Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

Nouveau venu dans cette longue discussion ? Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

#76 22/10/2016 18h20 → Investissement forestier : en direct, groupements, foncières cotées ?

Membre
Réputation :   28 

C’est un produit assez demandé mais confidentiel, car les GF ne font pas l’objet d’offres publiques.

Mon expérience, achat au marché secondaire: vous vous inscrivez sur un registre d’acquéreurs potentiels, et la société vous contacte lorsque un vendeur souhaite sortir. Donc il n’y a pas obligatoirement X produits en parallèle parmi lesquels choisir. Vous étudiez la seule, ou les opportunités, et répondez.

Pour mon achat: frais de souscription: 2% TTC du prix des parts, en plus du prix des parts.
Ajouter les frais de formalités (dépôt au greffe du tribunal de commerce, prise en charge par la SF) pour environ 2,2% du prix des parts (j’ignore si c’est un fixe ou si c’est proportionnel)

Hors ligne

 

#77 22/10/2016 18h32 → Investissement forestier : en direct, groupements, foncières cotées ?

Membre
Réputation :   12 

Niveau frais c’est plutôt implacable comparé aux SCPI (et même à Patrimea que j’ai pris comme exemple à 5%).

Pas de frais de sortie a priori ?

Les droits d’enregistrement supportent normalement un droit fixe de 125 €. Je ne sais pas si c’est par part ou par opération. Est-ce que cela correspond aux 0.2% supplémentaire que vous avez payé ?

Je vais donc contacter la SFO filiale de la CDC pour avoir plus d’informations.

Quel est le délai entre le paiement et la réalisation de la vente des parts ?
Cela risque de faire court pour la défiscalisation de 2016 j’imagine pour ceux qui y pensent maintenant comme moi.

Hors ligne

 

#78 22/10/2016 19h12 → Investissement forestier : en direct, groupements, foncières cotées ?

Membre
Réputation :   28 

J’ai payé 125 HT (enregistrement) plus 41 HT (dépôt d’actes au greffe) plus 85 HT (enregistrement hors paris) plus 12 HT (frais de transmission) soit 305 TTC pour environ 14000 euros de parts

Donc les frais d’achat représentent environ 0,5%/an si répartis sur 8 ans (mais je suis long terme).

Frais de sortie, je ne sais pas, mais c’est un bonne question ! Tssm va nous dire.

Je ne pense pas que vous puissiez acheter dès cette année, il faut s’y prendre plusieurs mois à l’avance, mais vous pouvez toujours essayer.

Jouissance des parts (acte de session) environ 15 jours après l’encaissement du cheque.

Hors ligne

 

#79 22/10/2016 19h30 → Investissement forestier : en direct, groupements, foncières cotées ?

Membre
Réputation :   12 

Les droits d’enregistrement de 125 € sont fixes, j’imagine que le dépôt d’actes au greffe également et les frais de transmission aussi.

Ces 305 € TTC représentent donc pour vous 2.2% mais représentent 5.35% pour un achat à 5 000 euros (cas d’une personne seule voulant le plafond de la défisc).
Attention donc à ne pas faire des achats "trop petits" pour ne pas voir son rendement imputé…
Il faut donc bien les calculer pour savoir sur quoi on s’engage.

Hors ligne

 

#80 22/10/2016 20h18 → Investissement forestier : en direct, groupements, foncières cotées ?

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   355 

Plus plus que 1o5%! Suis à 160% hors dividende et en tenant compte de l’avantage fiscal. J’attendais pas autant de rendement de ce placement tranquille …

Vos questions :
A mon époque, pas de frais d’achat hors frais légaux. On payait la NAV. Sm94 est un acheteur plus récent donc à prendre en compte

Fiscalité immobilière applicable avec les abattement 22ans/30 ans. Formulaire 2048 pour fiscalité de la cession

Me concernant, suis non résident donc fiscalité spécifique

Frais de sortie. Je suis passé par la société de gestion. Frais 6% ttc du prix de sortie. Prix de cession NAV. Vous pouvez trouver un acheteur vous même. J’avais proposé sur le forum et pas eu de retour sérieux

La réduction d’impôt est à l’entrée. 18% limité à un achat de 5700 euros de mémoire (le double pour un couple). À vérifier   

Aucune idée si vous aurez du papier cette année, ça dépend vraiment de s’il y a des vendeurs

Dernière modification par Tssm (22/10/2016 20h20)

Hors ligne

 

#81 22/10/2016 21h19 → Investissement forestier : en direct, groupements, foncières cotées ?

Membre
Réputation :   28 

Bonjour Tssm,

6% TTC de frais de sortie, ce n’est pas vraiment donné. Et + 2% TTC pour l’acquéreur (en fait sur la fiche de présentation de mon groupement, c’est entre 1,6 et 2,5% TTC, cela dépend peut-être du nombre de part, % plus faible si nombre de part important?)

Une transaction de gré à gré prend alors tout son sens, avec un équilibre vendeur acheteur à -2% de la NAV.

Dernière modification par sm94 (22/10/2016 21h33)

Hors ligne

 

#82 23/10/2016 00h54 → Investissement forestier : en direct, groupements, foncières cotées ?

Membre
Réputation :   12 

tssm, votre fiscalité de non résident et la période d’achat vous a permis d’éviter une partie de la fiscalité (PV) et une partie des frais (d’entrées notamment).

Votre rendement aurait été probablement impacté.

Mais même à 100% en 8 ans, ça fait plus de 12/13% par an ce qui est un super rendement qui fait accepter l’illiquidité du placement.

Hors ligne

 

#83 23/10/2016 08h24 → Investissement forestier : en direct, groupements, foncières cotées ?

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   355 

Je suis d’accord avec vous que ma fiscalité a améliorée mon rendement mais la performance brute est tout à fait remarquable. De toute manière on ne fait pas d’investissement forrestier en ayant les mêmes objectifs de rendement que les actions meme si dans ce cas, j’ai probablement fait mieux que les meilleurs investisseurs actions sur la meme période

La fiscalité est celle de l’immobilier. Le temps joue pour vous avec les abattements pour durée de détention

Pour l’illiquidité, là aussi je suis d’accord avec vous, mais ayant pu vendre sans délai la quantité souhaitée au prix souhaité, là aussi je suis agréablement surpris par le produit

Dernière modification par Tssm (23/10/2016 08h25)

Hors ligne

 

#84 07/11/2016 18h32 → Investissement forestier : en direct, groupements, foncières cotées ?

Membre
Réputation :   

Bonjour,
Sur les groupements forestiers de Fiducial gérance quelqu’un aurait-il des infos et en particulier sur l’éxistence d’un marché d’achats ventes?

Hors ligne

 

#85 13/11/2016 19h36 → Investissement forestier : en direct, groupements, foncières cotées ?

Membre
Réputation :   12 

Plutôt que de rouvrir un autre fil sur l’investissement forestier, je fais remonter le topic pour une question sur l’achat en direct de parcelle de bois / forêt.

On est d’accord que c’est un investissement qui demande des compétences dans le domaine donc accessible à très peu de gens, surtout ceux vivant dans les très grandes villes. Ce n’est pas l’objet de ma question.

Ma question porte plutôt sur les frais de notaire qui sont très élevés sur des petits montants et des petites surfaces mais je n’arrive pas à retrouver la composition exacte de ces derniers.
La loi Macron était censée en plus faire baisser le prix des frais de notaire, jusqu’à près de 70% pour les transactions de quelques milliers d’euros…
Je ne trouve que les émoluments de notaire pour 3.495 % et les droits de mutation pour 5.81%. Il m’en manque une partie.

Je m’explique, une personne de mon entourage qui est dans le milieu, est en train de faire l’acquisition de plusieurs petites parcelles pour environ 3.5 k€. Le notaire a demandé 1k€ de frais provisionnels pour l’opération.
Il va surement rendre une petite parti à la fin mais on sera très loin de la baisse sensible annoncée sur les petits transactions.

Avez-vous la nouvelle composition des frais de notaires notamment sur les petites surfaces ?
Peut être que Bernard2K a des réponses sur ce sujet ? J’ai vu que étiez plutôt à l’aise sur le domaine forestier.

Dernière modification par Jo0505 (13/11/2016 20h47)

Hors ligne

 

#86 27/11/2016 17h03 → Investissement forestier : en direct, groupements, foncières cotées ?

Membre
Réputation :   71 

Bonjour,

après la lecture de ce fil de discussion, et notamment les partages de TSSM, j’ai fait une demande d’information à la société de gestion pour avoir plus d’éléments et voir si ça correspond à mes objectifs.

Cordialement,

Hors ligne

 

#87 27/11/2016 18h02 → Investissement forestier : en direct, groupements, foncières cotées ?

Membre
Réputation :   13 

Je vous suggère de regarder plutôt du côté de la Société Forestière de la CDC : gestion forestière = cœur de métier, pas de pub, sérieux et GF moins truffés de frais que les autres sociétés de gestion auxquelles j’ai pu m’intéresser. Rendement régulier 1 à 2% annuel, avec revalorisation des parts correcte et régulière. Je suis associé de 3 de leurs GF depuis 5 ans et j’en suis satisfait.

Dernière modification par fredagro (27/11/2016 18h58)

Hors ligne

 

#88 27/11/2016 18h08 → Investissement forestier : en direct, groupements, foncières cotées ?

Membre
Réputation :   71 

Bonjour,

c’est bien de cette société dont parle TSSM dans le message #24

non ?

Dernière modification par PatN (27/11/2016 18h09)

Hors ligne

 

#89 27/11/2016 18h18 → Investissement forestier : en direct, groupements, foncières cotées ?

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   355 

Oui

Hors ligne

 

#90 18/02/2017 23h04 → Investissement forestier : en direct, groupements, foncières cotées ?

Membre
Réputation :   71 

Bonjour,

je me suis placé sur la liste d’attente de la SFO-CDC en tout début d’année, et j’ai pu faire un dossier pour une première souscription (procédure en cours).
Me voilà embarqué dans l’aventure de la forêt !

Le contact commercial a été très disponible pour répondre à toutes mes questions.

Hors ligne

 

#91 17/04/2017 16h48 → Investissement forestier : en direct, groupements, foncières cotées ?

Membre
Réputation :   71 

Souscription faite, j’ai reçu tous les papiers signés et le remboursement du trop perçu concernant les frais. Nous voilà embarqué dans la grande aventure de la forêt = On va laisser dormir ça longtemps.

Hors ligne

 

#92 19/04/2017 16h33 → Investissement forestier : en direct, groupements, foncières cotées ?

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   89 

J’ai découvert ce matin un peu par hasard EcoTree.
De ce que j’en ai compris :
- Startup française qui propose l’achat d’arbres en direct.
- On peut choisir son arbre (Plusieurs essences et deux tailles : (Jeune plant ou mature), pour 20-25€, il est géolocalisé et on a possibilité d’aller le voir sur place dans leurs différentes forêts.
- On est épargnés de problèmes de maladie de l’arbre, car on touche une part du rendement de la forêt, au prorata de ce qu’on a investi.
- Le rendement est aux alentours de 2-3%, ce que je trouve plutôt correct pour un tel investissement.

Que pensez-vous de ce site ? Connaissez-vous ?

NB : Je ne suis lié ni de près ni de loin à ce site.


Parrainage possible pour Boursorama (80€), Linxea (20€), Bourse Direct (50€) et Binck (100€).

Hors ligne

 

[+1]    #93 19/04/2017 17h27 → Investissement forestier : en direct, groupements, foncières cotées ?

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1494 

Je suis tellement effaré par cette offre que je ne sais même pas comment l’exprimer…

Raisonner par arbre est un non-sens pour le forestier, surtout à partir du jeune plant. En résineux par exemple, on plante souvent de l’ordre de 1000 à 2000 arbres par hectare, et puis au fur et à mesure des entretiens et éclaircie, on va arriver à peut-être 200 arbres par hectare à maturité. La première sélection ne rapporte rien car les arbres sont trop petits (on parle de dépressage) ; les éclaircies suivantes sont vendues, la première bon marché (bois de faible diamètre partant souvent pour la pâte à papier), la seconde nettement mieux ; généralement la 3e récolte est la coupe finale.

C’est normal de couper 80 % des plants entre la plantation et la récolte finale. Planter serrer sert à limiter la croissance de l’herbe (qui est une concurrence pour les arbres), à obliger les arbres à pousser vers le haut en faisant peu de branches latérales, et enfin donne la possibilité de sélectionner les meilleurs arbres en coupant les autres. On éclaircit progressivement, ça fait partie de la sylviculture, et c’est notamment pour cela que ça n’a pas de sens de raisonner sur les arbres individuels. On raisonne en nombre de plans à l’hectare, en m3 de bois à l’hectare ; peu importe le destin individuel de chaque arbre.

Il faut donc raisonner sur une parcelle forestière globale, peu importe les arbres individuels : on par d’un nombre important qu’on réduit au fur et à mesure de la croissance des arbres  ; c’est juste comme cela qu’on fait.

Cela vient notamment du fait que, compte tenu du relativement faible prix de commercialisation du bois, pour que la sylviculture soit rentable, on ne peut absolument pas se permettre de choyer chaque arbre. On n’est pas dans le même raisonnement que sur un parc ou un verger d’agrément, où on individualise chaque arbre. Par exemple, sur une plantation de résineux que j’ai visité récemment, le propriétaire avait fait le choix de ne pas protéger les jeunes plants contre la dent du gibier. Si des jeunes plants sont abîmés par le gibier, ils seront remplacés d’ici quelques années : on appelle cela un regarnissage. Vu le prix des protections contre le gibier, c’est ce qui est le plus pertinent économiquement parlant.

Raisonner par arbre me semble un non-sens. Est-ce que les arbres coupés en dépressage ou en première éclaircie valaient mieux ou moins bien que ceux qui sont restés ? Les propriétaires de ces arbres coupés doivent-ils pleurer comme Idéfix ?
Pour moi, raisonner par arbre est aussi peu pertinent que de raisonner par carotte pour un maraîcher ou par pied de blé pour un céréaliculteur.

Si on veut acheter un morceau de forêt sans se préoccuper de la gestion, il vaut beaucoup mieux acheter des parts de groupement forestier (sérieux et bien gérés ; il y a par exemple un retex sur le forum qui montre une belle opération).

Je n’en dis pas plus car je risquerais d’être désagréable …

Dernière modification par Bernard2K (19/04/2017 17h30)


On vous en veut de ce que vous savez, et de ce que votre interlocuteur ne sait pas.

Hors ligne

 

#94 19/04/2017 18h14 → Investissement forestier : en direct, groupements, foncières cotées ?

Membre
Réputation :   

Bonjour,

Je suis un petit nouveau sur ce forum que je trouve très bien fait et très intelligent. Je me permets de répondre à Bernard2K suite à son commentaire sur le concept EcoTree dont je suis un des cofondateurs. Il est important pour nous de bien expliquer de quoi il s’agit car notre concept est véritablement disruptif par rapport à ce qui a été fait jusqu’à maintenant et il suscite donc très légitimement des questions.

Pour intéresser le plus grand nombre aux enjeux (mais aussi aux bénéfices) de la forêt française, nous avons décidé de procéder avec une approche à l’unité de la forêt française. Tout le monde ne peut pas être forestier ou ne dispose pas des moyens nécessaires pour faire l’acquisition d’une forêt en propre. Nous avons donc décidé de vendre des arbres à l’unité mais en tenant évidemment compte des éléments essentiels de l’ingénierie forestière qui est une compétence intégrée chez nous (un des cofondateurs est forestier). Ainsi, lorsque quelqu’un achète un arbre, nous en plantons quatre. Dans cette logique, nous répondons à la question du dépressage et des éclaircies. Dit autrement, EcoTree se réserve le droit de faire matériellement disparaître certains arbres pour les besoins de l’exploitation, et, in fine, de la récolte, laquelle profitera alors à tous les investisseurs, au prorata du nombre d’arbres achetés. En définitive, en finançant des arbres unitaires, nos clients participent à la mise en valeur de tout un massif forestier, et bénéficieront du produit des coupes réalisées sur ce massif au prorata de l’investissement réalisé. Le raisonnement en nombre de plans à l’hectare en en m3 de bois à l’hectare - et nonobstant le destin individuel de chaque arbre - est bien là !

La valorisation de nos massifs forestiers est pour nous essentielle ! Lorsque vous achetez un arbre chez EcoTree, vous achetez un engagement de notre part de bonne gestion. Naturellement, on peut se diriger vers l’option d’achats de parts de groupement forestier mais ce n’est pas donné à tout le monde. Or la raison d’être d’EcoTree est intéresser le plus grand nombre et dans tous les sens du terme à la forêt française ; raison pour laquelle EcoTree n’est pas une société d’investissement forestier car nous ne sommes pas soumis aux dispositions de l’article L.214-24 du code monétaire et financier attendu que notre objet social ne vise pas la levée de capitaux en vue de les investir dans l’intérêt des actionnaires.

Je me tiens à la disposition de ceux qui auraient des questions supplémentaires. Vous pouvez aussi vous rendre sur notre site et discuter en direct avec nous.

Bien à vous tous,

Hors ligne

 

#95 19/04/2017 18h20 → Investissement forestier : en direct, groupements, foncières cotées ?

Membre
Réputation :   74 

Bonjour,

ecotree a écrit :

Mes arbres sont-ils nominatifs ? Les aléas sont-ils mutualisés si certains arbres doivent être coupés avant leur terme (maladies, dégâts, besoins de l’exploitation… ) ?
Vos arbres sont définis par une coordonnée GPS spécifique qui vous permet d’identifier très précisément les arbres que vous avez achetés. Vos arbres sont ainsi visibles sur votre compte personnel et vous pouvez à tout moment venir les visiter dans nos forêts qui sont ouvertes à cet effet. Néanmoins, au regard des aléas de la nature et au nécessaire travail forestier pour entretenir la forêt, EcoTree se réserve le droit de faire matériellement disparaître certains arbres pour les besoins de l’exploitation, et, in fine, de la récolte, laquelle profitera alors à tous les investisseurs, au prorata du nombre d’arbres achetés. Pour résumer, en finançant des arbres nominatifs, vous participez à la mise en valeur de tout un massif forestier, et vous bénéficiez du produit des coupes réalisées sur ce massif au prorata de l’investissement réalisé.

L’arbre au nominatif c’est un peu comme une quote part de massif du coup non?

Hors ligne

 

#96 19/04/2017 18h33 → Investissement forestier : en direct, groupements, foncières cotées ?

Membre
Réputation :   

En quelque sorte, oui smile

Hors ligne

 

[+2]    #97 19/04/2017 19h18 → Investissement forestier : en direct, groupements, foncières cotées ?

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1494 

Bonjour Theo,

je vous invite déjà à vous présenter dans la section ad hoc de ce forum, comme vous vous êtes engagé à le faire en signant la charte.

Vous écrivez : "lorsque quelqu’un achète un arbre, nous en plantons quatre" : je n’ai pas vu cette information dans votre FAQ. Pouvez-vous m’indiquer où cette information figure sur votre site ?

Sur la question de la disparition des arbres, votre FAQ écrit :

EcoTree se réserve le droit de faire matériellement disparaître certains arbres pour les besoins de l’exploitation, et, in fine, de la récolte, laquelle profitera alors à tous les investisseurs, au prorata du nombre d’arbres achetés. Pour résumer, en finançant des arbres nominatifs, vous participez à la mise en valeur de tout un massif forestier, et vous bénéficiez du produit des coupes réalisées sur ce massif au prorata de l’investissement réalisé.

sur le forum, vous apportez la précision suivante :
"- L’arbre au nominatif c’est un peu comme une quote part de massif du coup non?
- En quelque sorte, oui"

C’est assez contradictoire avec la notion d’achat d’arbres à l’unité. Si j’achète un arbre à l’unité, je veux bien que vous coupiez mon arbre, mais il faut alors me remplacer mon arbre. Pour rester cohérent avec la notion d’achat d’arbre unitaire, la FAQ devrait plutôt dire : "au cas où votre arbre est coupé pour des raisons d’entretien sylvicole avant l’horizon prévu pour la vente rémunératrice (10 ans pour les arbres matures et 30 ans pour les jeunes plants), nous nous engageons à vous fournir en remplacement un arbre équivalent qui sera lui aussi identifié par ses coordonnées GPS".

Là, vous dites "au pro-rata de l’investissement réalisé". Finalement, dans une forêt où il y aurait par exemple 200 arbres d’avenir à l’hectare, j’aurais acheté 1/200e du bois situé sur cette surface et je serai alors, lors de la coupe finale, rémunéré à ce pro-rata là. Mais dans ce cas, l’information du nombre d’arbres d’avenir à l’hectare est cruciale ! J’aimerais bien savoir, moi, le nombre de copropriétaires à l’hectare ! Savoir si j’ai acheté 1/200e ou 1/400e d’hectare !

Accessoirement, c’est jeune 30 ans, même pour du résineux. Vous parlez de gestion durable, d’éviter les coupes rases etc. Du résineux récolté à 30 ans, c’est assez intensif comme production. A moins qu’il n’y ait quelque chose qui m’échappe.

Autre conséquence intéressante de votre explication "lorsque quelqu’un achète un arbre, nous en plantons quatre" : vous ne vendez donc à l’unité que les arbres d’avenir ? Le produit de la vente des 3 autres arbres, dont une grande partie sera rémunératrice car vendue lors des éclaircies, c’est donc entièrement pour votre poche ? A l’acheteur de "jeune plant" les revenus lointains des arbres d’avenir qui seront exploités à 30 ans ; à vous les revenus intermédiaires des autres arbres. C’est une partie intéressante de votre modèle économique ; partie que je n’ai pas vue sur votre site !

Je suis désolé, mais je trouve qu’il y a un énorme manque d’informations sérieuses sur les arbres achetés. Si je prends l’exemple d’un Douglas "mature" à 29 €, les seules informations à disposition de l’acheteur sont : le nom et la localisation de la forêt, l’essence, et le qualificatif "mature" qui d’après la FAQ signifie "un horizon de coupe prévu à dix ans". Il y a aussi beaucoup d’informations génériques sur cette essence et une jolie prose sur cette forêt et tout ça, mais rien de bien précis.

Si je suis prêt à acheter un arbre à l’unité (ou quelques arbres), j’aimerais savoir : âge ; volume unitaire actuel ; volume unitaire attendu à l’exploitation ; ordre de grandeur du prix de vente attendu dans 10 ans (au prix de marché actuel du m3, car personne n’est devin) ; densité à l’hectare de la parcelle. Avec ces chiffres, je pourrais avoir une estimation de mon gain à échéance donc de la rentabilité de mon investissement. Un douglas d’1 m3 n’a pas la même valeur qu’un douglas de 3 m3. Même en supposant un même prix au m3, celui de 3 m3 vaut forcément trois fois plus…
En fait, il faudrait même en savoir plus, car le prix de vente attendu, pour une essence donnée dépend énormément de la qualité du bois… Rien que pour le Douglas, entre une belle qualité sans noeuds et une qualité plus noueuse… C’est encore pire pour les chênes, où le prix de vente peut varier énormément suivant la qualité (quelques dizaines d’euros/m3 pour des bois médiocres et jusqu’à plus de 1000 €/m3 pour des bois dont on fait les tonneaux…).
Quand on mixe le volume unitaire et la qualité du bois, un chêne "mature", à la vente, ça peut valoir à peu près entre 30 € et 5 000 € pièce, soit une différence d’un facteur de plus de 100. Comment savoir la valeur des chênes "matures" que vous proposez à la vente ?

Idéalement, j’aimerais aussi en savoir un peu plus sur la parcelle où se trouve l’arbre que je vais acheter. Logiquement, il devrait y avoir un document de gestion (probablement un PSG). J’aimerais bien en lire le PSG avant de choisir d’y acheter des arbres… Prévoir de mettre le PSG téléchargeable en pdf pour que chaque acheteur soit vraiment pleinement renseigné sur ce qu’il achète ?

La seule chose que vous écrivez sur la rentabilité de l’investissement est "nous estimons le rendement entre 2 et 4% par an en intérêts composés". C’est trop vague, désolé.

Sur ce forum qui s’adresse à des investisseurs, je ne peux qu’encourager les gens à savoir ce qu’ils achètent et quelle rentabilité ils en attendent. A mon humble avis, votre offre ne permet pas cela.

Vous utilisez des arguments juridiques sur votre site, en expliquant notamment qu’il s’agit d’un achat de "bien meuble par anticipation".

Permettez-moi alors de signaler un des articles fondamentaux du code civil (article 1583) : il y a vente dès lors qu’il y a accord sur la chose et le prix. Ce qui suppose que la chose soit clairement définie, que l’acheteur en connaisse les "caractéristiques essentielles" comme le prévoit le code de la consommation.

A mon sens, dans votre offre, la chose n’est pas suffisamment bien définie. Définir un arbre uniquement par son essence, sa localisation, et la qualification "jeune plant" ou "mature" ne définit pas suffisamment bien la chose achetée, ne permet pas d’en connaître les caractéristiques essentielles. A la rigueur, que "jeune plant" soit un descriptif acceptable, je veux bien, mais sur les arbres matures, il y a beaucoup de variabilité et c’est là que essence, localisation et "mature" ne suffit pas.

Si vous vendez des arbres à l’unité, vous devez aussi les décrire individuellement (âge, diamètre, cubage, etc.), de façon à ce que l’acheteur connaisse les caractéristiques essentielles de la chose achetée. A mon humble avis.

Dernière modification par Bernard2K (20/04/2017 08h17)


On vous en veut de ce que vous savez, et de ce que votre interlocuteur ne sait pas.

Hors ligne

 

#98 20/04/2017 10h59 → Investissement forestier : en direct, groupements, foncières cotées ?

Membre
Réputation :   32 

K.O. PERFECT
(mes jeunes années à jouer aux jeux de combats sur console)
C’est une petite boutade mais une fois de plus B2K a parfaitement raison et qu’importe le montant investi, je dois en connaitre toutes les caractéristiques!

Hors ligne

 

#99 20/04/2017 11h02 → Investissement forestier : en direct, groupements, foncières cotées ?

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   127 

Bernard2K a écrit :

Raisonner par arbre est un non-sens pour le forestier, surtout à partir du jeune plant. En résineux par exemple, on plante souvent de l’ordre de 1000 à 2000 arbres par hectare, et puis au fur et à mesure des entretiens et éclaircie, on va arriver à peut-être 200 arbres par hectare à maturité. La première sélection ne rapporte rien car les arbres sont trop petits (on parle de dépressage) ; les éclaircies suivantes sont vendues, la première bon marché (bois de faible diamètre partant souvent pour la pâte à papier), la seconde nettement mieux ; généralement la 3e récolte est la coupe finale.

Marrant votre description, c’est un peu ce que je vois faire artisanalement :
En gros de temps à autre (entre 20 et 50 ans selon la motivation du propriétaire, la repousse, …), on coupe la parcelle, en dégageant le bois pour le chauffage, et laissant les prometteurs (chêne bien droit par exemple) en place.
Et une fois tout les xx années (là j’ai moins d’expérience, car bien moins courant), revente des beaux bébés sur pied.
Et on repart pour un tour.
Souvent parcelle en forêt donc la repousse, c’est naturelle! wink

Par contre, c’est artisanal, mais à ma connaissance, c’est la façon de faire majoritaire dans le secteur.
Certains n’ont pas envie de s’embêter à vendre certains bois sur pied et coupe l’ensemble pour faire du bois (en laissant un peu de jeunes arbres pour la fois suivante)

Hors ligne

 

#100 20/04/2017 13h09 → Investissement forestier : en direct, groupements, foncières cotées ?

Membre
Réputation :   

Bonjour Bernard,

Pardon de cet oublié désormais rectifié, je suis désormais présenté dans la section ad hoc.

Je vous remercie de vos nombreuses réflexions sur le concept EcoTree et sur son modèle économique. Cela nourrit les nôtres et c’est de l’intelligence collective.

Pour répondre aux nombreux points que vous soulevez, je voudrais d’abord revenir aux fondamentaux d’EcoTree, loin des arguties juridiques ou économiques (qui me passionnent néanmoins). Notre vocation est de récompenser la conscience écologique des particuliers, plutôt que de la sanctionner. Pourquoi est-ce que dans les pays scandinaves, aucune bouteille en plastique ne traîne sur les trottoirs ? Parce que la bouteille est consignée et qu’en la ramassant pour la déposer dans une machine, vous obtenez quelques pièces. En France, la tendance est plutôt à la sanction permanente et l’expérience montre que ce n’est en aucun cas incitatif. Pour intéresser les gens à la forêt française (et permettre de participer à sa remise en état), nous avons imaginé un mécanisme qui puisse permettre d’avoir un retour sur investissement. Ce n’est pas un produit financier, ce n’est sûrement pas ce qui fera de vous Crésus, mais nous avons inversé la logique et sommes passés de la sanction à la récompense. Aussi, les nombreux particuliers qui nous font confiance, comme les grands groupes institutionnels, adhèrent à cette logique. Ils savent qu’en achetant des arbres, ils deviennent propriétaires d’un actif forestier concret, durable et authentique à intégrer dans leur patrimoine ; que ces arbres, en grandissant, constituent un bien qui prend intrinsèquement de la valeur avec le temps, indépendamment de la demande ou du cours du bois.

Pourquoi avons-nous fait le choix de ne pas insister tant que cela sur l’estimation de gain à échéance ? D’abord et avant tout car nous ne sommes pas un produit financier : nous proposons des arbres sur pied dont chacun sait qu’ils prendront de la valeur avec le temps. Ensuite car nous ne souhaitons pas que la nature (en l’espèce la forêt) soit le cache-sexe d’une spéculation financière, il existe d’autres établissements pour cela. Enfin, car comme en dispose notre FAQ, nous souhaitons que les gens qui s’intéressent véritablement à la forêt et à ses fruits s’invitent eux-mêmes à regarder les nombreux rapports officiels qui décrivent le formidable potentiel du bois et sa qualité de valeur refuge. Nous pourrions faire une publicité à outrance sur le rendement de la forêt (et Dieu sait que les chiffres sont bons) mais cela irait à l’encontre de notre philosophie qui est d’abord fondée sur un geste environnemental qui a du sens.   
   
A plusieurs reprises, vous soulevez des points qui relèvent de notre modèle économique. Vous conviendrez avec moi que nous ne sommes pas nécessairement tenus de les exhiber à hue et à dia même si nous n’avons rien à cacher. La stratégie d’une entreprise est de proposer un modèle simple, concret, tangible et honnête à ses consommateurs. Les tenants et aboutissants pour y arriver relèvent de la cuisine interne, sont la plupart du temps très techniques, et n’intéressent, en tout état de cause, pas grand monde. Pour parvenir à ce que nous proposons aujourd’hui, nous avons travaillé plus de deux ans. Deux ans pendant lesquels nous nous sommes entourés d’une escouade de juristes, avocats, professeurs de droit ; d’experts comptables, de fiscalistes, de grands cabinets d’audit pour ne pas les nommer. Deux ans pendant lesquels nous avons aussi énormément échangé avec les acteurs de la forêt (dont nous sommes issus), les administrations, l’Etat. J’admets bien volontiers que vous souleviez des questions. Mais la façon dont vous les soulevez et annoncez ce qui vous siérait est offensant pour les nombreux experts et spécialistes qui ont contribué à l’édification d’EcoTree. J’ajoute enfin qu’après être passé sous les fourches caudines d’un certain nombre de grands groupes (dont vous connaissez le titillement juridique et financier) et de cabinets d’avocats et d’expertise comptable qui comptent parmi nos clients, de nombreux médias de premier plan (dont on sait la propension à essayer de trouver la faille), je peux vous assurer que le concept est au point.

Je vous rejoins sur l’idée de mettre rapidement en place les moyens pour que chaque client puisse disposer d’un PSG et sur le fait qu’un certain nombre de précisions utiles pourraient venir compléter ce qui existe déjà ! C’est tout le challenge d’une startup qui grandit vite, qui est au four et au moulin, mais qui doit aussi recevoir avec humilité et reconnaissance les bons conseils !

Bien à vous,

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech