Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#1 22/11/2013 19h05 → Calculer l'impact de l'inflation sur son épargne ? (inflation)

Membre
Réputation :   37 

Bonjour
Un problème sans doute simple à résoudre qui m’amène à solliciter votre aide

je verse, mettons 1000 euros chaque mois sur un PEA, sans que cet argent ne "travaille"
l’inflation est à 1%/an

au terme de la première année "N", mon capital aura donc virtuellement/mécaniquement perdu 1% soit 12000 euros moins 120 euros

je continue mes versements mensuels jusqu’au terme de l’année N+1
12000+12000 = 24000 euros
moins l’inflation annuelle de 1% (240 euros)

Année N+3 : 24000+12000= 36000 euros
moins l’inflation annuelle de 1% (360 euros)

----- au 1er janvier de l’année N+4, je décide de retirer mon argent du PEA (nonobstant les frais de sortie etc…)

l’épargne constituée sur 3 ans, aura-t-elle été impactée par l’inflation à hauteur de :
120+240+360 = 720 euros ?
ou 360 euros (120+120+120) ?

Je veux dire, de la même façon que les intérêts composés fonctionnent au fil du temps sur une épargne dotée d’un taux (l’effet "boule de neige"), est-ce qu’un taux d’inflation annuel impactera de façon composée (cumulée ?) une épargne au fil des versements ?

Dernière modification par christian (22/11/2013 19h15)

Mots-clés : inflation

Hors ligne

 

#2 22/11/2013 19h15 → Calculer l'impact de l'inflation sur son épargne ? (inflation)

Modérateur
Top 20 Réputation
Réputation :   1335 

L’épargne constituée sur 3 ans aura été impactée par l’inflation à hauteur de 120+240+360 = 720 euros, et même un petit peu plus (les 1% annuels sur les 120 et 240 des années 1 et 2).

Pour faire le calcul avec plus de rigueur :
    les 12 k€ de l’année 0 valent 12 363.61€ [*] en année 3    (12000*(1.01)*(1.01)*(1.01))
    les 12 k€ de l’année 1 valent 12 241.20€ [*] en année 3    (12000*(1.01)*(1.01))
    les 12 k€ de l’année 2 valent 12 120.00€ [*] en année 3    (12000*(1.01))
Le total des 3 versements vaut donc 36 724.81€ en année 3 … et vous ne retirerez que 36 000€.

[*]  actualisé en tenant compte d’une inflation constante de 1%/an

[Bonne nouvelle pour vous : l’inflation est faible, et on est sans doute plus menacé de déflation que d’inflation en ce moment. smile]


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#3 22/11/2013 19h37 → Calculer l'impact de l'inflation sur son épargne ? (inflation)

Membre
Réputation :   37 

Je vous remercie GBL pour cette réponse étayée et extrêmement parlante.
Il m’est plus compliqué désormais d’appréhender de façon sereine, le fait de garder une poche de cash immédiatement disponible sur un compte PEA, pour être en mesure de se renforcer ou de profiter de "soldes" sur quelques valeurs subissant un trou d’air.
Trop d’attentisme, finalement, pourrait à terme avoir un impact non négligeable sur les performances du PEA, si tant est qu’en plus, la poche constituée devienne proportionnellement importante au fil des versements et inutilisée sur de longues périodes par excès de précautions ou de prudence.

Hors ligne

 

#4 22/11/2013 19h40 → Calculer l'impact de l'inflation sur son épargne ? (inflation)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   320 

Bonne nouvelle pour vous : l’inflation est faible, et on est sans doute plus menacé de déflation que d’inflation en ce moment.

En effet,et beaucoup semblent oublier qu’il est important de regarder le taux réel et pas uniquement le nominal.

Ainsi :
- en 2008, les fonds en euros avaient un rendement nominal de 4,5% mais l’inflation était de 3%, soit un rendement réel de 1,5%.
- Aujourd’hui, les fonds en euros ont un rendement de 3,2%, mais avec une inflation à 1%, on a 2,2% de rendement réel.

Par ailleurs, il peut être intéressant de calculer son propre taux d’inflation (le site de l’insee le permet Insee - Indicateur - Simuler un indice des prix personnalisé ). On voit assez vite qu’il y a une forte différence entre un fumeur motorisé qui se chauffe au fioul, et un non fumeur non motorisé qui se chauffe à l’électricité.

Dernière modification par Geronimo (22/11/2013 19h42)

Hors ligne

 

#5 22/11/2013 19h57 → Calculer l'impact de l'inflation sur son épargne ? (inflation)

Membre
Réputation :   37 

… dans mon cas l’unique finalité de mon épargne reste l’achat d’un bien immobilier (ancien) dans une dizaine d’années.
Je devrais donc fort logiquement corréler l’évolution de mon épargne à… l’évolution annuelle des prix immobiliers dans l’ancien, et non l’inflation des biens et services ? Bonjour l’angoisse si la courbe suit celle de ces 15 dernières années… 
(merci geronimo - le site semble être en rade, je tenterai à nouveau plus tard)

Hors ligne

 

#6 05/10/2017 13h52 → Calculer l'impact de l'inflation sur son épargne ? (inflation)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   256 

sissi a écrit :

Sauf que je crois pas du tout que l’inflation - la vraie que les Francais subissent - soit de juste 0.75%

A chacun de calculer la sienne:
Insee - Le simulateur d’indice des prix


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

Hors ligne

 

#7 05/10/2017 14h22 → Calculer l'impact de l'inflation sur son épargne ? (inflation)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   387 

Tout dépend de ce qu’ils incluent ou pas - j’ai pas vérifie mais je sais qei je vivais avant …les exclusions faussaient la donne .
Anyway … le fait est que ce que moi j’achete a augmente bien plus que de 0.9%
Je prefere ne pas y penser …haha! Mais c’est au minimum 2%, certaines choses … 7%
Donc un investissement qui ne rapporte pas 5% a 6% (+P-V) je considère que ce n’est pas adéquat en phase de capitalisation

Chacun sa perception … j’avoue ne pas comprendre l’attrait des livrets ou fonds euros!

Dernière modification par sissi (05/10/2017 14h22)

En ligne

 

#8 08/10/2017 16h41 → Calculer l'impact de l'inflation sur son épargne ? (inflation)

Membre
Réputation :   

C’est facile de truquer cet indice. Certains appareils (genre ordi) voient leurs performances évoluer très vite. Alors il suffit de comparer leur prix actuel à celui d’il y a 3 ans, et voilà qui compense largement l’augmentation du café et des yaourts.
Sans compter qu’ils ont sorti, sans honte, les produits qu’ils massacrent à leur guise (essence, tabac). Et qu’ils n’y incluent pas les impôts (dont les taux et les tranches permettent toutes les manipulations non apparentes dans les prétendus indices).

Hors ligne

 

#9 08/10/2017 20h55 → Calculer l'impact de l'inflation sur son épargne ? (inflation)

Membre
Réputation :   41 

Deb67 a écrit :

C’est facile de truquer cet indice. Certains appareils (genre ordi) voient leurs performances évoluer très vite. Alors il suffit de comparer leur prix actuel à celui d’il y a 3 ans, et voilà qui compense largement l’augmentation du café et des yaourts.

Ce que vous décrivez là, ce n’est pas "truquer" l’indice, c’est le mesurer rigoureusement. Pour parler de mon vécu, l’inflation calculée par l’INSEE se révèle cohérente avec l’évolution de mes dépenses annuelles sur une trentaine d’années.

Hors ligne

 

#10 08/10/2017 22h53 → Calculer l'impact de l'inflation sur son épargne ? (inflation)

Membre
Réputation :   

Bon, apparemment vous trouvez normal d’exclure certains coûts de l’indice.
Admettons… mais cela ne vous empêche pas d’y être exposé comme tout le monde.
Moi quand je vois l’évolution du total - indice plus impôts locaux plus contribution poubelles plus … j’en passe - eh bien, au total c’est bien plus que l’indice seul.
Voilà pourquoi les gens constatent et savent que le coût de la vie, pour eux, n’est pas ce qui est dit par les médias parlant uniquement de l’indice.

Hors ligne

 

#11 08/10/2017 23h20 → Calculer l'impact de l'inflation sur son épargne ? (inflation)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   256 

Deb67 a écrit :

Alors il suffit de comparer leur prix actuel à celui d’il y a 3 ans

Pouvez-vous préciser la méthodologie qui est appliquée par l’INSEE et que vous mettez en doute ?
Je n’ai trouvé nulle part cette comparaison à 3 ans.

En tout cas, je constate chaque mois/année, la baisse effective des produits informatiques.

Voilà pourquoi les gens constatent et savent que le coût de la vie, pour eux, n’est pas ce qui est dit par les médias parlant uniquement de l’indice.

Vous considérez donc que la sensation personnelle est plus fiable que les statistiques à l’échelle d’un pays.
C’est un sujet à part entière, qu’il est inutile d’approfondir ici.

Cependant, puisque nous sommes sur un forum lié à l’investissement, j’aimerais attirer votre attention sur le fait que ce biais de perception peut être très néfaste en matière d’investissement.


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

Hors ligne

 

#12 09/10/2017 01h12 → Calculer l'impact de l'inflation sur son épargne ? (inflation)

Membre
Réputation :   

"En tout cas, je constate chaque mois/année, la baisse effective des produits informatiques"
Voilà exactement l’erreur à laquelle je faisais allusion ! Si vous achetez moins cher, ce sont des produits dont les pubs vous matraquent tous le jours qu’ils sont menacés d’obsolescence à court terme.
A chaque génération on vous vend plus - ça c’est heureux - mais dans le but (souvent atteint) de  nous faire dépenser plus - puisque c’est mieux, disent-ils.

Si vous n’avez jamais été presque forcé de mettre à jour votre OS sur un ordi, pour continuer à exploiter un logiciel ou une carte d’extension qui vous est indispensable…. Et si on ne vous pas vivement déconseillé d’installer ce nouvel OS sur votre ordi pas très récent, alors, évidemment, vous n’avez qu’une opinion biaisée sur le sujet.

Hors ligne

 

#13 09/10/2017 08h01 → Calculer l'impact de l'inflation sur son épargne ? (inflation)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   256 

Deb67 a écrit :

"En tout cas, je constate chaque mois/année, la baisse effective des produits informatiques"
Voilà exactement l’erreur à laquelle je faisais allusion ! Si vous achetez moins cher, ce sont des produits dont les pubs vous matraquent tous le jours qu’ils sont menacés d’obsolescence à court terme.

Vous serez gentil de ne pas trop supposer.
J’achète mes composants de PC séparément, quand je veux en changer un, je surveille en général les prix pendant plusieurs mois avant de me décider, tout en surveillant également les prix des configurations pré-montées pour vois ce qui serait le plus intéressant.

Et si on ne vous pas vivement déconseillé d’installer ce nouvel OS sur votre ordi pas très récent, alors, évidemment, vous n’avez qu’une opinion biaisée sur le sujet.

C’est moi qui conseille mes proches dans le domaine.
J’ai plutôt l’impression que vous exprimez trop vos mésaventures pour en faire des généralités.

En attendant, j’aimerais avoir des sources sur votre affirmation au sujet de la méthodologie de l’INSEE.


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

Hors ligne

 

#14 09/10/2017 08h53 → Calculer l'impact de l'inflation sur son épargne ? (inflation)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   404 

L’UFC Que choisir avait fait une analyse assez précise et sur des exemples parlants sur le sujet. Ils ne parlent pas réellement d’inflation, mais de pouvoir d’achat en comprenant la hausse des salaires. Mais je pense que les enseignements sont plus qu’intéressants !

On peut retrouver des articles qui en parlent.

UFC - BFM TV a écrit :

Premier enseignement : les prix de l’alimentaire ont peu évolué. Il fallait travailler 3 minutes pour gagner de quoi s’offrir une baguette de pain en 1984, soit autant qu’en 2014. De même, un poulet coûtait 27 minutes du salaire moyen il y a 30 ans contre 30 minutes de nos jours.

Du côté des baisses des prix, c’est dans le domaine des biens d’équipements qu’elles sont les plus spectaculaires. Un réfrigérateur ne vaut plus que 6 jours de travail, contre 14 jours en 1984. Idem pour le téléviseur.

Cette étude bat aussi en brèche une idée reçue concernant la hausse du prix des carburants : faire son plein grève moins le budget des automobilistes qu’il y a 30 ans, et ce sans tenir compte des améliorations sur la consommation. En effet, 1 litre d’essence vaut 5 minutes du salaire moyen contre 8 minutes en 1984.

http://i.imgur.com/xCOlzOJ.jpg

Evidemment l’immobilier a augmenté.

A noter aussi que l’article publié par Que Choisir est beaucoup plus complet (je l’ai sauvegardé quelque part à l’époque, mais je ne lai pas sous la main).

Dernière modification par Fructif (09/10/2017 08h55)

Hors ligne

 

#15 09/10/2017 09h39 → Calculer l'impact de l'inflation sur son épargne ? (inflation)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   77 

Je m’étais abonné à QueChoisir sur les conseils d’un membre de ce BBS, et l’impression que j’en retire est mitigée. Les tests et comparatifs sont sérieux et instructifs, mais malheureusement je trouve souvent l’échantillonage trop orienté "supermarché".

Ce biais est important, car il me semble que si effectivement les prix se sont largement maintenus voire ont baissé sur les biens de consommation courante bas/milieu de gamme, la qualité devient plus rare et plus chère.

Prenons un exemple amusant : le PQ. Avant mon départ pour la Chine il y a 10 ans, la majorité des marques vendues en grande surface en France étaient d’une qualité correcte (pas trop fin, raisonnablement solide) et choisir un paquet quelconque au hasard faisait l’affaire. A mon retour, j’ai eu la surprise de constater que Lotus était devenu un quasi monopole (avec souvent Renova et bien sûr la marque de l’enseigne), et que la qualité était devenue assez catastrophique comparé à un vulgaire paquet de Vinda (维达) à 30 yuan [3.85€] les 10 rouleaux (维达(Vinda) 卷纸 蓝色经典3层200g卫生纸*10卷). Au final, je me retrouve régulièrement à payer ~3.90€ pour 6 rouleaux de Lotus Velours, qui bien qu’inférieur au Vinda demeure acceptable, quand je n’ai pas pu aller à Lidl (www.lidl.fr/fr/marche-lidl.htm?articleId=8861).

Concrètement, pour une valeur "minutes de salaire moyen" constante, on a certes toujours les fesses propres mais le confort n’est pas du tout comparable.

Mon épouse a eu la même désagréable surprise pour les serviettes hygièniques, de qualité déplorable comparé à ce qu’elle utilisait en Chine.

J’ai choisi ces exemples pour leur aspect intime, viscéral et "passage obligé". Personne n’a envie de passer du temps à sélectionner une marque précise de PQ, ou de commander spécialement une marque rare et haut de gamme. Alors on subit et on met malgré tout le paquet le moins mauvais dans le chariot. Cette baisse de qualité évidente m’a contraint à devenir sélectif sur un article qui ne m’intéresse pas ! Et c’est généralisé : pour d’autres biens de consommation relevant du confort de base et de l’alimentation, j’ai du me résoudre à acheter plus cher, en dehors des grandes surfaces, pour obtenir une qualité acceptable.

Cette hausse des prix pour maintenir une certaine qualité de vie est donc invisible pour QueChoisir et son orientation grande surface.

Dernière modification par doubletrouble (09/10/2017 09h45)

Hors ligne

 

#16 09/10/2017 11h52 → Calculer l'impact de l'inflation sur son épargne ? (inflation)

Administrateur
Top 20 Réputation
Réputation :   1712 

doubletrouble a écrit :

Cette hausse des prix pour maintenir une certaine qualité de vie est donc invisible pour QueChoisir et son orientation grande surface.

Cette baisse de qualité est générale.

J’avais une paire de baskets (achetée en 1995) qui m’a duré dix ans. La durée de vie de toutes les chaussures qui ont suivi n’a cessé de se réduire. Les dernières que j’ai achetées (130 € la paire quand même) m’ont duré six mois.

Les fruits et légumes sont de plus ou mauvais (paradoxalement ils sont meilleurs en Espagne qu’en France ?!!), avec par exemple des tomates dures du bois, des poires pas mûres qui semblent en béton ou poudreuses quand elles "mûrissent" à la maison.

Même dans un bête produit comme du riz, on trouve maintenant des traces d’arsenic.

Du coup, il faut acheter bio ou haut de gamme pour retrouver une qualité que l’on avait auparavant dans le milieu de gamme et ça ce pas n’est capté par l’INSEE, Que Choisir ou que sais-je…

Hors ligne

 

#17 09/10/2017 12h30 → Calculer l'impact de l'inflation sur son épargne ? (inflation)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   77 

Au final, non seulement la monnaie est dévaluée par le QE mais les biens et services qu’elle permet d’acheter le sont aussi, plus insidieusement. Cette double érosion est une manière efficace de corriger discrètement l’effet des 30 glorieuses et revenir doucement vers une société Victorienne, tout en préservant les apparences. Voir aussi nos infrastructures publiques de moins en moins entretenues.

Dernière modification par doubletrouble (09/10/2017 12h31)

Hors ligne

 

#18 09/10/2017 14h21 → Calculer l'impact de l'inflation sur son épargne ? (inflation)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   392 

Deb67 a écrit :

C’est facile de truquer cet indice. Certains appareils (genre ordi) voient leurs performances évoluer très vite. Alors il suffit de comparer leur prix actuel à celui d’il y a 3 ans, et voilà qui compense largement l’augmentation du café et des yaourts.
Sans compter qu’ils ont sorti, sans honte, les produits qu’ils massacrent à leur guise (essence, tabac). Et qu’ils n’y incluent pas les impôts (dont les taux et les tranches permettent toutes les manipulations non apparentes dans les prétendus indices).

L’essence et le tabac sont dans l’outil personnalisé de calcul d’inflation  l’INSEE ! Pouvez-vous préciser svp votre pensée ? Sinon c’est de la désinformation/ ou du "râlage" à bon compte.

Sur ces histoires d’inflation, il y a souvent une dérive vers le complotisme et/ou l’incompétence fantasmée de l’INSEE que je trouve curieuse (je ne bosse pas à l’INSEE hein wink )

En tout cas, mes dépenses personnelles (que je suis précisément) ont évolué moins que l’inflation officielle. Je ne pense pas avoir de lunettes roses donc oui ça arrive à des gens et si j’utilise leur outil personnalisé, je tombe assez proche de mes propres calculs (environ 0,5 % / an uniquement depuis plusieurs années, si ! si !).

Je n’ai pas de voitures et pas de carburants (sauf lors de ma location annuelle en vacances, autant dire que c’est peanuts), pas de tabac, je prends depuis longtemps des produits Bio dont j’ai plutôt vu les prix stagner voire baisser (ou être au-dessous de l’inflation) avec l’arrivée de marques Bio plus "grand public" (bon faut dire c’était déjà cher donc ça le reste mais ce qui compte c’est le % d’augmentation pour une inflation), etc. etc.
A côté de ça, je paie MOINS en valeur nominale (alors je ne vous explique pas corrigée de l’inflation) qu’il y 10 ans pour le quatuor : mobile / internet / tel fixe / abonnements musicaux. Mes assurances pour mon fils, mon appart, etc. n’ont pas bougé (donc moins que l’inflation), etc. etc.

Histoire d’avoir un témoignage un peu plus positif wink

Et je ne compte pas acheter à moyen terme ma résidence principale même si je trouve l’idée de christian de se comparer à l’augmentation "d’évolution annuelle des prix immobiliers dans l’ancien" tout à fait pertinente pour son cas personnel mais ce n’est pas le mien.


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

#19 09/10/2017 14h55 → Calculer l'impact de l'inflation sur son épargne ? (inflation)

Modérateur
Top 20 Réputation
Réputation :   1335 

Deb67 a écrit :

C’est facile de truquer cet indice. Certains appareils (genre ordi) voient leurs performances évoluer très vite. Alors il suffit de comparer leur prix actuel à celui d’il y a 3 ans, et voilà qui compense largement l’augmentation du café et des yaourts.
Sans compter qu’ils ont sorti, sans honte, les produits qu’ils massacrent à leur guise (essence, tabac). Et qu’ils n’y incluent pas les impôts (dont les taux et les tranches permettent toutes les manipulations non apparentes dans les prétendus indices).

Si vous avez une meilleure manière de procéder que l’INSEE (qu’on est bien content d’avoir, et qui fourni des statistiques -et le détail des méthodologies utilisées- sur pas mal de choses en France, avec une rigueur que bien des pays nous envient) n’hésitez pas à faire vos propositions.

Sinon, parler de trucage, dans le contexte où vous le faites, ressemble beaucoup à du complotisme et du relayage des rumeurs ou de discussion du café de commerce, ce qui n’a pas vraiment sa place sur le forum (et est contraire à la charte). Je vous suggère de commencer par lire, par exemple à partir de www.google.fr/search?q=inflation+trucage , pour assimiler plusieurs points de vue sur la question, et éventuellement revenir présenter une synthèse avec mise en perspective et des arguments des différents côtés.

PS : Le pain que je peux acheter chez mon boulanger en 2017 (pour guère plus de 3’ de salaire moyen) est d’une qualité bien supérieure à celui que je pouvais acheter il y a 20 ans. (Si ce n’était pas le cas, sans doute qu’il y aurait bien moins de boulangers, et que les supermarchés auraient capté ce marché). Une autre "exception" à méditer sans doute.


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#20 09/10/2017 15h25 → Calculer l'impact de l'inflation sur son épargne ? (inflation)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   167 

Quelques réflexions :

- La BCE suit non seulement l’indice d’inflation dans la zone euro (HICP = Harmonised Index of Consumer Prices), mais aussi l’inflation perçue et les anticipations d’inflation (des consommateurs et des marchés). La Commission européenne coordonne des sondages réguliers sur l’inflation perçue, dont les résultats sont ensuite analysés et utilisés par la BCE (même si bien sûr c’est une donnée moins importante que le HICP dans sa prise de décision sur la politique monétaire).

La dernière enquête de la BCE sur les perceptions d’inflation montre notamment que :
- Les perceptions d’inflation ont toujours largement dépassé le HICP, et ces perceptions d’inflation ont un impact direct sur les anticipations d’inflation.
- La France figure dans les pays où l’inflation perçue est forte (c’était moins le cas au début de la zone euro).
- Les femmes, les jeunes, les pauvres, les personnes qui n’ont pas fait d’études supérieures, tendent à percevoir une inflation plus élevée que les autres. (Mon commentaire : difficile de dire si ces différences sont dues à des modes de consommation différents ou à des perceptions différentes.)
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/12850_perceptions_inflation1.jpg
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/12850_perceptions_inflation2.jpg
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/12850_perceptions_inflation3.jpg
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/12850_perceptions_inflation4.jpg

- A mon avis, la dégradation de la qualité de certains produits est surtout liée à des mécanismes de segmentation de la clientèle : au fil du temps, les entreprises minimisent leurs coûts de production (et la qualité des produits de consommation de masse) en ciblant la qualité "minimale" qui assure l’accès au marché de masse. En parallèle, elles proposent des produits de meilleure qualité à des prix bien plus élevés pour les "privilégiés". Les nouvelles technologies facilitent et accélèrent grandement cette segmentation, en permettant une adaptation des prix beaucoup plus rapide qu’autrefois aux fluctuations de la demande (par exemple : le prix des chambres d’hôtel à Paris).

Pour empêcher des abus, on aurait besoin de politiques de la concurrence efficaces, assurant de faibles barrières à l’entrée pour permettre à la demande de se déplacer en cas de dégradation excessive de la qualité des produits.

Cela dit, ces mécanismes de segmentation sont logiques et normaux dans une économie libérale. Je peux m’en plaindre comme consommateur, mais comme actionnaire je les comprends…

- Pour finir un client d’oeil à propos du nouveau Prix Nobel d’économie Richard Thaler :

Le Figaro a écrit :

Le problème est que chacun de nous est prisonnier de son «mental accounting», sa comptabilité mentale: par ce concept, Thaler a démontré que nous nous construisons des modèles intérieurs qui sont autant de limites à notre action et vont souvent à l’encontre de nos propres intérêts.

Deuxième genre de problème, les «préférences sociales». Chaque individu a une idée de ce qui est «socialement juste». Ainsi se révoltera-t-on si l’on voit que le marchand de parapluies a brutalement augmenté ses prix au moment de l’orage imprévu, au point que sa clientèle risque alors de le boycotter. Ce qui finira par l’obliger à adopter un comportement moins égoïste. Plus généralement nous avons tendance à nous fixer des «références», des limites de prix que nous jugeons acceptables ou non.

Or ces références sont plus ou moins rationnelles en soi. Ainsi Richard Thaler, à partir de travaux de laboratoires, a-t-il pu démontrer que des salariés acceptent plus facilement des hausses de salaires nominales inférieures à l’inflation quand celle-ci est forte, alors qu’ils refuseront des réductions de revenus nominaux limitées quand il n’y a pas d’inflation ni croissance économique. Voilà qui peut sembler banal, mais cela éclaire la problématique des rigidités salariales, notamment en France en période de morosité économique.

Dernière modification par Scipion8 (09/10/2017 15h33)

En ligne

 

#21 09/10/2017 16h16 → Calculer l'impact de l'inflation sur son épargne ? (inflation)

Membre
Réputation :   

Ce que je veux dire est pourtant simple : le coût de la vie ne se limite pas au contenu de l’indice officiel.
Prétendre qu’il s’agirait d’un propos anti-INSEE, ou que sais-je encore, c’est totalement hors sujet.
Les sources ? Chacun peut consulter ses factures d’eau, d’électricité, son avis d’impôts locaux, et constater l’évolution de certains taux au fil des ans.
Mais si le sujet est ici tabou, restons en là.

PS : oui, je pouvais être mal compris, donc : quand je dis truquage, je ne parle pas de l’INSEE, je parle des politiques qui veulent nous faire croire que nos dépenses sont entièrement décrites par cet indice.

Dernière modification par Deb67 (09/10/2017 16h20)

Hors ligne

 

#22 09/10/2017 17h07 → Calculer l'impact de l'inflation sur son épargne ? (inflation)

Membre
Réputation :   

Bonjour,

je rejoins la remarque de doubletrouble et IH,

Ces calculs d’évolution de prix sans considérer la qualité et la composition n’ont guère de sens.

Nous connaissons la baisse de prix importante de l’électroménager blanc
j’ai acheté en 2002 un lave linge à 600 E qui est tombé en panne en 2015.
Nouvel achat (équivalent) à 430 E.

mais si ce nouveau lave linge survit 8 ans seulement, le calcul d’inflation ne tiendra pas compte de cette perte d’usage.
(Votre lave-linge programmé pour vivre moins longtemps qu’avant: vous le saviez? - Arronax sur LePost.fr (15:34))

Le même genre de questionnement se pose dans l’alimentaire :
à produit égal (même référence), quelle certitude avons nous que la composition est restée identique.
faux chocolats, ajouts d’huiles de palme, …
Dans l’habillement, j’observe comme d’autres personnes la baisse de qualité des chaussettes, des culottes, des tee-shirt, des jeans …
Les jouets ? comparez un Monopoly d’il y a 20-30 ans avec une boite vendue aujourd’hui. Le produit d’aujourd’hui fait vraiment cheap.

Et rappelons au passage qu’une part de la baisse des prix est due à la délocalisation massive de la production manufacturée (excellent pour nos emplois français !)

Une faible inflation, est ce si bien ? personnellement, j’en doute.

Et pour revenir à la remarque sur le pain, si celui ci était meilleur aujourd’hui (ce qui reste à démontrer), n’est ce pas à coup de dizaines d’additifs ajoutés par les meuniers dans leurs farines prêtes à l’emploi ?
Et quitte à parler boulangerie, quid des viennoiseries et des gateaux industriel vendus en boulangerie ?

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech