Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS    Cherchez sur le site et les forums :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies, sans jugement moral, sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

[+1]    #226 02/03/2021 14h12

Membre (2011)
Top 20 Année 2021
Top 20 Dvpt perso.
Top 20 Vivre rentier
Top 20 Immobilier locatif
Réputation :   407  

dangarcia a écrit :

Ah, vous vous placez du point de vue de "on" i.e. la société c’est ça ?

non, votre définition qui inclus distinction entre travail imposé budgétairement et travail non nécessaire budgétairement.
Il est vrai que l’emploi du "vous" aurez été plus adapté.

Perso, comme Ririsama, je considère que la définition d’un travail n’est pas lié à la motivation de celui ci!

Hors ligne Hors ligne

 

#227 03/03/2021 09h10

Membre (2019)
Réputation :   148  

Les comptoirs de la Grèce ionnienne n’existaient que dans le cadre du monde de la Grèce Antique, de ses relations commerciales internes et du commerce international antique.

Leur activité d’intermédiation était assise sur une économie domaniale de type agricole, le travail étant principalement fourni par des esclaves. Éventuellement par les citoyens pauvres, voir plus bas.
La première utilisation du terme économique semble d’ailleurs due à Aristote, et se rapporte à l’art d’administrer sa maison, entendue comme le centre d’un domaine agricole.

Le commerce était à Athènes (qui n’était pas ionienne au sens strict, mais plus ionienne que dorienne, contrairement à Sparte) beaucoup assuré par les méteques. Je préfère me référer à Athenes car c’est le modèle de cité grecque le mieux connu. Je ne suis pas au courant de divergences majeures avec les cités ioniennes.

Les citoyens (10% de la population environ) quant à eux avaient des occupations politiques et militaires.

Ce qui posait des problèmes économiques aux citoyens pauvres. La vie politique des cites grecques était marquée par la lutte démocratie/oligarchie, les revendications principales des démocrates étant l’abolition des dettes (reformes de Solon) et le salaire citoyen (des indemnités modestes ont parfois été accordées aux petits propriétaires terriens pour compenser leurs pertes puisqu’ils ne pouvaient travailler dans leur exploitation pendant qu’ils étaient à l’assemblée des citoyens.  ). 

Le travail domestique, minier, agricole, artisanal voire commercial était globalement assez mal vu et dédaigné comme servile. 

On peut considérer comme des rentiers plus ou moins riches les personnages des dialogues platoniciens -ou du théâtre d’Aristophane- et ils sont plus ou moins indépendants économiquement (d’ailleurs ce qui distingue Socrate des sophistes est qu’il ne se fait pas payer même s’il n’est pas riche, mais ce n’est pas grave car il a été invité à ce fameux Banquet ou l’on a manifestement bien mangé, bien bu et bien parlé….).

Le sort du citoyen grec antique, sa liberté, dépendait totalement du statut militaire de la cité à laquelle il appartenait. Lui et sa famille pouvaient être tués ou réduits en esclavage en cas de défaite militaire. Une référence datée mais non suspecte de marxisme est Benjamin Constant. C’est la fameuse distinction de la liberté des anciens et de la liberté des modernes.

Platon était indépendant économiquement et pouvait s’adonner à la saine activité qu’est la contemplation des Idées mais cette indépendance économique cachait en réalité une dépendance totale envers un système politique maintenant fermement la distinction citoyen libre/esclave. Car on tombait bien vite dans l’état servile. Platon lui même s’est retrouvé un temps esclave suite à sa capture par des Lacedemoniens qui l’ont vendu au tyran de Syracuse.

****

L’indépendance financière du rentier moderne ne le libère pas de la dépendance au système politique et économique dans lequel il agit. C’est tout à fait évident pour le système économique qui est mondialisé. Mais cette mondialisation repose sur des bases juridiques qui sont des traités internationaux et donc en dernière analyse sur le système politique international.

Il y a aussi l’évidence que la planification financière dépend beaucoup de la politique du pays de résidence fiscale (une taxe progressive  sur le patrimoine avec une première tranche à 1% commençant à 100.000€ changerait drastiquement les termes de l’équation, c’est en gros ce que Piketty propose.).

****

Quelle est la différence du point de vue de la rat race entre le discours FIRE et celui de l’adepte du partage du travail et de la retraite à 60 ans si ce n’est que l’un ne se préoccupe pas des conditions politiques et l’autre des conditions économiques pour rendre possible sa sortie de l’aliénation par le travail salarié?

Évidemment il y a la recherche de la solution individuelle dans le cas de l’aspirant rentier et collective du point de vue de l’utopiste de gauche.

Je trouve que le discours FIRE est mieux construit car les impossibilités économiques de la semaine de 20 heures, de la retraite à 50 ans et du revenu universel en plus de la protection sociale, bref de tout ce rêve socialiste de beurre, d’argent du beurre et de sourire de la crémière,  se manifestent plus vite.

Mais le discours FIRE est, je pense, un discours idéologique. Dans notre société tout discours sur le travail est idéologique.

Je ne suis pas marxiste du tout mais je pense l’analyse marxienne de l’aliénation par le travail est compatible avec le libéralisme politique (auquel FIRE appartient) et que ce qu’on appelle la rat race dans ce discours n’est qu’une forme de l’aliénation par le travail.  Tout n’est pas faux chez Marx, notamment ce qui vient de Hegel…..

D’ailleurs, ce problème est tout à fait pris en compte par les théoriciens du management moderne des RH (cf. Boltanski-Chiapello, Le nouvel esprit du capitalisme)  et on voit des réalisations pratiques pour éviter que les salariés ne sentent aliénés allant jusqu’aux étrangetés que sont les happiness officers.

Autre point que je retire de Marx: aucune idéologie n’échappe à ses contradictions. Ca s’est appliqué au marxisme. Ca s’est appliqué au libéralisme du 19e.

L’idéologie n’est pas le mal absolu, on a tous besoin de valeurs pour vivre et d’heuristiques pour trouver le bonheur.  Ceci dit des qu’on essaye de mettre de l’ordre dans ses valeurs et ses idées, l’ idéologie n’est pas très loin et avec elles ses biais.

Donc, il vaut mieux avoir conscience du caractère idéologique de son discours.  Ce qui n’est pas vraiment le cas pour le discours FIRE qui ne se pose pas la question de ses propres biais idéologiques.

Dernière modification par Caratheodory (03/03/2021 09h12)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #228 30/12/2021 18h43

Membre (2020)
Top 20 Année 2022
Réputation :   114  

Membre clivant Membre parfois clivant Membre clivant

La fin de l’année approche et je ne risque pas de prendre la moindre bonne résolution pour celle qui vient ; cela tiendrait déjà du miracle si je parvenais à la terminer sans être banni !

En revanche, même si cela n’a pas d’intérêt autre que rétrospectif, j’y vois clair sur mon budget 2021.

* Recettes :

- retraite : 42 000 € après prélèvements sociaux, mais avant retenue à la source
- loyers : 48 000 € bruts de chez brut avant tout un tas de prélèvements divers et variés
- dividendes : 14 500 € après retenue à la source étrangère, mais avant PFU.
- intérêts sur assurance-vie, PEL, livrets non comptabilisés car capitalisés.

* Dépenses :

- impôts directs : 25 000 €
- petites dépenses courantes en liquide : 6 000 €
- grosses et moyennes dépenses courantes par carte : 18 000 €
- électricité : 900 €
- eau potable : 300 €
- mutuelle santé : 600 €
- téléphone : 240 €
- assurances : 700 €
- cotisations syndicale, politique et associatives : 400 €

En résumé 104 k€ d’encaissements pour 52 k€ de décaissements, ce qui me place dans une situation confortable voire privilégiée. Pour autant, ce constat ne me rassure pas….

Si je ne disposais que de ma retraite, pourtant relativement "bonne", je paierais moins d’impôt et maintiendrais mon train de vie, mais cela sans conserver de capacité d’épargne.

Si je disposais en tout et pour tout d’une "petite retraite" ou d’un "petit salaire", même avec les revenus de transferts sociaux, je ne sais pas et je préfère ne pas imaginer comment je m’en sortirais : il faudrait compter en permanence et se limiter sur tout !

C’est là un vrai sujet qui devrait être au coeur du débat politique, bien davantage que les discussions fangeuses sur la sécurité et l’immigration : est-il acceptable qu’un emploi à temps plein, ou une retraite à taux plein, permette tout juste de survivre, cela alors que le prix des dépenses contraintes ne cesse d’augmenter ?

Dernière modification par emilienlar (30/12/2021 18h44)

Hors ligne Hors ligne

 

#229 30/12/2021 19h24

Membre (2012)
Réputation :   69  

emilienlar a écrit :

C’est là un vrai sujet qui devrait être au coeur du débat politique, bien davantage que les discussions fangeuses sur la sécurité et l’immigration

Votre vision est-elle peut-être biaisée du fait que vous vivez au fin fond de l’Ardèche…

Quoi qu’il en soit, avec vos revenus, vous pouvez vivre bien loin des cités dites "difficiles".

Dernière modification par Bluegrass (30/12/2021 19h44)

Hors ligne Hors ligne

 

#230 30/12/2021 20h28

Membre (2020)
Top 20 Année 2022
Réputation :   114  

Membre clivant Membre parfois clivant Membre clivant

Pas dans l’Ardèche mais en Lozère, où il n’y a en effet pas de cités difficiles, mais au contraire pas mal de logements vacants dans le parc HLM, dont les loyers sont proches du parc privé.

En revanche, il faut couper court aux idées reçues selon lesquelles la vie en zone rurale est "bon marché" :

- l’eau potable est chez moi horriblement chère alors que les sources coulent de toutes parts : 5,5€ le m3 contre 4€ au Sedif affermé chez Veolia,

- la location de coffres-forts à la banque est aussi plus chère !

- les fruits et légumes ne sont pas moins chers qu’en RP ; en revanche il y a moins le choix.

- les transports en commun étant indigents, il faut prendre la voiture pour un oui pour un non, donc prévoir un budget "carburants" conséquent.

- quand on prend l’avion de temps en temps, il faut prévoir des frais d’approche pour se rendre à l’aéroport, distant d’environ 250 km a minima.

Hors ligne Hors ligne

 

#231 31/12/2021 16h32

Membre (2011)
Top 20 Année 2021
Top 20 Dvpt perso.
Top 20 Vivre rentier
Top 20 Immobilier locatif
Réputation :   407  

emilienlar, le 30/12/2021 a écrit :

- les fruits et légumes ne sont pas moins chers qu’en RP ; en revanche il y a moins le choix.

Vous n’avez pas de producteur autour de chez vous ?
La difficulté étant qu’ils sont souvent "discret".
Au point, qu’on a du monter un groupe facebook pour partager la liste des producteurs locaux.

Pour l’anecdote, j’ai appris l’existence d’un maraicher dans mon village via le groupe facebook… (confirmé peu après par un tractage en bal)
Donc c’est pas forcément qu’il n’y a pas, mais qu’ils sont pas très connus!

Hors ligne Hors ligne

 

#232 01/01/2022 15h39

Membre (2020)
Top 20 Année 2022
Réputation :   114  

Membre clivant Membre parfois clivant Membre clivant

Si si il y a bien quelques producteurs qui viennent sur le marché mais qui vendent aussi cher sinon davantage que les commerçants….

D’autres producteurs vendent sur place au jardin et ce sont eux qui choisissent la composition du panier en fonction de la production de moment : à fuit à mon sens ! Je dois être un peu vieux jeu mais j’estime que c’est au payeur de décider ce qu’il achète….ou pas !

Je reviens sur le budget 2021 : mes dépenses contraintes (impôts, fluides, nourriture, assurances, mutuelles, habillement…..) représentent quand même 37 k€, ce qui n’est pas rien ! Il ne me reste donc que 15 k€ pour les dépenses dites libres, le "gaspillage" qui rend l’existence agréable : le bistrot,le resto, le journal, le sport, les vacances, les sorties….

Grosso "merdo" 70% de dépenses contraintes et 30% de dépenses libres. Il ne faut pas s’étonner que les gens rouspètent et réclament des augmentations : ceux qui sont organisés se mettent en grève et obtiennent toujours un petit quelque chose en ce moment ; les individualistes envoient leur "dem" au patron et reprennent un emploi mieux rémunéré, ce qui en fin de compte ramène au cas précédent : un revenu en hausse !

Reste le cas des retraités qui ne peuvent hélas faire grève ou changer d’employeur, mais là aussi les choses sont en train d’évoluer : les "vieux" sont déjà descendus 2 fois dans la rue cet automne et cela va recommencer au mois de mars.

Hors ligne Hors ligne

 

#233 01/01/2022 21h20

Membre (2013)
Top 5 Dvpt perso.
Top 20 Vivre rentier
Réputation :   153  

Bonsoir,

Vous ne pouvez pas créer votre propre petit potager ? Avec éventuellement quelques poules?

Si vous n’avez pas de terrain  peut être pouvez vous en trouver un à louer ?

Mafo

Hors ligne Hors ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Discussions similaires à "le budget d'un investisseur heureux ?"

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur