Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

#176 04/05/2021 22h28

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   726  

carignan99 a écrit :

@JeromeLeivrek
"pourquoi ce genre d’argument ressort toujours?" Vous m’aurez mal lu (ou je me suis exprimé de façon maladroite ou vous ne comprenez pas) : ce n’était pas un ’argument’, mais un simple constat (ou commentaire, si c’est mieux).

Vous avez raison, ’argument’ n’était pas le bon mot, j’aurais du employer le mot ’constat’. Alors je repose la question : pourquoi ce genre de constat ressort toujours ? Sachant que personne ici n’a jamais dit le contraire.

Hors ligne Hors ligne

 

#177 04/05/2021 22h51

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   385  

C’est certain que sorti de son contexte, ça a l’air étonnant. Maintenant, remettez ce commentaire en contexte :

kiwijuice a écrit :

Mais notre ressenti est complètement différent.
Je vous assure que traverser l’adolescence sans amis fut un calvaire que je ne souhaite à personne…

’Notre’ étant mis en gras par moi. ’Notre’, au sens de ’nous, les QI élevés’. Ce qui, en bon français, peut être compris comme ’Qui est à nous, qui nous appartient’ (source : langage courant ou encore  Le Robert).

Ce à quoi, je produit une trentaine de mots (soit environ 10% de mon post, qui semble retenir votre attention) en notant que :

Carignan a écrit :

rassurez-vous. Pas besoin d’être supérieurement intelligent pour faire une scolarité pourrie et/ou avoir des problèmes de socialisation enfant ou adolescent. Je vous garantis sur facture qu’in QI moyen fait parfaitement l’affaire (je peux élaborer sur ce point si nécessaire).

En somme, je soulignai simplement que ce sentiment de l’adolescence vécue comme un calvaire n’est pas une spécificité des QI élevés.

Pas plus, pas moins et n’appelant certainement pas d’extrapolations particulières en dehors de ce contexte, ni la portée que vous semblez (ou voudriez) lui porter.

Dernière modification par carignan99 (04/05/2021 23h04)

Hors ligne Hors ligne

 

#178 04/05/2021 23h07

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   726  

Je remets le post d’origine de kiwijuice :

kiwijuice a écrit :

Deb67
Vous touchez le doigt sur un des problèmes.
Vous nous percevez comme narcissiques, arrogants, crâneurs…

Mais notre ressenti est complètement différent.
Je vous assure que traverser l’adolescence sans amis fut un calvaire que je ne souhaite à personne…

Regardez la video de la page précédente pour mieux appréhender la chose!

Je pense que la phrase "notre ressenti est complètement différent" faisait référence à la phrase qui précède, et pas à celle qui suivait.

Elle voulait dire (je pense) "nous ne nous ressentons pas comme arrogants et supérieurs" et la phrase suivante venait dire "et d’ailleurs c’est tellement vrai, que j’en ai souffert".

J’ai l’impression que vous l’avez compris comme "notre ressenti est  complètement différent de celui des autres", ce qui a un autre sens.

Hors ligne Hors ligne

 

#179 04/05/2021 23h16

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   385  

Peut être en effet. La subtilité m’aura sans doute échappé. Si j’étais taquin, je dirais que je ne suis pas assez vif d’esprit.

Mais je regrette que ça ne devienne une fixette. Je souhaitais plutôt exprimer dans mon post (dans les 90% autres que la citation ainsi isolée) un point de vue sur l’universalité de l’éducation nationale (qui fait partie de la thématique ’comment vivre avec un QI élevé’). Échec donc. Tant pis.

Hors ligne Hors ligne

 

#180 05/05/2021 01h28

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   342  

InvestisseurHeureux, le 04/05/2021 a écrit :

Après, est-ce que cette mode contribue à "aider" les "vrais" surdoués en mettant le sujet sur le devant de la scène, je ne sais pas.

La mode évoqué par miller549 a permis un diagnostic relativement précoce (juste avant le collège) pour un neveu, donc c’est pas forcément une mauvaise chose.
Disons que pour les parents réellement concernés les ressources seront plus accessibles, donc un pré-diagnostic familiale qui permettra d’aller voir un praticien seront plus aisés.

Mais oui, y aura beaucoup de fausse alerte.

Priority, le 04/05/2021 a écrit :

Un gros QI c’est une chance dans notre société et l’occasion de faire "de grandes choses", que ce soit construire des tours Eiffel ou choisir de vivre autrement.

Je ne veux pas être condescendant, ni moqueur, mais vous m’avez fait rigoler.

Le lien entre un gros QI et l’occasion de faire de grandes choses est ?

Un exemple récent.
Je suis bien meilleur en calcul mental que mon père (je le vois quand on fait des courses ensemble).
Par contre, sur un calcul de portance, il a mis 2 minutes à me sortir le diamètre.
En comptant la résistance du ciment, par rapport au poids de la structure (estimé d’après volume+densité) et une estimation large du poids de charge+20% de sécurité.
Rajoutez 30s pour le volume nécessaire pour remplir le poteau.
Echec et mat de l’expérience sur la rapidité (j’était encore à l’étape : "il calcule quoi là ?").

Cela pour faire remarquer qu’un QI ne signifie pas grand chose.
Ceci dit, bon courage, car la différence, c’est pas toujours simple à gérer, surtout à un jeune âge!

Dernière modification par gunday (05/05/2021 01h30)

Hors ligne Hors ligne

 

#181 05/05/2021 08h49

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   353  

gunday a écrit :

Un exemple récent.
Je suis bien meilleur en calcul mental que mon père (je le vois quand on fait des courses ensemble).
Par contre, sur un calcul de portance, il a mis 2 minutes à me sortir le diamètre.
En comptant la résistance du ciment, par rapport au poids de la structure (estimé d’après volume+densité) et une estimation large du poids de charge+20% de sécurité.
Rajoutez 30s pour le volume nécessaire pour remplir le poteau.
Echec et mat de l’expérience sur la rapidité (j’était encore à l’étape : "il calcule quoi là ?").

Cela pour faire remarquer qu’un QI ne signifie pas grand chose.
Ceci dit, bon courage, car la différence, c’est pas toujours simple à gérer, surtout à un jeune âge!

Ca aussi c’est une idée arrêtée : on a un gros QI donc on est une bête de foire intellectuelle.
Pas forcément! On a eu souvent des réflexions "vas-y puisque t.u es si intelligent" contre-productives!

Vous soulignez avec justesse que l’expérience est primordiale.
Par contre, peut-être que dans cette situation, j’aurai posé milles questions à votre père sur son calcul. Par exemple pourquoi 20% et pas 10% ou 30%? Je lui aurai demandé si avoir des barres d’acier changerait le calcul? Des ciments particuliers? Des aggrégats meilleurs que d’autres? Il prend une tolérance selon la sismicité de la région? Est-ce qu’il prend en compte que les ouvriers peuvent mettre trop d’eau dans le béton?
Je crois que votre père m’aurait répondu : "laissez-moi faire mon métier!" passablement énervé par ce cuistre qui croit tout savoir et veut lui apprendre son métier.
Alors que moi je suis simplement curieux de ces questions. Donc je passe pour arrogant / crâneur / etc.

Hors ligne Hors ligne

 

[-1]    #182 05/05/2021 09h31

Membre
Réputation :   29  

Kromoz0hm, le 04/05/2021 a écrit :

Je vois souvent dans cette discussion discuter de pensée en arborescence, ou des auteurs comme Petitcolin.

Je souhaiterais tout de même mettre quelques points au clair :
- A moins que j’ai vraiment mal cherché, je n’ai jamais trouvé aucune preuve scientifique de cette fameuse pensée en arborescence, et n’en ai d’ailleurs vu des traces que sur les nombreux sites de "zèbres", "surefficients"….
- Petitcolin et pas mal d’autres auteurs experts autoproclamés dans ce domaine ne se basent sur aucun faits scientifiques et utilisent des descriptions du haut potentiel qui peuvent donner à imaginer tout un tas de gens qu’ils le sont aussi et qu’ont pas forcément grand chose à voir avec le sujet (comme une grande sensibilité, des difficultés de sociabilisation…)

Juste pour rebondir sur ce point, pourquoi, fichtre, toujours demander des preuves scientifiques pour réfuter, détruire, ou nier?
Si je raisonne de la même manière mais sur un point opposé en parlant de preuves scientifiques, donc de données fournies par des scientifiques, prenons 2 exemples.

-Donc il faut s’appuyer sur des données scientifiques, les mêmes, qui ont déterminer que la terre était plate, le soleil tournait autour du soleil, de façon plus contemporaine, démontré que les cigarettes ne tue pas, l’aspartame était bon pour la santé, que le glyphosate n’est pas dangereux ou qu’il n’y a pas de réchauffement climatique.

-Ceci n’engage que moi mais scientifique=Psy, c’est évident, il sont totalement opposés mais font la même chose, c’est à dire rendre des analyses et font des réponses qui vont dans le sens de ceux qui les paye.

Je n’ai vraiment aucune accointance avec ces milieux.

C’est sur les recherches que les apprentissages, compréhensions évoluent. Qu’elles soient scientifiques, psy ou autre; avec des erreurs certes mais toutes essentielles. Se servir des uns pour "démonter" les autres est improductif, il y a de la place pour tous.

Humour: Il doit bien y avoir des personnes autoproclamées comme scientifique en psychologie, psycho analyse. Aujourd’hui on s’autoproclame spécialiste dans tout les domaines, alors pourquoi pas? lol


Parrain: IGRAAL, COINBASE

Hors ligne Hors ligne

 

#183 05/05/2021 10h05

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   162  

Cette file me fait penser à une petite scène comique vécue ce matin…

Un de mes enfants mets une 10aine de feuilles blanches dans son cartable et je lui demande pourquoi il fait cela.

Il me répond que comme il a toujours fini avant tout le monde, il a le droit de dessiner en attendant que les autres aient terminé, mais qu’il a utilisé toutes les feuilles disponibles en classe…
(a 6 ans il fait des petites BD, il a même envisagé de les imprimer et de les vendre à l’école, il est incorrigible)

Moyenne de ses points : 98%

Il est surclassé dans tous les sports qu’il pratique, et il me demande souvent si il peut déjà aller avec les plus grands à l’école comme au foot…

Pour les personnes connaissant le sujet, dois-je en tirer des conclusions?

-> moi je pars du principe qu’il faut le laisser tranquille avec les enfants de son âge, mais peut-être que je fais erreur?

Edit : j’ajoute que la plus grande fierté de ma vie fut le jour ou, lors d’une réunion de parents en début d’année, la prof a signalé que l’année précédente, la classe est allée beaucoup plus loin que prévu dans la matière, tout cela grâce à un seul garçon qui est un moteur pour toute sa classe; Elle s’est tournée vers moi et a cité le prénom de mon enfant, et tout les parents ont réagit "ah oui XXX, mon enfant en parle tout le temps"…

Dernière modification par koldoun (05/05/2021 10h09)

Hors ligne Hors ligne

 

#184 05/05/2021 10h14

Membre
Réputation :   19  

carignan99, le 04/05/2021 a écrit :

Enfin, je me pose une question. Cette file met en avant les problèmes que vivent les personnes au QI élevé. Dans quelle mesure est-ce représentatif? En d’autres termes : avoir un QI élevé est-il un chemin de croix ou bien la plupart s’en sortent-ils très bien (ou pas moins bien que le reste de la population)?

C’est exactement le point que je soulevais dans mon poste plus tôt, je n’ai en effet aucune statistique sur le sujet, et ça me parait compliqué à avoir à moins de passer un test de QI à grande échelle puis d’étudier la suite du parcours et faire des stats par niveau de QI. Mais à ma petite échelle personnelle, je pense absolument pas qu’être surdoué soit lié à ces difficultés souvent décrites dans cette file. Il existe des personnes ayant du mal à s’intégrer chez les HQI tout comme chez le reste des gens. Par contre quand on a pas ces difficultés et qu’on est HQI, la scolarité est au contraire extrêmement simple.

bernisevic a écrit :

Juste pour rebondir sur ce point, pourquoi, fichtre, toujours demander des preuves scientifiques pour réfuter, détruire, ou nier?
Si je raisonne de la même manière mais sur un point opposé en parlant de preuves scientifiques, donc de données fournies par des scientifiques, prenons 2 exemples.

-Donc il faut s’appuyer sur des données scientifiques, les mêmes, qui ont déterminer que la terre était plate, le soleil tournait autour du soleil, de façon plus contemporaine, démontré que les cigarettes ne tue pas, l’aspartame était bon pour la santé, que le glyphosate n’est pas dangereux ou qu’il n’y a pas de réchauffement climatique.

-Ceci n’engage que moi mais scientifique=Psy, c’est évident, il sont totalement opposés mais font la même chose, c’est à dire rendre des analyses et font des réponses qui vont dans le sens de ceux qui les paye.

Tout simplement parce que ce qui est décrit comme "pensée arborescente" si différente entre les HQI et les autres ne se base sur aucun fondement. Croire que le reste des gens ont une pensée linéaire est tout simplement faux, les non HQI ont aussi un fonctionnement "arborescent". Cette différence "linéaire" vs "arborescente" n’est qu’une invention marketing des auteurs/gourous qui font leur argent en vendant des livres ou formations où ils montrent à quels point les HQI sont si particuliers. (ce qui peut être valorisant et donner envie d’en lire encore plus)
Quand on avance de telles affirmation, il faut en effet pouvoir les prouver ensuite…

Je ne prendrais même pas la peine de répondre à la partie sur la science, qui est tout simplement navrante…

Et enfin sur la partie psy, bien sûr que si qu’il s’agit d’une science, donc encore une fois quand vous opposez science et psychologie vous avez tout faux. Et pour reprendre mon exemple, Mme Petitcolin n’est absolument pas une psy, mais simplement une coach et professionnelle en PNL (encore une discipline pseudo-scientifique sans fondement…). Donc en effet, quand elle décrit des modes de pensées différents, sans aucune preuve scientifique de son discours, elle n’a aucune légitimité.

Dernière modification par Kromoz0hm (05/05/2021 10h16)

Hors ligne Hors ligne

 

#185 05/05/2021 10h19

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   342  

kiwijuice a écrit :

Je crois que votre père m’aurait répondu : "laissez-moi faire mon métier!" passablement énervé par ce cuistre qui croit tout savoir et veut lui apprendre son métier.

Non, il m’a donné le calcul et quelques chiffres en me laissant me démerder pour combler les blancs.
Après, certaines questions comme la sismicité était déjà réglé par l’assise faite antérieurement.

Et pourquoi 20% ?
Parce qu’avec la surestimation des charges (volume de bois + charge potentiel en fonction du volume), ça donne un chiffre rond!
Et pour vous répondre, oui, le fer à béton était un plus, mais bon, en particulier, on calcule pas au centimes prêt. Donc le fer à béton nous à servi à donner une verticalité parfaite et n’est pas rentré dans le calcul.

En gros, on est particulier, si ça tient 1tonne au lieu de 500kg, c’est pas grave.

bernisevic a écrit :

Juste pour rebondir sur ce point, pourquoi, fichtre, toujours demander des preuves scientifiques pour réfuter, détruire, ou nier?

Parce que les illuminés qui parlent sans preuve sont légions.
recherchez les debunkage sur les réseaux sociaux, vous serez surpris.
D’ailleurs d’après ses soit-disants scientifiques, la terre est plate, dieu à créé le monde (dieu au choix selon le scientifique), les extra-terrestre ont instruits l’homme et construit les pyramides, etc

bernisevic a écrit :

-Donc il faut s’appuyer sur des données scientifiques, les mêmes, qui ont déterminer que la terre était plate, le soleil tournait autour du soleil, de façon plus contemporaine, démontré que les cigarettes ne tue pas, l’aspartame était bon pour la santé, que le glyphosate n’est pas dangereux ou qu’il n’y a pas de réchauffement climatique.

C’est pour cela qu’en science on parle de consensus scientifique.
Donc le consensus dit clairement : la terre est ronde.
Mais une poignée de pseudo-scientifique, relayés par des armées de "chercheurs de vérité" relayent sur les médias, réseaux sociaux, etc que la terre est plate.
Résultat, 9% des français pensent que la terre est plate (source).
Fait amusant : la terre ronde est un vieux consensus, Ératosthène ayant d’ailleurs calculé assez précisément son diamètre.

A cela, il faut rajouter les manipulations d’opinion publique, sur le principe de "la fabrique de l’ignorance".
Si un industriel sait qu’un produit est dangereux, il a intérêt à payer des scientifiques pour dire le contraire.
Exemple connu la cigarette.
C’est d’ailleurs l’exemple le plus connu, vu que les documents internes ont été rendus publiques par décision de justice.
Les experts de la cigarette bossent maintenant aussi pour les chimistes (comme bayer) ou les industries lourdes (réchauffement climatiques).
Le but : ralentir les lois contraignantes en influant l’opinion et donc les décideurs.

Exemple récent : les néonicotinoïdes, en l’état actuel, ils sont clairement prouvés comme coupable des chutes de population d’abeille.
Mais suite à leur accusations, l’industrie a lancé une campagne de diversion en accusant les autres ennemis historiques de l’abeille. diversion réussie, car le produit est aujourd’hui de nouveau autorisé sur le marché.

En fait, beaucoup considère la science comme un fait fini.
Sauf qu’elle évolue en fonction de nos connaissance.
Je ne résiste pas à vous partager un bout de cette vidéo. En 15s, elle retrace 20 ans de représentations scientifiques des dinosaures.
La science avance, les connaissances humaines augmentent.

Donc oui, demander une preuve scientifique d’une théorie est devenu la norme.
Si cela vous choque, n’oubliez pas qu’un parti d’extrême droite à tenté un coup d’état le 7 janvier 2021 aux Etats unis, sur la base de faits mensonger et non vérifié.
Donc le fact checking doit être un réflexe, et tout ce qui n’est pas prouvé doit être rejeté dans tout processus.

Mais là je digresse complètement !
Pour revenir au sujet, le QI se calcul d’une manière normée, donc si vous pensez être d’un haut QI, y a des tests standardisés pour cela! wink

Edit : @koldoun, intéressant témoignage!
J’avais déjà des échos d’élément perturbateur qui plombait une classe.
C’est rafraichissant de voir que des éléments porteurs peuvent pousser une classe vers l’avant!

Dernière modification par gunday (05/05/2021 10h24)

Hors ligne Hors ligne

 

#186 05/05/2021 10h27

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   214  

koldoun a écrit :

Pour les personnes connaissant le sujet, dois-je en tirer des conclusions?
-> moi je pars du principe qu’il faut le laisser tranquille avec les enfants de son âge, mais peut-être que je fais erreur?

Avertissement: Je ne suis pas un professionnel du domaine. Mais pour avoir "pratiqué" des professionnels du domaine, il ne suffit pas d’être diplômé en psychologie pour avoir un avis éclairé sur les spécificités d’un surdoué. Parce que souvent ce n’est pas leur spécialité.

Je connais le sujet de manière plus intime.
Oui, il y a sûrement des conclusions à en tirer : votre enfant carbure, et il est sûrement plus intelligent que la moyenne. Vous pouvez en être fier. Pas besoin d’un test de QI pour valider cela. Votre enfant en est sûrement fier également, mais attention au sentiment de supériorité qui peut lui handicaper sa vie sociale pendant toute l’enfance (c’est du vécu douloureux…).

Y a-t-il quelque chose à faire ? Tout dépend de comment votre enfant le vit.
Sauter une classe c’est sûrement une bonne idée (personnellement j’aurais été plus heureux en en sautant 2 ou 3 qu’1), mais il faut amener le sujet auprès de l’enseignant avec tact.

Pour le reste… tant que l’enfant n’a pas de mal être, il me semble inutile de psychologiser.
Ce qu’il faut c’est que vous soyez conscient qu’il est très intelligent, et que ça vient avec des difficultés potentielles, donc apprenez à les identifier (les ouvrages de Jeanne Siaud-Facchin sont intéressants en la matière, d’ailleurs ils vous ouvriront peut-être les yeux sur certains aspects de votre histoire personnelle).

J’ai les mêmes interrogations pour mon enfant qui est plus jeune que le vôtre. Mon intention est de l’accompagner, mieux que mes parents ne l’ont fait, sans l’engager dans des démarches spéciales autres que sauter éventuellement une classe. Avec le bon cadre parental il devrait pouvoir se développer socialement sans être méprisant et méprisé (j’espère).

Dernière modification par sven337 (05/05/2021 10h40)

Hors ligne Hors ligne

 

#187 05/05/2021 10h39

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   162  

Je ne pense pas que ce soit un risque, tous les enfants l’adorent, il est tout le temps invité aux annifs (bon avec le covid… plus trop possible), il est pote avec tout le monde, et comme il est grand et très sportif, personne ne l’embête.

Maintenant je remarque beaucoup de jalousie de la part des autres parents (pas à l’école, plutot dans l’univers sportif), et un préparateur technique de foot élite m’a donné des conseils à ce sujet : ne pas trop parler de lui, ne pas le mettre en avant…

Mais c’est vraiment difficile, pourquoi je dois accepter qu’un papa me parle des qualités de son enfant durant 10 minutes, mais moi je dois me taire à son sujet pour pas provoquer de jalousie…

J’ai vécu cela durement l’année passée, quand son équipe a fait un petit tournoi avec un club élites, les parents étaient fier "le miens a mis 2 buts, le miens 3" quand ce fut mon tour "il en a mis 11", alors qu’il a 1 an en moins, tout les parents m’ont tourné le dos…

Je vois même dans mon entourage familial proche que cet enfant énerve : il est trop parfait, réussi tout ce qu’il entreprend.

Je pense que les difficultés viendront plutot de là.

Je me permets d’en parler sur ce forum, mais dans la vie au quotidien j’ai appris qu’il vaut mieux me taire…

Dernière modification par koldoun (05/05/2021 10h41)

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #188 05/05/2021 10h44

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   214  

J’ai un conseil utile en la matière : vous la fermez. Et votre fils aussi.
Tout ce que vous allez dire, ou qu’il va dire, concernant sa réussite sera pris comme de la vantardise et il sera ostracisé pour cela.
La "supériorité intellectuelle" se voit suffisamment dans les faits, ce qui fait que les gens normaux se sentent insultés. La discrétion est de mise pour éviter de tourner le couteau dans la plaie.

Toute la difficulté consiste à arriver à développer cet état d’esprit aristocratique dans laquelle la personne est à l’aise avec sa supériorité intellectuelle mais sans écraser les autres avec. Quand j’étais à l’école j’ai connu des gens comme cela, personnellement je n’ai jamais réussi.
À défaut d’arriver à développer cette "supériorité tranquille", il vaut mieux se faire discret. Que votre fils ne s’inquiète pas, ses performances sont très remarquées sans qu’il ait besoin d’en parler. smile

Dernière modification par sven337 (05/05/2021 10h45)

Hors ligne Hors ligne

 

#189 05/05/2021 10h49

Membre
Réputation :   19  

koldoun a écrit :

Je ne pense pas que ce soit un risque, tous les enfants l’adorent, il est tout le temps invité aux annifs (bon avec le covid… plus trop possible), il est pote avec tout le monde, et comme il est grand et très sportif, personne ne l’embête.

Je suis plutôt d’accord avec vous, je ne pense pas qu’il rencontrent beaucoup de problèmes s’il continue comme ça. J’ai été dans la même situation dans mon enfance, et tout c’est toujours très bien passé. Même là où certains de mes camarades pouvaient être moqués comme étant "intello", ça ne m’est jamais arrivé, alors que j’avais d’encore meilleurs résultats, car à coté de ça j’étais ami avec tout le monde, toujours parmi les meilleurs en sport ou en expression orale…

koldoun a écrit :

Maintenant je remarque beaucoup de jalousie de la part des autres parents (pas à l’école, plutot dans l’univers sportif), et un préparateur technique de foot élite m’a donné des conseils à ce sujet : ne pas trop parler de lui, ne pas le mettre en avant…

Mais c’est vraiment difficile, pourquoi je dois accepter qu’un papa me parle des qualités de son enfant durant 10 minutes, mais moi je dois me taire à son sujet pour pas provoquer de jalousie…

J’ai vécu cela durement l’année passée, quand son équipe a fait un petit tournoi avec un club élites, les parents étaient fier "le miens a mis 2 buts, le miens 3" quand ce fut mon tour "il en a mis 11", alors qu’il a 1 an en moins, tout les parents m’ont tourné le dos…

Je vois même dans mon entourage familial proche que cet enfant énerve : il est trop parfait, réussi tout ce qu’il entreprend.

Je pense que les difficultés viendront plutot de là.

Je me permets d’en parler sur ce forum, mais dans la vie au quotidien j’ai appris qu’il vaut mieux me taire…

Sur ce point de vue là je ne saurais pas trop vous aider par contre, je n’ai pas l’impression que mes parents aient vécu ça. Et plutôt que de la jalousie, ce que j’ai vécu c’est le fait pour mes parents et oncles et tantes de devoir rassurer mes cousins et cousines sur le fait que s’ils n’avaient pas autant de facilités que moi, ils étaient quand même de bons élèves et qu’ils ne devaient pas se rabaisser à cause de la comparaison à mes résultats.

Hors ligne Hors ligne

 

#190 05/05/2021 10h50

Membre
Réputation :   29  

@gunday:

D’accord avec vous sur votre dernier passage, d’ailleurs j’ai bien aimé le documentaire sur la fabrique de l’ignorance.

Mais mon tissu d’ânerie pour certains, que je juge extrémiste dans leur façon de voir et penser, ne laisse aucune place aux débats car systématiquement démontés car non scientifique.

je me suis surement mal exprimé sur le fond de ma pensée car je n’adhère à aucune thèse de minorité extrême et complotiste (extra-terrestre, terre plate,etc) ni consulte les réseaux sociaux. Je suis d’accord que les consensus scientifiques font foi et sont primordiaux.

Les réponses faites suite à mon post en sont la preuve (je me trompe surement), j’ai eu malheur d’attaquer en tournant en dérision et exagérant les traits sur la partie scientifique, qui est érigée comme "religion" (encore désolé). Tout comme certaines réponses suite à mon exemple sur le test d’entrée en école d’ingénieur avec 0 bases scientifiques, cela ne pouvait être que "trop facile" ou "pas possible" ne laissant pas de place à autre chose.

fin de HS

Je continuerais à lire le sujet mais je ne me mêlerais plus aux discussions n’étant pas en phase "scientifique" avec certains intervenants, oui je sais, encore une grosse ânerie big_smile

Je sais que ce sujet est passionnant mais à un moment certains intervenants devraient (expression locale familière) péter un coup et enlever les œillères cela permettrait de d’avancer plus qu’opposer wink

bonne chance au HQI, je me retourne tondre la pelouse et lire quelques analyses des merveilleux contributeurs de ce forum.


Parrain: IGRAAL, COINBASE

Hors ligne Hors ligne

 

#191 05/05/2021 11h03

Membre
Réputation :   83  

koldoun a écrit :

J’ai vécu cela durement l’année passée, quand son équipe a fait un petit tournoi avec un club élites, les parents étaient fier "le miens a mis 2 buts, le miens 3" quand ce fut mon tour "il en a mis 11", alors qu’il a 1 an en moins, tout les parents m’ont tourné le dos…

Je vais finir par croire que je suis un extra-terrestre à penser que le foot est un sport collectif. Jamais il ne me viendrait en tête de discuter du nombre de buts mis par mon fils avec d’autres parents.

Kromoz0hm a écrit :

Cette différence "linéaire" vs "arborescente" n’est qu’une invention marketing des auteurs/gourous qui font leur argent en vendant des livres ou formations où ils montrent à quels point les HQI sont si particuliers. (ce qui peut être valorisant et donner envie d’en lire encore plus)
Quand on avance de telles affirmation, il faut en effet pouvoir les prouver ensuite…

Donc comme on ne peut prouver certains concepts comme l’empathie par exemple, vous concluez que c’est également une invention marketing ? La pensée arborescente est à mon sens dan la même veine: il ne s’agit pas tant de démontrer un fait scientifiquement que d’illustrer ou de tenter de mettre un mot pour décrire une incapacité à canaliser son cerveau (j’ai volontairement pris une définition "négative" afin de ne pas laisser croire à une quelconque supériorité…).

Alors oui, peut être il y a un effet de mode…mais la tendance des parents à croire que leur enfant est au top est naturelle et date de Mathusalem (au moins…). L’avantage d’un test de QI (un vrai, par un professionnel spécialisé et non un test internet ou fait vous même via un bouquin), c’est qu’il est normé. C’est une mesure. Elle ne vaut rien seule, c’est son interprétation et utilisation qui est utile. D’ailleurs sachez qu’une trop grande disparité dans les "sous-chapitres" d’un test conduit à une impossibilité de construire un score global.

koldoun a écrit :

a écrit :
Pour les personnes connaissant le sujet, dois-je en tirer des conclusions?
-> moi je pars du principe qu’il faut le laisser tranquille avec les enfants de son âge, mais peut-être que je fais erreur?

Soyez juste un parent.
Si vous sentez que votre enfant en souffre (ex : il s’ennuie en classe, ne comprend pas pourquoi la maitresse répète des choses car il a déjà compris…), alors cherchez à faire quelque chose.
S’il est bien dans ses bottes (ce que je crois comprendre car il utilise le temps restant à dessiner), alors laissez-le !

Bref, l’effet de mode est réel, la preuve une série sur TF1 (HPI | TF1) !
J’avoue avoir été surpris par la tonalité humoristique plutôt bien calée, rare sur cette chaine que je déteste.


"We judge a book by its cover ; And read what we want ; Between selected lines"

Hors ligne Hors ligne

 

#192 05/05/2021 11h25

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   162  

lemouz a écrit :

koldoun a écrit :

J’ai vécu cela durement l’année passée, quand son équipe a fait un petit tournoi avec un club élites, les parents étaient fier "le miens a mis 2 buts, le miens 3" quand ce fut mon tour "il en a mis 11", alors qu’il a 1 an en moins, tout les parents m’ont tourné le dos…

Je vais finir par croire que je suis un extra-terrestre à penser que le foot est un sport collectif. Jamais il ne me viendrait en tête de discuter du nombre de buts mis par mon fils avec d’autres parents.

koldoun a écrit :

a écrit :
Pour les personnes connaissant le sujet, dois-je en tirer des conclusions?
-> moi je pars du principe qu’il faut le laisser tranquille avec les enfants de son âge, mais peut-être que je fais erreur?

Soyez juste un parent.
Si vous sentez que votre enfant en souffre (ex : il s’ennuie en classe, ne comprend pas pourquoi la maitresse répète des choses car il a déjà compris…), alors cherchez à faire quelque chose.
S’il est bien dans ses bottes (ce que je crois comprendre car il utilise le temps restant à dessiner), alors laissez-le !

Bref, l’effet de mode est réel, la preuve une série sur TF1 (HPI | TF1) !
J’avoue avoir été surpris par la tonalité humoristique plutôt bien calée, rare sur cette chaine que je déteste.

Cela devient un sport collectif au fil des années, mais en U6 et U7, c’est du 2c2 puis du 3c3, donc c’est pratiquement du sport individuel.
L’objectif est que chaque enfant touche un maximum de ballon, et l’accent est mis sur les duels.
Maintenant qu’il est en U8, donc 5c5, l’aspect collectif prend le dessus petit à petit.
C’est à partir de U10 (8c8) que cela commence à vraiment ressembler à du vrai foot.

Pour la série HPI, nous l’avons depuis un petit moment en Belgique, c’est sympa, et je constate en effet qu’elle vient de démarrer sur TF1 :-)
Dans le même registre je regarde aussi la série avec Astrid, l’autiste très intelligente qui aide la police dans ses enquêtes.

Dernière modification par koldoun (05/05/2021 11h33)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #193 05/05/2021 11h27

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   385  

gunday a écrit :

D’ailleurs d’après ses soit-disants scientifiques, la terre est plate, dieu à créé le monde (dieu au choix selon le scientifique), les extra-terrestre ont instruits l’homme et construit les pyramides, etc

Petit hors-sujet : Dieu a créé le monde ou l’existence de Dieu (ce qui revient au même) ne relèvent pas du champ scientifique. C’est une des première chose qu’on m’a appris en épistémologie.

HQI, HPI etc, ça en relève assez clairement et c’est compliqué (on cause du cerveau donc psychologues, psychiatres, neurologues, enseignants…).

fin du HS.

Dernière modification par carignan99 (05/05/2021 11h38)

Hors ligne Hors ligne

 

#194 05/05/2021 11h31

Membre
Réputation :   19  

lemouz a écrit :

Donc comme on ne peut prouver certains concepts comme l’empathie par exemple, vous concluez que c’est également une invention marketing ? La pensée arborescente est à mon sens dan la même veine: il ne s’agit pas tant de démontrer un fait scientifiquement que d’illustrer ou de tenter de mettre un mot pour décrire une incapacité à canaliser son cerveau (j’ai volontairement pris une définition "négative" afin de ne pas laisser croire à une quelconque supériorité…).

L’empathie reste à ma connaissance un sujet traité par la psychologie et les neurosciences, tout comme de nombreux autres sujets qui peuvent paraitre assez flou vu de l’extérieur.
Par contre sur le sujet de la "pensée arborescente" je maintiens ce que j’ai dis auparavant, c’est un terme qui ne repose sur rien. Il y a déjà eu des études pour voir si les personnes avec un QI élevés auraient une façon différente de penser, et rien n’a été trouvé de différent.

Et je souhaite tout de même rappeler que cette fameuse pensée en arborescence est mise en face d’une supposée pensée linéaire du reste de la population. Ce qui est tout simplement faux, tout le monde réfléchis de cette manière divergente qui va balayer plusieurs options. Evidemment le nombre d’options sera différent d’une personne à l’autre et selon le domaine de la réflexion, mais penser que les HQI seraient les seuls à pouvoir penser de cette manière et que c’est pour cela qu’ils seraient incompris du reste des gens me parait narcissique. Et c’est pour cela que je décris cela comme un terme marketing, car il permet de vendre des bouquins en faisant croire à une fausse différence (presque érigée en supériorité parfois…)
Surtout que dans ce cas, comment expliquerait-on que d’autres HQI n’ont aucun mal à comprendre et se faire comprendre des autres ?

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #195 05/05/2021 12h00

Membre
Réputation :   83  

Nous n’avons pas la meme compréhension de la pensée arborescente.
Vous la voyez comme une pensée qui se croit supérieure car à même de voir + de choses en mem temps.

Je ne la vois pas du tout ainsi.
Pour simplifier une pensée arborescente est pour moi une explosion de liens à partir d’une idée initiale. De là à parler de distraction facile il n’y a qu’un pas.
Une pensée "linéaire" ou "à arborescent plus restreinte (ou plus maitrisée si on veut positiver)" sera celle qui permet à la personne de restée concentrée.

Il y a 30 ans, on parlait d’étourdis, de rêveurs… était-ce + scientifique comme concept ?
Et j’anticipe : non, tous les rêveurs ne sont pas des HPI, ce serait tellement simple… Je déteste le principe que quand son enfant à des difficultés ce soit forcément car il est génial.
Dans ce cas, cite, allons dans nos "quartiers" , il doit y avoir plein de génies !

Mais j’avoue que cela fait bizarre quand, en passant un test rigoureux, on vous dit au bilan que votre enfant de 8ans raisonne comme un gamin de 14 sur les lectures/syntaxes, de 12 sur les chiffres mais de 6 ou 7 sur les émotions. Ca, c’est utile. Si on nous avait dit : il a 135 de QI, bah OK, mais on n’aurait pas eu + de billes…


"We judge a book by its cover ; And read what we want ; Between selected lines"

Hors ligne Hors ligne

 

#196 05/05/2021 12h01

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   342  

Kromoz0hm a écrit :

Surtout que dans ce cas, comment expliquerait-on que d’autres HQI n’ont aucun mal à comprendre et se faire comprendre des autres ?

Certains parlent également de quotient émotionnelle qui serait le pendant relationnel du qi intellectuel.
C’est plus récent et moins calculable que le QI, mais ça donne un autre axe d’analyse au relationnel que le simple QI.

Hors ligne Hors ligne

 

#197 05/05/2021 12h14

Membre
Réputation :   19  

lemouz a écrit :

Nous n’avons pas la meme compréhension de la pensée arborescente.
Vous la voyez comme une pensée qui se croit supérieure car à même de voir + de choses en mem temps.

Ce n’est pas tellement ma vision de cette pensée, c’est plutôt ce que j’en ai lu dans les livres sur les HQI que ma compagne m’avait partagé. Livres qui me paraissent plus sectaires qu’autre chose.

Et cette opinion n’est aucunement de la jalousie, bien que n’ayant jamais été testé il est à peu prêt certain que mon QI est largement supérieur à la moyenne, même si je ne saurais dire à quel point sans passer ces tests. (mais pour donner des exemples : apprendre à lire tout seul à la grande surprise de mes parents, des facilités scolaires à un tel point que j’ai pu majorer ma promotion en classe préparatoire scientifique en passant la majorité de mon temps libre à faire du sport ou à jouer aux jeux vidéo ou faire parti des meilleurs élèves de mon école d’ingénieur du groupe A en séchant une très grande partie des cours, facilités qui se retrouvent aussi dans un peu tous les domaines intellectuels que je maitrise bien plus rapidement que toutes les personnes que je connais…)

gunday a écrit :

Certains parlent également de quotient émotionnelle qui serait le pendant relationnel du qi intellectuel.
C’est plus récent et moins calculable que le QI, mais ça donne un autre axe d’analyse au relationnel que le simple QI.

Je partage totalement cette opinion, et pour moi les difficultés de certains HQI ne sont absolument pas liées au fait qu’ils soient HQI, mais plus certainement à des difficultés relationnelles par elles-mêmes, qui peuvent éventuellement être exacerbées par un décalage entre la personne HQI et son environnement. Mais une personne HQI n’ayant pas ces difficultés pourra très bien s’adapter à des personnes ne disposant pas de leur rapidité de réflexion.

Et c’est là que j’ai un problème avec le titre de cette file : "Vivre avec un QI élevé". Je ne pense absolument pas qu’un QI élevé entraine forcément une expérience de vie difficile.

Dernière modification par Kromoz0hm (05/05/2021 12h20)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #198 05/05/2021 13h14

Membre
Réputation :   2  

Le sujet est à la mode depuis quelques années mais il ne peut y avoir d’épidémie d’HPI. La définition standard est d’être plus de 2 écarts-types au dessus de la moyenne, ce qui correspond à environ 2% de la population (les tests étant étalonnés pour obtenir une gaussienne).

Une conséquence est qu’un HP est donc par construction même en décalage à ce niveau. De mon expérience (apprentissage seul de la lecture à 3 ans, dépistage en CP, sauts de classes, major de M’, école groupe A sans aller en cours), ce décalage peut nuire fortement à la construction de son identité. Ce n’est en rien une malédiction, personne ne va se plaindre d’avoir de bonnes notes sans rien faire mais il n’y a aucune satisfaction à réussir quelque chose qui paraît tellement évident. Cette différence de vécu ne permet pas toujours de s’inscrire dans le récit collectif de son groupe. L’ennui est omniprésent, les incohérences de l’environnement sont criantes grâce à une perception et une lucidité souvent très aiguisées.

Cet ennui récurrent entrave les relations avec l’extérieur car il accentue cette distance, difficile de s’impliquer quand tout le temps passé à l’école paraît si dénué de sens, quand le monde extérieur paraît si incompréhensible. Inversement, cette lucidité va souvent de pair avec un sens développé de l’empathie, souvent excessive voire fusionnelle, ce qui nuit à son individualité et conduit à un poing-pong maladroit entre trop ou pas assez de distance au groupe. Il y a en permanence une absence de naturel dans les relations qui conduit à un malaise diffus, récurrent.

Difficile de se trouver des modèles, sachant qu’en plus on est souvent, de part ses résultats, catalogué analytique sous-entendu machine froide alors que la sensibilité est très présente mais inhibée.

J’ai trouvé des solutions non pas en m’isolant dans un groupe de personnes similaires (même si les très proches le sont, l’affinité naturelle, quasi instinctive est surprenante et indispensable pour moi) mais en m’entourant de personnes bienveillantes. A l’âge adulte, je me suis épanoui via des créations d’entreprises et des activités dans lesquelles je trouve l’intensité dont j’ai besoin (sports extrêmes, piano …).

Dernière modification par inwest (05/05/2021 13h15)

Hors ligne Hors ligne

 

#199 05/05/2021 13h26

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   162  

Je vais dire probablement une grosse bêtise, mais j’ai souvent l’impression que le niveau général diminue, et que donc dès qu’on a un peu de jugeote, on passe pour HP.

Quand j’entends mes collègues discuter des "Anges de la téléréalité" ou de Kim Kardashian, on a vite fait de me prendre pour un génie car je m’intéresse aux cours de bourse ou que je me documente sur l’histoire de la monnaie russe.

Je n’ai rien d’un génie.

Hors ligne Hors ligne

 

#200 05/05/2021 14h10

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   353  

koldoun a écrit :

Je vais dire probablement une grosse bêtise, mais j’ai souvent l’impression que le niveau général diminue, et que donc dès qu’on a un peu de jugeote, on passe pour HP.

Quand j’entends mes collègues discuter des "Anges de la téléréalité" ou de Kim Kardashian, on a vite fait de me prendre pour un génie car je m’intéresse aux cours de bourse ou que je me documente sur l’histoire de la monnaie russe.

Je n’ai rien d’un génie.

Ce n’est pas une impression, c’est avéré.
Sources : ici et Technology Is On The Rise, While IQ Is On The Decline

Hors ligne Hors ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur