Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ? Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

#1 07/06/2018 07h10

Membre
Réputation :   11  

C’est un des conseils récurrents, qu’on lit sur la plupart des sites à vocation financière, et qu’on retrouve sur celui-ci. Il s’exprime comme suit : « Avant d’investir en bourse ou en immobilier (ou en or, ou en objets d’art, ou en terres rares), prévoyez une marge de manœuvre immédiatement disponible, car tous ces investissements sont illiquides, et en cas de besoin urgent, ou de perte de revenus, vous seriez bloqué, ou frappé dans votre patrimoine ».

Ayant tout retourné plusieurs fois dans ma tête, j’en suis arrivé à la conclusion que cette épargne de précaution se limitera en fait pour moi à 4 ou 5000 euros, c’est-à-dire ma trésorerie pratique pour environ deux mois : ce qui ne s’appelle pas vraiment une épargne de précaution, mais un porte-monnaie virtuel. Que si j’avais un coup dur, ou un ralentissement significatif de mes revenus, pour une période un peu plus longue, je pourrais me servir de mes cartes de crédit à paiement différé, dont les frais mensuels sont minimes. Que si mes besoins d’argent frais étaient plus durables, je pourrais revendre certaines actions de mon portefeuille. Que de toutes façons, l’idée de précaution est difficilement gérable, car quand on commence à l’explorer, on ne sait pas où elle s’arrête. A un an d’allocations de survie ? A deux ans de revenus confortables ?

L’idée de mettre de côté 40.000 euros, sur un livret, un Pel, un dessus d’armoire, m’est absolument étrangère. Pas vraiment par sentiment de gaspillage. Certes 40.000 euros rapportant 5% net (l’imposition sur les valeurs mobilières est faible en Belgique où j’habite actuellement), soit 2000 euros annuels, couvrent les risques de moins-value d’une revente rapide de quelques titres ou trackers. Mais c’est surtout intellectuellement que je résiste à bloquer plus de 4 ou 5.000 euros sur un compte qui ne rapporte rien.

Compte-tenu de ce que sont les banques (des organismes qui vous rendent moins de services réels que vous ne leur apportez d’avantages avec votre argent, qui sont couverts dans la réalité par les banques centrales et dont les risques sont donc moindres que les vôtres, qui demandent pour chaque prêt une double garantie, dont les conseillers ne connaissent rien hors les produits financiers qu’ils sont chargés de placer, etc), je trouve agaçant d’y laisser l’argent s’y éroder.

Je reconnais que je mène une vie simple et peu coûteuse.  Mais enfin j’ai 4 personnes à charges : peu coûteuse est une notion relative.  La vraie question est stratégique. Je la comprends mieux quand je l’applique à autrui. De moi à moi, mon idée la plus simple est : je m’en tire toujours, je m’en tire depuis quarante ans, n’ayant jamais fait grand-chose d’autre que d’écrire des livres, et cela va continuer.  Mais je n’irais pas en tirer argument pour conseiller à autrui de vivre en cigale. Là on se dit : on n’a pas le droit à l’erreur.

Au fond, la question se ramène à ceci: faut-il une épargne de précaution significative (un ou deux ans), ou juste une trésorerie de deux mois ?

Mots-clés : porte-monnaie virtuel, précaution inutile, épargne de précaution, évaluer les risques


Suivre sa pente, mais en montant…

Hors ligne Hors ligne

 

#2 07/06/2018 07h28

Membre
Réputation :   76  

Merci, Volanges, de partager cette réflexion.

N’est-ce pas précisément la conclusion à laquelle l’État veut nous conduire en ne rémunérant plus le livret A ?

Hors ligne Hors ligne

 

#3 07/06/2018 07h32

Membre
Réputation :   11  

Peut-être en effet. Mais la raison d’être de ce forum est d’essayer de tenir compte des faits et du contexte, même si nous sommes conscients que la réalité est souvent biaisée…


Suivre sa pente, mais en montant…

Hors ligne Hors ligne

 

#4 07/06/2018 08h28

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   537  

Volanges a écrit :

Au fond, la question se ramène à ceci: faut-il une épargne de précaution significative (un ou deux ans), ou juste une trésorerie de deux mois ?

Ici, on recommande souvent 3 mois de salaire ou 6 mois de dépenses.

L’idée de mettre de côté 40.000 euros, sur un livret, un Pel, un dessus d’armoire, m’est absolument étrangère.

Un PEL n’est pas du domaine de l’épargne de précaution. Même un fond euro ne l’est pas forcément.
Il faut différencier épargne de précaution et poche d’investissement sécurisé, différencier étape de construction de patrimoine, de stabilisation et de consommation.

Mais c’est un sujet souvent discuté ici.


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

En ligne En ligne

 

#5 07/06/2018 08h46

Membre
Réputation :   87  

L’épargne de précaution dans mon cas me permet :
- D’assurer pour mon foyer une sécurité suffisante en cas de coup dur de la vie : perte d’emploi, grosse dépense imprévue, accident quelconque,… sans pour autant que cela ne change quoi que ce soit dans ma vie de tous les jours, ou de devoir faire des arbitrages sur mes investissements.

- Y a une fonction psychologique également : une à deux années d’épargne de précaution laisse le temps de se remettre d’un gros coup dur sans pour autant faire des actions qui pourraient empirer la situation.
Certes c’est pas le top de laisser dormir de l’argent qui ne rapporte rien mais la sécurité de l’esprit n’a pas de prix, en tout cas pour moi.

Hors ligne Hors ligne

 

#6 07/06/2018 09h07

Membre
Réputation :   6  

Bonjour,

La réponse est propre à chacun. Cela dépend de votre situation et de vos objectifs. Si vous avez un job qui vous permet de recevoir un salaire tous les mois vous n’avez pas forcement besoin de beaucoup de précaution. En revanche si vos revenus sont incertains ou bloqués sur les marchés vous avez probablement besoin de plus.

Tout est une question de situation et de style de gestion, je ne crois pas à une règle universelle. Quand vous investissez sur les marchés une poche de liquidité est souvent bienvenue pour renforcer selon les situations, pourtant, tout le monde ne le fait pas. Certains sont investis à 100% car ils préfèrent bénéficier du gain maximum. C’est très subjectif.

Richard

Hors ligne Hors ligne

 

#7 07/06/2018 09h18

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   364  

Volanges a écrit :

Ayant tout retourné plusieurs fois dans ma tête, j’en suis arrivé à la conclusion que cette épargne de précaution se limitera en fait pour moi à 4 ou 5000 euros, c’est-à-dire ma trésorerie pratique pour environ deux mois : ce qui ne s’appelle pas vraiment une épargne de précaution, mais un porte-monnaie virtuel.

Vous pouvez lui donner un autre nom, cela ne change pas sa fonction : votre "porte monnaie virtuel" constitue bel et bien une épargne de précaution dans laquelle vous puisez en cas d’imprévu.

Personne n’a dit que votre épargne de précaution devait être isolée sur un et un seul livret.

Pour ma part, je garde environ 4000-5000€ également sur un livret, mobilisables immédiatement, et le reste, environ 10000€ sur un fonds euros, mobilisables sous 5 jours par rachat partiel.

Hors ligne Hors ligne

 

#8 07/06/2018 09h45

Membre
Réputation :   1  

Bonjour,

Même principe que dangarcia pour moi: 5000 euros sur livrets mobilisables immédiatement, et montant plus conséquent sur fonds euro d’assurance vie, dont une partie déblocable en 72h.
Ça devrait permettre selon moi de pouvoir répondre à la plupart des besoins, tout en limitant la perte de rémunération.

Bargran

Hors ligne Hors ligne

 

#9 07/06/2018 09h46

Membre
Réputation :   9  

J’ai le même raisonnement sur l’idée de "gaspiller" en laissant trop d’argent sur un compte épargne.

Si vraiment, j’avais un besoin urgent qui dépasserait quelques milliers d’euros, je pourrais toujours vendre certaines actions ou obligations, ou tout simplement transférer de l’argent de mon compte de trading qui me sert au final de réserve monétaire.

La quantité exacte d’épargne de précaution dépend évidemment de son statut professionnel. Un fonctionnaire cadre A n’a pas le même risque qu’un employé. De même, célibataire ou un père de famille nombreuse n’a pas les mêmes contraintes.

Ceci dit, il me semble que 2 ou 3 mois de ressources nécessaires pour conserver son train de vie en livrets d’épargne me paraissent cohérents. Avec disons au moins autant en ressources "facilement" accessibles (actions vendables quelle que soient les conditions boursières, obligations, compte spéculatif dont on peut se passer)…

Hors ligne Hors ligne

 

#10 07/06/2018 09h56

Membre
Réputation :   46  

Je plussoie et ajoute que ça dépend beaucoup du montant total de votre patrimoine financier. Au delà d’une certaine somme, garder quelques milliers d’euros sur un LA n’a pas grand intérêt, si on peut dire.

Hors ligne Hors ligne

 

#11 07/06/2018 09h58

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   537  

Je dirais plutôt l’inverse: à partir d’un certain patrimoine, laisser dormir quelque milliers d’euros n’a pas la moindre importance.

Comme quoi, le sujet est propre à chacun wink


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

En ligne En ligne

 

#12 07/06/2018 10h10

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   150  

D’accord avec vous Faith. Rien de plus désagréable lors d’une grosse dépense, prévue ou imprévue, que de devoir jongler entre différents comptes et/ou produits financiers pour libérer les liquidités nécessaires.

Si on pousse le bouchon un peu plus loin, n’oublions pas que l’argent déposé en banque ne nous appartient plus, nous devenons simplement créanciers. Il suffit de se présenter à un guichet ou un distributeur pour demander le retrait immédiat d’une grosse somme d’argent pour s’en rendre compte, vu que l’établissement va certainement imposer délais et limites de retraits. La vraie liberté financière, c’est peut-être aussi de pouvoir se permettre d’avoir un peu de cash chez soi, qui ne produit rien mais utilisable réellement comme on le souhaite.

Hors ligne Hors ligne

 

#13 07/06/2018 10h14

Membre
Réputation :   35  

Volanges a écrit :

… « Avant d’investir en bourse ou en immobilier (ou en or, ou en objets d’art, ou en terres rares), …

Je pense qu’en plus de la situation personnelle, la classe d’actifs dans lequel on investi n’est pas neutre dans la détermination de l’épargne de précaution.

Pour du boursier, 5000€ me paraissent suffisant pour quelqu’un qui n’investit qu’en bourse ou en produit papier. Avec des actifs qui ne nécessitent pas de frais d’entretien, l’épargne de précaution n’est nécessaire que pour nos propres besoins.

Pour de l’immobilier physique, ca me semble bien insuffisant, car l’épargne de précaution peut aussi être mobilisée en cas d’imprévu, genre chaudière qui pète prématurément, menuiserie à changer, retard de loyer (si on a crédit).

Pour moi c’est au moins 5000 de dispo sur livrets avec en deuxième niveau en cas de gros coup dur au moins 10000 sur le PEL (à 2,5% ca ne dort pas totalement).

Mais j’ai aussi des livrets pour les dépenses prévisibles(voiture, immo…), mais ce n’est plus de l’épargne de précaution, mais de la gestion.

Dernière modification par petitproprio (07/06/2018 10h21)

Hors ligne Hors ligne

 

#14 07/06/2018 13h49

Membre
Réputation :   46  

Faith a écrit :

Je dirais plutôt l’inverse: à partir d’un certain patrimoine, laisser dormir quelque milliers d’euros n’a pas la moindre importance.

Comme quoi, le sujet est propre à chacun wink

Chacun voit midi à sa porte. Nous somme menés bien souvent à ouvrir plus de comptes qu’on ne le souhaiterait. S’il est possible de simplifier en se passant d’un livret inutile (A, B, Solidaire, Populaire, etc) tant mieux.
De plus, la place occupée par cette épargne de précaution est souvent très (trop?) importante dans le patrimoine de nos concitoyens. J’ai tout à fait conscience que ce dernier point peut faire l’objet de débats sans fin ;-)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #15 07/06/2018 14h07

Membre
Réputation :   27  

Ours a écrit :

Merci, Volanges, de partager cette réflexion.

N’est-ce pas précisément la conclusion à laquelle l’État veut nous conduire en ne rémunérant plus le livret A ?

Je ne porte pas l’état dans mon cœur mais dire que c’est l’état qui ne veut pas rémunérer le livret A, c’est une grosse bêtise.
L’état ne va pas rémunérer à 4% pour le plaisir des épargnants et encore plus creuser sa dette si?


Parrainage LINXEA, n'hésitez pas à me contacter.

Hors ligne Hors ligne

 

#16 07/06/2018 15h12

Membre
Réputation :   43  

L’épargne de précaution c’est le prix de votre tranquilité.

J’ai commencé jeune et fort sans aucune épargne et c’est un stress perpétuel, toujours en train de chercher un financement. J’ai eu recours à plusieurs crédit consommation, emprunt au près de proches… On commence la semaine, un imprévu arrive et on se rend compte que l’on doit trouver un financement pour ce problème d’ici 10 jours voir même parfois la fin de la semaine..

Cela se fait mais c’est très stressant et il faut toujours avoir une vision positive et optimiste pour ne pas craquer mentalement et se dire que l’on va finir dans le mur.

Beaucoup  préfèrent attendre d’être financièrement stables pour aller sur une nouvelle opération plutôt que de terminer plusieurs fin de mois avec un gros découvert.. mais la vie est faite d’opportunités et le capital grossit en fonction de de la capacité à enchainer ces opportunités..

J’ai fais cela en connaissance de cause car j’avais un bien à destination à la vente avec forte plus value. Je vais toucher l’objet de la vente dans 10 jours et solder au passage toutes mes dettes court termes.

Mais je vais m’empresser de mettre 4000 euros de côté afin de vivre mieux les imprévus et ma vie personnelle en dehors de l’investissement!

Hors ligne Hors ligne

 

#17 07/06/2018 16h27

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   153  

Je récuse le principe d’épargne de précaution au moins au sens binaire évoqué dans cette file de discussion et lui préfère une excellente compréhension de la liquidité de mes actifs. En effet, en fonction de l’imprévu, le besoin en liquidité peut aller de quelques centaires de dollars (ou d’euros) à plusieurs dizaines de milliers.

Voici en quelques mots comment j’appréhende la liquidité de mes actifs, des plus au moins liquides:

- fond de roulement sur compte courant : environ 1 mois de dépenses - rémunéré à 0.2% - disponible immédiatement afin de payer les dépenses courantes.

- épargne sécurisée en Certiticate of Deposit (équilavent des comptes à terme): J’utilise le principe de ladder - Nerdwallet - What is a CD ladder? - qui permet de bénéficier d’un taux correct (je suis en moyenne a 2.2%) pour un placement sécurisé et relativement liquide ou du moins dont la disponibilité est 100% prévisible. L’autre avantage de ce système en période de remonté des taux est de profiter de celle-ci et ce progressivement.  L’article de Nerd Wallet listé ci-dessus explique cela très bien. A noter que j’y loge également les entrées d’argents prévues ou imprévues avant de les investirs progressivement sur les autres supports.

- épargne retraite: a noter que le format 401K/IRA permet de se prêter de l’argent à soi-même - l’avantage est que l’on se verse les intérêts plutôt qu’à un tier. Investopedia - Sometimes it pays to borrow from your 401K. L’argent est disponible sous 5 jours. J’ai utilisé ce principe lors de l’achat de ma résidence principale l’an dernier afin de mobiliser des fonds rapidements. Le principal coût est le coût d’opportunité en franchise d’impôts en cas de forte hausse des marchés, c’est pourquoi, je me suis remboursé au plus vite.

- actions et obligations sur comptes titres: en réalité la liquidité est excellente si le timing est bon, à defaut les turpitudes de Mr le Marché risquent de fortement impacter la performance. Considerer ces actifs comme peu liquides est une mesure de précaution avant tout.

- biens immobiliers: entre la gestion de la sortie des eventuels locataires et le temps nécessaire à la revente, sans parler d’être maître du timing, l’immobilier est bien sur peu liquide.

Même si certains élèments sont spécifiques à la situation géographique (USA), le principe de classifier ses actifs et de maitriser leur niveau de liquidité me parait être la meilleure approche au principe d’épargne de précaution qui ne doit à mon sens pas être envisagé comme une notion binaire et ne surtout pas être une excuse pour avoir de l’argent qui dort.

Dernière modification par TyrionLannister (07/06/2018 17h55)


Tyrion Lannister - "a Lannister always pays his debt"

Hors ligne Hors ligne

 

#18 07/06/2018 18h04

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   451  

Tyrion, vous êtes dans quelle banque pour vos CD, suite à votre post, je regarde les taux dans ma banque et je vois au plus haut 1,16% sur 120 mois , pas top ….

Hors ligne Hors ligne

 

#19 07/06/2018 18h16

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   153  

Je suis aux USA ou les taux sont en ce moment un peu plus élevés qu’en Europe- les CD sont disponibles chez les banques mais aussi chez les brokers comme par exemple IB.

Voici les taux du jours chez mon broker:

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/8364_ladder.jpg

Dernière modification par TyrionLannister (07/06/2018 18h19)


Tyrion Lannister - "a Lannister always pays his debt"

Hors ligne Hors ligne

 

#20 07/06/2018 18h19

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   451  

Oui, il s’agissait bien du taux de ma banque à Miami

Hors ligne Hors ligne

 

#21 07/06/2018 18h20

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   153  

Regardez les brokers - ils disposent des accès à leur propres CD mais aussi à ceux des banques - voir mon exemple de ladder avec les taux du jour dans le message précédent que je viens d’éditer.

J’ai en particulier des CD Wells Fargo 3 mois à 1.90% et 1 an a 2.35%.

Dernière modification par TyrionLannister (07/06/2018 18h29)


Tyrion Lannister - "a Lannister always pays his debt"

Hors ligne Hors ligne

 

#22 07/06/2018 18h37

Membre
Réputation :   46  

En euro, actuellement, aucune rémunération à attendre ou presque, sauf si risque de contrepartie.

Donc, si votre patrimoine grimpe de, mettons, 5% par an, une épargne liquide sans risque de 10,000 euros vous coûte 500 euros par an.

Hors ligne Hors ligne

 

#23 07/06/2018 20h11

Membre
Réputation :   2  

Il faut bien sûr une épargne de précaution, mais celle ci va évoluer en fonction de votre situation.
Je dirais 1 à 5K, du premier stage aux 2-3 premiers emplois vers 25 ans, puis 10-15 K vers la trentaine et que l’on est un peu plus stabilisé, enfin 30K vers 35-40 ans avec une famille à charge.
Une partie de cette épargne doit être cash (livret A) et disponible immédiatement et une autre partie peut être disponible sous quelques jours/semaines (fond euros d’assurance vie, compte à terme, scpi, pel, …) d’ou l’intérêt de prendre date.

A modérer en fonction de votre situation professionnelle (fonctionnaire, cdi, cdd/interim, indépendant) et de votre train de vie (dépensier à Paris ou économe en province)

Hors ligne Hors ligne

 

#24 07/06/2018 20h23

Membre
Réputation :   65  

Question : pourquoi avoir besoin de 40k€ de liquidité alors qu’un fonds € est protégé et disponible sous 15 jours ?

Question bis : d’autant plus qu’il existe des crédits à la consommation à 1% et des avances sur contrats d’assurance-vie ?

Sauf s’il vous arrive régulièrement de craquer pour une voiture neuve et de l’acheter immédiatement…

Hors ligne Hors ligne

 

#25 07/06/2018 20h54

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   197  

Caceray a écrit :

Question : pourquoi avoir besoin de 40k€ de liquidité alors qu’un fonds € est protégé et disponible sous 15 jours ?

Mon dernier rachat partiel en assurance vie (Boursorama) a pris une quarantaine de jours, donc votre affirmation est un peu optimiste.
La raison d’avoir autant de liquidités, pour moi, est psychologique. Je peux vivre longtemps rien qu’avec livret A et LDD, en cas d’accident grave ou de très grosse dépense imprévue c’est toujours une bonne chose.

N’oubliez pas que le fonds € pose de plus en plus souvent des conditions d’UC, que le retrait pourrait être bloqué, et que le délai de rachat peut être problématique par rapport à un virement depuis un livret.

Hors ligne Hors ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ? Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Discussions similaires à "faut-il vraiment une épargne de précaution ?"

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur