Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

[+1]    #151 04/05/2021 15h37

Membre
Réputation :   29  

@DoctusMonkey

Petit complément inutile de ma part, car il se dit que les tests sont trop faciles.

Au BAC comptabilité en 1991, j’ai fait mon étude de cas de 5H00 en 1H30 avec une note de 17/20, surement trop facile comme étude de cas ou pas car seulement 8 personnes de ma classe sur 32 ont eu la moyenne. Bon d’accord, j’ai eu 4 en philosophie et 6 en français lol


Parrain: IGRAAL, COINBASE

Hors ligne Hors ligne

 

#152 04/05/2021 15h40

Membre
Réputation :   32  

Kiwijuice a écrit :

Situation sociale classique - par exemple une soirée.
Je suis dans un groupe, une personne me dit sa profession.
De mon côté : barrage de questions sur la dite profession, l’employeur, etc.

La personne est mal à l’aise face au questionnement. Un observateur me prend pour un ovni, parfois un crâneur qui veut étaler sa science.

A ce que vous décrivez vous êtes d’un naturel curieux, c’est tout à votre honneur, et vous percutez  plus vite que la moyenne, ok.

De quelle science parlez-vous?
Je vais vous raconter le comportement de quelqu’un de réellement surdoué à mes yeux ( c’est à dire quelqu’un de travailleur et de créatif): en général, en société il passe pour un demeuré. Pourquoi? Parce qu’il refuse justement de s’intéresser aux choses de manière superficielle, et purement zoologique. Que lui aurait donc servi de poser ces trois questions pertinentes sur ce sujet, puis d’en poser trois autres sur un autre sujet qui n’a rien à voir et de passer ainsi indéfiniment à autre chose?…   

Je ne suis pas rancunier ( vous avez bien fait de me mettre un -1) alors je me permets un conseil: au lieu de vous éparpiller, choisissez un sujet ( ou deux ou trois, un truc intéressant) et creusez-les vraiment.

Hors ligne Hors ligne

 

#153 04/05/2021 15h45

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   340  

@kiwijuice, ça ressemble plus à du relationnel qu’à du HP.

Savoir doser son discours face à son interlocuteur!

Perso, j’ai du mal aussi.
J’ai l’impression que la meilleure approche est d’en dire le minimum, voir de se taire.
En tout cas, ces derniers temps ce que je remarque est qu’il ne faut SURTOUT PAS dire la vérité, c’est éliminatoire que ce soit en milieu pro ou amical!

@bernisevic, et donc ?
Excepté que vous préfériez l’étude de cas en compta (donc vous avez davantage compris, plus étudié) que la philo ou le français, ça signifie quoi d’autre ?
Je relatais la même chose en étude de cas BTS, mais c’est juste que c’est le sujet qui me plaisait le plus dans l’ensemble des épreuves du BTS!

Hors ligne Hors ligne

 

#154 04/05/2021 15h48

Membre
Réputation :   81  

DoctusMonkey a écrit :

Si c’est le cas, au lieu de se complaire dans une posture commode de surdoué, il vaudrait mieux, à mon sens, chercher du grain à moudre (intellectuel) ailleurs. Simplement quelque chose de plus consistant. Lire les mémoires de Saint Simon. Ou Howard Zinn.. Investir vraiment la théorie de Galois ou je ne sais quoi d’autre…

Peut-être que les sujets que vous citez, en exemple, n’intéressent pas… j’ai eu des difficultés dans des matières (auxquelles je ne comprenais pas d’application concrète, les maths en général, l’économétrie etc) et des facilités dans d’autres ( des bonnes notes sans rien faire). Pour autant, je ne crois pas qu’il y ait de posture commode de surdoué. D’autant que surdoué n’est pas surdoué en tout, et que d’autres domaines peuvent, parfois, être beaucoup plus compliquées que pour la plupart des gens. Pour les facilités, tant mieux.
Mais étant zèbre moi-même, j’avoue que vos affirmations me gênent un peu. Depuis quand un surdoué est-il travailleur et créatif ?! On peut l’être, ou pas.Et il y a plusieurs type de surdoués, pensée en arborescence ou non, intelligence émotionnelle, rationnelle, bref… creusez un peu plus votre sujet, notamment "comment ne pas vexer les autres" wink
Enfin, et plus sérieusement, essayez-donc de creuser vraiment un sujet dans une situation sociale classique, et, hors cas exceptionnels, cela va vite mettre mal à l’aise les gens qui ne sont pas habitués à aller aussi loin et à avoir "un interrogatoire" en face d’eux.


Portefeuille | "Je peux être rentier à vie dès maintenant, à condition de mourir l'année prochaine"

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #155 04/05/2021 15h49

Membre
Réputation :   29  

@gunday: c’était une note d’humour pour répondre à DoctusMonkey sur les test trop facile suite à mon témoignage. Rien de plus.

kiwijuice a écrit :

Je relance avec des exemples.

Situation sociale classique - par exemple une soirée.
Je suis dans un groupe, une personne me dit sa profession.
De mon côté : barrage de questions sur la dite profession, l’employeur, etc.

La personne est mal à l’aise face au questionnement. Un observateur me prend pour un ovni, parfois un crâneur qui veut étaler sa science.
Moi : nécessité impérieuse de savoir. Je ne peux m’en empêcher.

Par analogie, surefficience, lisez "Je pense trop" par christel petitcollin.

Facile et rapide à lire. Cela pourrait vous aider

Dernière modification par bernisevic (04/05/2021 16h13)


Parrain: IGRAAL, COINBASE

Hors ligne Hors ligne

 

[-1]    #156 04/05/2021 16h09

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   726  

DoctusMonkey a écrit :

Or dans cette discussion, le point de départ, c’est en général: vous savez moi je trouvais tout facile… ce qui est affreusement faux

C’est ce que vous dites qui est affreusement faux. Relisez cette file. Vous verrez qu’on y fait beaucoup part de ses difficultés.

DoctusMonkey a écrit :

Si c’est le cas, au lieu de se complaire dans une posture commode de surdoué

Je ne sais pas si vous êtes surdoués, mais en tout cas pas en communication.

gunday a écrit :

@JeromeLeivrek au delà de la capacité intellectuelle, avez vous envisagez la divergence de centre d’intérêt et de capacité ?

Dans mon post je n’ai pas fait de lien entre capacité intellectuelle et les exemples que je donne. Je donnais juste des exemples du fait que l’on peut très bien réussir des tests qui ne sont pas de notre niveau scolaire, ou échouer à ceux qui sont nettement en dessous, et ce en réponse à ce que disait DoctusMonkey.

Hors ligne Hors ligne

 

[+5]    #157 04/05/2021 16h43

Membre
Réputation :   32  

J’essayais juste de renverser un peu les perspectives sur ce concept très à la mode de ’surdoué’ ( hier, ils étaient des centaines, demain ils seront forcément des millions)

Parce que dans les exemples que je lis, je ne vois pour ma part aucun "surdon". De la rapidité, - surtout de la rapidité ( ce qui va même apparemment jusqu’à se montrer capable de poser,  ultra-rapidement, deux ou trois questions un peu pertinentes sur à peu près n’importe quel sujet et auxquelles les autres n’auront évidemment pas pensé!), bref rien qui casse trois pattes à un canard.

Dans cette discussion, on oscille sans cesse  entre modestie affirmée: ’ j’en souffre, c’est dur à vivre ’ et tout de même toujours un petit ’ les autres sont tellement moins ceci et cela que moi’ ( difficile de s’en empêcher)

Le cas de l’étude de cas en 1H10 est quand même ultra-symptomatique: c’est comme si moi je disais, je suis surdoué en tennis parce que j’ai collé deux roues de bicyclette à un 15/5 dans un tournoi inter-communal de division 9.
Soyons sérieux deux minutes: soit on ne se compare pas et on prend le "surdon" comme un état de nature, soit il s’agit de se comparer aux autres et alors on s’y compare vraiment.

Dans cette discussion, il s’agit visiblement de prendre sous son aile protectrice quiconque débarque en disant ’ j’ai toujours été surdoué, dès le cp ceci et cela’. C’est le genre de déclaration que j’aurai toujours du mal à prendre pour argent comptant, dès lors ici je ferai toujours office de mouton noir et j’aurai forcément contre moi toute la bien pensance du monde, donc je sors.

Hors ligne Hors ligne

 

[+5]    #158 04/05/2021 16h55

Administrateur
Top 20 Réputation
Réputation :   2740  

DoctusMonkey a écrit :

Dans cette discussion, il s’agit visiblement de prendre sous son aile protectrice quiconque débarque en disant ’ j’ai toujours été surdoué, dès le cp ceci et cela’. C’est le genre de déclaration que j’aurai toujours du mal à prendre pour argent comptant, dès lors ici je ferai toujours office de mouton noir et j’aurai forcément contre moi toute la bien pensance du monde, donc je sors.

Je trouve aussi que prendre quelques exemples de divergence sociale ne présage de rien du tout. Une personnalité INTJ (comme votre serviteur) aura les mêmes exemples, avec son QI de 115.

A fortiori dans le monde d’aujourd’hui et sa pensée "twitter", où effectivement, de moins en moins de gens approfondissent les choses, mais cela ne fait pas des autres nécessairement des surdoués ou des personnes "atypiques".

Si vous [Kiwijuice] pensez être surdoué, il faut passer un test chez un psychologue. Cela prendra plusieurs séances, c’est plus long qu’un test internet. Mais vous en aurez le cœur net.

Ensuite, vous pouvez postuler au club Mensa, mais pas sûr que cet entre-soi artificiel soit nécessairement plus stimulant qu’une reprise d’étude (même pour se distraire) avec des personnes qui ont envie d’avancer et d’apprendre.

Hors ligne Hors ligne

 

#159 04/05/2021 17h08

Membre
Réputation :   19  

Je vois souvent dans cette discussion discuter de pensée en arborescence, ou des auteurs comme Petitcolin.

Je souhaiterais tout de même mettre quelques points au clair :
- A moins que j’ai vraiment mal cherché, je n’ai jamais trouvé aucune preuve scientifique de cette fameuse pensée en arborescence, et n’en ai d’ailleurs vu des traces que sur les nombreux sites de "zèbres", "surefficients"….
- Petitcolin et pas mal d’autres auteurs experts autoproclamés dans ce domaine ne se basent sur aucun faits scientifiques et utilisent des descriptions du haut potentiel qui peuvent donner à imaginer tout un tas de gens qu’ils le sont aussi et qu’ont pas forcément grand chose à voir avec le sujet (comme une grande sensibilité, des difficultés de sociabilisation…)

C’est en fait là plutôt un sous-ensemble qui est décrit (et je le répète encore une fois : de manière non scientifique) : celui de personnes possiblement surdouées mais ayant des difficultés à s’intégrer pour diverses raison.
Si on revient à la définition qui est un QI > 130, il existe aussi tout un tas de surdoués qui n’ont aucunes de ces difficultés et qui ne sont d’ailleurs surement pas décrites car n’ayant pas de problèmes particuliers ont rarement eu besoin de consulter des psychologues ou d’avoir un suivi particulier.
Je suis moi même dans ce cas, de la même manière que certainement un nombre non négligeable de mes collègues qui sont extrêmement brillants : apprendre à lire tout seul, études brillantes pendant toutes la scolarité sans jamais avoir besoin de forcer mais aucune difficulté à s’adapter à un environnement plus lent / moins doué, une carrière qui se déroule sans aucun soucis avec de fortes composantes relationnelles…

Même si je me retrouve en partie dans le caractère curieux et touche à tout et pouvant vite s’ennuyer, je trouve que les description que l’on peut voir dans ce topic ainsi que sur de nombreux forum spécialisés n’est en fait que celle d’une partie des surdoués.
Il est tout à fait possible d’avoir un QI élevé et de très bien le vivre. Il ne m’étonnerait pas d’ailleurs que ce soit le cas de la majorités des surdoués, qui ne sont juste pas testés car n’ayant jamais eu le besoin puisqu’ils sont tout à fait heureux. A part des tests à grande échelle, cela me parait impossible à prouver cependant smile

Par contre un point sur lequel je m’accorde, c’est que s’entourer de personnes à minima curieuses (pas besoin d’un QI exceptionnel pour cela) et cultivées est assez important pour ne pas s’ennuyer dans les interactions sociales. Je peux m’adapter à la plupart des interlocuteurs, mais je préfère quand même des discussions intéressantes.

Dernière modification par Kromoz0hm (04/05/2021 17h10)

Hors ligne Hors ligne

 

#160 04/05/2021 17h09

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   726  

DoctusMonkey a écrit :

Dans cette discussion, on oscille sans cesse  entre modestie affirmée: ’ j’en souffre, c’est dur à vivre ’ et tout de même toujours un petit ’ les autres sont tellement moins ceci et cela que moi’ ( difficile de s’en empêcher)

On peut tout prendre mal ou bien. Votre façon de prendre les messages de cette file est votre façon. Personnellement, je ne vois ni modestie ni suffisance dans la plupart des messages. Juste des faits.

Cette question de douance irrite beaucoup de personnes qui viennent ici pour nous dire à quel point ça les irrite. La plupart nous prête des idées qui sortent de leur imaginaire, du genre "vous avez l’air de croire que le QI fait tout dans la vie", comme si quelqu’un ici avait dit ça, ou alors formulé comme une évidence, du genre "l’intelligence ça ne fait pas tout dans la vie", comme si quelqu’un avait dit le contraire.

@ DoctusMonkey, je crois que vos messages et le -1 que vous m’avez mis sont pas mal liés à ça :

DoctusMonkey, le 21/05/2020 a écrit :

Je trouve l’objet de cette file absolument ridicule

En ce qui me concerne, je ne vais pas sur les forums de tauromachie y poster des messages pour dire que je désapprouve.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #161 04/05/2021 17h27

Membre
Réputation :   44  

Eh bien, en ce qui me concerne, je regretterais une "Facebookisation" des lieux conçus initialement pour le débat, c’est à dire leur transformation en clans se félicitant de penser ce qu’ils pensent sans supporter le moins du monde que l’on puisse penser autrement.
Avouez tout de même que des propos revenant à "je suis trop intelligent pour vivre heureux dans ce monde" peuvent susciter quelques réactions…
Je ne suis pas le moins du monde égalitariste, vivre sa supériorité c’est parfait, mais s’en plaindre est tout de même un exercice d’un narcissisme assez insupportable pour les tiers.

Hors ligne Hors ligne

 

#162 04/05/2021 17h33

Membre
Réputation :   32  

Merci deb67 de votre soutien, je me sentais très seul.

Je suis de votre avis concernant le côté assez pathétique de la remarque de Jérôme Leivreik qui n’est pas en grande forme aujourd’hui ( d’où son -1) et qui préférerait largement qu’on le laisse tranquille entre gens qui pensent tous la même chose que lui.
Mais là où il a raison c’set que je n’aurais pas dû remettre une pièce dans le jukebox et oui je trouve cette discussion absolument ridicule.
Je sors vraiment.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #163 04/05/2021 17h36

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   726  

Votre message, Deb67, résume très bien le problème.

D’ailleurs, les HQI discutent très rarement de ces questions avec des non initiés. Parce qu’ils savent, plus ou moins inconsciemment, qu’une discussion en dehors du cercle les conduiraient quasi immanquablement à ces incompréhensions.

Edit :

DoctusMonkey a écrit :

Je suis de votre avis concernant le côté assez pathétique de la remarque de Jérôme Leivreik qui n’est pas en grande forme aujourd’hui ( d’où son -1) et qui préférerait largement qu’on le laisse tranquille entre gens qui pensent tous la même chose que lui.

Vous ne comprenez pas ma critique. Je ne souhaite pas qu’on pense comme moi, juste qu’on soit respectueux vis à vis des personnes de cette file. Et ce n’est pas votre cas (cf. les expressions que vous employez). Ce sont plutôt les anti HQI qui pratiquent un entre-soi sur cette file en s’auto donnant entre eux des +1 pour se dire qu’ils sont d’accord.

Dernière modification par JeromeLeivrek (04/05/2021 17h43)

Hors ligne Hors ligne

 

#164 04/05/2021 17h41

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   351  

DoctusMonkey a écrit :

J’essayais juste de renverser un peu les perspectives sur ce concept très à la mode de ’surdoué’ ( hier, ils étaient des centaines, demain ils seront forcément des millions)

Parce que dans les exemples que je lis, je ne vois pour ma part aucun "surdon". De la rapidité, - surtout de la rapidité ( ce qui va même apparemment jusqu’à se montrer capable de poser,  ultra-rapidement, deux ou trois questions un peu pertinentes sur à peu près n’importe quel sujet et auxquelles les autres n’auront évidemment pas pensé!), bref rien qui casse trois pattes à un canard.

Dans cette discussion, on oscille sans cesse  entre modestie affirmée: ’ j’en souffre, c’est dur à vivre ’ et tout de même toujours un petit ’ les autres sont tellement moins ceci et cela que moi’ ( difficile de s’en empêcher)

Le cas de l’étude de cas en 1H10 est quand même ultra-symptomatique: c’est comme si moi je disais, je suis surdoué en tennis parce que j’ai collé deux roues de bicyclette à un 15/5 dans un tournoi inter-communal de division 9.
Soyons sérieux deux minutes: soit on ne se compare pas et on prend le "surdon" comme un état de nature, soit il s’agit de se comparer aux autres et alors on s’y compare vraiment.

Dans cette discussion, il s’agit visiblement de prendre sous son aile protectrice quiconque débarque en disant ’ j’ai toujours été surdoué, dès le cp ceci et cela’. C’est le genre de déclaration que j’aurai toujours du mal à prendre pour argent comptant, dès lors ici je ferai toujours office de mouton noir et j’aurai forcément contre moi toute la bien pensance du monde, donc je sors.

Vous aimez bien polémiquer, il suffit de faire un tour sur votre blog, avec vos articles Covid=Yarien, pour s’en rendre compte.

C’est un sujet qui est lourd pour beaucoup de personnes concernées.
Si vous aviez potassé le sujet, vous verriez que ces personnes sont très sensibles à la critique donc pas de surprise à vous voir vous faire rentrer dedans.

Vous le prof avez peut-être eu de tels élèves, votre volonté de saisir le sujet a du les enchanter…

Si vous n’y croyez pas, aller donc écrire un billet sur votre blog et ne pourrissez pas notre file.

Hors ligne Hors ligne

 

#165 04/05/2021 17h43

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   340  

DoctusMonkey a écrit :

J’essayais juste de renverser un peu les perspectives sur ce concept très à la mode de ’surdoué’ ( hier, ils étaient des centaines, demain ils seront forcément des millions)

C’est vrai qu’il y a en ce moment une vraie épidémie de HP dans les enfants de mes connaissances.
J’ignore si c’est un effet mode ou quoi, mais c’est impressionnant le nombre de fois où j’entends des parents parler de potentiels HP à faire confirmer par un pro, et ce dés 5/6 ans!

DoctusMonkey a écrit :

Le cas de l’étude de cas en 1H10 est quand même ultra-symptomatique: c’est comme si moi je disais, je suis surdoué en tennis parce que j’ai collé deux roues de bicyclette à un 15/5 dans un tournoi inter-communal de division 9.

Votre comparaison bien qu’exagéré est très représentative!
J’ai eut le cas avec la musique (flute) scolaire.
Sans rien faire en cours (les combats d’épée ne comptaient pas dans la note), et même avec les interros surprises de notre prof qui en avaient marre, j’avais 19 de moyenne;
Je devais être surdoué!
Ou alors j’était inscrit à des cours de musique extra scolaire.
Allez savoir…

JeromeLeivrek a écrit :

D’ailleurs, les HQI discutent très rarement de ces questions avec des non initiés. Parce qu’ils savent, plus ou moins inconsciemment, qu’une discussion en dehors du cercle les conduiraient quasi immanquablement à ces incompréhensions.

Un peu comme les investisseurs boursiers préfèrent ne pas en parler à des non initiés?

Dernière modification par gunday (04/05/2021 17h44)

Hors ligne Hors ligne

 

#166 04/05/2021 17h56

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   726  

gunday a écrit :

J’ignore si c’est un effet mode ou quoi, mais c’est impressionnant le nombre de fois où j’entends des parents parler de potentiels HP à faire confirmer par un pro, et ce dés 5/6 ans!

Il y a effectivement un biais des parents, ils croient tous que leurs enfants sont intelligents. Tant mieux, sûrement. Mais il y a peut-être en plus un biais d’échantillonnage dans vos relations. 

gunday a écrit :

JeromeLeivrek a écrit :

D’ailleurs, les HQI discutent très rarement de ces questions avec des non initiés. Parce qu’ils savent, plus ou moins inconsciemment, qu’une discussion en dehors du cercle les conduiraient quasi immanquablement à ces incompréhensions.

Un peu comme les investisseurs boursiers préfèrent ne pas en parler à des non initiés?

La comparaison me parait très bonne, oui. Imaginez que des anti bourse débarquent ici pour nous dire ce qu’ils pensent…

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #167 04/05/2021 17h57

Administrateur
Top 20 Réputation
Réputation :   2740  

gunday a écrit :

C’est vrai qu’il y a en ce moment une vraie épidémie de HP dans les enfants de mes connaissances.
J’ignore si c’est un effet mode ou quoi, mais c’est impressionnant le nombre de fois où j’entends des parents parler de potentiels HP à faire confirmer par un pro, et ce dés 5/6 ans!

Oui c’est une mode.

Les gosses sont mal éduqués au possible, ne font plus de sport mais du téléphone, et du coup sont agités en classe. Plutôt que se remettre en cause, les parents pensent qu’ils s’y ennuient parce qu’ils sont surdoués.

Du coup, les psychologues spécialisées sont assaillis de demandes de test de QI (lire : «C?est valorisant de penser qu?on a un enfant intelligent plutôt qu?un petit dragon»).

Après, est-ce que cette mode contribue à "aider" les "vrais" surdoués en mettant le sujet sur le devant de la scène, je ne sais pas.

Hors ligne Hors ligne

 

#168 04/05/2021 18h30

Membre
Réputation :   25  

Je découvre cette file aujourd’hui, un peu après la file des IH qui jouent aux échecs qui m’avait fait sourire. Et elle me parle comme à beaucoup ici visiblement.

Souvenirs d’une scolarité facile et d’une sociabilité beaucoup moins avant les classes prépa.

"Zébre", "HP", "HQI", "intello", cablé différemment, intransigeant avec soi même et parfois un peu avec les autres aussi. Moins facilement heureux que la moyenne peut être…

Aujourd’hui papa d’un fils de 7 ans qui a sauté le CP et m’a demandé quand est-ce qu’il passait en CE2 après un mois de CE1… Mélange de fierté et de "j’aurais préféré qu’il soit normal". Un peu d’inquiétude aussi pour sa grande sœur qui a moins de facilités et qui du coup se voit elle aussi comme "l’anormale" de la famille.

Mais normal c’est quoi… ? Un gros QI c’est une chance dans notre société et l’occasion de faire "de grandes choses", que ce soit construire des tours Eiffel ou choisir de vivre autrement. La société est diverse et il faut profiter de sa richesse. Nous sommes tous différents. Ni inférieur, ni supérieur, ni victime.

Bonne journée à tous


Tout seul on va plus vite, ensemble on va plus loin

Hors ligne Hors ligne

 

#169 04/05/2021 20h15

Membre
Réputation :   81  

Deb67 a écrit :

ivre sa supériorité c’est parfait, mais s’en plaindre est tout de même un exercice d’un narcissisme assez insupportable pour les tiers.

Tant que pour vous, un surdoué est quelqu’un de supérieur aux autres, vous resterez frustré. Pour ma part, je me considère juste différent, neuro-atypique. Supérieur sur certains sujet, inférieur sur d’autres, mais surtout différent d’une grande majorité des gens sur certains points. Et content de l’être.
Sur ce, je retourne lire les autres sujets du forum smile


Portefeuille | "Je peux être rentier à vie dès maintenant, à condition de mourir l'année prochaine"

Hors ligne Hors ligne

 

#170 04/05/2021 20h57

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   351  

Deb67 a écrit :

Avouez tout de même que des propos revenant à "je suis trop intelligent pour vivre heureux dans ce monde" peuvent susciter quelques réactions…
Je ne suis pas le moins du monde égalitariste, vivre sa supériorité c’est parfait, mais s’en plaindre est tout de même un exercice d’un narcissisme assez insupportable pour les tiers.

Deb67
Vous touchez le doigt sur un des problèmes.
Vous nous percevez comme narcissiques, arrogants, crâneurs…

Mais notre ressenti est complètement différent.
Je vous assure que traverser l’adolescence sans amis fut un calvaire que je ne souhaite à personne…

Regardez la video de la page précédente pour mieux appréhender la chose!

Hors ligne Hors ligne

 

#171 04/05/2021 21h19

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   381  

@Kiwijuice. rassurez-vous. pas besoin d’être supérieurement intelligent pour faire une scolarité pourrie et/ou avoir des problèmes de socialisation enfant ou adolescent. Je vous garantis sur facture qu’in QI moyen fait parfaitement l’affaire (je peux élaborer sur ce point si nécessaire).

Sinon et plus largement, il faut reconnaître que tout ça est assez confus.

A commencer par les classes dites ’HPI’, qui ont l’air de pousser comme des champignons un peu partout. Je les ai découvert quand mon ainé est rentré au collège. A croire qu’un bon quart de ses petits camarades de primaire étaient en fait des Einstein ou des Fermi en puissance, dont les parents ont fait des pieds et des mains pour qu’ils soient admis dans la classe HPI (récemment créée) du Collège du coin. Passer un test de QI ne venant bien souvent que dans une seconde phase dans la réflexion.

Et puis, est-ce qu’on ne mélange pas un peu tout? Pas nécessairement sur cette file (quoique…) mais en général (médias, système scolaire etc).

Un proche neurologue (référent local pour les enfants avec des ’troubles’, de toutes sortes dont bien entendu surdoués, suractifs, les deux etc), au cours d’une soirée, a tenté de vulgariser pour mon bénéfice ces histoires de QI/haut potentiel. De mémoire :

- Surdoué = ’votre enfant fait des choses que les autres ne feront jamais
- HPI = ’votre enfant fait et/ou apprend des choses de façon plus rapide et/ou précoce que les autres’

J’ai trouvé ça intéressant parce que clair (même s’il forçait sans doute le trait - je suis pas neurologue après tout!). Et je me suis laissé entendre que finalement, ceux qui sortaient réellement de la norme (en bon français, les ’surdoués’) ne devaient sans doute pas être si nombreux que ça.

Enfin, je me pose une question. Cette file met en avant les problèmes que vivent les personnes au QI élevé. Dans quelle mesure est-ce représentatif? En d’autres termes : avoir un QI élevé est-il un chemin de croix ou bien la plupart s’en sortent-ils très bien (ou pas moins bien que le reste de la population)?

Dernière modification par carignan99 (04/05/2021 21h30)

Hors ligne Hors ligne

 

#172 04/05/2021 21h39

Membre
Réputation :   1  

carignan99 a écrit :

A commencer par les classes dites ’HPI’, qui ont l’air de pousser comme des champignons un peu partout. Je les ai découvert quand mon ainé est rentré au collège. A croire qu’un bon quart de ses petits camarades de primaire étaient en fait des Einstein ou des Fermi en puissance, dont les parents ont fait des pieds et des mains pour qu’ils soient admis dans la classe HPI (récemment créée) du Collège du coin. Passer un test de QI ne venant bien souvent que dans une seconde phase dans la réflexion.

Effectivement, un effet de mode, qui remplace les hyperactifs d’il y a 10 ans traités à la Ritaline, gamins shootés la moitié de la journée, et l’émergence des DYS… un bon placement les cabinets d’orthophonistes (même si je reconnais que mes enfants en ont eu besoin pour corriger de légers défauts de prononciation, résolus en qq mois).

Les attentes ont vraiment baissé, et un élève moyen il y a 10-12 ans rentre dans le premier quartile aujourd’hui facilement et apparait "doué", surtout s’il fait preuve d’un peu de curiosité et de culture.

Ce n’est pas de l’aigreur, et effectivement l’instruction publique fait du prêt à porter, pas du sur-mesure; mais c’est comme pour les vêtements, ce n’est pas le même prix, ce n’est pas le même public visé ni la même finalité.

Hors ligne Hors ligne

 

#173 04/05/2021 21h47

Membre
Réputation :   81  

D’un autre côté, l’OMS définit le « haut potentiel intellectuel » (HPI) par un QI ≥ 130, soit deux « écarts types » au-dessus de la moyenne., et ce, selon l’échelle standard de Wechsler un WISC ou la WAIS
Le terme surdoué, (dont un synonyme est haut potentiel), varie selon les théories psychologiques, mais un score égal ou supérieur à 130 au test de quotient intellectuel (QI), est généralement retenu comme un indicatif.
Bref, voilà un sujet où, pour en débattre de façon efficace et apaisée, il faudrait déjà commencer par définir correctement les termes utilisés afin de parler de la même chose.


Portefeuille | "Je peux être rentier à vie dès maintenant, à condition de mourir l'année prochaine"

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #174 04/05/2021 21h54

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   726  

carignan99 a écrit :

@Kiwijuice. rassurez-vous. pas besoin d’être supérieurement intelligent pour faire une scolarité pourrie et/ou avoir des problèmes de socialisation enfant ou adolescent.

Mais pourquoi est-ce que ce genre d’argument ressort toujours ? On n’a jamais dit qu’il fallait être intelligent pour avoir des problèmes, on a dit qu’être intelligent n’empêchaient pas d’avoir des problèmes.

carignan99 a écrit :

Sinon et plus largement, il faut reconnaître que tout ça est assez confus.

Effectivement…

carignan99 a écrit :

A commencer par les classes dites ’HPI’, qui ont l’air de pousser comme des champignons un peu partout.

Vous avez des adresses de classes nouvellement créées en collège à Lyon ? Dans le public, il n’y en a aucune, et en privé conventionné, il n’y en a que deux, dont au moins une depuis un paquet de temps (mais que en 6e et 5e). Sur une grande ville comme Lyon, il me semble que ca ne fait pas tant que ça.

carignan99 a écrit :

Et je me suis laissé entendre que finalement, ceux qui sortaient réellement de la norme (en bon français, les ’surdoués’) ne devaient sans doute pas être si nombreux que ça.

Oui : 2,5 % de la population (deux ecart-type comme dit Geoges) possède un QI > 130.

carignan99 a écrit :

Dans quelle mesure est-ce représentatif ? En d’autres termes : avoir un QI élevé est-il un fléau ou bien la plupart s’en sortent-ils très bien (ou pas moins bien que le reste de la population) ?

La majorité des HQI n’ont effectivement pas de problèmes scolaires (j’ai le souvenir de deux tiers mais je ne me rappelle pas de la source).

miller549 a écrit :

Les attentes ont vraiment baissé, et un élève moyen il y a 10-12 ans rentre dans le premier quartile aujourd’hui facilement et apparait "doué", surtout s’il fait preuve d’un peu de curiosité et de culture.

Le niveau baisse et c’était mieux avant. Le niveau baisse depuis Charlemagne, je me demande quand on va passer en dessous de 0.

miller549 a écrit :

Ce n’est pas de l’aigreur, et effectivement l’instruction publique fait du prêt à porter, pas du sur-mesure; mais c’est comme pour les vêtements, ce n’est pas le même prix, ce n’est pas le même public visé ni la même finalité.

Je n’ai rien compris à l’objet de ce paragraphe ni ou est-ce que la distinction public/privé intervenait dans la discussion.

Dernière modification par JeromeLeivrek (04/05/2021 21h55)

Hors ligne Hors ligne

 

#175 04/05/2021 22h09

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   381  

@JeromeLeivrek

"pourquoi ce genre d’argument ressort toujours?" Vous m’aurez mal lu (ou je me suis exprimé de façon maladroite ou vous ne comprenez pas) : ce n’était pas un ’argument’, mais un simple constat (ou commentaire, si c’est mieux).

"combien de classes HPI nouvellement créées à Lyon?"  Aucune idée. dans ma petite ville de province : au moins deux sur les 2-3 dernières années (échantillon réduit, local et de proximité, de convenance comme on dit).

Plus largement, je vous avoue me méfier des discours sur les HQI, HPI, surdoués, sous-doués etc., au niveau scolaire (puisqu’il va sans dire que je n’ai rien contre cette file ni à l’égard de personnes qui ont des scores très élevés ou très faibles ou moyens aux tests de QI! Ni ne nie leurs singularités.).

Je pars du principe que l’EN n’avait pas à s’adapter à mes capacités intellectuelles, fort modestes (pour rester poli). Pas de raisons qu’elle s’adapte aux HPI (que je différencie des ’surdoués’, qui doivent représenter quelque chose de l’ordre de 0,0 quelque chose % de la population). La seule exigence que j’ai : que l’EN s’adapte aux enfants en situation de handicap lourd, pour qu’ils puissent rester dans les classes normales. En dehors de ces situations spéciales, segmenter par les tests de QI me perturbe (sans que je ne sois capable de l’expliciter de façon carrée et académique).

Mais je suis biaisé : j’ai une vision universaliste de l’école et de réticence instinctive à l’adaptation aux spécificités et singularités des uns et des autres (les QI bas, moyens ou élevés ; les blancs, les les noirs, jaunes, les verts ; les pauvres, les riches etc.). S’adapter à ces singularités est en vogue mais un processus sans fin.

Cela étant, je reconnais volontiers que ce n’est qu’une facette de la problématique du QI. Mais sans doute ai-je le droit (à défaut de légitimité) d’exprimer ce point de vue.

Dernière modification par carignan99 (04/05/2021 22h25)

Hors ligne Hors ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur