Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#1 06/05/2016 12h49 → Les juniors de la production de potasse : Danakali, Elemental Minerals… (danakali, elemental, juniors, potasse)

Membre
Réputation :   101 

Les cours de la potasse baissent inexorablement et les investisseurs dans Potash Corp sont au bord de la crise de nerfs. C’est l’occasion pour les contrarians de jeter un œil au secteur.

Ce que je comprends :
- La potasse est une matière première abondante mais construire une mine nécessite des investissements très importants.
- Les cartels de la potasse, qui en régulant la production avaient mené les cours au firmament, ne sont plus d’actualité.
- Les cours d’une matière première peuvent rester déprimés pendant des années
- L’agriculture a besoin et aura encore besoin de potasse dans le futur.

Par goût, je préfère jouer les juniors pour m’exposer, un peu, à la potasse C’est aussi plus facile à appréhender qu’une grande entreprise avec plusieurs secteurs d’activités et plusieurs mines. Attention, je ne conseille à personne cette approche car les risques sont très importants et on peut très bien y laisser sa mise. Dans le langage de ce forum et dans l’esprit de la newsletter n°200, il s’agit de spéculation et non d’investissement. Mettre des billes aux cotés d’entrepreneurs qui essayent de développer une mine, est considéré comme de la spéculation car on ne maîtrise pas le cours du sous-jacent. Soit.

J’ai identifié plusieurs juniors : Danakali, IC Potash, Elemental Minerals, Verde Potash, African Potash, Gensource Potash, Highfield Resources, Sirius Minerals, Circum Minerals.

Il me semble que le critère à privilégier, c’est l’estimé des coûts de production. Seule des mines « low-cost » pourront être construites si les cours de la potasse restent déprimés.

Pour faire ma propre sélection, j’ai tenu notamment compte du coût de construction, de la localisation (en évitant les zones déjà encombrées), du type de production (MOP ou SOP), du degré d’avancement, des infrastructures. Finalement, j’ai initié par ordre de préférence des lignes sur Danakali et Elemental Minerals. Verde Potash aurait pu rejoindre la liste mais la forte hausse du cours de l’action m’a pour l’instant dissuadé.

Danakali : à priori ce serait la seule mine de potasse à ciel ouvert (la potasse est seulement à 16 mètres de profondeur). Ce qui constitue un avantage indéniable en terme de coût de production et de coût de construction. Le projet sera aussi multi-phases ce qui permet là aussi de diminuer l’investissement initial (298 millions de $). Situé près des infrastructures (mer à 75 km, port international à 180 km), il produira un type de potasse appelé SOP (ou Polyhalite) qui est vendu plus cher que le traditionnel MOP. Le gros inconvénient du dossier, c’est le pays : l’Erythrée. La compagnie nationale ENAMCO détient d’ailleurs 50% du projet. Cela implique une décote comme on peut le voir sur une compagnie telle que Nevsun Resources. Il n’est pas exclu non plus que l’aventure tourne court avec  un rachat par des investisseurs chinois (l’Asie est le marché ciblé). C’est ce qui est arrivé récemment avec Sunridge Gold ou en  2011 avec le projet Zara de Chalice Gold.

Elemental Minerals : au Congo, avec de bonnes infrastructures notamment au niveau énergie, ce projet multi-dépôts affiche des teneurs importantes et vise principalement le marché brésilien. Il affiche des bas coûts d’extraction aussi du fait d’une faible profondeur 200-300 m. Dans le contexte actuel, son principal inconvénient est le capex de 1,8 milliards de $. Le management cherche des solutions pour le faire baisser mais il restera conséquent.

Je découvre ce secteur et certaines données m’ont surpris. Par exemple, Danakali a des réserves estimées à 200 ans… Ou encore, BHP Billiton’s a mis en sommeil son projet Jansen dans lequel il a déjà englouti 3,8 milliards de $ (mais il en manque encore 14 pour mettre la mine en production…).

Message édité par l’équipe de modération (10/05/2016 18h49) :
- modification du titre ou de(s) mot(s)-clé(s)

Dernière modification par okavongo (06/05/2016 12h49)

Mots-clés : danakali, elemental, juniors, potasse

Hors ligne

 

#2 08/02/2017 23h04 → Les juniors de la production de potasse : Danakali, Elemental Minerals… (danakali, elemental, juniors, potasse)

Membre
Réputation :   164 

Je viens de découvrir Sirius Minerals que JP Morgan  recommande à l’achat.

Ils exploitent au Yorkshire, ce qui est moins exotique que le Congo ou l’Erythrée, mais cela rentre au PEA et l’environnement est plus stable. Il semble que les autorisations requises aient été obtenues et que le projet soit bien avancé :

Sirius Minerals | Home

JP Morgan says Sirius Minerals Plc is mining?s cheapest stock, starts coverage with ?overweight? rating

Hors ligne

 

#3 09/02/2017 00h06 → Les juniors de la production de potasse : Danakali, Elemental Minerals… (danakali, elemental, juniors, potasse)

Membre
Réputation :   101 

Sirius n’exploite rien pour l’instant (pas avant 2018). Cette entreprise colle donc parfaitement à cette file qui répertorie des projets de développement. Elle faisait d’ailleurs partie de la liste de mon message. Mais je l’avais écarté de ma sélection car je trouve le capex trop élevé. Certes, depuis ils ont apparemment réussi à lever 1,2 milliards de $ mais il en manque à priori encore 2,6 milliards… Le tunnel de 37 km devant accueillir un convoyeur m’avait a lui seul un peu refroidi. Je préfère des projets plus simples. Et puis, j’avais trouvé le dossier trop "marketé".

Amusant au passage de voir JP Morgan conseiller l’action à l’achat et faire aussi partie du pool bancaire chargé de trouver les financements manquants. Et une hausse de l’action aiderait surement à financer le projet…

Par contre, histoire d’avoir un projet européen en portefeuille, j’ai acheté en cours d’année dernière des actions de Highfield Resources et donc un morceau de son projet en Espagne (qui est plus petit que celui de Sirius mais me semble-t-il plus facile à financer).

Coté performance boursière, les lignes Danakali et Elemental Minerals (qui va maintenant s’appeler Kore Potash et aura quand même besoin de presque 2 milliards de $ pour construire la mine…) achetées au moment de mon message initial font respectivement + 140 % et -10%. Highfield ajouté plus tard est à -7%.

Hors ligne

 

#4 09/02/2017 23h44 → Les juniors de la production de potasse : Danakali, Elemental Minerals… (danakali, elemental, juniors, potasse)

Membre
Réputation :   164 

Je continue à "potasser" le sujet !

J’ai "déniché " Agrimin dont le cours à quand même quadruplé depuis le mois de mai !

Agrimin Ltd: ASX:AMN quotes & news - Google Finance

C’est de la potasse SOP qui sera extraite en tranchée peu profonde à partir de 2020 dans un lac salé situé en Australie au milieu de nulle part !

Agrimin Limited

La présentation aux investisseurs faite ce mois-ci est très instructive.

Le coût de développement semble raisonnable et l’environnement excellent : l’Australie ça rassure plus que le Congo ou l’Erythrée. Les petits actionnaires peuvent même envisager de visiter leurs investissements sans risquer leur peau ! En revanche, cela va coûter un bras d’acheminer toute cette potasse jusqu’au port de Darwin.

Quelques analystes ont "potassé" mieux que moi cette affaire :

http://www.grcl.com.au/wp-content/uploa … o_Grow.pdf

Dernière modification par stokes (09/02/2017 23h52)

Hors ligne

 

#5 10/02/2017 12h31 → Les juniors de la production de potasse : Danakali, Elemental Minerals… (danakali, elemental, juniors, potasse)

Membre
Réputation :   101 

Belle trouvaille. Projet qui a l’air simple, capex faible et coté transports on est certes loin de Darwin mais Darwin est plus proche du marché asiatique que bien des projets concurrents.

Dommage, que je n’ai pas su détecter cette junior en mai dernier au moment de mon premier message. Car je n’aime pas prendre les trains en marche et je n’ai aucune envie de payer 3 ou 4 fois plus cher qu’il y a quelques mois…

Frustration plus importante, cité dans mon message initial avec cette appréciation "Verde Potash aurait pu rejoindre la liste mais la forte hausse du cours de l’action m’a pour l’instant dissuadé". J’ai continué de suivre le cours dans une "watch list". +96,83 % c’est la hausse du cours… hier (obtention du permis environnemental) ! Caramba, j’aurais du miser aussi sur ce cheval là. Moralité : dans le domaines matières premières / juniors, il faut diversifier. Encore et toujours…

Dernière modification par okavongo (10/02/2017 12h49)

Hors ligne

 

#6 10/02/2017 21h03 → Les juniors de la production de potasse : Danakali, Elemental Minerals… (danakali, elemental, juniors, potasse)

Membre
Réputation :   164 

Autre motif de frustration : aucun de mes courtiers, Binck et Saxo, ne propose cette valeur.

C’est bien la 1ère fois que je découvre une valeur ignorée par Saxo.

Hors ligne

 

#7 10/02/2017 22h02 → Les juniors de la production de potasse : Danakali, Elemental Minerals… (danakali, elemental, juniors, potasse)

Membre
Réputation :   101 

Je ne suis pas surpris car depuis quelques mois je ne peux plus intervenir sur certaines small caps australiennes liées au matières premières. Suite à mon questionnement Saxo m’avait indiqué : "Ces valeurs ne seront plus proposées par Saxo Banque, de ce fait, vous ne pourrez plus en racheter avantage mais uniquement réduire ou clôturer vos positions."

Elemental Minerals, devenu Kore Potash, dont je parle plus haut fait partie des valeurs bloquées.

Hors ligne

 

#8 10/02/2017 22h12 → Les juniors de la production de potasse : Danakali, Elemental Minerals… (danakali, elemental, juniors, potasse)

Membre
Réputation :   164 

74M$ de capitalisation cela en fait en effet une petite valeur.

Hors ligne

 

#9 11/02/2017 12h16 → Les juniors de la production de potasse : Danakali, Elemental Minerals… (danakali, elemental, juniors, potasse)

Membre
Réputation :   164 

okavongo a écrit :

Danakali : à priori ce serait la seule mine de potasse à ciel ouvert (la potasse est seulement à 16 mètres de profondeur). Ce qui constitue un avantage indéniable en terme de coût de production et de coût de construction. Le projet sera aussi multi-phases ce qui permet là aussi de diminuer l’investissement initial (298 millions de $). Situé près des infrastructures (mer à 75 km, port international à 180 km), il produira un type de potasse appelé SOP (ou Polyhalite) qui est vendu plus cher que le traditionnel MOP. Le gros inconvénient du dossier, c’est le pays : l’Erythrée. La compagnie nationale ENAMCO détient d’ailleurs 50% du projet. Cela implique une décote comme on peut le voir sur une compagnie telle que Nevsun Resources. Il n’est pas exclu non plus que l’aventure tourne court avec  un rachat par des investisseurs chinois (l’Asie est le marché ciblé). C’est ce qui est arrivé récemment avec Sunridge Gold ou en  2011 avec le projet Zara de Chalice Gold.

Ne confondez-vous pas l’Erythrée et l’Ethiopie ?

http://circumminerals.com/sites/default … b.2017.pdf

A priori, j’aurais davantage confiance dans l’Ethiopie du point de vue de la stabilité institutionnelle. A noter que le port de Djibouti sera certainement utilisé, mais ce n’est pas la porte à côté.

Hors ligne

 

#10 11/02/2017 14h19 → Les juniors de la production de potasse : Danakali, Elemental Minerals… (danakali, elemental, juniors, potasse)

Membre
Réputation :   101 

Rassurez-vous Camarade, je ne confonds pas l’Ethiopie et l’Erythrée wink

Le désert du Danakil se situe dans ces 2 pays et d’une manière générale j’essaye de faire attention à ce que j’écris. Les projets coté éthiopien auraient pu être intéressants mais dans la pratique c’est difficile d’y être directement exposés : Circum Minerals est une entreprise qui n’est pas en bourse, Allana Potash a été racheté par Israel Chemicals et Yara International est aussi une multinationale des engrais (plus d’infos). Restait donc le projet Colluli de Danakili (ex : South Boulder) qui est situé de l’autre coté de la frontière. Ayant déjà investi dans des entreprises opérant en Erythrée, je n’ai pas peur (on pourrait entrer dans un débat sur les droits de l’homme mais je manque d’éléments et je constate que la législation érythréenne défend bien les intérêts du pays avec des participations massives et systématiques de la compagnie nationale ENAMCO dans tous les projets). A noter que le projet Colluli est cité dans la diapo 18 de la présentation d’Agrimin.

A part ça, Colluli avance bien (le choix des prestataires pour la construction est en cours) et son seul défaut est sa localisation qui effectivement rebute beaucoup d’investisseurs. Je crois vraiment que les fondamentaux vont permettre d’avoir un coût de production faible et c’est le critère le plus important pour passer les bas de cycle. Mon seul regret est de ne pas en avoir acheté plus en mai 2016, mais je me console en ne vendant pas pour faire une "ligne gratuite" contrairement à mes anciennes habitudes. Tout ça pourrait bien finir par un rachat et j’espère qu’alors le premium sera conséquent afin de sortir avec le sourire du dossier.

Dernière modification par okavongo (11/02/2017 14h20)

Hors ligne

 

#11 11/02/2017 14h45 → Les juniors de la production de potasse : Danakali, Elemental Minerals… (danakali, elemental, juniors, potasse)

Membre
Réputation :   164 

Oups…..le camarade n’a pas une âme d’explorateur et reprend donc une tasse de café car tout cela est bien compliqué, surtout s’il faut "potasser" les atlas de cette contrée à tout le moins aride.

Bon, j’essaye de résumer un peu ; dans ce coin-là nous avons donc 2 "potassières" junior en projet de part et d’autre de la frontière :

- Erythrée : projet Colluli, détenu à 50% par la société Danakali cotée à Sydney.
- Ethiopie : projet Danakil détenu à 100% par Circum Minerals non cotée. On notera néanmoins que Circum Minerals est détenue à hauteur de quelques % par Premier African Resources cotée à Londres.

On se dit qu’a priori, point de vue coût du projet et coûts d’exploitation, cela doit être kif kif entre les 2 pays. En revanche, l’acheminement portuaire doit être plus court et plus aisé coté Erythrée que côté Ethiope où il faudra tout charroyer jusqu’à Djibouti.

On se prend aussi à espérer très fort que ces 2 pays qui se regardent en chiens de faïence ne se remettent pas à guerroyer comme ils l’ont fait pendant tant d’années….sinon adieu potasse et dividendes espérés.

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech