Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#1 15/12/2011 12h02 → Ray Dalio : comment fonctionne la machine économique ? (bridgewater associates, ray dalio)

Membre
Réputation :   512 

Figure immensément respectée outre-atlantique mais hélas snobée chez nous, Ray Dalio est le fondateur et le président de BridgeWater Associates, sans doute le hedge fund le plus en vue du moment - 120 milliards de dollars en gestion et un rendement annuel moyen de 15%.

http://www.devenir-rentier.fr/uploads/941_dalio_blog_1.jpg

Monsieur Dalio a une approche de l’investissement relativement conventionelle mais se démarque de ses pairs par une philosophie de vie et de gestion particulière - que certains qualifieront sans doutes de fort antipathique.

Il y a quelques mois Monsieur Dalio a publié un papier tout a fait exceptionnel qui synthétise sa vision de l’économie - et les raisons de son expansion, de sa stagnation ou de sa contraction.

A l’attention des lecteurs du forum de l’investisseur heureux et de l’ensemble de la communauté francophone, voici son papier how the machnine works, a template for understanding traduit et abrégé. L’auteur comme les lecteurs pardonneront j’espère les quelques libertés que j’ai prises avec la formulation, souvent pour des raisons de compréhension en langue française.

Pour la version origniale complète (en anglais), je renvoie le lecteur vers le site de Bridgewater Associates, rubrique recherche.

Une fois la traduction complète, j’éditerai l’article afin qu’il soit plus digeste et compréhensible - car a la relecture des deux premiers extraits le tout sonne un peu trop brut de décoffrage.

Que les lecteurs me pardonnent, donc.

Dernière modification par thomz (16/12/2011 07h32)

Mots-clés : bridgewater associates, ray dalio

Hors ligne

 

#2 15/12/2011 12h03 → Ray Dalio : comment fonctionne la machine économique ? (bridgewater associates, ray dalio)

Membre
Réputation :   512 

Première partie (que les paresseux sautent directement aux derniers paragraphes et a l’analogie avec le Monopoly).

Ray Dalio, traduction Thomz a écrit :

L’économie est telle une machine. Fondamentalement, c’est même une machine relativement simple - et pourtant largement incomprise.

Ma description n’a que peu en commun avec celle que font de nombreux économistes. Ce sera donc a vous de décider si ce que j’écris a un sens ou non. Je commencerai par les bases avant de techniciser mon explication.

LES FONDAMENTAUX

Une économie est simplement une somme de transactions.

Une transaction requiert un acheteur qui dépense de l’argent (du cash ou du crédit) et un vendeur qui offre un bien ou un service. Un marché regroupe tous les acheteurs et vendeurs d’un même bien ou service. Une économie regroupe toutes les transactions effectuées sur tous les marchés.

Donc, bien qu’habituellement complexifiée et technicisée a outrance, l’économie n’est guère qu’un zillion de choses simples additionnées.

Pour chaque marché et chaque économie, si vous connaissez le montant total d’argent (cash et crédit) dépensé et le montant total de biens ou services vendus, alors vous savez tout ce qu’il y a savoir.

Ainsi, pour prédire l’évolution d’un prix, il suffit de savoir - ou de prévoir - quel sera le montant total d’argent a disposition des acheteurs et la quantité totale des biens ou services a disposition des vendeurs.

C’est aussi simple que cela.

http://www.devenir-rentier.fr/uploads/941_economy.jpg

Partant de ce postulat, tout changement de l’activité économique est du soit a un changement dans le montant d’argent disponible sur un marché en particulier, soit a un changement dans la quantité de biens ou services vendus sur ce meme marché.

Les changements du coté des acheteurs (argent disponible) ont habituellement des conséquences plus significatives que les changements du coté des vendeurs (biens ou services disponibles).

Pour simplifier la suite de notre démonstration, nous diviserons les acheteurs entre le secteur privé (ménages et entreprises) et le secteur public (gouvernements et banques centrales).

LE SYSTEME CAPITALISTE

[S’ensuit une description synthétique de la société capitaliste et libérale ainsi que de ses conditions d’existence]

Dans la société capitaliste, une contraction du capital (argent disponible) entraîne logiquement une contraction de l’économie.

Ces contractions peuvent survenir pour deux raisons, connues sous les noms de récession et de deleveraging.

Les récessions sont habituellement bien comprises car fréquentes et "palpables", alors que les deleveragings, plus rares, sont généralement incompris. Les deux sont très différents.

Une récession est due a une contraction du capital dans le secteur privé, qui survient généralement lorsque les politiques de la banque centrale sont trop strictes (souvent pour combattre l’inflation). La récession se termine le jour même ou ces politiques se détendent ("easing").

Un deleveraging, en revanche, est une contraction de l’économie due a une contraction du capital réel (credit and equity) qui survient lorsqu’il manque des fournisseurs en capital (quand personne n’a d’argent ou quand personne n’a confiance, ou souvent les deux) et lorsqu’il il y a un manque de "receveurs" de capital (quand personne ne peut générer une croissance suffisamment satisfaisante).

Durant un deleveraging, les dettes des créditeurs ("receveurs") deviennent intenables, car trop élevées par rapport aux revenus tirés de leur capital - et les politiques monétaires ne parviennent plus ni a réduire le coût de la dette ni a relancer le crédit. [note de thomz: comme aujourd’hui!]

[S’ensuit une description assez technique des taux d’intérêts, de leur impact sur la masse monétaire et sur la formation et l’accumulation de capital].

Les deleveraging cessent généralement avec 1/ une restructuration de la dette, 2/une augmentation de la masse monétaire qui permet aux créditeurs de payer leur créanciers, 3/ une redistribution significative des richesses, 4/ un secteur privé qui réduit ses dépenses au strict minimum de survie, 5/une augmentation marquée du risque (retour de la confiance) qui rétablit l’économie du capital (prêt et emprunt) sous sa forme originelle et 6/des taux d’intérêt nominaux gardés sous le taux nominal de croissance.

Tant que ces six conditions ne sont pas réunies, le deleveraging continue.

Une récession peut etre rectifiée par une banque centrale qui en allégeant les taux d’intérêts peut a nouveau rendre attractive la formation de capital, alors que les deleveratings requièrent eux des transformations plus structurelles.

C’est pourquoi les récessions sont souvent courtes (quelques mois) alros que les deleveragings durent plus longtemps (habituellement dix ans ou plus).

C’est le degré d’implication des gouvernements qui permet a l’observateur de savoir si il affronte une récession ou un deleveraging.

Durant un deleveraging, les banques centrales "impriment" de colossales masses d’argent qu’elles utilisent pour acheter les produits financiers qui compenseront le declin du crédit dans le secteur privé - alors que ces actions sont inexistantes durant une récession.

LES TROIS GRANDES FORCES

Je crois que les trois grandes forces qui dirigent l’économie sont 1/ la productivité, 2/ les cycles de la dette long-terme et 3/ les business cycles [note the thomz: désolé, pas trouve mieux comme traduction!]

[S’ensuit une brève illustration de ces forces a l’oeuvre dans la société capitaliste]

La productivité est en augmentation continue car "indexée" a notre niveau scientifique, qui lui-même ne peut aller qu’en augmentant, le socle de connaissances original s’élargissant toujours plus.

Ceci me permet d’ailleurs d’être relativement confiant quant au "retour sur piste" de l’économie un jour prochain - souvent plus prochain qu’on ne le pense. 

http://www.devenir-rentier.fr/uploads/941_productivity.jpg

Les variations autour de la moyenne sont principalement dues aux contractions et expansions du crédit selon les cycles longs (50 a 75 ans) et courts (5 a 8 ans). [note de thomz: ici, net parallèle 1929/2008].

Je remarque que habituellement lorsque l’on parle de cycles soudainement les sourcils se froncent. Permettez-moi donc de préciser ma pensée.

[note de thomz: le passage ci-dessous est un MUST-READ!]

Un cycle n’est rien d’autre qu’une séquence logique d’évènements qui se répète selon un schéma établi par "les règles du jeu". Il ne s’agit donc pas d’ésotérisme ni de fantaisie, mais de logique.

Si vous comprenez le jeu du Monopoly, alors vous comprenez tout de l’économie capitaliste et de ses cycles.

Au Monopoly, tout le monde démarre en cash puis se met a acheter des hôtels. Ce sont ceux qui ont le plus d’hôtels qui gagnent le plus d’argent. C’est pourquoi tous les joueurs veulent construire le plus d’hôtels possible.

Donc, plus le jeu progresse plus il y a d’hôtels, et moins il y a de cash; jusqu’au point d’accumulation maximale, ou les joueurs se retrouvent avec pléthore d’hôtels mais pénurie de cash.

C’est a ce moment précis que l’on touche le pic du cycle.

Quand vient le moment de payer les frais (cases adverses, factures, crédits, etc.) les joueurs sont dépourvus du cash nécessaire. Pris a la gorge, ils se retrouvent contraints de vendre leurs hôtels a des prix discount.

Donc, si au début du jeu la propriété est reine, a la fin c’est le cash qui est roi. Ceux qui gagnent au Monopoly sont tout simplement ceux qui ont le bon mix au bon moment.

Maintenant, et pour pousser encore plus loin l’analogie, imaginez comment fonctionnerait le jeu si la banque pouvait faire des prêts et recevoir des dépôts.

Les joueurs emprunteraient pour construire plus d’hôtels et placeraient leur surplus de cash a la banque pour gagner un intérêt.

La banque aurait donc en sa possession encore plus de cash a prêter, ce dont elle ne se priverait pas - puisqu’elle y gagne! La machine tournerait a pleine vapeur. 

Mais alors, voici ce qui arriverait: plus d’argent serait emprunté des le départ par des joueurs avides afin d’accumuler rapidement du capital (hôtels et épargne); le montant d’argent du (la dette) augmenterait alors plus vite que le montant d’argent existant. Ainsi se formerait une bulle. Nous aurions le meme cycle que celui énoncé plus haut, mais en encore plus dramatique.

Pour survivre les joueurs en viendraient a s’endetter toujours plus, et ce n’est alors qu’une question de temps avant la banqueroute finale.

Ruinés, les joueurs quitteraient le plateau de jeu… avant de remettre les compteurs a zero et de commencer une nouvelle partie.

Si le Monopoly fonctionnait ainsi, vous auriez une parfaite représentation de notre économie telle qu’elle fonctionne aujourd’hui dans nos sociétés capitalistes.

=======

Deuxième partie a suivre des que je trouve le temps de traduire le reste!

Dernière modification par thomz (20/12/2011 10h36)

Hors ligne

 

#3 15/12/2011 12h07 → Ray Dalio : comment fonctionne la machine économique ? (bridgewater associates, ray dalio)

Membre
Réputation :   60 

Merci pour ce beau boulot!! C’est ça les passionnés.

Justement suite à votre post de l’autre jour j’étais allé voir les écrits de Dalio, mais il y en a tellement que je ne savais pas lequel attaquer.

Dernière modification par placementapapa31 (15/12/2011 12h14)

Hors ligne

 

#4 15/12/2011 12h42 → Ray Dalio : comment fonctionne la machine économique ? (bridgewater associates, ray dalio)

Membre
Réputation :   66 

Merci beaucoup pour cet article passionnant !

Hors ligne

 

#5 15/12/2011 14h12 → Ray Dalio : comment fonctionne la machine économique ? (bridgewater associates, ray dalio)

Membre
Réputation :   

Merci pour l’article !
J’ai découvert Ray Dalio il y a tres peu de temps…

Hors ligne

 

#6 16/12/2011 04h59 → Ray Dalio : comment fonctionne la machine économique ? (bridgewater associates, ray dalio)

Membre
Réputation :   512 

Deuxième partie (que les paresseux sautent directement a la conclusion).

Ray Dalio, traduction Thomz a écrit :

La prospérité existe quand l’économie opère a un haut niveau de capacité (hausse de la production, de la demande et du crédit).

Dans une telle configuration, les profits sont élevés et le taux de chômage est réduit a son minimum structurel.

Le plus longtemps ces conditions existent, le plus le niveau de capacité de l’économie augmente.

C’est lorsque la demande décline (a cause d’une hausse des prix, d’une raréfaction du crédit ou d’une saturation des taux d’équipements par exemple) que la capacité de l’économie diminue. Si la demande baisse, l’offre est contrainte de baisser pour s’ajuster et rester rentable.

Mais alors les profits se réduisent, la production diminue, le chômage remonte et le crédit se fait soudainement plus rare - car la baisse de la demande mine la confiance.

[note de thomz: dans la première partie Ray Dalio a pose en hypothèse que les changements du coté des acheteurs (de l’argent) ont habituellement des conséquences plus significatives que les changements du coté des vendeurs (biens et services)]

Ainsi prospérité ne peut rimer qu’avec forte demande. Et dans notre économie capitaliste, une forte demande signifie nécessairement une croissance du crédit.

Or, comme le crédit diminue durant un deleveraging (il n’y a plus ni argent ni confiance), alors la demande diminue de même, entraînant une baisse de capacité de l’économie, et donc finalement une baisse de la prospérité.

C’est la dépression.

[note de thomz: C’est le cycle "Monopoly" décrit dans la première partie. Trop de demande entraîne trop de crédit, donc une baisse de la masse d’argent réel, donc a long-terme une insolvabilité des joueurs, donc un effondrement du crédit, donc une chute de la demande, donc la fin de la prospérité! Tout est connecté au sein d’une même séquence a la logique aussi répétitive qu’implacable]

Il serait facile de penser qu’une politique volontariste de stimulation de la demande permettrait aux économies de fonctionner a pleine capacité indéfiniment. Voyons quels sont les paramètres.

L’ARGENT

S’ensuit une définition de l’argent, du crédit, des agrégats monétaires.

De nos jours, virtuellement tout ce que nous appelons "argent" n’est en fait que du crédit. C’est a dire une promesse de payer, et non un règlement effectif.

Le montant total de dette aux USA est d’environ 50 trillions alors que le montant total d’argent réel n’est que de 3 trillions. [note de thomz: le papier n’est déjà plus tout jeune]

Ce qui signifie que notre promesse est quinze fois supérieure a notre capacité réelle.

Il est donc vital de poser clairement la situation. Si l’argent réel finalise la transaction, le crédit en revanche ne fait que retarder cette finalisation.

Dans une économie sans crédit, si je veux acheter un bien ou un service je dois être en mesure de l’échanger sur le moment avec un autre bien ou service de valeur équivalente.

Donc, mon seul moyen d’augmenter ma prospérité est d’augmenter ma production. C’est pourquoi dans une économie sans crédit la hausse de ;la demande est indexée sur la hausse de la production.

Ce système diminue certes la fréquence des bulles et leur éclatement, mais il diminue également la prospérité ainsi que la productivité. Les économies communistes sont un exemple éloquent.

A l’inverse, dans une économie de crédit je peux acquérir des biens ou des services facilement. Mes futurs revenus seront utilises comme garantie par l’intermédiaire qui m’offre le crédit - la banque. C’est ainsi que le crédit et la promesse augmente plus vite que le revenu et le réel.

Chacun comprend les implications d’une dépense qui augmente plus vite que le revenu.

S’ensuit une longue explication technique qui détaille comment ce processus se nourrit de lui-même et comment les expansions monétaires opérées par les banques centrales favorisent le crédit.

Dans une telle économie, la demande est dépendante de la propension qu’ont les acteurs a demander et attribuer du crédit. Quand ce dernier est facile et abordable, il grimpe en flèche. Quand il est rare et onéreux, il chute.

Sur le cycle court terme (5-8 ans) l’offre et le coût du crédit sont entre les mains des banques centrales par le contrôle des taux d’intérêts.

Sur le cycle long-terme (50 a 75 ans), l’offre et le coût du crédit sont liés a des facteurs qui vont bien au delà du contrôle et des capacités des banques centrales - raison pour laquelle leurs politiques sont aussi inefficaces durant un deleveraging.

Les deux types de cycles sont en tout cas périssables parce qu’il existe une limite a l’endettement, c.a.d que toutes les dettes doivent etre un jour soit payées soit effacées - marquant la fin du cycle.

La condition requise pour la création du crédit dans notre économie capitaliste, c’est que les deux créditeurs et créanciers considèrent le crédit comme un good deal. Parce que la dette d’un homme n’est jamais que l’actif d’un autre, les prêteurs doivent considérer qu’ils seront remboursés un montant superieur a l’inflation, net de taxes.

Pour le prêteur, le crédit doit être plus rentable que l’épargne ou que toute autre opération de placement qui le protégerait de l’inflation.

S’ensuit une explication fort technique détaillant l’importance vitale de la liquidité comme carburant du système, la disponibilite de cette dernière étant bien entendu la principale cause d’inflation ou de déflation, e.g attractivité du crédit.

Justement, l’un des pouvoirs des gouvernements est de créer de la monnaie et du crédit.

S’ensuit un bref historique des politiques "traditionnelles" et un parallèle entre l’époque de l’or - ou l’on échangeait un bien ou service contre une valeur équivalente en argent - et l’époque actuelle ou l’on échange un bien ou un service contre une simple promesse sans valeur intrinsèque (car risque de déflation/inflation)

Nous sommes a une époque ou les créanciers demandent aux gouvernements qui contrôlent les systèmes monétaires d’assurer un juste retour de la valeur - c’est a dire, de ne pas mener de politiques déraisonnables "d’impression d’argent" pour stimuler la demande.

S’ensuit une description et un historique assez détaillé des deux systèmes monétaires proposés "en garantie" par les gouvernements aux créanciers, l’un étant commodity-based (or) l’autre etant un fiat system (monnaie papier).

Les gouvernements ont effectivement tendance a abuser du système de la monnaie papier qui leur offre ce pouvoir de battre monnaie, de stimuler le crédit et de redistribuer "facilement" de la richesse. La nature humaine étant ce qu’elle est, la gratification immédiate est toujours privilégiée.

Conclusion de la seconde partie

C’est ainsi que afin de créer de la prospérité, ce pour quoi ils sont mandatés, les gouvernements augmentent artificiellement la demande en autorisant plus de crédit (en offrant plus de liquidité), ce qui conduit irrémédiablement a des crises de la dette puisque l’argent-papier perd de sa valeur intrinsèque au fur et a mesure.

Les créanciers se retrouvent floués (ils sont rembourses en "monnaie de singe") et ce n’est qu’une question de temps avant qu’ils ne jettent l’éponge et laissent l’économie s’abîmer tel un vaisseau malade.

C’est le point de dépression maximale. Bientôt, les joueurs du Monopoly feront table rase et relanceront une partie.

Dernière modification par thomz (20/12/2011 10h41)

Hors ligne

 

#7 20/12/2011 08h37 → Ray Dalio : comment fonctionne la machine économique ? (bridgewater associates, ray dalio)

Membre
Réputation :   512 

Re-édité de A a Z.

Bonne lecture.

Hors ligne

 

#8 20/12/2011 09h01 → Ray Dalio : comment fonctionne la machine économique ? (bridgewater associates, ray dalio)

Membre
Réputation :   158 

Merci pour ce beau travail.
+1 !

$hagrath

Hors ligne

 

#9 20/12/2011 16h33 → Ray Dalio : comment fonctionne la machine économique ? (bridgewater associates, ray dalio)

Membre
Réputation :   60 

Je suis en train de potasser à fond ce document passionnant.

1 - Qui pourrait me rappeler la fin de partie au Monopoly : il y a hélas longtemps que je n’y ai pas joué, et je ne me souviens pas très bien ce qui fait qu’à un moment la partie se termine.

2 - A un moment Dalio parle de "bon mix entre PROPERTY et CASH adapté à chaque phase du cycle". Mais qu’appelle-t-il "property"? S’agit-il de biens de rapports? (donc Hôtels du Monopoly ou actions, obligations)

3 - Concernant la différence récession/deleveraging : je vois bien au niveau microéconomique l’intérêt pour un agent de s’endetter, donc d’investir à crédit, puisque il va ainsi doper la rentabilité de ses capitaux propres (à condition que la rentabilité du capital ainsi emprunté et investi soit supérieure à son coût, bien entendu). Mais je vois moins bien les conséquences macro. Bien sûr en agrégeant le tout on va avoir une diminution des capitaux engagés dans l’ensemble du système, mais qu’est-ce que ceci va entraîner de différent, par rapport au cas d’une récession simple, d’après vous?

Dernière modification par placementapapa31 (20/12/2011 16h34)

Hors ligne

 

#10 29/02/2012 09h03 → Ray Dalio : comment fonctionne la machine économique ? (bridgewater associates, ray dalio)

Administrateur
Réputation :   1307 

MorningBull a écrit :

Dans le monde des hedge funds, la gloire est éphémère, la place de numéro un très convoitée et pas garantie d’année en année. Cette année Ray Dalio a détrôné John Paulso. Dalio et son Pure Alpha Hedge Fund a rapporté 13.8 milliards à ses clients alors que Paulson en a perdu 10 (milliards). La société de Dalio, Bridgewater gère 120 milliards en hedge funds et charge 2% de mangement fees. L’an passé il aura classé 3 de ses fonds dans les 12 meilleurs fonds de l’année.

Pendant ce temps, John Paulson n’est pas en reste, puisqu’il a tout de même réussi à battre un record, celui de perdre plus d’argent sur un seul fonds que le fond LTCM des années 90 en aura perdu. Le fonds phare d’il y a bientôt 20 ans avait perdu 9.6 milliards en son temps. Bien qu’en théorie, il ne pouvait pas perdre. Paulson en aura perdu 10, record à battre.

Soure : http://morningbull.blog.tdg.ch/

Hors ligne

 

#11 05/11/2013 12h48 → Ray Dalio : comment fonctionne la machine économique ? (bridgewater associates, ray dalio)

Administrateur
Réputation :   1307 

La version vidéo du résumé de thomz :-)


Source : Bridgewater Associates

Hors ligne

 

#12 20/11/2013 23h06 → Ray Dalio : comment fonctionne la machine économique ? (bridgewater associates, ray dalio)

Membre
Réputation :   14 

Ray Dalio Discussing the Economic Machine at the New York Times DealBook Conference - November 12, 2013

Quelques citations:
- Les actions US devraient rapporter 4% en moyenne dans les 10 prochaines années.
Un rendement en baisse par rapport aux 7 à 10% de moyenne historique des marchés actions, mais avec un risque équivalent.
Petite consolation: ce sera pire pour les obligations.

- Les limites de ce que pouvait entreprendre la Fed pour soutenir l’économie ont été atteintes. L’action de la fed a entrainé les marchés actions dans des territoirs plus risqués.

- A 23:50, il parle de la France qu’il classe parmis les pays du Sud de l’Europe et estime que le remboursement de la dette sera de plus en plus difficile et aura un impact de plus en plus contraignant sur l’économie.

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech