Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#851 07/02/2019 16h32 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Banni
Réputation :   280 

On est donc d’accord sur le 1er point.

Pour le reste ouvrez un fil sur le Brésil et on discutera si vous voulez ; je sais bien que tout est dans tout et réciproquement, mais il faut essayer de nous restreindre au sujet de chaque discussion.

Hors ligne

 

#852 07/02/2019 18h27 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   409 

stokes a écrit :

Bonsoir,

Tonton Donald a prononcé hier le traditionnel discours sur l’état de l’union ; la tonalité semble être modérée et plutôt consensuelle :

…/…
- frontière mexicaine : le président reste ferme sur le fonds mais reconnaît que le mur pourrait être une simple clôture ou barrière. A priori, le budget à y consacrer ne devrait pas être exorbitant.

The State of the Union. What a Joke !

Trump a encore menti en disant qu’il avait fait construire le mur dans les villes frontiere de El Paso lots of bull shit !
Les fonds qui lui ont été octroyés n’ont pas encore été utilisé.

A border fence did not lower crime rates in El Paso. In fact, crime went up a bit.
During his State of the Union speech, President Trump tried to make the case for his border wall with wildly false claims about the Texas border city.

Alexia Fernández Campbell a écrit :

Lors de son discours sur l’état de l’Union, le président Donald Trump a tenté de plaider mardi en faveur de la construction de son mur de frontière en répétant son mensonge sur les crimes violents commis le long de la frontière entre le Texas et le Mexique.

«La ville frontalière d’El Paso, au Texas, affichait des taux extrêmement élevés de crimes violents - l’un des plus élevés du pays et [était] considérée comme l’une des villes les plus dangereuses de notre pays. Maintenant, avec une puissante barrière en place, El Paso est l’une de nos villes les plus sûres », a déclaré Trump.

Tout ce qui concerne cette déclaration est faux.

El Paso n’a jamais été considérée comme l’une des villes les plus dangereuses des États-Unis. En fait, le taux de crimes violents y est bas depuis des décennies - bien avant que le Corps of Engineers de l’armée américaine ne commence à construire une clôture en acier le long du Rio Grande en 2009.

Cheers, jeers on border as Trump pushes wall in State of Union  <==== Article complet de Reuters en anglais

traduction parcielle, Reuters Jennifer McEntee, Paul Ingram, Julio-Cesar Chavez a écrit :

“A BIG WASTE OF MONEY”
In San Diego, high school teacher Stacy Salazar, whose students are primarily Hispanic and low-income, was appalled that Trump wanted to spend billions on walls when her school could not afford basic supplies.
“UN GRAND GASPILLAGE D’ARGENT”
À San Diego, Stacy Salazar, enseignante au secondaire, dont les élèves sont principalement hispaniques et à faible revenu, a été horrifiée par le fait que Trump voulait dépenser des milliards de dollars en murs alors que son école ne pouvait pas acheter les fournitures de base.

Trump est borné
son vocable est limité
A wall a barriere or what ever you want to call it …

Son mur il le veut et il n’en décolle pas. La politique US est devenue une grosse blague. En fait il ne sait pas ce qu’il veut

Il me fait penser au  Le «D’r Hans im Schnokeloch » de Jean-Baptiste Weckerlin (1883).
Les alsaciens apprécierons. Le lien donne le texte en alsacien et sa traduction en français.

Un nouveau shut down ? 
ou bien
le "state of emergency".
Only time will tell.
Dans un cas comme dans l’autre il est bien loin de la solution, et tragédie continue.
a propos de la tragédie voilà une petite blague.

la blague a écrit :

Little Johnny Meets Donald Trump
Donald Trump decided to visit an elementary class one day.
The teacher asked the President if he’d like to lead a discussion on the word ’tragedy.’

So Trump asked the class for an example of a ’tragedy’.

One little boy stood up and offered: "If my best friend, who lives on a farm, is playing in the field and a tractor runs him over and kills him, that would be a tragedy.”
"No," said Trump, "that would be an accident.

A little girl raised her hand: "If a school bus carrying 50 children drove off a cliff, killing everyone, that would be a tragedy." "I’m afraid not," explained Trump.
"That’s what we would call a great loss.”

The room went silent. No other child volunteered. Trump searched the room. "Isn’t there someone here who can give me an example of a tragedy?”

Finally at the back of the room, Little Johnny raised his hand. The teacher held her breath ….. In a quiet voice he said:
"If the plane carrying you was struck by a ’friendly fire’ missile and blown to smithereens that would be a tragedy.”
"Fantastic!" exclaimed Trump, "That’s right. And can you tell me why that would be a tragedy?”


"Well," says Johnny,
"It has to be a tragedy, because it sure as hell wouldn’t be a great loss … and you can bet your sweet ass it wouldn’t be an accident either!”


The teacher left the room ……….

last phrase en français "Et bien," dit Johnny, "ça ne peut être qu’une tragédie, parce que ce ne serait sûrement pas une grande perte … et  tu peux parier ton beau cul que ça ne serait pas un accident non plus!"

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/3097_screen_shot_2019-02-07_at_111432_am.png

U.S. border officials don’t share Trump’s zeal for border wall: lawmakers

Reuter a écrit :

“What they said over again was technology,” Durbin said. “They don’t rule out barriers, they don’t rule out fences. But that isn’t the first priority.”

Other members backed up Durbin’s assessment of the border officials’ position.

“Technology” refers to devices such as huge scanners that can look inside trucks and cars, sensors, drones and other high-tech tools that could be quickly dispatched.

Traduction: Ce qu’ils ont répété, c’était de la technologie", a déclaré Durbin. «Ils n’excluent pas les barrières, ils n’excluent pas les clôtures. Mais ce n’est pas la première priorité. "

D’autres membres ont confirmé l’évaluation de la position des agents des services frontaliers par Durbin.

La «technologie» fait référence à des dispositifs tels que des scanners énormes pouvant regarder à l’intérieur des camions et des voitures, des capteurs, des drones et d’autres outils de haute technologie pouvant être rapidement utilisés.

Edit pour rajouter le lien.
Le «D’r Hans im Schnokeloch »de Jean-Baptiste Weckerlin (1883),
et le dernier article

Dernière modification par Miguel (07/02/2019 19h19)


'Experience is what you get when you didn't get what you wanted', Howard Marks.

Hors ligne

 

#853 11/02/2019 20h09 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   409 

Bloomberg a écrit :

Time is running out to avoid another shutdown, to make a trade deal.

Talks go nowhere
With the clock ticking to avoid another partial government shutdown, talks over the weekend seeking an accord on border security broke down without agreement. President Donald Trump is due to go to El Paso, Texas, later today for a rally backing the construction of a wall as parties in Congress remain at loggerheads over immigration issues. While lawmakers could try to punt the standoff with another temporary funding deal, the president may resist signing such a bill, according to White House Chief of Staff Mick Mulvaney. Should there be no resolution, nine federal departments and related agencies would shut down again after Friday.
766/5000


TraductionBloomberg
Le temps est compté pour éviter un nouvel (arrêt) shutdown.

Les discussions ne vont nulle part
Alors que le temps presse pour éviter un autre arrêt (shutdown) partiel du gouvernement, les pourparlers au cours du week-end visant à obtenir un accord sur la sécurité des frontières ont été rompus sans accord. Le président Donald Trump doit se rendre à El Paso, au Texas, plus tard aujourd’hui pour un rassemblement en faveur de la construction d’un mur, alors que les partis au Congrès restent en désaccord sur les questions d’immigration. Bien que les législateurs puissent essayer de résoudre le problème avec un autre accord de financement temporaire, le président pourrait résister à la signature d’un tel projet de loi, selon le chef de cabinet de la Maison Blanche, Mick Mulvaney. Si aucune solution n’était trouvée, neuf ministères fédéraux et organismes connexes seraient à nouveau fermés après vendredi.

Il semble fort probable que le Président des USA Déclare a nouveau un shutdown partiel du gouvernement américain en fin de semaine.
La possibilité qu’il déclare une "National Emergency" semble exclue.


Le 5 Février dernier Jennifer Jacopbs écrivait

By JENNIFER JACOBS / BLOOMBERG a écrit :

Trump caused a 35-day partial government shutdown after rejecting congressional spending bills that would have provided no new money for border wall construction and demanding $5.7 billion for his top campaign promise. He capitulated last month and signed legislation temporarily re-opening the government after Democrats agreed to appoint a conference committee to negotiate border spending, without promising any money for the wall.

The spending bill expires Feb. 15, when the government will again partially shutdown in the absence of an agreement between Congress and the president.

Trump has frequently mused to reporters about invoking emergency powers to begin construction without congressional approval. But Democrats have threatened to fight such a move in court, and the idea is unpopular even among many Republican lawmakers, who fear Trump could set a dangerous precedent for future presidents.

Trump a souvent "fait croire" aux journalistes qu’il allait invoquer des pouvoirs d’urgence (déclarer une "National Emergeny" Un état d’urgence) pour commencer la construction sans l’approbation du Congrès. Mais les démocrates ont menacé de s’opposer à une telle démarche devant les tribunaux et l’idée est impopulaire, même parmi les nombreux législateurs républicains, qui craignent que Trump ne crée un dangereux précédent pour les futurs présidents.

Lets "wait and see" .
Attendons de voir ce qui se passer.

Trump c’est comme les marchés il est impossible de prévoir ce qu’il va faire.
En tous cas ce soir il sera a El Paso,  impossible de dire ce qui aura lieu entre les partisans de Trump et les opposants, durant le rassemblement que Trump va présider ce soir.

O’Rourke a écrit :

El Paso is “safe not because of walls, and not in spite of the fact that we are a city of immigrants,” O’Rourke wrote in a Medium post published Friday that also includes a 10-point plan on immigration policy. The city is “safe because we are a city of immigrants and because we treat each other with dignity and respect.”

El Paso est "sûre non pas à cause des murs, ni malgré le fait que nous sommes une ville d’immigrants", a écrit O’Rourke dans un article de Medium, publié vendredi, qui comprend également un plan en dix points sur la politique d’immigration. La ville est "sûre parce que nous sommes une ville d’immigrés et que nous nous traitons avec dignité et respect".

Trump et O’Rourke (democrat en lice pour président en 2020)
Trump to Square Off With Beto O’Rourke in Dueling Texas Rallies

Donald Trump affrontera le potentiel challenger démocrate Beto O’Rourke lundi à El Paso, au Texas, alors que les deux équipes s’affronteront sur le mur de la frontière avec une deuxième fermeture possible du gouvernement dans moins d’une semaine.

Dernière modification par Miguel (11/02/2019 20h49)


'Experience is what you get when you didn't get what you wanted', Howard Marks.

Hors ligne

 

[+1]    #854 12/02/2019 09h09 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Réputation :   24 

Les différents leaders démocrates actuels, Alexandria Occasio-Cortez, Elizabeth Warren, Bernie Sanders font actuellement assaut de propositions socialistes sur une hausse des droits de succession, la mise en place d’un ISF ou le rajout d’une tranche à 70% sur l’IR.

C’est assez intéressant pour au moins 2 raisons :
Trump doit s’en frotter les mains car il va pouvoir s’en saisir et se poser en rempart libéral face à ces propositions socialistes,
C’est par ailleurs assez intéressant de voir que la définition de "riche" aux USA et en France n’est pas tout à fait la même comme le fait remarquer Marc Fiorentino ce matin :  "aux yeux des Américains, même de gauche, et les "aisés" aux yeux des Français. Pour Elizabeth Warren, on parle d’une taxe sur la fortune de 2% au-dessus de…50 millions $ et de 3% au-dessus.d’un milliard de $! Pour Ocasio Cortez le taux de 70% s’appliquerait à des revenus de plusieurs…millions de dollars. Pour Sanders, la taxe sur la succession s’appliquerait au-dessus de 3.5 millions $. Aux États-Unis, jusqu’à 11 millions de $, vous pouvez transmettre sans droit de succession"

Hors ligne

 

#855 13/02/2019 16h18 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   409 

Bloomberg

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/3097_screen_shot_2019-02-13_at_81640_am.png

Bloomberg
a écrit :

Le président pourrait signer à contrecœur l’accord entre le Congrès et le Conseil de sécurité sur la sécurité des frontières convenu plus tôt cette semaine afin d’éviter une nouvelle fermeture partielle du gouvernement, selon une personne proche de sa pensée. Un vote sur l’accord conclu lundi pourrait avoir lieu au Congrès plus tard dans la journée, la signature du président étant requise au plus tard pour vendredi à minuit. Le financement à la frontière figurant dans le projet de loi étant bien en deçà de ce dont Trump a besoin pour construire un mur, il tentera de trouver de l’argent auprès d’autres sources alors que les dirigeants républicains tenteront de prévenir tout effort visant à déclarer une urgence nationale afin d’obtenir les fonds nécessaires.


'Experience is what you get when you didn't get what you wanted', Howard Marks.

Hors ligne

 

[+2]    #856 15/02/2019 17h48 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Banni
Réputation :   126 

Trump a signé le budget, il n’y aura donc pas de shutdown et comme le montant alloué au mur n’est pas suffisant, à peine plus de 1 milliard, il utilise la "national emergency" afin de combler le gap
: Trump declares national emergency to fund the wall

Le Mexique ne paie pas directement pour le mur, mais Trump tient sa promesse de campagne malgrè les difficultés à accorder démocrates et républicains sur le sujet. Thank you Mr President. Il est certain que la suite va être compliqué car les démocrates préparent la contre attaque pendant que les républicains ne sont pas satisfait de l’usage de l’urgence nationale sur un tel sujet.

Au delà de l’impact direct de cet acte, il s’agit également d’un message important envoyé au reste du monde, l’immigration doit être choisie et controlée, et non subie. Laisser entendre à ces pauvres gens qu’ils pourront entrer dans nos pays est en grande partie ce qui les pousse sur les routes périlleuses et qui cause autant de drames - il faut donc cesser l’appel d’air.

USA, Italie, Hongrie, UK, il semble enfin qu’il y ait un rempart qui se forme face au mondialisme forcé. Bien sur les biens pensants vont crier au loup mais heureusement les peuples et les nations sont souverrains.

Dernière modification par TyrionLannister (15/02/2019 17h50)

Hors ligne

 

#857 15/02/2019 17h55 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   218 

Ca va vous surprendre mais j’abonde dans le sens de votre propos, par contre pour cela, pas besoin de raconter n’importe quoi et d’être inhumain avec les enfants. (c.f. ce qui s’est passé)

Hors ligne

 

#858 18/02/2019 16h28 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   409 

L.’imprévisible TRUMP en a encore fait qu’à sa tête.
Il déclare une Urgence Nationale, pour s’approprier de fonds destinés à d’autres projets
La suite des événements va être intéressante.
L’individu nous dit que il n’avait pas besoin de déclarer une Urgence Nationale, mais il la fait.
Ou est l’urgence?
Only Time will tell


'Experience is what you get when you didn't get what you wanted', Howard Marks.

Hors ligne

 

#859 19/02/2019 18h28 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Banni
Réputation :   280 

Ce matin depuis son état du Vermont, bien loin de la frontière mexicaine, le sénateur Bernie Sanders a annoncé sa seconde candidature à l’élection présidentielle :

I’m Running For President - YouTube

Hors ligne

 

#860 19/02/2019 18h34 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Réputation :   24 

Une très bonne nouvelle pour Donald, à n’en pas douter.

Hors ligne

 

#861 19/02/2019 18h42 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Banni
Réputation :   280 

Peut-être oui, peut-être non : face à un démocrate issu de l’establishment, un clone d’Hillary, par exemple Joe Biden, Tonton Donald sera réélu dans un fauteuil ; face à Sanders, la campagne serait palpitante et incertaine.

Je l’ai en tout état de cause trouvé excellent dans sa déclaration de candidature, expliquant que la grandeur d’une nation ne se mesurait pas à l’aune du nombre de ses milliardaires ou de ses missiles nucléaires.

On verra bien….c’est à la fin du bal que l’on paye les musiciens !

Dernière modification par stokes (19/02/2019 19h12)

Hors ligne

 

#862 19/02/2019 18h46 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Réputation :   24 

Je ne suis pas d’accord avec vous :

Les candidats actuels ou potentiel des démocrates, B. Sanders, E. Warren ou A. Occasio-Cortez sont à mon avis du pain bénit pour Donald : ils sont très marqués à gauche et ce sera un boulevard pour lui de montrer que ce sont des socialistes et faire vibrer cette corde chez l’Américain moyen.

Mais comme vous le dites, c’est à la fin de la foire que l’on compte les bouses.

Hors ligne

 

#863 19/02/2019 19h23 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Réputation :   16 

Hors ligne

 

#864 19/02/2019 19h27 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Banni
Réputation :   126 

Un match Sanders-Trump aurait définitivement du panache et serait divertissant à suivre. Les nombreux candidats démocrates déjà déclarés sont très ancrés à gauche - pourvu que ca dure - la liste est maintenue à jour sur wikipedia ici

Le principal risque pour Trump serait que les démocrates choisissent un candidat plutôt centriste et modéré, au contraire, sa principale chance serait de d’avoir un opposant ouvertement socialiste ce que j’appelle de mes voeux.

Si on mets la communications / twitter a part, les indicateurs économiques sont au beau fixe. Mon expérience d’américain (fraichement converti, il parait que ce sont les pires), est que je n’ai jamais aussi bien gagné ma vie, épargné à ce rythme et vu mon patrimoine augmenter à cette vitesse tout en voyant mes impots baisser de manière significative. La cours suprême est semble-t-il composée de defenseurs des valeurs conservatrices pour longtemps. Bref, si les démocrates font l’erreur de selectionner un candidat très à gauche ils vont non seulement fortement mobiliser contre eux l’electorat conservateur mais également les modérés qui même s’ils n’apprécient pas Trump ne voudront pas risquer de mettre en péril une situation plutôt bonne, pour se risquer au socialisme qui même si le mot devient moins tabou reste un chiffon rouge voir une insulte pour beaucoup ici.

A noter que Trump semble avoir été nomminé par le premier ministre Japonnais Shinzo Abe pour le prix Nobel de la paix pour ses actions concernant la peninsule Coréene- Cela a été indiqué par Reuters ici. Je ne crois pas que le premier ministre Japonnais puisse se faire forcer la main, et cette décision et avant tout la sienne.

Dernière modification par TyrionLannister (19/02/2019 19h29)

Hors ligne

 

#865 20/02/2019 05h38 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   409 

Tokyo (AFP) - Japan’s Prime Minister Shinzo Abe nominated US President Donald Trump for the Nobel Peace Prize last autumn after being requested to do so by Washington, a Japanese newspaper reported Sunday.

AFP
Japan PM nominated Trump for Nobel after US request: report

TyrionLannister a écrit :

…/…
A noter que Trump semble avoir été nomminé par le premier ministre Japonnais Shinzo Abe pour le prix Nobel de la paix pour ses actions concernant la peninsule Coréene- Cela a été indiqué par Reuters ici. Je ne crois pas que le premier ministre Japonnais puisse se faire forcer la main, et cette décision et avant tout la sienne.

Ce n’est pas ce que dit le titre de l’article du Reuters  que vous mentionnez
JAPANFEBRUARY 16, 2019 / 9:51 PM / 2 DAYS AGO
Japan’s PM nominated Trump for Nobel Peace Prize on U.S. request: Asahi

Dernière modification par Miguel (20/02/2019 05h51)


'Experience is what you get when you didn't get what you wanted', Howard Marks.

Hors ligne

 

#866 20/02/2019 15h48 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Banni
Réputation :   126 

Je ne dis pas que Washington n’a pas demandé, je dis que si le premier ministre Japonnais a donné suite, c’est sa décision et cela ne veut pas dire qu’on lui à forcé la main ou qu’il y a chantage. Il y a quand même  une différence importante entre un requête et se faire forcer la main.

Hors ligne

 

[+1]    #867 20/02/2019 16h12 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   572 

Entre son obsession d’un mur dont presque personne ne veut et son obsession d’avoir un prix Nobel parce qu’Obama en a eu un… il en fait presque pitié

Quant a "l’urgence nationale" de construire un mur … demande d’injonction et autres ne font que commencer !

So far, at least five lawsuits have been filed challenging the declaration. The argument at the core of each lawsuit is similar: Trump exceeded his authority and circumvented Congress in an attempt to achieve his signature campaign promise for an emergency that, plaintiffs argue, doesn’t exist.
Tracking the legal challenges to Trump’s emergency declaration - CNNPolitics

tate of California et al. vs. Trump et al.
Plaintiffs: 16 states, led by California Attorney General Xavier Becerra.
The lawsuit seeks a preliminary injunction to halt the President’s declaration. The complaint accuses Trump of carrying out an "unconstitutional and unlawful scheme," and describes how states "stand to lose millions in federal funding" and could "cause damage to their economies."
The complaint includes Trump’s remark that he didn’t need to declare the emergency.

Hors ligne

 

#868 21/02/2019 19h48 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Banni
Réputation :   280 

TyrionLannister a écrit :

A noter que Trump semble avoir été nomminé par le premier ministre Japonnais Shinzo Abe pour le prix Nobel de la paix pour ses actions concernant la peninsule Coréene- Cela a été indiqué par Reuters ici. Je ne crois pas que le premier ministre Japonnais puisse se faire forcer la main, et cette décision et avant tout la sienne.

Bah, pourquoi pas s’il s’agit de récompenser les efforts pour en finir avec les tensions en Corée.

A ce moment là, il faudrait qu’il partage ce prix avec Kim Jong Un et le président Moon.

Un Kim qui paye de sa personne puisqu’il va rallier Hanoi par le train, ce qui doit quand même représenter 3 jours de voyage environ.

North Korea’s Kim to travel to Vietnam by train, summit at Government Guesthouse: Sources - Channel NewsAsia

Je serai à Hanoï presque en même temps que les présidents Trump et Kim, mais j’attends toujours une invitation à leur table…

Dernière modification par stokes (21/02/2019 19h55)

Hors ligne

 

#869 22/02/2019 14h07 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Réputation :   24 

Nul besoin : dites juste que vous êtes Stokes et l’un des 2 Coréens vous fera une place de choix…

Hors ligne

 

#870 22/02/2019 14h29 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   621 

Je crois que s’il le dit à Trump - et à supposer que Trump lise le forum - ce dernier l’invitera aussi.

Hors ligne

 

[-1]    #871 22/02/2019 16h47 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Réputation :   24 

la CIA, le Mossad, le KGB et les Illuminatii lisent le forum.

Hors ligne

 

#872 22/02/2019 17h14 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Banni
Réputation :   280 

Bah, s’ils n’ont pas les moyens de m’inviter, je ne vois pas d’inconvénient à leur offrir une bière, par exemple au café Thuy Ta sur les bords du lac Ho Hian Kiem et de préférence au coucher du soleil. C’est un peu cher (3€ le demi), mais l’endroit est sans égal à Hanoï.

Quoi qu’il en soit, les présidents Trump et Kim ont du goût : le palais gouvernemental ou palace du Tonkin où ils vont se réunir, à deux pas du lac précité, est un extraordinaire édifice de l’époque coloniale, qu’ils auront bien de la chance de visiter.

Hors ligne

 

#873 24/03/2019 23h08 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   409 

Posté par erreur sur la filer Interactive brokers
Miguel a écrit :

Etats-Unis : le procureur Mueller n’a pas trouvé de preuve d’une entente entre Trump et la Russie
Le procureur ne livre pas de conclusion définitive sur une éventuelle entrave à la justice du président américain, selon un résumé de son rapport transmis au Congrès.

Le Monde
Publié aujourd’hui à 21h07, mis à jour à 22h18

L’affaire est loin d’être finie…les démocrates semble-t-il ne vont pas en resté là.

extrait de l’article: le monde a écrit :

Le président démocrate de la commission judiciaire de la Chambre des représentants, Jerrold Nadler, a commenté les conclusions du rapport en déclarant que « le procureur Mueller n’exonère pas, de manière claire et explicite, le président ». « Nous devons auditionner [le ministère de la justice] Barr sur ses choix et consulter toutes les preuves pour que le peuple américain ait tous les éléments en main », a ajouté celui qui préside les investigations sur Donald Trump menées par la chambre basse du congrès américain.

Les leaders démocrates du Congrès ont, eux, exigé la publication du rapport « complet », estimant que le ministre de la justice qui en a diffusé un résumé n’est pas « un observateur neutre ». « La lettre de [Bill] Barr pose autant de questions qu’elle apporte de réponses », écrivent la présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, et le chef de file de la minorité au Sénat, Chuck Schumer. « Il est urgent que le rapport complet et tous les documents associés soient rendus public », ajoutent-il, soulignant que M. Mueller ne disculpe pas Donald Trump sur la question sensible de l’entrave à la justice.

Comment vont réagir les marchés suite a ces nouvelles?
Nous aurons la réponse dés l’ouverture de Wall Street.

Dernière modification par Miguel (25/03/2019 00h11)


'Experience is what you get when you didn't get what you wanted', Howard Marks.

Hors ligne

 

[+3]    #874 17/04/2019 02h54 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Modérateur
Top 20 Réputation
Réputation :   1646 

J’ai lu récemment un article du Monde sur un français devenu prof de finance aux USA, qui a une analyse assez originale de certains aspects de la situation économique aux USA:

Thomas Philippon L’œil tourné vers l’Amérique   (par Arnaud Leparmentier (New York, Correspondant))

A 44 ans, l’économiste français, professeur de finance à la New York University, a documenté, chiffres à l’appui, la cartellisation de l’économie aux Etats-Unis

PORTRAIT

Lorsqu’il a débarqué à Boston pour faire sa thèse au Massachusetts Institute of Technology (MIT), en 1999, le jeune polytechnicien Thomas Philippon s’est retrouvé au paradis. Au paradis du consommateur, en tout cas : pendant l’euphorie économique des années Clinton, les ordinateurs portables coûtaient bien moins cher qu’en Europe, la connexion à l’Internet naissant était très bon marché et lorsqu’il fallait se rendre à un séminaire, Thomas Philippon prenait l’avion, comme tous les étudiants. Puis, insensiblement, tout a changé : vingt ans plus tard, les abonnements au téléphone portable et à Internet coûtent bien plus cher qu’en Europe, les prix des billets d’avion sont prohibitifs et nul ne rapporte plus de matériel informatique des Etats-Unis. Cette dérive s’est faite progressivement, sans que les Américains s’en aperçoivent vraiment.

Thomas Philippon, qui nous reçoit dans son bureau de la New York University, au cœur de Manhattan, compare le destin du consommateur américain à celui d’une grenouille : la légende (erronée) prétend que, plongée dans l’eau bouillante, la grenouille saute et s’échappe, alors que mise dans l’eau froide sur un réchaud, elle s’endort et se laisse cuire sans réagir – comme le consommateur américain, qui n’a pas réalisé que, depuis une vingtaine d’années, les prix avaient augmenté. L’économiste français explique, dans un livre à paraître en septembre aux Etats-Unis, The Great Reversal (« le grand renversement »), « comment l’Amérique a abandonné les marchés libres » et a cartellisé son économie. Astucieuse analyse qui consiste à prendre les Etats-Unis au piège de leur propre credo capitalistique : Thomas Philippon leur prêche les vertus du libéralisme.

Il y a quelques années, M. Philippon figurait parmi les « jeunes économistes » distingués par le Cercle des économistes et Le Monde(2009), ainsi que parmi les 25 jeunes économistes récompensés par le FMI (2014). Il a désormais 44 ans et il est professeur de finance. « Je suis titulaire d’une chaire depuis 2018. Je suis un vieux ponte, donc je peux radoter », plaisante ce grand gaillard sportif, qui juge un peu « archaïque » le statut inamovible de professeur – il protège la liberté de recherche mais peut conduire à « s’encroûter ». Pour écrire son livre, l’économiste ne s’est pas fondé sur ses intuitions : dans son propos liminaire, il rend hommage à un professeur de la fin des années 1970, qui avait détourné la devise américaine (« In God we trust ») lors d’une audition devant le Congrès : « Nous avons confiance en Dieu, les autres doivent fournir des données. »

Economie de rentiers
Thomas Philippon adhère à cette démarche fondée sur la preuve. « Fondamentalement, je ne suis pas idéologue. En économie, il faut regarder les données. » Et l’étude des données a produit des découvertes inattendues. « Mon livre explique que les Américains ont laissé leur marché se cartelliser et qu’il faut qu’ils reviennent à des marchés libres et concurrentiels. Ce n’est pas ce que j’avais l’intention d’écrire quand j’ai commencé ma recherche : j’essayais de comprendre pourquoi l’investissement baissait depuis 2000, alors que les valorisations boursières et les profits augmentaient. »Réponse : ces profits étaient le fruit, non pas de la productivité, mais de la cartellisation – aux Etats-Unis, il ne reste plus que quatre compagnies aériennes et trois opérateurs de téléphonie. Protégées de la concurrence, les entreprises augmentent leurs prix sans procéder à des investissements.

Le héraut de cette économie de rentiers n’est autre que Warren Buffett, cet investisseur de génie qui a investi dans des entreprises quasi monopolistiques aux profits garantis, comme Coca-Cola. Les Américains ont inventé l’antitrust à la fin du XIXe siècle, démantelé l’empire pétrolier Rockefeller en 1914, libéralisé sous les démocrates (Jimmy Carter dans l’aérien) et les républicains (Ronald Reagan dans les télécoms, avec l’éclatement d’ATT), mais ils se sont assoupis, au début du XXIe siècle, alors que leurs idées libérales triomphaient partout sur la planète. « Maintenir des marchés libres, c’est une tâche de tous les jours, c’est un travail de Sisyphe, constate Thomas Philippon. Les chefs d’entreprise tentent de créer des situations de monopole. »

La bascule historique repérée par M. Philippon est en partie idéologique : depuis des décennies, les juges ont repris à leur compte les idées émises par Robert Bork, ancien ministre de la justice républicain et adepte de l’école de Chicago. Dans The Antitrust Paradox (New York Free Press, 1978, non traduit), M. Bork estimait que les consommateurs bénéficiaient de la concentration des entreprises et que le capitalisme se régulerait tout seul. La bascule est aussi politique : le lobbying outrancier des entreprises auprès des élus a conduit à ériger des barrières limitant l’arrivée de nouveaux entrants sur les marchés.

Thomas Philippon pensait que l’Europe, comme souvent, suivrait la destinée américaine, mais ce fut sa seconde surprise : il n’en est rien, au contraire. « L’Europe a créé un système indépendant, dont la résistance à la corruption est assez forte parce qu’il a un objet clair : protéger le consommateur européen. » L’économiste, qui a successivement soutenu Ségolène Royal, François Hollande et Emmanuel Macron aux élections présidentielles, tord le cou aux idées souvent propagées en France. « La politique de concurrence est ce qui marche le mieux en Europe, tranche cet homme qui a passé un an au cabinet de Pierre Moscovici, en 2012-2013, avant de revenir à New York. Quand on voit la manière dont l’économie française marche, c’est dur de ne pas devenir un peu plus libéral. L’Etat centralisé est trop omniprésent dans trop de domaines. Le savoir de manière abstraite, c’est une chose, le constater tous les jours, c’en est une autre. »

« Il va se passer quelque chose »
Aujourd’hui, Thomas Philippon pense Amérique. Il espère qu’à l’automne, son livre, qui a été placé en tête de promotion par les éditions Harvard University Press, sera un succès. Et qu’il nourrira le débat politique, un an avant l’élection présidentielle américaine de 2020. Car il est convaincu qu’« il va se passer quelque chose ». Aux Etats-Unis, Donald Trump a voulu insuffler une nouvelle jeunesse à la politique de concurrence en interdisant la fusion AT&T-Time Warner, mais les juges lui ont infligé un camouflet. « Donald Trump a eu tort de politiser le débat : il a instrumentalisé l’antitrust à des fins politiques pour se venger de CNN [une chaîne, propriété de Time Warner, en guerre ouverte avec le président], alors que la concurrence devrait être une politique transpartisane. »

Jusqu’à présent, les présidents américains avaient beaucoup protégé leurs amis : la défense et l’énergie pour les républicains, la Silicon Valley pour les démocrates. « Ce n’est pas Obama qui allait démanteler Google », souligne Thomas Philippon. Il ne croît guère aux solutions radicales, comme le démantèlement d’Amazon, de Google et de Facebook prôné par Elizabeth Warren, la sénatrice du Massachusetts candidate à l’investiture démocrate. M. Philippon pense qu’il sera très dur de revenir sur la concentration dans l’aviation et les télécoms, mais il estime que l’on peut faire beaucoup d’autres choses. « Cela commence par la protection des données. » Après avoir ricané contre l’Europe, les Américains suivent d’ailleurs le mouvement, notamment en Californie. « Je ne vois plus un article qui se moque de l’Europe. La première chose à faire désormais, c’est de regarder ce que font les Européens et de s’en inspirer. »

Si certaines réflexions semblent pertinentes, j’ai quand même un doute sur la conclusion (les Américains regardant ce qui se passe en Europe et s’en inspirant). On pourrait attendre longtemps que ces "cartels" soient remis en cause aux USA…


J'écris comme "membre" du forum, sauf mention contraire. (parrain Fortuneo: 12356125)

Hors ligne

 

[+1]    #875 18/04/2019 16h32 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   958 

Je découvre cette étude très complète de la Fed sur les ménages américains : Survey of Consumer Finances.

Dans cette jungle de graphiques (1200 pages !), quelques-uns qui me semblent particulièrement intéressants :

- Un revenu annuel avant impôts du ménage de 140k$ correspond au 85e centile (les top 15%). Le 95e centile (le top 5%) est au-dessus de 260k$. (Pour comparaison, le 90e centile du revenu disponible, c’est-à-dire après impôts, des ménages français se situe à 63k€.)
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/12850_2019-04_us_before-tax_family_income.jpg

- Alors que le patrimoine net moyen ("mean") des ménages américains (700k$) a désormais dépassé son pic de 2007, le patrimoine net médian (moins de 100k$) reste bien en-deçà. Cela suggère que la reprise économique US de la dernière décennie a essentiellement profité aux classes supérieures, et bien peu à la moitié moins avantagée de la population US. Le ratio entre patrimoine moyen et patrimoine médian a explosé sur la dernière décennie, de 4,5 en 2007 à plus de 7 en 2016 ! (Pour comparaison, le patrimoine net médian des ménages français est de 114k€ et le patrimoine net moyen est de 236k€ - soit un ratio d’environ 2.)
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/12850_2019-04_us_net_worth.jpg

- Le 1er décile des ménages US en termes de revenus a un patrimoine net moyen de 4,5 millions $…
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/12850_2019-04_us_net_worth_-_income_percentiles.jpg

- S’agissant de la distribution des patrimoines nets, le 95e centile (les top 5%) se situe à 2,4 millions $, soit près de trois fois le patrimoine net du 95e centile français (803k€).
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/12850_2019-04_us_net_worth_-_net_worth_percentiles.jpg

- Un ménage américain dont le "chef de famille" est diplômé de l’enseignement supérieur ("college") a un patrimoine net moyen de 1,5 million $.
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/12850_2019-04_us_net_worth_-_education.jpg

- La forte disparité des patrimoines nets selon les catégories "ethniques" (avec toutes les réserves qu’on peut avoir sur ces catégories statistiques américaines) ne se réduit pas : en moyenne, un ménage "blanc" a un patrimoine net 4,5 fois supérieur à celui d’un ménage "hispanique", et 5,5 fois supérieur à celui d’un ménage "noir".
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/12850_2019-04_us_net_worth_-_ethnicity.jpg

- Un peu plus de 50% des ménages américains détiennent des actions (une proportion stable), alors que la proportion de ménages français détenant des valeurs mobilières n’a cessé de baisser (de 24,2% en 2004 à 15,6% en 2015). Parmi ces ménages US, le portefeuille boursier moyen s’établit à 350k$ (mais le portefeuille médian à seulement 40k$, ce qui confirme une grande disparité).
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/12850_2019-04_us_stock_holdings.jpg

- Le portefeuille boursier moyen du 1er décile en termes de patrimoine net approche 1,6 million $ !
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/12850_2019-04_us_stock_holdings_-_net_worth_percentiles.jpg

Mes conclusions perso de ces observations sur un plan politico-économique :

1) La classe supérieure américaine (les top 10-15%) a largement profité de la dernière décennie. Compte tenu de cette aisance, il me semble qu’elle doit être plus résiliente à des nouvelles négatives que par le passé (je doute qu’elle change facilement ses habitudes de consommation). Cela me rend plutôt confiant sur le pari que la prochaine récession aux USA sera courte et modérée, par comparaison avec la crise de 2008-2009.

2) En revanche, une très large partie de la population américaine (les 50-60%, voire 70%, inférieurs dans la distribution des patrimoines nets) n’a que très peu profité de la reprise économique de la dernière décennie. Cela ne peut qu’avoir des effets politiques importants : l’élection de Trump par un électorat souvent populaire était un premier signe ; je vois le risque d’une victoire d’un candidat démocrate très à gauche (sur la ligne Sanders / Ocasio-Cortez etc.) aux primaires démocrates comme élevé. Un des secteurs boursiers les plus exposés à ce risque est le secteur de la santé (auquel je suis fortement exposé).

Bref, cette étude sur les ménages américains me conduit à voir les risques politiques aux USA comme plus importants que les risques économiques.

Dernière modification par Scipion8 (18/04/2019 16h35)

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech