Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies, sans jugement moral, sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Favoris 1   [+2]    #1 06/04/2019 16h55

Membre (2018)
Réputation :   31  

Bonjour à tous,

Après des travaux de recherches et mise en place, je vous présente mon portefeuille d’ETF actions pour obtenir des avis et remarques avant achat.

Ce dernier s’inscrit dans une répartition globale d’actifs comme suit (hors liquidité/Immobilier RP/Fond AV garanti) :

-ETF Actions : 40%
-Actions ’value’ : 25%
-Immobilier liquide : 20%
-Matières premières : 10%
-Exotique (cryptocurrencies, etc) : 5%

Une répartition majoritairement actions donc (de manière directe ou indirecte) qui devrait se modifier au fil du temps, étant encore très loin de l’âge de la retraite à ce jour.

Aujourd’hui je vous présente donc la partie "ETF Actions" qui va constituer la partie la plus importante.

I) Stratégie globale

a) Mise en place
Ayant un capital disponible, ce dernier va donc servir à faire un premier gros achat selon la répartition indiquée plus bas.
Par la suite, des achats (épargne excédentaire chaque 6 mois) seront effectués pour tenter de garder une allocation proche de celle prévue à la base.

b) Gestion
Concernant la gestion, la stratégie choisie est la plus simple qui soit : "Buy and hold forever".
Aucune application de "momentum", pas d’analyse technique, etc.
Les seules folies que je m’autorise sont l’intégration d’ETF "Equalweight" + le Amundi "Buyback".
J’aurais souhaité avoir des "Equalweight" pour les marchés émergents mais je n’ai pas su en trouver.

c) Frais
Concernant les frais, l’objectif est de rester sous un taux moyen de 0.5% d’expense ratio (TER) au maximum (dans la version présentée nous sommes à 0.39%).

d) Autres facteurs & contraintes
-Varier les émetteurs
-Privilégier la réplication physique
-Privilégier la structure capitalisante
-Le fond doit disposer d’une masse sous gestion importante (> 100 mio idéalement)
-20 lignes maximum, ce qui n’est déjà pas peu ! (frais d’achats immatériels)
-Essayer d’optimiser le tout fiscalement
-Volatilité : La détention étant à très long terme, pas de grande importance concernant ce point (une variation de +/- 30% ne changera rien à ma vie).

II) Allocation

Après réflexion (et parce qu’à un moment il faut faire des choix), j’ai choisi de partir sur une allocation par région, en reprenant le schéma de base de MSCI (l’entreprise qui publie les indices du même nom) :

https://pasteboard.co/I8SWvdo.png

Cette dernière me parait plus simple et plus facile à mettre en place (comparé à une allocation par secteur d’activité par exemple).

Le but est donc d’avoir une répartition sur différents blocs qui représentent différentes régions, avec une pondération plus lourde sur les pays développés.
J’ai voulu aussi accorder une attention particulière à la diversification (voir la colonne "poids importants pays") et intégrer un peu de small caps.

Cela permet d’avoir une bonne diversification et d’avoir une bonne marge de manœuvre pour gérer son exposition et les achats futurs.
Je m’aperçoit que je ne suis finalement pas très éloigné de la répartition du portefeuille "ETF marché" du livre "Créer et piloter un portefeuille d’ETF" d’Edouard Petit (je suis peu être trop léger sur les US … ?).

III) Le portefeuille

https://pasteboard.co/I8SXpXG.png

IV) Premières remarques & problèmes rencontrés

a) Pourquoi ne pas partir sur un ETF MSCI World (et réduire les lignes/simplifier par la même occasion ?
Il y a surement un aspect psychologie / biais cognitif mais la diversification du MSCI World ne me parait pas suffisante.
En effet, placer tout le capital disponible dessus reviendrait (à ce jour) à avoir 62% d’actions US avec quasiment les 10% de l’ensemble placé sur les GAFAM.
Le fait de disposer de plusieurs lignes laisse aussi plus de marge pour la gestion de l’allocation et en cas de vente le cas échéant.

b) Beaucoup de iShares
En menant mes recherches et en constituant le portefeuille je me retrouve avec beaucoup (trop ?) de ETF iShares.
Il est cependant difficile de trouver des substituts, donc si vous avez des suggestions je suis preneur ! smile

c) Manque d’information
Comme vous pourrez le constater, je peine à trouver certaines informations sur le site de iShares, en particulier le domicile du fond (impact au niveau fiscal) et le type de réplication (impact au niveau de la gestion des risques).
Je trouve cela très limite, d’autant plus que sur un certain nombre de fonds et sur le site du même émetteur l’information est présentée sur la première page alors que sur d’autres fonds même en regardant la ’factsheet’ ou autres documents on ne parvient pas à trouver (ou c’est peut être moi qui suis aveugle …)

d) Correlation
Je n’ai pas effectué de backtest pour mesurer la correlation historique.
Si j’en crois le tableau du livre d’Edouard Petit cette dernière devrait être au final assez importante.

e) Couverture devise
Le choix des ETF amène à avoir beaucoup de lignes en dollars, créant un risque devise qu’il faudrait idéalement couvrir.
La aussi, si je m’en remet au livre d’Edouard Petit, les variations en lien avec les devises ne constitueraient pas un risque majeur (cela rajoute surement de la volatilité à court-moyen terme mais comme ici l’objectif est long /très long terme …).

f) Pas assez de capitalisation
Sur la base de cette répartition par régions, j’ai eu du mal à trouver des ETF capitalisants avec des constitutions similaires.
Cela me chagrine quand même car on est loin d’être optimal au niveau fiscal (érosion des intérêts composés et formalités chaque année …)
Si vous avez des suggestions je suis preneur !

g) Trop de financier ?
En regardant la constitution des indices/ETF je m’aperçois que les services financiers sont souvent en tête des positions détenues.
Je ne sais pas si quelqu’un s’est déjà posé la question de l’utilité d’un éventuel short du secteur dans une stratégie globale ?

V) Vos suggestions
Voila, vous savez tout, je suis bien entendu preneur de toutes vos suggestions et remarques sur le sujet.
Je sais qu’il y a quelques connaisseurs en la matière sur le forum et il est vrai que ça me ferait plaisir de vous lire et de connaitre votre avis ! smile

Dernière modification par ElliotAlderson (06/04/2019 17h04)

Mots-clés : allocation géographique, etf, portefeuille

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #2 06/04/2019 20h39

Membre (2016)
Top 20 Année 2022
Top 10 Portefeuille
Top 5 SIIC/REIT
Top 10 SCPI/OPCI
Réputation :   779  

Je suis d’accord avec vous sur un point : l’ETF MSCI World est trop orienté sur les USA.

Par contre, je n’aime pas trop le principe "Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple ?".
On peut gérer un portefeuille avec 4 ETF (EuroStoxx600, S&P500, Russell 2000, émergents). +1 si on veut ajouter le Japon (pas indispensable selon de nombreux investisseurs). +1 si on veut ajouter les petites capitalisations européennes. +1 ou 2 si on veut distinguer les émergents. +1 ou +2 si on veut ajouter certains secteurs (immobilier, technologie par exemple). Avec toutes les options on arrive à 10 ETF.

Rien n’oblige à aller chercher les derniers % de capitalisation ("frontier markets").
Presque tous les investisseurs s’en passent très bien.
Ou alors, si on va jusqu’au bout de la logique, pourquoi exclure le Zimbabwe, pays réputé pour sa bonne gestion ?

Qu’apporte de plus un portefeuille avec 20 lignes, certaines sur des petits marchés ?
Certainement des frais plus élevés. Alors que les ETF "de base" il y a des offres "core" aux frais très faibles.
Quelle est la valeur ajoutée ?

En pratique, avec des ETF iShares "exotiques", il faut vérifier la disponibilité de la documentation en français.
Sinon vous ne pourrez pas les acheter.

Vous ne mentionnez par le fait d’utiliser un PEA.
C’est une contrainte de se limiter aux ETF éligibles, mais à terme un gros avantage fiscal.


Dif tor heh smusma

Hors ligne Hors ligne

 

#3 07/04/2019 17h16

Membre (2018)
Réputation :   31  

Bonjour ArnvaldIngofson,

Merci pour votre retour, très apprécié. Après réflexion je pense que vous avez effectivement raison concernant la partie "frontier markets", je vais supprimer ce bloc qui ne se justifie pas suffisamment en rapport avec le nombre de lignes.
Je pensais aller au bout de mon raisonnement en incluant cette partie mais votre analogie montre en effet que ce n’est pas vraiment faisable.
Cela supprime donc 7 lignes.

ArnvaldIngofson a écrit :

Vous ne mentionnez par le fait d’utiliser un PEA.
C’est une contrainte de se limiter aux ETF éligibles, mais à terme un gros avantage fiscal.

En effet, mais je ne souhaitais pas me contraindre à ce type de compte (je préfère partir de la stratégie et trouver idéalement des lignes éligibles PEA au lieu de l’inverse).
Le plafond légal pose aussi une limite (il ne serait pas possible de placer le 100% des lignes sur un PEA car le plafond serait dépassé).

Cela m’a fait réfléchir et m’a amené à lire sur les ETF synthétiques (risques véritables, structures différentes, etc.).
Je pense en intégrer quelques uns au final pour maximiser le PEA mais tout en gardant plus de la moitié en réplication physique (je suis peut être parano ; Une discussion sur le forum traite en long et en large du risque systémique avec des arguments en pour/contre - Ne me considérant pas expert en la matière j’ai du mal à me faire une opinion sur le sujet).

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 2   [+3]    #4 06/09/2021 19h50

Membre (2018)
Réputation :   31  

Bonjour à tous,

Après un long moment d’absence et actuellement en vacances, je me suis dit qu’il pourrait être sympa de poster une première mise à jour mon portefeuille (après 2 ans, ce serait bien la moindre … :-) ).

Pour faire suite au premier post que j’avais écrit en 2019, le portefeuille a finalement pris une direction et un objectif plus diversifié que prévu à l’origine (en particulier incorporation d’obligations / investissements similaires) mais en restant assez proche de l’idée de départ cependant concernant l’allocation.
J’avoue avoir été plutôt séduit par l’approche d’un portefeuille "quatre saisons" ou pour "tous les temps" (cf. Ray Dalio, etc.).

On pourrait en réalité parler de portefeuille financier ou patrimonial plutôt qu’un portefeuille d’ETF (si un modérateur se sent de changer le titre d’ailleurs pour que le référencement soit correct, c’est avec plaisir).

Pour essayer d’écrire quelque chose de plus ou moins intéressant je vais donc essayer de résumer mon approche en partant du plus global (patrimoine général) pour aller vers plus de détail (allocation du portefeuille).
Note importante : Vu ma philosophie d’investissement et le fait que j’ai un travail à plein temps, je ne surveille pas et ne fait pas de reporting de mon portefeuille très fréquemment. En général une fois par année (pour raisons fiscales et voir les gains/pertes latentes à réaliser, faire un état des lieux de l’allocation).
Cela fait également partie de la philosophie d’investissement que j’ai choisie, à savoir très long terme.

Les chiffres présentés ci-dessous sont donc ceux au 31.12.2020 et la prochaine mise à jour devrait être au 31.12.2021. Comme j’aurais 2 ans d’historique (dividendes, PV, etc.) je pourrais alors commencer à détailler les résultats et sortir quelques graphiques …

Le but premier du post étant de permettre d’aider un lecteur, de la même manière que les membres qui ont postés et commentés leurs portefeuilles avant moi ont pu m’aider dans ma réflexion globale (un merci tout particulier à ceux qui ont alimenté le fil des ETF éligibles au PEA d’ailleurs).

I)    PATRIMOINE ACTUEL ET OBJECTIFS

Pour faire allusion au nom du forum je n’ai un peu près aucun espoir de devenir rentier précoce, à moins de gagner au loto.
Le but serait plutôt de sécuriser une rente et un patrimoine pour ma « retraite légale » / Semi autonomie financière d’ici-là.
C’est pourquoi j’ai choisi un horizon de temps sur 20 ans (2020 > 2040), j’aurai alors 52 ans en 2040 (rien que d’y penser je me sens déjà un peu plus vieux !).

Après une mure réflexion j’ai donc essayé de définir des objectifs clairs, atteignables et cohérents.
Etant parti de rien à la base (pas de diplôme du supérieur mais pas de dette scolaire à rembourser non plus), j’ai épargné agressivement depuis que j’ai pu trouver un emploi pour essayer de me constituer de premières fondations solides (épargne agressive, retour à l’école via les cours du soir pour passer des certifications professionnelles et augmenter le salaire, réinvestir les augmentations de salaires acquises, etc.).
Le covid a aussi aidé ces deux dernières années pour dépenser peu.

Cependant après ces quelques années passées je me rends compte que je ne souhaite pas m’inscrire dans une optique « FIRE » (que ce soit « lean » ou « fat ») car d’une part cela ne me semble pas réalisable pour mon cas (pas de variabilité à la hausse de ma rémunération car je ne suis pas propriétaire mais salarié et je n’ai pas de bonus/intéressement possible non plus pour l’instant) et d’autre part je ne me vois pas tout sacrifier pendant 10 ans ou plus pour -peut-être- être retraité précoce un jour …
Disons que l’objectif ici est d’épargner suffisamment et faire le nécessaire pour avoir « au moins ça » mais de profiter aussi entre temps (personne n’est à l’abris d’un accident, d’un cancer, etc. qui peut tirer le rideau de manière imprévue et jeter tous ses plans à l’eau…) et permettre d’être relativement à l’abris du besoin / d’avoir de quoi "voir venir".

Pour que l’objectif soit réalisable j’ai aussi pris soins de faire une ébauche de feuille de route pour partir de la situation actuelle et aller vers mon objectif. Cette feuille de route est (très) conservatrice (taux de rendements, apports, etc.).

a) STRATEGIE DES "QUATRE QUARTS" / ROAD TO 1 MILLION

J’ai retenu une allocation patrimoniale cible assez simple : ¼ en résidence principale, ¼ en portefeuille financier, ¼ en fonds de pension et ¼ pour le reste (cash, livrets, participation future éventuelle dans une entreprise en tant qu’associé, véhicule, etc.).
Chaque "quart" s’entend en valeur nette de dette et d’impôts.

Vous trouverez ci-dessous la situation actuelle vs la répartition cible estimative, dans 20 ans :



b)    FEUILLE DE ROUTE

Je me suis donc penché sur le « comment » réaliser le chemin et vous trouverez ci-dessous un récapitulatif global avec : Allocation actuelle > Apports planifiés > Allocation estimée en 2040 :



La première partie parle d’elle-même, je planifie une donation (à recevoir donc) (edit: immobilier, nue-propriété dans le cadre de planification successorale) et des investissements divers : Apports de fonds propres pour devenir associé si l’occasion se présente, potentiel investissement locatif, etc.
Mes excuses par avance pour la terminologie comptable qui est peut-être un peu pompeuse.
A toutes fins utiles je compte tous les biens que je possède à leur valeur actuelle : Par exemple une voiture qui cote EUR 10’000 est reprise au "bilan" pour EUR 10’000 ou un peu moins car c’est un actif qui a une valeur (j’ai vu les posts ou les gens considerent qu’une RP est une dette par exemple, ce n’est pas considéré ainsi ici).

La deuxième partie relative au portefeuille est une projection très conservatrice : J’ai pris les 150k actuels du portefeuil et calcul l’impact d’un « cygne noir » avec une chute brutale de 40% des marchés qui arriverait demain, ce qui me donne 90k. Si j’actualise ces 90k à 3.5% (rendement avant impôts) j’obtiens alors un montant d’environ 400k une fois la prise en compte des apports (6k par an). J’enlève par la suite les impôts latents estimés pour tomber sur ma valeur nette projetée.

La troisième partie constitue ma RP, Prix du marché actuel de 300k, je soustrais 15% de baisse fictive et enlève la dette immobilière existante. L’horizon de 20 ans cité plus haut est accommodant car c’est environ ce qu’il me reste comme mensualités (potentielle vente & rachat d’une autre RP d’ici-là, le but étant de conserver un montant de fonds propres à 250K si c’est le cas).

La quatrième partie constitue mon fonds de pension (épargne obligatoire retenue sur le salaire et participation de l’employeur). La projection tient compte des taux ridicules actuels d’intérêts à 1.00%. Je rajoute une ligne de complément de retraite (épargne additionnelle) que je n’actualise pas par sécurité (ie. pas de prise en compte des intérêts qui capitalisent).
Elément que je dois encore finaliser (je dois me pencher sur la faisabilité d’un PER, est-ce que ça vaut le coup ou est-ce que d’autres solutions sont préférables … Je peux aussi faire un rachat de fonds de pension dans 10 ans par exemple qui serait déductible de mes impôts, etc.). Dans tous les cas c’est la dernière composante qu’il me reste à définir pour avoir un plan complet. -> Vos suggestions sont donc bienvenues !

Bien entendu j’ai calculé quels seraient les apports à effectuer pour atteindre ces objectifs sur 20 ans, le montant à débourser « de ma poche » est actuellement très inférieur à ce que j’épargne en réalité – Je tenais cependant à avoir un montant plus faible que mes capacités réelles pour prendre en compte une potentielle période de chômage, baisse de salaire/taux d’activité, évolution défavorable du cours des devise (mon salaire n’est pas payé en EUR), etc.
Cela laisse aussi de la marge pour mettre de côté quant à l’investissement de la première ligne et laisse également de la marge pour profiter et financer des hobbies / ne pas vivre en comptant chaque centime, ce qui est aussi le but comme mentionné plus haut.

Pour résumer cela me parait être un bon compromis et être une vision réalisable.

II)    LE PORTEFEUILLE

Vous trouverez ci-dessous l’état du portefeuille au 31.12.2020 avec son allocation et les plus/moins-value latentes.
Je pense que la répartition par domaine parle d’elle-même : Split par zone géographique Europe, Amérique du nord, Asie, et type de capitalisation pour les ETF equity et par critère « clé » pour le reste (par type de matière pour les commodities, par durée pour les obligations, etc.).

a) Recapitulatif général



b) ETF actions



c) Immobilier coté



d) Matières premières



e) Obligations & assimilés



f) Crypto



Je place également le détail par catégorie : Vous remarquerez qu’il manque le détail des positions « values », ce dernier est absent car c’est très proche d’un copier/coller du portefeuille des daubasses, club d’investissement dont je suis membre depuis longtemps et qui a une philosophie à laquelle j’adhère assez fortement (par respect pour leur travail et pour éviter tout problème avec eux j’omet donc volontairement cette partie).

Pas ultra excitant comme portefeuille, étant long partout (à l’exception d’une position Nasdaq short pour limiter mon exposition aux grosses capitalisation du S&P500, je reste long sur l’ensemble des deux cependant).

Comme je l’avais mentionné dans mon tout premier post, le but est de favoriser la capitalisation et de « rouler » les plus/moins-values tant que faire se peut.
J’ai aussi tenté de privilégier le plus possible le PEA pour les avantages fiscaux.

Je mettrai lors du reporting 2021 les revenus encaissés, sachez cependant que pour 2019 (6 mois seulement car mise en place) ils sont nuls (les quelques dividendes encaissés se compensent avec les intérêts & moins-values réalisées) et pour 2020 j’ai une performance réalisée de 1’600 euros (tous frais déduits et après réalisation des moins-values) – Le reste étant latent (et je n’ai plus trop de moins-value latente à réaliser à ce jour …).

Comme vous pourrez le voir le mot d’ordre est la diversification, cependant après avoir potassé le sujet je me sens serein sur la répartition choisie : J’ai pour l’instant des écarts importants d’allocation qui vont se réduire dans les temps à venir (j’ai privilégié les ETF et les actions values lors de la constitution du portefeuille, je vais désormais mettre l’accent sur le reste pour atteindre un meilleur équilibre – Il est tout à fait possible qu’une chute des marchés actions réduise automatiquement l’écart également dans les 1-2 ans à venir…).

Répartition cible :



Vu la nature du produit, je considère les assurances vie fonds euros garantis (edité) comme des instruments similaires aux obligations (ces derniers étant d’ailleurs généralement majoritairement constitués d’obligations …)

L’allocation cible détaillée ci-dessous d’un total de 250k est le but à atteindre « le plus vite possible ». Cela me permettrait aussi d’utiliser un peu de levier selon la situation (admettons que j’arrive demain à 250k sans levier et alloué comme souhaité, je pourrais utiliser du levier/avances PEA-AV pour réinjecter en cas de krach du marché action …). Hormis ce type d’opportunité, il n’est pas prévu d’utiliser la marge/avances qui m’est offerte par mes courtiers pour l’instant.

J’essaie aussi de tenir compte de rendements réalisables en retenant volontairement des taux conservateurs (je sais qu’historiquement le marché action est à 7% et que le gérant X ou Y réussi à faire 15% par année…) : Le rendement cible « net-net » du portefeuille est donc fixé à 2.5% (par la comprenez nets d’impôts et de frais).
Je n’ai pas fait de simulations mais je pense que cette allocation permettra également de réduire la volatilité globale (surtout une fois que j’aurai atteint mon objectif en bonds/AV, ce qui devrait se faire petit à petit …).

Voila donc pour cette première mise à jour, n’hésitez pas à me faire part de vos commentaires ou questions qui seront les bienvenues !

Edit: Ortographe & fautes de frappes.

Dernière modification par ElliotAlderson (06/09/2021 20h04)

Hors ligne Hors ligne

 

#5 28/12/2021 18h41

Membre (2018)
Réputation :   1  

Bonjour,
Je suis tombé sur votre file par hasard, et parfois le hasard fait bien les choses, car je suis littéralement ébloui par la qualité de votre réflexion, la clairvoyance de vos propos, et votre présentation - je ne suis pas loin d’avoir l’âge de votre "objectif" 2040, mais mes tableaux Excel sont par contre à des années lumière des vôtres yikes)
Mais je m’égare, car la lecture de vos tableaux génère pour moi un point de questionnement : pour quelle raison faites vous parfois le choix de la simplicité, par exemple sur l’immobilier coté (2 ETFs), alors que vous faites plus "compliqué sur d’autres poches", par exemple les obligations ?
J’aurais tendance à être d’accord avec votre remarque sur le fait de considérer les fonds euros comme des quasi-obligations. Dès lors, en tenant compte des avantages fiscaux sur le long terme de l’AV par rapport au CTO, il me semble que vous pourriez diversifier les émetteurs (si tel est l’objectif de votre allocation ?) en souscrivant plusieurs contrats ?
Cordialement,
Vincent

Hors ligne Hors ligne

 

#6 28/12/2021 19h33

Membre (2015)
Top 20 Dvpt perso.
Top 20 Entreprendre
Réputation :   148  

ElliotAlderson, le 06/09/2021 a écrit :

n’hésitez pas à me faire part de vos commentaires

Je pense que c’est mauvais de placer vos ETF « eau » dans les matières premières alors qu’il s’agit (j’ai vérifié pour le lyxor en tout cas) d’ETF actions. La performance de ces ETF est sûrement bien plus corrélée à la classe d’actif action qu’au cours des MP. Et donc, votre cela fausse votre allocation.

Hors ligne Hors ligne

 

#7 01/01/2022 15h00

Membre (2018)
Réputation :   31  

Merci 20100poursan pour vos bons mots, concernant les graphiques Excel ceux-ci sont juste les propositions par défaut du logiciel, rien de particulier smile

20100poursan a écrit :

pour quelle raison faites vous parfois le choix de la simplicité, par exemple sur l’immobilier coté (2 ETFs), alors que vous faites plus "compliqué sur d’autres poches", par exemple les obligations ?

J’avais pris ces deux positions lors de la constitution pour avoir déjà une bonne exposition globale : En effet juste avec ces deux fonds vous détenez (indirectement) de multiples foncières qui sont de taille importante (Vonovia, Unibail Rodamco, Deutsche Wohnen, Simon property, Prologis, etc.), réparti dans plusieurs pays/zones et chacune ayant un parc immobilier conséquent également réparti dans plusieurs régions.
Un autre élément est que contrairement aux actions je n’avais pas su trouver un grand choix de fonds (éligible PEA si possible), l’impression que j’avais eu est que le choix comparé aux ETF actions était bien plus limité (après c’était il y a plus de 2 ans maintenant donc l’offre a surement évolué entre temps).
Cette poche a toutefois d’ores et déjà grossi via le rajout de quelques SCPI en 2021 (devrait permettre de réduire la volatilité comparé à du tout foncier côté), d’autres actions de foncières devraient également se rajouter au fur et à mesure (i.e. opportunités ciblées).

--

20100poursan a écrit :

Dès lors, en tenant compte des avantages fiscaux sur le long terme de l’AV par rapport au CTO, il me semble que vous pourriez diversifier les émetteurs (si tel est l’objectif de votre allocation ?) en souscrivant plusieurs contrats ?

Vous avez vu juste ! Cela va apparaitre clairement lors de la mise à jour 2021, j’ai souscrit plusieurs contrat pour diversifier les contrats de fonds euro et avoir accès à des SCPI & autres fonds actifs.
Les intermédiaires choisis sont au nombre de 4 (cela ne devrait pas augmenter) avec Boursorama, Linxea et Cardif. Les fonds euro adossés sont respectivement Generali, Credit Mutuel Arkea, Spirica (Crédit Agricole) et BNP Paribas.
A terme le but serait d’avoir 20’000 EUR de fonds euro dans chaque (diversification du risque) soit 80’000 EUR au total et 20’000 EUR en ETF/fonds obligations ce qui donne les 100’000 EUR total d’objectif (on en est encore loin … :-) ).

--

Gog a écrit :

Je pense que c’est mauvais de placer vos ETF « eau » dans les matières premières alors qu’il s’agit (j’ai vérifié pour le lyxor en tout cas) d’ETF actions. La performance de ces ETF est sûrement bien plus corrélée à la classe d’actif action qu’au cours des MP. Et donc, votre cela fausse votre allocation.

Alors vous avez entièrement raison !

J’avais eu une reflexion similaire mais le problème rencontré est que c’est la solution "la moins pire" que j’ai trouvé pour m’exposer au secteur "eau" après recherches (impossible de trouver des fonds qui possède des actifs directement reliés comme des réservoirs, terrains avec nappes phréatiques, terrains avec rivières, usines de désalinisation, etc.). Comme cela n’existe pas (sauf erreur) je me suis rabattu sur cette solution qui est de choisir un fond avec des sociétés qui sont donc liées à la construction/gestion de grosse infrastructure en lien avec le secteur.
Ce n’est pas idéal cependant j’en convient tout à fait.

Je souhaitai aussi m’exposer à d’autres matières premières mais de mémoire il fallait soit acheter et rouler constamment des forwards (céréals, énergie, etc.) soit acheter des fonds qui selon ce que j’avais pu lire sont à réserver pour du court terme (mauvaise performance à long terme du à ce même roulement des contrats") - Ducoup j’avais laissé tombé pour me rabattre exclusivement sur des trusts qui stockent des métaux précieux et ces fonds "water".

Si vous avez des remarques ou suggestions sur ce sujet en particulier je prends bien volontiers ! smile

Edit : Ortographe

Dernière modification par ElliotAlderson (01/01/2022 15h03)

Hors ligne Hors ligne

 

#8 14/05/2022 10h41

Membre (2018)
Réputation :   31  

Bonjour à toutes & tous,

Petite mise à jour de la situation après avoir fait mes comptes 2021, vous trouverez ci-dessous les récapitulatifs.

Pour résumer en quelques mots : Très bonne performance 2021 mais sans mérite (le S&P 500 ayant fait +26.89% en 2021 par exemple), j’arrive cependant gentiment à une allocation qui commence à ressembler à mon objectif.

Le seul élément que je n’arrive pas à voir et qui me serait utile pour mon analyse est la volatilité (en particulier le « max drawdown ») pour comparer et qui devrait normalement être inférieur à un indice comme le S&P 500 mais je n’ai pas trouvé de solution pour le calculer facilement (plusieurs courtiers/contrats, retraitement des apports à considérer, etc.).

En somme je pense que le vrai challenge va être 2022-2023 pour voir comment le portefeuille va se comporter (autant dire qu’a l’heure où j’écris les poches « crypto » et « europe de l’est » ne laissent pas présager d’évolution en 10 baggers…  big_smile ).

Suite au fait que j’ai désormais un peu d’historique j’ai désormais suffisamment de données pour présenter un récapitulatif des performances. J’ai choisi de prendre comme benchmark le portfolio « all weather » de Ray Dalio étant donné que c’est celui qui se rapproche le plus de mon objectif (ici aussi pas de mérite pour l’instant à le surperformer car je n’ai pas encore une allocation similaire et reste pour le moment sous-pondéré en obligations & assimilé, d’où la surperformance 2021).

Quelques opérations déjà effectuées en 2022 : Réinvestissement en début d’année dans quelques crypto (montant faible cependant donc ne devrait pas avoir un impact matériel avec la baisse), j’ai supprimé les lignes ETF « Water » : comme discuté dans un post précédent elles me semblaient être le choix le « moins pire » pour m’exposer indirectement à l’eau mais après mure réflexion le lien est trop faible – Il ne restera donc plus que les métaux précieux dans les matières premières (à voir pour une potentielle exposition à d’autres marchés via des options/futures à l’avenir mais je ne maitrise pas assez le sujet pour l’instant).

Etant donné l’évolution prévisible des taux qui sont amenés à monter (sauf surprise) je pense renforcer uniquement les fonds euros d’assurance vie (j’avais investi environ 500€ par ligne soit mon minimum dans les obligations à échéances longues/moyennes jusqu’à présent pour simplement acter l’allocation et avait favorisé les échéances courtes/ultracourtes).
Je pense aussi temporiser pour le reste car hausse des taux = vraisemblablement une baisse globale généralisée des actifs, l’or est déjà sur ses plus hauts historiques (15 ans) donc peut être favorisé argent & autres métaux en attendant à la place – En résumé attendre quelques mois encore avant d’injecter.
Il est aussi possible que certains fonds actifs se fassent un peu massacrer, peut-être une opportunité pour renforcer le cas échéant (étant encore sous mon allocation cible).

a) Récapitulatif global portefeuille & allocation




b) Performance 2021



c) Performance historique



d) Allocation globale du patrimoine



Suite à une modification de mon fichier de suivi sur Excel il m’est plus compliqué de faire une capture d’écran du détail par position (tout est à la suite avec des données brutes et un peu moche … :-) ), je pourrais télécharger un fichier si vraiment ça intéresse quelqu’un – Pas de grands changements suite à mon dernier post cependant.

L’augmentation du patrimoine global provient en majeure partie du fait de la plus-value latente du portefeuille : Baisse vraisemblable à prévoir pour 2022 car probablement une performance négative du portefeuille et ma capacité d’épargne va baisser suite changement situation professionnelle & reprise des études (avec les investissements dans les frais d’école qui vont avec).

Hors ligne Hors ligne

 

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur