Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

[+5]    #1 19/07/2018 17h47

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1776  

Poursuite de la discussion commencée sur la file de portefeuille de Patrick68

Rylorin a écrit :

et pour ceux qui veulent vraiment gagner de l’argent avec le crowd lending … Mintos offre 1% de cash back, pour toute inscription avec mon lien de parrainage avant le 6/08.

4.200 prêts (1.162 en cours et 3.174 soldés) dans 18 pays, 11,5%, 0 défaut !
www.devenir-rentier.fr/uploads/12844_ca … 221725.png

IH a écrit :

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/2_mintos-20180719.gif

Zéro défaut ?

Rylorin a écrit :

Bonjour IH,

Je ne pense pas donner une fausse information. Je m’explique …
Mintos a la particularité de proposer des prêts avec une "buyback garantee" et je ne choisis que ce type de prêt. Les 4.300 prêts que j’ai financés sont tous choisis avec cette "buyback garantee". Il est vrai que bon nombre d’emprunteurs ont fait défaut, et à chaque fois 60 jours après le défaut la garantie a été automatiquement activée et le CRD des prêts m’a été remboursé avec l’intégralité des intérêts dus (notamment sur cette période de 60 jours).
Je n’ai pas dit que ces prêts étaient sans risque, puisqu’il y a un risque de défaut de la part du "loan originator" qui assume cette garantie.

En revanche, je trouve que le profil rendement/risque est très largement plus intéressant que ce que l’on peut trouver sur les plate-formes françaises où à mon avis (personnel) le risque n’est pas suffisamment rémunéré. Je parle de mon expérience avec credit.fr, Lendix, Unilend et Bolden.

Je suis sur cette plateforme depuis un an et j’y ai placé 3,5% de mes économies et je suis en runoff sur l’intégralité des plateformes françaises citées (+ Wiseed et Anaxago où j’ai fait du crowdlending immobilier avec un résultat également mitigé).

Autre avantage de Mintos par rapport aux plateformes françaises, c’est le fait que l’on peut revendre ses prêts sur un marché secondaire. Ce qui permet de se désengager rapidement si l’on souhaite.

Je reconnais le côté en tantinet provocateur de mon message mais il n’y a aucune tromperie dans celui-ci et je reste naturellement à l’écoute de vos avis éclairés.

Surin a écrit :

Si c’est 0 défauts ça veut dire ce que ça veut dire: 0 défauts !
S’il y a des défauts pris en charge par une garantie, il n’y a pas 0 défauts. Il y a x défauts mais pris en charge dans le cadre d’une garantie, il serait alors intéressant d’en avoir les limites de prise en charge.

Parle-t-on vraiment la même langue ?
De mon point de vue vous avez donné une fausse information.

Rylorin a écrit :

Bonjour Surin,

En effet dans ce cas on peut dire que c’est un abus de langage de ma part.

Néanmoins, pour préciser les choses un peu plus, ces prêts avec garantie sont généralement en structure indirecte. C’est à dire que vous ne faites pas un prêt directement à l’emprunteur, mais vous faites un prêt à l’organisme de crédit, dont les remboursements sont subordonnés aux remboursements faits par l’emprunteur final (sur le contrat de prêt que vous avez choisi). Dans ce cas il n’y a pas défaut puisque l’organisme de crédit à qui vous avez prêté n’a pas lui fait défaut. Sommes nous d’accord dans ce cas ?

note aux gentils modérateurs : j’aurais probablement dû lancer une nouvelle file de discussion type "Plateforme de crowdlending Mintos, vos avis ?" plutôt que de venir polluer cette file, je vous prie de m’en excuser. Que pensez vous de déplacer ces messages ?
Mon objectif était de partager avec vous l’information d’une plateforme de crowdlending qui me semble (plus) intéressante (que les autres).

Mintos et son compatriote letton Twino semblent offrir des rendements très attractifs (autour de 11%-13%), avec en outre la possibilité pour certains prêts de bénéficier d’une garantie de rachat par l’originateur (buyback guarantee), ou de les revendre sur le marché secondaire. Comment ce prodige est-il possible ?

D’abord l’explication de Mintos sur son business model (la note en astérisque me semble importante…) :

Mintos a écrit :

How it works?

Borrowers apply for a loan at the loan originator.
The loan originator evaluates the application, sets an interest rate and lends money from its own funds.   
The loans are then listed on the Mintos marketplace, where you can select loans to invest in, thereafter receiving monthly payments and interest.*

* By investing in a loan, investors are buying claim rights against a borrower based on the assignment agreement. Neither Mintos nor the loan originator is responsible for a borrower failing to service the loan, including for late payments. In the case that a borrower is unable to repay the loan, investors may lose some or all of their invested capital.

Maintenant commençons l’enquête :

- 1er indice : la communication de Mintos et Twino suggère qu’ils sont lancés dans une course effrénée au volume (et les volumes de prêts sont de fait impressionnants dans l’univers du crowdlending : depuis leurs débuts, 817 millions € pour Mintos et 318 millions € pour Twino) : jamais rassurant pour une plateforme de crowdlending car cela signifie que ces plateformes ont de fortes chances d’être peu sélectives sur les dossiers de crédit.

- 2e indice : le type de prêts : prêt personnel, "prêt court-terme" (une forme de prêt personnel si j’ai bien compris, du cash rapide et sans barguigner quoi…), prêt pour achat automobile, mont-de-piété (pawnbroking loan), sont les principales catégories représentées. Perso, comme prêteur, ça me rassure moyen, je préfère prêter à une PME : bien sûr, c’est aussi risqué, mais au moins je peux regarder les éléments de bilan.

- 3e indice : les originateurs : voir ce tableau pour Mintos. Qu’y voit-on ?

a) La plupart des originateurs participant à Mintos sont de création récente (un tiers après 2015, la plupart après 2009) : cela signifie qu’ils n’ont jamais traversé une récession, pendant laquelle le taux de défaut décolle de façon exponentielle, (i) en particulier sur ce type de prêts, (ii) en particulier dans ces pays d’Europe de l’Est (cf. crise de 2007-2010 dans la région), et (iii) en particulier quand les prêts sont accordés de façon "cool" et "facile" - ce qui semble être le cas sur les principaux originateurs de Mintos, sur ce que j’ai pu lire sur leurs sites. Sur Twino, le taux de créances en souffrance est de 25% - alors que la météo économique est encore au beau fixe !

b) Le taux de "skin in the game" = le pourcentage de chaque prêt vendu sur Mintos que l’originateur garde sur son bilan est très faible : 5-10% en général. Généralement cela conduit l’originateur à ne pas faire beaucoup d’efforts sur le recouvrement…

c) Pour beaucoup d’originateurs, les prêts vendus sur Mintos représentent une part très importante de l’ensemble de leurs prêts (le tableau ne montre pas le pourcentage, mais on peut le calculer = "loans outstanding on Mintos" / "loan portfolio"). Cela signifie que Mintos sert d’outil très pratique pour refiler au petit épargnant attiré par le rendement et sans conscience du risque, l’essentiel des risques de défaut - des risques très élevés sur ce type de prêts, en particulier en cas de récession. Par ailleurs, vous pouvez faire entièrement confiance aux originateurs pour vendre sur Mintos leurs prêts les plus risqués.

d) Je n’ai pas réussi à établir si Mogo Finance, de loin le premier originateur sur Mintos avec 36% du total des prêts, a un lien avec Mogo (Canada). Mais Mogo (Canada) a un business model très clair :

Mogo a écrit :

Borrowing money doesn’t have to suck.
Waiting forever to get your loan funded, worrying about if you’re going to get approved because you don’t know your credit score, having to jump through hoops just to get a pre-approval… you shouldn’t have to go through all this when you’re applying for a loan. With Mogo, you don’t have to.

Take the stress out of borrowing
Get your no-obligation loan pre-approval in just 3 minutes. Have a question about your loan? Chat online with our Happiness Expert team!

J’imagine que leur business model c’est de refiler le stress de l’emprunteur au prêteur ;-)

Donc en gros, Mintos permet à des originateurs spécialisés sur des prêts risqués, et manifestement sans compétence (ou en tout cas sans intérêt) pour l’analyse du risque de crédit, de refiler ce risque de crédit à des investisseurs aveuglés par des rendements alléchants. ça ne vous rappelle rien ?

Oui, la crise des subprimes ne date que de 11 ans et pourtant elle est déjà oubliée ! Cette crise est arrivée parce que des banques américaines accordaient des prêts immobiliers sans vérification du risque de défaut de l’emprunteur, et refilaient ensuite discrètement ce risque à des investisseurs alléchés par le rendement, sous la forme de produits structurés (ABS, CDO).

A l’époque, le risque était "dissimulé" à l’investisseur par l’utilisation d’une technique financière, les ABS et leurs tranches (+ des agences de notation clairement complices).

Maintenant, le risque est refourgué directement à l’investisseur le plus naif possible, via la technique du crowdlending.

En cas de récession, comme en 2007-2008, les pertes seront de 80-90% pour l’investisseur final.

Mais alors, diront les fans de Mintos, Twino & Co., quid de la garantie de rachat et de la possibilité de vendre sur le marché secondaire ?

- La garantie de rachat est très probablement financée par le spread entre le taux des prêts accordés par l’originateur et le taux sur Mintos / Twino. Pour ce type de prêts très risqués, dans des pays d’Europe de l’Est, il est très probable que les taux de l’originateur soient très supérieurs aux 11-13% sur Mintos / Twino.

- Il est très probable à mon avis que la garantie de rachat ne sera plus fonctionnelle en cas de récession. Cela dépend si l’originateur provisionne pendant les années de plein soleil ou pas, et de sa compréhension de ce que signifie une récession en termes de taux de défaut. Comme ces originateurs sont pour la plupart nouveaux, n’ont pas connu de récession et ne sont que peu ou pas régulés, je ne suis pas franchement optimiste…

- En 2006, le marché des ABS subprime était très liquide. En 2008, il n’existait plus. Il en sera de même pour le marché secondaire des prêts sur Mintos / Twino : le jour où vous voudrez vendre, il n’y aura plus de marché.

Conclusions :

- Sauf si vous voulez expérimenter l’impact exponentiel qu’une récession peut avoir sur des taux de défaut, je vous conseille de rester à l’écart de ces plateformes.

- La finance, c’est génial : elle offre toujours de nouveaux moyens pour répéter les mêmes erreurs ;-)

PS : 2k€ investis (un pourcentage très faible de mon patrimoine) en crowdlending (Lendix et Credit.fr), à des fins d’expérimentation et pour ma culture financière. Pas impressionné par les rendements nets. Malgré la diversification, il suffit de quelques défauts pour les faire chuter. Et je m’attends à des pertes en cas de récession. Ces plateformes sont beaucoup moins risquées à mon sens que Mintos / Twino.

Dernière modification par Scipion8 (20/07/2018 08h22)

Mots-clés : crowdlending, kamikaze, pays baltes

Hors ligne Hors ligne

 

#2 11/08/2018 05h34

Membre
Réputation :   79  

Bonjour Scipion8,

Merci pour ce retour très complet et argumenté.

Je souhaite apporter quelques contre arguments à la discussion, notamment avec une vision comparative des plateformes françaises et Mintos. Je ne parlerai pas de Twino que je n’ai pas expérimenté.

Scipion8 a écrit :

la communication de Mintos et Twino suggère qu’ils sont lancés dans une course effrénée au volume

Oui, mais j’aurais tendance à dire, tout comme les plateformes françaises.

Scipion8 a écrit :

le type de prêts : prêt personnel, "prêt court-terme" (une forme de prêt personnel si j’ai bien compris, du cash rapide et sans barguigner quoi…)

là je suis tout à fait d’accord avec vous. Il y a un risque pour que le loan originator ne maîtrise pas son taux de défaut et soit mis à mal. C’est d’ailleurs arrivé avec l’un d’eux il y a un peu plus d’un an. Heureusement pour moi, comme je commençais à peine à investir sur Mintos, j’avais peu de prêts à ce moment là et aucun chez cet originator.

Scipion8 a écrit :

Le taux de "skin in the game" = le pourcentage de chaque prêt vendu sur Mintos que l’originateur garde sur son bilan est très faible : 5-10%

à part Lendix, il me semble que le taux de "skin in the game" des plateformes françaises est plutôt de 0%. De plus en pratique il était généralement supérieur car le loan originator possède en plus le montant qui reste mis à disposition des investisseurs. Dernièrement, le nombre de prêts disponibles a diminué, du fait du succès de la plateforme je suppose, et l’on se rapproche en effet du taux "officiel".

Scipion8 a écrit :

quid de la garantie de rachat et de la possibilité de vendre sur le marché secondaire ?

Sur les plateformes françaises il n’y a tout simplement pas de marché secondaire, donc en attendant l’éventuel blocage je peux revendre mes prêts si j’ai besoin de cash ou si j’ai le flair de vendre avant les autres.

Scipion8 a écrit :

Il est très probable à mon avis que la garantie de rachat ne sera plus fonctionnelle en cas de récession.

Certes mais là encore, en attendant j’en bénéficie, alors que cette option n’est pas disponible sur les plateformes françaises.

Donc, sans vouloir nier le risque - car nous savons que 13% sans risque n’existent pas - j’ai l’impression que dans votre scénario catastrophe Mintos est ramené à niveau équivalent avec ses compétiteurs français mais pas forcément nettement pire. En attendant je profite smile

De mon expérience :
credit.fr, 3 prêts
. 1 en défaut
. 1 en retard
. 1 en cours
taux de rendement effectif < 0
Unilend, 10 prêts
. 1 en défaut
. 3 en cours
. 6 remboursés
taux de rendement effectif -4,16%
Bolden, 12 prêts
. 1 en défaut
. 1 en retard
. 3 en cours
. 8 remboursés
taux de rendement effectif 7,2% (c’est la valeur donnée par la plateforme mais j’ai un petit doute)
Lendix, 11 prêts
. 0 en défaut
. 0 en retard
. 7 en cours
. 4 remboursés
taux de rendement effectif 6,24%
Mintos, 4 200 prêts environ
taux de rendement effectif > 11%

Je trouve que le risque est mieux rémunéré sur Mintos que sur les plate-formes françaises où à mon avis la rémunération proposée est insuffisantes par rapport au risque de défaut de l’emprunteur.

Je me base sur un scoring pour déterminer les loan originators les plus "fiables". J’investi à hauteur de 10% sur ceux ci, et descends 1% sur beaucoup.
En cas de défaut d’un "gros" je perds 1 an d’intérêts (soit la totalité de ce que j’ai acquis à ce jour), mais sans perte de capital. En cas de défaut d’un "petit" je perds 1 mois d’intérêts.

Evidemment ça reste (très) risqué j’en conviens.


Parrain : Mintos, YomoniNalo Grisbee, N26, Revolut.

Hors ligne Hors ligne

 

#3 18/11/2018 14h05

Membre
Réputation :   79  

Bonjour à tous,

Mintos vient d’annoncer qu’ils vont fournir des IBAN personnels et des cartes bancaires.
Même si cela ne change pas la donne sur les prêts proposés par la plate-forme, je trouve que cela lui donne du crédit en plus d’un aspect pratique.
Le détail n’a pas encore été communiqué.

Minto a écrit :

Mintos has some exciting news! In the near future, we will be adding personal IBAN accounts and debit cards to our global marketplace.

The personal IBAN account will give you the ability to make and receive payments from around the world, including receiving your salary, directly to your Mintos account. With the Mintos card, you will be able to make transactions around the world or online and withdraw money from ATMs, just as with any other debit card.

This will be made possible by the e-money license that Mintos is applying for. As an Electronic Money Institution, Mintos will protect the money held by investors under the European PSD2 legislation.

“Providing customers with a personal IBAN account and debit card will mark a major leap in our services and significantly improve the user experience. Soon, everybody with their own IBAN accounts will be able to give the account details to their friends, companies or customers to get paid, to pay using a debit card, and to continue using Mintos for investing in loans around the globe and earning great returns. Our upcoming mobile app will make it even more convenient,” said Martins Sulte, Mintos CEO and co-founder.

Recently, Mintos secured EUR 5 million through a series A funding. This comes from existing investor Grumpy Investments (previously, Skillion Ventures), a Riga-based venture capital firm that is focused on investing in technology companies.

Currently, Mintos has 87 000 investors from 71 different countries. With 100,000 registered investors forecasted by the end of the year and 300,000 by the end of 2019, Mintos is focusing its efforts on investor acquisition and expanding to additional global markets. To do this, we will significantly invest in doubling the size of our team.

“We have been profitable since January 2017, but we see a huge opportunity to expand on a much larger scale and speed. Additional funding will help us to even faster execute on building great products and new services to our clients globally, invest in hiring the best team and expand geographically, to Latin America, Africa, and Southeast Asia,” Sulte added.

To date, Mintos has already facilitated more than EUR 1 billion in investments in loans through the marketplace, making it the largest marketplace of its kind globally. In total, investors have earnt EUR 26.7 million in interest through loans to individuals and businesses and have attained an average net return of nearly 12%.

Par ailleurs en toute transparence, suite aux points avancés par Scipion8 et étant donné le crédit que je lui porte, j’ai divisé par 3 les sommes investies sur cette plate-forme.Néanmoins Mintos remporte toujours autant de succès ce qui a pour effet de tirer les taux vers le bas et réduire le nombre de prêts disponibles. Jusque là tout va bien smile


Parrain : Mintos, YomoniNalo Grisbee, N26, Revolut.

Hors ligne Hors ligne

 

#4 01/01/2020 23h28

Membre
Réputation :   17  

Bonsoir,

J’ai trouvé un article factuel et assez intéressant sur les organismes de crédit présents sur Mintos.

La première partie de l’article contient un résumé des incidents survenus en décembre 2019 à quelques organismes présents sur Mintos. Les faits donnent dans le fond raison à l’analyse de Scipion8.  J’ajouterai à son propos l’existence d’un risque non-négligeable de conformité qui pèsent sur ce type d’écosystèmes, même si la possibilité de financer des crédits à la consommation avec un TAEG de 30% au Kosovo aurait déjà dû dissuader les plus téméraires…

Quelques extraits :

Sur le professionnalisme des loan originators :

Explore P2P a écrit :

Latest default - Rapido


The latest lender to default on Mintos is Rapido. Unlike the case of Aforti (see below) Mintos has issued a notice of default which indicates to us that they see zero chance of the company avoiding insolvency and liquidation.  (…)  The business had been consistently loss making over three years, had negative equity, and a very small loan portfolio.

Une illustration de la liquidité des marchés secondaires et du risque de conformité :

Explore P2P a écrit :

Iute Credit and Monego lose their lending licences in Kosovo


On 6 December 2019 Mintos announced that Iute Credit and Monego both lost their lending licences in Kosovo. The Governor of the Central Bank of Kosovo has cited high interest rates, and a deviation from business plans, as the reason for revoking the licences.  In total there are currently €16 million of Kosovo loans outstanding from these two lenders. Mintos suspended trading in both the primary and secondary markets for these loans.

La transparence de la plateforme et le scoring qui y est proposé :

Explore P2P a écrit :

Unclear, yet bad situations - Aforti and Metrokredit


On 8th November Mintos reported some concerning news about Russian lender Metrokredit. It seems that the business had lost its licence to lend to new customers, and the existing portfolio will be put into run-off. Mintos stated that they had downgraded Metrokredit from B- to C because of their new ‘limited competitive position’ which seems to us quite a mild assessment of the actual situation the business seems to be in.

La seconde partie de l’article est une classification des organismes faite par l’auteur. Comme je ne regarde Mintos que de loin, je me garderai de la commenter.

Caveat emptor !

Au plaisir de vous lire,

nuitnoire

Hors ligne Hors ligne

 

#5 02/01/2020 02h52

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   290  

Pour la Lettonie, il y a aussi 4finance qui est dans le même business et pas loin en Estonie il y a aussi bondora.
Des taux d’intérêts très élevés et pas mal de défauts.


Parrain Interactive Brokers ( par MP ) -- La bible des obligations

Hors ligne Hors ligne

 

#6 11/02/2020 12h43

Membre
Réputation :   14  

Bonjour,

Je me suis intéressé et ait testé Mintos et je veux apporter quelques compléments :

- sur le risque de défaut d’un emprunteur : il est réel sur Mintos il ne faut donc que prendre des crédits garantis in fine par l’émetteur. Ce qui nous amène à…

- sur le risque de défaut de l’émetteur : il est possible. Mintos fournit pour chaque émetteur les comptes annuels. Certains émetteurs ont 10 ans d’existence et les 3 dernières années en résultat net excédentaire, de la tréso. Evidemment ce n’est pas eu qui proposent les meilleurs taux mais ils proposent souvent du 9-10%. Evidemment : éviter les émetteurs récents, ayant peu d’historique et une exploitation déficitaire

- sur le risque de liquidité : que vous souhaitiez récupérer rapidement votre argent (dépense imprévue) ou que l’état de l’économie vous inquiète, vous pouvez récupérer votre argent via le marché secondaire qui permet de revendre ses droits. Mais évidemment en cas de casse du marché, le marché secondaire risque fort d’être bloqué. Pour cela, le plus simple est de ne prendre que des prêts à 30 jours. L’économie ne s’auto-détruira pas en 30 jours (ou alors votre compte Mintos ne sera pas votre première préoccupation), tout comme un émétteur sérieux ne mettra pas la clé sous la porte en moins de 30 jours

Donc pour résumer :
- des prêts court terme
- auprès d’émetteurs sérieux
= 9% de rentabilité mini et certains mois 11%

Honnêtement c’est bien. Seul risque, la faillite de la plateforme…

Hors ligne Hors ligne

 

#7 13/02/2020 17h55

Membre
Réputation :   84  

Bonsoir,

@Asn, oui il y a bien un risque sur la plateforme mais ce n’est certainement pas le seul.

Comme évoqué, il y a un risque sur l’emetteur, sur la liquidité, et surtout le risque majeur de défaut de l’emprunteur… Sans parler du risque d’erreur d’évaluation  en vous basant sur des informations plus ou moins fiables si vous vous faites vous même votre propre notation / credit rating sur les emprunteurs.

Le message de Scipion mentionnait déjà tous ces points : Mintos et Twino : plateformes lettones de crowdlending… à vos risques et périls !

Scipion a écrit :

Maintenant, le risque est refourgué directement à l’investisseur le plus naif possible, via la technique du crowdlending.

Cordialement,

Eric

Dernière modification par EricB (13/02/2020 18h42)


=== Ressources anti-arnaques. === Ne pas nourrir les trolls… ===

Hors ligne Hors ligne

 

#8 15/02/2020 18h04

Membre
Réputation :   14  

@EricB enfait vous n’avez pas lu mon message puisque j’y explique justement comment mitiger les risques…

Hors ligne Hors ligne

 

#9 15/02/2020 19h19

Membre
Réputation :   84  

Bonsoir,

Asn540 a écrit :

Seul risque, la faillite de la plateforme…

Oui, j’ai lu, je faisais simplement remarquer que ce n’est pas le seul risque, loin de là.

Mintos prend sa commission ou un spread au passage mais c’est bien vous qui risquez votre argent, pas eux, et c’est bien ce qu’ils écrivent. A la limite si quelqu’un devait faire faillite ce serait plutôt les emprunteurs et pas la plateforme… et si quelqu’un devait perdre de l’argent ce serait plutôt vous et pas la plateforme.
Bien sur vous pouvez mitiger comme vous dites mais ce risque est bien là et il n’a pas disparu pour autant, le post de Scipion l’explique très bien.

Mintos a écrit :

By investing in a loan, investors are buying claim rights against a borrower based on the assignment agreement. Neither Mintos nor the loan originator is responsible for a borrower failing to service the loan, including for late payments. In the case that a borrower is unable to repay the loan, investors may lose some or all of their invested capital.

Traduction google :

En investissant dans un prêt, les investisseurs achètent des droits de réclamation contre un emprunteur sur la base de l’accord de cession. Ni Mintos ni l’initiateur du prêt ne sont responsables de l’emprunteur qui n’honore pas le prêt, y compris pour les retards de paiement. Dans le cas où un emprunteur n’est pas en mesure de rembourser le prêt, les investisseurs peuvent perdre une partie ou la totalité de leur capital investi.

Cordialement,

Eric

Dernière modification par EricB (16/02/2020 10h27)


=== Ressources anti-arnaques. === Ne pas nourrir les trolls… ===

Hors ligne Hors ligne

 

#10 16/02/2020 16h32

Membre
Réputation :   14  

@EricB

J’ai bien compris que vous avez lu la dernière phrase de mon post à savoir

Seul risque, la faillite de la plateforme…

Mais avez vous lu les autres ? Si oui vous auriez vu que :
- on peut se protéger du risque de défaut de l’emprunteur en prenant des prêts garantis par l’émetteur
- on peut se protéger du risque de défaut de l’émetteur en prenant des émétteurs qui ont des bilans positifs depuis quelques années
- on peut se protéger de la conjoncture en ne prenant que des prêts courts.

Je fais ça depuis un an, sans problème, et avec les intérêts composés j’arrive à du +20%/an quasiment. Je suis en train de sortir petit à petit ma mise de départ et je compte n’avoir sur la plateforme que ce que j’ai gagné d’ici quelques mois. A ce moment là, je sortirai les gains mensuels en rente.

Chacun fait bien ce qu’il veut mais c’est à mon avis pas plus risqué que d’investir dans un fabricant d’électricité ayant plus de 100 Mds d’euros en hors bilan…

Hors ligne Hors ligne

 

#11 17/02/2020 15h19

Membre
Réputation :   84  

Bonjour,

Oui, chacun fait bien ce qu’il veut mais si vous pensez vraiment être "protégé" comme vous dites (je ne crois pas que ce soit le cas) pourquoi voulez vous sortir ?

Pour moi la priorité absolue d’un investisseur reste la préservation du capital.

Si on vous propose un rendement annoncé bien supérieur aux obligations d’état ou aux titres investment grade c’est forcément que le risque est bien supérieur aussi. Implicitement vos prêts sont du B- ou C ou des junk bonds, qui plus est sur un marché de crowdlending peu règlementé basé en Lettonie…

voir :
- Notation financière ? Wikipédia
- Junk bond ? Wikipédia

Cordialement,

Eric

Dernière modification par EricB (17/02/2020 18h17)


=== Ressources anti-arnaques. === Ne pas nourrir les trolls… ===

Hors ligne Hors ligne

 

#12 20/02/2020 20h09

Membre
Réputation :   87  

Bonsoir,

La faillite de certaines de ces plateformes commence, avec Kuetzal et Envestio, qui à priori étaient des arnaques: Criminal investigation launched in Estonia on crowdfunding platform originating in Latvia

Amicalement,

R.

Hors ligne Hors ligne

 

Discussions similaires à "mintos et twino : plateformes lettones de crowdlending… à vos risques et périls !"

Discussion Réponses Vues Dernier message
13 12 448 10/01/2020 09h25 par EricB

Pied de page des forums

Don Faites un don
Apprendre le bonheur