Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

#1 06/06/2017 15h51

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   395  

Bonjour,

Je souhaiterais échanger avec vous sur les modes de gestion du stress, suivant les situations (et donc les différentes nature de stress).

J’ai lu sur le forum que d’autres utilisaient des techniques de gestion à base de travail sur la respiration ; je pratique aussi, ainsi que la visualisation d’images positives "de bons souvenirs".
Cela convient bien lorsque l’on est assis derrière un bureau ; pour une agression verbale par exemple, je tente de dissocier l’agression de la personne (l’agressé et l’agresseur) afin d’avoir du recul et rester calme.

Mais au final, il en reste toujours une forme de violence qui se retourne contre moi. J’entends par là que ce stress va ressortir soit somatisé soit inconsciemment dans mes relations avec l’entourage/mes décisions pro ou perso.
De plus en matière boursière, les décisions prises en période de stress sont les seules à plomber les portefeuilles ; idem en immobilier !

Et ultime niveau de la discussion : comment faire comprendre à un tiers qu’il est sous l’emprise du stress sans faire de l’escalade ? Cela pourrait même s’appliquer sur ce forum dans le cadre de discussions qui dérapent d’ailleurs.

Cordialement,

X

Dernière modification par Iqce (06/06/2017 15h52)

Mots-clés : efficacité, investisseurs, rentiers, stress


Tant que t'as pas vendu t'as pas gagné. Mais t'as pas perdu. Mais t'as pas gagné. Mais…Oh zut fait @*

Hors ligne Hors ligne

 

[+4]    #2 07/06/2017 22h40

Membre
Réputation :   81  

Concernant votre question sur les différentes natures du stress je fais personnellement deux catégories distinctes selon que le stress est justifié ou non.

Parfois, notre cerveau se met en mode anxiété de façon hors-sujet car il a reconnu un stimulus associé à un souvenir déplaisant. Par exemple si vous avez été un jour agressé dans le métro il peut être difficile d’y retourner car votre cerveau se rappelle le traumatisme et vous prépare au combat ou à la fuite (cœur qui s’accélère, respiration rapide, sueur, une certaine forme de paranoïa). dans ces cas là les techniques de méditation que vous évoquez (image mentale, respiration lente) peuvent faire merveille pour "réparer" le cerveau. On corrige physiquement la réaction au stimulus pour à terme changer l’habitude du cerveau et pour que cette nouvelle disposition (le calme) devienne la nouvelle réaction normale.

Parfois, le stress est causé par une attaque bien réelle. C’est le cas dans votre exemple d’une agression verbale au travail. Il me semble qu’alors avoir recours à une forme de stoïcisme (Stoïcisme ? Wikipédia) pour tenter de s’échapper mentalement de la situation est extrêmement néfaste pour la santé mentale et même physique. C’est ce que Henri Laborit appelle l’inhibition de l’action. inhibition de l’action - YouTube
C’est la grande problématique éthique des psychologues du travail: sont-ils vraiment là pour aider les employés à être en meilleure santé ou plutôt pour les faire supporter plus longtemps des situations insupportables et ainsi retarder le conflit entre employés et chefs?
Il me semble que le refus de l’inhibition de l’action (chacun trouvera ses propres mots pour en parler mais l’idée générale est la même) est à l’origine de la plupart des vocations à l’indépendance financière sur ce forum.

Il n’est évidement pas toujours possible de répondre à son patron sur le même ton (combattre) ni de claquer la porte (fuite) à cause du taux de chômage élevé en France. Cependant notre santé est une priorité qu’on remet trop souvent à demain et je pense que si vous en arrivez à somatiser des relations de travail il est urgent de trouver une façon de les éliminer (véritablement, pas par un exercice mental).

En attendant, je suggérerais tout du moins de ne pas rester assis: levez-vous (sans être menaçant) et prenez physiquement de l’espace (un geste de la main tendue devant soi paume vers l’agresseur peut aider). Soyez plus calme que l’agresseur et parlez d’une voix lente et grave pour leur imposer votre rythme. Soyez courtois mais ferme et privilégiez les réponses courtes. Il s’agit de leur montrer que contrairement à eux vous contrôlez la situation: leur stress est leur problème et vous n’entrez pas en résonance avec. C’est très primitif mais avec certains la seule solution est de leur montrer qui est l’alpha: après deux ou trois tentatives infructueuses ils prendront l’habitude d’aller asticoter quelqu’un d’autre.

Dernière modification par WayWardCloud (08/06/2017 00h15)


"Year after year / On the monkey's face / A monkey face."

Hors ligne Hors ligne

 

#3 08/06/2017 09h25

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   340  

WayWardCloud a écrit :

Soyez plus calme que l’agresseur et parlez d’une voix lente et grave pour leur imposer votre rythme. Soyez courtois mais ferme et privilégiez les réponses courtes. Il s’agit de leur montrer que contrairement à eux vous contrôlez la situation: leur stress est leur problème et vous n’entrez pas en résonance avec. C’est très primitif mais avec certains la seule solution est de leur montrer qui est l’alpha: après deux ou trois tentatives infructueuses ils prendront l’habitude d’aller asticoter quelqu’un d’autre.

Pour avoir vu cette réaction en situation réelle (dans mon boulot), je vous garantie que c’est particulièrement efficace!
Tout en étant déconcertant pour l’agresseur.

Hors ligne Hors ligne

 

#4 08/06/2017 10h56

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   213  

Iqce a écrit :

comment faire comprendre à un tiers qu’il est sous l’emprise du stress sans faire de l’escalade

j’ai une technique assez simple qui marche souvent et que quelqu’un a utilisé un jour à juste raison contre moi :
désormais quand une personne s’énerve sans raison devant moi je lui réponds avec calme en souriant "STOP ! (en faisant le geste paume verticale face à lui et faisant "non" de la tete) Je suis là pour vous écouter mais pas pour supporter vos états d’âmes donc soit vous vous reprenez et on continue, soit je m’arrête là pour aujourd’hui".
dites moi si ca marche, pour que cela fonctionne il faut être très avenant et zen ainsi la personne comprend qu’elle est dans un bad trip ou alors elle est définitivement perdue smile

Dernière modification par skywalker31 (08/06/2017 10h57)


"Ne nous soumets pas à la tentation du stock picking…" - Portefeuille et Mon blog

Hors ligne Hors ligne

 

#5 08/06/2017 11h10

Administrateur
Top 20 Réputation
Réputation :   2742  

Personnellement, le stress n’a jamais été un problème, car je l’évacue en faisant du sport (course à pieds, musculation, natation, etc.). J’en sors complètement vidé, je prends une douche et l’affaire est réglé.

Accessoirement, ayant le gabarit qui va avec, je n’ai jamais été victime du moindre haussement de ton lorsque je travaillais, alors que j’ai vu des collègues se faire copieusement manquer de respect par certains chefs ou cheftaines (eh oui, c’est très primitif, mais quand vous êtes "costaud" on vous ennuie moins…). Spécialement en cabinet d’audit, certains associé(e)s sont juste odieux(euse) et j’ai vu plusieurs fois des collègues au bord des larmes.

Mais si cela avait été le cas, je n’aurais sûrement pas été stoïque, mais plutôt aurait dit : "ok vous avez peut-être raison sous le fond, mais sur la forme, vous n’avez pas à me parler comme cela".

Par contre, finalement bien plus pénible que le stress [pour moi], je râlais quand je devais composer avec des "boulets" ou quand les choses "traînaient". Plus ma "carrière" avançait, moins j’étais patient et plus je soupirais, j’en était même gêné pour mes collègues qui avait à le supporter. J’ai essayé bcp de choses pour prendre du recul (J’arrête de râler pendant 21 jours !), mais avec un succès très mitigé.

D’ailleurs, un des grands changements de ma retraite précoce, c’est que quand j’ai une tâche "à faire" (par exemple une amélioration pour ces forums), je le fais à mon rythme, ne dépend que de moi, et c’est un plaisir. Dépendre des autres ne me réussit pas trop…

Hors ligne Hors ligne

 

#6 08/06/2017 11h24

Membre
Réputation :   11  

C’est intéressant de lire ce sujet pour moi car j’ai une approche très spéciale, disons que je relativise beaucoup et du coup je ne stress généralement pas (ou alors si mais avant un saut en parachute).

J’arrive toujours à me dire que ce n’est pas important, et du moment que l’on n’y apporte pas d’importance, alors ça glisse…. Bien entendu ça ne fonctionne que lorsque le stress viens d’une personne tierce. Je sais que je fais ce que j’ai à faire et que je n’ai rien à me reprocher.

Par contre je vous rejoint totalement IH sur le fait que même si l’on a déjà essayé de me mettre la pression, la carrure ainsi que la taille change vraiment le comportement des gens… De même que pour vous j’ai eu des chefs qui étaient exécrables avec l’ensembles des personnes de la boite et qui bizarrement avec moi restaient très mesuré. Ce que j’ai toujours trouvé amusant car au final mon caractère fait que j’étais surement parmi ceux qui répondent le moins dans ce genre de situation.

Hors ligne Hors ligne

 

#7 08/06/2017 11h36

Banni
Réputation :   515  

Pour ma part, pareil que IH, j’estime ne jamais avoir eu de problème de "stress", mais la "dissociation" avancée par Iqce me parait bizarre (j’avoue que j’ai surtout du mal à comprendre le concept). Ca me donne la sensation d’encaisser tout de même quelque chose et de ne plus savoir d’où ça vient en quelque sorte, d’où peut-être les problèmes mentionnés derrière par Iqce.

Il est marrant que "l’agression" potentille ait directement été considérée comme venant d’un supérieur dans la suite de la discussion (alors que je crois que rien ne le laissait entendre au départ). De mon coté, je n’ai jamais eu aucun soucis du coté hiérarchie, vu que ça a en général été moi le chef dans ma vie professionnelle, mais j’ai eu quelques accrochages avec des clients par contre.

Ma politique, comme sur le forum d’ailleurs (ce que certains semblent me reprocher ensuite), est de répondre. Ma vision est "n’attaque ou n’agresse jamais personne, mais défends-t.oi méchamment si on t.’attaque/agresse". Ces gens qui agressent les autres n’ont pas à le faire, et je trouverais "bien" qu’ils ne tombent pas (que) sur des gens passifs qui choisissent d’accepter leur agression (sans jugement aucun sur ces derniers). Si leur comportement d’agresseur "passe" et potentiellement même "marche", pourquoi en changeraient-ils ?

Hors ligne Hors ligne

 

#8 08/06/2017 14h04

Membre
Réputation :   55  

Pour moi cela passe par la fermeté, de paire avec la compréhension de la personne qui m’agresse verbalement.

Une idée fondamentale : toute colère repose sur une peur. Peur d’être rejeté, peur de l’envahissement, peur de mourir, etc.

Avoir cette idée bien ancrée permet de se décentrer lors de l’altercation et donc de moins prendre cette violence "pour soi".

Conséquence essentielle : la tête froide, on est plus efficace pour trouver une sortie de crise intelligente.

Pour moi l’alpha est celui qui reste digne en defendant son intégrité sans humilier l’autre.

Hors ligne Hors ligne

 

#9 08/06/2017 14h46

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   340  

arkamoon a écrit :

Par contre je vous rejoint totalement IH sur le fait que même si l’on a déjà essayé de me mettre la pression, la carrure ainsi que la taille change vraiment le comportement des gens… De même que pour vous j’ai eu des chefs qui étaient exécrables avec l’ensembles des personnes de la boite et qui bizarrement avec moi restaient très mesuré. Ce que j’ai toujours trouvé amusant car au final mon caractère fait que j’étais surement parmi ceux qui répondent le moins dans ce genre de situation.

Je n’ai pas la carrure, mais je n’hésite pas à dire, non, ou à faire répéter et à faire reformuler une demande abusive.
Généralement, il y a un essai, mais rarement 2.

Sinon comme IH, dépendre de boulet m’est difficile, que ce soit au boulot, sur la route, à la caisse du magasin, …

J’essaye maintenant d’être plus zen face à cette situation, et selon mon humeur, le moment de la journée,, j’y arrive plus ou moins.

Hors ligne Hors ligne

 

#10 08/06/2017 17h46

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   395  

Attention (sans stresser personne) vous partez sur le plus évident : le stress physique, la violence, l’agression.
Or, j’avance que lorsque l’on intériorise une réaction "zen" face à cette violence, cela nécessite un effort qui fait que la réaction que l’on aurait du avoir ressort toujours ; par ex on peut faire du sport pour évacuer (je fais aussi de la course à pieds, rando, VTT et muscu). Ca marche…Un temps ; j’ai bien lu vos conseils IH sur comment s’entretenir pour rester jeune en forme : hélas, ayant quelques années de plus je vous le dis le sport n’est pas un anti destin. Je crois beaucoup plus au statut de rentier ET au sport.

Lorsque vous intervenez sur du foncier par exemple, qui plus est constructible, vous vous en prenez souvent au "tas d’or virtuel" que les propriétaires ont thésaurisé au travers des générations ; le gabarit n’y change rien, on est dans du financier passionnel…Il m’est arrivé plusieurs fois de finir pris en otage avec le Maire par des propriétaires mécontents du prix proposé, fusil à l’appui !

Mais ça n’est qu’une composante : sur le forum si on veut prolonger le raisonnement l’intérêt de gérer son stress, de garder son sang froid est de pouvoir analyser par exemple avec recul et justesse :

- une situation de baisse en bourse, voir de krach ;
- une situation de décision rapide face à un bien immobilier qui vous est proposé en avant 1ére
- etc

Et là, à mon avis, des "techniques" ou astuce de relaxation seraient bienvenues !

J’ai bien noté le calme de IH quand son portefeuille à dérouillé pour revenir à zéro en concluant "que finalement ne rien faire était l’acte adapté" ; ou Surin qui affronte l’opposition d’une copropriété entière pour mener à bien son projet : bravo.
Mais tout le monde n’a pas ces aptitudes naturelles : comment les développer ?


Tant que t'as pas vendu t'as pas gagné. Mais t'as pas perdu. Mais t'as pas gagné. Mais…Oh zut fait @*

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #11 03/07/2017 16h00

Membre
Réputation :   14  

Je suis habituellement peut sujet au stress mais ça arrive.

Récemment je me suis mis à la méditation (je débute à peine), pour voir si ça fait quelque chose.

Habituellement je fais comme certain, me détacher de la situation. ça peut paraître étrange, mais ça marche.
En fait ce n’est pas tant de se détacher mais d’analyse la situation et les différents impacts, mesurer les conséquences négatives que l’on peut subir. Et ce de manière pragmatique et objective, comme si nous étions un spectateur.
Votre boss vous engueule ? Quel est son pouvoir réel?
Un investissement vous fait peur? Pourquoi? Qu’avez vous pour vous protéger? Que se passera t’il si ça se passe mal (réponse partielle : ça sera désagréable mais pas catastrophique).
C’est assez facile à mettre en oeuvre pour le stress sans agression physique, car on arrive toujours à trouver quelques secondes pour réfléchir.

D’ailleurs il est important aussi de ne PAS paraître stressé. Même si intérieurement c’est la déroute, un air assuré et sur de soit permet souvent de faire baisser la pression en face.

Pour les agressions physiques je ne sais pas, je suis pratiquant de sport de combat avec la carrure qui va bien… Sans doute que le sport aide à évacuer le stress aussi.

Je pense qu’il faut jouer sur plusieurs astuces. Améliorer sa gestion "inconsciente" en pratiquant du sport, de la méditation et en sortant volontairement de sa bulle de confort.
Et la gestion "consciente" qui dépend de la situation:
- Investissement ? -> étude des risques et conséquences, plan de gestion du risque
- Deadline ? -> mise en place d’un planning / gestion des priorités
- Agression verbale ? Travailler la communication non verbale, détachement / analyse
- Agression physique ? -> pratique d’un sport de défense (?)

Le problème du stress, c’est que typiquement c’est "plus facile à dire qu’à faire".


« Tout ce que nous entendons est une opinion, et non un fait. Tout ce que nous voyons est une perspective, et non la vérité ». – Marc Aurèle, Empereur romain et philosophe

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #12 03/07/2017 18h51

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   277  

Attention à l’amalgame stress = mauvais, je l’entends à longueur de journée alors que c’est, désolé de dire comme ça mais c’est fondamentalement faux.

C’est l’excès de stress qui est délétère, le stress est une réaction normale d’adaptation.
C’est lorsque le stress est supérieure à la capacité adaptative du corps ou de l’esprit que celui ci affaiblit l’organisme.
En tant qu’être organique, nous sommes constamment sujet à des stress liés aux stimuli de notre environnement. Sans ce stress, pas d’adaptation. Et sans adaptation, l’organisme dégénère voir meurt.

Nous avons des systèmes nerveux autonome qui sont indépendant de notre volonté (notre cœur qui bat, nos sécrétions hormonales etc.), il faut comprendre qu’une situation de stress type lutte ou fuite va réclamer une adaptation à notre organisme.
On a alors le système nerveux sympathique qui se met en marche : sécrétion d’un tas d’hormone (adrénaline, noradrénaline etc.) pour que notre cœur accélère, véhicule d’avantage de sang vers nos muscles, que nous soyons plus réactif, nos sens aux aguets, notre vue d’avantage focalisé etc, en gros nous sommes prêt à en découdre. Cet état de stress est normalement bénéfique (des tas de personnes se découvrent des compétences physique incroyable lorsqu’ils sont sous adrénaline par exemple).

Cependant, cet état de stress ne doit pas perdurer éternellement, car cela sollicite énormément notre énergie nerveuse. Nous avons donc besoin de repos.
Ce repos est incompressible, on a beau le cumulé pendant des jours, des mois voir des années, un jour on a le retour du boomerang.

Tout simplement parce que quand on est en état de stress, un autre de nos système nerveux autonome : le système nerveux parasympathique (qui est l’équivalent de la pédale de frein du syst. nerveux sympathique) est inhibé. Vu qu’il sert d’avantage à la digestion, l’élimination etc. lorsque nous sommes dans une situation de stress (type un animal sauvage nous attaque), on se fiche royalement de bien digérer, d’assimiler notre dernier repas puisqu’il est question de vie ou de mort.
En résumé, celui ci fonctionne essentiellement quand nous sommes au repos.

Maintenant, quand nous menons une vie stressante (une hygiène de vie pas physiologique : genre mauvaise alimentation, mauvais sommeil, exposition à des stimuli négatifs et j’en passe), nous sommes donc constamment en état d’adaptation : système nerveux sympathique tourne à plein régime. Nous usons tellement notre énergie nerveuse que nous ne pouvons même plus accomplir les tâches élémentaire tels que l’élimination de nos déchets métabolique.
Si dans votre ménage, vous arrêteriez de vider la poubelle, bonjour les maladies qui pourraient se déclarer chez vous. C’est un peu le même principe.

Et vu que nous confondons racine du problème et symptôme (qui est une réaction adaptative du corps), lorsque nous ressentons de la fatigue (qui est une réponse parfaitement normale du corps pour signaler qu’on a besoin de sommeil), on prend des stimulant type caféine pour stimuler un système nerveux qui est à plat. Mettant ainsi en péril tout les systèmes d’élimination, nos émonctoires etc. qui ne sont pas prioritaires en énergie nerveuse. Les déchets métaboliques s’accumulent et des organismes microbien prolifèrent.

Pour en revenir au stress, lorsque le niveau d’énergie nerveuse est à plat, notre capacité adaptative s’en retrouve diminuée. Ainsi si le stress est supérieure à la capacité adaptative, l’organisme s’épuise et dégénère.

A l’inverse, si le stress est adapté, voir aux limites de la capacité adaptative, le corps se renforce. (c’est le principe de l’hormese : c’est la dose qui fait le poison). C’est comme la musculation, celui qui est habitué à s’entrainer à ses limites, voit son fonctionnement, son organisme, ses muscles se renforcer. Cependant, s’il essaye de soulever 2 fois plus lourd que ce qu’il est capable de faire, il se blesse et s’épuise inutilement.

La santé c’est comme un rentier. Certes nous n’avons pas le même capital santé à la naissance, mais nous pouvons l’utiliser à bon escient pour le faire perdurer dans le temps.
Niveau argent, c’est pareil. Celui qui a hérité d’un grand patrimoine mais qui est flambeur, se retrouvera sans un sous en poche.
Alors que celui qui a hérité d’un patrimoine plus modeste, mais qui utilise juste les intérêts de son capital (donc en le préservant) ira beaucoup plus loin que le flambeur.

Hors ligne Hors ligne

 

#13 03/07/2017 20h05

Membre
Réputation :   9  

Je suis totalement en accord avec le commentaire précédent de Zera et j’aimerais y ajouter une lecture…
Après tout, nous sommes sur un forum composé de lecteurs alors pourquoi pas ne pas changer si ça ne fait pas de mal !

"Ces émotions qui nous dirigent" du Dr. Bernard Anselem…
Je lis régulièrement des livres de Psychologie et je dois avouer que cette lecture eut été la plus intéressante pour ce qui est de la régulation de soi. Elle n’apprend rien de magique, c’est un docteur qui parle de nos émotions et non un druide qui parle de sa potion, mais c’est à la fois intéressant et pédagogique.

Par contre si dans votre cas il y a une forme de violence qui en découle, c’est à corriger au plus rapidement… par la méditation par exemple, comme préconisé par Marssg. Si vous lisez des revues scientifiques, Cerveau et Psycho parle des bienfaits de la méditation dite de "pleine conscience" avec des preuves et des études neuro-scientifiques à l’appui.

Pour la dernière question, ma compagne a lu cette technique dans "T-a deuxième vie commence quand t-u comprends que t-u n’en as qu’une" (que je recommande au passage, rayon Bien-être/Dev personnel) ; préparer une phrase ou une action à faire pour faire comprendre à l’autre qu’il y a un risque de conflit à un moment donné, puis si ce levier est activé, simplement se poser, se calmer et baisser le ton ou réguler son stress… ça paraît beaucoup trop "magique" dit comme ça mais ça a pu marcher à chaque fois dans notre cas.

Enfin il ne faut pas oublier que d’un point de vue neurologique, le fait d’être zen au quotidien fait réduire la taille des amygdales cérébrales, ce qui a pour incidence de drastiquement baisser le niveau de cortisol (principale hormone du stress) durant les périodes de stress.

Finalement d’un point de vue purement psychologique et neuro-scientifique, la meilleure manière d’être calme durant les périodes de stress est d’être calme en dehors des périodes de stress…

En espérant avoir pu un tant soit peu aider !


Vouloir libère

Hors ligne Hors ligne

 

#14 15/12/2019 22h32

Membre
Réputation :   68  

A une réunion de groupe sur le sujet du travail , un des membres a dit :

Que pour un temps de 5 minutes de stress / de coup de speed ,
le corps met en moyenne 5 heures pour faire baisser a son niveau normal le taux de cortisol ( l’hormone qui régule entre autres le stress ) .
Le temps de 5 minutes doit être probablement encore moindre , pour ceux qui ont des coups de speed a gérer , avec la Bourse , pour les investisseurs , les traders , les hommes d’affaires …

Des fois il y en a qui disent que le travail de bureau est plus cool et non physique , mais comme cela je pourrais leurs dire cette citation .

Je ne suis pas dans le médical , mais cela m’intéresse pour essayer d’être bien sur plus performant et de mieux se connaitre .

Hors ligne Hors ligne

 

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur