Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#876 30/04/2019 22h21 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   120 

Scipion8 a écrit :

Je découvre cette étude très complète de la Fed sur les ménages américains : [url=https://www
1) La classe supérieure américaine (les top 10-15%) a largement profité de la dernière décennie. Compte tenu de cette aisance, il me semble qu’elle doit être plus résiliente à des nouvelles négatives que par le passé (je doute qu’elle change facilement ses habitudes de consommation). Cela me rend plutôt confiant sur le pari que la prochaine récession aux USA sera courte et modérée, par comparaison avec la crise de 2008-2009.

J’ai peut-être mal compris votre propos, mais vous voyez la durée d’une récession comme étant fortement corrélée à la consommation des 15% plus riches d’un pays (ou juste les USA comme cas particulier) ?

Je suis vos raisonnements la plupart du temps, mais vous m’avez perdu en route cette fois-ci.


Parrain pour Hello Bank et Linxea. Me contacter par MP

Hors ligne

 

[+1]    #877 01/05/2019 18h19 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Réputation :   

GoodbyLenine a écrit :

J’ai lu récemment un article du Monde sur un français devenu prof de finance aux USA, qui a une analyse assez originale de certains aspects de la situation économique aux USA:

Thomas Philippon L’œil tourné vers l’Amérique   (par Arnaud Leparmentier (New York, Correspondant))

A 44 ans, l’économiste français, professeur de finance à la New York University, a documenté, chiffres à l’appui, la cartellisation de l’économie aux Etats-Unis

PORTRAIT

Lorsqu’il a débarqué à Boston pour faire sa thèse au Massachusetts Institute of Technology (MIT), en 1999, le jeune polytechnicien Thomas Philippon s’est retrouvé au paradis. Au paradis du consommateur, en tout cas : pendant l’euphorie économique des années Clinton, les ordinateurs portables coûtaient bien moins cher qu’en Europe, la connexion à l’Internet naissant était très bon marché et lorsqu’il fallait se rendre à un séminaire, Thomas Philippon prenait l’avion, comme tous les étudiants. Puis, insensiblement, tout a changé : vingt ans plus tard, les abonnements au téléphone portable et à Internet coûtent bien plus cher qu’en Europe, les prix des billets d’avion sont prohibitifs et nul ne rapporte plus de matériel informatique des Etats-Unis. Cette dérive s’est faite progressivement, sans que les Américains s’en aperçoivent vraiment.

Thomas Philippon, qui nous reçoit dans son bureau de la New York University, au cœur de Manhattan, compare le destin du consommateur américain à celui d’une grenouille : la légende (erronée) prétend que, plongée dans l’eau bouillante, la grenouille saute et s’échappe, alors que mise dans l’eau froide sur un réchaud, elle s’endort et se laisse cuire sans réagir – comme le consommateur américain, qui n’a pas réalisé que, depuis une vingtaine d’années, les prix avaient augmenté. L’économiste français explique, dans un livre à paraître en septembre aux Etats-Unis, The Great Reversal (« le grand renversement »), « comment l’Amérique a abandonné les marchés libres » et a cartellisé son économie. Astucieuse analyse qui consiste à prendre les Etats-Unis au piège de leur propre credo capitalistique : Thomas Philippon leur prêche les vertus du libéralisme.

Il y a quelques années, M. Philippon figurait parmi les « jeunes économistes » distingués par le Cercle des économistes et Le Monde(2009), ainsi que parmi les 25 jeunes économistes récompensés par le FMI (2014). Il a désormais 44 ans et il est professeur de finance. « Je suis titulaire d’une chaire depuis 2018. Je suis un vieux ponte, donc je peux radoter », plaisante ce grand gaillard sportif, qui juge un peu « archaïque » le statut inamovible de professeur – il protège la liberté de recherche mais peut conduire à « s’encroûter ». Pour écrire son livre, l’économiste ne s’est pas fondé sur ses intuitions : dans son propos liminaire, il rend hommage à un professeur de la fin des années 1970, qui avait détourné la devise américaine (« In God we trust ») lors d’une audition devant le Congrès : « Nous avons confiance en Dieu, les autres doivent fournir des données. »

Economie de rentiers
Thomas Philippon adhère à cette démarche fondée sur la preuve. « Fondamentalement, je ne suis pas idéologue. En économie, il faut regarder les données. » Et l’étude des données a produit des découvertes inattendues. « Mon livre explique que les Américains ont laissé leur marché se cartelliser et qu’il faut qu’ils reviennent à des marchés libres et concurrentiels. Ce n’est pas ce que j’avais l’intention d’écrire quand j’ai commencé ma recherche : j’essayais de comprendre pourquoi l’investissement baissait depuis 2000, alors que les valorisations boursières et les profits augmentaient. »Réponse : ces profits étaient le fruit, non pas de la productivité, mais de la cartellisation – aux Etats-Unis, il ne reste plus que quatre compagnies aériennes et trois opérateurs de téléphonie. Protégées de la concurrence, les entreprises augmentent leurs prix sans procéder à des investissements.

Le héraut de cette économie de rentiers n’est autre que Warren Buffett, cet investisseur de génie qui a investi dans des entreprises quasi monopolistiques aux profits garantis, comme Coca-Cola. Les Américains ont inventé l’antitrust à la fin du XIXe siècle, démantelé l’empire pétrolier Rockefeller en 1914, libéralisé sous les démocrates (Jimmy Carter dans l’aérien) et les républicains (Ronald Reagan dans les télécoms, avec l’éclatement d’ATT), mais ils se sont assoupis, au début du XXIe siècle, alors que leurs idées libérales triomphaient partout sur la planète. « Maintenir des marchés libres, c’est une tâche de tous les jours, c’est un travail de Sisyphe, constate Thomas Philippon. Les chefs d’entreprise tentent de créer des situations de monopole. »

La bascule historique repérée par M. Philippon est en partie idéologique : depuis des décennies, les juges ont repris à leur compte les idées émises par Robert Bork, ancien ministre de la justice républicain et adepte de l’école de Chicago. Dans The Antitrust Paradox (New York Free Press, 1978, non traduit), M. Bork estimait que les consommateurs bénéficiaient de la concentration des entreprises et que le capitalisme se régulerait tout seul. La bascule est aussi politique : le lobbying outrancier des entreprises auprès des élus a conduit à ériger des barrières limitant l’arrivée de nouveaux entrants sur les marchés.

Thomas Philippon pensait que l’Europe, comme souvent, suivrait la destinée américaine, mais ce fut sa seconde surprise : il n’en est rien, au contraire. « L’Europe a créé un système indépendant, dont la résistance à la corruption est assez forte parce qu’il a un objet clair : protéger le consommateur européen. » L’économiste, qui a successivement soutenu Ségolène Royal, François Hollande et Emmanuel Macron aux élections présidentielles, tord le cou aux idées souvent propagées en France. « La politique de concurrence est ce qui marche le mieux en Europe, tranche cet homme qui a passé un an au cabinet de Pierre Moscovici, en 2012-2013, avant de revenir à New York. Quand on voit la manière dont l’économie française marche, c’est dur de ne pas devenir un peu plus libéral. L’Etat centralisé est trop omniprésent dans trop de domaines. Le savoir de manière abstraite, c’est une chose, le constater tous les jours, c’en est une autre. »

« Il va se passer quelque chose »
Aujourd’hui, Thomas Philippon pense Amérique. Il espère qu’à l’automne, son livre, qui a été placé en tête de promotion par les éditions Harvard University Press, sera un succès. Et qu’il nourrira le débat politique, un an avant l’élection présidentielle américaine de 2020. Car il est convaincu qu’« il va se passer quelque chose ». Aux Etats-Unis, Donald Trump a voulu insuffler une nouvelle jeunesse à la politique de concurrence en interdisant la fusion AT&T-Time Warner, mais les juges lui ont infligé un camouflet. « Donald Trump a eu tort de politiser le débat : il a instrumentalisé l’antitrust à des fins politiques pour se venger de CNN [une chaîne, propriété de Time Warner, en guerre ouverte avec le président], alors que la concurrence devrait être une politique transpartisane. »

Jusqu’à présent, les présidents américains avaient beaucoup protégé leurs amis : la défense et l’énergie pour les républicains, la Silicon Valley pour les démocrates. « Ce n’est pas Obama qui allait démanteler Google », souligne Thomas Philippon. Il ne croît guère aux solutions radicales, comme le démantèlement d’Amazon, de Google et de Facebook prôné par Elizabeth Warren, la sénatrice du Massachusetts candidate à l’investiture démocrate. M. Philippon pense qu’il sera très dur de revenir sur la concentration dans l’aviation et les télécoms, mais il estime que l’on peut faire beaucoup d’autres choses. « Cela commence par la protection des données. » Après avoir ricané contre l’Europe, les Américains suivent d’ailleurs le mouvement, notamment en Californie. « Je ne vois plus un article qui se moque de l’Europe. La première chose à faire désormais, c’est de regarder ce que font les Européens et de s’en inspirer. »

Si certaines réflexions semblent pertinentes, j’ai quand même un doute sur la conclusion (les Américains regardant ce qui se passe en Europe et s’en inspirant). On pourrait attendre longtemps que ces "cartels" soient remis en cause aux USA…

Analyse très pertinente qui démontre bien que la seule solution c’est le concurrence.
Et si vous me permettez pour illustrer cette analyse voici une petite illustration :

World Company: Capitalisme = Communisme
World Company: Capitalisme = Communisme - Vidéo dailymotion

Hors ligne

 

#878 02/05/2019 14h01 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1030 

namo a écrit :

J’ai peut-être mal compris votre propos, mais vous voyez la durée d’une récession comme étant fortement corrélée à la consommation des 15% plus riches d’un pays (ou juste les USA comme cas particulier) ?

Je suis vos raisonnements la plupart du temps, mais vous m’avez perdu en route cette fois-ci.

Bonjour Namo, effectivement mon raisonnement était elliptique.

Je pense que :

1) La consommation des plus riches (disons les top 15%) est un moteur important dans l’économie de tout pays, car les riches représentent une part disproportionnée de la consommation intérieure.

2) C’est encore plus le cas aux USA qu’en France (par exemple), en raison de la forte inégalité des revenus et des patrimoines aux USA (forte concentration sur les 15% les plus riches).

3) C’est encore plus le cas dans les USA d’aujourd’hui que dans les USA de 2007-2008 (par exemple), car cette concentration des revenus et des patrimoines sur les 15% les plus riches s’est encore accentuée (cf. le ratio patrimoine moyen / patrimoine net, désormais de 7 aux USA actuellement contre 4,5 aux USA en 2007 et 2 en France).

4) L’"effet de richesse" négatif lié à un possible krach boursier (effet de richesse = changement dans les habitudes de consommation lié à une évolution du patrimoine) va certes affecter la consommation de cette classe aisée US, mais cet effet de richesse négatif va à mon sens être proportionnellement moins important qu’en 2007-2008, du fait de l’enrichissement considérable de cette classe pendant la dernière décennie.

Je m’explique : je pense que l’effet de richesse négatif d’un krach boursier de -50% est proportionnellement moins important pour un ménage dont le portefeuille boursier est de 1M$ (= perte latente de 500k$) que pour un ménage dont le portefeuille boursier est de 200k$ (= perte latente de 100k$). Malgré sa perte latente massive, le premier ménage va continuer à consommer normalement (éventuellement un peu moins qu’avant) car il continuerait de disposer d’un patrimoine confortable.

5) Malgré le risque de krach (ou grosse correction boursière), le patrimoine des ménages aisés US me semble nettement plus solide qu’en 2007-2008, quand la surévaluation des cours de bourse était combinée avec une grosse bulle immobilière. (Donc quand les 2 bulles ont éclaté, l’économie US a été pénalisée par un double effet de richesse négatif.)

Donc dans l’ensemble, je considère la consommation intérieure US (en tout cas celle des ménages aisés qui en représentent une part disproportionnée) comme a priori plus soutenable qu’en 2007-2008, et donc j’anticipe une récession beaucoup moins violente qu’en 2008-2009. Mais bon c’est une analyse très superficielle, qu’il faudrait croiser avec différents indicateurs d’endettement des ménages, des entreprises et du secteur public. Depuis 2007-2008, on observe de fortes hausses de certaines catégories de dettes aux USA, par exemple les prêts étudiants.

Au-delà de l’effet macro de leur consommation, je m’intéresse particulièrement aux modes de consommation des ménages US aisés car c’est un thème important de mon portefeuille boursier US.

Dernière modification par Scipion8 (02/05/2019 14h06)

Hors ligne

 

[+1]    #879 05/05/2019 18h41 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Réputation :   

Nouveaux tweets qui vont agiter les marchés américains et potentiellement avoir un impact important sur l’economie Américaine.

Donald Trump annonce une augmentation des taxes douanières de 10 à 25% à partir de vendredi prochain sur les produits qui étaient déjà taxés à 10%, et une augmentation de la liste des biens taxes prochainement.

Tweet

Effet d’annonce ou coup de pression avant signature d’un accord commercial, si ce dernier vient un jour…
Cette semaine risque d’être plus agitée que prévue sur les marchés.

Édit: clarification et lien

Dernière modification par GlobuleJohn (05/05/2019 18h45)

Hors ligne

 

[+1]    #880 08/05/2019 15h42 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Réputation :   

Voilà d’après Reuters les raisons du tweet de Trump et de pourquoi les marchés reculent depuis.

Commerce: La Chine a reculé sur presque tous les points.

Récapitulatif : La Chine aurait renoncé aux promesses faites lors des précédentes réunions avec les USA. Elle refuserait notamment de changer ses lois sur le commerce, les brevets….

Reuters a écrit :

Dans chacun des sept chapitres du projet d’accord, la Chine a retiré son engagement à légiférer pour répondre aux griefs qui ont amené l’administration Trump à déclencher une guerre commerciale: le vol de propriété intellectuelle et de secrets commerciaux, le transfert forcé de technologies, la politique de la concurrence, l’accès aux marchés financiers et la manipulation de sa devise…

Hors ligne

 

#881 08/05/2019 21h20 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   416 

Markets
Each Word of Trump’s Tariff Tweets Wiped $13 Billion Off Stocks

Chaque mot des tweets de Trump a effacé 13 billion de dollars.

traduction google Divya Balji  and Matthew Burgess
May 8, 2019, 1:43 AM GMT-6 a écrit :

416/5000
C’était un total de 102 mots qui ont effacé environ 1,36 billion de dollars en actions (stocks) mondiaux cette semaine.

Les tweets du président Donald Trump ont annoncé dimanche aux marchés boursiers du monde entier qu’il augmenterait les droits de douane sur les produits chinois. Non seulement ils ont provoqué des pertes, mais la volatilité est revenue en force, l’indice de volatilité Cboe ayant augmenté de 50% en deux jours pour dépasser le seuil des 20% depuis janvier.

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/3097_screen_shot_2019-05-08_at_125742_pm.png

Une remarque en passant : Google a traduit 1.36 Trillion dollars par 1.36 Billion de dollars.

J’ai souhaité en savoir plus. Il y a pas mal de réponse sur Google, en voici une qui m’est apparu simple.

Google a écrit :

In the American system one billion is 1,000,000,000 and a trillion is 1,000,000,000,000 so one trillion is one thousand times one billion.
In the British system one billion is 1,000,000,000,000 and one trillion is 1,000,000,000,000,000,000 so one trillion is one million times one billion.

Dernière modification par Miguel (08/05/2019 21h45)


'Experience is what you get when you didn't get what you wanted', Howard Marks.

Hors ligne

 

#882 08/05/2019 22h59 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   391 

Bonsoir !

@Miguel, vous aurez beaucoup de détails par ce lien (en français) : Wikipedia échelle longue et courte

Bonne lecture…

Dernière modification par M07 (08/05/2019 23h04)


M07

Hors ligne

 

#883 10/05/2019 09h10 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Réputation :   

Exécution des menaces par Trump envers la Chine malgré les discussions en cours à Washington.

Article Investing a écrit :

Les nouveaux tarifs douaniers US à l’encontre de la Chine viennent en effet officiellement d’entrer en vigueur, conformément aux menaces de Donald Trump dimanche dernier.

Les USA ont donc augmenté de 10% à 25% les droits de douane sur 200 milliards de dollars de produits chinois.

.

La Chine a prévu de riposter comme annoncé la semaine dernière.

Lien de l’article complet : ICI

Hors ligne

 

#884 10/05/2019 10h32 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Modérateur
Top 20 Réputation
Réputation :   1722 

Si jai bien  compris, c’est en vigueur …. pour ce qui sort de Chine a partir de maintenant.

Donc pour tous les containers déjà en mer, ça ne s’applique pas. Et, comme ces containers sont ceux qui arriveront aux USA durant les ~3 prochaines semaines, ça laisse encore un peu de temps avant qu’ il n’y ait des produits effectivement taxés au nouveau taux (assez pour négocier, et changer encore plusieurs fois la règle applicable).

Y a-t-il une évaluation de l’impact que cette hausse des taxes devrait avoir sur l’inflation aux USA ? (si elle était totalement répercutée sur les prix de détail, et/ou selon le pourcentage qui en serait répercuté)


J'écris comme "membre" du forum, sauf mention contraire. (parrain Fortuneo: 12356125)

Hors ligne

 

#885 10/05/2019 16h37 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   416 

Coke a écrit :

Exécution des menaces par Trump envers la Chine malgré les discussions en cours à Washington.

Article Investing a écrit :

Les nouveaux tarifs douaniers US à l’encontre de la Chine viennent en effet officiellement d’entrer en vigueur, conformément aux menaces de Donald Trump dimanche dernier.

Les USA ont donc augmenté de 10% à 25% les droits de douane sur 200 milliards de dollars de produits chinois.

.

La Chine a prévu de riposter comme annoncé la semaine dernière.

Lien de l’article complet : ICI

Hier soir a 21:35 . soit 11:35 PM E.T.

Il semble y avoir un différent entre ce que dit la Maison Blanche (W.H.) et ce que dit FOX TV news la Télé des Républicains.

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/3097_fullsizeoutput_a9b.jpeg

Higher China tariffs could cost Americans $767 per year

cbs a écrit :

The White House looks poised to raise tariffs on $200 billion of Chinese imports to 25 percent from 10 percent.
An average family of four may take a hit of $767 a year, a trade group has estimated.
If the administration eventually adds tariffs to all Chinese imports and China retaliates, that family could pay more than $2,000.

Dernière modification par Miguel (10/05/2019 16h54)


'Experience is what you get when you didn't get what you wanted', Howard Marks.

Hors ligne

 

#886 11/05/2019 00h04 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   101 

L’augmentation des taxes sera effective que dans 2 ou 3 semaines sur les nouvelles commandes, on peut envisager d’autres avancées d’ici là, ou espérons au G20 fin juin.
Ce qui serait intéressant, c’est de connaitre la riposte de la Chine.
Ils ont une liste de 60milliards de marchandises avec une taxe à aujourd’hui environ 9% sur laquelle les marges de manoeuvre seraient possibles: mais plus sérieusement la Chine pourrait 1/ affaiblir le RMB 2/ réduire leur exposition titres US (Treasuries…) 2/ cibler une réduction de leur large déficit avec les US sur les Services (education, industrie du tourisme, film, propriété intellectuelle…).
Quoi d’autres ? et pour quelles impacts ?

Je pense que structurellement, la trade war US-China c’est une sujet qui continuera pour les 50 ans et +, mais j’espère qu’une deal sera signé bientôt pour lever certaines incertitudes sur les marchés taux et équity court et moyen terme.
Au milieu, l’Europe n’en profite pas du tout.

Hors ligne

 

#887 13/05/2019 13h25 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   391 

Bonjour !

En avril, les USA ont sorti un excédent budgétaire !  (voir : article ZoneBourse )

Cela va certainement conforter Trump dans sa croisade pro-USA/anti-Chine. Mais, Aïe ! Aïe ! Aïe ! pour nous, l’Europe est dans son viseur comme la cible suivante…


M07

Hors ligne

 

#888 13/05/2019 16h18 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Réputation :   38 

niceday a écrit :

….
Au milieu, l’Europe n’en profite pas du tout.

On peut même imaginer que tout accord commercial entre les deux grands qui prendra le temps qu’il faut peut se faire sur le dos du 3° acteur qui se pose des questions métaphysiques sur son existence. Le pillage des ressources via des lois d’extraterritorialités contraignantes peut très bien arriver sur un accord pour piller la dernière partie. Les plus faibles n’ont pas souvent raison…

Le seul point qui peut remettre le feu au poudre entre USA et Chine est la manière de négocier. Un contrat Chinois n’a pas la même valeur que pour un occidental. Tout contrat tient sa légitimité à son intérêt relatif des deux parties, si ce contrat perd de son intérêt les Chinois en sortiront progressivement sans même le dénoncer. Le temps n’est qu’un élément de l’espace. L’art de la guerre est à relire.

Concernant l’excédent US, on lit aussi

Zone-Bourse a écrit :

Excédent budgétaire aux Etats-Unis. Le budget fédéral américain a enregistré un excédent en avril (160 milliards de dollars) en raison de recettes d’impôts records grâce à la croissance des salaires et des créations d’emploi qui ont engendré une hausse des contributions sociales. Néanmoins, cet excédent budgétaire est moins important qu’il ne l’était un an plus tôt (214 milliards en avril 2018).

Ceci laisse penser que c’est un phénomène de saisonnalité ?

Dernière modification par johntur (13/05/2019 16h22)

Hors ligne

 

#889 13/05/2019 18h51 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   433 

Le Monde avec AFP Publié aujourd’hui à 17h56, mis à jour à 18h25 a écrit :

L’escalade continue dans la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine

En représailles aux mesures américaines, Pékin annonce une augmentation de ses droits de douane sur des produits américains.

L’escalade continue dans la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine. En représailles aux mesures décidées par le président américain Donald Trump, Pékin a annoncé, lundi 13 mai, une augmentation de ses droits de douane sur des produits américains représentant soixante milliards de dollars d’importations annuelles. A partir du 1er juin, les tarifs douaniers seront relevés à 10 %, 20 %, voire jusqu’à 25 % sur un ensemble de marchandises américaines déjà taxées, a annoncé le Bureau de la commission tarifaire du gouvernement.

De nouvelles négociations – présentées comme celles de la dernière chance –, visant à mettre un terme à la guerre commerciale bilatérale, se sont achevées la semaine dernière à Washington sans que les deux grandes puissances soient parvenues à un résultat.

Mesures de représailles
Donald Trump avait fait passer vendredi de 10 % à 25 % les droits de douane supplémentaires sur environ 5 700 produits représentant 200 milliards de dollars (178 milliards d’euros) de biens chinois importés. Il a également appelé à imposer des droits de douane de 25 % sur les biens chinois non encore taxés et dont la valeur se monte à 325 milliards de dollars.

Le gouvernement chinois a promis à plusieurs reprises ces derniers jours qu’il allait prendre des « mesures de représailles nécessaires ». En réaction, Donald Trump s’est montré menaçant : « La Chine ne devrait pas riposter – cela ne fera qu’empirer ! », a lancé dans un tweet, lundi, le président américain.

Mais le gouvernement chinois a affiché sa détermination. « La Chine ne cédera jamais à aucune pression extérieure. Nous avons la détermination et la capacité de défendre nos droits et intérêts légitimes », a encore martelé, lundi, Geng Shuang, un porte-parole du ministère des affaires étrangères. « Nous l’avons déclaré à maintes reprises : l’ajout de droits de douane ne permet de résoudre aucun problème », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse, plaidant pour un « accord [commercial] mutuellement bénéfique » entre les deux pays.

Réduire les commandes de Boeing
Avant les mesures annoncées lundi par Pékin, la quasi-totalité des marchandises américaines importées en Chine était déjà surtaxée par Pékin – soit 110 milliards de dollars sur un total annuel de 120 milliards. Pékin pourrait également cesser d’acheter des produits agricoles et réduire ses commandes d’avions Boeing, a fait savoir sur Twitter Hu Xijin, l’influent rédacteur en chef du quotidien Global Times, réputé proche du pouvoir.

Le négociateur en chef chinois sur le commerce, le vice-premier ministre Liu He, a déclaré vendredi que les discussions avec les Etats-Unis se poursuivront à Pékin. Il n’a, cependant, pas avancé de date. Le principal conseiller économique du président américain, Larry Kudlow, a, quant à lui, affirmé qu’une rencontre entre Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping est envisagée en marge du sommet du G20 des 28 et 29 juin à Osaka, au Japon. Le porte-parole Geng Shuang a refusé de confirmer lundi une telle possibilité, précisant simplement que « les chefs d’Etat chinois et américain restaient en contact constant par divers moyens ».

Y aura-t-il quelqu’un pour expliquer à Donald Trump que ce n’est pas bon pour les USA quand :
. la Chine cesse d’acheter des produits agricoles US (les fermiers qui ont voté Donald vont être contents)
. la Chine réduit ses commandes d’avions Boeing (qui a déjà bien d’autres problèmes)
. les américains payeront plus cher les nombreux produits importés made in China.


Dif tor heh smusma

Hors ligne

 

#890 13/05/2019 19h44 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   77 

Il y a aussi le fait qu’elle peut ne plus acheter de Bon du trésor US, ce qui leur permet de vivre à crédit depuis pas mal de temps… Il me semble (arrêtez-moi si je me trompe) que la Chine est le premier acheteur de dette US non ?

Dernière modification par Rossox (13/05/2019 19h45)


Blog : lefrancaisfrugal.wordpress.com  / - Parrainage : Ing Direct / Bourse Direct / Binck / Coinbase

Hors ligne

 

#891 13/05/2019 20h17 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   132 

Le déficit commercial US avec la Chine est de $600bn donc les premiers touchés par cette guerre commerciale sont les chinois.
Ils peuvent ne plus acheter de Boeing, Airbus étant en rupture de stock, ils n’auront comme choix qu’un ralentissement de la croissance de leur flotte et donc moins de croissance tout court.

La Chine a résisté à la guerre commerciale des soviétiques dans les années 60-70.
Le contexte est différent, les chinois sont devenus plus prospères.
Ils ont un niveau de vie à perdre.
Or, c’est le PC chinois qui tire sa légitimité des succès économiques.
Si le niveau de vie reculait, le PC chinois serait fragilisé.

Donc Trump possède pour moi le meilleur jeu.

Quant aux achattes de bons du trésor, la Fed les absorbera sans aucun problème.

Hors ligne

 

#892 13/05/2019 21h14 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   154 

Tout cela renchéri le prix des biens chinois aux US, et le prix des biens US en Chine. Le prix des biens européens en Chine et aux US ne bouge pas.
De plus le risque commercial amène les sociétés de ces 2 pays à diversifier les origines de leurs fournisseurs, vers l’Europe et les pays émergents.

L’Europe et les pays émergents seront à mon avis les gagnants de ce bras de fer, au moins à court terme. A long terme, Trump espère réduire la dépendance des US par rapport aux chinois.

A+
Zeb

Hors ligne

 

#893 17/05/2019 22h43 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   101 

Comment les pays émergents (les quelles?) et l’Europe peuvent sortir gagnants de mesures protectionnistes entre 2 puissance mondiale qui contribuent à hauteur de plus de 40% de la croissance mondiale?
Les effets indirects de ces hausses de tarifs ne sont pas si simples.
Les prix des biens chinois deviendront plus chers aux US et donc les consommateurs font subir une partie non négligeable de ces augmentations. Alors que je doute que ça soit l’objectif recherché de Trump.

Généralement, le climat des affaires sera forcément en berne avec des baisses notable sur leurs investissements/CAPEX.

Hors ligne

 

[+1]    #894 18/05/2019 02h09 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   416 

Bonjour Niceday,

Il a expliqué aux citoyens qui voulaient bien l’entendre, qu’ils n’ont qu’à acheter des produits fabriqués aux USA.
Il a naturellement omis de leur dire que les produits chinois ou l’acier et l’alu entrant dans la fabrication des produits US sont taxés et auront pour effet de renchrir les prix des biens fabriqués aux USA.

C’est sûr que les americains vont payer plus.

niceday a écrit :

…/…
Alors que je doute que ça soit l’objectif recherché de Trump.
…/…

L’objectif de Trump, c’est de se faire ré-élire en 2020.
Et ce quelqu’en soit le prix.
Pour ce faire il ne va pas hésiter à continuer la guerre des tarifs, guerre commerciale ou "trade War" avec les Chinois.

Jean Piere Petit a écrit :

Avec ses deux tweets du 5 mai sur la Chine, Donald Trump a, une fois encore,  influencé les marchés.
Les 130 mots du président américain ont détruit 13 000 milliards de dollars de capitalisation boursière.
Selon Jean-Pierre Petit, président des Cahiers Verts de l’Économie, son attitude agressive est bénéfique pour les Etats-Unis.
En agissant ainsi, il rendrait même service à la France. -

Jean Pierre Petit est gentil lorsqu’il dit que Trump est vulgaire et malladroit. Je suis d’accord sur ce point.

En fait Trump est un escroc. Sa spécialité:  ne pas payer d’impôts.
Il a tout fait et continue a tout faire pour éviter que ses déclarations d’impôts soient publiées.
Nous avons déja eu l’occasion de voir quelques dix années de déclarations, maintenant le congrés souhaiterait voir les six dernieres années.

Il a été élu grâce aux russes  --- une bonne partie des americains est maintenant informée.
The  "Mueller probe", a dévoillé pas mal de choses, et nous ne savons pas tout pour l’instant.

Trumps a réussi a obtenir la fortune de son père sans payer un centime de droit de succession.
Trump a utilisé des Sociétés "écran" et "fictive" afin d’éviter l’impôt sur les revenus.

Trump est un raciste, il a tout fait pour discréditer Obama et ce n’est pas fini. Il veut effacer Obama de l’histoire des Etats Unis.

Trump au Glolf : je vous laisse lire les articles 
10 astonishing claims from the book detailing President Trump’s cheating at golf
www.golfdigest.com/story/10-astonishing … ing-at-gol
Sportswriter says Trump ’cheats like a mafia accountant’ at golf 
edition.cnn.com/2019/04/02/politics/tru … index.html
Petite vidéo de 3 minutes et 15secondes.
Rick Reilly a dit a John Berman sur l’emission de CNN "New Day".

Rick Reilly a écrit :

"He cheats like a mafia accountant. He cheats crazy. He cheats whether you’re watching or not. He cheats whether you like it or not,"…
traduit : "Il triche comme un comptable de la mafia. Il triche complètement. Il triche, que vous regardiez ou non. Il triche que cela vous plaise ou non," …

En résumé Trump is a "cheat", un tricheur… un menteur etc…

Avec le Canada et le Mexique Trump a soit disant changé les régles du "North Americain Forein Trade Agreement" NAFTA.
Mais c’est loin d’étre fait, il va falloir que le Congrés et le Sénat approuvent cette modification de NAFTA.

Even more noteworthy, negotiators agreed to a new requirement that 40 percent to 45 percent of a vehicle’s components be made by workers earning at least US$16 per hour, which is about three times more than the average wage currently earned by Mexican autoworkers.

Traduit

Encore plus remarquable, les négociateurs ont accepté une nouvelle exigence selon laquelle 40 à 45% des composants d’un véhicule doivent être fabriqués par des travailleurs gagnant au moins 16 dollars par heure, ce qui est environ trois fois plus que le salaire moyen des travailleurs du secteur mexicain.

C’est n’importe quoi.

L’auteur en fin de l’article a écrit :

But the question remains, will Congress and the other two parliaments pass it?

Pour atteindre son but, il ne va pas hésiter à déclarer la guerre à l’Iran et également la Corée du Nord, si nécessaire.
Lets wait and see.
Only time will tell.


'Experience is what you get when you didn't get what you wanted', Howard Marks.

Hors ligne

 

[+1]    #895 18/05/2019 03h02 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Réputation :   42 

Avez-vous remarqué des points positifs à l’élection de trump en toute objectivité et partialité ?

Le travail de sape des médias et du deep state américain est impressionnant. Tactique bien orchestré mondialement par une main invisible qui n’hésite plus à se montrer au grand jour.

On n’hésite pas à aller dans le patos pour encenser Obama, Macron et Trudeau par exemple et on tir à boulets rouges sur des dirigeants comme Poutine ou Trump.

Quand la volonté des peuples à disposer d’eux mêmes va à contre courant: Brexit, traité de Lisbonne, UE, Trump, la calomnie et le mensonge deviennent la norme.

Arrêtons de prendre les gens pour des veaux. Trump méchant Obama gentil prix Nobel de la paix me laisse pantois quand on sait que c’est le président qui a lâché le plus de bombes en Syrie, Afghanistan, et maintenu des conflits comme le Yémen. Tant de morts pour un prix Nobel est une honte.

bloody end

Cdlt,

Carabistouilles

Dernière modification par Carabistouilles (18/05/2019 03h03)

Hors ligne

 

#896 03/06/2019 22h05 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Réputation :   44 

Trump est enfin "libéré" (délivré !) de la tentative d’impeachment lancée par les démocrates, le dossier du procureur Mueller sur ses liens supposés avec la Russie semblant en effet bien vide.
Trump a de nombreux défauts mais il semble maintenant déterminé à mettre en oeuvre son programme "America first" et à "rééquilibrer" les relations commerciales avec les pays réalisant des excédents commerciaux avec les USA.  Un excédent commercial provient normalement de positions dominantes dans un certain nombre de secteurs, avance technologique,  productivité supérieure. Des produits moins chers, ou de meilleure qualité, un rapport qualité/prix supérieur. La seule manière aujourd’hui pour les USA de rétablir l’équilibre commercial est donc politique, en augmentant artificiellement le coût des produits chinois ou autres, voir en les interdisant purement et simplement lorsqu’ils jouissent d’une avance technologique décisive (Huawei et la 5G). Sur quoi peut aboutir ce type de mesures ? On l’a déjà vu par le passé, la conséquence logique est la démondialisation, c’est à dire le recul du commerce mondial et l’imposition de mesures "symétriques" de la part des pays impactés. La Chine va logiquement défendre ses intérêts en prenant de telles mesures.
Aujourd’hui la quasi totalité des entreprises cotées sont internationalisées, ce qui leur a permis d’aller chercher des relais de croissance sur le marché mondial. Les conséquences d’une démondialisation comme elle s’annonce vont être catastrophiques pour la croissance mondiale, les CA, et l’emploi.
Alors, Trump va t-il tous nous trumper ou le scénario de la "démondialisation" est-il pour vous encore un scénario de science-fiction ?

Hors ligne

 

[+4]    #897 17/06/2019 21h23 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   391 

Bonsoir !

Une petite infographie qui compare les poids respectifs de l’Europe (jaune), des USA (bleu) et de la Chine (rouge), dans différents secteurs : Courrier International

(pour ceux qui préfèrent L’article complet )

Un autre article sur les cyber-attaques des USA contre la Russie : Courrier international USA-Russie


M07

Hors ligne

 

#898 20/06/2019 10h08 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Réputation :   

Une vidéo de CNBC comparant l’assurance maladie FR et US
How French Health Care Compares To The US System
How French Health Care Compares To The US System - YouTube

Peut-être à comparer avec un article de mediapart ?

Pourquoi l’hôpital manque de moyens ?
La crise des urgences met au jour la compression des dépenses depuis 2010 dans le secteur hospitalier. L’accumulation de ces manques conduit à une impasse d’autant plus profonde que la politique de baisses des cotisations affaiblit le système. 11 JUIN 2019 PAR ROMARIC GODIN

Pourquoi l?hôpital manque de moyens - Page 1 | Mediapart

Hors ligne

 

#899 21/06/2019 16h37 → Situation économique et avenir économique des Etats-Unis (dette américaine, usa)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   416 

le 18 Mai 2019
poste #894  même file.

miguel a écrit :

Pour atteindre son but, il ne va pas hésiter à déclarer la guerre à l’Iran et également la Corée du Nord, si nécessaire.
Lets wait and see.
Only time will tell.

EN DIRECT - Trump reconnait avoir annulé des frappes contre l’Iran "10 minutes" avant l’horaire prévu

GOLFE - L’Iran a annoncé jeudi avoir abattu un "drone espion" américain, ce qu’a confirmé Washington en affirmant qu’ils se trouvait dans un espace aérien international. Depuis mai 2018 et le retrait des Etats-Unis de l’accord international sur le nucléaire iranien, la tension ne cesse de croître dans toute la région. Elle atteint désormais son paroxysme.

Il semblerait que l’on soit passé pas très loin du conflit.

LCI a écrit :

.
TENSIONS
Le drone américain abattu par l’Iran "a violé l’espace aérien iranien", affirme le ministre des Affaires étrangères iranien sur Twitter en publiant les coordonnées de l’endroit où l’appareil a été descendu, selon Téhéran.

Le drone "a été touché à 4h05 [23h35 GMT mercredi par 25°59’43" [de latitude Nord et] 57°02’25"[de longitude Est]", écrit Mohammad Javad Zarif.

"Nous avons retrouvé des morceaux du drone militaire américain dans NOS eaux territoriales à l’endroit où il a été abattu", ajoute M. Zarif.

Le chef de la diplomatie iranienne avait annoncé un peu plus tôt que l’Iran comptait porter l’affaire "devant l’ONU"  afin de montrer que "les Etats-Unis mentent" en affirmant que l’appareil a

Conclusion del’article :
Les tensions vont croissantes entre la République islamique iranienne et les  Etats-Unis. Washington accuse l’Iran d’être à l’origine des explosions ayant endommagé  deux pétroliers - norvégien et japonais -  le 13 juin, près du stratégique détroit d’Ormuz.  L’Iran a démenti toute implication mais, depuis, les tensions ne cessent de croître dans la région. Le 20 juin,  l’Iran a annoncé avoir abattu "un drone espion" américain faisant redouter l’éclatement d’un conflit  ouvert.

En dépit des affirmations répétées de responsables américains et iraniens  selon lesquelles leur pays respectif ne cherche pas la guerre, l’escalade  récente des tensions dans le Golfe fait craindre qu’une étincelle ne mette le  feu au poudre. En Europe, c’est l’inquiétude.  Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a souligné  qu’il restait "peu de temps" pour inverser le cours des événements dans le Golfe et le chef de de la diplomatie allemande évoque, lui, un "risque de guerre."

A suivre.


'Experience is what you get when you didn't get what you wanted', Howard Marks.

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech