Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#51 09/03/2019 19h04 → Séchilienne Sidec/Albioma : producteur d'énergie verte éligible au PEA (albioma, pea, séchilienne sidec)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   182 

Boursier.com a écrit :

Albioma (ex-Sechilienne-Sidec) : un avenir radieux ?

Echéance. Les opérateurs retiennent leur souffle sur Albioma dans l’attente des résultats 2018 qui seront connues en fin de semaine. Les prévisions du spécialiste des énergies renouvelables font état d’un Ebitda compris dans une fourchette comprise entre 158 et 166 millions d’euros. Quant au bénéfice net, il est escompté quelque part entre 37 et 42 ME (publication 43,2M€). Albioma aura malgré tout du mal à surprendre agréablement les investisseurs. La centrale Galion 2, projet phare de l’entité en Martinique, est entrée en service tardivement, ce qui induit un manque à gagner sur la guidance de profits. Sans compter que la turbine à combustion (TAC) de Saint-Pierre de La Réunion n’est opérationnelle que depuis le mois dernier, contre fin 2018 prévu initialement. Les analystes tablent ainsi sur des réalisations annuelles dans le bas de la fourchette des prévisions annoncées. Au cours de cette année de transition, Albioma a néanmoins posée de nombreux jalons en vue de l’accélération de son développement. La firme de Frédéric Moyne a poursuivi son développement au Brésil, via notamment l’acquisition de 60% de l’unité de cogénération bagasse adossée à la sucrerie-distillerie éponyme, localisée à Goianésia (Etat du Goiás). En parallèle, Albioma a lancé la conversion à la biomasse de sa centrale " Caraïbes " en Guadeloupe.

Adhésion. Le business model de l’ex-Séchilienne, qui fait la part belle aux partenariats avec les agro-industriels dans le cadre de projets de bagasse/biomasse, est désormais bien rodé. Il se traduit par une amélioration rapide de la profitabilité, sur fond de maîtrise des budgets d’investissements et de montée concomitante de la production. Les contrats à long terme assurent une bonne visibilité ce qui constitue assurément le point fort du dossier. En outre, Albioma devrait devenir d’ici quelques années un producteur d’électricité 100% renouvelables, ce qui ne gâche rien. Face à cette feuille de route séduisante, les investisseurs semblent avoir un train de retard. La faute sans doute aux déboires d’ordre technique et social qui ont pénalisé l’activité ces dernières années. Tous les éléments sont pourtant réunis pour un regain d’adhésion, alors que la valorisation ne semble pas refléter convenablement le potentiel de croissance au Brésil et dans les DOM-TOM, où Albioma a déjà des belles parts de marché. On retiendra aussi que d’autres territoires pourraient venir à terme compléter le dispositif. Ces atouts n’ont pas échappé à Impala qui est récemment entré dans le capital. On sera bien inspiré d’en faire autant en misant sur Albioma dans une perspective de moyen terme. On accumule cette valeur de croissance.

Source (06/03/2019) (avant la publication des résultats annuels 2018)

Impala, société d’investissement qui vient de racheter le bloc de 6%, est spécialisée dans les énergies renouvelables. Le fond est un des actionnaires historiques de Direct Energie qui vient d’être racheté à bon prix par Total. Impala aurait donc des moyens financiers importants et pourrait monter bien au delà des 6% en rachetant des titres sur le marché (voire lancer une offre de rachat à MT).

Dernière modification par oliv21 (09/03/2019 19h12)

Hors ligne

 

#52 27/07/2019 17h53 → Séchilienne Sidec/Albioma : producteur d'énergie verte éligible au PEA (albioma, pea, séchilienne sidec)

Membre
Réputation :   50 

Suivi des résultats semestriels pour Albioma: ils sont plutôt bons, dans la continuité de ceux de l’an passé.

. un CA en hausse de 19%, à 241 M€
. un RO en hausse de 6% à 48 M€
. un Résultat net, hors exceptionnels qui avaient gonflé le résultat S1 2018, en hausse de 6% à 18 M€

La dette financière nette consolidée ressort à 805 millions d’euros, en hausse de 8 % par rapport à fin 2018. C’est à mon sens le point de risque principal d’Albioma, car pour une EBITDA d’environ 170-175 M€ annuelle, cela fait un ratio Dette/EBITDA de 4,7. Sans être un grand spécialiste, cela me paraît assez élevé. Bien entendu c’est lié à la forte croissance d’Albioma, qui a un CAPEX élevé pour ses projets. Et cela va se poursuivre quelques années.

Albioma a écrit :

Le Groupe poursuit l’examen de nouvelles opportunités de développement et confirme son objectif d’un projet tous les 12 à 18 mois.

En termes plus qualitatifs, le communiqué mentionne:
. une bonne disponibilité des centrales à 85% (en légère baisse toutefois par rapport à 2018, il ne doit plus y avoir beaucoup de marges de manœuvre de ce côté là), et une production totale d’électricité en hausse grâce au démarrage de nouvelles centrales.
. des investissements de modernisation des installations existantes (traitement des fumées) et de transformation (conversion vers la biomasse) qui se poursuivent.
. la situation est bonne dans toutes les zones où Albioma opère (Caraïbes, Réunion, Maurice, Brésil)

Perspectives: Le Groupe confirme ses objectifs d’EBITDA de 168 à 178 millions d’euros et de résultat net part du Groupe de 38 à 44 millions d’euros pour l’exercice 2019.

Qu’en pense M. Le Marché: pas enthousiasmé, puisque le jour de la publication le titre monte de 0,2%. A noter que Portzamparc augmente son objectif de cours, 24,8 à 28,4 euros par action…pour ce que cela vaut.

Mon avis: après une période assez délicate pour différentes raisons (troubles sociaux en interne, résultats pas atteints, actionnaire de référence qui se fait la malle…), cela fait maintenant 2 à 3 ans que la société tient ses engagements annuels.
La valorisation d’Albioma a bien remonté: au cours de 24.5, elle est en hausse de 30% cette année. Et à ce niveau, on a un PER prévisionnel 2019 de 17 (avec l’hypothèse de résultat en haut de prévision à 44 M€). Ce n’est pas extravagant, mais pas bon marché non plus. Je conserve ma position, allégerai en cas de belle hausse, et ne reviendrai sur ce titre que sous les 20. Pour rappel, fin 2018 un fond d’investissement est monté au capital vers 18€…

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne

 

#53 31/07/2019 13h33 → Séchilienne Sidec/Albioma : producteur d'énergie verte éligible au PEA (albioma, pea, séchilienne sidec)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   182 

Nora Choukrani @ Investir.fr a écrit :

Plein soleil pour Albioma au premier semestre
Comme attendu, le producteur d’électricité Albioma a publié de bons résultats semestriels. L’ensemble des activités du groupe ont été dynamiques en France comme au Brésil. Le chiffre d’affaires ainsi que l’Ebitda ont fortement progressé.

L’analyse (Investir)
Albioma a enregistré de belles performances au premier semestre. Sur la période, le chiffre d’affaires du producteur d’électricité (biomasse et solaire) implanté en Outre-mer et au Brésil a progressé de 19%, à 241 millions d’euros. La dynamique de l’activité s’est concrétisée par une augmentation de 17% de l’Ebitda. A 84,5 millions d’euros, il représente 35% des facturations du groupe, contre 35,6% un an plus tôt. Quant au résultat net, avec 18,2 millions, il s’est inscrit en baisse de 12% sur un an. cette baisse s’explique par le produit exceptionnel de 3,5 millions d’euros intégré au premier semestre 2018.

Dans toutes les zones où le groupe est présent (France métropolitaine, Outre-mer, Ile-Maurice et Brésil), les volumes d’électricité produits ont nettement augmenté, en partie portés par la mise en service de nouveaux sites, Galion 2 (bagasse et biomasse) en Martinique et la turbine à combustion de Saint-Pierre à La Réunion. Au Brésil, où Albioma a récemment acquis une centrale de production à partir de résidus de canne à sucre, les volumes sont en hausse de 48%. L’Ebitda de l’activité brésilienne a d’ailleurs doublé en un an, pour s’établir à 3 millions d’euros.

Coté bilan, la dette nette est ressortie à 805 millions d’euros, en hausse de 8% par rapport au 31 décembre. Selon le communiqué, « le groupe conserve des moyens adaptés à la poursuite de son développement. », notamment grâce à une facilité bancaire de 60 millions d’euros accordée fin juin.

Développer l’énergie verte et atteindre la taille critique au Brésil
Autre point, le cabinet Midcap Partners a souligné que, « le verdissement du groupe se poursuit avec une part des énergies renouvelables toujours croissante et qui devrait militer à terme pour une amélioration des multiples du groupe. »

Dans ce contexte, Albioma confirme ses objectifs annuels. Le groupe prévoit un Ebitda annuel entre 168 à 178 millions d’euros, soit une croissance de 3,3% à 9,5%. Il estime son résultat net part du groupe entre 38 et 44 millions d’euros, contre 44,2 millions en 2018. Le producteur d’électricité fait également part de sa volonté de poursuivre son développement au Brésil, au rythme d’un projet tous les 12 à 18 mois.

Le conseil
Cette publication bien orientée confirme notre opinion positive du dossier, qui dispose de belles perspectives à l’international. Nous restons acheteurs. Objectif : 30€

Source
Avis perso :
La valorisation a bien remontée depuis ses points bas de l’année dernières vers 16/ 17€.
J’ai revendu vers 22€. L’objectif d’investir de 30€ est atteignable à MT mais le gros de la décôte à été comblé. Je privilégie actuellement d’autres idées d’investissement plus orientées "value".

Hors ligne

 

#54 03/08/2019 17h10 → Séchilienne Sidec/Albioma : producteur d'énergie verte éligible au PEA (albioma, pea, séchilienne sidec)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   182 

Pour info, Albioma est actuellement la première ligne du fond Indépendance et Expansion.
Ce n’est surement pas leur meilleure conviction du moment car le gérant à une stratégie momentum et n’allège pas à la hausse tant que le mouvement est favorable. Cela fait longtemps qu"ils étaient actionnaires du groupe et c’est la hausse de 50% depuis 1 an qui a du mettre Albioma a la première place de leur portefeuille (d’autant plus que les temps étaient plutôt difficile sur le segment des smalls). Néanmoins, ils doivent encore apprécier Albioma puisqu’ils l’ont conservé jusque là.

Hors ligne

 

#55 13/08/2019 16h07 → Séchilienne Sidec/Albioma : producteur d'énergie verte éligible au PEA (albioma, pea, séchilienne sidec)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   182 

Boursier.com a écrit :

Albioma (ex-Sechilienne-Sidec) : espoirs exaucés

Appréciation.
L’arrivée d’Impala au capital d’Albioma a servi d’élément déclencheur à l’appréciation du titre. La firme d’investissement Impala est détenue par Jacques Veyrat qui dirigeait auparavant le groupe de négoce Louis Dreyfus. En plus de sa participation majoritaire dans Neoen, Impala a accompagné de longues années Direct Energie avant de céder ce producteur d’énergies renouvelables à Total. M. Veyrat a choisi de réinvestir une partie du produit de cette vente en reprenant les 5,5% d’Albioma détenus par Altamir. Cette opération s’est effectuée à un prix unitaire situé autour de 18,50 Euros. En manque d’actionnaire de référence, Albioma trouve en la personne de Jacques Veyrat un nouvel entrant très au fait de cet univers de l’éolien et du solaire.

Brésil. Le premier producteur d’énergie photovoltaïque dans les DOM-TOM est également bien implanté au Brésil. Ce pays est le premier producteur mondial de sucre alors que la bagasse, un résidu de la canne, est utilisé par Albioma dans ses centrales thermiques. Le français souhaite atteindre la taille critique en ouvrant une nouvelle centrale au Brésil tous les 12 à 18 mois. En partenariat avec des industriels sucriers, l’expansion géographique d’Albioma pourrait se poursuivre vers d’autres pays d’Amérique Latine voire en Afrique. Si le solaire est aujourd’hui largement minoritaire dans les revenus de la société, les projets ne manquent pas avec des fermes solaires à l’étude en France et à l’international.

Valorisation. Sur la première partie de l’exercice en cours, Albioma a montré sa capacité à mieux maîtriser ses installations techniques en profitant également de conditions d’ensoleillement favorables. Le chiffre d’affaires a progressé de 19% sur la période avec un Ebitda à +17%… L’Ebitda est prévu autour de 200 Millions d’Euros en 2020 alors qu’il était de 160 ME en 2018. Mais la progression du titre conduit aujourd’hui à une valorisation qui intègre bien ces différents éléments. Il semble donc opportun d’alléger cette position même si une offre d’Impala sur 100% du capital n’est pas une hypothèse impossible. Il nous semble tout de même que si M. Veyrat avait voulu prendre le contrôle d’Albioma, il aurait déjà dégainé… On prend une partie de ses bénéfices.

Source
Avis perso : également vendu, la valorisation est maintenant raisonnable, surtout comparativement au compartiment des smalls

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech