Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

[+1]    #1 01/12/2020 19h08

Membre
Réputation :   2  

Bonjour,

Je souhaiterais avoir votre avis pour l’allocation permanente suivante :

14% Liquidités (20% en cash, 80% sur livrets)
18% Or physique
34% Obligations (24% d’ob. indexées sur l’inflation ; 10% d’un mix d’ob. Etat)
34% Actions (17% d’actions françaises value/haut rendement (ex. Total), 10% d’actions ETF MSCI World, et 7% d’actions ETF S&P500)

Les 24% d’obligations indexées sur l’inflation sont logées dans une assurance-vie (Linxea Avenir).
Les 10% d’obligations d’Etat nominales sont logées dans le seul ETF obligataire (Lyxor) éligible au PEA.
Les actions seront détenues dans un PEA.

Je me suis appuyé sur ces portefeuilles permanents :

- Ray Dalio /  Tony Robbins (15% Or ; 40% ob. Etat US LT ; 15% ob. Etat US MT ; 30% Actions US)
- Golden Butterfly (20% Or ; 20% Ob. Etat LT ; 20% Ob. Etat CT ; 20% Actions US ; 20 Actions US small cap value)
- Harry Browne (25% Cash ; 25% Or ; 25% Ob. Etat LT ; 25% Actions US)

En raison des taux nuls voire négatifs, j’ai "troqué" une partie de la poche obligataires pour des obligations indexées à l’inflation, en prévision d’une augmentation de l’inflation. Et en conservant malgré tout 10% d’obligations nominales (sur l’ensemble du portefeuille), au cas où les taux continueraient à plonger en territoire négatif. Cela devient de la spéculation, donc…

Bien sûr, dans les backtests, mon allocation est beaucoup moins performante que les portefeuilles sur lesquels je m’appuie, avec une volatilité beaucoup plus importante, et donc un ratio de sharp moindre.

Mais je me dis que l’âge d’or du portefeuille All Season est terminé, car il reposait sur des obligations qui rémunéraient encore, et une inflation qui baisse (et donc dans ce cas un attrait pour les obligations et les actions représentant 85% de l’allocations). Alors, les anticipations d’inflation sont, a priori, plutôt à la hausse mesurée.

A noter que ce portefeuille serait détenu par des "jeunes" retraités de 66 et 69 ans, avec un objectif long terme (si l’objectif est atteint big_smile), avec des souhaits nombreux, dont ceux de "compenser" l’érosion de la monnaie et des taux, et d’anticiper une baisse des pensions retraite. Le choix de l’assurance-vie repose notamment sur l’abattement à la succession pour les descendants.

Ce qui me gêne, dans ce portefeuille, ce sont les 34% d’obligations, à cause des taux bas (déjà que les liquidités et l’or ne rapportent aucun revenu, cela commence à faire beaucoup). Sachant que ces taux risquent de remonter, donc risque potentiel de sale temps pour les obligations. Mais je ne vois pas par quoi les remplacer, sans faire exploser la volatilité, et en conservant de la diversification (et donc sans s’exposer trop fortement aux actions).

Qu’en pensez-vous ? 34% d’obligations d’Etat, est-ce "judicieux" (peut-être plutôt 30% d’ob. et 38% d’actions ?) ? Et la répartition de ces obligations est-elle sensée ?  Faudrait-il plutôt faire 50-50 entre les TIPS et des ob. LT ?

Pensez-vous qu’il y a un intérêt à souscrire aux 24% d’obligations indexées sur l’inflation dans 2 assurances-vie (Linxea Avenir/Suravenir et Linxea Spirit 2/Spirica, soit via 2 assureurs différents), plutôt qu’une ?

D’avance je vous remercie pour vos avis, car franchement, je m’arrache de la tête les quelques cheveux qu’il me reste.

Dernière modification par FredC (01/12/2020 19h08)

Mots-clés : golden butterfly, portefeuille permanent, ray dalio

Hors ligne Hors ligne

 

#2 02/12/2020 19h46

Membre
Réputation :   26  

Bonjour FredC,

Heureux de voir un autre investisseur intéressé par les portefeuilles permanents, nous ne sommes pas très nombreux sur ce forum.
14%/18/34/34, c’est précis. Tous les portefeuilles de ce genre fonctionnent en partie sur un rééquilibrage soit à date fixe, soit lorsqu’une des composantes varie de trop. Quel serait votre écart toléré ?
18% d’or, 14% cash+34% obligations (soit 48% au total), et 34% actions vous êtes au final très proche d’un portefeuille all weather qui tolèrerait une dérive de 5%.

Vous essayez de tordre l’allocation type du All Weather car vous estimez que les obligations ont des taux trop bas, mais le principe de base de ce type de portefeuille, c’est justement de fonctionner dans tous les cas de figure (inflation, déflation, prospérité, crise.. ). Si vous ne croyez pas à la théorie qui sous tend ce type d’allocation, pourquoi vouloir la suivre ? Si vous pensez que la théorie est bonne, pourquoi vouloir modifier l’allocation (au risque comme vous l’ennoncez d’avoir plus de volatilité et un rendement inférieur)?
Si vous estimez que 55% d’obligation c’est trop à votre goût et que 30% d’action ce n’est pas assez, pourquoi ne pas suivre le golden butterfly stricto sensus plus tôt que modifier une allocation qui a fait ses preuves ?

Au final êtes vous sûre d’être à l’aise avec le concept de portefeuille permanent ?

Dernière modification par DiCiCat (02/12/2020 19h47)

Hors ligne Hors ligne

 

#3 03/12/2020 19h03

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   213  

bonsoir
bienvenue,
je partage d’une certaine manière votre inquiétude sur la poche obligations (c’est pourquoi j’en ai mais sous forme fonds euros par opportunité fiscale je dirais) et aussi par ailleurs la question de Dicicat sur le fait que le portefeuille est lui même fabriqué pour toutes les situations…pas simple d’arbitrer entre les deux.
je me dis peut être que diviser en deux la poche oblig pour allouer la moitié à de l’immobilier pierre papier  diversifié ? je ne saurais backtester cela mais en terme de diversification cela ne doit pas être si mauvais.
au plaisir de vous suivre.


"Ne nous soumets pas à la tentation du stock picking…" - Portefeuille et Mon blog

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #4 07/12/2020 16h24

Membre
Réputation :   2  

Bonjour DiCiCat et skywalker31,

Merci d’avoir pris le temps de me donner votre avis.

En effet, les portefeuilles permanents ne sont les sujets les plus discutés.

Oui, tout à fait, cela tend vers du "All Weather".

DiCiCat, le 02/12/2020 a écrit :

Vous essayez de tordre l’allocation type du All Weather car vous estimez que les obligations ont des taux trop bas

En fait, c’est Ray Dalio lui-même qui affirme :
"Les investisseurs seraient «fous» de détenir des obligations d’État"
Dalio dit que les investisseurs sont `` fous ’’ de détenir des obligations d’État maintenant - Bruxelles.Marketing

Et ici, il propose de préférer les obligations indexées sur l’inflation aux obligations nominales :
Grappling with the New Reality of Zero Bond Yields Virtually Everywhere

Le portefeuille All Weather est en effet conçu pour fonctionner dans tous les cas de figure que vous citez (inflation supérieure ou inférieure aux prévisions, croissance supérieure ou inférieure aux prévisions). La théorie du portefeuille Alle Weather est bonne, mais il y a un cas de figure qui n’est pas pris en compte : les taux nuls ou négatifs.
Ray Dalio a eu cette "chance" de bénéficier de 40 années de taux en baisses mais toujours positifs, et donc d’obligations en hausses constantes pendant cette durée. Cette époque est révolue.

DiCiCat, le 02/12/2020 a écrit :

Si vous ne croyez pas à la théorie qui sous tend ce type d’allocation, pourquoi vouloir la suivre ?

Car je me rends compte dans les déclarations de Ray Dalio que lui-même critique son portefeuille.
Et maintenant que j’ai compris pourquoi, je vais me tourner vers un autre portefeuille, qui me paraît mieux intégrer la problématique des taux bas :

15% Liquidités (20% en cash, 80% sur livrets)
18% Or physique
7% Immobilier (SCPI)
20% Obligations (10% d’ob. indexées sur l’inflation ; 10% d’un mix d’ob. Etat)
40% Actions (20% d’actions françaises value/haut rendement (ex. Total), 15% ETF MSCI World, et 5% ETF S&P500)

Je conserve toujours 20% d’obligations :
- Si jamais les taux continuaient à baisser
- Si jamais l’inflation grimpe
- Pour "amortir" la volatilité de l’or ou des actions.

Cette allocation correspond à 71% de mon patrimoine totale (la résidence principale compte pour 29%).
Les SCPI et les obligations seront logées dans 2 assurances-vie : Linxea Avenir et Linxea Spirit.

"Dans le meilleur des mondes", j’aurais préféré me satisfaire du portefeuille Ray Dalio et me simplifier la vie en profitant d’une volatilité modérée pour une performance très intéressante à mes yeux. Mais nous sommes dans une situation particulière qui nécessite de s’y adapter, aux dires de Ray Dalio lui-même. J’essaie de m’adapter au mieux. Et le Golden Butterfly, avec 40% d’obligations, me paraît aussi surpondéré en obligations (eu égard au contexte actuel), bien que ce portefeuille me plaît beaucoup à la base.

DiCiCat, le 02/12/2020 a écrit :

Au final êtes vous sûre d’être à l’aise avec le concept de portefeuille permanent ?

Oui. C’est juste que je dois me sentir "en phase" avec mon portefeuille. Les portefeuilles All Weather, Golden Butterfly ou les dizaines d’autres qui existent sont des exemples, des repères. Après, chacun peut composer sa propre recette en fonction de sa situation, du contexte et des objectifs.
Mais vous posez les bonnes questions, DiCiCat.

skywalker31, le 03/12/2020 a écrit :

je partage d’une certaine manière votre inquiétude sur la poche obligations (c’est pourquoi j’en ai mais sous forme fonds euros par opportunité fiscale je dirais)

J’ai aussi réfléchis à cela. Puis je me suis dit :
- Posséder un actif pour lequel je suis sûr à l’avance d’obtenir un rendement (garantit, certes) réel négatif n’a pas de sens. Prenons l’exemple d’un fonds en euros rémunéré 2% nets de frais de gestion. Après les 24,7% de fiscalité, il reste environ 1,5%. On est déjà sous l’inflation. Sachant que les taux des fonds en euros vont continuer de baisser. Et sachant qu’a priori, l’inflation va monter notamment pour "solutionner" en partie le problème de la dette ou en conséquence de la politique monétaire.
- Quitte à posséder un actif qui me rapporte peu (ou plutôt qui m’appauvrit en réel), je préfère encore garder mon argent à disposition immédiate dans un livret ou en cash (tant que le cash existe encore…).
- En optant pour un fonds en euros, je perds l’intérêt de "profiter" de la variation des cours des obligations, qui vont peut-être encore monter sur les taux continuent de baisser, et qui vont donc "compenser" les variations à la baisse d’autres actifs à la corrélation négative.
Mais après, cela n’est que mon point de vue, par rapport à ma propose situation. Vous avez sûrement des raisons bien précises pour opter pour un fonds en euros.

skywalker31, le 03/12/2020 a écrit :

je me dis peut être que diviser en deux la poche oblig pour allouer la moitié à de l’immobilier pierre papier  diversifié ?

Ah ben justement, c’est plus ou moins ce que j’ai fait. J’ai abaissé le part obligataire de 34% à 20% du portefeuille financier. Les 14%, je les ai répartis entre 7% de SCPI et 7% d’actions supplémentaires. Je n’ai pris davantage de pierre-papier, car je possède déjà ma résidence principale qui compose à elle seule 29% de mon patrimoine totale, et que je ne souhaite pas trop surpondérer l’immobilier.

skywalker31, le 03/12/2020 a écrit :

je ne saurais backtester

Je ne sais pas si cela a du sens, mais vous pouvez faire des simulations avec des REIT dans Portfolio Visualizer

Hors ligne Hors ligne

 

Discussions similaires à "portefeuille d'actions de fredc (mix ray dalio, golden butterfly, harry browne)"

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur