Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

Cette page est une synthèse de la discussion. Pour voir tous les messages et participer à la discussion, cliquez ici.

[+7]    #1 14/12/2014 20h32 → Stef SA : leader de la logistique et du transport grand froid en Europe (frigorifique, logistique, stef, transport)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   711 

Bonjour,

il me semble que cette Small Cap ne possède pas encore son topic sur le forum !
Alors, je l’initie…

---

http://maxicool5.free.fr/Bourse/Valorisations/Stef%20-%2014-12-14/Logo%20STEF.jpg

Historique de la société

STEF-TFE est née de la fusion de STEF (société d’entreposage, filiale de la SNCF, fondée en 1920) et de TFE (entreprise de transport créée en 1964).
Jusqu’en 1993, la société a été une filiale de la CGM, entreprise publique, avant d’être privatisée en 1993 (avec un rachat par ses salariés). Ce modèle perdure aujourd’hui (en 2013, 16 % du capital est détenu par les salariés du groupe – via des PEE – et 50% par son encadrement).

Secteur d’activité

La société opère sur un créneau assez pointu – la logistique des produits agroalimentaires sous température dirigée – qui englobe plusieurs métiers : les transports, la logistique et les systèmes d’information.
STEF travaille donc pour l’industrie agro-alimentaire (Nestlé…), la grande distribution (Auchan, Monoprix, Leclerc, Picard…) ou encore la restauration collective (Pizza Hut…).

Ses concurrents (côtés en Bourse) sont :

- ID Logistics Group (170 sites dans 14 pays, pour une surface de  3,1 M m2, mais la part du transport de frais de cette société n’est que de 7%…),
- Norbert Dentressangle,
- Küehne & Nagel (Allemand, 750 sites dans 100 pays, 6 M m2 de surface d’entreposage, mais « transporteur plus global » : fret aérien, construction…)
- Galenica (en Allemagne, mais spécialisée sur le transport de produits pharmaceutiques à 52%)
- Stobart Group (au Royaume-Uni)
- Wincanton (100% au Royaume-Uni avec 200 sites et 3000 véhicules, mais « transporteur plus global » : énergie, eau, lait, containers… Marge opérationnelle de 4,5%)

Et surtout des sociétés familiales non côtées :

- Perrenot : 37 sites en France (100 000 m2) et 1850 véhicules – CA 400 M€
- STG : 30 sites (125 000 m2 dont 30 000 en frais) et 1600 véhicules – CA 311 M€
- Olano : 44 sites (900 000 m3 dont 700 000 en Grand froid) et 800 véhicules : CA 300 M€
(17 sites en Espagne, 25 en France)
- Delanchy : 37 sites – CA 220 M€
- Sofrilog : 42 entrepôts (1,4 M m3) et 150 véhicules – CA 100 M€
- Somatref : 7 entrepôts (50000 m3) – CA 2 M€

Organisation interne de l’activité

Le groupe est organisé autour de 4 secteurs opérationnels (1-4) et 2 pôles d’expertise (5-6) :

1/ Le POLE TRANSPORT FRANCE (44% du CA)
Regroupe dans un réseau unique (sous la bannière « STEF Transport ») l’ensemble des activités transport frais et surgelé ainsi que le transport des produits de la mer.
Ce pôle intègre également l’organisation des transports internationaux au départ de la France.

http://maxicool5.free.fr/Bourse/Valorisations/Stef%20-%2014-12-14/STEF%20Transport%20France%2012.2013.jpg

2/ Le POLE LOGISTIQUE FRANCE (18% du CA)
Gère (sous la dénomination « STEF Logistique ») les prestations logistiques de produits alimentaires surgelés, frais, thermosensibles et secs pour les industriels, la grande distribution et la restauration hors foyer.

3/ Le POLE STEF INTERNATIONAL  (20 % du CA)
Concentre les activités domestiques hors France, c’est-à-dire l’Italie, l’Espagne, le Portugal, le Benelux, la Suisse et la Tunisie. Le pôle international couvre également les activités de flux européens.

4/ Le POLE MARITIME (4% du CA)
La Méridionale assure un service de transport maritime de passagers et de fret, entre le continent et la Corse dans le cadre d’une délégation de service public.

5/ Le POLE SYSTEMES D’INFORMATION (14 % du CA avec le pôle 6)
La bannière « STEF Information et Technologies » rassemble les équipes spécialisées opérant sur l’informatique métier, l’informatique client et l’informatique de gestion.

6/ Le POLE IMMOBILIER « Immostef » gère le patrimoine immobilier du groupe.

Quelques chiffres clé (fin décembre 2013)

http://maxicool5.free.fr/Bourse/Valorisations/Stef%20-%2014-12-14/Chiffres%20cl%e9.jpg

TRANSPORT France
9 900 collaborateurs répartis sur 95 sites
4 400 véhicules (tracteurs et porteurs), dont la moitié est  détenue en propre.

STEF LOGISTIQUE
2 903 000 M3 d’entrepôts sous température négative
1 700 000 M3 de plateformes logistiques en produits frais et à température ambiante
3 400 collaborateurs répartis sur 37 sites
Travaille sur 4 activités : produits surgelés, frais et thermosensibles pour tous les opérateurs
de la chaîne agroalimentaire, logistique dédiée pour le compte d’enseignes GMS, logistique dédiée pour les besoins de la RHD en général et des opérateurs de la restauration commerciale chaînée en particulier, logistique de proximité pour le compte d’industriels ou de distributeurs.

STEF INTERNATIONAL
Italie, Espagne, Portugal, Suisse, Bénélux, et activité de flux internationaux

http://maxicool5.free.fr/Bourse/Valorisations/Stef%20-%2014-12-14/Carte%20implantations.jpg

MARITIME (la Méridionale, depuis 1976)
Service public régulier de transport de passagers et de fret (Marseille-Corse)
Liaisons réalisées par 3 navires rouliers mixtes (le Piana, le Kalliste et le Girolata), dont la valeur serait de 140 millions.
Capacité totale : 6 800 mètres linéaires (soit 500 remorques + 1 900 passagers avec voitures)
Plus de 1 000 traversées annuelles
En 2013, STEF a obtenu une nouvelle délégation de service public pour la desserte de la Corse, d’une durée de dix ans (couvrant la période 2014 – 2023).

PATRIMOINE IMMOBILIER
STEF recherche systématiquement la détention de la propriété de ses actifs immobiliers. Le groupe exerce ses activités en Europe en s’appuyant sur 235 entrepôts et plates-formes, pour un volume global d’entreposage de 6 425 000 m3 et une surface de plates-formes transport de 458 500 m2.

http://maxicool5.free.fr/Bourse/Valorisations/Stef%20-%2014-12-14/Chiffres%20-%20Implantations.jpg

La quasi-totalité de ces bâtiments est la propriété du groupe STEF qui possède également des immeubles à usage de bureaux, notamment son siège social.
Une large partie des immeubles appartenant au groupe est logée dans une structure dédiée, Immostef, qui assure, par ailleurs, la gestion de la totalité du parc immobilier du groupe

Paroles de Stanislas Lemor (directeur général délégué en charge des finances), le 21 mars 2012 (sur ce patrimoine)

Stanislas Lemor, directeur financier de Stef : "Nous sommes assez confiants pour cette année"

"Notre patrimoine constitue une barrière à l’entrée et a été développé dans une logique de valorisation puisqu’il s’apprécie au fil du temps. Maintenant il est extrêmement difficile de le valoriser, sachant qu’il n’existe pas de marché de référence pour les entrepôts logistiques sous températures contrôlées. Notre patrimoine figure à notre bilan pour une valeur nette comptable de l’ordre de 500 millions".

Croissance interne et croissance externe par acquisitions

STEF rachète souvent de "petits concurrents", dont récemment :
- en 2011, les sociétés Dispensa (Italie), Logirest (Espagne), Transport Frigorifique des Pyrénées (France) pour 110 M€ CA
- en 2012, la société de restauration hors foyer KL Services (14 M€ CA)
- en 2013, l’équipement logistique de Gringore (10 M€ CA), la société Ebrex (141 M€ CA) avec 21 agences et 1 125 salariés, ou encore Burgos en Espagne
- en septembre 2014, la société hollandaise Speksnijder (CA 13,5 M€, 117 salariés, 73 véhicules)

STEF muscle ainsi régulièrement ses positions dans l’Hexagone, très loin devant ses concurrents (STG, Olano, Perrenot…)… et les conforte en Europe. 

Paroles de Stanislas Lemor, le 23 septembre 2013 (lors du rachat d’EBREX)

"Ce projet d’acquisition s’inscrit parfaitement dans notre plan de marche et notre objectif de chiffre d’affaires de 3 milliards d’euros d’ici à 2016. Croissance organique et politique d’acquisitions, pour 300 millions d’euros chacune, devront nous permettre de respecter ce plan de marche. Au-delà du levier de la croissance externe, à un moment où le marché est en contraction et le contexte commercial difficile, nous avons la volonté de consolider nos positions en France, qui est notre colonne vertébrale, et d’intégrer les équipes d’Ebrex dans un schéma pérenne, avec des moyens renforcés dans le frais, le surgelé et la logistique RHD.

Extrait du rapport annuel 2013

La politique d’acquisition continuera en 2014, la société investissant 75m€ pour étendre son réseau. La fragmentation des marchés italien et espagnol représente à la fois un défi et une opportunité. Le développement du réseau de STEF devrait apporter une amélioration du service à de gros clients locaux, mais la difficulté à obtenir une plus grande part d’un marché très fragmenté dépend d’un travail commercial sain et est facilitée par l’acquisition de plus petits acteurs locaux.

Mais aussi de la croissance interne…

TRANSPORT ROUTIER  > STEF : le transport "en baisse temporaire de régime" en France

Cette conjoncture tendue n’a pas empêché STEF de poursuivre ses investissements "pour densifier ses structures froid’ (+33% sur le premier semestre). STEF a investi 11 M€ dans la reconstruction du site de Corbas (69) et 6,2 M€ dans celui de Vitry (94) avec, pour ce dernier, une capacité de palettes renforcée de 60%.
Une enveloppe de 7 M€ a également été engagée dans la création d’une structure logistique sur le site de transport de Dijon (+40 000 m2), alors qu’à Strasbourg-Bischeim un site de 4 600 m2 est sorti de terre en juin dernier.

Et une prochaine diversification…

"Les perspectives sont plutôt confiantes malgré un marché peu porteur", assure Jean-Pierre Sancier. Lequel confie que STEF travaille à "la constitution d’une offre pour les produits pharmaceutiques sous température dirigée".

La politique de distribution de dividende

Stanislas Lemor (en 2010) : « elle est très simple puisqu’elle repose sur le versement à nos actionnaires d’un tiers de notre résultat net (part du groupe). Sur la base des comptes du dernier exercice, cela revient à augmenter le dividende de 10,8% pour le porter à 1,38 euro par action. Cette politique n’a pas de raison d’être modifiée ».

Bref historique de dividende :
2010 : 1,25
2011 : 1,38 (+10%)
2012 : 1,45 (+5%)
2013 : 1,50 (+3.5%)

Donc, si l’on continue d’appliquer strictement le principe du tiers du RN (et si le calcul du RN 2014 s’avère exact…), ça devrait faire :
44 400 000 / 3 = 14 800 000 M€
14 800 000 / 13 515 649 = 1,10 / action
Ou davantage si la société déroge à sa règle du 1/3 du RN…

A noter que récemment un rachat d’actions a été effectué :
Le 8.10.2014 : rachat de 600 000 titres à 45 € (= 27 M)
Le 10.10.2014 : rachat de 30 000 titres à 43,50 (= 1,3 M€)
Sur 13 515 649 actions au total, soit environ 5% des actions. 

Le dernier exercice (2013) ?
www.stef.com/espace-financier/rapports- … 013-fr.pdf

CA : +5,2% (+3% hors activités de gros) à la fois en organique et via des acquisitions.

Extrait du rapport annuel 2013 (vue sur l’exercice 2014) :
- Contexte difficile (grand nombre de faillites d’acteurs du transport en 2013)
- L’activité internationale en 2014 devrait représenter un facteur-clé de la croissance en termes de chiffre d’affaires et de résultats.
- Nous avons réduit nos attentes en ce qui concerne la croissance du BPA en 2014, compte tenu du probable impact de l’intégration d’EBREX sur la rentabilité et de la probable hausse des charges financières.

Exercice 2014 (en cours)

05/09/2014 : publication des résultats semestriels (S1)

« Une phase de transition au S1 et une expansion bienvenue en Europe du Nord »

CA du S1 : + 5,9% (grâce à Ebrex et l’activité européenne).
Résultat opérationnel du S1 : - 12,2% (passant de 32,1m€ à 28,2m€).

Division Transport France :
-    Coûts pour intégrer et gérer les problèmes liés à Ebrex
-    Fusion de certains sites = perturbations = impact sur la rentabilité
-    Faiblesse générale du marché du transport (chute RO de 17,2m€ en 2013 à 5,2m€)

La direction prévoit cependant un S2 bien plus satisfaisant et la division devrait continuer de bénéficier de l’effet saisonnier (les deux tiers du chiffre d’affaires sont réalisés au S2).

Division Logistique France :
-    Baisse de 10,8 M€ (en 2013) à 5,7 M€
-    En termes réels : résultats améliorés (car versement d’assurance : 8 M€ en 2013)

Activités européennes :
-    Ont le plus contribué au résultat au S1
-    Amélioration de l’environnement économique en Europe du Sud

Activité Maritime "La Méridionale"
-    Résultat opérationnel positif de 0,7m€ contre une perte de 3,2m€ au S1 2013
-    Progression du fret de 1,1% et un recul des passagers des ferries de 3,2%

Les perspectives du second semestre promettent une amélioration significative des résultats, en particulier en France, et une poursuite de la dynamique positive des activités européennes.

Ainsi, au S1, nous avons révisé en baisse nos estimations pour l’exercice complet mais nous anticipons toujours une amélioration notable des bénéfices en 2015 (réseau plus développé, problèmes d’intégration résolus, amélioration légère des fondamentaux économiques).

03/11/2014 : publication des résultats trimestriels (T3)

« Solide performance malgré certains obstacles »

CA T3 : + 7,2% (à 705 M€) malgré une consommation en chute libre et un climat peu propice à la vente de produits saisonniers.

Transport France : CA +7%
Logistique France : CA +8%
Activités européennes : CA +8%
Activité maritime : CA +3.3% (passagers -1,6% (grève), fret +5,1%)

Le chiffre d’affaires est en ligne avec nos attentes en termes d’objectif sur l’exercice complet (près de 2,8Mds€). Sur la base de nos prévisions actuelles, cela suggère un taux de croissance de 6,5% au T4, légèrement inférieur à celui du T3, ce qui laisse à la société une certaine marge pour créer la surprise.

Tentative de valorisation

Les données chargées par xlsValorisation sont en partie erronées, je les ai donc modifiées à partir du dernier rapport annuel (2013) – voir pages 22 à 28.
www.stef.com/espace-financier/rapports- … 013-fr.pdf

Et surtout à partir des comptes semestriels (S1 2014) :
www.stef.com/espace-financier/resultats … s-2014.pdf

CA 1S : 1331 M€
Résultat Opérationnel (EBIT) : 28,2 M€ (au lieu de 32,1 M€ au S1 2013)
Résultat Net : 14,8 M€ (au lieu de 18,8 M€ au S1 2013)
Ebitda : 70,9 M€ (au lieu de 71,8 M€ au S1 2013)
Dette nette : 530 M€ (au lieu de 514 M€ au S1 2013) 
Taux d’impôt : 24,2% (au lieu de 26,7% au S1 2013)

Sachant que 2/3 du résultat est réalisé au S2, et SANS tenir compte des remarques optimistes du rapport semestriel (« Les perspectives du second semestre promettent une amélioration significative des résultats »), on peut donc extrapoler les chiffres suivants :

CA : 1331 M€ x2 = 2662 M€ (le rapport du T3 évoque un objectif de 2800 M€)
Ebit (résultat opérationnel) : 28,2 + (28,2 x2) = 84,6 M€
Marge opérationnelle : 84,6 / 2662 = 3,17% --ou-- 84,6 / 2800 = 3,02 %
Résultat net : 14,8 + (14,8 x2) = 44,4 M€
Bénéfices / action : 44 400 000 / 13 515 649 = 3,28
Ebitda : 142 M€ (70,9 x2) 
Taux d’imposition effectif : 24,2% (et non 29% comme le dit XLS)
Dettes financières : 460 M€
Capitaux propres : 423 M€ (dont CP/action = 423000000 / 13 515 649 = 31,29)

Les comparables :
GND : Norbert Dentressangle (x2)
SGRO : Segro (gestion de sites industriels et d’entrepôts)
IDL : ID Logistics
WIN : Wincanton
G2A : Galenica


http://maxicool5.free.fr/Bourse/Valorisations/Stef%20-%2014-12-14/Valo%20STEF%201.jpg

http://maxicool5.free.fr/Bourse/Valorisations/Stef%20-%2014-12-14/Valo%20STEF%202.jpg

http://maxicool5.free.fr/Bourse/Valorisations/Stef%20-%2014-12-14/Valo%20STEF%204.jpg

http://maxicool5.free.fr/Bourse/Valorisations/Stef%20-%2014-12-14/Valo%20STEF%203.jpg

Avec des critères résolument conservateurs (croissance 0%, marge opérationnelle 3%, BNA de 3.28), la valorisation ressort à plus de 65 euros…
 

Cours de l’action

http://maxicool5.free.fr/Bourse/Valorisations/Stef%20-%2014-12-14/Cours%20Bourse.jpg

Après avoir atteint un plus haut historique en mai 2014 (64 euros), le cours revient vers les 40 euros (autour desquels la société a souvent évolué)… donc vers les "plus bas historiques".
Peut-être un point d’entrée !

Point négatifs :
- peu de croissance en Europe
- pouvoir d’achat des ménages en berne
- marge opérationnelle en baisse

Point positifs :
- une position de leader affirmée
- une expansion maitrisée
- une ouverture vers l’Europe du Nord
- une facture gazole qui devrait diminuer (elle était en 2013 de 142 M€)
- une activité pas trop cyclique car liée à la consommation de base

---

Qu’en pensez-vous ?

Dernière modification par maxicool (31/08/2018 22h51)

Mots-clés : frigorifique, logistique, stef, transport


Parrain BourseDirect  Yomoni  Linxea  Binck  Boursorama  Fortuneo  ENI  DirectEnergie  Igraal eBuyClub BLOG

Hors ligne

 

[+1]    #2 22/03/2015 08h55 → Stef SA : leader de la logistique et du transport grand froid en Europe (frigorifique, logistique, stef, transport)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   711 

Bonjour,

petite MAJ suite à la publication des résultats annuels, il y a quelques jours.

Résultats annuels au-dessus des attentes des analystes :
- chiffre d’affaires : + 5% (2,8 milliards d’euros)
- résultat opérationnel : + 4,6% (101,6 millions d’euros)
- marge opérationnelle globale : +3,7%
- résultat net part du groupe : +8,2% (65,1 millions d’euros)

Activités en France (transport et logistique) en baisse (en redressement sur le second semestre par rapport au premier toutefois), mais activités européennes en progression (ce qui montre que l’intégration des dernières acquisitions - Ebrex, Speksnijder… voir plus haut - se déroule correctement)

- endettement en légère hausse (1,17 fois les fonds propres contre 1,08 à fin 2013)

Le discours des dirigeants ?

Les dirigeants ont annoncé aborder 2015 sur la même dynamique, en poursuivant l’amélioration des performances en France, grâce au redressement d’Ebrex, et le développement des activités en Europe. (…) De nouvelles opérations de croissance externe de petite taille ne sont pas exclues.
Le groupe proposera en outre le versement d’un dividende de 1,70 euro par action au titre de 2014 à la prochaine assemblée générale, en hausse de 13%, soit un rendement de 3%.

Depuis la présentation de STEF sur ce topic (14/12/2014), le cours a bien progressé :
- STEF : +35% (cours passant de 42,38 à 57,10 €)
- Cac Small : +17% (de 7779 à 9114)

Dernière modification par maxicool (22/03/2015 08h56)


Parrain BourseDirect  Yomoni  Linxea  Binck  Boursorama  Fortuneo  ENI  DirectEnergie  Igraal eBuyClub BLOG

Hors ligne

 

[+1]    #3 25/03/2015 10h43 → Stef SA : leader de la logistique et du transport grand froid en Europe (frigorifique, logistique, stef, transport)

Membre
Réputation :   

Bonjour,

Juste pour ajouter un petit mot d’un point de vue "professionnel" car j’ai travaillé pendant un moment dans la logistique. Je parle ci-dessous du "secteur", en aucun des cours de bourse. Mais je pense qu’il est utile pour mieux comprendre ce que vous pensez acheter.

Je ne puis qu’appuyer l’argument de Frédéric. La coeur de métier de STEF, c’est le transport "froid". Dont les barrières à l’entrée sont grandes, car les aménagements des semis sont très très chers.
De plus, et contrairement à transports de fret "normal", ils ont le droit de rouler tous les jours. Avantage substantiel, mais concurrentiel s’il en est.

STEF a très bonne réputation dans le milieu. Et je peux vous dire que c’est loin d’être négligeable !

Pour GND :

ND est un transporteur "généraliste". Il ne faut pas leur demander des choses trop spécifiques, et comparé à d’autres, ils sont relativement "lents" (3jrs pour faire un TLSE/HAMBURG…).

De plus, ils vont devoir faire face à une nouvelle concurrence venue de l’EST. Ils sous-traitent de plus en plus avec ceux-ci, mais c’est un point à ne pas négliger, le taux horaire français contre celui polonais, lituanien ou d’autres "pays européens à bas coût" est à prendre en compte. Un nouvel arrivant étranger (challenger) sur des marchés "généraux" est bien plus probable que sur des marchés de niches.

Enfin, en France et en Europe, le maillage régional fait qu’il y a beaucoup d’indépendants du transport. La force de ND est de travailler pour des grands groupes (par exemple les constructeurs automobiles). Mais ils travaillent rarement avec "leurs propres camions", donc pas mal de frais de sous-traitance.

J’y reviens, car c’est malheureusement de plus en plus le cas. C’est pour moi un facteur de risque car ces charges peuvent être aléatoires.

Last but not least : Le secteur du transport routier n’est pas à l’abris de nouvelles taxes, car considéré comme "pollueur". Il n’y a qu’à voir l’historie des "portiques eco-taxes" et autres "surcharges fuel"…
([HORS-SUJET] Chacun en pense ce qu’il veut, mais pour ma part, je suis loin d’être d’accord : comme d’habitude, on tape sur l’automobiliste, on tape sur le motard… mais on subventionne les moteurs au diesel [/HORS-SUJET]).

En espérant vous avoir été utile…

Hors ligne

 

[+1]    #4 15/02/2016 13h32 → Stef SA : leader de la logistique et du transport grand froid en Europe (frigorifique, logistique, stef, transport)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   711 



   
   
           
                Chiffre d’affaires 2015
                —
           
           
       
   


CA 2015 : +1,4%

Transport France : - 0.9% (hors carburant +1,7%)
Logistique France : + 3,7%
Transport et logistique  International : + 6,0%

Italie +5,4%
Espagne +4,6%
Benelux +8,9%
Suisse +17,7%

Part de l’international dans le CA global : 25%

Maritime : - 4,7% (hors carburant +2,1%)


Parrain BourseDirect  Yomoni  Linxea  Binck  Boursorama  Fortuneo  ENI  DirectEnergie  Igraal eBuyClub BLOG

Hors ligne

 

[+1]    #5 15/06/2016 16h59 → Stef SA : leader de la logistique et du transport grand froid en Europe (frigorifique, logistique, stef, transport)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   284 

Hello,
Quelques hypothèses (loin d’être parfaite !) pour valoriser Stef:

En réintégrant les 5,6 MEUR de dotations nettes de dépréciations et provisions (due à une réorganisation de sites et à des démantèlements de biens immobiliers : on peut penser que cela ne va pas se reproduire régulièrement), l’EBIT 2015 aurait été de 115,6 MEUR.

Si on part sur l’hypothèse d’une croissance organique de 3% du CA en 2016 (on était à 3,5% au 1er trimestre retraitée de l’effet pétrole) et  un EBIT en progression de 12% (levier opérationnel de 4 en 2015. Le levier aurait même été plus élevé hors la dotation nette de 5,6 MEUR), on aurait un EBIT 2016 de 129,5 MEUR.

Ainsi l’EBIT/VE serait de 10% avec un prix de l’action à 62 euros.
Inconvénient de cette approche je prends en compte de la croissance mais cela reste modéré.

Cheers

Jeremy

Pas d’actions Stef

Hors ligne

 

[+3]    #6 25/07/2016 19h05 → Stef SA : leader de la logistique et du transport grand froid en Europe (frigorifique, logistique, stef, transport)

Banni
Réputation :   186 

---
Toutes les données ci-dessous sont issues des rapport annuels arrêtés au 31 décembre 2015 aussi bien pour la société STEF SA que pour la société Argan.
---

Le propos, ici, est de voir dans quelle mesure il serait possible d’obtenir un rabais sur la valeur immobilière d’IMMOSTEF tout en obtenant gratuitement la société opérationnelle rentable STEF SA ?

IMMOSTEF est une filiale détenue à 100% par STEF SA (société cotée à Paris - si vous voulez en savoir plus sur cette société, reportez vous à la file dédiée). L’objet de la société est de gérer le patrimoine immobilier du Groupe STEF et défini comme tel dans le rapport annuel 2015 de Stef :

« Filiale dédiée, gère la conception, la construction et la maintenance des entrepôts et des plates-formes du groupe en améliorant constamment leur efficacité énergétique. »

Le fait qu’IMMOSTEF soit une filiale à 100% de la société mère Stef SA est intéressant dans le sens où elle est potentiellement facilement et rapidement réalisable : cession ou spin-off (qui a dit introduction en bourse sous forme de SIIC pour ne plus payer d’impôts ?).

J’entends déjà ici et là déjà les cris de certains d’entre vous : « hou ! C’est pourri comme immobilier, des entrepôts et des plateformes logistiques réfrigérés. Je préfère acheter des building à New-York ou des centres commerciaux américains, voire des data-centers ! » Ok, il est vrai que ce n’est pas sexy. Et alors ? La question n’est pas ici de faire dans le bling-bling, mais de faire de l’argent. wink

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/10933_entrepot_stef_ra_2015.png
(source : rapport annuel STEF SA 2015)

Revenons à nos moutons.
Pour évaluer ce patrimoine, nous allons nous servir de données disponibles sur le marché. Bien malin celui qui serait capable d’estimer un patrimoine de la sorte, tant il est diversifié notamment en taille et situations géographiques les plus diverses… Reprenons ainsi le travail des autres (les marchés financiers et les données d’une société cotée) pour tenter d’évaluer le patrimoine d’IMMOSTEF. Pour cela, nous allons prendre comme comparable le patrimoine d’Argan. Une foncière cotée spécialisée dans les entrepôts logistiques.

Argan possède un patrimoine de 1 406 000 m² sur 45 plateformes, dont seulement 6 sites sont à température basse < 25°C (8% des surfaces) et localisées uniquement en France. Ce patrimoine est valorisé 1 000 Millions EUR, droits compris, au 31 décembre 2015 selon les experts payés par la société.
Avec un gros calcul en croix, on obtient une valorisation de 711 EUR le m². Les biens d’Argan sont réputés AAA, soit le top du top. Nous ne savons rien des biens fonciers d’IMMOSTEF, même s’ils sont pour la plupart réfrigérés (est-ce que cela vaut plus que des entrepôts secs tempérés ? peut être… Ce serait une marge de sécurité supplémentaire. Cadeau !).
Nous allons faire l’approximation grossière que les entrepôts d’IMMOSTEF sont de moindre qualité et qu’ils décotent de 20% sur les actifs d’Argan, et qu’ils valent donc 569 EUR le mètre carré. Comme l’aime à le répéter un très bon ami, « il vaut mieux de l’à peu près correct, que du tout à fait faux ».

Regardons voir ce qu’IMMOSTEF a dans le ventre désormais. A travers l’Europe (France, Italie, Espagne, Portugal, Belgique et Espagne), la société travaille à travers 219 entrepôts d’une surface totale de 6 192 200 m3 et une surface de quai de 443 000 m². Est précisé que « la quasi-totalité de ces bâtiments est la propriété de STEF », sous-entendu IMMOSTEF.

Dès lors, nous sommes obligés de partir sur 2 grosses hypothèses : toute aide externe est ici la bienvenue ! wink

Première hypothèse : passer d’une surface en mètres cubes à une surface en mètres carrés.

Nous allons considérer complètement arbitrairement que la hauteur des plateformes est en moyenne de 4 mètres. Ainsi, les 6 192 200 m3 deviennent donc 1 548 050 m². Nous n’allons pas ajouter les 443 000 m² de quai pour augmenter notre marge de sécurité.

Seconde hypothèse : que signifie « la quasi-totalité de ces bâtiments est la propriété de STEF » ?

Pifométriquement, nous allons considérer que cela signifie que 5% des entrepôts et autres plateformes logistiques réfrigérées appartiennent à des tiers. Ainsi, STEF SA détiendrait selon les hypothèses posées de 95% des surfaces calculées.

Passons aux calculs.

Valeur du patrimoine d’IMMOSTEF = Surface des entrepôts et plateformes détenues en propre x valeur au m² estimé
= 1 548 050 m² x 95% x 569 EUR = 836 798 428 EUR, arrondissons à 836,8 M EUR.

Actuellement, STEF SA est valorisée par le marché 916,5 M EUR. Par rapport aux résultats 2015, cela correspond à 12x les bénéfices 2015 (ou dit autrement, PER 2015 = 12).

Dans les comptes consolidés, les immeubles et les terrains sont amortis et ont une valeur nette de 633,2 M EUR, inférieure à notre estimation.

En consolidé, la société a des dettes financières de 557,4 M EUR aux quelles nous pouvons ajouter la trésorerie de 42,5 M EUR.

Ainsi, le marché proposerait pour une valeur de 916,5 M EUR :

- de l’immobilier frigorifié nette de dette d’une valeur de 836,8 - 557,4 + 42,5 = 321,9 M EUR

- une société qui génère des bénéfices (part-du-groupe) de 65,1 M EUR en 2014 et 75,2 M EUR en 2015.

Quel est l’intérêt pour l’investisseur d’investir dans STEF SA ?

1)    Il pourrait bénéficier d’une sous-valorisation du marché sur la valeur du patrimoine logistique de sa filiale IMMOSTEF
2)    Il peut loger tout cet immobilier "caché" dans son PEA

Pourquoi le marché valoriserait la juste valeur de l’immobilier (quel catalyseur) ? Dit autrement, pourquoi le marché arrêterait de sous-valoriser l’immobilier de STEF SA ?

Et bien, le management de STEF SA pourrait vouloir créer de la valeur pour ses actionnaires en cotant sa filiale IMMOSTEF sur le marché. L’intérêt serait double, puisque la société pourrait opter pour le statut SIIC ce qui veut dire ne plus payer aucun impôt sur les sociétés. Mais pour obtenir ce statut, l’actionnaire majoritaire doit, entre autre, ne pas détenir plus de 60% du capital.

Et si cet événement n’arrive jamais ?

Et bien, l’investisseur est alors propriétaire d’une société de transport en croissance et rentable + d’un patrimoine immobilier qu’il peut loger dans son PEA (ce qui est désormais interdit pour une SIIC classique comme Argan par exemple).

AMF : je détiens des titres STEF SA

Message édité par l’équipe de modération (27/09/2016 02h47) :
- modification du titre ou de(s) mot(s)-clé(s)

Hors ligne

 

[+1]    #7 26/09/2016 09h59 → Stef SA : leader de la logistique et du transport grand froid en Europe (frigorifique, logistique, stef, transport)

Banni
Réputation :   186 

Le titre a progresse de +11,2% depuis l’ouverture du sujet : 68,33 EUR vs actuellement 76,00 EUR. Est-ce que le titre STEF SA présente encore du potentiel ?

Etant actionnaire, je me pose la question et vous propose de comparer la valorisation actuelle de STEF SA avec le montant qu’a proposé XPO Logistics pour acquérir Norbert Dentressangle sur la bourse de Paris en avril 2015. Après tout, un industriel du secteur doit connaître bien mieux ce que vaut une société du secteur qu’un simple quidam boursicoteur.

XPO a acquis la majorité du capital de Norbert Dentressangle en avril 2015 en offrant 217,50 EUR par action aux actionnaires. Soit une valorisation de 2,17 Md EUR pour le groupe de transport et de logistique.
Cette offre faisait ressortir les multiples suivants.

Pour le compte de résultat :

- 0,46x le CA 2014 de 4,67 Md EUR
- 7,5x l’EBITDA 2014 de 288,1 M EUR ou bien encore 13,9x le résultat opérationnel 2014 de 156,3 M EUR
- 28,6x les bénéfices 2014 de 75,9 M EUR

Au niveau du bilan :

- 3,1x les fonds propres au 31/12/2014 de 691,2 M EUR

Voici les mêmes ratios pour STEF SA avec les données comptables de l’exercice 2015. Au cours actuel de 76,00 EUR par action, STEF SA est valorisée actuellement par le marché 1,00 Md EUR.

Pour le compte de résultat :

- 0,35x le CA 2015 de 2,83 Md EUR
- 4,6x l’EBITDA 2015 de 217,2 M EUR ou bien encore 9,1x le résultat opérationnel 2015 de 110,1 M EUR
- 13,3x les bénéfices 2015 de 75,2 M EUR

Au niveau du bilan :

-2,0x les fonds propres au 31/12/2015 de 494,4 M EUR

Conclusion

Tant au niveau des multiples de résultats que des fonds propres, STEF SA ne semble pas actuellement surévalué par le marché en comparaison avec la transaction récente sur le concurrent Norbert Dentressangle.

Hors ligne

 

[+1]    #8 29/10/2016 14h14 → Stef SA : leader de la logistique et du transport grand froid en Europe (frigorifique, logistique, stef, transport)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   711 

Le CA 3T 2016 a été publié avant hier.
Il est quasiment stable : 727 M € (au lieu de 728,5 au T3 2015, soit -0.2%)

- Transport France : - 0.6%
(moindre fréquentation touristique, baisse d’activité dans le Sud-Ouest suite au vide-sanitaire de la filière foie gras)

- Logistique France : + 0.4%
(baisse d’activités de la grande distribution, mais remplissage des entrepôts surgelés en hausse)

- Activités internationales : + 8.0%
(forte hausse en Italie)
(forte hausse aux Pays-Bas)

- Maritime : +15.0%

A noter quelques variations de périmètre :
- création d’une joint-venture avec l’entreprise Norfrigo à Boulogne sur mer (activités d’entreposage surgelé), avec détention de 38% du capital de la joint-venture. CA de 0,6 M€ au T3 2015.
- acquisition aux Pays-Bas de la société Vers-Express (distribution de produits carnés dans la région d’Eindhoven). CA de 1,6 M€ au T3 2016.

---

Sinon, à l’international :

1/ mise en service d’une nouvelle plateforme au Portugal (plateforme réfrigérée pour les industriels de l’agro-alimentaire, afin de distribuer les produits du centre du pays - région de Coimbra - sur tout le territoire).
Objectif : accélération des flux logistiques entre le centre et le reste du pays

2/ accord de collaboration entre STEF et Nordfrost (société allemande, leader de la logistique de produits surgelés en Allemagne) afin de permettre une extension du rayon d’actions de leur réseaux de distribution.

Pourquoi ? Couverture européenne complémentaire
> Nordfrost (35 sites en température négatives) surtout en Europe Centrale, du Nord, de l’Est
> Stef (47 site en température négatives) surtout en FRance et en Europe du Sud

Naissance du plus grand réseau du froid négatif en Europe (entreposage + distribution) avec 3500 véhicules, 82 sites dédiés, 3500 véhicules spécialisés.   

A mon avis, l’objectif est de grapiller des parts de marché à de petits transporteurs locaux.


Parrain BourseDirect  Yomoni  Linxea  Binck  Boursorama  Fortuneo  ENI  DirectEnergie  Igraal eBuyClub BLOG

Hors ligne

 

[+1]    #9 06/12/2016 19h27 → Stef SA : leader de la logistique et du transport grand froid en Europe (frigorifique, logistique, stef, transport)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   711 

FranckInvestor a écrit :

Egalement, les retours de qualité sur ce forum se font trop rares pour que je sois intéressé spontanément au partage.

Il y a quand même un petit groupe de membres avisés qui partagent leurs idées sur le forum.
Et sans rien de particulier en échange.
Tout le monde ne peut pas être un "génie de l’investissement" ;-)

Dernière modification par maxicool (06/12/2016 19h28)


Parrain BourseDirect  Yomoni  Linxea  Binck  Boursorama  Fortuneo  ENI  DirectEnergie  Igraal eBuyClub BLOG

Hors ligne

 

[+4]    #10 06/12/2016 20h55 → Stef SA : leader de la logistique et du transport grand froid en Europe (frigorifique, logistique, stef, transport)

Banni
Réputation :   186 

Ce n’est pas une question de courtoisie AleaJactaEst. Entre gentlemans, je pense que nous pouvons exprimer clairement nos avis et sentiments.

Si la communauté ici présente est très qualifiée en immobilier, juridique et tout autre domaine liée spécifiquement au rentier (et c’est très bien, vu que ce forum existe pour cela !), pour ce qui est de l’investissement en actions, et plus spécifiquement sur les actions et les petites valeurs précisément, là où nous, petits investisseurs, avons un avantage concurrentiel indéniable ; et bien, les intervenants sont beaucoup moins nombreux, il y a peu de propositions, de nouvelles idées / approches.

Ce n’est pas un jugement, c’est un fait.

J’ai bien quelques actions sympathiques à proposer à la communauté… Exotiques, méconnues et avec du potentiel dont j’aimerais avoir des avis divergents. Puisque le plus gros risque pour un investisseur est de s’enfermer dans sa vision. La question qu’il est légitime de se poser est de savoir si mes posts apportent à la communauté et à moi-même.

Bref, sujet hors propos. Au plaisir.

Hors ligne

 

[+1]    #11 20/03/2017 17h53 → Stef SA : leader de la logistique et du transport grand froid en Europe (frigorifique, logistique, stef, transport)

Membre
Réputation :   25 

Le dividende s’impose également par la dette détenue dans les différents holdings de détention des managers, Lemor montant régulièrement au capital dans le temps.

AMF actionnaire

Hors ligne

 

[+1]    #12 04/05/2017 20h58 → Stef SA : leader de la logistique et du transport grand froid en Europe (frigorifique, logistique, stef, transport)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   240 

Loin de moi l’idée de commenter la volatilité du marché mais STEF est à nouveau dans ses plus haut historique.

Ca reste une entreprise très GARP, ni trop cher, ni trop cheap et elle continue de grimper au fil des résultats entre 9 et 12 fois les earnings. La récente publication semble pricé une légère croissance.
Elle détient en back-up un grand parc immobilier en propre. (mais ça reste des entrepôts frigorifique…)

Selon moi, elle détient encore du potentiel dans son marché de niche, il reste encore de nombreux acteurs à acquérir et consolider. Elle possède également une culture de la performance avec une importante proportion de salarié-actionnaire grâce au PEE.

Pour le moment, je n’ai rien à dire de négatif sur l’allocation des capitaux. Un peu de rachat d’action quand le prix est bon, un dividende à 33% de payout ratio, le FCF post dividend et capex de maintenance passe intégralement dans le capex de croissance.

Hors ligne

 

[+2]    #13 06/06/2017 19h45 → Stef SA : leader de la logistique et du transport grand froid en Europe (frigorifique, logistique, stef, transport)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   711 

Bonjour,

STEF continue ses "emplettes" sur un marché encore très éclaté.

Acquisition de Transports Badosa en Espagne

Voilà le site de la société achetée.

STEF récupère, selon le CP :
- une plateforme frigorifique de 3100 m2 au Nord-Est de l’Espagne, non loin d’un noeud autoroutier
- une flotte de 34 véhicules
- un CA de 12.6 M€ (en 2016)

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/4246_badosa.jpg

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/4246_badosa2.jpg

Le site de Badosa évoque un espace de 16 000m2 (dont 5250 m2 bâtis et un volume réfrigéré de 10 500 m3), ainsi que 50 camions de transport.

FV

Dernière modification par maxicool (06/06/2017 19h55)


Parrain BourseDirect  Yomoni  Linxea  Binck  Boursorama  Fortuneo  ENI  DirectEnergie  Igraal eBuyClub BLOG

Hors ligne

 

[+3]    #14 17/03/2018 12h33 → Stef SA : leader de la logistique et du transport grand froid en Europe (frigorifique, logistique, stef, transport)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   353 

STEF vient de publier des résultats +/- conformes aux attentes des uns et des autres….

Le slide show présenté le 15/3 aux gérants et analystes est là : www.stef.com/espace-financier/resultats … nuels-2017

L’hebdo du week-end achète les résultats et les perspectives et vise 116 e.

Valeur de fond de portefeuille par excellence, mon analyse de STEF (pour les non passionnés d’analyse financière) est la suivante :

Le cash flow normatif de STEF c’est un peu plus de 200 MEUR en 2017 (+5% VS 2016) ; contrairement à la plupart des small caps cotées, il y a chaque année des +values sur cessions d’actifs qui apparaissent positivement en éléments non courants (exemple de la cession partielle pour 1 MEUR du site d’OSTWALD à LEROY MERLIN en 2016 pour ceux qui veulent creuser un peu…)

Toute la flotte de camions ou presque est financée via des locations opérationnelles ; tout est dans les charges décaissées donc (pas dans les amortissements) ; les investissements afférents ne sont ni au bilan ni dans le tableau des flux (avant application des normes IFRS 16 pour les puristes) ; les loyers concernant le parc roulant s’élèvent à environ 75 MEUR / an (ça marche comme la LOA pour les voitures avec de fortes valeurs résiduelles renfermées ; il y a des buy back des constructeurs de tracteurs / porteurs et des fabricants de carrosseries frigo).

Donc comment sont utilisés chaque année les 200 MEUR de cash flow :
C’est assez simple :
- investissements immobiliers de croissance et / ou acquisitions de concurrents (avec l’immobilier) : 150
- dividendes 25
- investissements IT, agencements spécifiques et capex de maintenance 25

La boîte ne communique pas ces chiffres…c’est une extrapolation de mon travail d’étude.

Il n’y a pas de BFR dans ce type de business !

Mais le poste "fournisseurs" a bizarrement dégonflé de 75 MEUR entre 2014 et 2017 alors même que le CA a progressé dans l’intervalle et le recours à la sous traitance pour le dernier kilomètre augmenté !

L’endettement est stable normativement parlant depuis de nombreuses années soit environ 520 MEUR pour une market cap de 1.180 MEUR au cours d’hier corrigée de l’autocontrôle.

Le taux d’intérêt moyen des prêts et autres concours bancaires (fixe) est descendu à 1.64% soit 8.6 MEUR de frais financiers seulement en 2017 (les frais financiers ont presque étaient divisés par 2 en 4 ans).

Le retour à l’actionnaire représente chaque année : 25 (dividende) + 150 (immobilier neuf et croissances externes) = 175 MEUR soit un taux de 15% !

Je considère les autres investissements comme des non valeurs ou le mal nécessaire pour faire avancer le business !

Côté business justement, il est probable que l’essor de l’e-commerce des produits frais constitue à moyen terme un fort relai de croissance…

@suivre…
Bons trades
Stan

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par stanny (20/03/2018 06h01)


stock picker de small et micro caps - France - compartiments B, C et Alternext

Hors ligne

 

[+1]    #15 04/05/2018 11h16 → Stef SA : leader de la logistique et du transport grand froid en Europe (frigorifique, logistique, stef, transport)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   353 

Acquisition structurante en ITALIE : 2 beaux bb rejoignent le Groupe…

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/8751_stef_4-5-2018.jpg
lire plutôt amha 1.3 M de m3

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/8751_stef_fidenza_4-5-2018.jpg

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/8751_stef_ascoli_4-5-2018.jpg

@+
Bons trades
Stan

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par stanny (04/05/2018 14h22)


stock picker de small et micro caps - France - compartiments B, C et Alternext

Hors ligne

 

[+8]    #16 31/08/2018 10h53 → Stef SA : leader de la logistique et du transport grand froid en Europe (frigorifique, logistique, stef, transport)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   589 

Bonjour,

Stef publie un bon S1.

CA +8.7%
EBIT + RO : +6.9%
RNPG +7.7%

+1000 salariés soit +6%

Stef a écrit :

Une dynamique commerciale favorable qui permet au Transport France une bonne progression du chiffre d’affaires et du résultat +19%;
Une croissance du chiffre d’affaires de la Logistique France, mais dont le résultat reste impacté par les enjeux de transformation au sein des activités de Restauration Hors Domicile (RHD) ;
Une transformation des activités Internationales avec l’acquisition de Marconi en Italie, la mise en service de nouveaux sites en Suisse et au Portugal ainsi que la construction d’un réseau homogène aux Pays-Bas ;
L’amélioration du résultat de La Méridionale grâce, notamment, à une modification de la répartition de la compensation financière, basée sur l’estimation de l’activité en 2018 contre une répartition linéaire en 2017 (impact neutre en année pleine).

Perspectives : poursuivre la croissance et les intégrations, et focus sur l’appel d’offres lancé début août pour la délégation de service public (transport passager entre Marseille et Corse).

J’ai lu le RA 2017 en début de semaine, et je pense que Stef est faiblement valorisé et mériterait un cours aux alentours de 150 € plutôt que 100 €. 150 € = VE/EBITDA 2018 de 10 (c’est un constat post valorisation, ce n’est pas ma méthode pour justifier 150 €).

En gros :
- 50/55 € de DCF via les WACC donnés par l’entreprise : (entre 7.8% et 8.8% note 4.9)  : cela vaudrait encore plus si elle stoppait ses investissements de croissance car j’en perd dans le flux normatif du DCF que j’ai utilisé.

et 98 € de terrains/bâtiments (valeur d’acquisition brute par action diluée notes 4.11 et 4.20 : 1 213 M€ / 12,329 millions de titres).
Cet immobilier a une vraie valeur à mon sens vu que la société réalise des PV de cession sur ces actifs ces deux dernières années (et est donc sous-valorisé dans les comptes).

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/11791_stef_pv_cession.jpg

FranckInvestor avait déjà parlé de l’immobilier dans cette file en essayant de chiffrer les m² à partir des m3 notamment. Pas de plan sur la comète avec l’immobilier mais le valoriser moins que sa valeur net comptable me semble bien trop sévère. Cela peut valoir +/- la valeur brute je n’en sais rien, je pense qu’on reste conservateur avec la valeur brute.

Sans compter les 3 bateaux et les 2000 véhicules qui bien que se dépréciant avec l’âge ont eux aussi été cédés avec PV ces dernières années, mais par sécurité  je ne les compte pas.

Pas de dépréciation de goodwill sur les deux dernières années = croissance externe réussie et les marges sont stables depuis 5 ans (pas dégradées par la croissance).

La croissance à venir est majoritairement à l’international + sur la RHD (cf variation de stocks note 4.15) même si encore très petit : (NB j’ai écris cette phrase avant le S1 je ne m’attendais pas à la croissance en France).

On peut raisonnablement s’attendre à la louche à 7/15% de croissance annuelle du BPA du fait de la politique de l’entreprise : acquisition/construction de site, extension des existants et croissance externe majoritairement à l’international.

Stanny a écrit :

Donc comment sont utilisés chaque année les 200 MEUR de cash flow :
C’est assez simple :
-a investissements immobiliers de croissance et / ou acquisitions de concurrents (avec l’immobilier) : 150
-b dividendes 25
-c investissements IT, agencements spécifiques et capex de maintenance 25

Pour rebondir sur les chiffres de Stanny, le cash-flow normatif de 200M€ semble correspondre à peu près à la CAF 2017, on peut citer l’EBITDA à 240M€ (note 4.8). - l’impôt payé (35M€) - les charges fi de 8M€ on s’y retrouve à peu près.

a) 146M€ d’immo corporelles en 2016 et 170M€ en 2017, (-) le capex en c) donc entre -25 et -45M€ + 6.2 M€ de décaissements nets sur acquisition d’entreprises en 2017

b) j’aurais dit 30 M€ pour 2017

c) 5 M€ d’incorporelles en 2017 (=IT) + capex de maintenance entre 20M€ et 40M€ en utilisant les amortissements 2017 des matériels de transport, navires + rubriques autres (je ne sais pas faire autrement).

Si l’entreprise arrêtait d’investir en acquisitions, constructions, extensions, le cash-flow libre serait nettement plus proche de l’EBIDA et les multiples de flux au raz des pâquerettes, le DCF plus élevé.

On pourrait aussi raisonner sans l’immobilier, en essayant de calculer un flux normatif en tenant compte de loyers fictifs pour tout leur parc, mais cela je ne sais pas faire.

Notes complémentaires

(pas très organisé sorry)

L’auto-contrôle de 848 000 titres permet d’économiser x 2.63 € (estim 2018) = 2.2 M€ de dividendes.

Coût de la dette : Malgré la hausse de la dette (16M€ xlsValorisation) son coût diminue (-3M€) du fait d’une part importante de la dette à taux variable : 54% (notes 4.6 et 4.24). Je ne comprends pas tout de la note 4.24 mais les taux variables semblent en grande partie (173M€) couverts via des swaps de taux qui limitent la sensibilité de l’entreprise.

Gazole : pas de risque car en France, un dispositif réglementaire permet de répercuter, en pied de facture, les variations de prix du gazole aux clients, limitant ainsi très fortement l’exposition résiduelle à ce risque. Pas d’instrument de couverture. +35M€ d’impact en 2017 voir slide show page 9.

Liquidité : 12 lignes de crédit disponibles totalisant 138M€, non utilisées à date + grosso modo 55 M€ d’autorisations de découvert et de crédit spot disponibles à date (note 4.24).

Covenants bancaires : dettes nettes/FP <1.7 aujourd’hui à 0.9 et couverture des frais fi/EBITDA > 6.5 aujourd’hui 25x. Aucun nuage à ce niveau.

Echéancier de la dette : note 4.21 : 333 M€ à moins d’un an en 2018 dont 200 M€ de billets de trésorerie. Ils étaient déjà à 147M€ en 2016. Il doit y avoir une subtilité (roll de billets de trésorerie ?) qui fait qu’il n’y a pas de risque de liquidité.
Cela semble être un moyen de financement inter-entreprises bien moins coûteux que la dette bancaire.
Je pense que l’entreprise émet un nouveau billet de trésorerie avant de rembourser celui qui est déjà sur le marché.
Définition d’un billet de trésorerie ?
D’après le TFT l’entreprise réemprunte à peu près ce qu’elle rembourse en tout cas sur les deux dernières années.
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/11791_stef-tft2.jpg

Change : limité au franc suisse pour 1% du CA Groupe

Risque créances clients : aucun  client ne représente plus de 5% du CA Groupe + contrat d’assurance défaillances clients. Les dépréciations de créances sont égales à 2.8% de l’encours des créances. Légère hausse vs 2016 à 2.3%.

Passif de retraites : les provisions pour Prestations Définies sont bien comptabilisées au passif (pas de hors bilan). Sur les 5 prochaines années, l’échéancier fait apparaître des PD annuelles à verser de 2.5 M€ en moyenne.

Hors bilan : 44 M€ RAS note 4.30

Pas de dépréciation de goodwill sur les deux dernières années, cela signifie que les acquisitions respectent les promesses du business plan pour lesquels elles ont été achetées. Pourtant ce n’est pas évident, la dernière acquisition espagnole c’est plus de 100% de Goodwill (capitaux propres < 0) note 3.2.1. C’était le cas en 2016 également avec l’acquisition de Vers-Express, ils doivent être bons pour racheter des entreprises à la peine et les intégrer en réalisant de véritables synergies. D’après leurs tests de sensibilité il faudrait un WACC à 18% pour égaler la valeur comptable des goodwill : autrement dit il y a de la marge avant de les déprécier (note 4.9).
A propos : cela fait l’objet d’un point clé de l’audit des CAC (page 141) du fait de la valeur élevée des immobilisations et des hypothèses prises par le management. Au final RAS les CAC sont OK sans la moindre réserve.

Restauration Hors Domicile : « Sous l’effet du lancement de cette unité et tiré par la croissance rapide d’un acteur majeur du marché international nouvellement implanté en France, le chiffre d’affaires a progressé de + 8,6 %. » je ne sais pas de qui ils parlent mais cela peut-être intéressant à suivre (ils annoncent en mai 2017 une joint-venture avec Quick page 103 du RA mais on ne peut pas dire que l’acteur est nouvellement implanté). 1 construction engagée en 2017 + 1 terrain, tous deux en France.
Création de 5 sociétés coquilles logistiques en 2017 destinées à recevoir prochainement des activités.

Le résultat des entreprises mise en équivalence ne représente que 3.6% du RNPG dont 50% générés par Groupe Primever et 35% par Messageries Laitières.

Le SFAF slides 25 à 28 présentent les projets d’extension/construction.

Les impôts
augmenteront un peu en 2018 du fait de la baisse attendue du CICE (slide 22 du SFAF du RA 2017) mais je ne sais pas dans quelle proportion.

BPA : +7.4% à voir sur d’autres exercices.
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/11791_stef-bpa.png

Je ne sais pas faire de prévisions de croissance mais vu le modèle de la société (construction de site, extension de sites existants, et croissance externe) il est probable qu’elle continue sur ce rythme sans que cela ne pèse sur la rentabilité.
Cf ci-dessous les marges sont faibles mais stables malgré la croissance.
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/11791_stef-marge.jpg

Stef c’est de la croissance discrète, bien menée, rapidement relutive avec un immobilier sous-valorisé dans le cours de bourse. On en fera pas un bagger par an, mais dans une optique d’investissement long terme elle me semble être un très bon candidat.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.


Parrain Ing Direct - Binck - Bourse Direct - Boursorama - DeGiro - Fortuneo 12470190 eBuyClub Poulpeo iGraal

Hors ligne

 

[+1]    #17 31/08/2018 16h45 → Stef SA : leader de la logistique et du transport grand froid en Europe (frigorifique, logistique, stef, transport)

Banni
Réputation :   -2 

bibike a écrit :

Néanmoins je pensais avoir répondu à vos différents points dans mon 1er post.

Marseille08 a écrit :

Est-il normal de compter à la fois les flux générés par l’activité (votre DCF ci-dessus) et l’immobilier?

Quand vous achetez une entreprise vous achetez à la fois et son patrimoine et ses cash-flows futurs non ? Donc oui cela me semble normal.

Ecoutez, par gentillesse, dans mon post précédent, je n’avais pas voulu trop insister sur votre erreur, mais elle est manifeste:
ON N’ADDITIONNE PAS LA VALEUR DES CASH FLOWS FUTURS (DCF) ET L’IMMOBILIER NECESSAIRE A L’EXPLOITATION.
Pour une raison évidente: si l’entreprise vend son immobilier, elle sera obligée de payer des loyers pour continuer à l’utiliser (ou utiliser un immobilier semblable), ce qui va baisser nettement ses cash flows futurs et donc le DCF.

Bref, soit on prend le DCF seul, soit on  prend la valeur de l’immobilier + le DCF diminué des flux de loyers futurs à payer (si on peut estimer ces loyers et *seulement* si on pense que l’entreprise va à court moyen terme vendre son immobilier)

Autre bizarrerie de votre post ci-dessus: vous aboutissez à un immobilier de 98€/action et à un DCF de 50 à 55€/action.
SI c’était vrai (DCF < valeur de l’immobilier), cela voudrait dire que Stef est tellement peu rentable qu’il vaudrait mieux qu’elle arrête l’exploitation et se liquide, perdant ainsi ses flux futurs et donc le montant de son DCF, mais récupérant alors une valeur plus élevée, à savoir celle de son immobilier qu’elle pourrait alors librement vendre.

L’erreur manifeste sur l’addition lors du calcul de la valeur de Stef et votre absence de réaction face à
un DCF très inférieur à la valeur de l’immobilier que vous calculez  jette malheureusement un trouble sur votre capacité d’analyse financière et donc sur la pertinence de vos posts sur Stef.

Mais bon, tout le monde peut apprendre et progresser, et je suis optimiste sur votre cas: vous allez progresser. Moi aussi. Seuls les abrutis arrêtent d’apprendre et de progresser.

Dernière modification par Marseille08 (31/08/2018 16h49)

Hors ligne

 

[+1]    #18 31/08/2018 17h22 → Stef SA : leader de la logistique et du transport grand froid en Europe (frigorifique, logistique, stef, transport)

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   225 

Bonjour Marseille08,

je vous trouve injuste lorsque vous doutez de la capacité d’analyse de bibike, alors qu’il a déjà fait ses preuves sur le forum. Compte tenu de l’importance de ses partages, il mérite un certain respect.

Mais le sujet de fond est intéressant et je rebondis sur votre discussion pour vous proposer mon raisonnement.

Je pense comme vous que l’immobilier ne doit pas être ajouté au calcul final de la DCF, car c’est actif qui contribue au résultat opérationnel.

Or, ce que relève bibike, et c’est là que cela devient intéressant, c’est que ces actifs immobiliers sont comptabilisés à un montant inférieur à leur valeur sur le marché. D’où l’idée d’ajouter cette différence (une plus-value potentielle) au DCF.

Mais, comme vous le mentionnez, la rentabilité de ces actifs immobiliers est très faible au regard de l’opérationnel (c’est d’ailleurs le cas de beaucoup d’entreprises, comme Gaumont dont nous parlons souvent sur ce forum).
En théorie, la société devrait procéder à un arbitrage en les revendant et soit louer des locaux (ce qui grèverait les cash-flows, vous l’avez compris), soit en racheter des nouveaux. Le cash ainsi obtenu serait réinvesti dans l’opérationnel, bien plus rentable.
Mais dans la pratique, un déménagement, ça coûte cher et cela pose de nombreux problèmes. Est-ce vraiment intéressant pour la société de déménager ?

Donc ?
Je dirais qu’on a une valeur théorique qui ne pourrait se réaliser qu’en cas de liquidation, ou si la société va mal et cherche désespérément du cash. Mais ce n’est pas le cas.
Donc en conclusion, je n’ajouterais rien au DCF.

Vous en pensez quoi ?

Hors ligne

 

[+1]    #19 31/08/2018 18h00 → Stef SA : leader de la logistique et du transport grand froid en Europe (frigorifique, logistique, stef, transport)

Banni
Réputation :   -2 

Je ne peux partager avec vous ma propre évaluation de Stef, puisque je n’en ai pas fait.
J’ai juste vérifié que c’est une entreprise :
- leader sur son secteur
- secteur qui est défensif et en croissance (modérée)
- Stef fait progresser plutôt régulièrement** (quand on élimine les exceptionnels) son CA/Action et son résultat/action
- son ratio EV/Ebitda n’est pas excessif
-  sa gouvernance n’est pas trop mauvaise (pour moi, l’actionnariat salarié = dilutions au profit des salariés, n’est pas une bonne chose)
- etc.
et c’est tout.

**: contrairement à bibike semble-t-il, j’accepte de payer plus cher pour avoir de la croissance, c’est-à-dire j’accepte des rations plus élevés pour les entreprises ayant démontré leur capacité à faire régulièrement de la croissance.

Mais je doute que son immobilier soit important et puisse être monétisé un jour:
- pas présent dans des zones où le m2 est cher et progresse régulièrement hors rares crises, comme le centre des grandes villes
- et de toute manière indispensable à l’exploitation et donc pas cessible.

Je ne changerai d’avis là-dessus que si on découvre que le foncier d’un de ses grands sites a pris énormément de valeur pour une raison X ou Y et que Stef peut (et va vraisemblablement) le vendre et peut le remplacer par un site nettement moins cher.
Comme le cinéma sur les Champs Elysées dont Gaumont n’a plus besoin pour son exploitation et peut un jour vendre cher.
(Et encore, dans le cas de Gaumont, ce point très positif n’est à valoriser que partiellement, car rien ne prouve que le montant de la vente, quand vente il y aura, se retrouvera dans la poche des actionnaires minoritaires).

Dernière modification par Marseille08 (31/08/2018 18h04)

Hors ligne

 

[+1]    #20 31/08/2018 23h03 → Stef SA : leader de la logistique et du transport grand froid en Europe (frigorifique, logistique, stef, transport)

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   79 

Bonsoir

Suite à cette file, je commence mes devoirs sur cette boite.

D’un premier abord STEF est une bien trop grosse capi pour mon style de portefeuille, car je pense qu’une capi supérieure au milliard d’euros est suivie par des milliers d’individus qui ont les meilleures info que moi, plus de temps et plus de moyens. Dans de telles conditions, où serait mon avantage comparatif ? Pourquoi irais-je étudier cette boite plutôt qu’une autre ?

Une fois cette barrière passée, j’ai fouillée et je pense :

1. Que le marché du frais n’est qu’à son début. La bataille des e-commerces sur la livraison du frais ne fait que commencer. Le drive n’est que le hybride de ce qui pourrait arriver très vite , la livraison à la maison de produits frais en moins d’une heure .

2. Le commerce du frais est hyper complexe, du fait justement, de la rotation de stocks que demande ce business.

J’avais lu des interviews de Renaud Paquin il y a quelques années déjà qui expliquait la complexité de ce business, quand il avait lancé son site monmarche.fr sur Rungis (qui est le plus grand marché de produits frais au monde). Et tout dernièrement, il a vendu sa belle affaire à Grand Frais avec comme raison le fait que c’est très très compliqué comme business, qu’il fallait une logistique de dingue pour grossir, d’où l’adossement à un très gros.

BFM BATAILLE DANS L’ALIMENTAIRE

Et donc ? Où en suis-je ?

Au delà des ratios comptables, un peu de ceci ou de cela, je pense que la livraison de produits frais sera très bientôt un marché à croissance bien plus forte qu’actuellement.

Je pense aussi, que le meilleur capital d’une boite n’est pas dans les comptes, mais dans les hommes. Ceux qui dirigent et aussi ceux qui y bossent. Ca, ca n’a pas de prix. (au passage je constate que souvent ici sur IH, on parle des chiffres mais peu des hommes , et pourtant …)

Le fait d’avoir une bonne part des salariés comme actionnaires en plus de la famille est pour moi un bon signe.

Et concernant l’immobilier détenu, c’est un style d’expansion que d’autres boites font, ils achètent en dur les murs, les façonnent pour eux et les amortissent dans les comptes. Ca fait du tangible (même si un entrepôt n’est pas un immeuble de bureaux à Lyon Vaise par exemple ;-)

J’ai commencé une mini ligne, sans cela, je n’arrive pas à bien suivre la boite.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne

 

[+1]    #21 26/10/2018 22h16 → Stef SA : leader de la logistique et du transport grand froid en Europe (frigorifique, logistique, stef, transport)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   589 

Bonjour,

Stef grimpe de 6% aujourd’hui après publication d’un T3 en croissance de près de 10% (6% à PCC). Au delà des espérances des analystes.

Midcap Partners Louis Capital Markets passe de neutre à achat sur Stef, malgré un objectif ramené de 106 à 101 EUR.

Notez la reprise de 75% de STG Transport (n°2 derrière Stef) par un fonds d’investissement.


Parrain Ing Direct - Binck - Bourse Direct - Boursorama - DeGiro - Fortuneo 12470190 eBuyClub Poulpeo iGraal

Hors ligne

 

[+2]    #22 27/10/2018 16h59 → Stef SA : leader de la logistique et du transport grand froid en Europe (frigorifique, logistique, stef, transport)

Membre
Top 150 Réputation
Réputation :   79 

J’avoue avoir modestement contribué à la montée des cours. :-)

Pas vraiment une petite capi, mais en points positifs sur ce dossier je vois

croissance externe avec achats des actifs tangibles
le commerce du frais est actuellement rikiki et à gros potentiel
Stef est un acteur majeur du secteur (parts de marché probablement fortes)

Au prix , qui n’est pas (encore ?) à la casse j’ai renforcé ma ligne.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par srv (27/10/2018 18h39)

Hors ligne

 

[+1]    #23 06/12/2018 21h57 → Stef SA : leader de la logistique et du transport grand froid en Europe (frigorifique, logistique, stef, transport)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   589 

Acquisition de Stef des  Transports Frigorifiques Grégoire Galliard suite au départ de son propriétaire.

TFGG : spécialisée dans le frais et le surgelé, 140 collaborateurs, un site en Bourgogne France Comté, 15 M€ de CA. Stef poursuit sa consolidation du territoire, acteur par acteur.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.


Parrain Ing Direct - Binck - Bourse Direct - Boursorama - DeGiro - Fortuneo 12470190 eBuyClub Poulpeo iGraal

Hors ligne

 

[+1]    #24 24/01/2019 21h33 → Stef SA : leader de la logistique et du transport grand froid en Europe (frigorifique, logistique, stef, transport)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   589 

Bonsoir,

Stef publie son CA 2018 et c’est plutôt pas mal, +9.4% de croissance dont +10.5% sur le seul dernier trimestre et malgré les gilets jaunes.

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/11791_stefcafullyear.jpg

La croissance organique est forte : enfin tout est relatif il faudrait connaitre la croissance du marché, cela dit selon cet article elle était de 4% en moyenne entre 2014 et 2017, l’article est plutôt en faveur des grandes entreprises du secteur du fait des besoins en capitaux importants et de la pression tarifaire. Pour les motivés il y a une étude de marché à vendre 2950 € HT…

Que pensez-vous de la taille du "marché" évoqué dans l’article 6.7Mds€, de quelle zone parlent-ils ?

Croissance organique légèrement supérieure en France qu’à l’international où la croissance externe joue un plus grand rôle.

Le Transport France : +11,1 M€ apportés par la société Express Marée, acquise le 2 juillet 2018, - les Activités Internationales : +11,5 M€ provenant de l’activité frigorifique de Marconi en Italie, reprise début mai 2018.

En Transport France la croissance organique tient pour moitié des volumes et pour moitié de la hausse des carburants (et des indexations de tarifs liées).

La Logistique est portée par la Resto Hors Domicile.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par bibike (24/01/2019 21h34)


Parrain Ing Direct - Binck - Bourse Direct - Boursorama - DeGiro - Fortuneo 12470190 eBuyClub Poulpeo iGraal

Hors ligne

 

[+1]    #25 06/02/2019 12h48 → Stef SA : leader de la logistique et du transport grand froid en Europe (frigorifique, logistique, stef, transport)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   589 

RA 2017 page 42 a écrit :

Risque sur le gazole
En tant que consommateur important de gazole pour ses activités, STEF est exposé aux variations du prix de ce carburant. En France, un dispositif réglementaire permet de répercuter, en pied de facture, les variations de prix du gazole aux clients, limitant ainsi très fortement l’exposition résiduelle à
ce risque. Aussi, la mise en place d’instruments de couverture sur ce produit n’est pas privilégiée à ce stade.

page 66 a écrit :

Outre les mécanismes de répercussion de cette charge, le groupe privilégie surtout l’optimisation des achats avec des acheteurs dédiés ainsi que la mise en œuvre de mesures visant à réduire les consommations des véhicules.

Taux de MOP en hausse de 0.5 point entre 2016 et 2017 malgré la hausse des carburants (mais difficile à dire d’où vient l’amélioration).

Le gazole c’est 122 M€ de charges en 2017 & 107 M€ en 2016, soit 4% du CA environ ou 6% des charges externes.

Pas de table de sensibilité, donc vu les éléments précédents et ce que ça représente sur le CA, l’impact doit être marginal.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.


Parrain Ing Direct - Binck - Bourse Direct - Boursorama - DeGiro - Fortuneo 12470190 eBuyClub Poulpeo iGraal

Hors ligne

 

[+1]    #26 11/02/2019 16h37 → Stef SA : leader de la logistique et du transport grand froid en Europe (frigorifique, logistique, stef, transport)

Membre
Réputation :   25 

Stef est sponsor du trophée, donc … sad

Hors ligne

 

[+1]    #27 22/05/2019 12h20 → Stef SA : leader de la logistique et du transport grand froid en Europe (frigorifique, logistique, stef, transport)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   188 

Boursier.com a écrit :

STEF : touché mais pas coulé

Tangage.
Dans nos précédentes analyses sur STEF, nous avons volontairement omis de mentionner les perspectives du pôle maritime. Il est vrai que la contribution aux résultats de cette activité est relativement secondaire. En 2018, cette branche a contribué à hauteur de 7,7 millions d’euros au résultat opérationnel, représentant moins de 6% du Rop de l’ensemble du périmètre consolidé du groupe de transport et logistique. Loin d’être une locomotive, cette activité représentait d’ailleurs un point d’ombre ces dernières années, avec une profitabilité en baisse. Mais la situation pourrait dégénérer davantage. Car les nuages s’accumulent actuellement sur La Méridionale, dont les délégations de service public sont remises en cause les unes après les autres. Après l’échec de la candidature sur de DSP sur Ajaccio, voici que la desserte sur Bastia est aussi contestée. Ainsi, le groupe pourrait se retrouver avec seulement deux bateaux exploités sur trois, qui plus est sur des lignes secondaires. Le risque de casse sociale pour la compagnie n’est donc pas à négliger. Dans le pire des scénarios, des surcoûts importants viendraient grever les comptes de l’année 2019 voire 2020, éclipsant l’embellie attendue dans le coeur de métier.

Portée. C’est bien connu, la Bourse déteste par-dessus tout l’incertitude. Mais il convient de relativiser la portée des déboires de La Méridionale. Le titre STEF recule d’une dizaine de pourcents sur un mois et de plus de 30% sur un an glissant. Autant dire que les investisseurs pricent déjà les mauvaises nouvelles qui entourent le groupe, sachant que 2019 se présente théoriquement comme une année de redressement pour les activités de transport et de logistique en France, affectés l’an dernier par un certain nombre d’éléments non récurrents dont le mouvement des Gilets jaunes. Fait encourageant, l’exercice 2019 a plutôt bien démarré avec une croissance de 5,5% à 802,5 ME du chiffre d’affaires consolidé au premier trimestre, malgré un effet calendaire négatif et une consommation alimentaire atone dans l’Hexagone. Le second trimestre est en outre escompté en accélération, confortant le scénario de recovery. En retenant les projections actuelles des analystes pour 2019, STEF se paye sur la base de 10,5 fois les profits. Nous pensons dès lors que l’on peut renforcer la ligne si ce n’est déjà fait. On peut compléter la position, pour le moyen terme…

Source
Les fondamentaux du transport routier frigorifique sont intéressant. Si Stef devait revenir vers 70€ suite à des problèmes sur sa branche maritime, je pourrais rentrer sur le dossier.

Hors ligne

 

[+1]    #28 22/05/2019 19h15 → Stef SA : leader de la logistique et du transport grand froid en Europe (frigorifique, logistique, stef, transport)

Membre
Réputation :   

Bien voila une bonne surprise,

Je suis un des salariés, je plussoie que le fait nous encourageons vivement tous les collaborateurs à participer à l’actionnariat de l’entreprise. A titre personnel depuis que je suis entré dans le groupe, je met tous mes intéressements et primes diverses en actionnariat, lui seules bénéficiant d’un abondement d’ailleurs.

Je rebondis sur deux trois items de cette page,

Concernant l’immobilier, le groupe choisit en effet de monter en propre chacun de ses sites, cependant il y a quelques exceptions ou le partenaire/client choisi de faire STEF uniquement le 3 PL ou 4 PL suivant l’organisation. Des joints-ventures sont crée le cas échéant, pour vous donner un ordre d’idée un site tri température de 30k m2 tourne aux alentours de 19M€.

Concernant la restauration hors domicile,
Les résultats ont été impactés par des conjonctures de l’année passé, cette année semble au beau fixe.
Les projets à venir confirme cela et le choix du groupe à choisir ce marché comme levier de croissance, le marché du transport et de la log sous température est en partie détenu par le groupe.

Le groupe a de la concurrence mais celle-ci reste sur son marché ou sur son secteur géographique.
La capillarité du réseau fait que aucun concurrent n’est en mesure de se positionner.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne

 

[+1]    #29 29/06/2019 20h16 → Stef SA : leader de la logistique et du transport grand froid en Europe (frigorifique, logistique, stef, transport)

Membre
Réputation :   

Appaisement en vue sur le dossier.

Mer et Marine a écrit :

DSP corse : Corsica Linea et La Méridionale se partagent la desserte

Ajaccio, Bastia et Ile-Rousse pour Corsica Linea. Propriano et Porto-Vecchio pour La Méridionale. L’assemblée de Corse a voté hier soir l’attribution des conventions de délégation de service public pour la desserte de l’île dans un contexte de forte tension. Et c’est finalement une répartition attendue des lignes entre les deux armements qui a été attribuée pour cette DSP provisoire qui va courir du 1er octobre 2019 au 31 décembre 2020.

Mer et Mairine 28-06-19

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne

 

[+1]    #30 19/07/2019 21h27 → Stef SA : leader de la logistique et du transport grand froid en Europe (frigorifique, logistique, stef, transport)

Membre
Réputation :   

STEF-communiqué du 2T a écrit :

STEF, leader européen des services de transport et de logistique pour les produits alimentaires sous température contrôlée, annonce un chiffre d’affaires pour le 2ème trimestre 2019 de 863,4 M€, en hausse de 8,3% par rapport à 2018 (+5,7% à périmètre constant). Au 30 juin 2019, le chiffre d’affaires cumulé du Groupe s’élève à 1 665,9 M€, en progression de +7% (+4% à périmètre constant).
Stanislas Lemor, Président-directeur général de STEF, a déclaré : « Cette bonne performance s’inscrit dans le cadre d’une consommation alimentaire toujours positive en Europe et du positionnement des Fêtes de Pâques au 2ème trimestre. Elle est soutenue par nos récentes acquisitions en France et dans les pays européens où nous sommes présents ».

Publication plutôt positive sur les chiffres du second trimestre, meilleurs que ceux du premier trimestre.
La croissance en organique de 4% sur le semestre est proche de celle de 2018 (4,3% hors surtaxe carburant). Alors que STEF s’attendait à une année 2019 plus difficile.

Il faudra voir les comptes semestriels publiés le 29/08 après bourse, car toutes les activités n’ont pas la même rentabilité.

Cette publication pourrait expliquer la remontée des cours ces derniers jours, même si j’ai l’impression que le communiqué est postérieur à la première journée de hausse. Rien vu sur la Méridionale depuis mon post précédant.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne

 

[+1]    #31 29/08/2019 18h28 → Stef SA : leader de la logistique et du transport grand froid en Europe (frigorifique, logistique, stef, transport)

Membre
Réputation :   25 

Résultats du premier semestre tout à fait positifs, +20.9 % pour le RN, en dépit des soucis de la méridionale (qui ne font que commencer).
L’acquisition de DYAD pose plus question: si la partie conditionnement agro-alimentaire peut faire sens, la société est une entreprise adaptée (ie; emploie des handicapés, pourquoi pas) mais a des activités éloignées (imprimerie, cosmétique, marketing, paquet cadeaux…), pour un CA de 11 M€ .

Hors ligne

 

[+1]    #32 30/08/2019 00h11 → Stef SA : leader de la logistique et du transport grand froid en Europe (frigorifique, logistique, stef, transport)

Membre
Réputation :   

Norman a écrit :

.

Seul point d’interrogation sur l’évolution du Résultat net qui n’augmente que de 20% (déjà très bien), alors que l’EBIT augmente de 40%. Pas vu d’éléments sur le communiqué.

Bonjour,
Ce sont les impôts (page 18). Le résultat avant impôts suit bien la même évolution (+41%). Après, les charges d’impôt ont explosé (X2), d’où cette divergence de performance.

Excellents résultats, dans une proportion inattendue. Quelle belle entreprise !

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech