Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Favoris 1    #101 05/04/2020 20h47

Membre
Réputation :   13  

Vibe a écrit :

Job a écrit :

Entendu au JT d’hier
source notaires
- 5% à Paris et - 10% en province

Sur BFM Business (source : Intégrale placement, la semaine dernière), un expert immobilier disait avoir observé des chutes de 15 à 20 % des prix affichés sur le Bon Coin pour l’immobilier parisien.

J’ai à ma disposition un logiciel qui scanne Le Bon Coin tous les jours (une sorte de Castorus ++) et je n’observe pas (pas encore?) cette chute sur Paris, en tout cas pas sur les arrondissements que je surveille (Est parisien principalement). C’est quelques pour cent tout au plus. Mais comme dit plus haut, ce que l’on observe par contre de façon flagrante c’est une chute du volume d’annonces.

En général, le volume précède les prix mais ce n’est qu’un poncife pour l’instant.

Dernière modification par XavierAM (05/04/2020 20h51)

Hors ligne Hors ligne

 

#102 05/04/2020 20h58

Membre
Réputation :   95  

Pas de chute des prix non plus sur l’agglomération bordelaise pour le moment.

Hors ligne Hors ligne

 

#103 05/04/2020 21h13

Membre
Réputation :   81  

Bonjour surin,
je pense qu’il s’agit de l’interview d’Olivier Marin, rédacteur en chef du Figaro Immo qui note dans les annonces une modification des prix proposés dans l’ancien à Paris avec une baisse de 5 à 20 % ( mais c’est les annonces pas les ventes)
Lien : Vers un retournement de tendance dans l’immobilier?
à partir de 2 ’ 09’’
Note : j’habite en Corrèze, les parisiens sont au vert, les prix ne bougent pas :-)

Hors ligne Hors ligne

 

#104 05/04/2020 21h46

Membre
Réputation :   39  

XavierAM a écrit :

Vibe a écrit :

Job a écrit :

Entendu au JT d’hier
source notaires
- 5% à Paris et - 10% en province

Sur BFM Business (source : Intégrale placement, la semaine dernière), un expert immobilier disait avoir observé des chutes de 15 à 20 % des prix affichés sur le Bon Coin pour l’immobilier parisien.

J’ai à ma disposition un logiciel qui scanne Le Bon Coin tous les jours (une sorte de Castorus ++) et je n’observe pas (pas encore?) cette chute sur Paris, en tout cas pas sur les arrondissements que je surveille (Est parisien principalement). C’est quelques pour cent tout au plus. Mais comme dit plus haut, ce que l’on observe par contre de façon flagrante c’est une chute du volume d’annonces.

En général, le volume précède les prix mais ce n’est qu’un poncife pour l’instant.

Bonsoir,

Les vendeurs et acheteurs ont une attitude attentiste, non seulement parce qu’ aucune visite n’est possible pour le moment, et ce "jusqu’à nouvel ordre", mais également personne ne sait comment ça va se passer lors de la reprise: baisse des prix ( par exemple si les banques ne prêtent que difficilement), stagnation, voire augmentation ( si les gens préfèrent liquider leur épargne et se réfugier dans "la pierre" avec une forte demande, ou en cas de raréfaction réelle de l’offre comme en 2008 ce qui fait augmenter les prix).
Trop tôt pour le dire… Pour le moment tout est plus ou moins bloqué, malgré la possibilité depuis le 3 avril de signer une vente par internet.
J’ai un achat d’ appartement en cours qui traine, je parle en connaissance de cause.

Sans indiscrétion, quel est ce logiciel qui scanne les annonces ?

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #105 05/04/2020 21h50

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1034  

Ecoutez ça ne correspond pas à une "source notaires". J’ai cherché dans les JT, sur le site des notaires et n’ai rien trouvé en ce sens. J’ai perdu mon temps et on me colle des -1 parce que j’en ai mis à ceux qui ont mis ça sur la table.

Certains forumeurs devraient contrôler leurs messages avant de poster et sourcer plus précisément, une source ce n’est pas affirmer je l’ai vu là, il faut la nommer précisément et donner un lien. Ou à la limite JT de France 2 de telle date, soir ou midi.
Non vraiment je regrette que ce fil parte sur ce genre de dérives, les variations de prix sur les annonces n’apportent pas grand chose, ce qui compte c’est ce qui va venir des notaires, une fois que d’autres ventes se feront, ce qui semble se remettre en marche, à voir à quel rythme.

Edit : orthographe, merci deb, y’en avait une autre, vraie de vraie celle-là, oubliée car je l’avais vue en relecture ^^

Dernière modification par Surin (05/04/2020 22h08)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #106 05/04/2020 21h52

Membre
Réputation :   13  

Antesite a écrit :

J’ai un achat d’ appartement en cours qui traine, je parle en connaissance de cause.

Sans indiscrétion, quel est ce logiciel qui scanne les annonces ?

Pareil ici, nous avons une offre d’achat signée pour de l’investissement locatif mais tout est gelé, les notaires, les banques, les mairies. Je vous rejoins sur le fait qu’il est difficile de tirer des conclusions avant la sortie du confinement.

Le logiciel que j’utilise est un robot développé par mes soins pour mes besoins d’analyse immobilières. A ma connaissance il n’existe pas d’équivalent commercial, Le Bon Coin étant assez restrictif sur l’utilisation des annonces postées sur le portail.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #107 05/04/2020 21h59

Membre
Réputation :   14  

J’ai actuellement la vente d’un terrain sous compromis depuis fin novembre 2019.
Mon notaire m’indique que l’instruction du permis ( les préemptions ) sont bloqués jusqu’à la fin de l’état d’urgence sanitaire plus un mois.
J’ai un terrain aussi en annonces sur Lbc et bien sûr plus de visite, ni d’appel.
Un contact bien avancé avec un acquéreur potentiel qui a entamé des démarches auprès de constructeur mais plus de news lorsqu’il m’a confirmé son intérêt pour le terrain au début du confinement.
Par contre j’envisage pas de baisser le prix, quitte à pas le vendre.

Surin a écrit :

Ecoutez ça ne correspond pas à une "source notaires". J’ai cherché dans les JT, sur le site des notaires et n’ai rien trouvé en ce sens. J’ai perdu mon temps et on me colle des -1 parce que j’en ai mis à ceux qui ont mis ça sur la table.

Certains forumeurs devraient contrôler leurs messages avant de poster et sourcer plus précisément, une source ce n’est pas affirmer je l’ai vu là, il faut al nommer précisément et donner un lien. Ou à la limite JT de France 2 de telle date, soir ou midi.
Non vraiment je regrette que ce fil parte sur ce genre de dérives, les variations de prix sur les annonces n’apportent pas grand chose, ce qui comte c’est ce qui va venir des notaires, une fois que d’autres ventes se feront, ce qui semble se remettre en marche, à voir à quel rythme.

Bonsoir Surin,
après avoir essayé de tirer l’orthographe du forum vers le haut, vous vous êtes enfin décidé à vous mettre au niveau!
Je n’ai pas osé le  -1. ^^

Dernière modification par debcos (05/04/2020 22h08)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #108 06/04/2020 15h10

Membre
Réputation :   25  

Pour info concernant Paris : +0,7% d’augmentation des prix au m2 entre février et mars et -8% d’annonces publiées sur Se Loger en mars.

Source : Hosman

Hors ligne Hors ligne

 

#109 06/04/2020 18h40

Membre
Réputation :   2  

Surin a écrit :

Ecoutez ça ne correspond pas à une "source notaires". J’ai cherché dans les JT, sur le site des notaires et n’ai rien trouvé en ce sens. J’ai perdu mon temps et on me colle des -1 parce que j’en ai mis à ceux qui ont mis ça sur la table.

Certains forumeurs devraient contrôler leurs messages avant de poster et sourcer plus précisément, une source ce n’est pas affirmer je l’ai vu là, il faut la nommer précisément et donner un lien. Ou à la limite JT de France 2 de telle date, soir ou midi.
Non vraiment je regrette que ce fil parte sur ce genre de dérives, les variations de prix sur les annonces n’apportent pas grand chose, ce qui compte c’est ce qui va venir des notaires, une fois que d’autres ventes se feront, ce qui semble se remettre en marche, à voir à quel rythme.

Edit : orthographe, merci deb, y’en avait une autre, vraie de vraie celle-là, oubliée car je l’avais vue en relecture ^^

Bonjour,
ce n’est pas cet article dont certains membres parlent sans en faire référence ?

Immobilier : face au coronavirus, les notaires anticipent une chute «des prix de 10 à 15%

Article du Parisien, en date du 24 mars.

Immobilier : face au coronavirus, les notaires anticipent une chute «des prix de 10 à 15%» - Le Parisien

Hors ligne Hors ligne

 

#110 06/04/2020 21h22

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1034  

Non. Si l’on écrit "source notaires", ce sont les chiffres officiels des notaires. Sinon on écrit "source l’avis/ressenti d’un notaire" en l’occurrence ce notaire président du Conseil supérieur du notariat (CSN) et dans tous les cas on donne un lien.
Il faut être précis, d’ailleurs si vous avez un bref passage de l’article en question concernant ce point (je n’y ai pas accès), ça serait intéressant de le comparer au titre mis par le journaliste, j’imagine que ce Monsieur a employé le conditionnel, contrairement au titre justement.

Pour info, je n’avais pas vu ce message qui dit deci :

InvestisseurHeureux le 14 mars a écrit :

18 À 19 000 VISITEURS PAR JOUR

Le trafic de nos forums est passé de 11-13 000 visiteurs par jour à 17-19 000 visiteurs par jour depuis le krach de lundi.

Maintenir l’esprit originel (uniquement des messages factuels et circonstanciés, pas d’opinion sans argumentation) devient une gageure.

Même des membres habitués commencent à se laisser aller et à tomber dans des propos de café du commerce.

S’il vous plaît, respectez notre charte :
- gardez la tête froide,
- soyez toujours factuel,
- sourcez vos propos.

Extrait de notre charte a écrit :
2. Des rumeurs, vous ne propagerez

4. Concis et factuel, vous serez


5. D’humour douteux et autres condescendances, vous vous abstiendrez

19. Dans le pessimisme, vous ne tomberez, votre vie sera ce que vous en ferez

Factuellement, on ne sait pas comment les prix ont évolué. Nous auront des réponses partielles avec les ventes qui vont redémarrer à feux doux mais surtout sur l’élan de pré-contrats signés avant le confinement. Certains acheteurs se seront rétractés, restent ceux qui maintiennent leur achat en dépit de la situation. Ce n’est toujours pas représentatif.
Ca devrait baisser - c’est mon avis - mais nul ne sait de combien et sur quelle durée.

Hors ligne Hors ligne

 

#111 06/04/2020 21h23

Membre
Réputation :   25  

Pour info le volume de ventes a chuté de plus de 80% (sur un an, sur la 2e quinzaine du mois de mars) dans le réseau Century 21.

Source : Good Morning Business (sur BFM Business) de ce matin, où Laurent Vimont (président du réseau Century 21) intervenait. C’est à la 4e minute du podcast de l’émission.

Hors ligne Hors ligne

 

#112 07/04/2020 10h20

Membre
Réputation :   2  

Surin a écrit :

Non. Si l’on écrit "source notaires", ce sont les chiffres officiels des notaires. Sinon on écrit "source l’avis/ressenti d’un notaire" en l’occurrence ce notaire président du Conseil supérieur du notariat (CSN) et dans tous les cas on donne un lien.
Il faut être précis, d’ailleurs si vous avez un bref passage de l’article en question concernant ce point (je n’y ai pas accès), ça serait intéressant de le comparer au titre mis par le journaliste, j’imagine que ce Monsieur a employé le conditionnel, contrairement au titre justement.

Bonjour,
l’accès à l’article est disponible sans abonnement (en tout cas j’y accès sans problème).
J’extrait ci-dessous un bref extrait de l’article, la conclusion:

Faut-il s’attendre à une crise grave dans l’immobilier ?
On devrait connaître une crise comparable à celle de 2012-2013 avec une correction des prix de 10 % à 15 %. On aura incontestablement une baisse des transactions mais réduite grâce au maintien de taux d’intérêt bas, ceux-là mêmes qui soutiennent le marché immobilier aujourd’hui… En cas de crise de courte durée. Si le confinement venait à durer deux mois, ce serait en revanche une vraie catastrophe. N’oublions pas que la crise de 1990-1997 a vu les prix chuter de 50 % à Paris et le nombre de ventes dans des proportions identiques

Oui, l’interviewé utilise le conditionnel, puisque évidemment personne ne peut prévoir le futur.
Par contre, son statut de Président du Conseil notarial lui donne légitimité pour parler au nom des notaires, comme le suggère le site internet du CSN

Le Conseil supérieur du notariat est l’organisation professionnelle du notariat habilitée à s’exprimer au nom des notaires de France)

Le titre mis par le journaliste, même s’il s’agit d’une tournure d’écriture, n’est en rien abusif.

Hors ligne Hors ligne

 

#113 07/04/2020 11h42

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1034  

Si vous avez envie d’avoir raison, allez-y, continuez de mélanger conditionnel et affirmations.
Le message de Job était une affirmation. Je vais être factuel : elle est fausse et ne correspond pas à l’article que vous mettez en lien.
Je ne dis pas que les prix ne baisseront pas de 10 à 15%, ou de 5% à Paris et 10% en province, je continue d’affirmer que personne n’en sait rien, à commencer par les professionnels de l’immobilier. La réponse ça sera après la crise ou à défaut les mois prochains, en attendant lire son horoscope revient au même.
Mais vous avez raison si c’est ce que vous voulez entendre.

Vous ne vous êtes inscrit sur ce forum que pour alimenter/spéculer sur cette discussion ?
Vous maîtrisez bien les "quote" pour un nouveau, c’est plutôt étrange …

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #114 07/04/2020 12h33

Membre
Réputation :   2  

Rebonjour,

Mon premier post sur ce forum n’avait pas l’ambition d’être polémique, je ne faisais que mettre en avant un article correspondant à l’esprit de certaines contributions lues plus haut, avec un minimum de précision sur les sources employées.

Je vous rejoins évidemment sur le fait que personne n’est capable d’affirmer dans quel sens les prix vont évoluer, mais l’avis du président du conseil notarial est toujours intéressant à écouter dans ce contexte (non, ce n’est pas un notaire comme les autres).

Quand à votre réflexion sur les citations et le balisage, je prends cela comme un compliment et une marque de bienvenue sur le forum.

Hors ligne Hors ligne

 

#115 07/04/2020 13h40

Membre
Réputation :   14  

Bonjour
j’e ne suis pas devin, mais dans mon imaginaire je ne voie pas de chute des prix, bien que selon la longueur de la crise sanitaire et la reprise qui en découlera cela reste possible.
Il y aura toujours des biens à vendre au même niveau de prix ou très peu de baisse.
Cela baissera si moins de personnes sont acheteuses ( offre et demande).
Par contre je voie plutôt une réorientation vers la campagne des achats ( au cas il y est encore des confinements dans l’avenir c’est plus sympa), avec une augmentation des tarifs vendeurs.

Hors ligne Hors ligne

 

#116 08/04/2020 10h26

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   219  

Petite analyse perso et rapide d’une phase d’expansion contraction d’un marché immobilier.

Conditions propices au démarrage d’un processus d’auto-renforcement :

-Les taux d’intérêt immobilier sont élevés

-Les emprunteurs les plus risqués sont exclus du marché par les conditions de credit sévères : apport élevé en liquidité , faible durée des crédits.

-Souvenir marquant des participants (banques, emprunteurs) concernant la dernière récession et de ses conséquences  .

-Il ne reste plus que les entreprises de construction les plus solides endurcies par des années de vache maigres , les ouvriers sont compétents et spécialisés .

-Les coûts de construction à cause d’une capacité de production faible dans le secteur sont hauts .

-Le pays à un faible taux de propriétaires.

-Taux d’effort des ménages lié à l’occupation de leur résidence principale et faible

——————————

L’amorçage du processus auto-renforçant peut être provoqué par :

-Une baisse du taux directeur des banques centrales.

-La croissance économique du pays.

-Une fiscalité et une réglementation plus favorable.

———————————

Début de la phase d’expansion :

La baisse des taux d’intérêts provoquée par les banques centrales et la croissance économique va avoir pour effet d’augmenter le pouvoir d’achat immobilier et de  solvabilliser de plus s’en plus les emprunteurs .

Ces nouveaux candidats à l’accession immobilière feront pression sur le marché immobilier ce qui augmentera les prix.

L’augmentation des prix et de la demande va stimuler les acteurs de la construction . Ceux là vont embaucher, investir et s’endetter pour faire face à cette nouvelle demande . Ces embauches vont stimuler l’économie car le secteur représente une bonne part de la masse salariale du pays .
L’économie ainsi stimulée, le pays va améliorer ses indicateurs  rassurant chaque jour un peu plus les prêteurs.

Ces bonnes nouvelles vont petit à petit effacer les stigmates de la dernière récession et améliorer la santé des banques car celle-ci vont commencer à voir leurs activités croître :

Augmentation du portefeuille de crédits.
Diminution du pourcentage de mauvaises créances.
Augmentations des résultats.
Augmentation des capitaux propres

Lorsque les banques sont en meilleur santé , celles-ci peuvent prêter plus et abaisser les conditions d’emprunts et cela aura pour effet de solvabiliser encore plus de candidat à l’accession etc etc etc.

Attirer par l’augmentation des prix et des rendements de nouveaux produit financier vont se multiplier :
Les SCPI , Les OPCI,  Les FPI , Les FCPI  et bien d’autres.

Ces produits apporteront toujours plus d’argent sur le marché immobilier cela favorisera l’augmentation de la demande et des prix , ce qui grâce au processus d’auto-renforcement évoqué, va améliorer le rendement de ces produits ce cercle vertueux va  attirer encore plus de nouveaux investisseurs etc etc.

Les banques et les participants  qui auront complètement oubliés la dernières crise immobilière vont se mettre à se servir de ces produits financiers comme collatéraux pour l’obtention de nouveaux prêts gagnant sur plusieurs tableaux à la fois en augmentation de leur porte-feuille de credit mais aussi avec l’amélioration des résultats grâce aux frais de commission de ventes de ces produits .

Dans une phase d’expansion poussée à l’extreme , grâce à un taux de propriétaire de plus s’en plus élevé et un pays devenu dépendant économiquement de son immobilier . Les électeurs voteront pour des représentants politiques en faveur du maintien voir du renforcement d’une fiscalité immobilière attractive (Exonération PV résidence principale, pas d’imposition de loyers fictifs sur RP etc). Soutient au marché en augmentation par exemple APL.

——————————

Si rien n’arrête ce processus  nous obtiendront de nouvelles conditions propices à un retournement de tendance :

-Les taux d’intérêt immobilier très bas.

-Les conditions de crédit très favorable :
   Prêt sans apport
   Taux d’endettement pouvant aller jusqu’a 40%
   Durée d’emprunt jusqu’a 30 ans

-Un taux de propriétaire élevée (plus de 50%)France:(environ 60%).

-Des participants sans aucun souvenir de ce qu’est une crise immobilière.

-Taux d’effort des ménages lié à l’occupation de leur résidence principale haut (quasi insupportable en France pour les classes moyenne).

-Un secteur de la construction fragilisé par des derniers entrants sans capitaux et endettés avec une masse salariales trop élevée pour supporter le moindre retournement de tendance .

-Une spéculation extreme à travers les produits financiers et l’investissement locatif ne pouvant supporter une baisse des loyers.

-Des investisseurs locatifs sans expérience avec des locataires de moins s’en moins solvables car les plus safe auront rejoint le camps des propriétaires . 

-Une santé économique d’un pays trop dépendante du marché immobilier : Rentrés fiscales indexés sur les prix du marché immobilier ex :
   Taxes foncières
   Frais de notaire
   Imposition sur les plus-values et loyers
   
——————————

L’amorçage du processus auto-renforçant négatif peut être provoqué par plusieurs facteurs :

-L’arrivé au pouvoir d’un président contre l’immobilier (Macron par ex).
-Une récession. ( Le Coronavirus va provoquer une récession sans précèdent)
-Une augmentation des taux d’intérêts.

PS : IL existe encore plus de facteur aggravant la phase d’expansion/contraction si je passe encore plus de temps sur ce dossier je pourrai vous s’en trouver pleins.

Le but de cette analyse est surtout de placer sous projecteur le coté hautement cyclique qu’est le marché immobilier .
Une caractéristique qui me semble complètement oubliée chez les Français d’aujourd’hui .

Dernière modification par vbvaleur (08/04/2020 10h54)

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #117 08/04/2020 11h19

Modérateur
Top 20 Réputation
Réputation :   2367  

Cette analyse, qui par certains aspects fait sens, me semble un peu caricaturale.

Par exemple, le taux de propriétaires n’est pas un paramètre qui évolue très vite, qui ne varie guère, même sur des durées longues (sur 10 ans par exemple), et donc ne doit guère avoir d’impact sur les "cycles" de l’immobilier.
Autre aspect négligé : le niveau des frais, lors de l’acquisition d’un bien immobilier, est élevé (7-10% voire plus quand on compte tout) et constitue un frein aux cycles.

Note : les "FCPI", ce n’est PAS de l’immobilier (le "I" est pour "Innovation"), mais du capital risque. Ca na rien a voir avec les SCPI ou OPCI. Le fait que certains FCPI puissent concerner des sociétés liées à l’immobilier n’y change rien (même si certains vendeurs essaient de jouer sur l’ambiguïté) : c’est alors du capital risque sur ce type de societes.


J'écris comme "membre" du forum, sauf mention contraire. (parrain Fortuneo: 12356125)

Hors ligne Hors ligne

 

#118 08/04/2020 12h09

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   219  

Pour parler du marché immobilier Français pour moi le cycle est en hausse depuis 25 ans actuellement.
Il à montré des signes d’affaiblissement en 2008 et 2011 mais ça à vite été compensé par la baisse des taux. La BCE étant un participant drôlement puissant quand elle n’à pas utilisé toutes ses cartouches .
Heureusement nos endettements majoritairement a taux fixes nous protège d’une variation de taux importante et rapide ça stabilise le marché mais cela ne rend pas le marché non-cyclique pour autant.

GoodbyLenine a écrit :

Autre aspect négligé : le niveau des frais, lors de l’acquisition d’un bien immobilier, est élevé (7-10% voire plus quand on compte tout) et constitue un frein aux cycles.

Je ne vois pas en quoi ?

Pour freiner en partie le cycle rien de tel que la réglementation : La durcir de façon conséquente quand tout va bien et relâcher quand ça va mal.
Néanmoins, ils font trop souvent l’inverse.

Ces dernières années les banques ont octroyer des prêts à tout va et à n’importe qui .
On emprunte carrément sans apport … Par comparaison en Suisse les banques demandes 20% d’apport plus les frais de notaire …
Elles calculent le taux d’endettement en prenant un taux fictif de 5% d’intérêt alors que les taux réel sont proche de 0.

Nous pouvons nous pencher sur les détails sans importance pour imaginer un marché immobilier traversant les crise car c’est une valeur refuge.

Il y’a bien un moment ou on sera obligé d’ouvrir les yeux car il n’existe plus aucun catalyseur d’ampleur pour soutenir le marché, à l’inverse il y’a une crise d’ampleur à traverser .

Dernière modification par vbvaleur (08/04/2020 12h14)

Hors ligne Hors ligne

 

#119 08/04/2020 12h38

Modérateur
Top 20 Réputation
Réputation :   2367  

vbvaleur a écrit :

Pour freiner en partie le cycle rien de tel que la réglementation : La durcir de façon conséquente quand tout va bien et relâcher quand ça va mal.
Néanmoins, ils font trop souvent l’inverse.

C’est qui "ils" dans cette dernière phrase ?

Pour ma part, j’ai constaté ces derniers mois pas mal de décisions réglementaires visant clairement à restreindre l’accès au crédit, pour des acquéreurs immobiliers pas assez solides financièrement pour en assumer les conséquences. Ainsi les banques se sont vues préciser comment calculer les ratios d’endettement de leurs clients, et limitées au niveau de l’octroi de crédits immobilier (en % de dossiers ne respectant pas des critères stricts). Et il y a moultes témoignages sur le forum que les banques répercutent ce "durcissement".
En relation avec le Covid-19 (thème de cette discussion), je n’ai identifié aucune disposition réglementaire incitant à prendre plus de risques sur des investissements immobiliers.
Par ailleurs, et ceci n’est pas nouveau, un banquier qui accorderait un crédit immobilier à un client trop fragile engagerait sa responsabilité (cf son devoir de conseil), le cadre légal et réglementaire l’empêcherait de s’exonérer de cette responsabilité, et ça a déjà coûté cher à certains.
On est très loin d’une situation "open bar", comme on en avait une aux USA vers 2007 (ou, toutes proportions gardées, en France au début des années 90).

Le marché de l’immobilier en France est très différent selon la localisation des biens. Il n’est "haussier depuis 25 ans" que dans certaines zones géographiques : en gros dans les principales métropoles, où la demande excède structurellement et durablement l’offre. Cette tendance ne date pas de 25 ans d’ailleurs, encore plus si on "oublie" la crise des années 1994-98 (qui avait des causes particulières, dues à divers abus spéculatifs).

Ceci dit, la crise générée par le Covid-19 pourrait bien avoir un impact sur le marché immobilier. Mais il n’est pas du tout évident de prévoir cet impact actuellement, ni son ampleur, ni les segments du marché qui seraient impactés. Ceci n’est guère  un impact des "cycles" du marché. On manque de visibilité, et ceux qui croient avoir de la visibilité n’ont qu’à se projeter en février 2020 pour constater qu’ils n’avait pas alors la bonne visibilité.


J'écris comme "membre" du forum, sauf mention contraire. (parrain Fortuneo: 12356125)

Hors ligne Hors ligne

 

#120 08/04/2020 12h54

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   219  

Le Haut Conseil de stabilité financière (HCSF) vient tout juste d’émettre des recommandations …
Franchement avant ça c’était open bar.
Et les conséquence de ces recommandations ont à peine eu le temps de se faire sentir que le Covid-19 est arrivé.  Nos banques sont immunodéprimée face au covid19 certaines d’entres elles ont même qu’un seul poumon  .

gbl a écrit :

Le marché de l’immobilier en France est très différent selon la localisation des biens. Il n’est "haussier depuis 25 ans" que dans certaines zones géographiques : en gros dans les principales métropoles, où la demande excède structurellement et durablement l’offre. Cette tendance ne date pas de 25 ans d’ailleurs, encore plus si on "oublie" la crise des années 1994-98 (qui avait des causes particulières, dues à divers abus spéculatifs).

Oui je sais la France à plusieurs marchés immobilier ça fait des années qu’on nous le rabâche.
Dans le marché boursier y’a bien plusieurs secteurs et ils ne se comporte pas tous pareil pendant une crise boursière.
Je peux aussi vous parler des secteurs qui ont bien résisté aux krach pour vous expliquer peut-être que la bourse c’est pas cyclique …
Mais franchement si vous n’avez pas compris ou je voulais en venir avec mes textes et que vous ne voyez pas de puissants catalyseurs négatifs en ce moment.

Restons s’en là est faisons le point dans 6 mois, je suis prêt à parier à la baisse le marché immobilier français si il n’y aurait pas de meilleurs rendements a faire en pariant a la hausse ailleurs .

Dernière modification par vbvaleur (08/04/2020 13h47)

Hors ligne Hors ligne

 

#121 08/04/2020 14h21

Membre
Réputation :   0  

Entièrement d’accord. Le prix de l’immobilier est avant tout, une question d’offres et de demandes.

Les offres vont augmenter, dans les régions très touchées par le virus; c’est triste mais c’est comme cela.

Les demandes n’augmenteront pas, avec la récession c’est normal.
Donc les prix devraient baisser, de manière proportionnelle a la dureté de cette crise.
Par contre cela ne sera pas forcément  rapide, on n’est pas sur un marché "action"; l’immobilier a une certaine inertie.

Dans un premier temps moins de ventes, et dans un deuxième une baisse.

Hors ligne Hors ligne

 

#122 08/04/2020 14h51

Membre
Réputation :   17  

C’est une projection mais juste une projection pour l’instant en ce qui concerne l’offre et la demande (que je pense être un facteur mineur dans le prix de l’immo) la mortalité 2020 est inférieure à celle de 2018 avec par contre beaucoup de chantiers à l’arrêt donc on irait plutôt vers moins d’offre que de demande en ne se basant que sur cet aspect des choses. Je ne pense pas que les prix Immo aient un rapport direct entre offre et demande (les prix de quelques transactions définissent le prix d’un marché) ou alors entre une offre adaptée en localisation et en prestations et une demande solvable et intéressée ce qui fait entrer beaucoup d’autres facteurs dans l’équation.

Dernière modification par Double6 (08/04/2020 15h06)

En ligne En ligne

 

[+1]    #123 08/04/2020 15h08

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   219  

Après confinement ce qui pèsera le plus lourd dans la balance c’est le durcissement des conditions d’accord de crédit immobilier .
Que restera-il de la témérité des banques ? Actuellement elles sont occupées à colmater tant que possible les trous dans la coque .
Elles n’arrivent même pas à prêter aux entreprises alors que les prêts sont garantis à 90 % par l’état.

Elles ont des ratios de fonds propres à tenir, vu leurs cours elles peuvent difficilement augmenter leurs capitaux propres et elle vont commencer à faire de grosses pertes.

Sans elles y’a plus de demande.

Dernière modification par vbvaleur (08/04/2020 15h11)

Hors ligne Hors ligne

 

#124 08/04/2020 15h19

Membre
Réputation :   17  

Pour moi la suite est principalement une affaire de psychologie, l’immo aura t’il été perçu comme un facteur protecteur vis à vis de la crise ou non, aura t’on eu le sentiment de s’appauvrir ou non en détenant de l’immobilier, hausse ou baisse seront peut être déclenchées par l’accès au crédit mais leur amplitude sera d’ordre psychologique.
De ceux que je connais qui ont annulé leur compromis dans cette période ce n’est pas pour aller mettre l’équivalent ailleurs c’est pour attendre de voir si ça baisse ou pas, l’optique finale restant l’achat immobilier.

En ligne En ligne

 

#125 08/04/2020 15h45

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   219  

Si on part du principe qu’il reste beaucoup de personnes éligibles à l’obtention d’un prêt immobilier qui ne sont pas encore propriétaires.
Ou encore des personnes disposant de beaucoup de liquidités pour payer cash des biens immobiliers.
Ou encore des personnes ayant favorisé d’autres investissements étant prêts à revenir sur le marché après s’être pris une déculottée.
Si on part de ce principe là je suis d’accord avec vous.

Mais sincèrement je pense qu’en France c’est une minorité des participants aujourd’hui et que seul un durcissement des conditions de prêt va suffire à renverser la tendance , une fois enclenché le processus renforçant aucun soutient disponible ne pourra enrayer la chute.

Message édité par l’équipe de modération (08/04/2020 16h08) :
- grammaire/orthographe :  "favoriser" -> "favorisé", "enclencher" -> "enclenché", "biens immobilier" -> "biens immobiliers", "soutient" -> "soutien"  (tous trouvés par Reverso d’ailleurs)

Dernière modification par vbvaleur (08/04/2020 15h48)

Hors ligne Hors ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur