Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS    Cherchez sur le site et les forums :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies, sans jugement moral, sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

[+4]    #26 07/07/2022 09h39

Membre (2013)
Top 20 Actions/Bourse
Réputation :   379  

Je me crois finir en bobo ecolo. Je trouve ce modele de richesses et de loisir (Vacances a bali, et Ibiza etc, grosse voiture) tres beauf. L’effort physique associe au deplacement doux, je le vois comme une vertu (en plus d’etre ecolo) et je n’envie pas la personne dans sa belle voiture avec son embonpoint et sa tronche pas bien fraiche, qui est quand meme 90% des gens que l’on croise (respect aux 10% restants si leurs deplacements sont necessaires). Et je suis sur que elle m’envierait quand elle me croise a pied.

Au contraire du bobo ecolo, meme si je suis un peu bobo bien sur, je trouve le culte de l’effort physique et mental plus attrayant. Cela n’empeche pas d’aimer un bon restaurant ou hotel, au contraire, mais pas besoin de voler a dubai pour le trouver ou d’y aller en voiture tres lourde et polluante (sauf si c’est evidement un coin tres rural).

Riche avec un certain montant? Peut etre. Qu’en faire? si c’est ce modele non. Si c’est un Riche qui a un bel appartement ou maison dans un lieu qui lui plait proche de beaux endroits naturels, ou il connecte avec son environnement a pied ou a velo sans avoir besoin de traverser le monde pour se sentir vivre, qui fait des loisirs sains meme un peu chers comme le cheval/golf/tennis/bateau a voile, cela m’inspire plus que cette vision tres beauf qui me fait penser a un nouveau riche ou a un Karim Benzema a Miami.


An der Börse ist alles möglich - auch das Gegenteil - André Kostolany.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1 / -1]    #27 07/07/2022 10h45

Membre (2012)
Réputation :   83  

Pour une pensée un peu plus philospohique et moins numéraire : est-ce qu’être riche n’est pas simplement la sensation de penser qu’on en a une plus grosse que celui auquel on se compare ?

Un peu provocateur comme langage mais j’avoue que clairement, c’est la première pensée qui me vient en lisant ces posts, comme si c’est un but en soi de s’appliquer le mot "riche" de façon pseudo-scientifique.
Ne pas être contraint pour faire ce que l’on aime, c’est ma définition de richesse.


"We judge a book by its cover ; And read what we want ; Between selected lines"

Hors ligne Hors ligne

 

#28 07/07/2022 12h28

Membre (2021)
Réputation :   0  

Fil  très intéressant  lors d’un séminaire de ma profession ils fixaient le seuil de richesse  à 8500 euros net mois  par personne.
Pour moi la vraie richesse c’est avoir suffisamment pour posséder résidence principale, secondaire, patrimoine financier de sécurité vivre au quotidien et se faire plaisir sans calculer sans cesse ses dépenses. Le seuil est donc variable selon les habitude de chacun.
Apres il y a le problème du niveau d’imposition à gérer  avec des revenus élevés surtout mais c’est un autre débat  !

Hors ligne Hors ligne

 

#29 07/07/2022 13h07

Membre (2021)
Réputation :   18  

Je pense, en effet, qu’il est probable que si on proposait aux ces 2 choix:
- Avoir 3000€ par mois et tous vos voisins gagne 2000
- Avoir 5000€ par mois et tous vos voisins gagne 10 000€

La plupart des interrogés choisiraient la première option, car même si matériellement on y perd, socialement il y a beaucoup à gagner plus que ses semblables.

Combien j’ai de personnes (amis d’amis ou de la famille par exemple) qui me prennent au sérieux et m’écoutent juste parce que j’ai la réputation de bien gagner ma vie. C’est presque effrayant.

J’ai eu la chance de visiter une fois une société qui aménage des jet privé, et c’est là que l’on comprend que dans la vie il y aura toujours plus riche que soit et que tout est relatif smile.


Mon podcast traitant d'investissements est disponible sur Spotify, Apple & Deezer en tapant "byebyepatron" !

Hors ligne Hors ligne

 

#30 07/07/2022 13h23

Membre (2011)
Réputation :   232  

ENTP

Ratrace, le 06/07/2022 a écrit :

- un family office

Rien que les postes ci-dessus c’est au moins 18 k€ par mois. Le genre de profil que j’imagine, c’est pas donné, les riches se les arrachent. 216 k€ annuels

C’est tout à fait juste à mon sens.

Je pense qu’historiquement en occident, et sans doute encore ailleurs dans le monde, le "riche" pouvait engager les services d’autres personnes relativement facilement (je parle de service à la personne, gouvernante, jardinier, cuisinière, chauffeur, intendant etc). Cependant, il avait parfois une certaine restriction matériel. J’imagine qu’un riche au 15ieme siècle pouvait manquer de poivre ou de cannelle, mais rarement de "serviteurs".

Aujourd’hui en occident, ca serait plutôt l’inverse, une forte abondance de biens matériels, très divers et variés. Ainsi que certains services plutôt basés sur la technologie que le travail (déplacements [train, avions], télécommunication, internet etc).
Mais le "cout" du service humain "direct" reste peu accessible. Si une femme de ménage 2 ou 4h par semaine reste potentiellement accessible aux ménages, un service de crèche ou de nounou privée devient potentiellement plus délicat pour certains (entre 800 ou 1200€ par mois parfois).

Les personnes de mon entourage qui ont une gouvernante ou un jardiner à temps plein (j’en connais bien au moins 2), gagnent toutes plus de 30k par mois. C’est quelque part dans ma vision des choses le seuil de "train de vie" de riche.

InvestisseurHeureux a écrit :

C’est un marronnier sur nos forums.

D’autres diraient que c’est le thème principal d’un forum basé sur l’investissement smile

Dernière modification par AleaJactaEst (07/07/2022 13h38)

Hors ligne Hors ligne

 

#31 07/07/2022 17h51

Membre (2021)
Top 20 Année 2022
Réputation :   102  

à noter aujourd’hui la parution de ce sondage sur le même sujet :
Triste juillet : moral en berne, et rejet « du riche » sur fond de sentiment de paupérisation - Odoxa : Odoxa

93 % des Français ne se considèrent pas comme riches.
Ils fixent le seuil de richesse à 5 000 € de salaire ou 500 000 € de patrimoine.
D’après le comparateur cité en message 17, 94 % de la population est sous 500k de patrimoine, et également 94 % de la population est sous 5k de salaire.
C’est bluffant de cohérence avec le taux de 93 % ne se percevant pas comme riches.


« Celui qui croit en une croissance exponentielle dans un monde fini est fou, ou économiste. »

Hors ligne Hors ligne

 

#32 07/07/2022 18h00

Membre (2022)
Réputation :   5  

Le concept de riche s’apprécie surtout en fonction de l’âge et du patrimoine.  Une moyenne de toute la population ne veut pas dire grand chose si l’on a 25 ans ou 75 ans.

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #33 07/07/2022 20h38

Membre (2015)
Top 5 Année 2022
Top 5 Année 2021
Top 5 Dvpt perso.
Top 10 Vivre rentier
Top 5 Invest. Exotiques
Top 20 Crypto-actifs
Top 5 Entreprendre
Top 20 Finance/Économie
Top 10 Banque/Fiscalité
Top 5 Immobilier locatif
Réputation :   2793  

ISTJ

Quelques réflexions :
- puisque le terme pose question, revenons à son éthymologie. Le dictionnaire Robert historique de la langue française indique : issu du francique "riki" (puissant), qui serait une adaptation précoce du celtique "rix" correspondant au latin "rex" (roi) qu’on retrouve dans "rajah" (le roi).

Historiquement, les riches désignent donc les "puissants". Ce n’est progressivement, à partir de 1050, que mot se met à désigner une personne possédant de grand biens, de grandes possessions matérielles.

Même les expressions plus récentes comme être riche comme Crésus (1690) et riche à millions (1674) renvoient elles aussi à l’ampleur du patrimoine possédé, et non pas des revenus.

La loi ne parle pas de "richesse". Le code civil fait référence à la "fortune" d’une personne, pour savoir ce qu’elle peut donner en termes de présent d’usage (article 852) et d’aide alimentaire (article 208). La jurisprudence montre que les juges tiennent compte aussi bien des revenus que du patrimoine… mais quand même surtout du patrimoine.

Enfin, il faut aussi se rappeler que pendant longtemps, une certain stabilité de l’économie faisait qu’un patrimoine était équivalent à un revenu. Ainsi, Balzac décrivait indifféremment la richesse d’une personne par son patrimoine total, ou par la rente annuelle qu’elle en tire. Dans cette logique patrimoine = rente = revenu, donc une personne avec un gros patrimoine était forcément une personne qui avait un revenu en proportion ; c’est moins automatique aujourd’hui.

Ce que j’en retire :
- de par l’étymologie, il me semble inadéquat de définir une personne riche seulement selon son revenu (3673€ par mois pour un célibataire, propose l’Observatoire des Inégalités). A mon sens, un riche a forcément un gros patrimoine. Il y a suffisamment de mots et d’expression pour définir une personne qui a un bon revenu, sans aller prendre le mot de "riche". Le Livre The Millionnaire Next Door a bien montré qu’on peut avoir un revenu élevé et néanmoins un faible patrimoine, quand on est "UAW" (Under Accumulator of Wealth), et je trouve qu’une telle personne n’est pas riche, au sens propre.
- Les riches (les puissants, au sens premier), représentent forcément un tout petit groupe, qui a une grande richesse à comparer du reste de la population. Par définition, il ne peut pas y avoir beaucoup de puissants, surtout quand le terme dérive d’un mot qui veut dire "roi". 7% des ménages dépassent le seuil de revenu proposé par cet Observatoire, et 16 % le seuil de patrimoine : c’est trop. J’aurais tendance à dire qu’on est riche au-delà d’un million d’euros, voire 2 ou 3.
- on s’en fout d’être riche. Ce n’est pas un objectif à avoir, surtout avec une définition aussi mouvante et sujet à débat. Pour ce qui est de se fixer un objectif, il me semble préférable d’être heureux, ou encore de pouvoir se dire qu’on laisse une empreinte positive sur le monde. Voire même, comme le dit la chanson : "juste quelqu’un de bien".


Une autre voix ? Une autre voie ?

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #34 07/07/2022 20h43

Membre (2013)
Top 20 Année 2022
Top 20 Dvpt perso.
Réputation :   253  

Bonjour, si on gagne 8000 EUR net par mois mais qu’on en dépense 8001, à terme, on est pauvre…

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #35 07/07/2022 21h11

Membre (2014)
Top 20 Immobilier locatif
Réputation :   228  

J’ai récemment assisté, par curiosité, à un événement gratuit organisé par l’un des plus gros infopreneur / marchand de formations français sur l’investissement et les finances personnelles.

En introduction, l’intervenant pose la question aux ~ 500 participants : puisqu’un million d’euros de capital bien placé permet, bon an mal an, de dégager 3000€ nets d’IR mensuels passifs, est-ce suffisant pour vivre convenablement : se loger, bien manger, s’occuper de ses enfants et avoir des vacances et loisirs ?

A ma grande surprise, absolument personne n’a acquiescé.

Certes les participants n’étaient pas représentatifs de la population générale (plutôt jeune, déjà intéressée par l’investissement… mais pas forcément que des CSP+). Mais j’étais choqué que le fait de faire partie du premier décile ne fasse rêver personne. Voilà pourquoi les vidéos "devenez ultra-riche comme moi en 6 mois grâce aux cryptos" feront toujours plus de vues que des forums d’investissement plus classique comme le nôtre.

NB : la formation était à vendre pour seulement 3997€, prix d’ami spécial au lieu des 8000€ habituels, avec en plus un joli stylo offert pour signer son premier compromis !

Hors ligne Hors ligne

 

#36 08/07/2022 08h59

Membre (2022)
Réputation :   7  

Bonjour,

J’ai également participé au FIT sur Bordeaux.
La salle comprenait presque 1000 personnes si j’en crois un calcul rapide.
Pour le coup, la réaction a été un peu biaisé du fait que ce passage avait été montré dans les teasers des villes précédentes, donc les personnes savaient à quoi s’attendre.

Mais il y avait clairement un flottement lors de cette question et je ne sais pas si une bonne partie de la salle n’aurait pas dit naturellement oui.

Pour le coup, ils définissent la richesse comme une élévation drastique du mode de vie et ne plus avoir à suivre la classe moyenne dans la plupart de ses choix (comme prendre l’avion en classe éco).

Hors ligne Hors ligne

 

#37 08/07/2022 10h12

Membre (2016)
Top 5 Année 2022
Top 5 Année 2021
Top 10 Portefeuille
Top 5 Dvpt perso.
Top 10 Expatriation
Top 20 Vivre rentier
Top 10 Actions/Bourse
Top 5 Invest. Exotiques
Top 10 Crypto-actifs
Top 20 Entreprendre
Top 10 Finance/Économie
Réputation :   1005  

INTJ

Lavoiedesfinances a écrit :

… une élévation drastique du mode de vie et ne plus avoir à suivre la classe moyenne dans la plupart de ses choix (comme prendre l’avion en classe éco).

C’est une différence de degré, pas de nature, et je suis surpris que cela soit une motivation. Si j’atteint mon objectif d’un million d’euros de patrimoine net pour mes 40 ans, je ne me vois pas le gaspiller en billets d’avions ne m’accordant qu’un peu plus de confort pendant quelques heures.

Une différence de nature, c’est disposer de son propre avion : on n’a plus à se plier aux contrôles dégradants, on est libre de se déplacer quand on veut et où l’on veut… mais cela nécessite un niveau de richesse bien supérieur (et plus proche de la notion de pouvoir évoquée avec justesse par @Bernard2k).


Parrain Curve ✯ Mangia bene, caca forte, e non aver paura della morte.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #38 08/07/2022 12h36

Membre (2014)
Top 20 Immobilier locatif
Réputation :   228  

@Lavoiedesfinances : J’ai crains surtout que le grand public soit de plus en plus formaté par les influenceurs, medias etc.

Quand j’ai commencé à m’intéresser à l’investissement, le "graal" était de quitter la rat race, de s’émanciper d’un système de dépendance financière, pour se libérer du temps et de l’énergie pour les consacrer à des activités plus épanouissantes et proches de nos valeurs (famille, amis, loisirs créatifs, sport, associatif…), le tout dans une sorte de sobriété heureuse.

Désormais on pousse les gens à viser encore plus haut, être encore plus ambitieux. Faire partie du premier décile avec une rente de 3000€ net mensuels ne suffit plus, il faut viser l’abondance, l’ultra-richesse, les vacances luxueuses…

Pousser les gens vers ce second objectif plutôt que le premier n’est pas anodin : il est plus difficilement atteignable, oblige à rester plus longtemps dans le système, génère de la frustration et de l’insatisfaction… ce qui est certainement bénéfique pour le business des vendeurs de formations, coaching, et autres conseils.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #39 08/07/2022 13h44

Membre (2011)
Réputation :   232  

ENTP

doubletrouble a écrit :

Une différence de nature, c’est disposer de son propre avion : on n’a plus à se plier aux contrôles dégradants, on est libre de se déplacer quand on veut et où l’on veut… mais cela nécessite un niveau de richesse bien supérieur .

Encore faut-il un avion d’une certaine taille capable de voler aux instruments smile

Un petit avion de tourisme est très dépendant de la météo et ne vous permet pas de voler tout à fait quand vous voulez et ou vous voulez smile

Hors ligne Hors ligne

 

#40 08/07/2022 14h47

Membre (2018)
Top 20 Année 2021
Réputation :   150  

J’abonde sur beaucoup de remarques vues précédemment.
Sun-Tseu: "Savoir se contenter de ce que l’on a : c’est être riche"

Si l’on ne dépense pas plus que ce que l’on gagne et que l’on sait être heureux, on le vit très bien.
Savoir distinguer l’envie: SUV à 65K€ en leasing et le besoin: Megane break 20K€ en occasion récente.

Le poids du logement est également très important. (évidemment, c’est subjectif)
2007-2010: Nous louions un 2 pièces de 40m² pour 1100€ dans Paris, TH 500€
2010-2029: Nous remboursons 285K€ pour 4P 83m² en première couronne sur 19 ans soit 1700€ /mois d’emprunt avec l’assurance, TH+TF =3000€ + Charges = 2400€.

Clairement, le jour où je finis de rembourser, je deviens largement plus "riche", car je n’aurais plus 1700€ de dépense contrainte.

Hors ligne Hors ligne

 

#41 08/07/2022 15h00

Membre (2022)
Réputation :   3  

Je dis dans mon entourage que dans un an j’aurai ma plus belle augmentation…fin du remboursement du crédit RP. Possible qu’après j’entame une reconversion d’ailleurs, car je vis bien sans cette partie du budget allouée au remboursement RP.

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #42 08/07/2022 15h07

Membre (2020)
Réputation :   73  

ESFP

Ratrace, le 06/07/2022 a écrit :

Bonjour à tous,

Je trouve toutes ces définitions très très peu ambitieuses.
Reprenons les bases de mon point de vue.

Etre riche, c’est pouvoir être libre. Cela veut dire : Pas de courses, pas de gestion à faire, pas de travaux à gérer, pas de vaisselle, pas de ménage, pas de jardin, pas de travail pour gagner sa vie, pas d’administratif. Sinon, on est esclave de son train de vie (sauf si on aime ce genre de choses bien sûr)

Cela signifie qu’il faut :
- une intendante (H/F) (course, ménage, cuisine, etc…)
- un cabinet comptable tout terrain
- un homme à tout faire, qui saurait tout faire (du genre gestion des biens immo avec bilan comptable chaque mois, gestion des travaux compris et contrôle technique de la voiture et autres joyeusetés, recherche d’opportunités d’investissement)
- une nounou si besoin
- un family office

Pour moi, il faut donc un capital de 40 millions pour être riche, un peu moins si on est tout seul.

Avec 3,6k€ par mois, on vit dans la classe moyenne. disons que ca va. Mais ces chiffres sont juste là pour faire taire la "masse laborieuse"

Je suis estomaqué par votre point de vue. Je ne vis peut-être pas sur la même planète que vous.

Pourquoi diable un riche devrait forcément avoir une nounou ou un intendant ? Une villa aux Embiez ou à Ré ?
J’avoue ne pas comprendre ce standard. C’est vous-même ou la société qui créé ces besoins. Quelqu’un de riche et qui n’a plus aucune obligation temporelle peut se permettre de faire ces tâches.

Surtout que si cette personne a des enfants, le temps passé à faire des choses banales de la vie comme cuisiner, faire du sport ensemble, le garder le soir, ça vaut tout l’or du monde.

Ne pensez-vous pas que toutes ces stars (ou ces enfants de famille aisés) qui regrettent d’avoir eu une enfance sans leurs parents car il étaient trop occupés dans les jets les soirées privées ou au bureaux, ceux-là ont manqué d’une richesse impalpable ?

La richesse ce n’est pas que matériel, c’est aussi humain.

Etre riche selon moi, c’est être riche du temps. La richesse, c’est pouvoir choisir la fréquence et l’intensité de ses activités professionnelles sans impacter son niveau de vie et celui de son entourage.

Dernière modification par Rodin (08/07/2022 15h08)

Hors ligne Hors ligne

 

#43 08/07/2022 16h33

Membre (2012)
Réputation :   83  

perecastor a écrit :

@Lavoiedesfinances : J’ai crains surtout que le grand public soit de plus en plus formaté par les influenceurs, medias etc.

Quand j’ai commencé à m’intéresser à l’investissement, le "graal" était de quitter la rat race, de s’émanciper d’un système de dépendance financière, pour se libérer du temps et de l’énergie pour les consacrer à des activités plus épanouissantes et proches de nos valeurs (famille, amis, loisirs créatifs, sport, associatif…), le tout dans une sorte de sobriété heureuse.

Désormais on pousse les gens à viser encore plus haut, être encore plus ambitieux. Faire partie du premier décile avec une rente de 3000€ net mensuels ne suffit plus, il faut viser l’abondance, l’ultra-richesse, les vacances luxueuses…

Pousser les gens vers ce second objectif plutôt que le premier n’est pas anodin : il est plus difficilement atteignable, oblige à rester plus longtemps dans le système, génère de la frustration et de l’insatisfaction… ce qui est certainement bénéfique pour le business des vendeurs de formations, coaching, et autres conseils.

Oui, c’est exactement la teneur de mon message "imagé" qui n’a pas plus à certain.


"We judge a book by its cover ; And read what we want ; Between selected lines"

Hors ligne Hors ligne

 

#44 08/07/2022 17h30

Membre (2017)
Réputation :   99  

Bonjour, pour info voici les tickets d’entrée des banques privées des grands réseaux pour basculer du segment "gestion privée" au segment "gestion de fortune" :
- Caisse d’Epargne 1 m€
- Société Générale 2 m€
- Crédit Agricole 3 m€
- BNP/LCL 5 m€
- CIC 30 m€
donc le chiffre de @ratrace semble cohérent par accéder à d’autres établissements plus prestigieux (JP Morgan, Lazard, UBS etc…)

Hors ligne Hors ligne

 

#45 08/07/2022 17h33

Membre (2011)
Réputation :   232  

ENTP

Est-ce qu’il s’agit d’un ticket d’entrée "net" ou "en placement dans leur institution" ?

Quels sont les services supplémentaires offert par la gestion de fortune ?

Est-ce qu’il existe un accès au crédit meilleur ? à certains produits plus compétitifs ? ou simplement des services de type ’conciergeries privées"

Hors ligne Hors ligne

 

#46 08/07/2022 17h57

Membre (2019)
Réputation :   51  

Quand je vois les montants indiqués dans le message d’Ernest pour basculer dans la partie "gestion de fortune" de ces banques, et pour très bien connaître la qualité de service fournie par ces banques dans le cadre de de cette "gestion de fortune", je suis de plus en plus convaincu que les personnes disposant de ce genre de montant à confier en gestion devraient de toute urgence chercher un bon gestionnaire de fortune indépendant putôt que de souscrire aux services des dites banques. Un gestionnaire honnête leur fera sans aucun doute économiser beaucoup de frais divers et prendra des décisions d’investissement non biaisées par le potentiel revenu qu’il pourrait en tirer.

En ce qui concerne le sujet principal de la file, je ne vois pas trop comment les gens peuvent considérer qu’avec 500.000 euros de patrimoine on est riche aujourd’hui.

Le salaire médian en France est de 27.700 euros par an (en équivalent temps plein). Si on fait l’hypothèse que la notion de "riche" soit approchante de "garder un train de vie inchangé sans avoir de contrainte professionnelle" alors 500.000 euros me semble un montant largement sous-évalué. Si on considère de plus qu’une partie de ce patrimoine sera certainement non productif (i.e. résidence principale d’une valeur moyenne de 194.000 euros en France), il reste donc un patrimoine productif de 300.000 euros. Tirer 27.700 euros par an d’un tel patrimoine revient à obtenir un rendement net supérieur à 9% par an.

La situation est encore pire si l’on souhaite atteindre un revenu de 3673 euros par mois, considéré comme le seuil mensuel de richesse.

Dernière modification par Valdec (08/07/2022 19h01)

Hors ligne Hors ligne

 

[+4]    #47 08/07/2022 18h56

Membre (2015)
Top 20 Année 2022
Top 20 Dvpt perso.
Réputation :   218  

INFP

Quand je travaillais encore en libéral, mon comptable m’avait parlé d’un client qu’il avait, qui lui avait dit qu’en-dessous de 7000 euros par mois, il paniquait car il n’allait plus pouvoir vivre correctement. A deux avec sa compagne ils en gagnaient 15000.
Il y a deux ans, à deux nous gagnions 4100 euros mensuels, je n’ai jamais autant épargné, entre 1000 et 1500 mensuels.
Depuis l’été dernier, nous vivons avec mes allocs chômage de 1600 mensuels, qui se finissent le mois prochain, ensuite on expérimentera la vraie pauvreté du revenu (même si on a un peu de capital de la vente de la maison, mais toute une situation à se refaire, logement et travail suite à déménagement très récent).

Tout ça pour dire que c’est fort relatif, je suis très heureux avec ma Logan qui date de 2011 et qui ne m’a jamais coûté aussi peu cher en pannes et maintenance. Je n’ai aucune envie de SUV (qui ont toujours peur de se salir les pneus quand je les croise sur les routes rurales, on dirait, à chaque fois je dois me jeter dans le fossé tellement ils ont peur d’aller vers le bas côté), que je n’ai aucune envie de partir loin en vacances (de toutes façons, le pass sanitaire et autres nous ont fermé les frontières malgré nous), et les seules vacances qu’on a faites en avion, nous avons réussi à passer 13 jours en Grèce avec voiture de location et aller-retour en avion depuis Milan-la belle famille est à Turin, pour 1000 euros hébergement repas tous frais compris.
Nous avons toujours dépensé fort peu, on a galéré parfois et même souvent car ma compagne a peu ou pas travaillé quand notre enfant est né et dans sa toute petite enfance, elle n’a d’ailleurs pas pu vraiment se faire une situation, ayant un métier artistique non valorisé socialement et ayant travaillé en hôpital public pour pas cher.

Je rejoins la réflexion qu’IH a pu faire qu’à un certain endroit, il est difficile de penser s’en sortir quand on a trop de difficultés et peu d’apport a priori. Dans ma famille, la culture est à se laisser se démerder chacun pour son indépendance. Mais parfois un coup de pouce n’aurait pas été inutile, j’ai appris à faire sans, par contre il m’est inconcevable de laisser mon fils se démerder sans aide…cela dit, il est lui-même très peu dépensier, et bosse fort à la fac, je ne m’en fais pas pour son avenir.
D’ailleurs, nous aurions peut-être pu, à lire certains profils, devenir plus riches en étant plus concentrés sur ce fait. Mais très honnètement, j’ai plus regardé notre vie quotidienne et ses conditions, et que notre fils soit élevé en de bonnes conditions d’épanouissement. On l’a mis en contact avec de la culture, la nature, il a connu une vie simple, parfois sans beaucoup de sécurité, mais je pense que ceci a été un investissement fertile, et que certains renoncements valent le coup.
Parfois gagner moins mais être plus présent dans sa vie est mieux qu’être riche et absent, avec trop de préoccupations liées à son patrimoine.
Il me semble aussi qu’il y a une dimension profondément égotique, voire de revanche sur l’existence, comme s’il fallait vaincre je ne sais quel obstacle: il me semble qu’on peut passer sa vie à se battre, et pour autant on ne sera jamais plus heureux car l’objectif sera toujours repoussé: à un moment la richesse c’est voir tout ce dont on bénéficie pour vivre, c’est voir qu’on a en fait plein de chances que tant n’ont pas, et que vouloir en avoir plus n’est pas forcément mieux. Car vouloir plus peut être infini, alors qu’il est possible que ce vouloir plus n’est rien d’autre qu’une façon de conjurer l’immense peur profonde de l’humain de sa propre finitude, qui est pourtant la chose à laquelle personne n’échappera, personne.

L’après-guerre nous a vendu un monde standardisé où loisirs et vacances sont la récompense obligée d’un travail labeur, qui ne peut être supporté qu’au prix d’une ascension permanente, pour accepter beaucoup de compromissions voire de négation de ses valeurs profondes de vie: je ne suis pas sûr que les générations futures acceptent ce système qui à mon avis a fait son temps.
Mes parents m’ont élevé en me disant que si je bossais bien à l’’école j’aurais un bon boulot. J’ai bien bossé, mais j’ai compris qu’au boulot on ne me récompensera jamais, et que le mythe qu’on m’a vendu comme carotte, s’il a marché pour mes parents, n’a pas marché pour ma génération aussi bien. Je suis fatigué de courir après une carotte que jamais je n’attendrai. On a érigé le matérialisme comme fin en soi, mais il a ses propres limites.
Il faut à mon avis mettre son intelligence en pratique autrement, dans une vision bien plus globale de l’existence que voir la vie comme une échelle à gravir jusqu’à un sommet inaccessible, pour conquérir une liberté par le matériel, alors qu’on peut très bien être salarié mais heureux dans un job qui a du sens avec des patrons et une équipe avec qui on partage des valeurs profondes. Ou toute autre situation. Mais que la richesse n’est pas forcément liée à un patrimoine ou un salaire, mais à un ensemble de choses qui constituent un cadre de vie équilibré.

C’est donc aujourd’hui ce qu’on cherche à recréer, sachant que pour ce faire on a tout lâché.
Nous sommes partis dans une zone montagne car je pense que la vie y évoluera mieux qu’ailleurs concernant l’évolution climatique, sociale, c’est moins facile à certains niveaux, mais je pense par contre que rien ne s’obtient sans rien. Il ne s’agit pas pour autant d’être dans une optique sacrificielle, mais d’être cohérent avec sa vision de l’existence.
Qui pour nous consiste à vivre près de la nature, à travailler en relation avec l’humain et l’aide à l’humain, par contre avoir une grosse voiture, une méga maison impossible à entretenir, et plein d’objets qu’on a peur de perdre ou de voir se dégrader, c’est fort secondaire. Un peu de terrain pour planter des arbres, faire un petit jardin, et vivre simplement, et pouvant accueillir et partager des moments avec qui partage ces valeurs, il me semble que c’est une grande richesse.
Nous avons d’ailleurs vécu 15 ans dans une maison sans jamais fermer la porte à clé ni même celle des voitures. C’est quelque part un grand confort mental. Mais effectivement c’est peu conforme aux standards valorisés actuellement.

Hors ligne Hors ligne

 

#48 08/07/2022 18h58

Membre (2022)
Réputation :   1  

La notion de richesse est tellement subjective, mais pour ceux qui parlent de "richesse humaine", je crois que dans ce fil, il est surtout question de richesse "matérielle", en réponse aux récents articles sur le seuil de richesse en fonction des revenus d’un individu. Il va de soi que la notion de richesse dépasse largement des critères matériels et on peut se sentir "riche" de plein de choses qui ne sont ni matérielles, ni financières !

Pour en revenir au sujet, comme je le dis : "on est tous le riche de quelqu’un".

Donc le premier critère, c’est un critère de comparaison. Un smicard qui peine à joindre les deux bouts, qui roule dans la même Twingo depuis 15 ans et ne part pas en vacances considérera sûrement comme "riche" la personne A, proprio, 55k par an, rouler dans une voiture à 45k et partir en vacances au Brésil. Pourtant, cette personne ne se considère pas comme riche. Cette même personne A considérera comme riche la personne B, propriétaire d’une villa (pas de crédit ou crédit remboursé) et d’une (ou plusieurs) résidence secondaire, qui roule dans une voiture à 80k minimum (achetée comptant), gagne le double d’elle et voyage plusieurs fois par an en business, voire première classe. Je caricature à fond sur les signes extérieurs de richesse car la personne 2 peut n’avoir rien de tout ça mais être multi-millionnaire et être quand même considérée comme riche. Pourtant, la personne B considérera peut-être que parrapport à elle, la personne A un niveau de vie "modeste".

Ensuite, la notion de richesse dépend de l’éducation/enfance qu’on a eue, de notre ascension professionnelle éventuelle, et de ce que l’on considère comme une "vie de luxe". Moi je me considère comme "aisée", mais là encore, tout le monde n’a pas la même idée de l’aisance matérielle/financière. C’est un débat qu’on a eu maintes fois avec un ami qui a à peu près le même niveau de vie que moi et qui, lui, nous considère comme "riches". Il a eu une enfance assez "classe moyenne inférieure" et donc quand il voit qu’il gagne 3 ou 4 fois ce que ses parents gagnaient, il se trouve riche. L’écart entre le niveau de vie de son enfance et son niveau de vie actuel explique certainement cela.

Parenthèse de la richesse matérielle fermée, et même si cela paraît "niais", je me sens largement plus riche de ma famille, de mes amis, de faire mon potager et de partir en randonnée que riche de mon salaire et de mon patrimoine immo/financier.

Hors ligne Hors ligne

 

#49 08/07/2022 19h28

Banni
Réputation :   28  

Membre clivantMembre clivant Membre clivant

En fait ça ne veut rien dire du tout.

Moi avec 4000 par mois je ne pourrais pas vivre avec mon train de vie d’aujourd’hui et je me sentirais très pauvre

Mais en cas de retournement de situation j’e n’aurais de toute façon pas le choix.

Le plus dur quand on commence à gagné beaucoup d’argent n’est pas la montée mais bel et bien là descente.

Aujourd’hui quand je descend en Crête dans un 5 étoile avec piscine privé, je me sens riche, quand je suis sur mon bateau je me sens riche, quand je roule en Porsche je me sens riche, mais le meilleur moment de ma semaine reste le dimanche matin en vétéran quand je joue au foot avec mes potes.

Tout cela est en fait très relatif mais à choisir je préfère très bien gagner ma vie.

Dernière modification par coriace (08/07/2022 19h32)

Hors ligne Hors ligne

 

#50 09/07/2022 06h22

Membre (2020)
Réputation :   13  

Comme déjà mentionné, être riche, chacun a son appréciation et tout est très relatif.

Ma femme et moi pourrions être considérés comme riche ayant une maison à plus d’un million et certains attributs (par exemple, deux suv allemands,  une Porsche, montres de marque, enfants en école privée etc), mais vivant dans un pays riche (Luxembourg), je connais beaucoup de gens qui ont beaucoup plus, ou ont mieux réussi professionnellement, donc cela se fait sentir modeste.

Ma femme travaille dans un family office, elle peut voir ce qu’est la vraie richesse. Des centaines de millions de patrimoine, jet privé, voiture style Mac Laren P1, résidences de luxe etc….

La deuxième point est que ce train de vie repose essentiellement sur nos salaires, donc un accident de parcours ferait que nous devrions réduire notre train de vie. Pas grave, mais sûrement pas si facile encore plus dans un environnement riche.

Bref, pour moi, ces 3600 eur, cela permet de vivre correctement, mais c’est un chiffre qui ne va sûrement pas conduire à la richesse surtout dans une société d’hyperconsommation et de fascination pour des choses futiles et hors de prix.

Hors ligne Hors ligne

 

Information Nouveau venu dans cette longue discussion ?
Flèche Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur