Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS    Cherchez sur le site et les forums :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies, sans jugement moral, sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

#226 07/07/2021 13h25

Membre (2018)
Top 20 Dvpt perso.
Réputation :   123  

Bonjour,
Ce sont les vacances et je me laisse porter par le courant du net sur différents sujets qui m’intéressent et que j’ai laissés en jachère ces dernières semaines faute de temps.

Je suis tombée sur ce podcast de France inter :
]Surdoué.e : Force ou handicap ?
Le titre a un goût de déjà vu, vu que ça fait près de 15 ans que je réfléchis sur le sujet.
Et pourtant, changement dans le discours au niveau des pro qui ont la parole : les HP vont bien. Le discours de M. Walh qui dit que, si ça ne va pas, c’est qu’il faut chercher ailleurs, c’est qu’il y a un autre problème. Souvent, les personnes qui sont (très) intelligentes et qui vont mal ne veulent pas chercher plus loin. C’est dommage parce qu’elles loupent quelque chose.

Dans ce podcast, les auditeurs racontent leur histoire, souvent toute grise voir toute noire. Alors, que penser ?

J’ai ensuite regardé cette vidéo de Nicolas Gauvrit
Du QI aux mesures pédagogiques.
J’ai compris le problème de faire raconter aux personnes leur histoire (témoignages) : c’est vrai, mais ce n’est pas scientifique. C’est pour cela que les témoignages de France Inter ne collent pas avec ce qui est vérifié scientifiquement.
Il est aussi donné une réponse, dans cette conférence, au questionnement de Lazar et JeromeLevreik sur l’étalonnage des tests. On y voit que des milliers voir des millions de données sont accessibles aux chercheurs mais aussi au grand public. Il ne nous explique pas en détail comment sont construites les analyses statistiques mais on comprend que ça ne sort pas du chapeau, ni même des réactions des auditeurs de France Inter ou des réactions du forum. Ces histoires sont vraies mais pas significatives sur la masse.
On apprend aussi (je me demande si ce n’est dans dans le podcast) que le 130 de QI de notre hôte fait de lui un HP mais ordinaire. Vu le continuum, il est brillant mais peut trouver des pairs avec qui discuter.
En tant que prof de maternelle, j’ai été rassurée de voir que ce que je propose est assez adapté aux connaissances scientifiques actuelles.

Dans le podcast, j’ai trouvé les interventions de Marion Bartoli touchantes car j’y retrouve l’esprit que mes enfants retrouvent en rencontres sportives . Par contre elle dit que son jeu était décrit comme cérébral par rapport aux autres de sa catégorie… Et que pourtant, masse de ses compagnons de jeu sont HP… Il y a un petit décalage rhétorique qui met un petit flou sur cette partie du podcast.

Et puisqu’on est sur un forum d’investissement, je cite Gauvrit qui dit que les aménagements pédagogiques faits pour les HP sont des investissements de / pour la société (et pas parce que les HP sont inadaptés).

☀️🌳🌿☀️

Hors ligne Hors ligne

 

#227 07/07/2021 15h33

Membre (2013)
Top 20 Année 2022
Top 20 Dvpt perso.
Réputation :   253  

Hors ligne Hors ligne

 

#228 07/07/2021 15h52

Membre (2014)
Réputation :   73  

Flower a écrit :

Il est aussi donné une réponse, dans cette conférence, au questionnement de Lazar et JeromeLevreik sur l’étalonnage des tests. On y voit que des milliers voir des millions de données sont accessibles aux chercheurs mais aussi au grand public.

Bonjour Flower,

A tout hasard, auriez-vous l’adresse web à laquelle nous pourrions accéder à ces données ?

Merci bien

Hors ligne Hors ligne

 

#229 07/07/2021 17h21

Membre (2019)
Réputation :   16  

Bernard2K, le 12/12/2019 a écrit :

Salut,

Bref, à 45 ans passés, je me rends compte seulement maintenant que je suis très probablement "atteint" d’un QI élevé. Et que je l’ai toujours traîné comme une bizarrerie, car premièrement on ne m’a pas diagnostiqué, deuxièmement on ne m’a pas donné le mode d’emploi.

Bonjour Bernard, vous avez séché l’armée ?
Je suis de la même génération que vous. J’ai souvenir d’avoir été testé en primaire (par un psy, ça devait être le dada de mon paternel), au collège et à l’armée (résultat maxi aux "trois jours", ce qui m’a valu une blague de l’officier recruteur).
Cela dit, je vous rassure, ça ne change rien à la suite. Comme vous le dites, les institutions ne savent pas traiter les hauts potentiels.


Entre 18 et 35 ans ? => Donnez votre moelle osseuse

Hors ligne Hors ligne

 

#230 08/07/2021 09h10

Membre (2018)
Top 20 Dvpt perso.
Réputation :   123  

Lazard, le 07/07/2021 a écrit :

Bonjour Flower,

A tout hasard, auriez-vous l’adresse web à laquelle nous pourrions accéder à ces données ?

Merci bien

Présentement, non. Par contre, j’imagine qu’on peut trouver un lien dans la biblio de son livre ou sinon en le contactant via l’université de Lille ou via l’EPHE.

☀️🌿🌳☀️

Hors ligne Hors ligne

 

#231 08/01/2022 15h26

Membre (2019)
Réputation :   8  

Flower, le 13/12/2019 a écrit :

Isild a écrit :

Pour parler des personnes ayant un QI élevé, on préfère utiliser les termes "haut potentiel" plutôt qu’intelligence.

Entendu lors d’un séminaire sur les EIP l’an passé : maintenant, on doit dire phylocognitif. 😶😅😂 L’art de changer pour changer….

Donc :
- enfants précoces
- HP (Haut Potentiel)
- EIP (Enfant Intellectuellement Précoce)
- surdoué
- doué (chez les Québécois)
- gifted
- zèbre (chez Siaud-Facchin)
- phylocognitif

Vous en connaissez d’autres ?

🌲🌲🍂🌲

HPI: Haut potentiel intellectuel
HPE: Haut potentiel emotionnel

source Raymonde Hazan


Tôt ou tard… Mieux vaut tard que jamais.

Hors ligne Hors ligne

 

#232 08/01/2022 16h16

Membre (2019)
Réputation :   1  

Bonjour à tous.

J’ai lu cette file avec grand intérêt.

Moi non plus, je ne trouvais pas être à ma place à l’école et encore moins maintenant au travail.

Bien que je n’ai jamais été testé par un psychologue, j’ai essayé en vain de réaliser le test de Mensa. Le résultat a été moyen et bien que j’avais la possibilité d’envoyer un autre test à l’écrit qui était plus "littéraire" et par conséquent plus "facile" pour moi, je ne l’ai pas fait par fainéantise ou par peur d’être finalement asocial sans que ce vilain défaut soit assorti d’autres qualités positives.

Je continuerai de me croire plus intelligent que la plupart des gens qui m’entourent, à tort ou à raison. Il se peut que je sois normal voire pas intelligent du tout, mais que j’aie eu la malchance d’être entouré d’imbéciles finis…

En tout cas et pour une quelconque raison que je n’arrive pas à énoncer, vous lire a égayé ma journée. Merci.

Hors ligne Hors ligne

 

#233 24/05/2022 06h27

Membre (2013)
Top 5 Dvpt perso.
Top 20 Vivre rentier
Réputation :   152  

Bonjour,

Un article que je trouve intéressant sur les HPI.

vous êtes juste riche

Mafo

Hors ligne Hors ligne

 

[+6]    #234 24/05/2022 07h41

Membre (2016)
Top 5 Année 2022
Top 5 Année 2021
Top 10 Portefeuille
Top 5 Dvpt perso.
Top 10 Expatriation
Top 20 Vivre rentier
Top 10 Actions/Bourse
Top 5 Invest. Exotiques
Top 10 Crypto-actifs
Top 20 Entreprendre
Top 10 Finance/Économie
Réputation :   1005  

INTJ

Nier comme tente maladroitement de le faire ce sociologue qu’il existe des différences intellectuelles d’origine biologiques revient à essayer de nier les différences physiques de même origine.

Même avec une famille riche et un entraînement inhumain, on n’aurait jamais fait de moi un Usain Bolt smile

Les gènes, leur expression, voire les accidents qui altèrent notre biologie (cf Phineas Gage ? Wikipédia) définissent notre potentiel, le monde est profondément inégalitaire - notez que je n’utilise pas le mot "injuste" - comme vous pourrez le constater en regardant n’importe quel documentaire animalier.

Par contre on peut concéder à cet idéologue que la manière dont est définie l’intelligence par les institutions est relativement arbitraire et proche des benchmarks avec lesquels nous évaluons nos processeurs. Grossièrement, on mesure surtout une aptitude à la reconnaissance de motifs, et la logique.

Le potentiel biologique n’est pas tout : j’ai eu de bons amis que je définirais comme dotés d’un processeur haut de gamme faisant malheureusement tourner un logiciel défaillant : conscient de la puissance de leur CPU, leurs échecs les rendent amers et bien souvent ils se plaignent du manque de reconnaissance voire de ne pas avoir la place qui leur échoirait "de droit", sans comprendre que sans maîtrise, la puissance n’est rien.

C’est ici où peut se trouver une certaine forme d’égalité, voire de justice : la maîtrise ne s’acquiert qu’avec du travail et de la discipline, qui sont à la portée de tout le monde.

Evidemment que face à une EN qui ne vise plus l’excellence par le travail ni la discipline, les parents se saisissent de n’importe quel prétexte pour favoriser leur progéniture et leur épargner l’abrutissement d’être nivelé par le bas. Il faudrait être bien veule ou fanatique pour consentir à compromettre la survie de sa propre lignée génétique pour étancher juste un court instant la soif contre-nature d’égalité d’idéalistes jacobins.

Ces idéalistes manquent d’ailleurs d’une des qualité mesurée : la logique.

Selon eux, la diversité est censée être notre force, mais comment peut-on préserver la diversité si nous devons en même temps aspirer à une égalité de résultats ? La diversité ne devrait alors être réduite qu’à des caractéristiques n’ayant aucune influence sur notre potentiel ? Dans ce cas, pourquoi être roux ou tatoué serait "notre force" ?

Bref, comme tous bons jacobins, leur égalitarisme absurde masque bien difficilement un cruel mélange de médiocrité conjugué à une volonté de puissance démesurée. Dans ce cas, en effet, la meilleure solution pour courir plus vite (pardon, "aussi vite") qu’Usain Bolt, c’est de lui péter les rotules.

Dans un monde sans sociologues jacobins, il n’y aurait pas besoin de diagnostics HPI pour leur échapper.

Dernière modification par doubletrouble (24/05/2022 08h46)


Parrain Curve ✯ Mangia bene, caca forte, e non aver paura della morte.

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #235 24/05/2022 08h35

Membre (2015)
Top 5 Année 2022
Top 5 Année 2021
Top 5 Dvpt perso.
Top 10 Vivre rentier
Top 5 Invest. Exotiques
Top 20 Crypto-actifs
Top 5 Entreprendre
Top 20 Finance/Économie
Top 10 Banque/Fiscalité
Top 5 Immobilier locatif
Réputation :   2793  

ISTJ

Parce-que c’est un peu fou de prétendre de ses enfants qu’ils sont intrinsèquement et psychiquement plus intelligents, grâce à un cerveau particulier qui leur permettrait de réfléchir différemment et plus vite…

C’est fou de prétendre qu’il existe des différences génétiques, dit-il. Comme dit doubletrouble, tout le monde pourrait courir comme Usain Bolt ou jouer dans l’équipe de France de football, si on les entraînait suffisamment tôt, car il n’existe aucune différence génétique. Et les parents qui entraînent leur enfant à jouer au foot dès très tôt et qui n’arrivent pas à en faire un champion du monde malgré cela ? Tous ces millions de gamins de par le monde qui sont entraînés à jouer au football à haut niveau, qui vont dans les centres d’entraînement et de sélection, et qui ne deviennent pas champions du monde : pourquoi ? Ca ne peut pas être la faute des différences génétiques, qui n’existent pas.

Et moi, à 48 ans, je pourrais jouer dans l’équipe de France de football ? Tant qu’à nier les différences biologiques, pourquoi ne pas nier aussi les différences liées à l’âge ? Je me remets au football, et avec un peu d’entraînement, l’an prochain je joue avec Mbappé !

En tant que sociologue, déconstruire cette idée représente un défi.

Nier la réalité est effectivement un sacré défi. Mais avec beaucoup d’idéologie, on y arrive.

La question n’est pas de remettre en cause l’existence de niveaux intellectuels différents, car la sociologie l’explique simplement : le cerveau étant plastique, plus les gens seront entraînés, plus ils seront forts. Les études montrent en effet que le quotient intellectuel (QI) est corrélé avec la classe sociale et le niveau de diplôme de parents. Mais là où les psychologues diront que le QI est le meilleur prédicteur de la réussite sociale ou scolaire, les sociologues avanceront l’inverse : l’accumulation de ressources culturelles fait le QI.

C’est cela, on voit la corrélation uniquement dans un sens : vu qu’il n’y a aucune différence biologique, c’est la richesse qui fait les ressources culturelles qui font l’intelligence. Comment les riches sont-ils devenus riches, dans une société de plus en plus complexe où la réussite professionnelle et financière nécessite une certaine dose d’intelligence ? Se pourrait-il que la génération précédente (celle qui apporte la richesse et les ressources culturelles à la génération suivante pour qu’elle soit intelligente) soit elle-même intelligente et doive sa réussite socio-économique en partie à son intelligence ? "Mais non, les riches sont riches parce qu’ils ont confisqué le capital et font travailler les prolétaires", répond le sociologue marxiste.

- Et les enfants pauvres et intelligents, qui sont certes moins nombreux statistiquement mais qui existent ? Puisqu’il leur manque une cause essentielle, la richesse, se pourrait-il qu’ils soient génétiquement doués ?
- Argh, les différences génétiques n’existent pas !, répond le sociologue.
- Alors comment expliquer les enfants pauvres et intelligents ?
- Sans doute l’excellence de l’école républicaine qui baigne tous les enfants dans une saine culture qui rend intelligent, répond le sociologue.
- Mais le voisin de table à la même école, qui est pauvre aussi mais manifestement moins intelligent, alors qu’il baigne dans la même culture républicaine bienfaisante ?
- Argh, cachez ces différences biologiques que je ne saurais voir, et laissez-moi mon idéologie marxiste et égalitariste ! Arrêtez avec ces questions insupportables !, répond le sociologue.

Un article qui contient une part de vérité sur cette excitation envers les enfants HPI, mais qui contient aussi une énorme dose d’idéologie marxiste et égalitariste. En fait, cet article a d’énormes défauts de logique, puisqu’il commence par nier la réalité (les différences biologiques), et qu’il interprète les liens statistiques comme des causalités, et encore uniquement dans le sens qui l’arrange . C’est donc très mauvais au niveau scientifique puisque cela bafoue la logique la plus élémentaire. Mais il se trouve des gens pour trouver "intéressant" les discours habillant de mots habiles un sentiment qui n’est autre qu’une volonté de discriminer et de stigmatiser les riches et les gens intelligents, en les mettant dans le même sac d’ailleurs.

Dernière modification par Bernard2K (24/05/2022 08h58)


Une autre voix ? Une autre voie ?

Hors ligne Hors ligne

 

#236 24/05/2022 09h03

Membre (2016)
Top 5 Année 2022
Top 5 Année 2021
Top 10 Portefeuille
Top 5 Dvpt perso.
Top 10 Expatriation
Top 20 Vivre rentier
Top 10 Actions/Bourse
Top 5 Invest. Exotiques
Top 10 Crypto-actifs
Top 20 Entreprendre
Top 10 Finance/Économie
Réputation :   1005  

INTJ

@Bernard2k : Je suis étonné que vous n’ayez pas relevé ce petit paragraphe :

Wilfried Lignier a écrit :

Certains groupes sociaux (chercheurs, journalistes…), dotés en ressources reconnues par l’école – des diplômes, une profession plutôt intellectuelle, dans le public… – vont expérimenter une certaine affinité d’habitus avec les enseignants. De par cette proximité, ils n’auront pas à recourir à la psychologie pour court-circuiter le système, et faire sauter une classe à leur enfant.

Il illustre à lui seul la puissance de l’idéologie mortifère colportée (involontairement ?) par notre ami Wilfried : ces groupes sociaux décrits pudiquement comme partageant "certaines affinités d’habitus" et qui s’affairent diligemment à instiller rancœur et jalousie, qui en "mettant en évidence" le plus "d’inégalités" possible, qui en tendant le micro et l’apparence de légitimité aux premiers, qui en utilisant la légitimité factice manufacturée par ces derniers pour enseigner ces "faits scientifiques" à des enfants dont le sens critique n’est pas encore formé, s’entendent ensuite incestueusement pour tirer partie du panier de crabe qui ne manque pas de résulter de ce processus infernal.

Et rigolez pas, c’est avec votre pognon : Wilfried travaille au CNRS.

Dernière modification par doubletrouble (24/05/2022 09h16)


Parrain Curve ✯ Mangia bene, caca forte, e non aver paura della morte.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #237 24/05/2022 09h40

Membre (2011)
Top 20 Dvpt perso.
Top 20 SCPI/OPCI
Réputation :   226  

B2K a écrit :

Et moi, à 48 ans, je pourrais jouer dans l’équipe de France de football ? Tant qu’à nier les différences biologiques, pourquoi ne pas nier aussi les différences liées à l’âge ? Je me remets au football, et avec un peu d’entraînement, l’an prochain je joue avec Mbappé !

B2K ne désespérait pas, vous pourriez être le prochain Vince Papale (certes légèrement plus vieux).

J’ai suivi ce topic depuis son initiation et je me suis posé la question du titre à un niveau littéral : Comment vivre avec un QI élevé (quand ce n’est pas vous qui l’êtes). On lit pas mal de retour des QI élevé ici mais pas de leur proche.

Personnellement, je retrouve des bonus des QI élevé chez moi : cancre puis top3 en prépa, j’anticipe certaines conclusions/conversation mais je suis légèrement inadapté social (avec des techniques d’adaptation, c’est presque comme si j’étais extraverti…). Donc un bon candidat au HQI en théorie. En pratique, j’ai pas ce petit déclic qui me dit : "tu es différent" ou "y’a un truc qui cloche chez toi".
Après, au global je suis probablement entre 100 et 130. Donc un modèle humain standard si j’ose dire.

En revanche, dans mon entourage, j’ai une personne jamais diagnostiquée (ou en tout cas pas qui me l’a dit) qui me met la misère dans tous les domaines (pense plus vite, pense "mieux" et bien, réussite scolaire +++). J’ai toujours soupçonné qu’elle soit HQI. Mais elle vit bien sa vie et ca n’a pas d’impact directement.
Je me suis toujours demandé comment on peut vivre avec une telle personne qui pense plus vite que vous, anticipe toujours ce que vous allez dire. Le risque reste l’ennui, l’absence d’émulation intellectuel. On le voit bien à décrire les parcours des QI élevé que les conversations avec autrui lambda sont un fardeau.
Et alors, j’imagine pas si cette personne a des enfants avec une personne moyenne. Vu que la composante semble héréditaire, comment faire pour aider avec sa "moyennitude" un enfant qui va plus vite. Je parle même pas d’un ado qui trouve son parent moyen un peu attardé.

Après sur d’autres aspects, comme le nivellement par le bas en mixant les classes. Je ne suis pas sur de qui nivelle qui par le bas et qui apprend quoi à qui. Certes le QI élevé va moins apprendre à l’école mais peu le faire en dehors de l’école sur des sujets plus avancés. Alors que l’école reste un melting pot de personne et permet notamment au QI élevé de se confronter à la vraie vie dans l’interaction avec autrui avec tout ce que ca comporte de bien ou mal (j’aurais dit le service militaire ancienne version aussi mais ça n’existe plus). Comment dans sa vie future, on peut interagir avec les gens lambda si on reste entre QI élevé ? Comment manager/former/enseigner à une personne qui ne comprends pas les choses aussi vite que soi ?
J’ai rencontré un manager qui était QI élevé, mémoire d’éléphant, pense super vite, etc… Mais au niveau transmission, management, c’était un des pires. Impossible de transmettre les bases, impossible d’avoir une conversation avec lui sans se faire "mettre minable". Impossible de ne pas complexer de ne pas bosser aussi vite/bien.

Dernière modification par Kabal (24/05/2022 09h42)

Hors ligne Hors ligne

 

#238 24/05/2022 10h02

Membre (2016)
Top 5 Année 2022
Top 5 Année 2021
Top 10 Portefeuille
Top 5 Dvpt perso.
Top 10 Expatriation
Top 20 Vivre rentier
Top 10 Actions/Bourse
Top 5 Invest. Exotiques
Top 10 Crypto-actifs
Top 20 Entreprendre
Top 10 Finance/Économie
Réputation :   1005  

INTJ

@Kabal : Si ce n’était pas clair dans mes messages, je n’ai rien contre le côté "melting pot" ni les "gens lambda", bien au contraire. C’est probablement le seul enseignement de valeur que j’ai reçu lors de ma scolarité.

Non, si je n’aime pas l’école publique c’est à cause de son administration perpétuellement enchantée de procéder à des "expériences pédagogiques" sur son audience captive, pas des pauvres élèves qui doivent subir cela.

D’ailleurs, c’est probablement l’entre-soi entre personnes qui se sentent intelligentes qui favorise l’émergence de ce type d’administration : une armée mexicaine dont la doctrine de combat est l’onanisme intellectuel.

Le jour où nous redeviendrons collectivement capables d’admirer sincèrement - sans envie - ceux qui sont plus beaux, plus intelligents, plus habiles ou plus forts que soi, et de faire de notre mieux pour leur ressembler au lieu de s’apitoyer sur son sort et se déclarer victime d’une société injuste, on pourra profiter des possibilités infinies qui existent en dehors du panier de crabes où désirent nous enfermer les Wilfried de ce monde.

Dernière modification par doubletrouble (24/05/2022 10h20)


Parrain Curve ✯ Mangia bene, caca forte, e non aver paura della morte.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #239 24/05/2022 17h46

Membre (2011)
Top 20 Dvpt perso.
Top 20 SCPI/OPCI
Réputation :   226  

Mon propos n’avait pas pour but de déclencher un débat sur l’EN…

Hors ligne Hors ligne

 

#240 03/08/2022 10h28

Membre (2022)
Réputation :   6  

Bonjour,

Je me permet de déterrer le sujet pour vous apporter mon expérience.

J’ai quelques difficultés à trouver le bonheur là où mes amis d’enfance et les gens autour de moi le trouvent et savent s’en contenter. C’est précisément la quête de la recherche du bonheur par la performance qui a, à la base, orienté une psy que je voyais lors d’un moment difficile de ma vie, il y a quelques années (séparation).

Cette dernière à l’époque, me connaissant de mieux en mieux et avec l’évocation des difficultés comportementales de ma fille avec sa mère me dit : je vous conseille la lecture de l’ouvrage "Trop intelligent pour être heureux". J’ai acheté le livre mais je n’ai pas pris le temps de le lire.

En début d’année 2022, mon père est décédé, des suites d’une longue maladie. Nous l’avons accompagné dans cette épreuve, et ce fut le moment pour moi de sortir la tête du guidon de l’entreprenariat pour prendre un peu de recul (même si à son entrée en soins palliatifs, j’étais encore dans le déni…)
J’en ai donc profité pour lire, lorsqu’il dormait, ce livre. Il y a eu effectivement quelques résonances en moi, pas sur tous les sujets, mais sur un certains nombre.

J’ai donc choisi de passer le test auprès d’une psychologue (le test Wais IV), avec la volonté de trouver des solutions à mes problèmes relationnels ou d’insatiabilité (à tout points de vue). Lorsque je lui ai expliqué ma démarche, suite à la lecture du livre etc, elle m’a tout de suite mis à l’aise : "Ce livre est dépassé, il y a quelques informations qui sont exactes mais de nombreuses hypothèses ont été invalidées depuis."

Je fais donc "statistiquement" parti des 2% (132). Haut potentiel. C’est une image à un instant T.

Est-ce que le résultat à changé ma vie ? Non, en revanche, cela m’a permis de valider une hypothèse quant à ma façon de fonctionner, de mieux me comprendre, et de pouvoir approcher des solutions différentes pour être heureux sur le long terme, que ça soit au niveau pro ou perso. Je vais donc continuer le travail avec cette thérapeute.

Tout cela pour dire, je n’ai aucune fierté à être comme cela, puisque ce n’est pas le fruit de mon travail, c’est une caractéristique, mais je me réjouis de l’être, car si on arrive à faire exprimer ce potentiel, on peut plus facilement avancer sur les projets, et ça c’est plutôt sympa.

J’invite donc ceux qui se suspectent et qui vivent en décalage à faire le test, ne serait-ce que pour mieux vous connaitre et pourquoi pas trouver un thérapeute sensibilisé au sujet qui vous aidera.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #241 03/08/2022 14h19

Admin (2009)
Top 5 Année 2022
Top 5 Année 2021
Top 10 Portefeuille
Top 5 Dvpt perso.
Top 20 Expatriation
Top 5 Vivre rentier
Top 5 Actions/Bourse
Top 5 Monétaire
Top 5 Invest. Exotiques
Top 20 Crypto-actifs
Top 10 Entreprendre
Top 5 Finance/Économie
Top 5 Banque/Fiscalité
Top 5 SIIC/REIT
Top 20 SCPI/OPCI
Top 20 Immobilier locatif
Réputation :   3377  

INTJ

Floloup a écrit :

Est-ce que le résultat à changé ma vie ? Non, en revanche, cela m’a permis de valider une hypothèse quant à ma façon de fonctionner, de mieux me comprendre, et de pouvoir approcher des solutions différentes pour être heureux sur le long terme, que ça soit au niveau pro ou perso. Je vais donc continuer le travail avec cette thérapeute.

Merci pour le témoignage, et tant mieux si avoir cette confirmation vous a aidé.

Cependant, pour côtoyer plusieurs hauts potentiels (selon le terme consacré), dont ma chère femme, je trouve que le test Myers Briggs de personnalité est plus discriminant et aidant dans son rapport à soi et aux autres, que connaitre son QI ou le QI des personnes tierces.

Typiquement, quel que soit leur QI, je m’entends bien avec les personnes de type I, mais ça me demande un effort énorme de passer du temps avec des personnes de type E.

D’ailleurs, ce n’est sans doute pas un hasard si un INTJ comme moi (avec le temps, de + en + ISTJ), s’entend très bien avec une INTP comme ma femme.

Je vous recommande fortement ce test MBTI en complément de votre test de QI !

Hors ligne Hors ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Discussions similaires à "vivre avec un qi élevé"

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur