Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#1 31/10/2014 23h00 → Mattel : n°1 mondial du jouet (jouet, mattel)

Membre
Réputation :   

Je remarque que personne ne s’est vraiment intéressé à cette valeur qui pourtant présente un business compréhensible et certaines qualités peu d’endettement, dividende régulier/ ratio distribution correct.Dans l’optique de diversification sectorielle ne serait-elle pas une opportunité cotant proche des plus bas à un an eu égard du niveau actuel des valeurs US en général?

Mots-clés : jouet, mattel

Hors ligne

 

#2 01/11/2014 01h47 → Mattel : n°1 mondial du jouet (jouet, mattel)

Modérateur
Réputation :   168 

Peut-être parce que maintenant c’est le numéro 2 depuis que Lego lui est passé devant ! wink


Mon portefeuille passif Parrainage Binck et BforBank (6ELA) me contacter

Hors ligne

 

#3 01/11/2014 15h07 → Mattel : n°1 mondial du jouet (jouet, mattel)

Membre
Réputation :   97 

Bonjour,

Mattel est dans ma watchlist, j’ai un ordre en attente sur cette valeur.

Même si elle vient de ceder sa place de numéro1 à Lego :-) .
Mattel c’est Barbie, Hot Wheels, Fisher-Price, American Girl, Mega.
Narrow moat MSTR.

http://www.devenir-rentier.fr/uploads/2937_mattel1.png

Extrait de la communication financiére:

http://www.devenir-rentier.fr/uploads/2937_finanacial_2013.png

Mon analyse basée sur un certains nombre de ratios:

Les points positifs:

- Dividendes de 4.35%, versés sur une longue période ( + de 10 ans), en croissance régulière
- Trés bonne rentabilité: FCF/Sales de 6.88 (>5), ROIC de 23.7 et ROE de…28.61.
- Endettement maitrisé (ce qui rend le ROE d’autant plus remarquable) : D/E =0.49, Debt/ebitda de 1.15 et interest coverage ratio de 15.

Point négatif: le dividende est tout juste couvert par le FCF: distribution de 97%… Sans compter les rachats d’action (total dividend + share repurchase = 167% du FCF).
Si cette situation perdure, alors le dividende est à risque.

Valorisation:
Morningstar valorise Mattel à 33$, une valorisation via xlsValorisation (comparable Hasbro, Jakk, Leapfrog. aprés retraitement pour éliminer les PER négatifs, etc..) donne 34$ (avec un taux de croissance diminué à 5%):

http://www.devenir-rentier.fr/uploads/2937_mattel_xlsValorisation.png

Les ratio de valorisation donnent: P/E =14.6, P/B de 3.9, P/S =  1.9, P/CF = 13.1, EV/EBITDA de 8 ( à comparer avec Hasbro à 11).

Bref, une excellente société, rentable, bien gérée, redonnant du cash à l’actionnaire, mais coté valorisation je préférerai un cours plus bas pour avoir une meilleure marge de sécurité.

Je vais néanmoins ouvrir une ligne, cette valeur "consommation discrétionnaire"me paraissant intéressante en terme de dividende, et renforcer si le cours descend.

Pour citer Morningstar:

MorningStar a écrit :

Consistent free cash flow makes the firm friendly to income investors, with rising dividend payouts and share buybacks due to a disciplined management strategy.


L'Investisseur Individuel, mon blog orienté "Dividendes Pérennes": http://investisseur-individuel.com/

Hors ligne

 

#4 03/11/2014 09h30 → Mattel : n°1 mondial du jouet (jouet, mattel)

Membre
Réputation :   97 

Quelques remarques en vrac :
- attention au ROE tout seul. Ici, vous payez 4 fois la Book Value, donc le ROE de 28% se traduit par un retour sur votre investissement de 7% = (ROE * (BV/P)). Bien sûr, ce chiffre de 7% non plus ne dit pas tout l’histoire.
edit: correction de formule

- il me semble (je ne suis pas encore très expérimenté en analyse) le ROIC prend tout son sens pour une entreprise avec des besoins élevés en capital ("capital intensive"), ce qui n’est peut-être pas le cas de Mattel.

Pour Mattel, le "scénario" qu’on peut imaginer semble corroboré par les chiffres :
- les coups de fabrication sont faibles - d’ailleurs la marge brute est élevée,
- leur pricing power vient des marques et du marketing - d’ailleurs leur marge opérationnelle est bien inférieure à la marge brute.

Il me semble que Mattel est une entreprise mature, solide tant que ses marques tiennent. Ca tombe bien, Barbie est plus âgée que la plupart d’entre nous ; et je crois que ses marques plus récentes ont également un certain succès).
Bon, j’ai fini par jeter un oeil au 10K, et j’ai vue que Mattel continue à beaucoup investir, notamment pour renouveler les gammes de jouets, je pense. Au moins elle ne se repose pas sur ses lauriers.

J’ai l’impression que c’est un business solide, qui mérite de figurer dans un pf "type bouquin de l’IH". Cependant, je n’y vois pas beaucoup de marge de sécurité.

Dernière modification par namo (03/11/2014 14h46)


Parrain pour Hello Bank, l'Investisseur Français (2 mois offerts) et Linxea. Me contacter par MP

Hors ligne

 

#5 03/11/2014 14h19 → Mattel : n°1 mondial du jouet (jouet, mattel)

Membre
Réputation :   97 

Bonjour Namo,

Entièrement d’accord avec vous, le ROE "tout seul" (comme d’ailleurs n’importe quel ratio) ne veut rien dire.
En particulier, il est au minimum à corréler avec l’endettement.

Les autres ratios que je donne me permettent d’avoir une vision d’ensemble et correspondent à ma stratégie basée sur une"checklist", et la diversification.

Effectivement assez peu de marge de sécurité concernant la valorisation (10%). Je l’achète pour le dividende (à priori) pérenne, je m’intéresse plus au "flux" (dividendes) qu’au "stock/patrimoine" (cours de l’action).

J’avoue que je ne comprends pas bien le calcul de rentabilité de 7% en divisant le ROE par la BV/P.
Je regarde indépendamment le ROE, un des signaux que j’ai choisi de la rentabilité de l’entreprise, et la BV/P (en fait P/B)qui me donne un indicateur de la sur- ou sous- ou juste évaluation du prix de l’action à un moment t.

Ce sont pour moi 2 catégories indépendantes: le ROE me permet (avec d’autres critères) de voir si l’entreprise est de qualité.
Le P/B me permet (avec d’autres critères) de juger de la valorisation.
Je n’achète que si les 2 aspects sont jugés "corrects".

Dans le cas de Mattel, la société de me semble de bonne qualité, et sa valorisation juste correcte mais OK pour que je prenne le risque.

Je précise que mes post ne sont absolument pas une incitation à acheter (ou pas) Mattel, juste ma perception, par rapport à ma stratégie d’investissement.


L'Investisseur Individuel, mon blog orienté "Dividendes Pérennes": http://investisseur-individuel.com/

Hors ligne

 

#6 03/11/2014 14h48 → Mattel : n°1 mondial du jouet (jouet, mattel)

Membre
Réputation :   97 

Effectivement j’avais fait une erreur bête dans la formule.
Book Value = Equity, donc (Rendement / Equity) / (Prix / Equity) = Rendement / Prix
J’espère que ça explicite mieux le lien.

Mattel semble effectivement une bonne valeur de rendement.


Parrain pour Hello Bank, l'Investisseur Français (2 mois offerts) et Linxea. Me contacter par MP

Hors ligne

 

#7 21/03/2015 15h54 → Mattel : n°1 mondial du jouet (jouet, mattel)

Administrateur
Réputation :   1309 

Je reviens sur Mattel dont le cours a continué à baisser et qui est sur un plus bas à 3 ans :
http://www.devenir-rentier.fr/uploads/2_mattel-1.gif

Mattel capitalise actuellement 8 Md$, avec un rendement sur dividende de 6,3%.

La société a 4 divisions :
- Mattel Brands : 54% du CA
- Fisher-Price : 26% du CA
- American Girl : 14% du CA
- Construction/Arts & Crafts avec l’acquisition du Canadien Mega en 2014 : 6% du CA
(*) la répartition du CA est calculée d’après les derniers résultats trimestriels

La répartition géographique du CA est la suivante :
- USA+Canada : 54%
- Europe : 25%
- Amérique latine : 14%
- Asie/Pacifique : 7%
(*) la répartition du CA est calculée d’après les derniers résultats trimestriels

Malgré l’acquisition de Hit Entertainment en 2011 et Mega en 2014, le CA vivote :
http://www.devenir-rentier.fr/uploads/2_mattel-2.gif

De fait, même si la société est profitable, avec une marge opérationnelle moyenne d’environ 13%…
http://www.devenir-rentier.fr/uploads/2_mattel-4.gif

…le résultat net et le flux de trésorerie vivotent également :
http://www.devenir-rentier.fr/uploads/2_mattel-3.gif

La totalité du free cash flow (et même plus) est redistribuée sous forme de dividendes et rachats d’actions :
http://www.devenir-rentier.fr/uploads/2_mattel-5.gif

Les excès sont financés par un accroissement de l’endettement, toutefois contenu (notation Morningstar A-).

D’une certaine façon, Mattel me rappelle Kellogg.
- Secteur mature sur des territoires matures
- Bonne capacité à gérer du cash flow qui est complètement redistribué aux actionnaires
- Acquisitions ponctuelles

Ces dix dernières années, Mattel était valorisée autour de 9 fois l’EBITDA :
http://www.devenir-rentier.fr/uploads/2_mattel-6.gif

Morningstar lui assigne un "moat" (avantages concurrentiels) narrow :

Morningstar a écrit :

We assign a narrow economic moat to Mattel, which captures about 17% of sales in the domestic toy industry. Combined, the three biggest constituents of the toy market, Mattel, Hasbro, and Lego, control nearly 40% of the very fragmented U.S. toy market (which constitutes 26% of the global market). The significant market share that is represented by these companies, along with the licensing and entertainment relationships already contracted by these industry incumbents, is enough to make most would-be competitors skeptical about entering the marketplace and directly competing for new licensing contracts, since Mattel, Hasbro, and Lego have more advertising dollars to offer. Its position as one of the largest toy companies allows Mattel to capture these partnerships with relative ease, as the company is a top choice for any partner to pair with, having the widest reach and the deepest marketing pockets.

Et une valorisation de $29 :

Morningstar a écrit :

We are raising our fair value estimate to $29 from $28 per share to reflect the time value of money and a change in the cost of equity assumption to 9% from 10% (reflecting a lowered 2.25% long-term inflation outlook). We have included foreign exchange headwinds and continued gross margin pressure in response to inventory overhang after the holidays.

Avec xlsValorisation, je suis autour de 30$ :
http://www.devenir-rentier.fr/uploads/2_mattel-7.gif
Hypothèses : 50% de la valorisation sur la base d’un retour aux multiples historiques (PER, Price to Book et Price to Sales) et 50% d’après une DCF très simple (2% de croissance opérationnelle, 9% de coût des fonds propres).

CONCLUSION

Positif

- A $24, Mattel décote sur un estimé de valorisation à $29-30.
- Le rendement sur dividende de 6% est alléchant, spécialement pour une entreprise du secteur de la consommation discrétionnaire.

Négatif

- Multiples de valorisation élevés pour une entreprise qui peine à montrer de la croissance.
- Parité EUR/USD moins favorable pour un investisseur européen.
- Concurrence des jouets digitaux : quel avenir pour Mattel ?

Mon enthousiasme est modéré.

Hors ligne

 

#8 21/03/2015 16h41 → Mattel : n°1 mondial du jouet (jouet, mattel)

Membre
Réputation :   337 

Bonjour IH,

je surveille la valeur depuis quelques mois (j’avais d’ailleurs hésite à remplacer PetSmart, que j’ai vendu depuis, par cette entreprise… je restais dans ma consommation discrétionnaire, c’était un changement entre "piliers").

Mais je me suis finalement abstenu. J’ai bien fait, je pense, car depuis mon hésitation de 3 mois, le cours a continué à baisser.

Dans les points négatifs, vous pourriez ajouter :

- achat récent de la marque Megablocks (cette marque est une copie "low cost" de LEGO, leader mondial du jouet - et non plus Mattel soit dit en passant -), mais je doute de son succès, ses nouveautés sont rarement "emballantes" et par rapport à LEGO, la qualité est clairement un cran en-dessous !

- surtout, point le plus grave à mon avis, en 2016, Mattel perdra la licence Disney (qui passera alors chez le concurrent Hasbro)… Pour Mattel, ce sera donc la fin des poupées Disney princess et surtout le fin des poupes "Reines des neiges".
Le patron de Mattel avait affirmé dans une interview que la licence Disney lui apportait 500 millions de dollars de revenus l’année passée. 500 millions qui disparaitront donc (et comme Barbie est boudée actuellement, je ne suis pas certain que ces revenus soient comblés par d’autres ventes chez Matttel, ça risque d’être un nouveau coup porté aux marges et au bénéfice net…).
   
- sachant que La reine des Neiges n°2 sortira en 2016, avec le succès que l’on peut lui imaginer, ce sera une grosse perte pour Mattel et le "jackpot" pour Hasbro.

Par ailleurs, quand on réfléchit aux licences dont disposera Hasbro en 2016, je pense plutôt que la croissance sera de son côté, et non pas chez Mattel :
- Marvel et StarWars pour les garçons
- Disney Princess et Disney Frozen 2 pour les filles

Si Mattel avait su garder les licences Disney, j’aurais (presque) sans hésiter investi sur Mattel à un plus bas de 3 ans. Là, je suis sceptique, d’autant plus si Mattel pense relancer la machine en rachetant des "sous-marques" comme MegaBrands.       

Cordialement,
Frédéric

Dernière modification par maxicool (21/03/2015 16h46)


Parrain Linxea - Bourse Direct - Binck - Fortuneo - WeSave : code FV1975 -  YOMONI - Contact

Hors ligne

 

#9 06/02/2016 10h50 → Mattel : n°1 mondial du jouet (jouet, mattel)

Modérateur
Réputation :   168 

Bonjour,

Revoilà venir des rumeurs de fusions entre Mattel et Hasbro !

Barbie va-t-elle tomber dans les bras d’un Transformer ?

L’occasion de mutualiser les licences !

Depuis le dernier message de cette file, le titre Mattel a pris 33% tout de même.


Mon portefeuille passif Parrainage Binck et BforBank (6ELA) me contacter

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech