Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ? Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

[+2]    #1 23/07/2020 08h33

Membre
Réputation :   20  

Je suis surpris que le sujet suivant ne soit pas plus évoqué sur le forum.

J’ai cherché mais je n’ai pas trouvé de fil parlant réellement de cela. J’ai hésité avec le fil "lancer la fusée", mais il y est plutôt question de chercher les 15% de rendement, j’aimerais ici parler de l’autre chemin..

Postulat de base

Si on considère la règle des 4%, et un niveau de vie "raisonnable" en France, il faut atteindre 1M de capital pour devenir rentier.
Avec 10% de rendement annuel, si on suppose pouvoir placer 1000€ par mois (ce qui est énorme pour la plupart des français).. il faut 23-24 ans !

Alors deux solution:
- 1/ faire mieux que 10% de manière stable
- 2/ augmenter l’épargne

Je pense que 1/ est impossible sur le long terme.

Pour 2/, on peut vivre frugalement, mais il y a une limite.
Si on reste dans les normes, qu’on construit une famille.. il faut être dans les 1% des revenus pour pouvoir faire réellement mieux:

- 1000€ @ 10% => 23/24 ans
- 2000€ @ 10% => 17/18 ans
- 3000€ @ 10% => 14 ans
- 5000€ @ 10% => 10/11 ans

Ma conclusion

Chercher le meilleur investissement, c’est très ben.. mais.. pourquoi ne parle t’on pas du loup ?
La clef ne serait elle pas.. d’augmenter significativement ses revenus ?
Et rare sont les employés qui ont être capable de mettre 5000€ par mois de côté..

Donc, il n’y a qu’en créant son entreprise qu’on peut devenir _rapidement_ rentier ?

Mots-clés : capacité d'épargne, entreprendre, investissement

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #2 23/07/2020 08h39

Membre
Réputation :   50  

Ce qui me paraît compliqué dans votre exemple, c’est aussi de réaliser 10% de rendement annuel net sur une période aussi longue…..

Je pense que tabler sur 5% de rendement est plus raisonnable.

Ce qui de ce fait, va encore rallonger la durée pour atteindre les fameux 1 million…

Donc avec l’épargne puisée sur un revenu salarié, va falloir être patient….

Et comme dirait mon conseiller bancaire « c’est pas avec le travail qu’on s’enrichît mais avec l’investissement »

Dernière modification par Rick (23/07/2020 08h44)

Hors ligne Hors ligne

 

#3 23/07/2020 08h44

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   146  

Bonjour Redbee,

Je me suis posé la même question. Je suis peu ou prou au même niveau que vous en terme de age/revenus/épargne.

Faire fortune prend du temps, peu importe le chemin suivi.

Avec votre situation actuelle, si vous arrivez à garder le focus pendant disons 15-20 ans, vous allez y arriver. Avec assez peu de stress, vos weekends, vos vacances, vos RTT, …

Et c’est justement la que la décision d’entreprendre est difficile. Quand on arrive à ~5K€ net de tout, avec une belle capacité d’épargne, ses congés, ses weekends, assez peu de soucis au final, un assurance assez élevée de devenir rentier dans un horizon assez court (- de 20 ans).

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #4 23/07/2020 09h01

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   315  

Je partage votre avis sur le fait d’entreprendre ne soit pas clairement écrit mais au travers de toutes les expériences décrites des principaux forumeurs  rentiers, vous avez une multitude d’exemples et de diversités de parcours (cricri77000, Philippe30, François80…)… tous ont entrepris des chemins courageux, intelligents et souvent risqués pour se créer un patrimoine assez conséquent pour devenir rentier. Si on compare uniquement des rentabilités sur un tableur excel, on trouvera des taux qui ne sont pas réalisables en théorie et pourtant certains l’ont fait souvent grâce à leur travail acharné et une rigueur budgétaire dans la durée.

Et il faut se méfier des gens confortablement assis dans leur fauteuil qui prétendent qu’on s’enrichit en investissant… il faut du courage, de l’intelligence et un peu de réussite.

Dernière modification par lachignolecorse (23/07/2020 09h09)


Pour vivre heureux, vivons cachés

En ligne En ligne

 

#5 23/07/2020 09h11

Membre
Réputation :   20  

Rick a écrit :

Ce qui me paraît compliqué dans votre exemple, c’est aussi de réaliser 10% de rendement annuel net sur une période aussi longue…..

Si l’on part sur 5%, il est d’autant plus nécessaire de chercher une capacité d’épargne démesurée.

- 1000€ @ 5% => 34 ans
- 3000€ @ 5% => 18 ans
- 5000€ @ 5% => 14 ans
- 6500€ @ 5% => 10/11 ans

LoopHey a écrit :

Faire fortune prend du temps, peu importe le chemin suivi.

Ah ah oui en effet. Maintenant on peut accepter cela, ou bien chercher à faire mieux.
Je pense que notre présence ici montre bien que l’on cherche à faire mieux.

lachignolecorse a écrit :

Je partage votre avis sur le fait d’entreprendre ne soit pas clairement écrit mais au travers de toutes les expériences décrites des principaux forumeurs  rentiers, vous avez une multitude d’exemples et de diversités de parcours (cricri77000, Philippe30, François80)…

En effet, il y a des exemples. Mais malgré tout, dans la "littérature FIRE", je ne vois pas cela mis en avant autant que cela le devrait. Peut être certains n’ont pas conscience que c’est d’avantage l’entreprenariat que l’investissement qui était important ?

Hors ligne Hors ligne

 

#6 23/07/2020 09h11

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1938  

redbee a écrit :

Et rare sont les employés qui ont être capable de mettre 5000€ par mois de côté..

Rares sont les entrepreneurs aussi ! Surtout dans votre postulat d’entreprendre, c’est à dire de partir de zéro (pas reprendre et développer l’entreprise familiale par exemple). Des qui se plantent, il y en a. Des qui survivent, il y en a. Des qui gagnent correctement leur vie, il y en a. Mais des qui mettent 5000 € par mois pendant 10 ans, il n’y en a pas beaucoup !

Faites le compte. Au final, vous compterez peut-être plus d’employés capables de mettre 5000 € de côté que d’"entrepreneurs" !

Dernière modification par Bernard2K (23/07/2020 09h13)


Bonjour chez vous, numéro 6.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #7 23/07/2020 09h17

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   146  

redbee a écrit :

La clef ne serait elle pas.. d’augmenter significativement ses revenus ?

C’est quand même le premier conseil qui est donné partout sur ce site à chaque fois qu’une personne veut devenir rentier avec des revenus faibles : formez-vous, augmentez vos revenus, trouvez une activité qui découple temps de travail et rémunération, trouvez un projet à coté pour entreprendre doucement.

Globalement, c’est plutôt une question de volonté, de rigueur et une dose de chance provoquée. Il faut se bouger pour que quelque chose arrive. Si vous voulez être peinard (et c’est pas un reproche), ça va être dur ou long d’être rentier. Il faut lire entre les lignes de tous les serials entrepreneurs pour voir que ce n’est pas pavés que de bonnes nouvelles mais ça paie.

D’ailleurs excel montre ce que vous lui demandez de montrer. Le levier est un effet puissant (dans les deux sens) et permet d’accélérer le cercle vertueux. De même, certains ont besoin de plus d’1M ou de moins d’où la rigueur de tenir des comptes pour cibler le bon montant.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #8 23/07/2020 09h26

Membre
Réputation :   78  

Entreprendre permet en effet d’aller bien plus vite que le salariat. Mais les risques ne sont pas les mêmes.

Pour imager la situation, entreprendre c’est monter à bord d’une Lamborghini, et le salariat a bord d’une classe S.

La vitesse maximale de la Lamborghini est très supérieure à la classe S. Les revenus qu’on peut tirer de l’entrepreneuriat sont virtuellement illimités.

Mais pour arriver a cette vitesse, il faut déjà réussir à démarrer sans caler ni faire un burn. C’est à dire trouver un business modèle qui fonctionne, et avoir ses premiers clients avant d’avoir épuisé toute la trésorerie.

Lorsque la vitesse augmente, il faut faire attention à ne pas perdre le contrôle dans les virages. Lancer une entreprise requiert des compétences différentes de gérer une entreprise qui grossit et grossit, avec des salariés et opérations dans plusieurs pays.

La classe S est, elle, automatique, pas de soucis de perte de contrôle, et est même très confortable. Le salarié a une sécurité de l’emploi (relative), des congés, ne va pas au lit en pensant aux 100 problèmes à résoudre.

Au final, la classe S est assurée d’arriver à bon port en ayant roulé à vitesse relativement modérée. Devenir rentier prendra du temps, mais est tout à fait possible en ayant une vie de salarié investisseur.

La Lamborghini, elle, aura soit fini son parcours dans le décors, soit sera arrivée bien avant la classe S. Si l’entreprise a trouvé sa place sur le marché, elle peut engranger sans fin.

Lorsque l’entrepreneur veut se séparer de son entreprise, il la vend à un multiple lui permettant de gagner des années de salaire. Lorsque le salarié veut quitter son entreprise, il démissionne ou trouve un accord avec l’employeur (bien moins rémunérateur).

Maintenant, franchement être entrepreneur n’est pas donné à tout le monde. Le niveau de persistance nécessaire est démultiplié comparativement au salariat.

Hors ligne Hors ligne

 

#9 23/07/2020 09h27

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   136  

Si cette file concerne bien la création d’entreprise :

Le verbe entreprendre est l’un des plus beaux de la langue française !
La liberté d’entreprendre doit être défendue mordicus

encore faut-il qu’il y ait un environnement et des circonstances favorables, d’où peuvent éclore la confiance en soi, (et inversement)
un zeste de chance aussi,
et du stress, dans le bon sens du terme, avant chaque prise de décision importante (j’avais entendu Gérard Mulliez en parler vers 1993, disant que chacune de ses décisions à ses débuts, avait été prise sous emprise du bon stress, et cela m’avait impressionné)
Mais c’était une autre époque; internet a fait se lever aussi une génération d’entrepreneurs (et ce n’est pas fini)

Dernière modification par Job (23/07/2020 10h46)


Ericsson…!  Qu'il entre !

Hors ligne Hors ligne

 

#10 23/07/2020 09h32

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   315  

redbee a écrit :

Ce
En effet, il y a des exemples. Mais malgré tout, dans la "littérature FIRE", je ne vois pas cela mis en avant autant que cela le devrait. Peut être certains n’ont pas conscience que c’est d’avantage l’entreprenariat que l’investissement qui était important ?

C’est un peu comme si vous vous nourrissiez fonction des publicités. Vous finirez malade, dépendant de nombreuses industries qui trouveront leur intérêt au détriment du votre.


Pour vivre heureux, vivons cachés

En ligne En ligne

 

#11 23/07/2020 09h36

Membre
Réputation :   20  

Bernard2K a écrit :

redbee a écrit :

Et rare sont les employés qui ont être capable de mettre 5000€ par mois de côté..

Rares sont les entrepreneurs aussi ! Surtout dans votre postulat d’entreprendre, c’est à dire de partir de zéro (pas reprendre et développer l’entreprise familiale par exemple). Des qui se plantent, il y en a. Des qui survivent, il y en a. Des qui gagnent correctement leur vie, il y en a. Mais des qui mettent 5000 € par mois pendant 10 ans, il n’y en a pas beaucoup !

Faites le compte. Au final, vous compterez peut-être plus d’employés capables de mettre 5000 € de côté que d’"entrepreneurs" !

Bien sûr, il n’est pas si simple d’entreprendre, et de réussir.

Je ne trouve pas mieux que :

Revenus mensuel moyen des entrepreneur = 3 580€
Les revenus d?activité des non-salariés en 2017 - Insee Première - 1781

Meilleurs 10% des salaires d’employés = 3 576€
Salaires dans les entreprises − Tableaux de l’économie française | Insee

Donc l’entrepreneur moyen fait aussi bien que les 10% des meilleurs employés.
Sans doute que les 10% des meilleurs entrepreneurs font bien mieux ?

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #12 23/07/2020 09h38

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   276  

redbee a écrit :

Avec 10% de rendement annuel, si on suppose pouvoir placer 1000€ par mois

Si vous le souhaitez, je peux vous créer et vous vendre une formation à 999€ pour vous montrer qu’il est possible d’épargner sans épargner.

On appelle cela investir à crédit.
Avec un bien en auto-financement (pas toujours évident à trouver, je l’accorde), vous épargner 0 de votre poche, mais votre capital augmente tout les mois.

Si vous êtes intéressé, la question est vite répondu, cliquez ici pour voir les témoignages

Hors ligne Hors ligne

 

#13 23/07/2020 09h41

Membre
Réputation :   21  

Bonjour,

Entreprendre c’est investir.
On investit pas sans entreprendre, c’est à dire, se débrouiller tout seul pour faire avancer le smilbick.
Engager son argent ou son temps, ses compétences pour investir c’est entreprendre.

Après si on compare l’entrepreneur et le salarié pour arriver à créer son capital qui amènera à la rente, je pense qu’on restera sur les mêmes  recettes pour réussir:
Du travail, du travail, de l’investissement personnel, savoir s’entourer, et un part de chance aussi.

Hors ligne Hors ligne

 

#14 23/07/2020 09h46

Membre
Réputation :   27  

Beaucoup sur ce forum se sont enrichis grâce à l’immobilier en particulier locatif et non pas seulement grâce aux seuls revenus de leur travail.
Hormis la valorisation importante de ce type d’actif notamment dans les grandes villes, certains biens immobiliers s’autofinancent en effet complètement (bien que cela deviennent de plus en plus dur dans certains endroits). Cela permet ainsi grâce à l’effet de levier du crédit de se constituer un patrimoine sans efforts insurmontables, notamment avec la location nue (les autres formes exigent parfois un peu plus d’huile de coude).

Dès lors vous sortez du schéma manichéen « augmenter ses revenus » ou « entreprendre ». Car oui on peut considérer que louer un appartement est un business. Mais ce n’est tout de même pas tout à fait pareil que d’avoir une entreprise dans le bâtiment…

Hors ligne Hors ligne

 

#15 23/07/2020 09h49

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   146  

redbee a écrit :

Je ne trouve pas mieux que :

Revenus mensuel moyen des entrepreneur = 3 580€
Les revenus d?activité des non-salariés en 2017 - Insee Première - 1781

Meilleurs 10% des salaires d’employés = 3 576€
Salaires dans les entreprises − Tableaux de l’économie française | Insee

Donc l’entrepreneur moyen fait aussi bien que les 10% des meilleurs employés.
Sans doute que les 10% des meilleurs entrepreneurs font bien mieux ?

Ne regardez pas les moyennes, ou les déciles. Vous êtes déjà, jeune trentenaire, dans la fourchette haute.
A mon sens, quand on tape les 4-5 K€ a 30 ans en étant salarié, changer de voie pour l’entrepreneuriat me parait être un choix très risqué.

Si vous en avez vraiment envie, que vous ne supportez pas être salarié, pourquoi pas.

J’ai beaucoup de mal à rester salarié, mais devenir libre financièrement m’est beaucoup plus important encore.

Vous gagnerez - de 3 K€ net, la question se poserai, mais la…

Franchement, avec ce que vous avez, de la bourse à 10 points l’an + de l’immo à levier, vous êtes quand même très bien parti pour devenir rentier, peinard, sans trop de soucis smile

Dernière modification par LoopHey (23/07/2020 09h56)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #16 23/07/2020 09h52

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   343  

redbee a écrit :

Bien sûr, il n’est pas si simple d’entreprendre, et de réussir.

Je ne trouve pas mieux que :

Revenus mensuel moyen des entrepreneur = 3 580€
insee.fr/fr/statistiques/4246305

Meilleurs 10% des salaires d’employés = 3 576€
insee.fr/fr/statistiques/4277680?sommaire=4318291

Attention à ces statistiques, qui comprennent notamment les professions de santé en libéral (dont médecins et dentistes), qui tirent de façon assez franche la moyenne des non-salariés vers le haut.

Et il y a un point qui est rarement abordé (sans doute parce que difficilement quantifiable) : la volatilité des revenus des non-salariés. Qui peuvent osciller entre des valeurs négatives (quand il faut remettre des sous au pot) et beaucoup, en passant par des mois (ou plus) à 0€.

Pour accélérer le processus d’accumulation d’un patrimoine, entreprendre n’est pas nécessairement le plus court chemin. Faites l’ENA et devenez haut fonctionnaire, ça ira sans doute (en moyenne) plus vite:)

Mais entreprendre a d’autres avantages sur le salariat que la simple variable ’revenus’ :
- On ne peut pas être licencié
- On fait ce qu’on veut quand on veut et comme on veut

Ça n’a pas de prix.

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #17 23/07/2020 10h17

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   136  

Bonjour,

Je commence par un conseil de lecture qui va dans le sens de la file (passer outre le titre racoleur) : L’autoroute du millionnaire : La voie express vers la richesse. Contrairement à d’autres personnes sur ce forum qui m’ont fait découvrir l’auteur, je n’ai personnellement pas vraiment apprécié ce livre, mais il met très bien en valeur le fait qu’il est très difficile d’atteindre l’indépendance financière tôt en étant salarié et en plaçant en bourse chaque centimes mis de côté.

Concernant l’entreprenariat, je rejoins les interventions précédentes. Je rebondis sur cette phrase :

capital a écrit :

Maintenant, franchement être entrepreneur n’est pas donné à tout le monde.

Elle résume bien ma pensée : tout le monde peut créer une entreprise, mais ce n’est pas donné à tout le monde.

Le constat des quatre dernières années : la création d’une entreprise ne nécessite aucun diplôme et aucune compétence particulière. Entouré des bonnes personnes (comptable, banquier), monter une SAS, une SARL ou une EI est à la portée de tous et relativement peu couteux.

La gestion d’une entreprise requiert en revanche un panel de compétences assez large, et chaque lacune peut peser sur le résultat de l’entreprise et/ou la santé de son dirigeant. Chaque domaine d’activité sera bien évidemment très différent. Être à son compte et travailler seul est une chose. Gérer des salariés en est une autre, et je trouve qu’on ne parle pas assez du fait que le gap entre les deux est ENORME. Or, peu de personnes seront capables de créer suffisamment de valeur seuls pour atteindre l’indépendance financière (puisque c’est l’objet de cette file). Et à partir du moment ou l’humain rentre en compte dans l’équation, tout se complique : la gestion des relations humaines est un art parfois difficile, démarches administratives alourdies, sentiment de redevabilité, etc.

Une introspection sérieuse permettra partiellement de savoir si on est taillé pour être entrepreneur. Le test Myers-Briggs est un excellent point de départ. Mais tout salarié qui souhaite franchir le cap devrait sérieusement se poser la question de savoir s’il est prêt à sacrifier ou non son confort. Etre entrepreneur nécessitera à un moment ou à un autre de sortir de sa zone de confort, il faut en être conscient. Pour certains, cela ne posera aucun problème. Pour d’autres, ce sera bien plus compliqué.

Enfin, cela a été cité par les intervenants précédents : l’échec est toujours possible. [Petite pensée à ceux qui se sont lancés et pour qui la crise sanitaire ne leur a laissé aucune chance. J’espère qu’ils auront le courage de remonter en selle]. Pour une entreprise qui réussit, combien échouent ? Pour un millionnaire entrepreneur, combien de gérants en burn-out ou fauchés ?

Je dépeint un tableau sombre, alors qu’en réalité être entrepreneur est dur mais formidable. Je ne sais pas s’il me rendra riche financièrement (pour l’instant ce n’est pas le cas), mais je ressortirai enrichit personnellement de cette expérience !

Je souhaite bien du courage à tous les futurs entrepreneurs, ils en auront besoin ! Mais le jeu en vaut la chandelle smile


Be the change that you wish to see in the world

Hors ligne Hors ligne

 

#18 23/07/2020 10h27

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   146  

Votre tableau est à pondérer. Combien se plante car pas préparé ? Ici, c’est beaucoup. Ceux qui sont préparés ont lancé un business viable à la base. Après, on a quelques situations imprévisible type Covid. Les entrepreneurs que je côtoie n’ont pas peur de l’échec et en ont souvent à leur actif. Mais ils ont une mentalité particulière qui fait qu’ils recommencent car ils ne peuvent pas être salarié. Ce n’est pas pour eux.

Après, il y a des gens comme moi. Qui ne sont pas des entrepreneurs mais qui sont salariés (12 ans de salariat) et satisfaits. Un jour, ils se posent des questions. Pourquoi pas moi et dont le cheminement intellectuel est plus long. Puis un autre jour, il lance des pistes de développement de business opportunistes. Pour le moment c’est l’échec pour moi mais c’est parce que je n’accepte pas la prise de risque de tout quitter (et j’ai des contraintes pro assez fortes = je dois obtenir l’accord de deux instances pour lancer une activité de consultant minoritaire à côté de mon job alors que mon contrat le permet…).
Je ne serais jamais comme les gens au-dessus mais avoir une petite activité à côté me plairait beaucoup. Et peut-être qu’il me faudra 10 ans encore pour être totalement indépendant ou pas.

Pour ceux qui ne sont pas entrepreneurs dans l’âme (par peur ou par manque d’attrait), il faut un déclencheur qui ne devrait pas être lié à son boulot (ras le bol du boulot). Pour le déclencheur a été une formation (même si le processus avait commencé avant) et la rencontre de personne entrepreneur.
Je verrai où cela me mène mais je ne regrette pas ce début de transformation.

Hors ligne Hors ligne

 

#19 23/07/2020 10h27

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   245  

redbee a écrit :

Je suis surpris que le sujet suivant ne soit pas plus évoqué sur le forum.

Pour 2/, on peut vivre frugalement, mais il y a une limite.
Si on reste dans les normes, qu’on construit une famille.. il faut être dans les 1% des revenus pour pouvoir faire réellement mieux:

- 1000€ @ 10% => 23/24 ans
- 2000€ @ 10% => 17/18 ans
- 3000€ @ 10% => 14 ans
- 5000€ @ 10% => 10/11 ans

Un couple qui économiserait 3000€ par mois ne me semble pas hors de portée.
Il faut aussi bien choisir son/sa partenaire! Qu’il/elle ait le même mode de vie / frugalité.
Si vous commencez à économiser à 25 ans, et qu’il faut 20 ans, ça vous met en orbite vers 45 ans, je trouve ça pas mal.

Hors ligne Hors ligne

 

#20 23/07/2020 10h33

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   130  

Une solution serait de travailler (et d’épargner) en Suisse (où il est facile d’épargner 2000 euros par mois) puis de prendre sa retraite anticipée dans un pays d’Europe de l’est comme la Roumanie (où on peut envisager de vivre avec seulement 700000 euros de capital).

Autre solution : passer l’agrégation, et obtenir un bon classement pour finir prof en prépa. En comptant les heures sup et les colles, on arrive facilement à 5000 euros nets (avant impôts) par mois au bout de quelques années, avec 3 mois de vacances par an (donc déjà un mode de vie de semi-rentier). Bon, évidemment il faut énormément bosser pour avoir le concours.

En ce qui me concerne, j’apprends l’allemand pour tenter d’appliquer la première solution (même en Suisse romande, il est souhaitable d’être trilingue anglais/allemand/français dans mon secteur).

Dernière modification par Vibe (23/07/2020 10h38)

Hors ligne Hors ligne

 

#21 23/07/2020 10h40

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   315  

Je crois que plus vous cherchez à trouver des chiffres qui vous rassurent, moins vous trouverez la voie pour devenir rentier. Les chiffres que vous trouverez ne sont que des moyennes, à vous de faire bien mieux que la moyenne. Cherchez les produits sur lesquels vous savez analyser les chiffres et prévoir (plus ou moins) une rentabilité, maîtrisez votre budget et apprenez à vous remettre en cause. Peu importe que ce soit l’immobilier, la bourse, la plomberie ou la vente de mouchoirs.


Pour vivre heureux, vivons cachés

En ligne En ligne

 

#22 23/07/2020 11h21

Membre
Réputation :   2  

La grosse différence entre le salariat et l’entrepreunariat est la création d’un actif cessible qui est le fond de commerce ou les parts votre société.

J’ai pour ma part deux amis qui ont fait les opérations:
- rachat pour 100 000 euros d’un fond de commerce d’un bar.
Il m’expliquait qu’au bout d’un an il avait pu rembourser le fond de commerce. Alors pendant cette année il s’est peu payé mais il à présent (hors imposition) une épargne de 100 000 euros. Ce qui est equivalent à 7 ou 8 ans d’épargne à coup de 1000 euros par mois.

- un autre ami à un cabinet d’expert comptable. Ici aussi, après un peu plus d’un d’activité il m’a indiqué que son cabinet vaut virtuellement plus de 200 000 euros. Alors effectivement chaque mois sa salaire est limité mais il a créé un actif vendable.

Après il y a des sociétés qui sont vendables, d’autres beaucoup moins car trop liée à votre personne.

Le challenge cependant est d’être capable de vendre "son bébé" au bon moment. Beaucoup se refuse à le faire et ne profite donc pas de cet actif ou alors bien trop tard.

Hors ligne Hors ligne

 

#23 23/07/2020 11h29

Administrateur
Top 20 Réputation
Réputation :   2685  

Ce qui est sûr, c’est que dans tous les cas il y a de la frugalité et du travail.

J’ai connu des freelances qui facturaient plus de 10 000 euros par mois, ils "gâchaient" tout en voiture à 40 k€ et vacances au bout du monde. Il suffit en plus d’un mariage raté avec des pensions alimentaires et c’est fini pour vous, il faudra tjs travailler plus pour maintenir votre train de vie.

L’énorme avantage de l’entreprenariat avec une société personne morale, c’est que vous pouvez choisir de vous payer peu, et réduire votre imposition, même si votre société est rentable. Vous payerez quand même l’IS, mais vous avez une certaine flexibilité.

Si vous êtes salarié célibataire, et que vous arrivez à émarger par exemple à 80 k€ brut par an de rémunération, votre rémunération nette après impôt est substantiellement moins élevée, donc c’est autant de capacité d’épargne en moins.

Hors ligne Hors ligne

 

#24 23/07/2020 11h36

Membre
Réputation :   50  

Vibe a écrit :

Une solution serait de travailler (et d’épargner) en Suisse (où il est facile d’épargner 2000 euros par mois) puis de prendre sa retraite anticipée dans un pays d’Europe de l’est comme la Roumanie (où on peut envisager de vivre avec seulement 700000 euros de capital).

Franchement, je n’ai rien contre la Roumanie mais ça ne me fait pas rêver d’être obligé de vivre dans un pays de l’Est pour pouvoir devenir rentier avec 700k€ d’épargne….

De plus, il y a la barrière de la langue et si l’on veut voyager un peu pour ne pas être bloqué en permanence dans ce pays, le plan des 700k€ ne doit plus être fiable, je suppose?

Dernière modification par Rick (23/07/2020 11h36)

Hors ligne Hors ligne

 

#25 23/07/2020 11h50

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   276  

Vibe a écrit :

puis de prendre sa retraite anticipée dans un pays d’Europe de l’est comme la Roumanie (où on peut envisager de vivre avec seulement 700000 euros de capital).

Avec la règle des 4%, avec 700k€, on a environ 2300€/mois, ce qui est quand même, pas non plus une somme négligeable, surtout en considérant qu’on est libre de son temps et qu’on peux faire des activités de loisirs rémunératrices.

Après, être frugal pour constituer son capital et être ultra dépensier après, ça me semble bizarre.

Hors ligne Hors ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ? Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur