Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#26 03/08/2017 08h21 → Constructeurs automobiles européens : opportunité d'achats ? (automobile, constructeurs, cyclique, valorisation)

Membre
Réputation :   

Stanny,

Ces graphiques ont l’air intéressants…

Mais pourriez-vous y ajouter un petit commentaire car ils ne sont pas forcément très lisibles pour le novice que je suis :-)

A+

Hors ligne

 

#27 03/08/2017 08h30 → Constructeurs automobiles européens : opportunité d'achats ? (automobile, constructeurs, cyclique, valorisation)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   114 

Article du 2/08 : "Une valorisation à la casse pour Renault ?"

Boursedirect.fr a écrit :

Après sa chute de plus de 10% en trois mois, Renault est le dossier qui affiche le meilleur potentiel de hausse parmi les 90 sociétés les plus suivies de la cote parisienne. Le constructeur cote autour de 76,50 euros alors que la moyenne des attentes des analystes (22 recommandations datant de moins d’un mois) s’établit à 98,41 euros, soit un potentiel de 28,6% environ. Les objectifs de cours vont de 75 euros chez Morgan Stanley, le plus pessimiste des bureaux d’études de la place, à 150 euros chez Kepler Cheuvreux, le plus optimiste. L’analyste dont les recommandations sont les plus fiables sur le dossier depuis un an, Hans-Peter Wodniok d’AlphaValue, recommande d’accumuler le titre, qu’il valorise 86,90 euros. L’analyste qui occupe la première place sectorielle actuelle pour ses avis sur l’automobile, Jean-Louis Sempé d’Invest Securities, préconise lui d’acheter le titre en visant 117 euros. Comment expliquer un tel décalage entre perception du marché et celle des analystes ? Pour Gaëtan Toutlemonde, chez Deutsche Bank, la correction est excessive et la valorisation trop faible. S’il concède que les résultats semestriels étaient décevants au niveau de la marge automobile, il replace le dossier dans son contexte. "Si on le place en perspective, le cours actuel de l’action et à son niveau d’il y a deux ans, alors, dans le même temps, que le résultat opérationnel a presque doublé, ce qui met en lumière l’importante dévalorisation", souligne-t-il.

Dernière modification par Isild (03/08/2017 08h30)

Hors ligne

 

#28 03/08/2017 08h40 → Constructeurs automobiles européens : opportunité d'achats ? (automobile, constructeurs, cyclique, valorisation)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   115 

Bonjour Isild,

Durun avait fait récemment un article brillant sur le sujet ; il m’a convaincu (actionnaire).
Je crois que comme par le passé avec d’autres belles valeurs, il faut désormais serrer les f. et se dire "Wait and See" !
Pour ma part, la question que je me pose est de savoir à quel niveau je renforcerais si la baisse se poursuit ; baisse peut être liée aux affaires en cours qui éclaboussent un secteur en petite forme globalement anticipé à la baisse ?

Cordialement et bonnes réflexions,

X

Hors ligne

 

#29 03/08/2017 08h51 → Constructeurs automobiles européens : opportunité d'achats ? (automobile, constructeurs, cyclique, valorisation)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   114 

Bonjour Iqce,

Malheureusement, Durun a effacé son message. Dommage.
Vous ne pourriez pas nous faire un petit résumé ? wink

Je crois qu’il y a beaucoup de belles valeurs qui sont secouées en ce moment (Carrefour notamment et même Sanofi qui me laisse totalement perplexe).

Hors ligne

 

#30 03/08/2017 09h58 → Constructeurs automobiles européens : opportunité d'achats ? (automobile, constructeurs, cyclique, valorisation)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   115 

…Et Danone ?
Mais Carrefour me semble plus mal engagé…

Laissons à Durun ce qui est à Durun (surtout parce que son message était aussi long qu’argumenté et que cela me dépasse totalement).

Hors ligne

 

#31 03/08/2017 10h12 → Constructeurs automobiles européens : opportunité d'achats ? (automobile, constructeurs, cyclique, valorisation)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   114 

Danone, c’est pas la fiesta non plus, c’est sûr.
Elle était encore un peu verte chez moi mais le rouge la guette !

Hors ligne

 

#32 03/08/2017 10h53 → Constructeurs automobiles européens : opportunité d'achats ? (automobile, constructeurs, cyclique, valorisation)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   102 

Je pense que la défiance sur les constructeurs automobiles continue pour toutes les raisons déjà évoquées :
- Les constructeurs auto sont considérés comme les sociétés les plus cycliques du marché et les plus exposées en cas d’un retournement de cycle économique (fort Beta historique) -> Prime de risque. Je pense même que des opérateurs (hedge) long-short se couvrent en shortant le marché auto en cas de retournement de cycle.
- Le marché US commence à montrer des signes de fébrilité
- Les risques de dieselgate -> Prime de risque
- La remontée de la parité €/$ sont défavorables pour les constructeurs européens
- Les risques de ruptures techno avec l’interdiction du diesel, le tout électrique, nouveaux CAPEX importants, etc -> Prime de risque
- Un cashflow souvent << au RN à cause d’un BFR important
- BFR largement lié au financement des véhicules - risque sur la qualité/solvabilité des clients finaux. Prime de risque en cas d’impayé important

Bref, ces nombreux points semblent prendre le dessus sur la qualité des résultats & la croissance constatée depuis plusieurs années.

Les differents risques semblent donc être particulièrement bien intégrés dans les cours boursiers. J’aurai donc tendance à penser qu’en cas de réduction d’un ou plusieurs risques précédents, les cours devraient repartir à la hausse. Le risque de hausse me semble donc > au risque de nouvelle baisse. Il me semble que nous avons une dissymétrie favorable (baisse max peut-être de 20 ou 30% ? Hausse max : +100%). Je reste donc acheteur avec un léger renforcement (je ne dépasserai pas 10% de mon portefeuille sur RNO)

Ceci est un simple avis, en aucun cas un conseil à l’achat. Une société comme RNO étant une bigcap largement suivie et analysée, le cours boursier est probablement efficient au vu de toutes les informations disponibles.

A suivre,

Hors ligne

 

#33 09/08/2017 14h20 → Constructeurs automobiles européens : opportunité d'achats ? (automobile, constructeurs, cyclique, valorisation)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   70 

Quelques remarques personnelles:

Plusieurs auteurs réputés considèrent qu’acheter un panier de big caps avec un gros dividende ou un faible PER permet de surperformer les indices de big caps (Graham, O’Shaughnessy). Renault en fait partie.

Néanmoins, Renault est la pire performance de mon portefeuille, -10% YTD. J’ai renforcé après la chute qui a suivi le versement du dividende. Le marché ne se trompe jamais. Je pense qu’il est urgent de ne pas surdimensionner sa position (clin d’oeil pour vous Tanuky).

La dynamique boursière de Peugeot est beaucoup plus favorable par exemple.

Petit aparté sur les risques du secteur, je me remémore un post de MMM qui indiquait que Tesla vendait plus de véhicule premium que ses concurrents directs au Etats-Unis.

1400 Miles of Non-Driving in a Tesla

Cela me fait réfléchir.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne

 

#34 09/08/2017 15h53 → Constructeurs automobiles européens : opportunité d'achats ? (automobile, constructeurs, cyclique, valorisation)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   135 

Bonjour

Soyez prudent avec Renault. N’oubliez pas que ce n’est pas un constructeur "comme les autres leaders" du secteur. C’est une alliance. Les résultats de RNO intègrent ceux de Nissan, qui à son niveau, intègre ceux de Mitsubishi en phase de redressement. Vous prenez de grands risques si vous ne regardez que les comptes de RNO sans étudier ce qui se passe chez les deux autres.

Toujours pour RNO, la configuration graphique est à la baisse pour le moment. Le cours peut encore descendre jusque vers 70, peut-être un peu moins. Si vous désirez entrer sur la valeur, un peu de patience pourrait s’avérer profitable.

Cordialement


Sur Twitter @Boursovision et Facebook /Boursovision Suggestions gratuites de valeurs pour investir

Hors ligne

 

#35 09/08/2017 16h01 → Constructeurs automobiles européens : opportunité d'achats ? (automobile, constructeurs, cyclique, valorisation)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   321 

Aussi, il est envisageable que des actions RNO soient misent à la vente par l’état lors des privatisations annoncées dès la rentrée… Avec un prix attractif comme lors de précédentes privatisations ?


"Cesse de croire, instruis toi"- André Gide

Hors ligne

 

#36 09/08/2017 16h35 → Constructeurs automobiles européens : opportunité d'achats ? (automobile, constructeurs, cyclique, valorisation)

Membre
Réputation :   34 

L’Etat s’est renforcé à un cours proche de 86 euros en 2015 (décision d’un ministre nommé Macron). Je le vois mal revendre en-dessous de ce cours et ensuite aller expliquer la perte aux contribuables que nous sommes…

Hors ligne

 

#37 17/08/2017 16h26 → Constructeurs automobiles européens : opportunité d'achats ? (automobile, constructeurs, cyclique, valorisation)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   102 

Article intéressant sur RNO
Même type d’analyse sur BMW

Renault : Meilleure Opportunité de la Cote Française ?

Hors ligne

 

#38 03/11/2017 10h26 → Constructeurs automobiles européens : opportunité d'achats ? (automobile, constructeurs, cyclique, valorisation)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   115 

Ce n’était pas prévu au programme ( Durun ?) mais on ne va pas se plaindre :

PARIS (Agefi-Dow Jones)--Carlos Ghosn, le tout puissant patron de l’Alliance Renault-Nissan, peut être satisfait. Alors qu’il considérait que la participation de 4,73% acquise en avril 2015 par l’Etat au capital du groupe Renault constituait un frein à la progression du titre du constructeur français, l’Agence des participations de l’Etat (APE) a annoncé jeudi soir la cession du bloc en question constitué de 1,4 million de titres.

La transaction, sous forme d’un placement institutionnel avec constitution accélérée du livre d’ordres, "rapportera à l’Etat 1,21 milliard d’euros", indique l’APE. "Cette opération est un succès stratégique, obtenu dans des conditions patrimoniales favorables puisque l’Etat enregistre une plus-value de plus de 55 millions d’euros", s’est félicité le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire.

Alors que l’Etat est régulièrement pointé du doigt pour son manque d’efficacité et de clairvoyance dans son rôle d’actionnaire, il a profité de la remontée progressive de l’action Renault en septembre, puis d’un ultime rebond depuis le 25 octobre.

Le titre Renault a clos la séance de jeudi à 86,60 euros (stable). Une vente à ce cours représente 1,2124 milliard d’euros. A cela, il convient d’ajouter les dividendes reçus pendant les deux ans et demi de détention. Selon un document du Sénat pour le projet de loi de Finances 2016, l’Etat avait acquis les titres en avril 2015 pour un montant de 1,258 milliard d’euros.

Si l’Etat n’a jamais annoncé le prix auquel il avait acquis les titres, le cours du titre approchait alors les 86 euros et le prix de référence avait été fixé à 85,26 euros lors de la signature le 7 avril 2015 du contrat d’options conclu avec Deutsche Bank, qui agissait pour le compte de l’Etat. Dès lors, l’action ne parvenait pas à dépasser franchement les 86 euros, les investisseurs vendant de crainte de subir un effet plus violent encore lié à la vente du bloc.

L’APE rappelle qu’à l’issue de la transaction, l’Etat reste le premier actionnaire de Renault, avec 15,01% des parts. Il avait acquis 4,73% supplémentaires pour s’assurer de ne pas voir ses droits de vote double - instaurés par la loi Florange de 2014 - retoqués en assemblée générale.

Au-delà de ces considérations, l’Etat poursuit son programme de cession de 10 milliards d’euros d’actifs détenus dans des entreprises françaises, annoncé en juillet, afin de financer le fonds pour l’innovation voulu par le président Emmanuel Macron. Renault, dans le cadre de son programme de rachat d’actions, a acquis 10% des titres cédés jeudi pour les proposer ultérieurement à ses salariés et anciens salariés.

-Antoine Landrot, L’Agefi. ed: VLV

L’Agefi est propriétaire de l’agence Agefi-Dow Jones

Dernière modification par Iqce (03/11/2017 10h27)

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech