Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#51 02/01/2017 15h16 → Easyjet : transport aérien "low cost" à prix bradé ! (brexit, kérosène, lowcost, transport aérien)

Membre
Réputation :   56 

Lufthansa amortissait en 15ans ses avions auparavant et est passé aux 20ans en 2014.

Il faut aussi regarder quele valeur résiduelle est observée.
A la fin de la vie d’une carlingue, il reste de la valeur comme les moteurs (pièces détachées).

LHA a changé sa formule pour abaisser le taux de distribution des dividendes et se donner ainsi de la flexibilité cash.

Hors ligne

 

#52 02/01/2017 15h48 → Easyjet : transport aérien "low cost" à prix bradé ! (brexit, kérosène, lowcost, transport aérien)

Membre
Réputation :   31 

vbvaleur a écrit :

Pourquoi une compagnie amortit ses avions sur 23 ans en linéaire alors que la règle fiscale permet de le faire en 13 ans sur un mode dégressif ?
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/8922_easy.png
Pensez vous que le premier amortissement annuel de la méthode comptable choisie par Easyjet est représentatif de la perte de valeur réel de l’avion dès sa première année ?

Si la compagnie avait opté pour un amortissement sur 13 ans sur un mode dégressif elle aurait aussi différée dans le temps une grosse partie des impôts et pour moi c’est une gestion intelligente et pro actionnaires . En choisissant la méthode d’amortissement sur 23 ans en linéaire la compagnie gonfle ses résultats (grâce au faibles amortissements des premières années )  et peut aussi augmenter son cash flow si elle fait le choix du mode de financement en credit-bail les loyers seront inférieurs à la perte de valeur réel de l’avion les premières années .

Les règles comptables et les règles fiscales suivent 2 logiques différentes.

Le résultat fiscal, base de l’imposition réelle, est calculé sur les règles fiscales, indépendamment des règles comptables (et c’est logique : l’impôt relève de la souveraineté nationale). Lorsque les 2 logiques diffèrent, la différence est enregistrée en impôt différé.
Dans le cas présent, la règle fiscale minorant le résultat fiscal les premières années, une charge d’impôt différé est comptabilisée, et un passif d’impôt différé enregistré au bilan.

Si Easyjet amortit ses avions sur 23 ans, ce n’est pas pour "gonfler ses résultats", mais parce que cela correspond à la durée de vie moyenne constatée ou estimée de ses appareils dans sa flotte.
Quant au choix du crédit bail plutôt qu’un financement classique cash ou dette bancaire, c’est effectivement un instrument de gestion du cash flow, mais cela n’a rien à voir avec la durée d’amortissement comptable retenue, pour la simple et bonne raison que les 2 modes d’acquisition sont traités comptablement* (mais pas fiscalement) de la même manière : avions à l’actif, dettes au passif, charge d’amortissement et charge d’intérêts au compte de résultat

* comptablement = normes de reporting IFRS ou US GAAP

kiwijuice a écrit :

Lufthansa amortissait en 15ans ses avions auparavant et est passé aux 20ans en 2014.

LHA a changé sa formule pour abaisser le taux de distribution des dividendes et se donner ainsi de la flexibilité cash.

Je ne suis pas sûr de suivre votre raisonnement.
Soit vous dites que LHA a augmenté la durée d’amortissement de ses appareils pour majorer son résultat comptable et abaisser visuellement le ratio distribution/RNET, et là OK mais cela n’a strictement aucun impact sur le cash.
Soit vous dites que LHA aurait usé de ce motif pour justifier de baisser son dividende et économiser du cash, et là cela n’a pas de sens, puisqu’augmenter la durée d’amortissement augmente le résultat.

Dernière modification par corran (02/01/2017 15h53)

Hors ligne

 

#53 02/01/2017 16h04 → Easyjet : transport aérien "low cost" à prix bradé ! (brexit, kérosène, lowcost, transport aérien)

Membre
Réputation :   178 

Si elle amortit sur cette durée de 23 ans, c’est comme l’explique l’encadré parce qu’il s’agit la de la durée de vie prévisionnelle de l’appareil.

En choisissant le dégressif sur 13 ans, elle amortirait beaucoup au début mais plus rien pendant les 10 dernières années.

Hors ligne

 

#54 02/01/2017 16h29 → Easyjet : transport aérien "low cost" à prix bradé ! (brexit, kérosène, lowcost, transport aérien)

Membre
Réputation :   141 

Imaginons que réellement un avion perd la moitié de sa valeur en 6 ans et le reste les 17 années suivantes , déja il est impossible de trouver une méthode comptable permettant de représenter parfaitement la  situation réel de l’entreprise . En suite si la méthode comptable choisie est amortissement sur 23 ans en linéaire vous pensez bien que les amortissements du départ seront fortement sous évalués et cela peut avoir un impact majeur sur les résultats d’une entreprise en forte croissance comme Easyjet .

Concernant les Cash Flows si le mode de financement choisie et le credit bail avec amortissement sur 23 ans comme a opté cette compagnie : 

Aircraft held under finance leases are depreciated over the shorter of the lease term and their expected useful lives, as shown above .

Vous pensez bien que les cash flows d’une compagnie avec la taille de sa flotte en forte croissance seront les premières années eux aussi surestimés car les loyers seront trop faibles les premières années et trop élevés les dernières , ceci est le genre de chose qui trompe les investisseurs lors d’une évaluation .

Il est impossible pour l’état de savoir si l’entreprise fausse de plein gré ses estimations et même si cette tache est confiée à un organisme indépendant si celui-ci est client de l’entreprise en question sont sérieux peut être facilement remis en question .
Inutile de rappeler qu’arranger les résultats de cette façon peut permettre a un dirigeant d’atteindre ses objectifs et de toucher ses stock-options sans inquiétudes particulières car une estimation ça reste qu’une estimation .

stokes a écrit :

En choisissant le dégressif sur 13 ans, elle amortirait beaucoup au début mais plus rien pendant les 10 dernières années.

Je connais un dirigeant d’entreprise de Travaux Publics qui n’a quasi jamais payé d’impôts sur les sociétés(quasi 0 bénéfice et qasi 0 endettement) en sur-amortissant ses engins de cette manière pourtant vous verriez sa flotte actuelle , elle est impressionnante .

Dernière modification par vbvaleur (02/01/2017 17h01)

Hors ligne

 

#55 02/01/2017 17h23 → Easyjet : transport aérien "low cost" à prix bradé ! (brexit, kérosène, lowcost, transport aérien)

Membre
Réputation :   31 

vbvaleur a écrit :

Imaginons que réellement un avion perd la moitié de sa valeur en 6 ans et le reste les 17 années suivantes , déja il est impossible de trouver une méthode comptable permettant de représenter parfaitement la  situation réel de l’entreprise . En suite si la méthode comptable choisie est amortissement sur 23 ans en linéaire vous pensez bien que les amortissements du départ seront fortement sous évalués et cela peut avoir un impact majeur sur les résultats d’une entreprise en forte croissance comme Easyjet .

Un actif au bilan doit être valorisé au plus faible de sa valeur de marché ou des cash-flows actualisés qu’il est en mesure de générer tant qu’il est en exploitation. Si un avion perdait en règle générale la moitié de sa valeur en 6 ans, il ne serait pas amorti linéairement sur 23 ans, car il serait alors comptabilisé très au-dessus de sa valeur de marché

vbvaleur a écrit :

Concernant les Cash Flows si le mode de financement choisie et le credit bail avec amortissement sur 23 ans comme a opté cette compagnie : 

Aircraft held under finance leases are depreciated over the shorter of the lease term and their expected useful lives, as shown above .

Vous pensez bien que les cash flows d’une compagnie avec la taille de sa flotte en forte croissance seront les premières années eux aussi surestimés car les loyers seront trop faibles les premières années et trop élevés les dernières , ceci est le genre de chose qui trompe les investisseurs lors d’une évaluation .

Vous prenez le problème à l’envers, et, comme j’en ai eu l’intuition dans votre premier message, avez du mal à faire la distinction entre charge comptable et cash-flow.
Une dépréciation (ou amortissement), cela n’a pas, et cela n’a jamais, d’incidence sur le cash-flow.
C’est pour ça que le document clé d’un rapport annuel, ce n’est pas le compte de résultat, mais le tableau des flux de trésorerie.

Concernant la prise en crédit bail, il s’agit d’un accord de financement entre un preneur (Easyjet) et un prêteur (la société qui possède les avions et les "loue" à Easyjet), qui stipule une durée (que les deux parties vont vouloir faire coïncider à la durée de vie utile du bien qu’ils estiment) et un montant à payer régulièrement pendant cette durée. C’est ce montant, et lui seul, qui impacte les cash-flows.

Ce que l’encadré veut dire, c’est que si le terme du crédit-bail est inférieur à 23 ans, alors Easyjet amortira (dépréciera) son avion sur la durée du crédit-bail. Encore une fois, ceci est un processus purement comptable, puisque les normes comptables actuelles imposent de considérer un crédit-bail comme un achat (actif) assorti d’une dette (passif), et non comme une simple charge de loyer. Cela ne change strictement rien au cash qui est échangé entre les parties, et cela n’a pas de rapport direct avec le loyer versé (enfin si, mais dans le sens inverse de celui que vous pensez, c’est-à-dire que c’est le loyer versé qui détermine éventuellement l’amortissement et non l’inverse, cf supra)

vbvaleur a écrit :

Il est impossible pour l’état de savoir si l’entreprise faussent de plein gré ses estimations et même si cette tache est confiée à un organisme indépendant si celui-ci est client de l’entreprise en question sont sérieux peut être facilement remis en question .
Inutile de rappeler qu’arranger les résultats de cette façon peut permettre a un dirigeant d’atteindre ses objectifs et de toucher ses stock-options sans inquiétudes particulières car une estimation ça reste qu’une estimation .

L’Etat (si on parle ici de l’administration fiscale) se fiche bien de savoir si une entreprise "fausse de plein gré ses estimations", car il recouvre son impôt sur la base des règles qu’il édicte lui-même; charge à l’entreprise d’opérer la réconciliation entre ses normes comptables et les règles fiscales, et de les expliquer. C’est le rôle des comptes d’impôts différés.
Si on parle des normes comptables, c’est le rôle des auditeurs et des autorités boursières compétentes de les faire respecter.

Dernière modification par corran (02/01/2017 17h23)

Hors ligne

 

#56 02/01/2017 23h13 → Easyjet : transport aérien "low cost" à prix bradé ! (brexit, kérosène, lowcost, transport aérien)

Membre
Réputation :   141 

corran a écrit :

Un actif au bilan doit être valorisé au plus faible de sa valeur de marché ou des cash-flows actualisés qu’il est en mesure de générer tant qu’il est en exploitation. Si un avion perdait en règle générale la moitié de sa valeur en 6 ans, il ne serait pas amorti linéairement sur 23 ans, car il serait alors comptabilisé très au-dessus de sa valeur de marché

C’est  bien beau ça mais en réalité ça ne se passe pas souvent comme ça smile

corran a écrit :

Vous prenez le problème à l’envers, et, comme j’en ai eu l’intuition dans votre premier message, avez du mal à faire la distinction entre charge comptable et cash-flow.

Non je ne pense pas , selon moi grâce aux crédits-bails une entreprise en croissance peut augmenter son résultat et son cash flow les premières années si la méthode comptable retenue est loin d’être conservatrice . Vu les avancées technologiques actuelles personne ne peut savoir si les avions  rapporteront autant de cash flow les 10 dernières années pourtant le dernier loyer à payé sera quasi le même que le premier .

Hors ligne

 

#57 03/01/2017 10h54 → Easyjet : transport aérien "low cost" à prix bradé ! (brexit, kérosène, lowcost, transport aérien)

Membre
Réputation :   31 

vbvaleur a écrit :

Non je ne pense pas , selon moi grâce aux crédits-bails une entreprise en croissance peut augmenter son résultat

Non, parce que depuis une quinzaine d’années (je n’ai plus la date en tête du changement en IFRS) les normes comptables ne permettent plus cet éventuel tour de passe-passe (qui concerne bien plus le bilan que le compte de résultat par ailleurs).

vbvaleur a écrit :

et son cash flow

Eventuellement, mais c’est le concept même du crédit-bail : ne pas sortir le cash pour une acquisition.
Dans les faits, si cela remplace une dette hypothécaire, pas vraiment, car le crédit-bail permet une flexibilité (résiliation anticipée) que ne permet pas un achat/emprunt classique, et cette flexibilité se paie à travers le taux d’intérêt implicite du crédit bail

vbvaleur a écrit :

les premières années si la méthode comptable retenue est loin d’être conservatrice

Encore une fois, quelle que soit la règle d’amortissement retenue, celle-ci s’applique indifféremment aux crédits-bails (crédits-baux ?) et aux acquisitions classiques.

vbvaleur a écrit :

Vu les avancées technologiques actuelles personne ne peut savoir si les avions  rapporteront autant de cash flow les 10 dernières années pourtant le dernier loyer à payé sera quasi le même que le premier .

En fait, si, on le sait, car des 757 volent encore et i y a un marché de l’occasion bien vivant. Pourtant ces avions ont généralement une valeur comptable à 0 lorsqu’ils sortent de la flotte des compagnies

Hors ligne

 

#58 03/01/2017 23h48 → Easyjet : transport aérien "low cost" à prix bradé ! (brexit, kérosène, lowcost, transport aérien)

Membre
Réputation :   141 

corran , il est amusant de constater que nous ne parlons pas la même langue et cela doit certainement venir du fait que nous avons un parcours très peu semblable . Vous travestissez ma pensée surement sans le vouloir et j’ai l’impression qu’il vous manque un peu de sens des affaires , bien entendu le fait de penser une tel chose ne la rend pas vraie pour autant mais il est important pour moi de vous le faire savoir . J’espère que ça ne polluera pas nos échanges par la suite .

La perte de valeur réel d’un avion ne peut pas être linéaire et la comptabilité n’est qu’un langage nécessitant interprétation .

Hors ligne

 

#59 04/01/2017 00h12 → Easyjet : transport aérien "low cost" à prix bradé ! (brexit, kérosène, lowcost, transport aérien)

Membre
Réputation :   31 

Ne voyant pas ce que vous cherchez à démontrer (qu’Easyjet gonfle son résultat en prenant une durée trop longue d’amortissement de ses avions ? Et ? Ca ne change rien aux cash-flows, donc à la valorisation), je ne vois pas bien ce que "le sens des affaires" vient faire là dedans.

Dernière modification par corran (04/01/2017 00h13)

Hors ligne

 

#60 04/01/2017 10h50 → Easyjet : transport aérien "low cost" à prix bradé ! (brexit, kérosène, lowcost, transport aérien)

Membre
Réputation :   141 

pourquoi ne pas lire cet article  jusqu’au bout : Airbus et Boeing font trembler le marché de l’occasion

Intéressant ,  dans son bilan Ryanair amortit moins agressivement ses avions (23 ans)que ses Hangar and buildings .

A320 de quatre ans d’âge se négocie aujourd’hui près de 40 % moins cher qu’il y a quelques mois.

Imaginez un peu la perte de valeur sur une flotte de plus de 300  avions identiques avec une moyenne d’âge de 5,5 ans comme celle de Ryanair ,alors que la société estime la perte à moins de 5 % par an …

Vivement que les taux d’intérêt remontent , la fête à durée trop longtemps … Actuellement les gros loueurs tel que AerCap titrisent les emprunts hypothécaires aéronautiques , un peu comme les banques US avant 2007 , La question est : A qui refourgent-ils ces me… ?

Encore une fois : si les loyers d’un credit-bail sont sous estimés à cause d’une compta laxiste , les cash flows et le résultat sont surestimés et peu représentatifs de la valeur crée par la société surtout pour une flotte récente et en croissance .

Pour moi ces compagnies Ryanair et Easyjet mangent leur pain blanc , à l’avenir dans plus ou moins de temps selon la conjoncture il ne restera que le pain noir .

Dernière modification par vbvaleur (04/01/2017 13h35)

Hors ligne

 

#61 04/01/2017 14h08 → Easyjet : transport aérien "low cost" à prix bradé ! (brexit, kérosène, lowcost, transport aérien)

Membre
Réputation :   31 

vbvaleur a écrit :

Encore une fois : si les loyers d’un credit-bail sont sous estimés à cause d’une compta laxiste , les cash flows et le résultat sont surestimés et peu représentatifs de la valeur crée par la société surtout pour une flotte récente et en croissance .

Et encore une fois, les loyers d’un crédit bail ne dépendent pas de la compta smile

Hors ligne

 

#62 04/01/2017 14h31 → Easyjet : transport aérien "low cost" à prix bradé ! (brexit, kérosène, lowcost, transport aérien)

Membre
Réputation :   141 

Je vous l’accorde et si on change le mot compta par le mot estimation, vous comprenez mieux ou je veux en venir ?

Hors ligne

 

#63 04/01/2017 14h42 → Easyjet : transport aérien "low cost" à prix bradé ! (brexit, kérosène, lowcost, transport aérien)

Membre
Réputation :   56 

Corran pourquoi avez vous tant de mal à saisir le sens de ce que vbvaleur tente patiemment de vous faire comprendre ?
C’est pourtant simple…L’amortissement comptable est censé représenter la perte de valeur des actifs à travers le temps. Or, lorsqu’on amortit un actif linéairement sur 23 ans alors qu’en réalité, cet actif perd 40% de sa valeur en quelques années, on se retrouve avec un écart entre la valorisation réel et la valorisation comptable de la société et, dans le pire des cas, une société incapable de renouveler ses actifs d’exploitation, alors qu’elle a généré des profits…comptablement.
Je précise que je n’ai pas du tout étudié le dossier EasyJet.

Hors ligne

 

#64 04/01/2017 14h55 → Easyjet : transport aérien "low cost" à prix bradé ! (brexit, kérosène, lowcost, transport aérien)

Membre
Réputation :   141 

corran a l’air d’être un homme très pointu contrairement à moi , dans pas mal de métiers c’est un fort avantage mais pour certaines choses c’est un poids à trainer .

Je sais d’expérience que un débat entre nos deux psychologies , est un débat sans issue ^^

Hors ligne

 

#65 04/01/2017 16h26 → Easyjet : transport aérien "low cost" à prix bradé ! (brexit, kérosène, lowcost, transport aérien)

Membre
Réputation :   

Bonjour,
Le titre reste pénalisé par le brexit qui apporte beaucoup d’incertitudes et les incertitudes le marché n’aime pas. C’est un titre que j’aime bien et que j’ai en portefeuille (à un prix beaucoup plus haut que le cours actuel).
Goldman Sachs à un objectif à 1160p. Je garde ce titre pour une position à long-terme car je crois au business modèle de la compagnie et sa ces capacité à faire mieux que les autres compagnie.

Hors ligne

 

#66 04/01/2017 17h10 → Easyjet : transport aérien "low cost" à prix bradé ! (brexit, kérosène, lowcost, transport aérien)

Membre
Réputation :   123 

Bonjour

Je suis aussi cette valeur, bien qu’il soit encore trop tôt pour l’acquérir.

tcairus a écrit :

Je garde ce titre pour une position à long-terme car je crois au business modèle de la compagnie et sa ces capacité à faire mieux que les autres compagnie.

Je pense que l’effondrement des prix d’occasion des avions même récents remet en cause le modèle lui-même. Ces compagnies low-cost renouvellent leur flotte d’avions rapidement pour avoir les modèles les plus économes en carburant, pour ne pas supporter de coûts de maintenance croissants avec le vieillissement, et pour conserver les primes d’assurance au plus bas.
Si elles ne peuvent plus revendre leur flotte dans de bonnes conditions, elles vont générer des pertes, ce qui remet bien en cause le modèle lui-même.
A 1014 GBP c’est pas cher, mais ça peut descendre encore beaucoup plus bas.

Crdlt


Sur Twitter @Boursovision et Facebook /Boursovision Suggestions gratuites de valeurs pour investir

Hors ligne

 

#67 04/01/2017 18h38 → Easyjet : transport aérien "low cost" à prix bradé ! (brexit, kérosène, lowcost, transport aérien)

Membre
Réputation :   55 

Durun, ou avez vous trouvé une quelconque information sur un effondrement des prix des avions de deuxième main ?

Certes il y un risque de bulle en termes d’offre avec les énormes commandes qui proviennent d’asie (surtout par les low cost) bulle aerien mais je n’ai lu nulle part que cela affectait le prix de revente des avions d’autant plus que le marché mondial du transport de passagers est en croissance et tiré par les compagnies low cost stats marché aerien 2016

Si vraiment le marché de l’occasion était un driver du cours de bourse, Ryanair serait aussi impacté et pourtant tous ses voyants sont au vert (voir le prix de l’action aujourd’hui encore).

Si à l’avenir le prix des avions d’occasion venait à s’effondrer, croyez moi qu’Airbus et Boeing s’empresseraient de les reprendre pour leur en vendre des neufs sachant que ce sont leur plus gros clients..

Q


you can't climb the ladders of success with your hands in your pockets

Hors ligne

 

#68 04/01/2017 19h53 → Easyjet : transport aérien "low cost" à prix bradé ! (brexit, kérosène, lowcost, transport aérien)

Membre
Réputation :   31 

Bargeo a écrit :

Corran pourquoi avez vous tant de mal à saisir le sens de ce que vbvaleur tente patiemment de vous faire comprendre ?
C’est pourtant simple…L’amortissement comptable est censé représenter la perte de valeur des actifs à travers le temps. Or, lorsqu’on amortit un actif linéairement sur 23 ans alors qu’en réalité, cet actif perd 40% de sa valeur en quelques années, on se retrouve avec un écart entre la valorisation réel et la valorisation comptable de la société et, dans le pire des cas, une société incapable de renouveler ses actifs d’exploitation, alors qu’elle a généré des profits…comptablement.
Je précise que je n’ai pas du tout étudié le dossier EasyJet.

Parce ce qu’il cherche à "démontrer" n’a pas de sens wink

1 - comme une usine, un avion a une durée de vie et d’exploitation longue, il est logique de l’amortir sur une durée correspondante. Easyjet a choisi 23 ans, cela ne me choque pas outre mesure, un avion a en général 30 à 35 ans de vie commerciale

2 - un avion ne perd pas 40% de sa valeur en quelques années. Plus que la vétusté, c’est sa consommation en carburant qui conditionne sa valeur. Donc un avion perd peu de sa valeur dans les premières années de sa vie, le temps qu’une nouvelle génération plus économe soit développée, ce qui prend une dizaine d’années au bas mot.

3 - nonobstant les points 1 et 2, hors foncières et financières, on ne valorise pas une société sur la valeur de marché de ses actifs, mais sur le cash généré par l’utilisation qui est faite de ces actifs, moins ce qu’ont coûté ces actifs (la dette). Donc dire qu’Easyjet (ou toute autre compagnie aérienne) peut truquer sa valorisation en recourant au crédit-bail, qui justement lie très exactement les coûts d’exploitation cash et les revenus, c’est juste… un non-sens

Sinon quelques point spécifiques à Easyjet pour qui n’a pas étudié le dossier :

- les dépréciations d’appareil représentent moins de 10% du coût par siège excluant le carburant, moins de 7% en l’incluant. C’est aussi moins du tiers de la marge par siège (sur la base 2015 qui est une année plus "normale" que 2016)

- les appareils en crédit-bail représentent moins de 5% de la flotte d’EZJ, en diminution en 2016

- le "cash from operations" en 2016 couvre 130% des achats de nouveaux avions, 175% en 2015

- la dette brute représente 20% de la valeur nette des appareils au bilan, la trésorerie nette est plus que positive : pas vraiment le signe d’une compagnie pour qui le cash vient après le résultat comptable

Hors ligne

 

#69 04/01/2017 20h15 → Easyjet : transport aérien "low cost" à prix bradé ! (brexit, kérosène, lowcost, transport aérien)

Membre
Réputation :   141 

coran a écrit :

2 - un avion ne perd pas 40% de sa valeur en quelques années. Plus que la vétusté, c’est sa consommation en carburant qui conditionne sa valeur. Donc un avion perd peu de sa valeur dans les premières années de sa vie, le temps qu’une nouvelle génération plus économe soit développée, ce qui prend une dizaine d’années au bas mot.

Avez vous lu l’article ? Selon l’article, il peut perdre 40% de sa valeur en quelques mois : Les Echos.fr - Actualité à la Une  - Les Echos   

La compagnie possède environ 115 : A320 d’une moyenne d’âge de 3.5 ans environ et 144 : A319

Voila une partie des avions de la compagnie : Age flotte EasyJet |  Airfleets  aviation

Dernière modification par vbvaleur (04/01/2017 21h28)

Hors ligne

 

#70 04/01/2017 21h41 → Easyjet : transport aérien "low cost" à prix bradé ! (brexit, kérosène, lowcost, transport aérien)

Membre
Réputation :   141 

coran a écrit :

3 - nonobstant les points 1 et 2, hors foncières et financières, on ne valorise pas une société sur la valeur de marché de ses actifs, mais sur le cash généré par l’utilisation qui est faite de ces actifs, moins ce qu’ont coûté ces actifs (la dette). Donc dire qu’Easyjet (ou toute autre compagnie aérienne) peut truquer sa valorisation en recourant au crédit-bail, qui justement lie très exactement les coûts d’exploitation cash et les revenus, c’est juste… un non-sens

Je pense que Easyjet arrange son résultat net grâce à la longue durée d’amortissement de ses avions et ses faibles déprécations annuelles  . Le FCF de Easyjet est déja ridicule et cette compagnie a peu recours à la location financement .

Hors ligne

 

#71 04/01/2017 22h33 → Easyjet : transport aérien "low cost" à prix bradé ! (brexit, kérosène, lowcost, transport aérien)

Membre
Réputation :   31 

Je pense que l’on tourne en rond, donc ce sera ma dernière intervention sur ce sujet.
En quoi changer la durée d’amortissement des appareils dégraderait son FCF ?
Avec un exemple chiffré, sur la base des données 2016 : 3.5B d’appareils, 150M d’amortissements, et 700M de FCF opérationnel (pour 400M de résultat net et 4.6B de CA pour les ordres de grandeur)

Quant au jugement de valeur sur une société qui dégage 15% de FCF opérationnel une "mauvaise" année dans une industrie pas vraiment réputée pour sa capacité à gagner de l’argent, ma foi…

Dernière modification par corran (04/01/2017 22h34)

Hors ligne

 

#72 04/01/2017 23h45 → Easyjet : transport aérien "low cost" à prix bradé ! (brexit, kérosène, lowcost, transport aérien)

Membre
Réputation :   115 

vbvaleur a écrit :

coran a écrit :

2 - un avion ne perd pas 40% de sa valeur en quelques années. Plus que la vétusté, c’est sa consommation en carburant qui conditionne sa valeur. Donc un avion perd peu de sa valeur dans les premières années de sa vie, le temps qu’une nouvelle génération plus économe soit développée, ce qui prend une dizaine d’années au bas mot.

Avez vous lu l’article ? Selon l’article, il peut perdre 40% de sa valeur en quelques mois : Les Echos.fr - Actualité à la Une  - Les Echos

L’article date quand même de 2012… Et en l’absence (provisoire ?) d’autres éléments factuels, il me semble que nous sommes plus dans les supputations. Cela me rappelle votre intervention dans la file Awilco sur le coût de démantèlement des plateformes où vous n’aviez pas fait la distinction entre plateforme "fixes" d’exploitation et plateformes "mobiles" d’exploration. Votre raisonnement semblait là aussi s’appuyer essentiellement sur un article assez sensationnel (mais amusant et instructif) concernant une plateforme à vendre pour 1 couronne soit 13 centimes d’euros.

Bref, affirmer que la valeur d’un avion chute de 40% en quelques mois est une thèse qui a besoin d’éléments factuels pour la soutenir. D’autant plus que la formulation exact dans l’article est celle-ci "un A320 de quatre ans d’âge se négocie aujourd’hui près de 40 % moins cher qu’il y a quelques mois. ". Mais est-ce que 4 ans est un age pertinent pour évaluer un avion (les compagnies ont-elles pour habitude de vendre des appareils de cet age là) ? La valeur avant la baisse de 40 % était-elle raisonnable ou proche du prix du neuf (par exemple pour des questions de délai) ?

Hors ligne

 

#73 05/01/2017 00h19 → Easyjet : transport aérien "low cost" à prix bradé ! (brexit, kérosène, lowcost, transport aérien)

Membre
Réputation :   123 

Bonsoir

@Queenstown

Lorsque j’ai étudié EasyJet il y a environ 2 semaines, j’avais trouvé un article en anglais par le biais d’un forum consacré à l’aéronautique qui indiquait que le marché des appareils ’occasion était très difficile en ce moment à cause de la frénésie d’achat de compagnies asiatiques low cost qui passaient des commandes très importantes d’appareils neufs. Beaucoup d’avions d’occasion ne trouvaient pas preneurs car il y en avait trop à vendre en même temps. De plus, il semble me souvenir qu’ils parlaient aussi de problèmes de motorisations qui dans certains cas pénalisaient fortement les prix d’occasion.
Malheureusement, je ne retrouve rien, ni les articles, ni le forum en question (en anglais lui aussi).
Si je retrouve ces sources demain, je mettrai les liens.

Concernant Easyjet, je pense que la lente dépréciation de la livre anglaise par rapport à l’euro (moins 23 % en 1 an) et au dollar US (moins 19 % environ) explique en grande partie la détérioration du résultat au 30/09/2016, probablement plus que le Brexit.

Crdlt


Sur Twitter @Boursovision et Facebook /Boursovision Suggestions gratuites de valeurs pour investir

Hors ligne

 

#74 05/01/2017 02h03 → Easyjet : transport aérien "low cost" à prix bradé ! (brexit, kérosène, lowcost, transport aérien)

Membre
Réputation :   221 

Sur vos chiffres de dépréciation de la livre, vous avez pris un maximum. C’est plutôt un peu moins de 20% par rapport à l’euro dont autour de 13% suite au Brexit, il y a donc bien un lien puisque le Brexit a eu pour effet d’abaisser le cours de la livre.

Hors ligne

 

#75 05/01/2017 07h15 → Easyjet : transport aérien "low cost" à prix bradé ! (brexit, kérosène, lowcost, transport aérien)

Banni
Réputation :   

Je suis assez confiant.
Les compagnies reagiront en demandant des locations ou des reprises de leur vieux appareils aux constructeurs (comme pour les voitures).
Ou en faisant voler un ou deux ans de plus leur avion.

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech