Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

Cette page est une synthèse de la discussion. Pour voir tous les messages et participer à la discussion, cliquez ici.

[+4]    #1 27/07/2016 13h43 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   144 

vbvaleur a écrit :

C’est elle [Hillary Clinton] qui aidé à plonger la Libye dans l’anarchie .L’anarchie est un terrain fertile pour l’état islamique , elle l’a fait car elle est influencée par des intérêts occultes et elle le fera encore plus en tant que présidente pour remercier les généreux donateurs de sa campagne .
[…]
Trump est peut être le moins corrompu et le peuple américain à besoin d’une distribution plus équitable des richesses avant que des révoltes mettent en danger les intérêts de tout le monde .

Je me suis retenu jusqu’ici de trop répondre à vos commentaires mais là je n’y parviens plus vbvaleur. Quand je vous lis je me dis que je vais arrêter de venir sur ce forum. On dit tous des platitudes et parfois même des bêtises ici ou ailleurs mais vous avez l’art de les aligner.

"plonger la Libye dans l’anarchie … influencée par des intérêts occultes", et vous allez bientôt nous faire part de vos thèses complotistes ou quoi ? Où allez vous chercher de telles âneries ? Ou alors vous n’en dites pas plus par peur de vous ridiculiser ?

Un forum n’a aucun intérêt si c’est pour raconter la couleur de ses chaussettes, ou pour le dire autrement, pour raconter ses sensations et ses croyances sans les appuyer sur rien.

Pour tenter de vous le faire comprendre en termes financiers, vous êtes en train de nous dire que vous n’avez pas envie d’acheter l’action A parce qu’elle a de mauvaises vibrations, et que vous lui préférez l’action B car elle a un pouvoir bénéfique et permet de lutter contre les forces du mal.

Rien ni personne ne vous empêche de penser comme vous le voulez, et même de le dire mais on espère toujours que ce sera un petit peu intéressant, et surtout appuyé sur une argumentation étayée.

-

IH : je rejoins tout à fait ce message et j’avais déjà fait remarquer à vbValeur :
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/2_vbvaleur-20170727.gif

Mots-clés : dette américaine, usa

Hors ligne

 

[+3]    #2 29/07/2016 09h42 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   298 

Je suis assez en phase avec ce qu’écrit The Economist sur Donald Trump.

Son utilisation digne de « 1984 » d’Orwell du language : Double-plus effective | The Economist

Le fait qu’il fasse systématiquement appel à l’émotion des gens et jamais à leur raison :

Google (lire le premier lien de cette recherche)

Que ses affirmations en matière économique notamment sont risibles : Economic policy: Donald Trump?s cunning plan | The Economist

Les chiffres qu’il avance sont systématiquement fantaisistes : Donald ducks the big questions | The Economist

Qu’il réussit en une phrase à déstabiliser l’alliance qui a permis la stabilité en occident pendant 70 ans : Defend me maybe | The Economist

Je m’arrête là, la liste serait trop longue.

En bref, il est symptomatique d’une époque qui fait passer "Idiocracy" pour un documentaire…

Hors ligne

 

[+4]    #3 27/09/2016 23h00 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Réputation :   20 

Plus tranquille si Hillary est élue pour la politique extérieure…? Etiez vous en vacances sur la planète Mars ces quinze dernières années ? Madame Clinton a soutenu toutes les interventions américaines depuis 1999, Irak et Libye et Syrie…son obstination à vouloir la peau de Bachar el Assad nous vaut aujourdhui l’afflux de millions de réfugiés en Europe…

Hors ligne

 

[+3]    #4 28/09/2016 07h27 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   144 

Ah je vois vous êtes passé par la Trump Academy … Vous avez eu la mention très bien je suppose et ne faites pas partie de ces étudiants qui le poursuivent en justice ?

C’est sûr que le programme de politique extérieur de Trump est pacifique nuancé et intelligent : I’m the most militaristic person on your show. I want to have a much stronger military. I want it to be so strong that nobody is going to mess with us.

Avec ça toutes les chances de dormir en paix avec Trump. Je vois d’ailleurs que vous avez la même finesse d’analyse que lui : Clinton qui a été 4 ans Secrétaire d’État, est responsable de tous les malheurs du monde depuis 15 ans mais - je suppose - si on laissait Assad et Putin régler ça tous les Syriens seraient (reposeraient?) en paix chez eux. 

Sinon d’accord avec vous que l’une des fautes politiques majeures de Clinton est son vote pour la guerre en Irak. Mais c’était sous l’administration républicaine de GW Bush (ces mêmes Républicains qui ont investi Trump), et ça a eu pour effet de déstabiliser durablement toute la région. Malgré ses laborieuses dénégations de l’autre soir, Trump était également pour la guerre en Irak.

Hors ligne

 

[+3]    #5 29/10/2016 09h18 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   365 

Michael a écrit :

En réalité, le choix est simple : plus de la même chose ou autre chose.

Vous avez mis le doigt sur la caractéristique récente de toutes les élections, y compris en Europe, y compris le Brexit.

Le problème est que ces choix (populistes) nous envoient dans l’inconnu et souvent dans les bras de formations politiques qui n’ont aucune expérience du pouvoir et surtout aucune garantie de faire mieux car sans expérience et sans bilan.
Et désolé l’expérience de Trump en affaires (successions de faillites, abus des minoritaires, des banques spoliées, financement exotiques chinois et russes…) n’est pas à mon avis éclatante. Il a vécu à crédit toute sa vie et a certainement survécu seulement grâce à son culot et manque d’éthique (comme Madoff).

Alors le changement on peut le souhaiter et être prêt à voter "à l’aveugle" mais franchement on n’est pas obligé de choisir un raciste, mysogine, cyclothymique, capricieux et instable émotionnellement. Il aura le doigt sur l’arme nucléaire avec en face un tyran calculateur, froid qui lui maitrise parfaitement ses émotions (Poutine) et qui le poussera à la faute. C’est l’Europe qui payera l’addition d’un conflit avec les russes.
Franchement Trump fait boy-scout comparé à Poutine et on a besoin d’une Amérique forte face à l’hégémonie russe. Clinton est beaucoup plus claire et crédible sur ce sujet.

Alors comme les autres je dis Clinton est la moins pire des solutions et comme Wall Street espérons un président démocrate et un pouvoir législatif qui reste aux républicains.

Par contre il faudra que les républicains rendent des comptes sur le choix inpensable de Trump comme candidat, c’est la preuve qu’il y a quelque chose de pourri dans le royaume républicain qu’il faut absolument éliminer / réformer. Et je pense qu’il faut regarder et ouvrir les yeux sur le tea party / droite ultra / intégriste religieux à qui le parti républicain a laissé beaucoup trop de place pour aboutir à un danger public comme candidat qui au final aura fait perdre une élection qui leur aurait été promise avec un candidat de qualité face à Clinton.

Je pense que si on a Clinton + chambre républicaine le marché US va finir l’année en fanfare, tellement soulagé de ce dénouement. Même la hausse du taux directeur de la FED en décembre ne fera pas le poids face au soulagement d’un bon dénouement d’une campagne US déplorable, certainement une des pires de leur courte histoire.


To achieve fair investment results is easier than you think; superior results are harder than you thought

Hors ligne

 

[+3]    #6 06/11/2016 10h26 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Administrateur
Top 20 Réputation
Réputation :   2267 

Michael a écrit :

Je suis tombé sur ce genre de vidéos sur les dessous de la campagne Clinton : O’Keefe Reveals ’Bird-Dogging’ to Incite Violence at Trump Events

Cela semble crédible. Et ce n’est qu’une toute petite partie des méthodes employées…

Je me connecte sur le site en question :
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/2_trump.jpg

Je suis très surpris de la complaisance des messages vis-à-vis de D. Trump.

Avez-vous vu les 3 débats présidentiels américains ?

D. Trump c’est du vent. Une imposture complète. Même son succès dans les affaires, sur lequel il s’appuie est douteux. Même le camp républicain le désavoue. Il n’a pas de programme, sinon abaisser les impôts (que lui-même ne paye pas de toute façon…). Il est versatile. Sa culture géopolitique est nulle. Et contrairement à ce qu’indique Michael, ce ne sont pas les médias "clintoniens" qui le font passer pour phallocrate et xénophobe, mais ses propres propos.

L’imaginer président de la première puissance militaire et nucléaire mondiale est juste effrayant.

Il serait pro-business, mais étonnamment, depuis qu’il remonte dans les sondages, la bourse américaine, dont on ne peut pas dire que les "investisseurs" manquent de pragmatisme, enchaîne les séances de baisse ?

Je lis que les médias sont partisans. Il faudrait mieux lire Zero Hedge que le Times ? Non mais franchement ?

Hors ligne

 

[+3]    #7 07/11/2016 05h34 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   447 

Ce soir, Dimanche, a 42 heures des élections, le résultat des sondages montre H.C. avec 3 points d’avance sur D.T.
L’écart diminue, H.C avait 5 points d’avance hier il y a seulement 22 heures..

Un comparatif avec les élections précédentes montrent que 2 jours avant l’élection  G.Bush en 2000 de même que B.Obama en 2008,
avaient une petite avance similaire à 1 point prés à l’avance que H.C a, ce soir.

L’histoire montre qu’aussi bien G.Bush que B. Obama ont gagné l’élection, avec 1 et 2 point au dessus des sondages de l’avant veille des élections.

Il semblerait qu’il y ait encore un doute sur les votes des "Hispaniques" et des "African-Américains".
En ce moment même je regarde un panel de journalsites des deux bords qui discutent et arguent sur
les possibilités de votes de ces deux groupes d’électeurs.
Il semblerait que les Hispaniques soient divisés entre ceux d’origne Cubaine et Puerto Ricaine et ceux d’origine Mexicaine - les 2 premiers groupes seraient en faveur de D.T et les derniers contre D.T.
Mais difficile à prévoir.

De ce que j’ai pu comprendre, il semblerait que cela puisse faire une différence à la derniere minutes.
Florida +103 % de plus de latinos en mesure de voter par rapport a 2012
de même en North Carolina + 85% de plus de latinos pouvant voter
Deux états historiquement votant Républicain
Deux états décisifs.
Il semblerait que les Hispaniques ont également la possibilité de faire la différence aussi au Nevada et en Virginia.
Arizona, Caroline du Nord  et new Hampshire n’ont pas encore décidé, mais D.T. nous dit être en avance dans ces états.

Cela représente 6 états, en position de ce que l’on pourrait appeler "ballotage".

Il faut 270 voix pour être élu.
Ci-dessous un lien qui permet de visualiser, sur la carte des USA, les élections précédentes état par état.
           l’Historique des élections américaines

Comme le mentionne Jef56 le FBI "cleared" H.C. again …
D.T. continue a mentionner le FBI et les e-mail de H.C.
Cette dernière évite d’en parler et termine sa campagne avec des concerts… est la solution?
Wall Street, qui n’arrête pas de baisser, ne semble pas croire à l’élection de H.C.
Le Peso Mexicain (MXN), par contre, remonte suite aux dernières déclarations du FBI exonérant H.C.

A l’heure actuelle il est encore difficile de faire une prédiction.

"Only time will tell".

The US élection seen by the Brits


'Experience is what you get when you didn't get what you wanted', Howard Marks.

Hors ligne

 

[+3]    #8 09/11/2016 13h54 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   144 

zetrader a écrit :

Encore un mélodrame pour pas grand chose,  l’autre s’en va en guerre, elle n’est pas mieux, je ne sais pas qui est le pire : Hillary qui déclare clairement qu’elle veut aller en guerre contre l’Iran, la Russie ou la Chine, elle fait clairement flipper, elle veut la 3ème guerre mondiale ?
Rien que pour ça je ne voterais pas pour elle, mais en plus de cela elle n’est pas blanche comme une colombe, bien corrompue aussi…bref pas dit qu’il soit pire qu’elle pour la politique internationale.

Vous colportez des ragots zetrader : une interview tronquée de Clinton au milieu de vidéos de propagande sur YouTube. On trouvera le discours original de Clinton dans cet article.

Voici le passage complet avec en gras les passages coupés et en italique ceux repris par la propagande, je rappelle que le discours vient après que la Russie ait hacké et fuité des détails sur le Parti Démocrate US.

We’ll invest in the next frontier of military engagement, protecting U.S. interests in outer space and cyberspace. You’ve seen reports. Russia’s hacked into a lot of things. China’s hacked into a lot of things. Russia even hacked into the Democratic National Committee, maybe even some state election systems. So, we’ve got to step up our game. Make sure we are well defended and able to take the fight to those who go after us.

As president, I will make it clear, that the United States will treat cyber attacks just like any other attack. We will be ready with serious political, economic and military responses.
And we’re going to invest in protecting our governmental networks and our national infrastructure. I want us to lead the world in setting the rules of cyberspace.

J’aime bien ce forum dans la mesure où ses participants font un effort minimum pour dépasser les apparences, je pensais en tout cas que c’était ce qui conduisait les investisseurs à la Ben Graham : se faire son propre jugement en évitant le prêt-à-porter de la pensée ou plus souvent de la propagande.

Hors ligne

 

[+6 / -1]    #9 10/11/2016 15h59 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   144 

@zetrader : Les propos de Clinton sont sortis de leur contexte dans votre vidéo et je les y remets : cela permet de voir que - contrairement à ce que vous et la vidéo affirment - Clinton n’est pas en train de menacer la Russie d’une guerre mais dit bien au contraire qu’elle apportera des réponses graduées (political, economic and military) aux cyber-attaques dont les USA feront l’objet.

Vos impressions sur ce que voulait Clinton en réalité m’importent à peu près autant que la couleur de vos chaussettes aujourd’hui, et je ne pense pas qu’elles nourrissent ce forum.

Pour ce qui est des autres vidéos, elle soulignent la débilité (faiblesse) de votre argument. La première est du Russia Today tout craché : on voit le bout d’une question de Fareed Zakaria (CNN) - dans une salle à St Petersburg qui est conquise à Poutine - et une longue réponse de Poutine sans qu’aucune contradiction ne lui soit apportée. Au passage il affirme que les USA ne sont pas une démocratie du fait du popular vote : un président peut-être élu avec un minorité de suffrages. Il devrait donc désormais réclamer que Clinton devienne la prochaine présidente US. Mais je ne suis pas certain que Poutine puisse donner des leçons de démocratie aux autres pays.

Pour les propos de Donald Trump, c’est comme d’habitude un mélange de choses justes et d’impasses ou d’approximations complètes (les USA soutiennent ISIS/Daesh). Je l’ai dit et je dois le répéter ce sont les Républicains avec W Bush qui ont initié le chaos au Moyen-Orient qu’on connaît aujourd’hui. Rendre Obama et Clinton responsables de ça est parfaitement biaisé. Ensuite on peut regretter que leur politique n’ait pas trouvé de réponses à ce conflit, mais il faut aussi s’interroger sur les alternatives possibles aujourd’hui et alors.

On verra rapidement que les alternatives de Trump sont celles d’un adolescent qui voit le monde en noir et blanc alors qu’il y a beaucoup de problèmes gris et insolubles ou qui requièrent beaucoup de temps et d’efforts avant de trouver une réponse.

Que vous mettiez ces vidéos côte à côte montre que vous mélangez tout : la défense qu’aurait mis en oeuvre Clinton contre des cyber-attaques, l’avis de Poutine sur le rôle des États-Unis dans le monde, et l’appréciation de Trump sur les problèmes domestiques et internationaux des USA.

Je n’ai nullement l’intention de faire votre éducation politique, cela me semble une tâche impossible et j’ai des choses bien plus intéressantes à faire. J’aimerais juste que ce forum et ce sujet ne deviennent pas une annexe de Russia Today et des méthodes complotistes : un tissu d’approximations où la cause et l’effet sont perpétuellement inversées. Tout cela présenté comme de l’information alors que c’est de la mer.de.

Hors ligne

 

[+3]    #10 14/11/2016 02h44 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Banni
Réputation :   126 

Malgré le envie de certains de changer les regles du scrutin, ou de manifester contre le président elu, la democratie veut que Donald Trump ait la chance d’appliquer son programme, car c’est cela la democratie.

Des millions de républicains conservateurs sont heureux, pas tant de l’élection du President mais de celle du VP Mike Pence, et du maintient du Sénat de de la Chambre chez les républicains. La sociale démocratie avec des frontières ouvertes et du welfare a outrance n’est pas le seul model democratique. Je trouve qu’il est meme effrayant de voir la tyrannie des biens pensant a n’accepter que cet unique model en méprisant tout autre courant de pense.

J’indiquais sur ce forum que Trump serait elu car cela se voyait simplement en prenant sa voiture pour sortir des centres villes americains, le soutient populaire a été impressionnant et décisif. 

J’ai quitte la France pour toutes les raisons qui m’ont fait soutenir Trump contre une Clinton qui ne pensait qu’a pousser les USA vers un semblable modele de sociale democratie. A la vérité j’aurais ete encore plus satisfait avec Ted Cruz.

Les biens pensants disant que Trump ne serait pas elu … wrong … que la bourse s’écroulerait … wrong … il sera donc successful pour ces meme raisons.

Cette discussion ne devrait pas avoir sa place sur ce forum, mais tellement de post me paraissent  condescendants … les sociaux democrates ne détiennent pas l’unique vérité mais un point de vue que je respecte mais que je ne partage pas. J’aimerai juste que bon nombres de ces sociaux democrates aient la même approche et acceptent les idees conservatrices.

Pour revenir a l’investissement, de belles opportunites en perspectives, j’ai place de nombreux ordres d’achat.

Peut-être une opportunité de clôturer temporairement cette fille qui est devenue tres politique et tres peu oriente investissements.

T.

Dernière modification par TyrionLannister (14/11/2016 09h52)

Hors ligne

 

[+3]    #11 15/11/2016 13h57 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   144 

TyrionLannister a écrit :

Pour revenir a l’investissement, de belles opportunites en perspectives, j’ai place de nombreux ordres d’achat.
Peut-être une opportunité de clôturer temporairement cette fille qui est devenue tres politique et tres peu oriente investissements.

Alternativement vous pourriez nous en dire plus sur les valeurs ou les secteurs que vous retenez dans vos ordres d’achat, ça ferait un thème de discussion non politique.

Puisque deux forumeurs m’ont déjà demandé de me taire (avec une certaine vacuité de motifs) je m’empresse de rajouter quelque chose : ce qui rebute beaucoup de monde (y compris bon nombre des Républicains US), ce n’est pas que Trump porte des thèmes républicains / de droite mais bien ses méthodes et sa personnalité, son racisme, son sexisme, etc. etc.

Un mot sur la bien pensance, la presse mainstream, la presse franchouillarde, le politiquement correct, expressions qui ressortent régulièrement pour réfuter des arguments : C’est le degré zéro de la réflexion. Ce sont des fourre-tout qui permettent d’éviter de préciser une pensée, s’il y en a une. On peut faire plein de reproches aux journalistes, mais au moins eux ils essaient de penser, ils travaillent et ils s’exposent. Si quelqu’un veut réellement être politiquement incorrect, ce n’est pas en étant plus nul que les journalistes mais meilleur qu’eux qu’il y parviendra.

Sur le pétrole, êtes-vous bien sûr vschmit que les sociétés US vont bénéficier de la hausse du dollar (jusqu’ici) ? Plus généralement, au-delà des questions domestiques US, le protectionisme annoncé de Trump (renégociations à la baisse des traités commerciaux) va également avoir des conséquences que je n’arrive pas à mesurer pour l’instant. La réponse de la Chine - dont la situation est assez fragile, voir le rapport de la BRI de septembre dernier - devient en effet un sujet assez brûlant. On en saura plus le 20 janvier prochain, pour l’instant encore deux mois avec Obama.

Hors ligne

 

[+5]    #12 11/01/2017 20h28 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Banni
Réputation :   280 

sissi a écrit :

Nous allons regretter la classe et le charme d’Obama!

Pour ma part je ne le regretterai pas : il a peut-être une bonne tête, mais il a commis de lourdes erreurs dont nous n’avons pas fini de subir les conséquences. J’ai déjà évoqué les assassinats ciblés. L’intervention en Libye et la déstabilisation du pouvoir syrien ont eu pour seul résultat de mettre en place des nids de terroristes aux portes de l’Europe et de plonger dans le désarroi les millions de migrants fuyant les ’théâtres" d’opération. Heureusement que la Fédération de Russie est là pour remettre un peu de tranquillité dans ces zones dévastées par les groupuscules soutenus par les Etats-Unis. Avec beaucoup moins de moyens militaires que les américains, les russes obtiennent bien plus de choses….

Cette fin de mandat est absolument pathétique : alors qu’il est d’usage que le président sortant expédie les affaires courantes pendant les 2 derniers mois, Obama semble être obsédé par la volonté de savonner la planche de son successeur. La fable grotesque du truquage des élections américaines par la Russie en est le plus bel exemple. Poutine a su répondre à ces bassesses avec la hauteur de vue qui convenait. Les médias ont beau nous ressortir chaque jour avec la larme à l’oeil le "story telling" du président "bon" et du président "méchant", oncle Donald prendra bien ses fonctions dans quelques jours. Contrairement à Valbuena, ce n’est pas une histoire de "sextape" (corne-cul en français) en Russie qui va parvenir à le déstabiliser.

Si les démocrates avaient vraiment voulu gagner cette élection, ils auraient renoncé au principe des "super-délégués" non élus et auraient investi Bernie Sanders. A ce jour, ils ne sont plus que de mauvais perdants.

Sur le fond des choses, on ne peut qu’approuver la volonté de Trump de réduire les dépenses militaires exorbitantes des Etats-Unis et d’en finir avec l’héritage russophobe des administrations Bush et Obama.

Depuis leur création, les Etats-Unis ont quasiment toujours été en guerre à un endroit ou un autre de la planète. En cette période de voeux, souhaitons que Trump en finisse avec cet atlantisme agressif et dévastateur qui a jusqu’ici été la marque de fabrique des "yankees".

Hors ligne

 

[+6]    #13 12/01/2017 14h40 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   177 

C’est amusant comme le récit de la seconde guerre mondiale tel qu’elle est enseignée au collège continue d’influencer les esprits en France.

Les US ne sont pas un allié de l’Europe, mais plutôt un suzerain au sens féodal du terme.

L’armée rouge a fait la majorité du sale boulot à l’époque, et les US ne sont intervenu en Europe de l’Ouest (et ont fait tomber leurs bombes A au Japon) que pour circonscrire la zone d’influence de Staline, quand la chute de l’Allemagne était déjà inévitable. D’où les investissements énormes en Allemagne de l’Ouest et au Japon par la suite, qui devaient servir de "tampons" en première ligne contre l’URSS. Ce bref résumé n’est pas original ou tendancieux, c’est le consensus moderne dans la communauté des historiens. Mais dans les manuels scolaires, on nous présente toujours le brave GI altruiste venant mourir sur nos plages juste pour sauver la Liberté smile

Les actions récentes de Poutine sont plus des réactions contre l’encerclement toujours plus serré de l’OTAN depuis la chute de l’URSS (interventions en Yougoslavie, élargissement de l’UE pour inclure les pays Baltes et d’Europe de l’Est, Géorgie, révolutions colorées en Ukraine, Afghanistan, déploiement de boucliers anti-missiles en Europe de l’Est et en Corée du Sud…) qu’une agression spontanée.

Personnellement, je ne suis pas fâché du Brexit et de l’affaiblissement américain ; j’espère que cela donnera l’opportunité à l’Europe de s’affirmer comme un pôle de pouvoir indépendant.

Hors ligne

 

[+3]    #14 14/01/2017 10h43 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   177 

C’est moins une histoire de "voisin tranquille" que le souvenir de la vie de l’autre côté du rideau de fer. Si la populace est parfois nostalgique de l’ordre soviétique dans les pays qui se sont retrouvés aux mains de mafias après l’effondrement de l’URSS, ceux qui s’en sont bien sortis n’ont pas envie de revenir sous la coupe russe.

En Russie comme en Chine, l’état ne fourni pas de "filet de sécurité", les conditions de vie de base sont assez spartiates et la meilleure voie pour s’enrichir ou se sortir de mauvaises situations est d’avoir des appuis dans l’administration ou ailleurs. La corruption décriée par les occidentaux est alors (paradoxalement) assez démocratique car ces réseaux sont ouverts à quiconque dispose de l’argent (rarement de grosses sommes) ou des amis nécessaire.

A l’ouest, les cercles du pouvoir sont au contraire beaucoup plus hermétiques, mais en contrepartie le pékin lambda a un chemin tout tracé vers une prospérité relative (maison à crédit, voiture à crédit, obtenus grâce à des études à crédit (aux US), une femme qui travaille, deux enfants élevés par leurs professeurs/babysitter et un golden retriever esseulé) et rien de trop affreux ne lui arrivera pour peu qu’il soit bon élève et bon consommateur.

Paradoxalement, si l’on est un peu aventureux, on peut donc parvenir à des résultats assez intéressants plus facilement (et rapidement !) dans ces économies "corrompues" (en faisant toutefois attention à qui appartiennent les plates bandes sur lesquelles on veut marcher), alors qu’il est long et difficile de sortir des sentiers battus à l’Ouest (régulations complexes (saviez-vous qu’il est illégal de vendre un gâteau si vous n’avez pas (ou n’embauchez pas) un CAP patisserie en France ?), délais très longs et démarches kafkaiennes, maquis légal qui nécessite des experts, accès au crédit difficile voire impossible). En revanche, pour la personne qui veut vivre tranquille, le modèle occidental est infiniment plus simple à naviguer pour un résultat généralement satisfaisant ; dans le modèle Russe/Chinois, la vie est plus stressante en comparaison (les forts taux d’épargne ne sont pas anodins).

Un détail qui ne cesse de me choquer depuis que je suis rentré en France, 90% des gens s’étonnent que mon épouse ne travaille pas (et souvent demandent quand est-ce qu’elle compte "trouver" un travail). Beaucoup surenchérissent qu’ils s’ennuiraient s’il n’avait pas de travail ! Il semble être devenu inconcevable pour beaucoup de gens qu’on puisse s’épanouir sans vendre son temps à une entreprise souvent médiocre. Quel changement depuis la douce France qu’on voit dans les films des années 60/70.

Autre chose amusante : depuis la crise, le contrat social de l’Ouest ("soyez sage et vous aurez une vie tranquille à crédit") est rompu (la partie crédit ne marchant plus) et de plus en plus de gens qui comptaient dessus se retrouvent trahis (les fameux sans-dents). A partir de là, il me semble possible qu’on s’oriente soit vers une société de plus en plus Victorienne (inégalités maximales, avec une classe aisée qui fait vivre une populace uberisée en achetant leurs services à vil prix) qui serait plus dans la logique historique, ou bien vers une société système D qui maintiendrait l’apparence du contrat social avec des prestations de plus en plus cache-misère et une répression "théatre" (pour l’example) cachant une lente démise de l’état de droit (d’autres organisations, criminelles ou associatives, prenant peu à peu la place de l’état localement pour faire vivre les quartiers les plus pauvres, la gangrène progressant au rythme de la paupérisation).

Dernière modification par doubletrouble (14/01/2017 11h07)

Hors ligne

 

[+3]    #15 20/01/2017 08h43 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   104 

Je prie le forum de bien vouloir accepter mes excuses et à un modérateur d’effacer le post 391.
Bonne Journée !


Ericsson…!  Qu'il entre !

Hors ligne

 

[+5]    #16 29/01/2017 23h32 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Réputation :   

Bonsoir ,


Quelques  petites questions :

- on parle de "Milliardaire" ; savez vous qui a dépensé le plus ( bcp +) pour la campagne ,entre Hillary et Trump ?

-Si Hillary avait gagné , aurait-on remis en cause le nombre de voix si trump en avait eu plus ?

-On parle du Mur entre USA et Mexique : il n’y avait pas de mur sous Obama ? l’a-t-il détruit ?

-On nous parle du protectionnisme cataclysmique de Trump ; qui donc en 2016 aux USA  a taxé de 522% l’acier chinois ?

-On nous bassine avec  une possible histoire d’amour entre l’ UE et la Chine : est-elle moins protectionniste et "raciste" que Trump ?

- On tente de nous effrayer avec un dialogue entre les USA et la Russie ; je ne comprends pas; les "humanistes" préfèrent une prolongation de guerre froide et les tensions  ?

Personnellement je ne juge jamais sans éléments et je dis ; attendons , on verra bien !

j’ai quand même tendance à observer les Bourses  - DJ à 20.000 !( la bourse est  censée anticiper , non ? ) .. aussi je me dis ; la fin du monde n’est pas encore pour maintenant !

Pour finir et ça n’engage que moi  ;
Trump fait ce qu’il dit ; et il dit ce qu’il fait ; ça change ! et juste pour ça j’adoooooore ce bonhomme !
(le peloton d’exécution c’est où ?  lool )
Bonne semaine à tous et bons trades

Dernière modification par Amandine (29/01/2017 23h33)

Hors ligne

 

[+4]    #17 30/01/2017 02h10 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   149 

Tout a fait Amandine, sous Obama, les musulmans arrivaient aux usa en faisant un hi five a l’aéroport et avaient un permis de séjour à l’arrivée, les drones lachaient des fleurs sur les mariages, les palestiniens construisaient des stations balnéaires pour leurs familles en week end, la frontière mexicaine était staffée par les retraités de Disneyland pour accueillir les immigrants en chansons, les rebelles syriens et ukrainiens faisaient des groupes de discussions sur les modèles de constitutions américaine et de démocratie britannique.

Les médias et la plupart des gens cherchent un gentil et un méchant. C’est plus facile de penser comme cela. La vérité est toujours plus complexe.   

Obama car il est sympa et blagueur et noir a été mal compris par des esprits simples non anglophones qui voyaient en lui quelque chose qui n’existe pas.

Quand Obama soutient les saouds dans des massacres d’écoles a la bombe au yemen ou en syrie via al qaida, déstabilise l’Ukraine, ça reste monsieur cool Obama first black président prix Nobel de la paix.

Quand trump fait un décret discriminatoire sur 10 nationalités c’est Hitler.

Hors ligne

 

[+3]    #18 04/06/2017 23h13 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   447 

TyrionLannister a écrit :

La situation economique des Etats-Unis est non seulement bonne, mais elle continue de s’ameliorer. Le taux de chomage est a son plus bas historique. Pour les plus complotistes qui ne reconnaissent pas les chiffres officiels, il suffit de se promener dans les villes et les villages: dans certaines regions on trouve de moins en moins de Uber, mon temps d’attente moyen est passe de moins de 5min a plus de 15min. Des panneaux "Help Wanted" fleurissent devant la plupart des boutiques et restaurants. Plus important que le taux d’emploi, le taux de demission est a son plus haut et indique la qualite du marche de l’emploi et la confiance de la population en celui-ci. …/…

Mon opinion est un peu différente : La situation aux USA est loin d’être excellente.
Durant mon dernier voyage de plus de 2 mois aux USA parcourant plus de la moitié des états que comptent les USA,  j’ai vu
1- d’immombrables magasins à louer, au Texas , Mississippi,  Missouri, Tenessee en Caroline du nord etc…
2- des personnes de plus de 70 ans qui travaillaient dans des petit centres commerciaux, et dans les chaines de grands restaurants. (McDo et autres)
J’ai une amie de 84 ans qui vient de prendre un boulot de vendeuse dans un magasin en Arizona,
Mon neveux 40 ans, a San Francisco, dispatcheur de camions citernes pour une société pétrolière vit chez ses parents, son amie assistante dentaire également vit chez ses parents. Ils sont ensemble depuis une dizaine d’années et n’ont pas encore eu les moyen de s’installer. Ils ont tous les deux des crédits contractés pour leurs études.
Ils paraissent bien s’en tirer avec des autos achetées a crédit…
je n’en dit pas plus.

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/3097_screenshot_2017-06-04_124929.png

L’endettement des ménages est au dessus de ce qu’il était avant "la crise des subprime".Source Federal Reserve Bank.

Total household debt in the last quarter reached a record $12.73 trillion, surpassing the $12.68 trillion that Americans owed at the height of the housing bubble.

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/3097_screenshot_2017-06-04_125438.png

En lisant cet article de cette semaine dans Barron’s
On note que :
Avec hausse des taux d’intérêt de la Réserve fédérale, les consommateurs commencent a ressentirent la pression, à commencer par les emprunteurs marginaux. Et les sociétés de cartes de crédit, dont Capital One Financial (COF) et Discover Financial Services (DFS), signalent des augmentations de "charge-off".
En français ce sont les emprunteurs qui ne peuvent pas rembourser et qui ont des dettes incollectables donc a passer au compte "pertes et profits"

Grâce à la légère hausse du cours des actions et à la reprise des prix des maisons, la valeur nette des ménages est supérieure de 37% à celle du pic immobilier et de 30% de la valeur nette des ménages; Cette augmentation est liée aux cours des actions et aux fonds communs de placement, espérons que le marché continuera à se bien se comporter.

How does the U.S. Bureau of Labor Statistics calculate the unemployment rate published monthly?

En lisant cet article vous pouvez vous rendre compte que le taux de chomage aux USA ne veut absolument rien dire.
La majorité des petites gens sont sous-employés, ont des boulots à temps partiels et gagnent a peu prés 50% de ce qu’ils gagnaient dans les années 70/80.

Barron’s a écrit :

…/…
The world’s four biggest central banks may have expanded their collective balance sheets to a whopping $18.4 trillion, but the trillions they’ve pumped into the markets did not flow equally to all. Just 20% of the income growth during the early 1950s expansion went to the top 10% richest households, but by the current expansion their share grew to 80%, according to Pavlina Tcherneva, of the Levy Economics Institute at Bard College. Today, 76% of family wealth in America is held by the top 10% of wealthy families, and just 1% is in the hands of the bottom 50%, notes Conrad Hackett, of the Pew Research Center.

En gros  dans les années 50 seulement 20% de la croissance des revenus allait aux 10% des ménages les plus riches; Aujourd’hui c’est 80%.
En résumé de nos jours
- 76% des richesses sont entre les mains des 10% des ménages les plus riches.
-  1% dans les mains des des ménages les 50% des ménages plus pauvres.
Donc la middle-class 40% des ménages ne possèdent que 23% des richesses. Source: Conrad Hackett, of the Pew Research Center.

On peut aussi y lire que 32 % des jeunes de 18-32 ans vivent chez leurs parents alors que ce chiffre était a 27% durant ces dix dernieres années.

Stephanie Pomboy of MacroMavens a écrit :

“People who save are those who have the wherewithal to save,” she says, “while poorer consumers are borrowing out of distress to fund purchases normally paid for by income.”
en français :
"Les gens qui économisent sont ceux qui ont les moyens d’économiser", dit-elle, "tandis que les consommateurs les plus pauvres empruntent en cas de détresse pour financer des achats normalement payés par un revenu".

Les loyers :
Finalement le coût des loyer je vous laisse lire cet article Apartment List National Rent Report
By Andrew Woo and Chris Salviati
Il y a la un tableau qui montre le prix des loyers --- Ça explique les 32 % de jeunes qui vivent chez leurs parents, le loyer pour un petit apart est souvent plus élevé que le salaire.

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/3097_screenshot_2017-06-04_150354.png

Dernière modification par Miguel (05/06/2017 07h54)


'Experience is what you get when you didn't get what you wanted', Howard Marks.

Hors ligne

 

[+3]    #19 28/09/2017 08h32 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   447 

Mr Vix

Aux USA on ne laisse pas crever les pauvres --- on leur donne accès au credit
il suffit de se rappeler les scandale des "subprime loan".

Et comme jusqu’à présent les prix de l’immobilier n’ont pas arrêté de progresser tout le monde s’y retrouve.
Ensuite il y a eu un moment difficile a cause de ces fameux subprime loans.
On a mis cela sur le dos de la crise .
Et puis l’immobilier est reparti.

J’ai des connaissances en Arizona --- un état pour retraités.
Nous leur avons rendu visite il n’y a pas longtemps.

La belle mère est sous le niveau de pauvreté. Elle touche un peu moins de $1100 par mois de retraite.
Elle vit chez sa fille 60 ans avec son gendre 67 ans retraité de la "US Navy". Lui touche un peu plus de 3K$ mensuel.
Il a acheté une maisons a crédit à l’age de 65 and avec un crédit de 30ans .
Belle maison aménagée avec des panneaux solaires  2 autos dont une presque neuve et un pick-up truck.
Des américains pauvres …

La belle mère étant sous le niveau de pauvreté reçoit toutes les semaines un "Care package" équivalent d’un caddy de super marché bien rempli.
Avec des légumes, poulet roti, de la viande, des oeufs, des saucisses , du bacon, du saumon,  des pains d’excellente qualité, pains complets, du lait, de l’eau gazeuse Perrier en bouteille de verre,  du coca naturellement, du fromage, des yogurts, des barres de chocolat Mars et autres marques connues, des fruits, des cacahuètes, des pommes chips des bretzels, des pop corn etc… etc… ,
C’est largement suffisant pour nourrir toute la famille ainsi que les deux chiens.

Nous avons passé une semaine chez eux et nous avons tous vécu sur le "care package", et lorsque nous les avons quitté ils nous ont refilé des barres de céréale et plaquettes de chocolat qui venaient du care package…
Il s’agit de dons d’association caritative en vue d’aider ceux qui sont dans des situations de pauvreté,

Les vrais pauvres… reçoivent également en plus des Food stamps qui peuvent être négociés dans certains commerces pour des boissons tout autres que du lait ou de l’eau.
Une bonne parties des américains ne savent même pas que cela (les food stamps) existent encore.

D. Trump souhaite supprimer en partie ces "food stamps" .

President Trump’s budget proposal includes huge cuts to food stamps.

Supplemental Nutrition Assistance Program (SNAP) How Much Could I Receive?

How to Calculate Amount of Food Stamps

Income Limits and Food Stamp Benefits

J’arrête la --- mais des aides pour les pauvres il y en a --- personne ne crève la dale aux USA.
Bref tout cela pour dire que l’on ne sait pas tout.

Update pour corrections orthographe.

Dernière modification par Miguel (28/09/2017 15h52)


'Experience is what you get when you didn't get what you wanted', Howard Marks.

Hors ligne

 

[+4]    #20 30/10/2017 10h36 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   725 

Je tenais à remercier la bonté d’âme de TyronLannister capable de mettre un -1 hors charte sans aucune raison dans la charte sur un poste sourcé et argumenté (et le -1 réussit en plus à être un plein de fautes d’orthographes). Cela faisait longtemps que je n’avais pas connu ça ce côté mesquin : un peu d’expérience, de sagesse, de calme et de recul à gagner sur le forum je pense. Mais ça viendra…

Quel amour du débat en tout cas ! Aucune réponse sur le fond mais un -1. Je sais c’est difficile à vivre de ne pas pouvoir répandre sa propagande trumpôlatre sans qu’au moins une personne vienne donner des chiffres, des faits et des statistiques… trop dure la vie alors il faut un mettre un -1 !

En attendant, Trump s’enfonce encore plus dans les sondages :
RealClearPolitics - Election Other - President Trump Job Approval

Et plus intéressant, passionnant même, cette enquête du New Yorker (qui m’est en fait arrivé via la lettre du week-end du Financial Times donc du sérieux qui a vanté, à raison, l’étendue de cette étude) :
?We Are Witnesses?: A Portrait of Crime and Punishment in America Today | The New Yorker
C’est un peu long (plus un truc de week-end ou de vacances) mais cela démontre la dureté et l’inéquité chronique du système judiciaire américain. 

Si vous voulez d’autres liens plus courts et très sérieux sur l’injustice totale (voire l’inhumanité) du système judiciaire américain, des statistiques à foison dans cet article du New York Times qui ne fait que confirmer, malheureusement, des recherches menées tous les 5 ans sur ce sujet : pour le même délit ou crime, un Noir américain, toutes choses égales par ailleurs pourtant, aura une peine beaucoup plus lourde :
Unequal Sentences for Blacks and Whites - The New York Times

bonnes lectures


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

[+3]    #21 13/12/2017 08h39 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   318 

Donc, cette nuit, l’Alabama a élu un sénateur Démocrate, ce qui n’était pas arrivé depuis le début des années 90 dans ce fief républicain.

Trump est directement touché parcequ’il s’était engagé derrière le candidat républicain, invoquant la solidarité de tous les républicains. Notons toutefois que ledit candidat est sous le coup d’accusations de viol, voir de pédophilie, et que ça n’a pas dû l’aider.

Les élections mid-term qui se tiendront à l’automne 2018 s’annoncent donc compliquées pour le camp républicain.

Plus court termiste, la majorité républicaine au Sénat s’amoindrit, et l’on a vu fleurir cette nuit des appels à respecter le vote de l’Alabama, et à attendre l’entrée en fonction de Doug Jones pour voter la réforme fiscale. La logique politique serait plutôt d’accélérer le processus pour faire passer les lois tant qu’ils le peuvent encore… A suivre. Ce point pourrait avoir son importance sur les marchés, mais bon, vu l’absence de réaction à tout ce qui pourrait être une mauvaise nouvelle, bien malin qui pourra prédire la réaction des marchés… Ou l’absence totale de réaction.

Je ne résiste pas même si ca n’a pas grand chose à voir, quand la musique est bonne…


L’argent est un bon serviteur et un mauvais maître (A. Dumas )

Hors ligne

 

[+3]    #22 26/03/2018 18h06 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   725 

PoliticalAnimal a écrit :

Oui les chiffres de dépenses de santé en % du PIB sont faramineux aux USA (et tellement connus)
Health expenditure, total (% of GDP) | Data

17,1 % du PNB pour un résultat correct / sans plus c’est juste du délire ! Et c’est en constante augmentation. La France est autour de 10-11 % selon les années. La Corée du Sud seulement 7 % ! (L’une des meilleures espérances de vie pourtant). Et l’on parle bien en % donc en valeur absolue c’est délirant d’autant que proportionnellement à leur richesses, ce devrait être l’inverse puisque les "Capex" sont à peu près fixes selon les pays (je veux dire : le PNB/habitant aux USA étant plus élevé qu’en France, l’achat d’un IRM leur coûte donc moins cher en % !).

C’est un scandale ce 17 % du PNB mais bon c’est leur problème. En fait c’est même moins efficient alors que largement plus cher puisque l’espérance de vie est meilleure en France, l’espérance en bonne santé aussi, un taux de diabète moins élevé qu’aux USA  etc. etc.

Alors pourquoi une différence aussi énorme !? Et pour un résultat moyen.
La première raison, de loin, ce sont les médecins qui sont BEAUCOUP mieux payés qu’en France. Que ce soit médecins hospitaliers ou libéraux. On parle de 3,4 voire 5 fois mieux payés qu’en France. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que le statut de médecin aux USA est incomparable : de véritables dieux vivants avec classements dans les magazines et trophées dorés (et ridicules de kitsch). Le coût des nuits à l’hôpital aussi est indécent. Ensuite le coût des assurances juridiques est énorme (mais contrairement à ce que l’on croit ce n’est pas le 1er critère). Et puis les médicaments sont plus chers (mais ça reste à la marge) et puis etc. etc.

Mais les américains sont tellement persuadés d’avoir la meilleure médecine du monde (ah oui leurs hôpitaux sont rutilants et présentent autrement mieux qu’en France mais je peux vous assurer que les médecins ne sont pas meilleurs en moyenne sans doute l’inverse tellement ils sont imbus d’eux mêmes) ; je disais ils sont tellement persuadés d’avoir la meilleure médecine du monde qu’il coulera beaucoup d’eau sous les ponts avant que cela ne change (et que l’on ne me parle plus du prétendu pragmatisme américain c’est du bullshit ; dans les fifties peut-être mais le peuple américain devient l’un des moins pragmatiques de l’OCDE. Les Allemands oui sont pragmatiques).

TyrionLannister a écrit :

Remarque tres pertinente Zeb: les medecins gagnent beaucoup mieux leur vie aux USA et c’est une bonne chose sur le long terme pour la qualite des soins.

Entre la pauperisation des medecins, le faible taux d’equipement, les hopitaux qui decrepissent et le remplacement progressif des medecins francais par des diplomes en medecine d’europe de l’est du sud, du magrehb et d’afrique, le declin du systeme de soin a la francaise est amorce et sans reaction rapide la pente va etre tres difficile a remonter d’ici quelques annees.

C’est pour cela que l’espérance de vie aux USA a diminué ! C’est pour cela que l’espérance de vie est meilleure en France ! C’est pour cela que le taux de couverture vaccinale est meilleur en France. Que de l’idéologie, pas de faits. Ne seriez-vous pas un peu américanôlâtres ?  Et votre obsession des étrangers (même sur un sujet sur la médecine vous y faites référence… c’est étonnant non ?). Le pognon des médecins Yankees va dans l’achat de Tesla et de bateaux, c’est tout.

La santé aux USA est une honte. Excepté les cadres même la classe moyenne n’a pas accès à des soins de qualité correcte ; au Maroc les soins sont meilleurs pour la classe moyenne. Tout est ultra clivant si vous n’avez pas franchi la barrière de la classe moyenne +. C’est indigne d’un pays civilisé (et j’y ai vécu mais… en ouvrant les yeux smile

J’ai aussi noté que vous citez rarement de sources.

J’ai cité mes sources ci-dessous : les USA sont une anomalie et ce versus la Suisse, la Corée du Sud, etc. (puisque vous vous égarez dans une comparaison douteuse avec la France et sa paupérisation fantasmée… et son envahissement fantasmé aussi). Croyez-vous que votre argument de  fonctionne avec la Corée du Sud ?

La vérité c’est qu’une élite médicale américaine et ses lobbys ont mis de façon détestableme, la main sur le système de santé et, qu’excepté les très riches et les riches, tout le reste de la population (class moyenne comprise) en paie le prix pour un rapport "qualité/prix" bien inférieur aux restes des pays de l’OCDE.

À méditer histoire d’avoir une vision un peu plus pondérée que votre américanophilie délirante et systématique  (ah et détails hors chartes : j’ai été aux USA et je continuais à écrire avec accent ; avec n’importe quel mobile ou ordi si on est un tant soit peu geek on peut mettre des accents… non mais !)

Je ne passe pas souvent par ici mais en lisant la piqûre de rappel de l’association Amazon, Berkshire, JP Morgan Chase pour se lancer dans les assurances santé, comment dirais-je, les smiley suivants semblent appropriés : tongue tongue big_smile

Quelques mois avant cette annonce, j’avais tout de même écrit, parfois à la tournure de phrase prête, exactement ce que Buffet et Bezos ont décrit dans leur conférence de presse big_smile (l’homme le plus riche du monde et le meilleur investisseur… sur une file de rentiers, cela constitue des cautions pas  dégueues…). Et que oui "Les coûts colossaux de soins de santé agissent comme un ténia affamé sur l’économie américaine"…

Buffett: Bezos, Dimon and I aim for something bigger on health care

Comme quoi lorsqu’on n’essaie de ne pas être influencé par ses propres biais et que l’on regarde en face les faits et le chiffres, on peut parfois réaliser des analyses pas trop déconnantes sur un système (en l’occurrence le système de santé américain) [smiley du sifflement…] Il faut juste mettre ses biais de côté (ou le plus possible).

2ème partie du post :

Scipion8 a écrit :

Beau succès diplomatique pour Trump avec la proposition nord-coréenne de pourparlers sans condition sur la dénucléarisation de la péninsule coréenne. A voir ce qui se concrétise, mais c’est très encourageant pour toute la région (pour le Japon aussi) et la stabilité mondiale, après les premiers signes de détente pendant les JO.

Même Le Monde (c’est dire !) salue ce succès : La proposition de rencontre de Kim Jong-un, un indéniable succès pour Donald Trump (accessible aux abonnés)

ça me fait bien rire de voir les "spécialistes" de la diplomatie, qui ont traité pendant des mois Trump de fou furieux et d’imbécile sur ce dossier, manger leur chapeau à ce point. L’Histoire nous a pourtant enseigné que parfois la force (pas son usage, mais la menace de son usage) est parfois le meilleur (et le seul) moyen d’obtenir la paix. Trump a plus avancé en un an sur ce dossier avec ses tweets vulgaires et son attitude sans concession qu’Obama en 8 ans avec tous ses beaux discours, ses atermoiements et son Prix Nobel de la Paix (obtenu on ne sait pas trop pour quel succès).

Tout ça me rappelle la vérité de la belle sagesse de Michel Audiard : "Deux intellectuels assis vont moins loin qu’une brute qui marche" ;-)

@Scipion En fait, un spécialiste de diplomatie (un vrai) que nous avons la chance d’avoir comme consultant dans mon entreprise avait prévu ce rapprochement diplomatique dès septembre 2017 (il avait aussi prévu le rapprochement entre la Turquie et le Russie, l’importance du Tchad dans le dispositif anti-terroriste, le basculement en Syrie, etc. il a un taux de "prédiction" largement supérieur au hasard et une culture / un réseau absolument incroyables). Je ne peux évidemment pas le nommer et donc malheureusement ce post sera non sourcé, toutes mes excuses (d’autant qu’il a écrit des livres passionnants, en MP à la rigueur je peux en parler). Je ne peux pas non plus trop détailler mais il peut être intéressant de savoir qu’il est accrédité secret-défense au niveau le plus élevé et qu’il est le conseiller en géopolitique d’un des plus hauts cadres de l’Armée (idem je ne peux nommer le militaire sinon ça donne son nom smile )

Eh bien dans le cas de la Corée du Nord (et donc dès septembre 2017), ce spécialiste avait une analyse beaucoup plus multifactorielle que vous cher Scipion smile Les choses sont loin d’être si simples.

D’abord il rappelait que contrairement à ce que les psychodrames télévisuels font oublier (sous Obama c’était pareil), les relations Corée du Sud / Corée du Nord sont bien aussi importantes dans l’avancée du processus diplomatique (ou la stagnation ou le recul) que les relations USA/Corée du Nord. Sauf que ce point est peu (voire pas) détaillé dans les médias occidentaux. En résumé, nous avons un prisme et des biais d’occidentaux.

On oublie souvent que c’est lorsque le Parti démocrate Coréen (centre-gauche en Corée… en France ce serait centre-droit d’un point de vue économique, amusant d’ailleurs de voir ce genre de différence) a perdu en 2008 et que le très conservateur Lee Myung-bak a pris les commandes du pays, que la Corée du Nord s’est "tendue" et a recommencé son programme nucléaire (donc cela n’avait rien à voir avec les élections aux USA…). En effet, Lee Myung-bak était farouchement contre la "Politique du rayon de Soleil" alors qu’elle avait donné des résultats probants et c’est à ce moment là que les choses ont commencé à empirer. Purement coréo-coréen.

De même, et encore une fois dès septembre 2017, il avait prédit que les Jeux Olympiques en Corée serviraient de catalyseurs à de nombreuses réunions et rencontres plus ou moins secrètes pour faire avancer la diplomatie… et paf quelques semaines après les JO…

Enfin, le 2ème axe de lecture, sans doute plus polémique celui-là (et moins factuel) était que Trump et son équipe utilisaient la menace nord-coréenne et faisaient "monter la sauce" uniquement comme diversion par rapport à la politique interne aux USA mais que "vous verrez tout cela finira par une rencontre Trump / Kim Jong-un et qu’il y avait énormément (si ce n’est que) du théâtre derrière tout ça…

Mais il mettait cette grille de lecture en second plan de toute façon. Enfin bon que l’on analyse via uniquement la politique Sud-Nord coréenne ou en mettant une dose de "manips" trumpiennes, cela n’a, d’après lui, rien à voir avec l’usage de la force bien au contraire.

Je m’étonne d’ailleurs de voir que vous qui luttez le plus possible contre les interprétations abusives et rapides (dans votre domaine de compétence : les banques centrales… où de nombreuses blagues ont été faites aussi), vous confondiez intellectuels et intellectuels d’une façon qui pourrait sembler populiste.

Ceux qui "meublent" à la télévision ne sont pas de vrais diplomates ou de vrais intellectuels, ce sont juste de "bons clients télévisuels". Rien à voir. Si vous aviez la chance d’avoir accès à des vrais spécialistes de géopolitique (qui ne passent JAMAIS dans les médias ne serait-ce que pour des raisons de confidentialité), vous n’utiliseriez pas cette blague je vous assure, vous seriez au contraire estomaqué par la qualité de leurs prévisions, leur hauteur de vue, leur façon de vous dévoiler l’envers du décor… smile

Aparté : ce spécialiste m’avait livré aussi un conseil que je vous livre. Je suis ce conseil d’ailleurs depuis qqs mois. Si vous vous voulez vous "muscler" en géopolitique et "connect the dots" entre des événements géopolitiques, "prévoir" un peu plus de choses (sans avoir comme lui d’habilitations secret-défense…), vous pouvez au moins… lire Foreign Affairs le plus possible (si votre entreprise a la chance d’être abonné, ruez vous sinon quelques articles en ligne sont gratuits mais le Pay-Wall vous rattrape vite).

Dernière modification par PoliticalAnimal (26/03/2018 18h40)


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

[+3]    #23 10/10/2018 19h53 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   584 

C’est important la présomption d’innocence…
Mais dans ce cas ci il y a juste a voir (j’ai pris le temps de tout voir/ecouter ) ce que Kavanaugh a dit, comment il s’est comporte particulièrement envers les dames… les attaques qu’il a proféré envers un "complot" de démocrates… pour douter de son impartialité … Il s’avoue pratiquant et anti-avortement ce qui inquiète beaucoup de gens et bien sur les femmes a cause ROE v Wade…
J’espere bien que Trump perdra au moins la Chambre - je préférerais qu’il perde le Sénat aussi. Qu’il soit "ralenti" ce menteur narcissique, mégalomane et misogyne… Je m’arrête la!
Heureusement que je ne vis pas la-bas!

Desolee Tyrion - mais je ne pouvais pas me taire ce coup ci. Trop ecoeuree!

Dernière modification par sissi (10/10/2018 19h55)

Hors ligne

 

[+4]    #24 09/11/2018 18h21 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Banni
Réputation :   126 

ArnvaldInOfSon a écrit :

Moi aussi je suis satisfait de l’issue des élections !
Grâce à la perspective de blocage législatif qu’elles suggèrent, qui empêchera Trump de faire ce qu’il veut, donc n’importe quoi (sur la loi sur la santé par exemple).
En plus, grâce au parti démocrate, on voit plus de femmes, de jeunes, d’origines ethniques, d’orientations sexuelles.

Comme quoi il ne faut jamais désespérer de l’Amérique.
Courage camarades américains, encore 2 ans à tenir …

Je trouve assez désolant de voir que l’on se focalise sur l’âge, l’origine éthnique et l’orientation sexuelle des candidats avant de s’interesser à leur parcour et leur programme:

- jeune? Personnellement j’apprecie qu’aux USA de nombreux politiques sont des gens expérimentés qui se lancent dans la politique en 2eme ou 3eme carrière. Je ne pense pas qu’un politique jeune soit un gage de qualité au contraire. J’aurais d’ailleurs tendance à penser que 40 ans est déjà tres jeune en politique. Avez-vous supporté Marion Maréchal-Le Pen en raison de son jeune age?
- femme - apparement ce n’est bien que quand elles sont démocrates, je ne pense pas que vous vous réjouissiez des candidates quand il s’agit de Sarah Palin ou Marine Le Pen. Je reste toujours étonné devant le féminisme à géométrie variable.
Pour l’orientation sexuelle, etes vous fan de Floriant Philippot?

La diversité n’est pas le monopole de la gauche, loin de là, par contre je trouve que faire de la diversité un cheval de bataille et un objectif est une chose dangereuse, quand on favorise un groupe on en défavorise forcément un autre, seul les idées et le talent devraient compter peut-importe l’origine éthnique, la religion, le sexe ou la sexualité.


De nombreux américains dont je fais partie sont pour le GOP et soutiennent le président Donald Trump. Vous devriez ouvrir les yeux et arreter de penser que les choses sont simplistes:

- USA today pourtant plutot democrate et anti-Trump reconnait que Asian, Muslim and Latino immigrants across USA helped Trump and GOP win Certes le rapport est d’environ 1/3 2/3 mais on est loin du manichéisme que les bien pensants totalitaires tentent de véhiculer.
- les résultats de ces mid-terms sont un plus grand succès pour Donald Trump et le GOP que l’ont été les premier mid-term de Barack Obama et Bill Clinton - les deux réélu président 2 ans plus tard: trump actually did way better than obama in his first midterm

Ce qui me rassure c’est que le parti démocrate est de plus en plus déconnecté de sa base et se revendique de plus en plus socialiste quand les attentes semblent plutôt être du coté de la modération. D’ailleurs aucun leader clair n’apparait à 2 ans de la prochaine présidentielle et ceux qui sont évoqués tel Beto O’Rourke sont suffisament à gauche pour faciliter la réélection de Donald Trump.

Pour l’instant les résultats économiques sont reconnus même par la presse plutôt de gauche: How Trump has set economic growth on fire - Si la tendance se poursuit il a de très grande chance d’être rééélu, nous verrons et jugeons sur les résultats.

A noter et c’est rassurant, que l’argent ne peut acheter les elections: quand les bobos des 4 coins de USA ont soutenu et envoyés des millions a Beto O’Rourke, Ted Cruz (d’origine Cubaine, mais comme il est républicain ca ne compte pas comme de la diversité) avec un budget largement inférieur a réussi a converser son siége de sénateur du Texas.

MaximusDM a écrit :

De ce point de vue, le cas américain est fascinant, voire inquiétant, mais nous devrions y prêter attention en France, en europe, et quand je dis y prêter attention, je veux dire l’analyser froidement, sans parti pris, sans notre "orgueil" ou notre "condescendance".

Très bonne remarque, il est amusant de lire les points de vus condescendant et plein de jugement de la part de personnes qui souvent ne connaissant des USA qu’un court séjour a NYC ou San Francisco, quand ce n’est pas que par la télévision. Enfin ce sont ceux la qui disaient que Donald Trump n’avaient aucune chance d’être élu ce qui en dit long sur leur lucidité.

Dernière modification par TyrionLannister (09/11/2018 18h23)

Hors ligne

 

[+3]    #25 09/11/2018 19h43 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Administrateur
Top 20 Réputation
Réputation :   2267 

TyrionLannister a écrit :

J’ai tout de même du mal à suivre votre enthousiasme pour Trump.

Il a fracturé l’amérique en deux : d’un côté les ruraux/religieux, de l’autre, les urbains progressistes.

A répéter "fake news" a tout bout de champs, il fait le lit des populismes futurs.

Sincèrement, le personnage est franchement à vomir : raciste, misogyne, macho, menteur.

Oui l’économie US va bien, mais elle suit simplement la tendance qu’elle avait avec Obama.

Forcément, à court terme, si vous baissez les impôts et que vous diminuez la pression réglementaire, l’économie est stimulée. Mais en attendant, le déficit augmente et les américains continuent à polluer comme jamais.

Que vous appréciez une politique économique plutôt conservatrice, et un style de négociation international "original", j’entends bien, mais de là à "soutenir" le personnage…

Personnellement, je trouve très inquiétante cette montée des populismes, et la banalisation des propos racistes et misogynes dans les campagnes électorales. J’ai vraiment l’impression d’une régression dans l’histoire, et cela m’afflige.

Hors ligne

 

[+3]    #26 10/11/2018 21h01 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Banni
Réputation :   126 

LEDEP a écrit :

(reputation): La prochaine fois que vous insultez quelqu’un, y compris dans la réputation, nous vous bannissons

Je pense avoir été plus insulté y compris par vous que je n’ai insulté. Je pense que les 10 derniers messages de cette file sont assez clairs sur le sujet.

Il me semble que les messages que j’ai posté dans ce thread sourcés, certes le point de vue diffère de la majorité mais cela ne le rend pas innaceptable ou ininterressant pour autant.

Je ne comprends honnetement par pourquoi l’affaire Macron/Benalla est tabou (malgrè de nombreuses sources) quand critiquer Trump est à la mode même sans aucune source. Je trouve vos -1 (de contributeurs) lié à vos opinions plus qu’à autre chose.

LEDEP a écrit :

…les idées de bas du front…

C’est cela le respect de l’opinion des autres et de millions d’électeurs? Ce n’est pas une insulte? Il me semblait que pour faire la morale il fallait un minimum balayer devant sa porte.

Bref, vous pouvez-vous excuser ou me bannir, je pensais échanger avec un autre contributeur en discutant d’un sujet d’actualité vous transformez une différence d’opinion en sujet de modération et me reprochez quelquechose que vous avez fait avant moi.


Edit Ledep: De grâce, ne jouez pas l’étonné alors que vous dites à roudoudou en lui mettant un point négatif "l’abruti n’est pas celui que l’on croit’. De plus ne sortez pas un élément de son contexte et ne faîtes pas croire ce qui n’a pas été dit dans la discussion France…

Dernière modification par TyrionLannister (11/11/2018 17h21)

Hors ligne

 

[+3]    #27 12/11/2018 17h07 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1314 

Quelques réflexions perso :

1) Oui, les mesures fiscales de Trump contribuent sans doute à la confiance des agents économiques aux USA, même s’il faut tenir compte des délais de transmission. Normalement, des mesures de politique économique (budgétaire ou monétaire) ont des délais de transmission à l’économie réelle (= sur le PIB et l’emploi) de 6 à 24 mois, selon le type de mesure. Cela dit, il semble probable que certaines des mesures de Trump aient effectivement un délai de transmission court, et aient un effet positif sur la confiance quasi-immédiat.

2) La Fed relève graduellement ses taux mais continue à soutenir l’économie US par son bilan. La taille du bilan de la Fed ne se réduit que graduellement car la Fed est attentive à ne pas entraîner une réduction trop rapide de la liquidité par les tombées d’échéance de son portefeuille de QE (tapering). Compte-tenu de la baisse du taux de chômage, j’ai tendance à considérer (contrairement à Trump) que la Fed, malgré ses hausses de taux, continue de soutenir largement l’économie US (tout en reconstituant peu à peu sa marge de manoeuvre pour la prochaine récession, comme vous le suggérez, TyrionLannister).

3) Des politiques économiques de soutien à l’activité peuvent être soutenables ou non. La politique monétaire est soutenable parce qu’elle est contracyclique : en phase de boom / quasi plein emploi, la Fed a bien raison de reconstituer ses marges de manoeuvre. En revanche, on peut penser que la politique budgétaire de Trump, creusant sans cesse les déficits, est procyclique et insoutenable. A un moment donné, il faudra payer cette note (probablement lors de la prochaine récession).

4) La critique de Trump contre la Fed est infondée et contre-productive. Je ne me fais pas de souci quant à la politique monétaire, car la Fed est indépendante et a largement plus de légimité en matière de politique économique que n’importe quel critique. Mais sur des domaines où la Fed partage ses compétences avec le Trésor, la présidence Trump a déjà des implications négatives : ainsi, la Fed a été contrainte de se retirer de certains groupes de travail internationaux sur la réglementation bancaire (Bâle III), et la mise en oeuvre de Bâle III est peu à peu démantelée aux USA : je comparerais cela avec la déreglementation par les administrations Clinton / Bush avant la crise bancaire de 2007. Là aussi, la facture sera payée à la prochaine récession.

Maintenant des observations plus politiques :

5) A mon sens, Trump n’est ni un "fasciste", ni un "abruti", ni un raciste, etc., mais clairement un narcisse assez pénible. Perso je considère l’élection de Trump en 2016 comme une victoire de la démocratie, du petit peuple méprisé et insulté par les élites tellement bien-pensantes, tellement arrogantes, qui considèrent, des 2 côtés de l’Atlantique, que le pouvoir lui appartient évidemment et que l’alternance est forcément fasciste, forcément irresponsable. Cette arrogance insupportable a été largement renforcée par la quasi-uniformité idéologique des médias (des 2 côtés de l’Atlantique). La victoire de Trump était d’abord le rejet de cette chape de plomb, foncièrement anti-démocratique, qui dictait (et dicte toujours) à chacun ce qu’il faut penser, sur tous les sujets.

Cela dit, ça n’enlève rien au fait que Trump est quand même pénible, et parfois insupportable, par son comportement personnel. Perso, j’espérais juste après son élection, qu’il devienne un nouveau Reagan (qui lui aussi, avait été beaucoup moqué et caricaturé pendant la campagne). Il me semble qu’on est malheureusement loin du compte.

6) Un politicien divise, un homme d’Etat rassemble. Pour moi c’est le principal échec de Trump. Sa victoire électorale a été brillante, fondée sur la révolte du petit peuple méprisé face à la bien-pensance. Mais pourquoi continuer à diviser après l’élection ? Même sur ce forum, Trump hystérise le débat, rend l’échange d’idées caricatural et violent… Pour moi c’est une preuve de ses limites. Je crains qu’il ne reste dans la mémoire politique US que comme un opportuniste diviseur et non comme un grand homme d’Etat - à la différence d’un Theodore Roosevelt ou d’un Reagan, eux aussi en leur temps critiqués violemment, mais qui ont su s’imposer comme de grands présidents.

Dernière modification par Scipion8 (12/11/2018 17h09)

Hors ligne

 

[+4]    #28 13/11/2018 15h02 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   725 

Ah c’est vrai que c’était pas très clair. En fait, Nate Silver comme tout bon statisticien qui se respecte fonctionne par probabilité (et par simulation Monte-Carlo). Long à expliquer mais tout est sur le site et ça donne ce genre de prévisions :
2018 House Forecast | FiveThirtyEight

Vous noterez d’ailleurs à quel point le site 538 a été précis et justes dans ses prévisions (comme très souvent) pour les midterms pourtant pas faciles car moins de sondages que les années pleines.

Eh bien ce Nate Silver et son équipe ont déjà étudié le cas du "popular vote" pour les élections présidentielles de 2016. Les pourcentages/scénarios donnant Trump gagnant étaient extrêmement bas… mais comme je ne me souviens plus du chiffre précis et que je ne veux pas écrire une erreur, je ne l’ai pas cité (de tête je dirait qch comme 8 % donc 92 % pour Démocrate). 

(je vous retrouverai le lien et le posterai mais là avec les midterms quand on tape trump et democrats et popular vote sur leur site, on est noyé de liens uniquement sur les élections de la semaine dernière)

D’où ma conclusion, les Républicains n’étant pas bêtes, ils présenteraient dans ce cas un candidat plus modéré (à la McCain par exemple). McCain était l’un des Républicains les plus neutres sur les sujets non-économiques qui aient existé… et rappelons encore quelqu’un que Trump a méprisé, insulté… amusant de voir les thuriféraires de Trump parler de mépris du peuple alors que Trump méprise, insulte à peu près tout ce qui n’est pas un vieil homme blanc républicain… quoique non mais McCain, héros de guerre y a eu le droit.
S’il n’y avait qu’une page à lire :
The 487 People, Places and Things Donald Trump Has Insulted on Twitter: A Complete List - The New York Times

All False statements involving Donald Trump | PolitiFact

Trump’s insults of black Americans are disgusting and dangerous (Opinion) - CNN

- The Washington Post

U.S. Law Enforcement Failed to See the Threat of White Nationalism. Now They Don?t Know How to Stop It. - The New York Times

Quelques faits tous sourçables.
Je rappelle que Trump a évité lâchement de faire son service militaire grâce à l’argent de papa alors qu’il parle toujours de l’armée. Je rappelle que Trump est né avec une cuillère en argent et un père milliardaire et qu’en dollars constants, il a fait fondre sa fortune (quelle "réussite" !). Je rappelle que Trump n’a jamais montré son Tax Return. Je rappelle que Trump a loué les pires dictateurs du monde et dans le même temps insulté ses alliés comme aucun Président auparavant. Woah… ah oui quelle "démocratie"… surtout ne disons rien. Tout ça ce sont des FAITS indéniables et irréfragables. Pas le "mépris" des élites… quelle réécriture de l’histoire.

Alors après on peut toujours la jouer "oui mais vous comprenez le peuple, il faut respecter Trump", en oubliant d’une part que le peuple aurait élu Clinton si "popular vote" mais surtout en minimisant les errances inadmissibles du pire Président américain qui ne se comporte pas en homme d’Etat, tout en plus en se faisant passer pour "harcelé". Tout cela est très facile derrière un clavier pour un homme blanc… alors que dans le même temps les agressions racistes augmentent aux USA (encore une fois sources au-dessus).

Mais surtout là où l’hypocrisie et la dichotomie sont le plus incroyables c’est lorsqu’on parle de "mépris de Trump" de la part des élites alors que Trump est l’homme qui insulte et méprise le plus de monde sans jamais s’excuser… et souvent les faibles.

Au contraire, bien au contraire, on ne le dit pas assez que Trump est méprisable. Ah et au fait, comme je l’avais écrit il y a quelques mois, il n’y a pour l’instant AUCUNE avancée en Corée et c’est bien entendu du vent.

Je pense avoir donné plus de sources que beaucoup mais j’ai encore une grosse réserve…


Do your homework! Parrain pédago pour Bourso, Binck et Bourse Directe : écrivez-moi en MP :-) et  mon portif

Hors ligne

 

[+8]    #29 13/11/2018 17h25 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1314 

Trump, malgré toute sa vulgarité, a insulté beaucoup moins de monde que Mme Clinton quand elle a appelé des millions d’Américains "the basket of deplorables", parce qu’ils avaient le tort de ne pas partager ses idées. Ou qu’un Macron parlant tranquillement des gens qui ne sont "rien" ou faisant des blagues racistes sur les Comoriens. Ou qu’un Hollande se moquant des "sans-dents". Ce qui ne les empêche pas de faire de magnifiques discours, si émouvants, si dignes, si généreux, la minute d’après.

La différence : Trump insulte des adversaires politiques, des puissants qui ont largement le contrôle de l’appareil médiatique, et qui peuvent se défendre (et ils ne s’en privent pas). Clinton et les autres insultent le petit peuple, parce qu’il ose ne pas les idolâtrer, parce qu’il ne comprend pas leur génie.

Le coeur du problème, c’est quand on commence à considérer que l’autre ne doit pas pouvoir s’exprimer, accéder au pouvoir, décider de la conduite du pays, parce qu’il est mal éduqué, parce qu’il est un "redneck", un "plouc" ou un "abruti" : ça, c’est foncièrement anti-démocratique. Si on n’accepte pas que chacun a le même poids dans les décisions pour la conduite du pays, parce qu’il n’est pas assez éduqué, parce que ses opinions ne sont pas "convenables", parce qu’il ne "comprend pas", il faut changer de régime. Parce que ce n’est plus de la démocratie.

Les "rednecks" et les "ploucs", tout "abrutis" qu’ils sont, comprennent bien qu’ils sont méprisés, manipulés. C’est pour cela qu’ils votent Trump, Le Pen/Mélenchon, ou pour le Brexit. La crise de la démocratie commence par l’arrogance insupportable des élites et leur monopole tranquille sur tous les leviers du pouvoir, réel et symbolique. A un moment il faudrait peut-être se réveiller et en tirer des conséquences.

Perso, j’essaie de faire la différence entre mes concitoyens, mes frères, et les idéologies plus ou moins nauséabondes qui peuvent les aveugler temporairement : des idéologies d’accusation, qui jettent la responsabilité de tout le mal du monde sur l’étranger, le musulman, le bourgeois, ou "l’homme blanc" (parce que du racisme à l’envers, ça reste du racisme). C’est pour cela que perso je n’appellerais jamais des électeurs du FN des racistes, ni ceux de Mélenchon des communistes au couteau entre les dents… Je préfère essayer de comprendre les raisons de leur colère et de trouver des solutions. On a vraiment besoin de se rappeler le principe de fraternité inscrit dans notre devise, de respecter et d’écouter les opinions de chacun (même quand elles ne nous semblent pas "convenables") et de trouver des réponses raisonnables, plutôt que de mépriser, d’insulter, d’exclure.

Je dois dire que l’hystérisation du débat politique US (dont les obsédés anti-Trump sont au moins autant responsables que Trump lui-même et ses partisans), et la campagne pourrie de 2017 dans notre pays ne me rassurent pas. Désolé pour le HS.

Dernière modification par Scipion8 (13/11/2018 17h29)

Hors ligne

 

[+3]    #30 13/11/2018 18h51 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Administrateur
Top 20 Réputation
Réputation :   2267 

Scipion8 a écrit :

La différence : Trump insulte des adversaires politiques, des puissants qui ont largement le contrôle de l’appareil médiatique, et qui peuvent se défendre (et ils ne s’en privent pas). Clinton et les autres insultent le petit peuple, parce qu’il ose ne pas les idolâtrer, parce qu’il ne comprend pas leur génie.

Quelle blague. Sincèrement, Scipion8, pareil message m’étonne de vous, qui avez l’habitude d’être hyper circonstancié et factuel.

Trump a insulté : les femmes, les étrangers, des pays entiers (les fameux pays de merde) des peoples, des journalistes, et des tas d’autres personnes ad nominem.

Même une recherche Google ne suffit pas à tous les recenser :

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/2_insultes-trump.gif

Quant au petit peuple, si vous faites référence à la communauté pauvre hispanique des USA ou du Mexique, je cherche encore les marques de respect de Trump.

Bref… Le personne est clivant, et nous en avons un parfait exemple dans nos échanges sur le forum. A long terme, ça n’apporte rien de bon.

Hors ligne

 

[+3]    #31 13/11/2018 21h54 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1314 

@PoliticalAnimal : il faut me comprendre, j’ai vu vos liens : NY Times, Washington Post, CNN… En bon soldat de Trump je n’y vois que des fake news ! ;-)

Je plaisante… J’avais bien vu votre premier lien recensant les insultes de Trump sur Twitter : mon observation c’est que ces insultes ciblent principalement (i) des opposants politiques, (ii) des médias, et à un moindre degré (iii) des people, et (iv) des pays étrangers. En revanche je n’y ai pas vu des attaques globalisantes contre les femmes, les "Noirs", les "Latinos", les handicapés etc. Il serait un bien piètre politique s’il se permettait cela…

Dans la couverture médiatique de Trump par les médias que vous citez (et dont l’objectivité est bien sûr en toute occasion irréprochable, comme le montre leur totale neutralité, campagne après campagne), il y a toujours la tentation de globaliser les attaques personnelles de Trump : Trump insulte une femme donc il est misogyne, il attaque un "Noir" donc il est raciste etc. Ca aussi, c’est une tactique vieille comme le monde : mais on n’est pas obligé d’être dupe, hein.

Je précise que je suis abonné à The Economist et au New York Times (et même actionnaire de ce dernier !), donc vous voyez que malgré mes préjugés, je suis ouvert sur mes sources d’informations.

@IH & PoliticalAnimal : Très loin de moi l’idée d’excuser les outrances verbales de Trump (même si elles ont parfois un caractère réjouissant quand elles ciblent certains pouvoirs jusqu’alors intouchables). J’ai déjà écrit sur cette file que je considère Trump comme un narcisse pénible, vulgaire, aux manières de butor.

En revanche, je refuse l’hystérisation et la caricature auxquelles se livrent beaucoup d’opposants de Trump, et la plupart des médias et commentateurs français. Perso je vois dans les outrances verbales de Trump une double nature :

- d’une part, évidemment, son côté butor sans-gêne insupportable ;

- d’autre part (et c’est plus pertinent d’un point de vue politique), l’expression de la "fonction tribunitienne" : Trump a bien compris qu’il pouvait profiter du profond mécontentement du peuple américain contre les élites de Washington DC (drain the swamp etc.). De ce point de vue, les outrances verbales de Trump contre les élites politiques et médiatiques servent à mobiliser son électorat, et à ancrer son image de "président du peuple".

Par ailleurs, je pense que c’est faire un contre-sens complet que de voir en Trump un raciste ou un idéologue. Ce type n’a absolument aucune idéologie. Je rappelle qu’il a été longtemps enregistré comme Démocrate, il ne s’est présenté chez les Républicains que par pur opportunisme. Beaucoup de Républicains le considèrent comme un intrus, et sur de nombreux sujets majeurs (le libre-échange, l’OTAN…), il y a un grand décalage entre les "idées" de Trump et la doctrine traditionnelle des Républicains.

Les caricatures permanentes auxquelles se livrent les médias dominants (= de centre gauche) à l’encontre des leaders de droite dans les différents pays me font rire : pas un qui n’ait été accusé d’être un "fasciste", ou pire. On veut nous faire bien comprendre qu’en toutes circonstances il n’y a qu’un seul bulletin de vote convenable (couleur rose pâle)… et ensuite on prétend être des médias de référence, parfaitement objectifs. Là encore, on n’est pas obligé d’être dupe.

@PoliticalAnimal : heureux d’apprendre qu’il n’y a pas d’élite bien-pensante dans notre beau pays ! La plus belle des ruses du diable est de vous persuader qu’il n’existe pas… ;-) J’aurais pourtant juré avoir côtoyé cette élite bien-pensante, d’une uniformité idéologique presque parfaite, sur les bancs de Sciences Po. Pour juger de cette uniformité, vous pouvez jeter un oeil aux sondages pour les présidentielles successives réalisés parmi ces étudiants. Election après élection, c’est du 90/10. Cette uniformité idéologique se retrouve, de façon encore plus marquée, sur les bancs de l’ENA, de l’Ecole Nationale de la Magistrature, et des écoles de journalisme. Et plus tard dans les cercles du pouvoir et dans les médias.

Faites un sondage sur des sujets comme l’immigration illégale, l’intégration, la GPA, l’idée d’une UE fédérale etc., parmi cette élite monochrome et parmi la population générale : dans les 2 cas les résultats seront (peu ou prou) 90/10… en sens opposés ! Et sur tous ces sujets, ce sont les vues de l’élite bien-pensante qui s’imposent inéluctablement face à celles du peuple, qui bien sûr "ne comprend pas". Et on s’étonne ensuite de la montée des populismes…

Quant au mépris pour le peuple de ces élites, ne pas le constater ne relève-t-il pas du "double standard" ? Il s’exprime chez nous dans une plénitude jupitérienne, qui invite le chômeur à traverser la rue, qui insulte tout à la fois l’ouvrière "illettrée", le Nordiste "alcoolique" et le Comorien qui risque sa vie sur la mer, et de façon générale tous ces anonymes qui ne sont "rien"… Tôt ou tard les masques tombent, et ce mépris pour le peuple tellement évident apparaît dans toute sa laideur. C’est peut-être ce qui a coûté l’élection à Mme Clinton.

Enfin, perso, je ne connais pas de distinction de "race" ou de couleur de peau. Non seulement ces notions sont scientifiquement incertaines, mais elles sont en profonde contradiction avec la tradition politique française. Je ne raisonne jamais en ces termes. Je n’avais pas remarqué qu’Obama était "noir". Ce matin, en réunion, un de mes collègues africains m’a dit en plaisantant "il y a trop de blancs ici !" parce que j’étais assis à côté d’un "métis" (apparent). Là où je suis actuellement, Obama serait vu comme un "blanc".

Vraiment, considérer que la couleur de la peau d’une personne, la nature ou la taille de son organe reproducteur, la couleur de ses yeux, la taille de ses oreilles, ou le nombre de ses poils de nez, ont une quelconque importance politique est une marque d’effondrement intellectuel total. C’est pour cela que j’ai peu de sympathie pour les Démocrates, qui alimentent les tensions "raciales" à des fins purement électoralistes, et qui, sans sourciller, condamnent (à raison) la white pride comme raciste, mais font l’éloge de la black pride.

Je sais bien que l’histoire américaine sur ces sujets est douloureuse et différente de la nôtre. Je préfère de loin vivre dans un pays où les nouvelles icônes s’appellent Mbappé et NGolo Kanté, sans qu’on s’interroge sur leur couleur de peau, et sans qu’on voie en eux autre chose que des Français talentueux et admirables.

Dernière modification par Scipion8 (13/11/2018 23h41)

Hors ligne

 

[+4]    #32 14/11/2018 01h40 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Réputation :   43 

Attention a ne pas voir le verre à moitié vide.

Le personnage "Trump" est clivant, vous n’arriverez jamais à vous mettre d’accord quelque soit les thèses de chacun.

Avec Obama vous aviez un showman, homme de communication et séducteur dans l’âme (journaliste, médias, relations internationales). Impossible de dire du mal tant la personne brise la glace avec son sourire clé en main et son son talent en communication.

Son profil psychologique d’après un outil que j’utilise régulièrement est : "Ennéagramme de type 9 : le médiateur" homme de consensus, toujours à faire des amabilités et personnage sympathique avec la plupart des personnes qu’il rencontre. Il faut vraiment énervé jusqu’au bout un type 9 pour le voir se mettre en colère. (Ps: François Hollande est également de type 9 mais moins intégré qu’Obama), intégré* voulant ici dire se mettre en actions, d’où une certaine mollesse "flambi".

Est ce que Obama est un bon président pour autant ?

Obama a choisit Hillary Clinton comme secrétaire d’état alors que celle-ci à couvert pendant des années les viols répétés de son mari. On aurait pu trouver mieux comme secrétaire d’état, vous ne trouvez pas. L’une des plaignante aurait reçu 850 000 dollars pour arrêter les poursuites.

https://www.dreuz.info/2016/10/08/quand … -de-trump/

Un article du Guardian indiquait en 2016, que sous la présidence d’Obama, les US Lâchait 3 bombes toutes les heures, 24/24 pendant 8 ans.

D’ailleurs certains articles dont je ne peux vérifier la pertinence indiquait que l’Etat Islamique avait été construit sous Obama (financement) pour renverser le pouvoir en Syrie et stopper un projet d’envergure de pipeline de gaz avec l’iran et la russie. Qui a financé "les trucks tout neuf Toyota" de L’EL ?

Rien ne me choque dans le monde politique, c’est un condensé d’égo et de personnes malsaines.
Certaines entreprises américaines avaient bien financer le parti Nazi d’Hitler durant son ascension au pouvoir. 

America dropped 26,171 bombs in 2016. What a bloody end to Obama’s reign

Les américains ont appuyés fortement les saoudiens pour déclencher une guerre civile au Yemen faisant environ 10000 morts et créant une famine sans précédent. Le rôle de la France dans la vente d’armes et d’ailleurs un sujet assez tabou pour nos entreprises françaises et M Le Drian.

yemen-trois-ans-guerre-trois-chiffres-cles

Yémen : l’opacité des ventes d’armes françaises aux pays en guerre

Les récentes affaires de l’Arabie Saoudite avec le journaliste assassiné en Turquie ont été un bon prétexte pour les Etats-Unis de stopper la collaboration génocidaire dans cette région. D’ailleurs nous n’avons eu que trop peu de couverture médiatique sur une situation aussi extrême que celle vécu par le peuple yéménite.

Obama-era officials acknowledge U.S. role in Yemen’s civil war, but call for Trump to get out of conflict

La population afro américaine qui avait fortement voté pour Obama, a été complètement oublié sous son mandat et l’Obamacare a eu peu de résonance.

Les chiffres du chômage sous le mandat d’Obama ont été complétement trafiqué. D’ailleurs Trump avait largement communiqué en ce sens. Il utilise néanmoins le même système de comptage que précédemment… La France au passage fausse également la communication sur le chômage avec les Catégorie A, B et C. Nous sommes très probablement entre 15 et 20% de chômeurs en France.

LE VRAI CHIFFRE DU CHOMAGE AUX ETATS-UNIS : 13%

Baladez-vous à Los Angeles ou à San Francisco la nuit en dehors des sentiers touristiques et vous verrez de vous même. La pauvreté y est très présente et les fractures sociales bien plus importantes qu’en France. Je ne le souhaite à personne de vivre pauvre aux Etats-Unis.

D’un autre côté vous avez un Trump, d’ennéagramme de type 8 : le Chef. Etant non intégré il a des comportements colériques extrêmes. Sentiment qui pour lui est tout à fait normal car incontrôlable. Les médias ne s’en privent pas de lâcher missiles sur missiles ce qui a le dont d’exciter au plus au point M Trump. Vous ne le verrez jamais, jamais calme et apaisé. Il faut se faire à l’idée que le personnage ne changera pas.(Sarkozy est également de type 8 mais beaucoup plus contrôlé même si durant son mandat, ses crispations se ressentaient régulièrement. Je n’approuve absolument pas pas les idées racistes et misogynes de Trump.

Je note néanmoins et même si je déteste chez lui son agressivité constante qui fait le jeu des médias, de son électorat et de ses opposants, qu’il a réussi deux grandes prouesses:

#Arrêter le conflit Nord Coréen qui durait depuis "80 ans", je dis chapeau. D’ailleurs Corée du Sud et Corée du Nord vont proposer semble t-il une candidature pour accueillir les JO en 2032.

Des Jeux olympiques en Corée du Nord?.

#Arrêt progressifs des bombardements en Syrie et au Yémen.

On peut critiquer Trump sur sa communication et son extrémisme "verbale" mais ne lui enlever pas la paix qu’il développe dans certaines régions du monde.

Combien d’enfants et de familles sont mortes pour rien ?

Le Monde va, me semble t-il beaucoup mieux, malgré le tapage médiatique contraire qui empêche de voir les véritables chiffres (Nombre de morts à cause des guerres par exemple).

Cdlt,

Carabistouilles

Hors ligne

 

[+3]    #33 17/04/2019 02h54 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Modérateur
Top 20 Réputation
Réputation :   1782 

J’ai lu récemment un article du Monde sur un français devenu prof de finance aux USA, qui a une analyse assez originale de certains aspects de la situation économique aux USA:

Thomas Philippon L’œil tourné vers l’Amérique   (par Arnaud Leparmentier (New York, Correspondant))

A 44 ans, l’économiste français, professeur de finance à la New York University, a documenté, chiffres à l’appui, la cartellisation de l’économie aux Etats-Unis

PORTRAIT

Lorsqu’il a débarqué à Boston pour faire sa thèse au Massachusetts Institute of Technology (MIT), en 1999, le jeune polytechnicien Thomas Philippon s’est retrouvé au paradis. Au paradis du consommateur, en tout cas : pendant l’euphorie économique des années Clinton, les ordinateurs portables coûtaient bien moins cher qu’en Europe, la connexion à l’Internet naissant était très bon marché et lorsqu’il fallait se rendre à un séminaire, Thomas Philippon prenait l’avion, comme tous les étudiants. Puis, insensiblement, tout a changé : vingt ans plus tard, les abonnements au téléphone portable et à Internet coûtent bien plus cher qu’en Europe, les prix des billets d’avion sont prohibitifs et nul ne rapporte plus de matériel informatique des Etats-Unis. Cette dérive s’est faite progressivement, sans que les Américains s’en aperçoivent vraiment.

Thomas Philippon, qui nous reçoit dans son bureau de la New York University, au cœur de Manhattan, compare le destin du consommateur américain à celui d’une grenouille : la légende (erronée) prétend que, plongée dans l’eau bouillante, la grenouille saute et s’échappe, alors que mise dans l’eau froide sur un réchaud, elle s’endort et se laisse cuire sans réagir – comme le consommateur américain, qui n’a pas réalisé que, depuis une vingtaine d’années, les prix avaient augmenté. L’économiste français explique, dans un livre à paraître en septembre aux Etats-Unis, The Great Reversal (« le grand renversement »), « comment l’Amérique a abandonné les marchés libres » et a cartellisé son économie. Astucieuse analyse qui consiste à prendre les Etats-Unis au piège de leur propre credo capitalistique : Thomas Philippon leur prêche les vertus du libéralisme.

Il y a quelques années, M. Philippon figurait parmi les « jeunes économistes » distingués par le Cercle des économistes et Le Monde(2009), ainsi que parmi les 25 jeunes économistes récompensés par le FMI (2014). Il a désormais 44 ans et il est professeur de finance. « Je suis titulaire d’une chaire depuis 2018. Je suis un vieux ponte, donc je peux radoter », plaisante ce grand gaillard sportif, qui juge un peu « archaïque » le statut inamovible de professeur – il protège la liberté de recherche mais peut conduire à « s’encroûter ». Pour écrire son livre, l’économiste ne s’est pas fondé sur ses intuitions : dans son propos liminaire, il rend hommage à un professeur de la fin des années 1970, qui avait détourné la devise américaine (« In God we trust ») lors d’une audition devant le Congrès : « Nous avons confiance en Dieu, les autres doivent fournir des données. »

Economie de rentiers
Thomas Philippon adhère à cette démarche fondée sur la preuve. « Fondamentalement, je ne suis pas idéologue. En économie, il faut regarder les données. » Et l’étude des données a produit des découvertes inattendues. « Mon livre explique que les Américains ont laissé leur marché se cartelliser et qu’il faut qu’ils reviennent à des marchés libres et concurrentiels. Ce n’est pas ce que j’avais l’intention d’écrire quand j’ai commencé ma recherche : j’essayais de comprendre pourquoi l’investissement baissait depuis 2000, alors que les valorisations boursières et les profits augmentaient. »Réponse : ces profits étaient le fruit, non pas de la productivité, mais de la cartellisation – aux Etats-Unis, il ne reste plus que quatre compagnies aériennes et trois opérateurs de téléphonie. Protégées de la concurrence, les entreprises augmentent leurs prix sans procéder à des investissements.

Le héraut de cette économie de rentiers n’est autre que Warren Buffett, cet investisseur de génie qui a investi dans des entreprises quasi monopolistiques aux profits garantis, comme Coca-Cola. Les Américains ont inventé l’antitrust à la fin du XIXe siècle, démantelé l’empire pétrolier Rockefeller en 1914, libéralisé sous les démocrates (Jimmy Carter dans l’aérien) et les républicains (Ronald Reagan dans les télécoms, avec l’éclatement d’ATT), mais ils se sont assoupis, au début du XXIe siècle, alors que leurs idées libérales triomphaient partout sur la planète. « Maintenir des marchés libres, c’est une tâche de tous les jours, c’est un travail de Sisyphe, constate Thomas Philippon. Les chefs d’entreprise tentent de créer des situations de monopole. »

La bascule historique repérée par M. Philippon est en partie idéologique : depuis des décennies, les juges ont repris à leur compte les idées émises par Robert Bork, ancien ministre de la justice républicain et adepte de l’école de Chicago. Dans The Antitrust Paradox (New York Free Press, 1978, non traduit), M. Bork estimait que les consommateurs bénéficiaient de la concentration des entreprises et que le capitalisme se régulerait tout seul. La bascule est aussi politique : le lobbying outrancier des entreprises auprès des élus a conduit à ériger des barrières limitant l’arrivée de nouveaux entrants sur les marchés.

Thomas Philippon pensait que l’Europe, comme souvent, suivrait la destinée américaine, mais ce fut sa seconde surprise : il n’en est rien, au contraire. « L’Europe a créé un système indépendant, dont la résistance à la corruption est assez forte parce qu’il a un objet clair : protéger le consommateur européen. » L’économiste, qui a successivement soutenu Ségolène Royal, François Hollande et Emmanuel Macron aux élections présidentielles, tord le cou aux idées souvent propagées en France. « La politique de concurrence est ce qui marche le mieux en Europe, tranche cet homme qui a passé un an au cabinet de Pierre Moscovici, en 2012-2013, avant de revenir à New York. Quand on voit la manière dont l’économie française marche, c’est dur de ne pas devenir un peu plus libéral. L’Etat centralisé est trop omniprésent dans trop de domaines. Le savoir de manière abstraite, c’est une chose, le constater tous les jours, c’en est une autre. »

« Il va se passer quelque chose »
Aujourd’hui, Thomas Philippon pense Amérique. Il espère qu’à l’automne, son livre, qui a été placé en tête de promotion par les éditions Harvard University Press, sera un succès. Et qu’il nourrira le débat politique, un an avant l’élection présidentielle américaine de 2020. Car il est convaincu qu’« il va se passer quelque chose ». Aux Etats-Unis, Donald Trump a voulu insuffler une nouvelle jeunesse à la politique de concurrence en interdisant la fusion AT&T-Time Warner, mais les juges lui ont infligé un camouflet. « Donald Trump a eu tort de politiser le débat : il a instrumentalisé l’antitrust à des fins politiques pour se venger de CNN [une chaîne, propriété de Time Warner, en guerre ouverte avec le président], alors que la concurrence devrait être une politique transpartisane. »

Jusqu’à présent, les présidents américains avaient beaucoup protégé leurs amis : la défense et l’énergie pour les républicains, la Silicon Valley pour les démocrates. « Ce n’est pas Obama qui allait démanteler Google », souligne Thomas Philippon. Il ne croît guère aux solutions radicales, comme le démantèlement d’Amazon, de Google et de Facebook prôné par Elizabeth Warren, la sénatrice du Massachusetts candidate à l’investiture démocrate. M. Philippon pense qu’il sera très dur de revenir sur la concentration dans l’aviation et les télécoms, mais il estime que l’on peut faire beaucoup d’autres choses. « Cela commence par la protection des données. » Après avoir ricané contre l’Europe, les Américains suivent d’ailleurs le mouvement, notamment en Californie. « Je ne vois plus un article qui se moque de l’Europe. La première chose à faire désormais, c’est de regarder ce que font les Européens et de s’en inspirer. »

Si certaines réflexions semblent pertinentes, j’ai quand même un doute sur la conclusion (les Américains regardant ce qui se passe en Europe et s’en inspirant). On pourrait attendre longtemps que ces "cartels" soient remis en cause aux USA…


J'écris comme "membre" du forum, sauf mention contraire. (parrain Fortuneo: 12356125)

Hors ligne

 

[+3]    #34 18/04/2019 16h32 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1314 

Je découvre cette étude très complète de la Fed sur les ménages américains : Survey of Consumer Finances.

Dans cette jungle de graphiques (1200 pages !), quelques-uns qui me semblent particulièrement intéressants :

- Un revenu annuel avant impôts du ménage de 140k$ correspond au 85e centile (les top 15%). Le 95e centile (le top 5%) est au-dessus de 260k$. (Pour comparaison, le 90e centile du revenu disponible, c’est-à-dire après impôts, des ménages français se situe à 63k€.)
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/12850_2019-04_us_before-tax_family_income.jpg

- Alors que le patrimoine net moyen ("mean") des ménages américains (700k$) a désormais dépassé son pic de 2007, le patrimoine net médian (moins de 100k$) reste bien en-deçà. Cela suggère que la reprise économique US de la dernière décennie a essentiellement profité aux classes supérieures, et bien peu à la moitié moins avantagée de la population US. Le ratio entre patrimoine moyen et patrimoine médian a explosé sur la dernière décennie, de 4,5 en 2007 à plus de 7 en 2016 ! (Pour comparaison, le patrimoine net médian des ménages français est de 114k€ et le patrimoine net moyen est de 236k€ - soit un ratio d’environ 2.)
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/12850_2019-04_us_net_worth.jpg

- Le 1er décile des ménages US en termes de revenus a un patrimoine net moyen de 4,5 millions $…
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/12850_2019-04_us_net_worth_-_income_percentiles.jpg

- S’agissant de la distribution des patrimoines nets, le 95e centile (les top 5%) se situe à 2,4 millions $, soit près de trois fois le patrimoine net du 95e centile français (803k€).
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/12850_2019-04_us_net_worth_-_net_worth_percentiles.jpg

- Un ménage américain dont le "chef de famille" est diplômé de l’enseignement supérieur ("college") a un patrimoine net moyen de 1,5 million $.
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/12850_2019-04_us_net_worth_-_education.jpg

- La forte disparité des patrimoines nets selon les catégories "ethniques" (avec toutes les réserves qu’on peut avoir sur ces catégories statistiques américaines) ne se réduit pas : en moyenne, un ménage "blanc" a un patrimoine net 4,5 fois supérieur à celui d’un ménage "hispanique", et 5,5 fois supérieur à celui d’un ménage "noir".
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/12850_2019-04_us_net_worth_-_ethnicity.jpg

- Un peu plus de 50% des ménages américains détiennent des actions (une proportion stable), alors que la proportion de ménages français détenant des valeurs mobilières n’a cessé de baisser (de 24,2% en 2004 à 15,6% en 2015). Parmi ces ménages US, le portefeuille boursier moyen s’établit à 350k$ (mais le portefeuille médian à seulement 40k$, ce qui confirme une grande disparité).
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/12850_2019-04_us_stock_holdings.jpg

- Le portefeuille boursier moyen du 1er décile en termes de patrimoine net approche 1,6 million $ !
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/12850_2019-04_us_stock_holdings_-_net_worth_percentiles.jpg

Mes conclusions perso de ces observations sur un plan politico-économique :

1) La classe supérieure américaine (les top 10-15%) a largement profité de la dernière décennie. Compte tenu de cette aisance, il me semble qu’elle doit être plus résiliente à des nouvelles négatives que par le passé (je doute qu’elle change facilement ses habitudes de consommation). Cela me rend plutôt confiant sur le pari que la prochaine récession aux USA sera courte et modérée, par comparaison avec la crise de 2008-2009.

2) En revanche, une très large partie de la population américaine (les 50-60%, voire 70%, inférieurs dans la distribution des patrimoines nets) n’a que très peu profité de la reprise économique de la dernière décennie. Cela ne peut qu’avoir des effets politiques importants : l’élection de Trump par un électorat souvent populaire était un premier signe ; je vois le risque d’une victoire d’un candidat démocrate très à gauche (sur la ligne Sanders / Ocasio-Cortez etc.) aux primaires démocrates comme élevé. Un des secteurs boursiers les plus exposés à ce risque est le secteur de la santé (auquel je suis fortement exposé).

Bref, cette étude sur les ménages américains me conduit à voir les risques politiques aux USA comme plus importants que les risques économiques.

Dernière modification par Scipion8 (18/04/2019 16h35)

Hors ligne

 

[+4]    #35 17/06/2019 21h23 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   433 

Bonsoir !

Une petite infographie qui compare les poids respectifs de l’Europe (jaune), des USA (bleu) et de la Chine (rouge), dans différents secteurs : Courrier International

(pour ceux qui préfèrent L’article complet )

Un autre article sur les cyber-attaques des USA contre la Russie : Courrier international USA-Russie


M07

Hors ligne

 

[+3]    #36 14/08/2019 08h14 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1314 

Pour qui s’intéresse aux comportements de consommation et d’épargne de la jeune génération (les 25-40 ans) aux USA, je recommande la série de vidéos "Millennial Money" de la chaîne YouTube CNBC Make It. Chaque vidéo présente une situation personnelle, en décrivant les revenus, les dépenses, la dette, la stratégie d’épargne.

On y voit la diversité des comportements, entre le jeune coiffeur talentueux qui gagne 280k$ à 25 ans mais dilapide l’essentiel en frais faramineux de voitures, mode et Uber Eats, l’ex analyste CIA reconvertie avec succès dans le reiki (revenus 108k$) mais qui dépense tout sur son thérapeute et son vieux chien, ou le jeune couple californien (revenus 200k$) avec une stratégie très réfléchie d’accession rapide à l’indépendance financière (le mari est comptable).

On comprend mieux le rapport des Américains à la dette (on y parle beaucoup de prêts étudiants et d’achats conso à crédit), la nécessité pour beaucoup d’avoir un 2e voire un 3e job etc.

De cette série, je retiens surtout que le premier déterminant de la croissance patrimoniale n’est pas le niveau des revenus professionnels, mais plutôt la conscience (très variable dans l’échantillon) de la nécessité de l’effort d’épargne et la capacité de définir une stratégie d’épargne (très compliquée pour certains malgré de beaux revenus).

Je mets quelques liens de vidéos ci-dessous, mais je conseille toute la série à ceux que ça intéresse.



Dernière modification par Scipion8 (14/08/2019 08h44)

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech