Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

Nouveau venu dans cette longue discussion ? Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

#251 13/08/2019 07h19 → Rentier en 20 ans : comment lancer sa fusée ? (actions, intérêts composés, épargne)

Membre
Réputation :   

Indéniablement le cdi, les banques demandent  généralement un ancienneté de 12-24 mois en interim avant d’envisager un prêt immo.

Hors ligne

 

#252 13/08/2019 07h21 → Rentier en 20 ans : comment lancer sa fusée ? (actions, intérêts composés, épargne)

Membre
Réputation :   26 

30 ans pas certaine que vous trouviez facilement.  25 ans c’est déjà plus répandu.

La logique des banques c’est quand même le CDI. C’est une des premières pièces qu’ils demandent dans le dossier.

Après rien ne vous empêche de commencer en CDI pour faire vos premiers crédits.  Repartir en interim quelques années après pour gagner mieux. D’ici là le restant dû de vos premiers crédits auront diminué et vous aurez déjà un patrimoine pour les crédits suivants qui pourront éventuellement rassurer les banques. 
A voir à ce moment-là.

Hors ligne

 

#253 13/08/2019 07h54 → Rentier en 20 ans : comment lancer sa fusée ? (actions, intérêts composés, épargne)

Membre
Réputation :   

Bonjour

C’est juste que les CDIs dans les ESNs proposent des salaires en général 30 % plus bas que les contrats d’intérim pour effectuer le même type de travail.

Avec un diplôme d’ingénieur et un intérim, il n’y a pas moyen d’avoir un prêt, on vit dans un monde ou il faut accepter un salaire plus bas pour pouvoir emprunter. Je ne comprends pas la logique des banques. Si je gagne plus, je peux épargner plus et donc payer plus de frais de courtage sur mon PEA. Surtout que je peux rembourser mon prêt avec mon épargne, c’est pas comme ci, je n’avais pas d’épargne.

Le gros problème avec le CDI s’est la période de 3 mois de préavis que l’on ne retrouve pas dans les CDDs et intérim. Trois mois,lorsque les conditions sont dégradés, c’est très long.

Tata

Hors ligne

 

#254 13/08/2019 08h19 → Rentier en 20 ans : comment lancer sa fusée ? (actions, intérêts composés, épargne)

Membre
Réputation :   20 

Ezerian a écrit :

Bonjour,

Dès que j’ai finis mon stage de fin d’études et que je reviens en France métropolitaine, je vais avoir deux choix niveau travail :

- intérim de 18 mois à 45.000 € brut par an ou
- CDI à 33.000 € brut par an dans une ESN

C’est quoi pour vous le mieux pour avoir un emprunt de 25/30 ans selon vous ?

Merci

Tata

Bonjour,

Le mieux serait de finir la période d’essai dans la SSII (je ne m’y fais pas à ESN), faire le crédit et sauter sur l’intérim à 18mois si possible.

En ligne

 

#255 13/08/2019 08h33 → Rentier en 20 ans : comment lancer sa fusée ? (actions, intérêts composés, épargne)

Membre
Réputation :   45 

Bonjour,

Dans mon cas (LBP) c’était mieux le CDI ; une fois passée la période d’essai, vos revenus sont pris en compte contrairement à l’intérim qui demandait à ce que vous puissiez justifier de la régularité et du renouvellement du contrat.

Hors ligne

 

#256 13/08/2019 09h41 → Rentier en 20 ans : comment lancer sa fusée ? (actions, intérêts composés, épargne)

Membre
Réputation :   

Après il ne faut pas dramatiser, il est possible d’emprunter avec une mission d’interim. Le parcours sera simplument plus long et penible. Idealement si vous avez une bonne relation avec votre banquier (ou un banquier de famille) ainsi que des garants …

Mon choix se porterait vers la mission d’interim à 45ke si c’est une opportunité qui offre plus de possibilités d’évolution. Il ne faut pas exagérer le bénéfice du levier d’emprunt. A vous d’arbitrer entre retarder un achat de 2 ans mais encaisser 10ke par an de salaire supplémentaire et le réaliser de suite. Le résultat se calcule relativement aisément et en première approximation il doit aller au bénéfice de l’interim.

Hors ligne

 

#257 14/08/2019 06h12 → Rentier en 20 ans : comment lancer sa fusée ? (actions, intérêts composés, épargne)

Membre
Réputation :   10 

Ezerian a écrit :

Bonjour,

Dès que j’ai finis mon stage de fin d’études et que je reviens en France métropolitaine, je vais avoir deux choix niveau travail :

- intérim de 18 mois à 45.000 € brut par an ou
- CDI à 33.000 € brut par an dans une ESN

C’est quoi pour vous le mieux pour avoir un emprunt de 25/30 ans selon vous ?

Merci

Tata

Bonjour, tout d’abord je suis "rassuré" de voir que les grilles de salaires que j’ai connu dans les ESN n’ont pas trop évolué. On peut donc faire des simulations plus générales.

Pour répondre à votre question, en général le CDI est mieux quand on parle d’un emprunt sur 30ans.
Maintenant au vu de votre patrimoine actuel, si vous êtes raisonnable dans la somme a emprunter, vous pouvez peut être voir avec votre banquier dans quelles mesures votre patrimoine actuel peut servir de garantie sur un emprunt.

Vous pouvez faire un business plan solide pour démontrer votre motivation et votre gestion du de cash flow et des risques. Il y a pleins d’indépendants qui empruntent sans avoir de CDI, donc bon.

Dernière modification par Swingueur (14/08/2019 06h15)

Hors ligne

 

#258 14/08/2019 09h14 → Rentier en 20 ans : comment lancer sa fusée ? (actions, intérêts composés, épargne)

Membre
Réputation :   26 

Swingueur a écrit :

Maintenant au vu de votre patrimoine actuel, si vous êtes raisonnable dans la somme a emprunter, vous pouvez peut être voir avec votre banquier dans quelles mesures votre patrimoine actuel peut servir de garantie sur un emprunt.

En reprenant le point de Swingueur, vous avez le crédit in fine. Pas forcément adapté à votre profil mais qui reste une piste.

Crédit à taux fixe et non amortissable, vous ne remboursez tous les mois que les intérêts et assurance pendant toute la durée du crédit.
Le remboursement du capital se fait à la fin en une seule fois.

Le crédit est souvent associé à une assurance-vie (ce sera une épargne de capitalisation). L’épargne permettra le remboursement à la fin du capital du crédit.
Les conditions de l’AV sont vues avec le banquier au montage du crédit. Ça peut aller de 10 à 50% du prix en apport puis vous devez compléter chaque mois l’AV pour arriver à la somme du capital en fin de crédit pour rembourser. 

Vous trouverez des informations sur internet sur le sujet.  Je ne suis pas très calée sur ce type de crédit car je ne prends que des prêts amortissables.

Dernière modification par Gwen11 (14/08/2019 09h16)

Hors ligne

 

#259 15/08/2019 10h38 → Rentier en 20 ans : comment lancer sa fusée ? (actions, intérêts composés, épargne)

Membre
Réputation :   

@ Ezerian

Le premier salaire est très important et sert un peu de base pour les évolutions salariales futures. Ce n’est pas logique mais malheureusement ça marche comme ça. Les entreprises sont réticentes à donner des augmentations trop importantes en pourcentage.

Personnellement, je vous recommanderais de choisir l’intérim.

Sinon une remarque sur les jeunes de 25 ans qui débutent leur carrière avec un patrimoine de 135k€ … je pense que c’est extrêmement rare, votre avis est biaisé sans doute car vous venez d’un milieu aisé et forcément fréquentez des jeunes avec une situation similaire.

Hors ligne

 

#260 16/08/2019 00h03 → Rentier en 20 ans : comment lancer sa fusée ? (actions, intérêts composés, épargne)

Membre
Réputation :   

Merci Banane pour ce retour,

Je vais prendre RDV à la banque CA en novembre (retour en métropole) pour voir combien ils peuvent me prêter pour de l’immobilier (SCPI et Immobilier direct).

Le premier salaire est important.
Il est encore plus important si on désire travailler pendant 42 ans.
Les futurs rentiers que nous sommes, n’allons travailler max 25 ans normalement donc il y a moins d’augmentations salariales à prévoir.

Tata

Hors ligne

 

#261 16/08/2019 05h15 → Rentier en 20 ans : comment lancer sa fusée ? (actions, intérêts composés, épargne)

Membre
Réputation :   

Les augmentations salariales ne sont pas linéaires, disons que sans changement particulier, c’est du 3-5% par an mais en changeant d’entreprise ou via une promotion, on peut souvent faire du +10% et plus. Puis en fin de carrière si on est sur le même poste, le salaire a tendance à stagner. C’est surtout en début de carrière que les sauts peuvent être les plus importants, par exemple au bout de 2 ans, 5 ans, 10 ans en passant de débutant à confirmé puis senior. Du coup c’est encore plus important pour les gens souhaitant une carrière courte smile

Hors ligne

 

#262 04/11/2019 09h19 → Rentier en 20 ans : comment lancer sa fusée ? (actions, intérêts composés, épargne)

Membre
Réputation :   19 

vauban a écrit :

Ce que j’ai écrit, c’est qu’il est par exemple possible d’atteindre une performance de 15 % / an en cumulant une performance de 10 % / an en actions et une performance de 5 % / an sur de l’immobilier résidentiel locatif à crédit.

Bonjour, je ne comprend pas votre calcul.

Si on investi la moitié de notre patrimoine avec un rendement de 10% et les 50% restant avec un rendement de 5%. On a un rendement final de ((10+5)/2)= 7,5% non ?

Hors ligne

 

#263 04/11/2019 09h32 → Rentier en 20 ans : comment lancer sa fusée ? (actions, intérêts composés, épargne)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   693 

Non car Vauban parle d’immobilier à crédit sans apport ce qui fera 5% (12% - 5% charges -2% crédit) en plus des liquidités investies en actions à 10%
Ca reste très théorique, encore faut-il réussir à obtenir 10% de rendement annuel en bourse et réussir un investissement immobilier à crédit chose que l’on ne pourra juger que sur le long terme une fois l’emprunt soldé et le bien vendu.

A ce compte là investir dans de l’immobilier à crédit à "5%" (sur quelle base ? Ce que cela permettra d’investir en bourse ?) est étrange car sans liquidités/apport on a une rentabilité infinie du fait du levier du crédit.


Parrain ING 80€ code JXZUFCB, BforBank, TOTAL Direct Energie

Hors ligne

 

#264 04/11/2019 10h01 → Rentier en 20 ans : comment lancer sa fusée ? (actions, intérêts composés, épargne)

Membre
Réputation :   19 

Merci.

Pour l’instant je table sur du 5% de rendement en bourse pour etre plus réaliste en tant que débutant (portefeuille de 1 an à peine). Au bout de 5 à 10 ans les intérêts composés et les augmentations de dividende me permettront j’espère de monter à 7-8%.

Pour ce qui est de l’immobilier locatif sans apport, je trouve cela très interessant car on fait travailler de l’argent que l’on a pas. Mais de la à dégager un cash flow après tous les retraits (impots, pret, charges, vacances locatives…) cela me parait compliqué à moins de beaucoup s’investir (faire des travaux pour acheter des biens moins chers et réduire le montant des mensualités, location saisonnière).

Je sais qu’en bourse on peut utiliser le levier pour certaines opérations mais beaucoup de personnes du forum le déconseille.
- Y a t’il des cas moins risqués ?
- Emprunter à 1% avec un crédit conso pour acheter des ETF ou actions à dividendes vous parait il judicieux ?

- Utiliser le crédit sur autre support (SCPI, crowfundig…) vous parait elle valable ?

Hors ligne

 

#265 04/11/2019 10h28 → Rentier en 20 ans : comment lancer sa fusée ? (actions, intérêts composés, épargne)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   693 

gandolfi a écrit :

- Y a t’il des cas moins risqués ?

Non. C’est mécanique, plus de rendement, plus de risque. A chacun de se spécialiser dans un domaine pour "maîtriser" (on n’en a jamais toute la maîtrise…) ce risque et surtout le comprendre.

gandolfi a écrit :

- Emprunter à 1% avec un crédit conso pour acheter des ETF ou actions à dividendes vous parait il judicieux ?

Non, ces emprunts sont sur une durée courte, ça peut vous faire investir au plus mauvais moment, tout comme cela peut marcher. Tentant mais peut s’avérer piégeux.

gandolfi a écrit :

- Utiliser le crédit sur autre support (SCPI, crowfundig…) vous parait elle valable ?

Sur le "crowfundig" je n’en ai jamais entendu parler, sur les SCPI c’est possible mais les taux et conditions sont souvent peu avantageux, le choix SCPI plus ou moins imposé par le montage.
Sur le risque d’un tel placement, si tout le monde le propose et en parle, c’est que justement cela fait peser un risque supplémentaire, notamment quand plus de monde voudra sortir qu’investir.


Parrain ING 80€ code JXZUFCB, BforBank, TOTAL Direct Energie

Hors ligne

 

#266 04/11/2019 10h35 → Rentier en 20 ans : comment lancer sa fusée ? (actions, intérêts composés, épargne)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   462 

gandolfi a écrit :

Pour l’instant je table sur du 5% de rendement en bourse pour etre plus réaliste en tant que débutant (portefeuille de 1 an à peine).

Etant sur la file "lancer sa fusée", 5% de rendement ne parait pas adapté du tout… avec 5%, c’est au mieux un petit avion.
Si vous êtes dans l’optique de lancer une fusée, pourquoi ne pas simplement faire confiance à des professionnels ayant un long track-record ? Berkshire Hathaway (BRK) a une performance annualisée de 12% sur les 10 dernières années (en capitalisant, donc sans impact des impôts pendant la phase de capitalisation)

Au bout de 5 à 10 ans les intérêts composés et les augmentations de dividende me permettront j’espère de monter à 7-8%.

Sur votre mise, peut-être, mais probablement pas sur votre patrimoine. Votre rendement a de grandes chances de rester constant (quand une entreprise augmente son dividende, il est courant que le cours colle cette évolution, voir fasse mieux.

Je sais qu’en bourse on peut utiliser le levier pour certaines opérations mais beaucoup de personnes du forum le déconseille.
- Y a t’il des cas moins risqués ?

Mais dans ce fil de discussion, on parle de lancer une fusée, alors le risque est obligatoire. Il faut savoir ce que vous voulez faire décoller: un ULM, un biplan, un Boeing, ou une Saturn V.
Pour ceux qui visent une fusée, alors l’achat avec levier (sur marge) me semble essentiel.

Si ce levier vous permet d’investir plus dans une entreprise moins risquée, il peut réduire le risque global.
Exemple: vous envisagez d’investir 100K€ sur une REIT médiocre au rendement de 10% pour obtenir 10K€/an. A la place, vous pourriez envisage d’investir 200K€ (dont 100K€ sur marge) sur un panier d’actions à 5% de rendement.

Le second me parait moins risqué.

- Emprunter à 1% avec un crédit conso pour acheter des ETF ou actions à dividendes vous parait il judicieux ?

Le crédit conso ne permet pas de faire de levier (enfin, si, mais minime), à moins de le faire roule, mais ce n’est pas toujours facile et demande une bonne organisation.
Le levier en bourse doit passer par l’achat sur marge (degiro / IB). L’appel de marge vous "protégeant" contre le risque de perdre plus que votre apport (contrairement aux autres types d’emprunts).
Attention, cette "protection" n’est efficace que sur un portefeuille un minimum diversifié, et elle augmente le risque de tout perdre ("tout" n’étant hélas pas le maximum en bourse…)

Je résume: pour lancer une fusée, viser des actions très rentables, et utiliser copieusement l’achat sur marge. Même si votre fusée explose, vous ne ferez que perdre vos économies, mais tant que vous avez un emploi vous ne devriez rien perdre de plus.


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

Hors ligne

 

[+1]    #267 04/11/2019 11h27 → Rentier en 20 ans : comment lancer sa fusée ? (actions, intérêts composés, épargne)

Membre
Réputation :   14 

Bonjour Gandolfi…

Oui bien sûr !
Le crédit est un effet de levier simple.
A partir du moment qu’il peut être remboursé, le gain est simple: Globalement,c’est la différence entre le taux du crédit et le taux de rémunération de l’actif investi. Avec des taux bas, il faut emprunter.

Personnellement, j’ai souvent utilisé ce procédé, lorsqu’une bonne opportunité d’achat d’actif se présentait et que je manquais de liquidité ( Exemple: Avant l’augmentation d’une part SCPI…). Le timing est une clef de réussite d’un investissement.

Une astuce trop oubliée est " l’avance en assurance-vie".  Elle permet d’emprunter un montant important de son propre capital a/v sans faire de retrait. Le contrat continue de fonctionner à l’identique ! Le coût réel est la différence entre le taux de l’avance et le taux de rémunération dudit contrat. Cette différence reste actuellement assez faible et permet donc d’emprunter pour épargner! Autres atouts, l’avance peut être consentie sur une longue période ( Trois à neuf ans) et au pire, elle peut ne pas être remboursée! (L’assureur l’assimile alors à un retrait). Elle ne subit pas de frais de remboursement… Consulter son assureur, car certaines modalités diffèrent selon les contrats ( Montant que l’on peut emprunter, taux…). Mais c’est un moyen de levier très intéressant et trop oublié. 
Idem, j’’ai beaucoup utilisé ce levier pour l’achat de part SCPI, avec un gain assuré.

Par contre effectivement, l’effet de levier en bourse est effectivement à manier avec une prudence extrême.Car la volatilité forte de l’actif peut entraîner des pertes très rapides. Par contre, son procédé
( Par exemple par un CFD) reste très simple.
     
Bien à vous

Hors ligne

 

#268 04/11/2019 11h44 → Rentier en 20 ans : comment lancer sa fusée ? (actions, intérêts composés, épargne)

Membre
Réputation :   15 

Si vous souhaitez vous convaincre de l’intérêt du crédit, je vous conseille cet article :
Investir un crédit - calcul des intérêts
Il faut le lire avec un brouillon et un crayon pour refaire les calculs, mais il est bourré de données intéressante. L’auteur indique par exemple que si vous êtes prêt à épargner 200€ par mois, il est judicieux d’emprunter un montant dont le remboursement est justement de 200€ par mois, pour profiter des intérets de l’ensemble de la somme dès le début. Le risque est d’être capable d’épargner ces 200€ en permanence, car autant on peut s’abstenir d’alimenter un PEA ou une AV un mois ou 2 en cas de coup dur, autant il peut être difficile de le faire pour un crédit.

En ligne

 

#269 04/11/2019 13h17 → Rentier en 20 ans : comment lancer sa fusée ? (actions, intérêts composés, épargne)

Membre
Réputation :   19 

@Faith

J’interpretais "lancer une fusée" comme une expression pour établir une tactique d’investissement  mais je ne l’associais pas forcément à l’obligation de forte rentabilité donc fort risque.

C’est une bonne remarque pour le fond BRK. J’hésitais sur CTO à cause de l’impôt mais je peux me lancer sur ce type d’action ou ETF capitalisant.
- il faudra juste que je réfléchisse aux manières d’optimiser au mieux l’impot lors de la vente.

- Je vais me renseigner pour l’achat sur marge avec mon CTO chez degiro.

Votre remarque sur le panier d’action à 5% avec une marge me parait intéressante. Il me reste à voir les modalités. Impossible sur PEA je pense. Il y a donc le problème de la fiscalité en CTO.

@Bernardo
Merci pour votre info je ne connaissais pas. Je vais voir si je peux utiliser cela avec mes contrats Suravenir, Spirica, eurossima chez ING ou Netissima chez Boursorama et leurs couts.
- Si quelqu’un à des infos n’hesitez pas.

Cela pourrait me permettre d’investir sur le panier d’action à 5% (proposé par Faith)  mais dans un PEA pour alléger la fiscalité. Pour les SCPI à crédit je reste un peu plus sur la réserve étant donné l’évolution future des taux d’interets et la conséquence sur celles-ci.

@leportois
Je vais étudier cet article et faire des simulations

Au final je me demande si c’est si risqué d’utiliser une marge ou crédit long pour un panier d’aristocrates à 5% par exemple.
Les contraintes sont de s’assurer d’une bonne gestion de la fiscalité en CTO et de la surpondération de certaines actions à fort rendement comme Total, Bouygues, AXA pour atteindre ce rendement….

Ce sont des entreprises solides, relativement stable et ayant une politique de versement du dividende sur la durée. Et en cas de baisse on a toujours les dividendes pour nous permettre d’attendre la remontée. Je pense que cela peut etre une bonne alternative pour quelqu’un ayant les moyens de rembourser avec son épargne mensuel pour investir une plus grosse somme dès le départ.

Par contre si on se sert des dividendes pour rembourser le pret cela permet d’optimiser encore plus l’effet de levier mais c’est plus risqué et plus confisqué fiscalement four sortir les dividendes.

Qu’en pensez vous ?

Hors ligne

 

#270 04/11/2019 14h12 → Rentier en 20 ans : comment lancer sa fusée ? (actions, intérêts composés, épargne)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   462 

leportois a écrit :

Le risque est d’être capable d’épargner ces 200€ en permanence, car autant on peut s’abstenir d’alimenter un PEA ou une AV un mois ou 2 en cas de coup dur, autant il peut être difficile de le faire pour un crédit.

D’une part, j’aimerais signaler qu’à l’origine, la discussion tourne autour de 2000€ d’épargne mensuelle, donc a priori un crédit du même ordre. Et d’autre part que gandolfi mentionnait un crédit à la consommation (donc court terme, et hautes mensualités), beaucoup, beaucoup moins intéressant qu’un crédit à 25 ans.

De plus, il est important de préciser qu’il y a en fait 2 risques au fait de faire un emprunt:
- le risque de remboursement. Ici on parle de mensualités élevées, et d’un placement en actions. Une crise économique entrainerait une baisse massive des actions + un risque sur votre emploi.
- le risque d’investir au mauvais moment. Emprunter une (très) grosse somme pour investir permet d’être gagnant seulement si on investit rapidement cette somme. Plus on attend, moins le levier est efficace. Or si investir en une fois a une espérance de gain supérieure, son risque est également beaucoup plus élevé (d’autant plus si on cible des entreprises à haut risque)

gandolfi a écrit :

J’interpretais "lancer une fusée" comme une expression pour établir une tactique d’investissement  mais je ne l’associais pas forcément à l’obligation de forte rentabilité donc fort risque.

Je comprends, mais lisez le premier message de cette discussion: le projet est véritablement de lancer une fusée. Un départ terriblement puissant pour un objectif ambitieux à grande vitesse.
Si vous visez plus modeste (et plus sécuritaire), n’hésitez pas à détailler votre projet dans votre file de portefeuille: je vois que vous y mentionnez des interrogations sur votre performance actuelle et votre age… une stratégie "fusée" pourrait ne pas être idiote (à choisir ensuite entre Saturn V, Falcon 9 ou une Terran I)


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

Hors ligne

 

#271 05/11/2019 17h54 → Rentier en 20 ans : comment lancer sa fusée ? (actions, intérêts composés, épargne)

Membre
Réputation :   19 

bernardo1 a écrit :

Bonjour Gandolfi…

Une astuce trop oubliée est " l’avance en assurance-vie".  Elle permet d’emprunter un montant important de son propre capital a/v sans faire de retrait. Le contrat continue de fonctionner à l’identique ! Le coût réel est la différence entre le taux de l’avance et le taux de rémunération dudit contrat. Cette différence reste actuellement assez faible et permet donc d’emprunter pour épargner! Autres atouts, l’avance peut être consentie sur une longue période ( Trois à neuf ans) et au pire, elle peut ne pas être remboursée! (L’assureur l’assimile alors à un retrait). Elle ne subit pas de frais de remboursement… Consulter son assureur, car certaines modalités diffèrent selon les contrats ( Montant que l’on peut emprunter, taux…). Mais c’est un moyen de levier très intéressant et trop oublié. 
Idem, j’’ai beaucoup utilisé ce levier pour l’achat de part SCPI, avec un gain assuré.

   
Bien à vous

LEs avances

ING GENERALIE VIE a écrit :

Taux d’intérêt de l’avance :

L’avance produit des intérêts calculés au jour de son remboursement selon un fractionnement quotidien.
Le taux d’intérêt des avances, déterminé par l’Assureur, est égal chaque mois au plus élevé des deux taux suivants :
• Le  taux  moyen  de  rendement  des  actifs  (TRA)  de  l’année  précédente  détenus  par  la  Compagnie  Generali  Vie  en  représentation  des  engagements au titre des contrats/des adhésions de même catégorie majoré de 0,2 point.
• Le taux moyen des emprunts (TME) du mois précédent majoré de 1 point.

Si  le  remboursement  de  l’avance  intervient  au  début  de  l’année  civile,  lorsque  le  TRA  de  l’année  précédente  (N-1)  n’est  pas  encore  connu,le  calcul  des  intérêts  de  l’avance  sera  effectué  en  appliquant  la  formule  ci-dessus  avec  le  TRA  de  (N-2)  au  lieu  du  TRA  de  (N-1),  donc  en  appliquant le plus élevé des taux entre le TRA de (N-2) majoré de 0,2 point et le TME du mois précédent majoré de 1 point.Le  TRA  est  indiqué  sur  les  lettres  d’informations  annuelles.  L’Assureur  fournira,  sur  simple  demande  écrite,  le  taux  d’intérêt  appliqué  aux  avances en cours ainsi que le montant des sommes restant dues (en capital et intérêts).

Suravenir linxea a écrit :

MONTANT DE L’AVANCE : Le montant total des avances consenties ne peut dépasser 60 % de la valeur de rachat du contrat.

DURÉE DE L’AVANCE : L’avance prend effet à la date d’enregistrement de l’avance dans le système d’informa-tion de Suravenir, sous réserve de :
- la signature de l’avenant de demande d’avance et du présent règlement par le sous-cripteur/adhérent,
- l’expiration d’un délai de six mois à compter de la date d’effet du contrat,
- l’absence de nantissement et/ou de délégation de créance et/ou toute autre garantie grevant le contrat.
L’avance est consentie pour une durée de 3 ans et doit être remboursée, majorée des intérêts, à l’issue de cette période. Au terme de ces 3 ans, l’avance peut être renouvelée une seule fois pour une nouvelle durée de 3 ans.
Le souscripteur/adhérent reconnaît avoir connaissance que tout abus pourrait  être requalifié en rachat par l’administration fiscale et, par conséquent, faire l’ob-jet d’un redressement fiscal.

TAUX D’INTÉRÊT DE L’AVANCE :
Le taux d’intérêt de l’avance est déterminé annuellement par l’assureur dans la limite du plus élevé des 2 taux suivants :
- moyenne des TME (Taux Moyen d’emprunt  d’État), sur les 6 derniers mois de l’année, assorti d’un taux de frais de 2 % maximum,
-  taux  de  revalorisation  du  fonds  en  euros  +  1  %  (du  fonds  en  euros  si  le  contrat  a  un  seul  fonds  en  euros  ou  taux  de  revalorisation  le  plus  élevé  si  le  contrat  propose  plusieurs fonds en euros). Ce taux s’applique sur l’intégralité des sommes dues au titre de  l’avance  (montant  de  l’avance  et  intérêts).  Les  intérêts  sur  avance  sont  calculés  à  compter  de  la  date  d’effet  de  l’avance.  Ils  sont  calculés  quotidiennement  au  prorata  du nombre de jours écoulés entre la date d’effet et le 31 décembre sur la base du taux d’intérêt prévu ci-dessus

Taux de l’avance : fixé annuellement par Suravenir selon les modalités définies dans le règlement général des avances ci-dessous (à titre indicatif, il est de  3,80 % pour l’année 2019).

SPIRICA trouvé sur linxea a écrit :

2. Durée de l’avance : L’avance doit être utilisée uniquement pour répondre à des besoins de financement  ponctuels  et  à  caractère  exceptionnel. L’avance  vous  est consentie  pour  une  durée  de  3  ans  renouvelable  deux  fois,  par  tacite reconduction. La durée totale de chaque avance ne peut excéder 9 ans. Au terme de ce délai, le montant total de l’avance (principal et intérêts) doit être intégralement remboursé. Tout versement, autre que les versements libres programmés, effectué sur un contrat(2) sur lequel une avance est en cours  sera  affecté  en  priorité  au  remboursement  total  ou  partiel  de l’avance (principal et intérêts).

3. Taux d’intérêt de l’avance : L’avance produit des intérêts calculés le jour de son remboursement selon un fractionnement quotidien. Pour les années civiles précédant l’année du remboursement définitif de l’avance, les taux mensuels applicables seront égaux au Taux Moyen des  emprunts d’Etat à long terme (TME) majoré de 1 point. Ces taux mensuels ne pourront être inférieurs au taux de participation aux bénéfices du Fonds Euro Général constaté pour chaque année civile majoré de 1 point.

Pour l’année de remboursement définitif de l’avance, les taux mensuels applicables seront égaux au Taux Moyen des emprunts d’Etat à long terme (TME) majoré de 1 point.
Pour mémoire : en présence d’une avance, l’épargne gérée sur le contrat(2)continue  à  être  rémunérée  en  totalité  selon  les  règles  définies  aux Conditions Générales de votre contrat(2).

4. Remboursement de l’avance : L’avance (principal et intérêts) est remboursable à tout moment et au plus tard à son 9ème anniversaire.  Le remboursement de l’avance prendra effet le jour de l’encaissement par Spirica. En cas de non remboursement préalable de l’avance (principal et intérêts) dans le cadre d’un rachat total, de l’arrivée à terme du contrat(2) ou d’un décès, les sommes dues viendront en diminution de la prestation exigible au titre du rachat, du terme ou du décès. Aucun remboursement d’avance ne  pourra  être  effectué  par  le(s)  Bénéficiaire(s)  en cas  de  décès préalablement au paiement du capital décès. Si le montant de l’avance à rembourser devient supérieur à 80% de la valeur de rachat du contrat(2), Spirica vous en informera et vous demandera le remboursement  de  tout  ou  partie  de  l’avance  afin  d’être  de  nouveau conforme avec  les  critères  présentés  au point  1  de  ce règlement.  Si  le remboursement  demandé  n’est  pas  effectué  dans  un  délai  d’un  mois, Spirica sera en droit de procéder automatiquement au rachat partiel ou total du contrat(2) en sa faveur, afin de rembourser le montant de votre avance. Le solde du rachat vous reviendra. La fiscalité applicable par défaut sera le prélèvement libératoire forfaitaire. Si, à la suite d’un rachat total, le compte d’avance ne pouvait pas être entièrement soldé, vous vous engagez à en régler le solde à Spirica dans les plus brefs délais.

J’ai trouvé ces infos sur le web.

- Au vu de ce que vous lisez quelle assurance vie vous semble la plus intéressante pour demander cette avance ? Spirica permet un pret de 9 ans c’est pas mal.
- Je ne sais pas dans quel cas on risque un redressement (voir suravenir).
- Apparemment on rembourse à la fin uniquement non ?
- Est ce que cela rentre dans le taux d’endettement calculé par la banque ?

Dernière modification par gandolfi (05/11/2019 18h43)

Hors ligne

 

#272 05/11/2019 18h55 → Rentier en 20 ans : comment lancer sa fusée ? (actions, intérêts composés, épargne)

Membre
Réputation :   14 

Bonjour Gandolfi…

"J’ai trouvé ces infos sur le web.
- Au vu de ce que vous lisez quelle assurance vie vous semble la plus intéressante pour demander cette avance ? Spirica permet un pret de 9 ans c’est pas mal.
- Je ne sais pas dans quel cas on risque un redressement (voir suravenir).
- Apparemment on rembourse à la fin uniquement non ?
- Est ce que cela rentre dans le taux d’endettement calculé par la banque ?   "

1. L’avance fonctionne comme un prêt in fine. Le capital peut être remboursé à tout moment et au plus tard avant le terme prévu.
2. Le risque fiscal? Si l’avance n’est pas remboursée au terme prévu, elle sera considérée fiscalement comme un retrait. ( C’est logique). Bien gérer ce point.
3. Le contrat A/V donneur fonctionne à l’identique et son taux d’intérêt moyen varie, bien entendu, selon le contrat,  les supports choisis …Aussi, il faut sortir sa calculette :
En débit : Le taux de l’avance
En crédit : Le taux moyen de rémunération dudit contrat + l’utilisation possible de l’avance 
   (NB : Attention, en principe, en cas d’avance en cours  sur un contrat, on ne peut y reverser. Logique)
Avis simple:  Au regard du tableau ci-dessus, Spirica et Générali sont proches et bien placés.
Voilà pour trois points.
Bien à vous

Hors ligne

 

#273 05/11/2019 18h57 → Rentier en 20 ans : comment lancer sa fusée ? (actions, intérêts composés, épargne)

Modérateur
Top 20 Réputation
Réputation :   1808 

A propos des avances sur AV : dès lors que le contrat a plus de 8 ans, comme le taux payé pour une avance sera quasiment toujours supérieur au taux de rendement de l’AV (sauf à prendre des risques sur des UC, et tomber sur une période où elles montent) (je suppose qu’on fait une avance en face de cash investi sur le fond €uros), sur un contrat sans frais sur versement, il est quasiment toujours bien plus avantageux de faire un retrait partiel (suivi éventuellement d’un versement) qu’une avance (suivie d’un remboursement). 

La "popularité" des avances (et les mauvais réflexes pris par certains) date surtout d’une époque où il y avait des frais conséquents sur les versements. Peut-être aussi de l’illusion d’avoir un crédit avec un taux qui serait la différence entre le cout de l’avance et le rendement du fond euro, alors que le vrai coût (celui qu’on peut comparer avec le cout d’un emprunt normal) est bien celui de l’avance.


J'écris comme "membre" du forum, sauf mention contraire. (parrain Fortuneo: 12356125)

Hors ligne

 

#274 05/11/2019 21h34 → Rentier en 20 ans : comment lancer sa fusée ? (actions, intérêts composés, épargne)

Membre
Réputation :   19 

Merci pour vos remarques.

De ce que j’ai compris

- Le coté intéressant c’est d’avoir un crédit in fine sur 9 ans sans justificatif.
- Mais ce crédit à un taux important (2% du fond euro + 1%)= 3% en moyenne. De plus l’argent est bloqué donc il n’y a pas d’effet de levier.

Au final je pense que cela na vaut pas la coup hormis avoir la possibilité de gagner + de 5% (3% du crédit à rembourser + 2 % initiaux que l’on aurait gagné avec le fond euro) sur ces 9 ans.

Hors ligne

 

#275 06/11/2019 08h37 → Rentier en 20 ans : comment lancer sa fusée ? (actions, intérêts composés, épargne)

Membre
Réputation :   55 

gandolfi a écrit :

- Utiliser le crédit sur autre support (SCPI, crowfundig…) vous parait elle valable ?

Concernant le crowdfunding je dirais éventuellement le crowdfunding immobilier avec un emprunt sur 18 mois ou deux ans aux conditions de Boursorama (0,95 %) par exemple.

Il y a même une plateforme, à savoir Clubfunding, dont les projets proposés très régulièrement (environ 1 par semaine actuellement) remboursent les intérêts (uniquement les intérérêts*) mensuellement. C’est la seule que je connaisse à faire cela (je précise bien : pour le crowdfunding immobilier).

Toutefois, même si l’on se diversifie sur plusieurs projets, on resterait concentré sur une seule plateforme.

* Une avance sur titres serait donc peut-être plus appropriée.

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech