Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ? Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

#176 19/12/2019 21h39

Membre
Réputation :   39  

je trouve un TRI de 6% avec vos données, mais la revalorisation de 3,5% par an est assez élevée.

"Le rendement est bon et investir dans les forets me semble important vis à vis des contraintes climatiques."

Ou bien  "Le rendement est bon mais investir dans les forets me semble risqué compte tenu des conditions climatiques."

Hors ligne Hors ligne

 

#177 19/12/2019 22h09

Membre
Réputation :   21  

Je pense que ce calcul est sans intérêt, puisqu’il semble partir d’une revalorisation qui m’a l’air totalement aléatoire.

Si ce n’est pas le cas, justifiez.

Hors ligne Hors ligne

 

#178 20/12/2019 09h18

Membre
Réputation :   2  

Selon moi l’évolution de la valeur d’une part suit l’évolution de la valeur d’un Ha qui a une moyenne de 3.5% sur les 20 dernières années. (valeur 2018: 3.5%)
On remarque tout de meme un tassement à partir de 2012
source GFI :
https://nsa40.casimages.com/img/2019/12/20/191220090241435184.png

Je considère le prix du bois stable.

le dividende est fourni par la croissance naturel du bois.
Selon Ecotree il est d’environ 2% par an. https://ecotree.fr/

Donc les 1.2% proposés sont largement couverts.

Je suis loin d’etre un expert du foncier forestier.

Hors ligne Hors ligne

 

#179 20/12/2019 09h46

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   895  

Moi non plus. Par contre je sais compter :
Sur votre graphique, je vois une progression proche de 3% plutôt que 3,5%/an sur 21 ans, il faudrait détailler le calcul.
Ensuite si l’on prend les 6 dernières années (01/01/2012 à 31/12/2017), je constate moins de 5% de progression soit 0,78%/an. Le TRI en prend un coup !

Bref, tout cela pour dire que les performances passées ne présument pas des performances futures.
Je constate plusieurs biais dans votre raisonnement entre ça, l’aspect "climatique", les "droits d’entrée" de 0 mais frais de souscription de 10% (c’est gonflé !).

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #180 20/12/2019 23h40

Membre
Réputation :   39  

Possédant des parts de GFF, je souhaite que l’avenir soit conforme à la simulation de gaeltach.

Remarquons que les sociétés qui les commercialisent communiquent beaucoup sur l’évolution des prix au cours des 20 dernières années (1998-2018), période pendant laquelle effectivement les prix ont doublé.

Si l’on prend du recul, cela n’a pas toujours été le cas. Pour les prix du bois, c’est assez similaire.
Sur les 50 dernières années, on est très loin de la revalorisation moyenne des dernières années.

Donc, comme pour l’immobilier, il y a des cycles, et c’est a prendre en compte avant d’investir.

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/8470_prixforets.jpg

Dernière modification par sm94 (20/12/2019 23h51)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #181 21/12/2019 06h49

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   895  

Votre graphique permet de voir que celui montré par Gaeltach démarre pile poil après une baisse continue qui a duré 18 ans !
Prendre 3,5% d’augmentation de part pour envisager des calculs à venir relève de la roulette russe.

Hors ligne Hors ligne

 

#182 21/12/2019 09h11

Membre
Réputation :   2  

Merci pour vos retour,
Je prenais les valeurs données par la plaquette commercial de GFI.
La conclusion est que GFI arrange les chiffres pour appâter des nouveaux clients.
Difficile donc de leur faire confiance pour la gestion d’un patrimoine, je ne prendrais pas de parts chez eux.
A l’avenir J’essaierai de mieux diversifier mes sources.

@aigri
Mon objectif était nullement d’influencer les forumeurs mais uniquement de demander l’avis d’investisseur plus expérimenté avant d’acheter ou non des parts chez GFI, désolé si cela a pu être mal perçu.

Hors ligne Hors ligne

 

#183 21/12/2019 09h29

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   895  

C’est bien de vous exprimer et que vous soyez capable d’arriver à cette conclusion. Je vais répondre pour aigri, moi aussi je me suis posé la question de vos intentions, vous avez très bien répondu, on vous croit sincère dans cette démarche.

Hors ligne Hors ligne

 

#184 21/12/2019 16h02

Membre
Réputation :   39  

Je conseille la lecture de l’Indicateur du marché des forêts en France 2019, publié par la Société Forestière. Vous y trouverez le graphique actualisé 1970-2018, soit quasiment sur 50 ans, ce qui se rapproche un peu plus du cycle d’exploitation de la forêt…

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/8470_foret_1970-2018.jpg

… ainsi que le commentaire suivant:

L’évolution en valeur réelle, c’est-à-dire hors inflation, montre plusieurs caractéristiques du prix moyen des forêts :
• Il dépasse en 2018 le niveau de 2011, après plusieurs années sur un plateau autour de 4 000 euros/ha ;
• il a progressé de 52 % entre le point bas de 1996 et 2018, soit un gain annuel moyen de 1,9 % ;
• il se situe toujours 35 % en dessous du pic de 1981 ; autrement dit, il représente près des deux tiers (65 %) du prix de 1981.

Revalorisation maximale de 1,9% / an en partant du point bas, donc dans un scénario très favorable.

Ensuite, il ne faut pas passer d’un extrême à l’autre et être trop négatif. Avec cette hypothèse, et celle d’un revenu annuel de 1,2%, le TRI sur 8 ans (en supposant une revente à l’issue de la période de blocage) est de 4%.

En espérant aussi que le gestionnaire du groupement soit capable de reproduire la performance moyenne de la forêt française, en tenant compte des frais de gestion prélevés.

Hors ligne Hors ligne

 

#185 28/12/2019 14h48

Membre
Réputation :   12  

Bonjour,
J’espère ne pas être trop hors sujet mais la consultation des divers graphiques et avis donnés dans ce fil m’amène à me poser des questions sur un investissement personnel que j’ai fait dans un groupement forestier, le Groupement Forestier Belle Perche géré par la Société ISSORIA. Les rendements en ont été liliputiens et l’évolution de la valeur de la part négative jusqu’en 2017 et donc sans rapport avec l’évolution des prix de la forêt, même les essences les moins recherchées, que j’ai pu constater dans divers sites spécialisés au cours des quinze dernières années.
J’aurais aimé échanger sur le sujet avec d’autres membres qui auraient investi dans ce groupement ou auraient eu affaire au gestionnaire ISSORIA.


Notre santé est une chose bien trop importante pour la confier aux seuls médecins. Voltaire

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #186 03/01/2020 14h08

Membre
Réputation :   39  

Gentilhomme,
Pouvez vous donner la date d’achat des parts, l’évolution des valeurs liquidatives et les rendements?
La société Issoria a pour actionnaire unique la société BPCE Domaines, filiale du groupe Banque-Populaire-Caisse d’Epargne

Il y a eu jusqu’à une certaine date (année 2010?) une garantie de reprise des parts des investisseurs à leur valeur d’achat, mais cette garantie fut ensuite supprimée. C’est peut-être une solution si vous avez acheté avant.

Il y a au aussi un directeur général désapprouvé par sa tutelle, voir…

www.doctrine.fr/d/CA/Paris/2014/RF5FF839BC82FAADDF5CD
Y a t’il un rapport avec la performance?

Hors ligne Hors ligne

 

#187 05/06/2020 11h11

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   553  

Je partage un article (extraits), qui fait le point sur l’investissement forestier entre épidémie de scolytes et baisse des cours (forêts -1.1% et m3 de bois -10%)

Les échos a écrit :

…Dans les forêts aussi, c’est la crise sanitaire. Depuis trois ans y sévit une épidémie qui s’est fortement aggravée l’an dernier, alimentée par le réchauffement climatique. Les hivers trop doux et le stress hydrique favorisent la propagation du scolyte, un parasite s’attaquant aux résineux du quart nord-est de la France, tandis que les forêts de l’Ouest restent à peu près épargnées. « Plus de 200.000 hectares sont touchés au niveau national par des dépérissements dus aux sécheresses et aux scolytes et des abattages massifs ont dû être réalisés l’an dernier dans l’est de la France. Cela a impacté le prix de l’épicea, car si un bois “scolyté” reste utilisable, il se vend moins cher », explique Loïc Jégouzo, de la FNSafer.
20.280 forêts ont été vendues l’an dernier, dans un marché très actif, selon l’indicateur du marché des forêts présenté jeudi par les Safer et la Société Forestière (groupe Caisse des Dépôts). Mais le prix moyen à l’hectare a reculé (–1,1 %). Le prix moyen du bois, lui, a chuté. L’indice général du prix de vente des bois sur pied en forêt privée a reculé de 10 % en 2019, à 66 euros le mètre cube, après une progression continue depuis 2012, a récemment calculé l’observatoire de France Bois Forêt et de la Société Forestière.
… Le scolyte s’attaque aux résineux, pas aux feuillus, hormis le frêne. Il n’est donc pas la seule raison de la chute des prix du bois. L’autre grand facteur d’explication est la baisse de la demande mondiale. Elle a, par exemple, fait reculer de 14 % le prix du chêne sur la seule année 2019, à 163 euros le mètre cube. Au ralentissement de l’économie mondiale se sont ajoutées les tensions commerciales sino-américaines. « La Chine est un gros importateur de grumes de chênes depuis l’Europe, et ses importations ont reculé dans la foulée de la baisse de ses exportations vers les Etats-Unis », observe Loïc Jégouzo…

Dernière modification par DDtee (05/06/2020 11h12)


Ceux qui dansent sont pris pour des fous par ceux qui n'entendent pas la musique (Nietzsche)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #188 31/07/2020 12h39

Membre
Réputation :   33  

Je viens de tomber sur un reportage diffusé par Arte parlant du groupement forestier "Avenir Forêt" dont le but est de gérer les forêts de manière durable.

Très intéressant et c’est peut-être une piste d’investissement pour moi.

Hors ligne Hors ligne

 

#189 31/07/2020 19h40

Membre
Réputation :   68  

Pour être intervenant dans la filière bois locale, ce qui me gène dans ce film est le coté : "nous, on est géniaux, les autres c’est des gros nuls" En fait, c’est un film publicitaire pour " Avenir Forêt".
En somme, vous leur donnez votre argent, ils se promènent chez vous et vous racontent des histoires…
Vous avez sur place des quantités de gestionnaires, d’experts et de propriétaires qui gèrent leur forêt de la même manière c’est à dire pour le mieux, économiquement et écologiquement. Quoiqu’il soit dit dans le film, l’enseignement de l’école forestière de Meymac ne fait pas l’impasse sur la multifonctionnalité de la forêt, bien au contraire.
Prétendre que la coupe rase est une atteinte à la biodiversité dans nos régions tempérées est une imposture intellectuelle, parfois c’est la meilleure chose à faire parfois non, ce doit être  le milieu naturel ou le peuplement en place qui dicte la conduite à suivre et non pas l’idéologie ou le porte monnaie ( la futaie continue est très rentable pour …le gestionnaire).
Par exemple, depuis quelques années, les grandis ( sapins de Vancouver) dont il est question dans le film meurent à cause de la sécheresse. Il faut les couper avant qu’il ne soit trop tard, c’est ce qui motive la coupe rase du film.

Hors ligne Hors ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ? Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Pied de page des forums

Don Faites un don
Apprendre le bonheur