois + 15% de Taiwan…dans la devise préférée - mais il y a bien d’autres choix pour investir sans aller sur des titres vifs - avec un upside interessant versus février 2020

Vanguard: Helping you reach your investing goals | Vanguard

Dernière modification par sissi (08/06/2020 11h43)

Hors ligne Hors ligne

 

#336 08/06/2020 12h03

Membre
Réputation :   16  

Bonjour Mr Dividende,

Suite à votre bilan j’aurais aimé avoir votre avis sur 2 points:

1/ Puisque vous évoquez le sujet du stock picking aux US et la difficulté de faire mieux qu’un ETF, pourquoi vous limitez vous justement dans votre stock picking à des entreprises certes excellentes mais qui font toutes partie du Top 10 en pondération des ETFs sectoriels que vous privilégiez ?
Pourquoi ne pas élargir son terrain de chasse à de bien moins grosses capitalisations mais qui sont également très prometteuses (à l’instar de ce que fait Scipion dans sa quête de surperformer son benchmark de référence sur le long terme) surtout que vous avez analysé une très grande partie de la cote américaine.

2/ Puisque vous évoquez également l’efficience du marché américain, comment réagissez vous lorsque le fair price que vous estimez (pour une société en WL) diffère complètement d’une moyenne d’un consensus d’analystes. Dit autrement, si vous estimez un fair price à 140, que la société cote à 110 et que le consensus analyste à moyen terme est à 100:

        - Est ce que vous vous positionnez en vous disant que vous avez plus confiance dans vos estimations bien qu’artisanales (n’y voyez pas malice car je le fais également) que dans l’intelligence (ou pas) collective des analystes qui disposent d’une meilleure information et d’outils plus "sophistiqués". (peut être  tout simplement vous ne regardez absolument pas la moyenne de fair price estimés par les analystes?)

        - Est ce que vous vous dites que comme le marché est efficient il y a forcément un élément qui vous a échappé et vous restez à l’écart?

L’expression de ma pensée n’est peut être pas très claire mais dans le cas du marché US que vous considérez efficient, quel serait votre horizon de temps pour déterminer si votre stratégie est de nature à vous gratifier d’un total return supérieur à une stratégie full ETF sectoriels (Conso de base, techno, santé) ?

Merci de votre retour,

Bien à vous,

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #337 08/06/2020 12h53

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   313  

Bonjour Selden,

Voici des éléments de réponse à vos questions :

1)

pourquoi vous limitez vous justement dans votre stock picking à des entreprises certes excellentes mais qui font toutes partie du Top 10 en pondération des ETFs sectoriels que vous privilégiez ?

Je pense tout d’abord que mon picking sectoriel est moins risqué que le secteur en question puisque je ne pondère pas du tout de la même manière mon portefeuille vs une pondération par capitalisation. Par exemple, Amazon représente ~35% du MSCI USA consumer discretionary, alors que seulement ~20% de ce secteur dans mon portefeuille.

Dans le secteur de la santé, je suis absent de la plupart des BigPharma (Abbvie, Pfizer, Eli Lilly, Bristo Myers…) au profit des équipementiers médicaux que je surpondère car ils ont une meilleure croissance et sont globalement moins cycliques (moins dépendants des brevets, des phases de résultat clinique…).

Pour la partie Européenne j’introduis maintenant des MidCaps qui ne font pas partie du top10 de chaque secteur.

---------------------------

1bis)

Pourquoi ne pas élargir son terrain de chasse à de bien moins grosses capitalisations mais qui sont également très prometteuses (à l’instar de ce que fait Scipion dans sa quête de surperformer son benchmark de référence sur le long terme) surtout que vous avez analysé une très grande partie de la cote américaine.

J’aime les BigCaps pour les raisons suivantes :

- Elles sont très diversifiées, moins sensibles aux cycles et dégagent des FCF élevés chaque année. Cela leur permet entre autre si besoin d’acheter de nombreuses Small.

Google rachète par exemple chaque année des dizaines de startup, chose qu’une small ne peut pas faire. S’exposer à de telles entreprises est pour moi relativement similaire à posséder un ETF techno ou un fond de small caps techno, voire même s’exposer au private equity avec beaucoup moins de risque.

- Les BigCaps bien gérées croissent au moins aussi vite que les small tout en limitant les risques d’erreur de parcours.

- Mon patrimoine est maintenant fortement exposé à la bourse (environ 80%), le facteur « sleep-well-at-night » est très important pour moi. Il est maximisé lorsque j’achète une BigCaps de croissance avec de beaux fondamentaux.

---------------------------

2)

comment réagissez vous lorsque le fair price que vous estimez (pour une société en WL) diffère complètement d’une moyenne d’un consensus d’analystes.

J’ai déjà répondu en partie à cette question dans ce message. J’ai bien plus confiance dans mon analyse du Fair Price que dans celles des analystes. Tout d’abord parce que je comprends ma méthode, ce qui est primordial car je n’aime pas investir dans ce que je ne comprends pas, et ensuite car les analystes changent de consensus comme de chaussettes. Peter Lynch et Warren Buffett sont d’ailleurs les premiers à dire qu’il vaut mieux ne pas suivre l’avis des analystes.

Si je prends ici l’exemple d’Eurofins Scientific :

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/20899_eurofins_consensus.png

On voit que comme par hasard quand le cours monte, quelques semaines/mois plus tard, le consensus est d’un coup boosté. A l’inverse, quand le prix chute (même sans news) ils accompagnent comme par magie une baisse des estimations. Cela devient presque de l’art divinatoire.

Il y a très certainement des choses que j’analyse mal ou que je loupe, c’est sûr, mais tant que je traite toutes les entreprises avec "la même logique" mon biais personnel est à mon avis en partie gommé.

---------------------------

2bis)

Est ce que vous vous dites que comme le marché est efficient il y a forcément un élément qui vous a échappé et vous restez à l’écart?

En effet, quand je constate une décote >20% je considère que je me trompe et j’évite les renforcements à la baisse dorénavant. J’utilise néanmoins maintenant le critère du min/max 52s en moyennant ces deux valeurs dans le calcul de mon price (pour la partie US uniquement) ce qui permet justement de donner un peu de poids au marché vs mes analyses personnelles.

---------------------------

2ter)

L’expression de ma pensée n’est peut être pas très claire mais dans le cas du marché US que vous considérez efficient, quel serait votre horizon de temps pour déterminer si votre stratégie est de nature à vous gratifier d’un total return supérieur à une stratégie full ETF sectoriels (Conso de base, techno, santé) ?

Ces trois secteurs représentent ~50% de mon portefeuille global, ce qui signifie que l’autre moitié est placée ailleurs.

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/20899_secteur_bourse_062020.png

Je souhaite tout de même être présent sur la majorité des autres secteurs, mais en ne sélectionnant que quelques entreprises qui me paraissent être les meilleures de chaque domaine en terme de croissance/qualité. Je dirais qu’il faut au moins un ou deux ans minimum pour analyser les résultats.

J’ai fait quelques analyses sur SeekingAlpha (car on peut créer son portefeuille et calculer la performance moyenne sur plusieurs périodes) et le portefeuille actuel bat le S&P500 sur presque tous les horizons de temps. Mais évidemment, les performances passées…

1 yr perf : 16% vs 11% S&P500
3 yrs perf : 55% vs 31% S&P500
5 yrs perf : 108% vs 49% S&P500
10 yrs perf : 392% vs 192% S&P500

Dernière modification par MrDividende (08/06/2020 13h14)

Hors ligne Hors ligne

 

#338 08/06/2020 14h58

Membre
Réputation :   58  

Le fait que votre selection batte le SP500 dans le passe ne dit pas grand chose, a part sans doute que vous souffrez potentiellement d’un biais de continuation. C’est d’ailleurs sans doute l’un des grands points fabiles de la strategie dividende par rapport a du passif : penser que les societes solides et performantes que l’on choisit vont continuer a etre solides et performantes. Trop d’exemples recents demontrent le contraire.


Déontologie : je suis la plupart du temps actionnaire et/ou créditeur des sociétés desquelles je parle.

Hors ligne Hors ligne

 

#339 08/06/2020 15h16

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   313  

Bonjour LaurentHU,

C’est justement pour cela que j’ai bien écrit :

Mais évidemment, les performances passées…

Néanmoins, si mon analyse fondamentale récente laisse à penser que les fondamentaux sont toujours bons ET que la performance récente est bonne, il y a tout de même des chances d’espérer que cela continue. Évidemment rien n’est jamais sûr en bourse.

Disons que pour maximiser ses chances, il vaut tout de même mieux mettre les statistiques de son côté.

Il est possible que des entreprises comme Rallye, Eutelsat, CGG, Renault… « cassent la baraque » pour les 20 prochaines années, mais je préfère miser sur LVMH, Microsoft et Amazon.

Dernière modification par MrDividende (08/06/2020 15h23)

Hors ligne Hors ligne

 

#340 10/06/2020 17h00

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   313  

Bilan et répartition de mon patrimoine financier global


Bonjour à tous, pour ceux qui pourraient être intéressés, j’ai mis à jour ma présentation avec publication de mon patrimoine financier global et la répartition de celui-ci sur les différentes classes d’actifs (bourse, immobilier, métaux précieux, cash…).

C’est ici.

Au plaisir d’en discuter.

Hors ligne Hors ligne

 

#341 10/06/2020 17h04

Membre
Réputation :   49  

Bonjour Mr Dividende,

Depuis quand investissez vous en bourse ?

Quel est votre TRI depuis l’origine ?

L’avez-vous comparé avec le TRI obtenu simplement en investissement dans le MSCI World ?

Dernière modification par flosk22 (10/06/2020 17h04)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #342 10/06/2020 19h33

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   313  

Bonjour Flosk22,

J’ai commencé l’investissement en bourse environ au même moment qu’à mon entrée sur le marché du travail, il y a ~ 3 ans et demi.

Voici quelques détails sur le parcours :

2017 : pas vraiment de stratégie mise en place. j’ai commencé à investir (j’appellerais ça maintenant spéculer) via des approches de swing trading / momentum. C’est un gros biais que l’on peut avoir en commençant en bourse à essayer le trading. Ça semble excitant mais la performance est très souvent mauvaise…

Pour la petite anecdote, j’ai tradé les valeurs suivantes aux cours mentionnés :

Dassault Systemes ~ 80€
Sartorius ~ 60€
Asml Holding ~ 115€
Teleperformance ~ 100€
Hermès ~ 450€

J’étais tout heureux de gagner quelques % en quelques jours…

Si j’avais conservé toutes ces valeurs, j’aurais pu doubler voire tripler ma mise sur ces entreprises extraordinaires. Mais quel idiot !

2018 : début de ma stratégie buy&hold dans les valeurs à dividendes, mais les choix n’étaient clairement pas toujours bons. Je précise que je n’avais que des valeurs Françaises en PEA à cette époque (autre biais de débutant à trop concentrer sur la France et manquer les US). La stratégie n’était pas encore totalement bien définie. C’est une année qui m’a permis d’apprendre énormément en lisant des livres, des forums…

2019 : stratégie d’investissement dans les dividendes croissants avec début d’une diversification aux US. Mes choix étaient globalement meilleurs mais un peu trop tirés sur le rendement.

2020 : remise en question de mes choix pour privilégier les actions de qualité et de croissance, sans plus regarder le rendement à l’achat. Forte augmentation de la pondération des US, qui ressemble de plus en plus à un ETF World.

Concernant les performances, je n’ai pas pu remonter à 2017 (mauvaise année à cause du trading) et 2018 (relativement similaire au CAC40) car je ne la calculais pas vraiment.

Depuis 2019, ma performance peut se suivre dans mes reportings mensuels.

Globalement ça donne :

2019 : +25.6%
2020 : -9.10%

Je pense qu’avec ma nouvelle sélection et ma bonne pondération (enfin) des US, mon portefeuille devrait coller au World (et j’espère faire mieux avec la surpondération qualité/croissance).

Dernière modification par MrDividende (10/06/2020 19h57)

Hors ligne Hors ligne

 

#343 11/06/2020 10h41

Membre
Réputation :   0  

Bonjour MrDividende,

Je tiens à vous dire merci pour votre partage de portefeuille car je le trouve très inspirant pour un débutant comme moi. Je crois fort en Unilever et j’ai acquis cette société dans mon portefeuille le mois dernier. Merci à vous de me l’avoir fait découvrir !

Cependant, la News est tombée ce matin :

CercleFinance.com a écrit :

- Unilever annonce un plan d’unification de sa structure juridique sous une seule maison-mère, Unilever PLC, ’créant une entreprise plus simple avec une flexibilité stratégique plus grande, qui est mieux positionnée pour du succès futur’.

Pour rappel, le groupe agroalimentaire et de produits d’hygiène a la double-nationalité britannique (PLC) et néerlandaise (NV) et est donc divisé en deux entités juridiques distinctes cotées séparément à Londres et à Amsterdam.

Dans le cadre de ce plan, les actionnaires d’Unilever NV recevront une nouvelle action PLC pour chaque action NV détenue, ce qui entrainera donc l’absorption d’Unilever NV par Unilever PLC, entité unique qui restera enregistrée au Royaume Uni.

Ce qui veut dire une non-éligibilité d’Unilever au PEA très prochainement…  Qu’en pensez-vous ?

Guillaume

Hors ligne Hors ligne

 

#344 11/06/2020 10h49

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   313  

Bonjour Pongas,

Je n’avais pas vu la news, mais en effet Unilever est une entité juridique complexe à deux nationalités.

Si PLC absorbe NV et que l’unique siège est à Londres, la valeur perdra potentiellement son éligibilité au PEA malheureusement…
Dommage car c’est l’une des plus belles entreprises internationale éligible au PEA !

Nous n’avons pas encore les détails exacts du Brexit. Des pays comme la Norvège par exemple ne sont pas dans l’UE mais éligibles au PEA, peut-être qu’il y aura un tel accord avec le UK mais je ne serais guère optimiste là dessus.

Dernière modification par MrDividende (11/06/2020 10h50)

Hors ligne Hors ligne

 

#345 11/06/2020 15h11

Membre
Réputation :   4  

Bonjour,
Je me permets de rebondir sur Unilever puisque je suis intéressé par la société.

J’ai également vu l’article sur BourseDirect indiquant que « Unilever restera côté à Amsterdam, Londres et New York ».

https://www.boursedirect.fr/fr/actualit … djWTlHcg..

Malgré tout, pouvez-vous me confirmer que l’éligibilité au sein du PEA dépend bien du siège de l’entreprise et donc que celle-ci ne sera sûrement plus éligible?

Merci d’avance pour les éclaircissements.

Jeim

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #346 11/06/2020 15h35

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   313  

Bonjour Jeim,

Une entreprise est éligible au PEA si son siège est dans l’Union Européenne ou en Norvège ou en Islande et est soumise à l’impôt sur les sociétés.

Donc oui, même si Unilever reste cotée à Amsterdam mais que son siège bascule à Londres, elle ne devrait plus y être éligible.
À moins bien sûr qu’un accord soit fait comme avec les deux pays mentionnés plus haut pour conserver l’éligibilité (mais ça m’étonnerais).

Ce qui est pénible c’est que le Brexit n’avance pas vraiment et qu’on ne sait pas quand l’affaire sera bouclée…

Dernière modification par MrDividende (11/06/2020 15h38)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #347 13/06/2020 10h08

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   313  

Mise à jour du Screener 13/06/2020


Bonjour à tous,

Voici une mise à jour du screener.

Modifications apportées depuis la dernière version :


* mise à jour des estimations de CA et BNA pour les années futures selon les dernières prévisions des analystes  -> influence sur le score et le fair price.

* ajout du critère de PSR (price to sales ratio) pour le calcul du fair price -> très utile pour valoriser les entreprises de croissance.

* ajout du critère du min/max 52s (moyenne de ces deux valeurs) pour le calcul du fair price -> de manière à donner plus de poids au marché (efficience ?) et un peu moins aux ratios dans le screener.

* retrait du critère de l’utilisation du rendement dans le calcul du fair price uniquement pour les valeurs Européennes -> le critère ne fonctionne évidemment plus avec des entreprises qui coupent leur dividende…

----------------------------------------------------------------------------------------------

Voir le message rappelant comment les scores sont calculés.
Voir le message rappelant comment l’aspect valorisation est calculé.
Voir le message rappelant comment le juste prix est calculé.
Voir le message rappelant comment le Fair Price 5 ans et le potentiel est calculé.

----------------------------------------------------------------------------------------------

Voici le résultat global que j’obtiens pour la partie Europe :


Classement par score :

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/20899_screener_pea_score1_1206.png
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/20899_screener_pea_score2_1206.png

Vision sur tous les scores (ça fait longtemps) :

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/20899_screener_pea_score1_complet_1206.png
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/20899_screener_pea_score2_complet_1206.png

----------------------------------------------------------------------------------------------

Voici le résultat global que j’obtiens pour la partie US :


Classement par score :

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/20899_screener_cto_score1_1206.png
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/20899_screener_cto_score2_1206.png

Vision sur tous les scores (ça fait longtemps) :

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/20899_screener_cto_score1_complet_1206.png
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/20899_screener_cto_score2_complet_1206.png

----------------------------------------------------------------------------------------------

On remarque d’une manière globale que le marché est redevenu cher (mais ce n’est pas un scoop) et qu’il faut donc choisir ses prochains achats avec précaution.

A bientôt.

Dernière modification par MrDividende (13/06/2020 10h11)

Hors ligne Hors ligne

 

#348 13/06/2020 11h05

Membre
Réputation :   19  

"Choisir avec précaution" ou bien faire grossir sa ligne peu à peu… sachant qu’on place pour un horizon long en acquérant mois après mois des titres.

Hors ligne Hors ligne

 

#349 13/06/2020 12h08

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   313  

Bonjour Canis

Évidemment mais ce que je voulais dire par là c’est que lorsque les prix sont bas on peut globalement être moins regardant sur ce que l’on achète car les chances de hausse sont élevées. En revanche, lorsque le marché est cher il faut être bien plus méfiant et exigeant sur la qualité de ce que l’on achète.

Hors ligne Hors ligne

 

#350 13/06/2020 14h51

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   102  

Bonjour MrDividende.

Si vous considérez que ce n’est pas trop indiscret, pourriez-vous SVP expliciter votre calcul de Fair Price actuel et à 5 ans ? Et donner des exemples de calcul. P.ex. sur un cas où vous obtenez un prix actuel proche du prix constaté ; un cas où c’est très divergent ; un potentiel à 5 ans très fort.

Pour comprendre votre méthode et le cas échéant pour que la communauté puisse vous faire un retour sur sa pertinence.

Hors ligne Hors ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ? Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Pied de page des forums

Don Faites un don
Apprendre le bonheur