Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ? Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

#76 20/03/2020 14h18

Membre
Réputation :   17  

Bonjour,

Pour compléter mon message d’hier, je partage avec vous une réflexion au sujet de l’impact de la crise actuelle sur l’inflation. Nous assistons à des injections massives de liquidités à l’échelle mondiale. Or, confinement oblige, ces injections n’ont pas pour conséquence un surplus de production. Ceci est clairement inflationniste. A contrario, la crise peut pousser des acteurs économiques à solder des crédits, ce qui est déflationniste. Au doigt mouillé, j’ai envie de croire que le premier effet sera plus important (ce qui serait positif pour les investisseurs immobiliers ayant déjà constitué leur patrimoine : les loyers augmenteraient alors que les mensualités de crédit resteraient fixes). Qu’en pensez-vous ?

Par ailleurs, j’ai reçu ce jour une simulation pour un crédit immobilier, dont le dossier semble suivre son cours relativement normalement. Je suis confiant sur l’aboutissement de ce financement.

Edit : orthographe

Dernière modification par Artosis (20/03/2020 14h18)

Hors ligne Hors ligne

 

#77 20/03/2020 14h22

Membre
Réputation :   64  

Bernard2K a écrit :

De nombreuses raisons à ce phénomène de rétention, parmi lesquelles :
- les gens sont encore endettés sur ce bien, ils ne peuvent pas sabrer le prix, sinon le prix de vente ne rembourse pas le CRD.
- les gens ont un autre projet en vue, donc il leur faut cette somme et pas moins.
- les gens peuvent se permettre de repousser le projet qui les fait vendre. Par exemple, changement de RP. Même si les conséquences sont désagréables (par exemple, ne pas pouvoir rejoindre leur conjoint), ils ne sont pas dans une urgence absolue, ils peuvent attendre.
- un biais d’ancrage, selon lequel le prix de leur bien doit être telle valeur et pas autre chose, et ils ne peuvent juste pas intégrer qu’il vaut désormais moins.

Avec une telle contraction de l’offre, il y a certes baisse des prix, mais bien moins que si le volume de l’offre restait inchangé.

Je suis d’accord avec le raisonnement de Bernard2K. Ce phénomène de rétention sera d’autant plus vrai, si baisse des prix il devait y avoir sur le moyen terme, pour les personnes ayant déjà fait estimer leur bien avant le début de cette "guerre sanitaire" ou qui avaient déjà mis en vente leur bien. Ou plus largement pour les personnes qui avaient une connaissance des prix du marché de début mars.

Le cas des successions (entamées ou à venir) ou des divroces sera en revanche bien plus complexe à gérer pour les vendeurs.

Hors ligne Hors ligne

 

#78 20/03/2020 17h01

Membre
Réputation :   1  

Un article sur le coronavirus et l’immobilier : Article.

Dernière modification par Larsan (20/03/2020 17h07)

Hors ligne Hors ligne

 

#79 21/03/2020 14h55

Membre
Réputation :   6  

Avec ces mesures de confinement qui pourraient se renouveler plusieurs fois s’il y a rebond des cas, ne pensez-vous pas qu’il va y avoir forcément une décote des prix des appartements et inversement une hausse des prix des maisons?
Je dis ça car j’habite en appartement et avec un enfant en bas âge, la situation de confinement multiples me sera personnellement difficile à vivre si je ne peux sortir mon enfant comme avant le coronavirus.

Hors ligne Hors ligne

 

#80 22/03/2020 12h19

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   881  

On n’en sait rien.
On n’en sait rien car moi-même je me disais, les résidences secondaires dont les gens n’auront plus besoin vont prendre cher (plus de déplacements possibles), d’un autre côté comme vous dites ceux qui vivent en ville ont apprécié revenir dans la maison de campagne. Oui mais si le confinement devient plus habituel à l’avenir ce qui est possible/probable, le gouvernement adaptera les règles et chacun devra rester chez lui, à savoir là ou il vit en permanence de façon à ne pas contaminer les autres régions.
Bref on peut envisager tout et son contraire, seuls les chiffres à venir répondront.

Hors ligne Hors ligne

 

#81 22/03/2020 12h56

Membre
Réputation :   0  

Deux éléments pour la prise de valeur des maisons :
- le télétravail va sûrement être promu face à cette crise, et les gens vont garder un souvenir amer de ce confinement dans un appartement de 25 m2 en ville.
- les politiques veulent éviter l’étalement urbain, pour des raison écologiques, ce qui va défavoriser la construction de nouvelles maisons

Hors ligne Hors ligne

 

#82 22/03/2020 13h14

Membre
Réputation :   0  

Cela fait 2 ans que je me suis expatrier en province à 2 heures de Paris, Grace au télé-travaill.
Je ne me vois plus retourner en IDF ( pourtant une grande maison dans le 78 ).
Je n’imagine même pas si je devais être dans un appart avec des enfants … et  l’incivisme du à la sur-population.

Les maisons "secondaires" en province ont beaucoup perdu après 2008 et n’ont pas spécialement repris. cela peut être une opportunité pour "changer de vie" si l’on peut faire du télé-travaill et que l’on aime la nature bien sur.

Pour ces raisons, le scenario de la baisse plus importante des appartements versus les maisons me semble probable.

Le confinement aura un impact émotionnel fort.

Hors ligne Hors ligne

 

#83 23/03/2020 12h34

Membre
Réputation :   26  

Bonjour,

lu sur latribune.fr: "Darmanin favorable à la prise de congés payés pendant le confinement". Apparemment, le gouvernement serait favorable à ce que les salariés prennent des congés payés pendant la période de confinement afin de pouvoir travailler plus une fois l’épidémie terminée. Pour avoir reçu ce week-end une communication sur ma messagerie pro, je sais que les syndicats de ma société (groupe industriel du secteur aéronautique-défense) ont également contacté la Direction pour aborder ce sujet.

Il est donc possible que les congés d’été d’une proportion non négligeable des salariés français soit plus ou moins réduits. Sans parler d’une éventuelle prolongation et/ou répétition à intervalles régulier du confinement, je me demande quel pourrait être l’amplitude de l’impact de ces mesures de réduction des congés payés sur les locations meublées touristiques de courte durée pendant la saison estivale…

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #84 23/03/2020 14h09

Membre
Réputation :   15  

Pour apporter un début de réponse à votre question, Polaris, je vous précise que hier, le Parlement a adopté le Projet de loi d’urgence sanitaire, et qu’il a pris la mesure suivante :

I. – Dans les conditions prévues à l’article 38 de la Constitution, le Gouvernement est autorisé à prendre par ordonnances, dans un délai de trois mois à compter de la publication de la présente loi, toute mesure, pouvant entrer en vigueur, si nécessaire, à compter du 12 mars 2020, relevant du domaine de la loi et, le cas échéant, à les étendre et à les adapter aux collectivités mentionnées à l’article 72‑3 de la Constitution :
[…]
– de permettre à un accord d’entreprise ou de branche d’autoriser l’employeur à imposer ou à modifier les dates de prise d’une partie des congés payés dans la limite de six jours ouvrables, en dérogeant aux délais de prévenance et aux modalités de prise de ces congés définis par les dispositions du livre Ier de la troisième partie du code du travail et par les conventions et accords collectifs applicables dans l’entreprise ;
– de permettre à tout employeur d’imposer ou de modifier unilatéralement les dates des jours de réduction du temps de travail, des jours de repos prévus par les conventions de forfait et des jours de repos affectés sur le compte épargne temps du salarié, en dérogeant aux délais de prévenance et aux modalités d’utilisation définis au livre Ier de la troisième partie du code du travail, par les conventions et accords collectifs ainsi que par le statut général de la fonction publique ;

Aussi, et à la lecture de ce texte, il existe des "garde-fous", puisque, concernant les congés payés :
- il est nécessaire qu’un accord collectif (de branche ou d’entreprise) l’autorise ;
- la mesure est limitée à 6 jours de congés payés.

En revanche, effectivement, concernant les RTT/JNT/jours d’un CET, cela serait imposé par l’employeur, et sans limite.

Nous ne disposons pas, en l’état, de l’Ordonnance qui sera prise par le Gouvernement. Néanmoins, à lire certains articles de journaux, ces jours ne pourraient être imposés que pendant la période de confinement.

Or, pour bon nombre d’entreprises, les congés payés actuellement pris sont ceux relatifs à la période 01/06/2019 - 31/05/2020, la mesure n’impacterait donc qu’à la marge ceux posés cet été. Si le confinement devait perdurer, alors là, effectivement, il pourrait y avoir un impact sur les locations estivales.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #85 23/03/2020 15h45

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   102  

En tout cas, sur le secteur que je regarde : le nombre d’annonces publiées a chuté drastiquement et quasiment aucune que je n’avais pas vu avant…

Hors ligne Hors ligne

 

#86 31/03/2020 20h15

Membre
Réputation :   0  

Artosis a écrit :

Bonjour,

Pour compléter mon message d’hier, je partage avec vous une réflexion au sujet de l’impact de la crise actuelle sur l’inflation. Nous assistons à des injections massives de liquidités à l’échelle mondiale. Or, confinement oblige, ces injections n’ont pas pour conséquence un surplus de production. Ceci est clairement inflationniste. A contrario, la crise peut pousser des acteurs économiques à solder des crédits, ce qui est déflationniste. Au doigt mouillé, j’ai envie de croire que le premier effet sera plus important (ce qui serait positif pour les investisseurs immobiliers ayant déjà constitué leur patrimoine : les loyers augmenteraient alors que les mensualités de crédit resteraient fixes). Qu’en pensez-vous ?

Par ailleurs, j’ai reçu ce jour une simulation pour un crédit immobilier, dont le dossier semble suivre son cours relativement normalement. Je suis confiant sur l’aboutissement de ce financement.

Edit : orthographe

Bonjour,
Je partage votre analyse mais je ne maitrise pas bien tous les mécanismes. Considerant que cette inflation s’installe dans la durée, disons 5 ans, vaut il mieux utiliser son epargne ou emprunter pour un achat immo (RP)?

Hors ligne Hors ligne

 

[+1 / -1]    #87 31/03/2020 20h20

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   117  

Entendu au JT d’hier
source notaires
- 5% à Paris et - 10% en province


Ericsson…!  Qu'il entre !

Hors ligne Hors ligne

 

#88 31/03/2020 20h37

Membre
Réputation :   49  

@Job: Je ne comprends pas votre message. Qu’est-ce qui a fait -5% et -10%?

Hors ligne Hors ligne

 

#89 31/03/2020 21h00

Membre
Réputation :   20  

Job a écrit :

Entendu au JT d’hier
source notaires
- 5% à Paris et - 10% en province

J’aimerai aussi une explication…

Hors ligne Hors ligne

 

#90 31/03/2020 22h44

Membre
Réputation :   15  

Job a écrit :

Entendu au JT d’hier
source notaires
- 5% à Paris et - 10% en province

Bonsoir,
 
   Curieux d’avance de tels chiffres, puisque les transactions sont, si ce n’est bloquées, du moins très très ralenties.
   Et ce n’est pas parce que c’est bloqué que cela baisse…

   Donc difficile de se prononcer sur une potentielle baisse (ou hausse), d’autant qu’il faut plusieurs semaines/ mois pour avoir le recul nécessaire pour constater une hausse ou baisse.

   Un effet d’annonce médiatique, peut-être? Je suis également intéressé d’en savoir plus sur ces chiffres (nb: j’ai recherché sur internet, je n’ai pas trouvé d’article corroborant ce genre de chiffres).

Hors ligne Hors ligne

 

[+1 / -1]    #91 31/03/2020 23h53

Membre
Réputation :   12  

Job a écrit :

Entendu au JT d’hier
source notaires
- 5% à Paris et - 10% en province

Ça peut être la même source que cet article mais bon rien de très fiable, ce sont des prévisions dû au manque de solvabilité des futurs acquéreurs. Pas de vrai chiffre des notaires sur une réelle baisse des prix de vente

Hors ligne Hors ligne

 

#92 02/04/2020 14h54

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   185  

J’ai entendu hier au JT qu’aucune agence n’a enregistré la moindre vente depuis le confinement. N’était pas détaillé si on entendait par vente signature définitive ou compromis.
On va tempérer un peu…

J’ai signé un compromis en donnant procuration avec signature numérique à un collaborateur de mon notaire lundi 23 mars.
J’ai fait une demande de prêt à ma banque mardi 24 mars
J’ai reçu l’offre en format numérique mercredi 1 er avril.
Il y a donc à minima un compromis signé…

La difficulté : le notaire me dit ce matin qu’il va falloir patienter pour arriver à l’acte définitif, les administrations ne répondent plus et ils devront à minima attendre le mois de juin pour obtenir les pièces nécessaires au dossier.
La situation rend difficile l’affirmation d’une baisse de prix en l’absence de concrétisation de transactions…

Hors ligne Hors ligne

 

#93 02/04/2020 15h05

Membre
Réputation :   3  

Je n’ai encore rien vu ou entendu pour la France.
Mais un article sur New York et on peut en deduire la même chose pour le reste des USA.

Coronavirus : à New York, la crainte d’un terrible krach immobilier | LCI

J’ai vu le même genre d’informations pour l’Espagne mais je ne retrouve plus l’article (je cherche).

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #94 02/04/2020 15h28

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   111  

Job a écrit :

Entendu au JT d’hier
source notaires
- 5% à Paris et - 10% en province

Sur BFM Business (source : Intégrale placement, la semaine dernière), un expert immobilier disait avoir observé des chutes de 15 à 20 % des prix affichés sur le Bon Coin pour l’immobilier parisien.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #95 02/04/2020 15h51

Membre
Réputation :   35  

Pour qu’il y ait baisse/hausse des prix il faut de nouvelles transactions.
donc un minimum de déplacement (visite, notaire …)
Quelle case vous cochez sur le bon de sortie ?

Je pense pas qu’il y ait réellement de nouvelles transactions post confinement …

Hors ligne Hors ligne

 

#96 02/04/2020 19h20

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   881  

Au final trop de messages pour ne rien dire ou si peu, 5 fois un message parlant de la rumeur car repris 4 fois, telle baisse soi-disant sourcée alors que ce n’est ni sourcé, ni avéré.
Vibe au lieu de mettre un +1 de compensation parce que vous êtes de l’autre forum et qu’il faut vous venger de Surin l’ennemi, sachez que j’ai cherché les JT de 3 chaînes pour retrouver la "baisse-rumeur" annoncée par Job "source notaires". C’est faux, c’est pas sourcé et deux jours après tout le monde ignore où il a vu ou entendu cela.

La baisse des prix sur les annonces c’est … comment dire, je vais encore être désagréable.
Allez-y de vos -1 mais si vous souhaitez un forum de qualité, sourcez vos messages de manière honnête et de façon à ce que chacun puisse vérifier et y aller de son interprétation. Je ne suis pas ici pour être populaire.

Je retiens une chose :

yihk a écrit :

Pour qu’il y ait baisse/hausse des prix il faut de nouvelles transactions.
donc un minimum de déplacement (visite, notaire …)
Quelle case vous cochez sur le bon de sortie ?

Je pense pas qu’il y ait réellement de nouvelles transactions post confinement …

Et désolé pour la répétition du message immédiatement précédent.

Dernière modification par Surin (02/04/2020 19h39)

Hors ligne Hors ligne

 

#97 02/04/2020 19h29

Membre
Réputation :   17  

Vibe a écrit :

Job a écrit :

Entendu au JT d’hier
source notaires
- 5% à Paris et - 10% en province

Sur BFM Business (source : Intégrale placement, la semaine dernière), un expert immobilier disait avoir observé des chutes de 15 à 20 % des prix affichés sur le Bon Coin pour l’immobilier parisien.

Oui, cf discussion plus haut dans la file, et notamment cette réponse :

Artosis a écrit :

La personne interviewée évoque Castorus puis cite quelques biens qui ont vu leurs prix baisser. C’est tout à fait habituel de voir des baisses de 10% sur Castorus, virus ou non.

Par ailleurs, concernant le bien dont je faisais part dans ce même message,

je l’ai effectivement négocié (avec succès, compromis signé hier), de 3%.

Enfin, je fais suite à cette réflexion sur l’inflation :

Artosis a écrit :

Nous assistons à des injections massives de liquidités à l’échelle mondiale. Or, confinement oblige, ces injections n’ont pas pour conséquence un surplus de production. Ceci est clairement inflationniste. A contrario, la crise peut pousser des acteurs économiques à solder des crédits, ce qui est déflationniste. Au doigt mouillé, j’ai envie de croire que le premier effet sera plus important (ce qui serait positif pour les investisseurs immobiliers ayant déjà constitué leur patrimoine : les loyers augmenteraient alors que les mensualités de crédit resteraient fixes). Qu’en pensez-vous ?

Une autre possibilité est que l’argent déversé n’aille pas dans les prix qui composent principalement l’indicateur qu’est l’inflation (cf baisse du pétrole par exemple), et donc que l’inflation n’augmente pas significativement. A la place, l’argent irait vers les actions et/ou l’immobilier, comme suite à la crise de 2008. Dans ce dernier cas, cela resterait gagnant pour les investisseurs immobiliers, non sur le cash flow cette fois-ci mais sur la PV.

Un autre élément à prendre en compte pour l’inflation : en période de confinement, le covid détruit beaucoup l’offre et beaucoup la demande.
A court terme, pas ou peu d’impact sur l’inflation.
Une fois le confinement passé, l’offre pourrait repartir pleinement mais la demande serait impactée par les hésitations / peurs encore présentes dans les esprits. Un sondage récent indique que les Français souhaitent épargner davantage qu’avant la crise. Après, cela sera-t-il suivi d’effets, cela reste à voir.

Le journal Sud Ouest a écrit :

53% des personnes interrogées assurent qu’ils vont épargner encore davantage et à [sic] faire plus d’économies.

A moyen terme, effet déflationniste.

A noter une autre info (concernant la bourse) de ce sondage :

Le journal Sud Ouest a écrit :

Néanmoins, 9% des Français envisageraient d’investir en Bourse pour profiter de la baisse actuelle du CAC 40 en attendant un futur rebond.

PS : désolé pour ces auto-citations mais c’est sans doute plus clair pour suivre ainsi.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #98 05/04/2020 17h57

Membre
Réputation :   8  

Bonjour,
c’est possible de signer l’achat d’un logement sans aller chez le notaire pendant la crise.
Un peu d’air frais pour l’immobilier.
Décret n° 2020-395 du 3 avril 2020 autorisant l’acte notarié à distance pendant la période d’urgence sanitaire | Legifrance

Hors ligne Hors ligne

 

#99 05/04/2020 18h15

Membre
Réputation :   11  

debcos a écrit :

Bonjour,
c’est possible de signer l’achat d’un logement sans aller chez le notaire pendant la crise.
Un peu d’air frais pour l’immobilier.
Décret n° 2020-395 du 3 avril 2020 autorisant l’acte notarié à distance pendant la période d’urgence sanitaire | Legifrance

Bonne nouvelle pour ceux qui n’ont pas besoin de chercher de locataire.
Sinon pour le autres, vu que les visites sont actuellement impossibles, il vaut mieux attendre la fin du confinement pour éviter de déclencher le remboursement des mensualités sans visibilité sur la date d’entrée du 1er locataire.

Hors ligne Hors ligne

 

#100 05/04/2020 20h22

Membre
Réputation :   20  

Les notaires risquent comme même d’avoir moins de boulot dans les prochains mois….

Dernière modification par Rick (05/04/2020 20h29)

Hors ligne Hors ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ? Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Pied de page des forums

Don Faites un don
Apprendre le bonheur