Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#126 03/07/2016 20h03 → Situation économique du Royaume-Uni et avenir du Royaume-Uni (royaume-uni économie)

Membre
Réputation :   -3 

GoodbyLenine a écrit :

Vous avez de quoi argumenter "il n’a même  pas accompli un dixième du programme pour lequel il a été élu" ?
Autre réflexion : même en AG de copropriété, ou en AG d’une entreprise, selon la portée du vote, la majorité n’est pas toujours simplement à 50% des suffrages exprimés.

Vous jugez donc plus légitime le vote pour François Hollande qu’un vote contre le Brexit. Quels sont vos critères ?

Selon vous il faudrait donc les 3/4 des votes pour qu’un vote soit admis ; comme en AG pour certaines décisions. Pourquoi ne pas appliquer cela aux présidentielles ?

Pour vous répondre ; selon moi et ça n’engage que moi ; François Hollande n’a pas appliqué son programme économique. C’est le thème de ce forum. Pas de taxes à 75%. Pas de taxations des stocks Options. Pas d’ennemis dans la finance. Pas de sanctions contre des pratiques financières douteuses comme celles des paradis fiscaux. Pas de réduction du déficit à 3%. C’etait pourtant la clef de son élection.

Et pas de changement sur le mode de désignation des dirigeants de chaînes publiques comme il s’y était engagé… Mais bon ; ça ne semble déranger personnes en dehors de moi.

PS : Je précise que je ne soutiens ni son programme pré-élection, ni son programme post-élection. (Mon intervention peut porter à confusion mais elle est simplement destinée à montrer qu’Hollande a été élu sur un programme qu’il n’a pas accompli).

Dernière modification par azorgues (03/07/2016 20h36)

Hors ligne

 

#127 03/07/2016 20h08 → Situation économique du Royaume-Uni et avenir du Royaume-Uni (royaume-uni économie)

Banni
Réputation :   17 

GoodbyLenine a écrit :

@facelvega : Nous ne sommes donc pas d’accord. Ca n’est pas bien grave, et ce n’est pas la première fois. Vous devriez quand même un peu vous documenter sur les diverses interprétations de la notion de "démocratie" (commencez par les wikis par exemple), car c’est loin d’être aussi simple que d’aucun pourrait le croire, et de nombreuses personnes perspicaces ont travaillé sur le sujet… J’ajouterais que même en AG de copropriété, ou en AG d’une entreprise, selon la portée du vote, la majorité n’est pas toujours juste à 50% des suffrages exprimés.

Vous m’êtes si précieux que l’étalage de vos connaissances sur la démocratie, malgré un ton condescendant, ne change pas plus mon estime pour vous que la règle du référendum pour laquelle la majorité des votants l’emporte.

Pour finir, je vous dirais que si la démocratie a fait couler beaucoup de sang et de larme pour s’installer, le Brexit ne fera jamais couler que de l’encre.

Hors ligne

 

#128 03/07/2016 20h14 → Situation économique du Royaume-Uni et avenir du Royaume-Uni (royaume-uni économie)

Membre
Réputation :   29 

GoodbyLenine a écrit :

selon la portée du vote, la majorité n’est pas toujours simplement à 50% des suffrages exprimés.

En matière de copropriété  peut-être,  mais pour les décisions essentielles concernant la vie d’une nation, la prise de celles-ci à la majorité simple des votants est un usage tellement répandu que je n’ai aucun contre-exemple en tête.

Les Britanniques sont restés dans la communauté économique européenne en 1975 à la majorité simple des votants.

Les Français ont abandonné leur monnaie nationale en 1992 à la majorité simple.

Les Écossais ont l’an dernier refusé de prendre leur indépendance à la majorité simple.

Je ne vois pas de précédent raisonnablement analogue (je ne considère pas que vendre un morceau de couloir dans une copropriété soit raisonnablement analogue) qui justifierait de faire une exception pour les sorties de l’Union européenne.

D’autant que, sauf erreur de ma part, c’est particulièrement cohérent avec la tradition juridique britannique qui ne connaît pas de "lois constitutionnelle" et où tout élément de la législation est adopté par le Parlement selon les mêmes règles.

Dernière modification par GillesDeNantes (03/07/2016 20h15)

Hors ligne

 

#129 03/07/2016 20h22 → Situation économique du Royaume-Uni et avenir du Royaume-Uni (royaume-uni économie)

Modérateur
Réputation :   1084 

azorgues a écrit :

Vous jugez donc plus légitime le vote pour François Hollande qu’un vote contre le Brexit. Quels sont vos critères ?

Je ne juge rien.

j’aurais trouvé plus légitime (et plus respectueux des intérêts de son propre pays) que Cameron s’engage à faire un référendum (et qu’il le fasse) avec comme question "Souhaitez vous que D.Cameron reste PM" avec D.Cameron annonçant que comme PM il resterait dans l’UE, plutôt qu’il ne pose une question sur le Brexit sans maîtriser grand chose de ce qui se passerait en cas de vote "out". J’ai peut-être mal compris, mais il ma semble avoir un peu mélangé l’avenir de sa propre personne avec celui du pays, alors que la première importe bien moins que la seconde.


Contrôlons la finance: Finance Watch  - Parrain Fortuneo: 12356125, INGDirect: ZKCYANB, Altaprofits: MP

Hors ligne

 

#130 03/07/2016 20h39 → Situation économique du Royaume-Uni et avenir du Royaume-Uni (royaume-uni économie)

Membre
Réputation :   194 

Un pro-Remain qui est maintenant embêté que le "leave" soit passé a écrit un article, et après ? Ca sert à ce que les autres qui étaient favorables à ce que la GB ne quitte pas l’UE puissent le citer et le partager.

De toute les façons, l’auteur de cet article annonce la couleur dès le départ: "Compte tenu d’un taux de participation de 70 %, la campagne du « leave » l’a ainsi emporté grâce au soutien de seulement 36 % des électeurs."

Oui, et seuls moins de 35% des électeurs se sont prononcés en faveur de rester dans l’UE. Je crois qu’il faut arrêter de lire là. Mauvaise foi et parti pris, marqué noir sur blanc dès le début.

Quant au fait de voter à la majorité, je l’avais adressé dans cette même file: (4/6) Situation économique du Royaume-Uni et avenir du Royaume-Uni. Vouloir des paramètres plus contraignants que la majorité, quels qu’ils soient, avantagent ici le camp du Remain puisque si le vote ne mène à rien, la GB reste dans l’UE. Cet auteur vous parle même d’un second vote un an plus tard … Bah biensûr, on devrait implémenter ça pour les élections Présidentielles tiens wink

Si on posait la question de savoir si la GB aurait dû entrer dans l’UE à l’origine (ce qui a été fait sans rien demander à personne, en terme de "démocratie", soit dit en passant), sous entendu que si le vote n’est pas favorable et n’obtient pas une majorité de OUI, la GB sort, je suis à peu près sûr que tous ces gens qui parlent de conditions plus contraignantes (2 votes, participation minimum, différence minimum, votes minimums …) ne seraient plus du tout de cet avis.

GBL, je croyais qu’on avait fait le tour de cette question sur cette file (et beaucoup celle "Encore un Krach …" aussi).
Quel "autre aspect" ? C’est l’exact même chose que maintes fois évoquée, à savoir quelqu’un qui considère que le vote obtenu n’est pas le "bon" (enjeux mal compris, vote "trop" important pour laisser le "peuple" voter, il fallait des conditions plus drastiques pour le vote, etc …)

Dernière modification par Mevo (03/07/2016 20h52)

En ligne

 

#131 03/07/2016 21h39 → Situation économique du Royaume-Uni et avenir du Royaume-Uni (royaume-uni économie)

Membre
Réputation :   225 

C’est un sujet difficile car il est difficile de dire que dans une démocratie la majorité n’a pas raison.
C’est contraire à la définition que se font la plupart des gens de la démocratie.

Mais entre un peuple comme les Suisses qui ont une expérience de la démocratie participative (une variante de la démocratie?) et beaucoup de pays Africains par exemple ou les gens votent pour celui qui leur donne de l’argent ou qui est de leur ethnie, entre ces 2 extrêmes on comprend que tous les peuples ne sont pas près à la démocratie et que dans une situation donnée comme le Brexit, une démocratie (ou monarchie parlementaire) n’a peut être pas su gérer cette question au bénéfice de tous (y compris les autres pays européens).

Ce que je constate, c’est que ce sont les vieux, les moins éduqués, les plus populistes qui ont voté le Brexit et qui prône la sortie de l’EU dans d’autres pays.
Ce sont des gens qui si le peuple (l’autre moitié) laisse faire, vont nous conduire droit à de nouveaux conflits armés.

Car une fois que l’on a tout cassé et que ça ne marche pas mieux (regardons les municipalités gérées par le FN) il faut se trouver d’autres boucs émissaires. Et quand en face ils font la même chose, cela mène irrémédiablement au confit… Et c’est cela qui me dérange le plus personnellement. Que l’EU soit plus ou moins libérale je m’en fiche, c’est le vivre ensemble qui est important et clairement ceux qui ont voté le Brexit ont voté contre le vivre ensemble.


To achieve fair investment results is easier than you think; superior results are harder than you thought

En ligne

 

#132 03/07/2016 21h57 → Situation économique du Royaume-Uni et avenir du Royaume-Uni (royaume-uni économie)

Membre
Réputation :   45 

Jef56 a écrit :

il est difficile de dire que dans une démocratie la majorité n’a pas raison.

Je ne partage pas votre avis.La démocratie est un régime politique dans lequel le peuple a le pouvoir.On peut être favorable à la fois à la démocratie parce qu’on considère que c’est un régime moins pire que les autres et plus légitime et en même temps penser que sur certains sujets la majorité se trompe (dans un contexte donné, à un moment donné, avec les informations dont dispose le peuple).
En effet ce n’est pas parce qu’une décision est légitime ou souveraine qu’elle est bonne ou même la meilleure.
Mais au moins grâce à la démocratie et au référendum les citoyens britanniques seront responsables de leur vote :
- s’ils se trompent ils en assumeront les conséquences (bien sûr il y aura aussi des conséquences sur les autres peuples)
- s’ils ont raison ils en tireront légitimement le bénéfice.

Dernière modification par gilgamesh (03/07/2016 21h59)

Hors ligne

 

#133 03/07/2016 22h19 → Situation économique du Royaume-Uni et avenir du Royaume-Uni (royaume-uni économie)

Membre
Réputation :   

Je pense que le Royaume Uni ne sortira pas de l’UE.
L’article 50 n’est toujours pas engagé.
Cameron et Bojo refusent de prendre la responsabilité des opérations de sortie.
Personne ne prendra le risque de faire éclater le Royaume Uni.
Enfin, le Brexit est extrêmement complexe à mettre en oeuvre.
Pour le moment chez nos voisins anglais, il est urgent de ne rien faire.
J’ai l’impression que les marchés, qui ont quasiment refait leurs pertes, sont un peu du même avis.
C’est celle de David Rubenstein par exemple :
David Rubenstein de Carlyle

Dernière modification par Franc23 (03/07/2016 23h23)

Hors ligne

 

#134 03/07/2016 22h21 → Situation économique du Royaume-Uni et avenir du Royaume-Uni (royaume-uni économie)

Membre
Réputation :   225 

gilgamesh a écrit :

s’ils ont raison ils en tireront légitimement le bénéfice.

Souvent le passager clandestin profite d’une situation parce qu’il n’applique pas les règles du jeu et les anglais sont assez bons pour exploiter ces situations de passager clandestin où ils profitent d’un environnement mais ne s’appliquent pas les mêmes règles. Comme aujourd’hui ils aimeraient avoir accès au marché commun mais ne contribuer à rien.

Le problème c’est que si les autres veulent aussi jouer ce jeu c’est la course au moins-disant et un cercle vicieux s’enclenche. On l’a vu lors de la grande crise de 29 avec les dévaluations de monnaies de l’Angleterre et de tous les autres pays, puis les mesures protectionnistes pour contrer ces dévaluations sont prises, puis les échanges ralentissent, puis c’est la crise encore plus fort puis les nationalismes prennent le relais (c’est les pieds dans la merde qu’on se sent le plus français ou le plus allemand car il ne reste plus d’autre espoir) et ça se finit en guerre mondiale.

J’habite en Afrique depuis 6 ans et je vois comment l’être humain qui n’a rien à perdre (et souvent pas éduqué) peut facilement verser dans la violence. Les européens se croient immunisés? Ils restent des hommes! Donnez leur les bonnes (mauvaises) conditions et ils vont vite retrouver leurs instincts agressifs.
Regardez comment des soldats de n’importe quelle armée peuvent se transformer en tortionnaires sur un théâtre malgré les formations qu’ils ont reçues.

Le Brexit est une belle connerie!


To achieve fair investment results is easier than you think; superior results are harder than you thought

En ligne

 

#135 03/07/2016 22h51 → Situation économique du Royaume-Uni et avenir du Royaume-Uni (royaume-uni économie)

Membre
Réputation :   54 

552 promesses de FH.  Le seul nombre indique le grotesque de notre Président Normal.  Et pourquoi pas 2389 promesses?  Sur le plan économique en tout cas croissance, chomage, dette, impôts, promesse ou pas les choses ne s’arrangent pas vraiment et c’est le moins que l’on puisse dire.

Perso, le Brexit ne m’arrange pas vraiment.  Et la campagne, des deux clans, n’a pas toujours été très nette.  Et alors?  Les Anglais ont voté et leur choix se doit d’être respecté, point barre.

Hors ligne

 

#136 04/07/2016 09h58 → Situation économique du Royaume-Uni et avenir du Royaume-Uni (royaume-uni économie)

Administrateur
Réputation :   1307 

Je ne m’inquiète pas pour les anglais : Après le Brexit, Londres prêt à sabrer l’impôt sur les sociétés.

Ils vont se transformer en paradis fiscal, comme l’Irlande, mais avec la "puissance" de la City en bonus : une économie et une stratégie mixte, entre Singapour et l’Irlande.

En ligne

 

#137 04/07/2016 11h06 → Situation économique du Royaume-Uni et avenir du Royaume-Uni (royaume-uni économie)

Membre
Réputation :   80 

Mevo a écrit :

Si on posait la question de savoir si la GB aurait dû entrer dans l’UE à l’origine (ce qui a été fait sans rien demander à personne, en terme de "démocratie", soit dit en passant), sous entendu que si le vote n’est pas favorable et n’obtient pas une majorité de OUI, la GB sort, je suis à peu près sûr que tous ces gens qui parlent de conditions plus contraignantes (2 votes, participation minimum, différence minimum, votes minimums …) ne seraient plus du tout de cet avis.

La question nous a pourtant été posée en 1972 par voie de référendum : Pompidou avait demandé au corps électoral se se prononcer sur l’entrée dans le marché commun de la Grande-Bretagne, de l’Irlande et du Danemark. Le sujet était à l’époque assez sensible, le "grand Charles" ayant mis son veto à l’entrée des britanniques au début des années 60.

De ce que je me souviens, la droite et le centre appelaient au oui, le PS à l’abstention et le PC au non, le FN étant à cette époque un parti groupusculaire ; le oui l’avait facilement emporté avec une abstention très élevée.

Personne dans cette discussion n’évoque les conséquences de court terme de la chute du £ : c’est pourtant pain béni pour les exportateurs britanniques, ce qui pourrait d’ailleurs expliquer l’excellente tenue de certains titres après le brexit.

Quant à savoir si un seul point d’avance vaut ou non majorité, je ne peux que me référer au dicton populaire : "pour un point, Martin perdit son âne" ! Plus de détails ici :
Pour un point Martin perdit son âne. Origine, signification proverbe, expression populaire. Dictionnaire locutions. Histoire, magazine et patrimoine

Dernière modification par stokes (04/07/2016 11h11)

Hors ligne

 

#138 04/07/2016 11h28 → Situation économique du Royaume-Uni et avenir du Royaume-Uni (royaume-uni économie)

Membre
Réputation :   36 

Sur la baisse de l’impôt sur les sociétés et la transformation en capitale financière : l’Irlande a un taux à 12,5% et n’est pas devenue pour autant une grande puissance financière. Dubaï est à zéro. New-York est une ville avec de gros impôts : mais la finance y est toujours domiciliée. L’IS ne fait pas tout.

Il n’est pas sûr que la perte du passeport européen puisse être compensé par une baisse de l’IS à la City.
Certains experts voient d’autres capitales récupérer de beaux morceaux sur les actifs en Euro. Irlande, Allemagne, Luxembourg, et pourquoi pas Paris.
La Tribune : brexit aube nouvelle finance en France ?

Quant à la transformation du UK en Singapour qui est une grande place je vois 2 problématiques majeures :
- Singapour est un petit pays qui ne doit pas gérer 65 millions d’habitants ; l’offshore n’a jamais nourri un grand pays
- Singapour est une place encore naine par rapport à la City, il faudrait voir ce que représente l’UE et son immense marché dans l’éco-système de la City et sa première place mondiale

Cela ressemble quand même à un mouvement de panique du gouvernement britannique pour retenir les sièges des grandes entreprises.

Et ne va pas arranger un déficit britannique déjà très élevé.

Le Royaume-Uni réagit en tous les cas.


A la bourse, un mec achète, un autre vend, les deux pensent faire une affaire. Jean Yanne.

Hors ligne

 

#139 04/07/2016 12h22 → Situation économique du Royaume-Uni et avenir du Royaume-Uni (royaume-uni économie)

Membre
Réputation :   194 

Stokes: Nous nous sommes mal compris, je me suis sans doute mal exprimé. Je parlais de poser cette question aux Britanniques, pas aux Français. (à l’origine, et maintenant, poser la question de façon à ce que si aucun vote n’arrive à être obtenu, ils sortent, et non restent. Par rapport à ces gens qui veulent durcir les règles du vote) Qu’est-ce que les Français ont a voir là-dedans ? wink

MisterOnline: Il y a une erreur dans votre raisonnement. La finance aux US bénéficie majoritairement d’exemptions. Les statut de RIC (Regulated Investment Company) font que la finance US ne paye en général pas ou peu d’impôt sur les sociétés (le statut de REIT ou de BDC est une certaine forme de RIC).

Si vous souhaitez savoir comment la taxation des RIC fonctionne, voici tout un papier de KPMG sur le sujet.

Taxation of regulated investment companies / KPMG a écrit :

Unlike most other corporations, a RIC is permitted to deduct dividends distributed to its shareholders. The ability to deduct dividends paid generally enables a RIC to avoid tax on its net investment income and net capital gains

Pourquoi aller en Irlande à 12,5% plutôt qu’à New York à quasi zéro ? Et le zéro de façon sûr, il y a les colonies Britanniques, Îles Caïmans en tête pour la finance. Quant à Dubaï, c’est très politiquement incorrect à dire, mais peu de monde souhaite avoir une étiquette "Pays Musulman du Moyen-Orient" sur le dos, surtout pas ces temps ci. Et la réputation de sérieux pour de la finance laisse possiblement à désirer pour une société estampillée "Dubaï".

Dernière modification par Mevo (04/07/2016 14h07)

En ligne

 

#140 04/07/2016 12h42 → Situation économique du Royaume-Uni et avenir du Royaume-Uni (royaume-uni économie)

Membre
Réputation :   71 

Les rats quittent le navire… Après Johnson c’est au tour de Farage ! Farage jette l’éponge

Sur la baisse de l’IS, pourquoi pas, après tout le déficit est semble-t-il déjà de près de 6% du PIB, ils peuvent creuser encore…

Hors ligne

 

#141 04/07/2016 14h47 → Situation économique du Royaume-Uni et avenir du Royaume-Uni (royaume-uni économie)

Membre
Réputation :   225 

Cela me sidère en effet. Johnson puis Farage. Ils poussent au crime, et une fois le larcin accompli ils se cassent. Ils sont pourtant jeunes et ils ont gagnés!

Cela doit faire réfléchir tous les anglais qu’aucun des leaders du Brexit (à part le lieutenant de Johnson qui brigue le poste de Cameron) ne veuille assumer les conséquences…


To achieve fair investment results is easier than you think; superior results are harder than you thought

En ligne

 

#142 04/07/2016 17h38 → Situation économique du Royaume-Uni et avenir du Royaume-Uni (royaume-uni économie)

Membre
Réputation :   36 

Sur la baisse de l’IS au UK, un article intéressant sur la stratégie économique du UK et les probabilités de son échec :
La fuite en avant du UK

Le pays est en situation de faiblesse. La Suisse baisse aussi son IS. Le Luxembourg ou l’Irlande ont de la marge pour baisser encore. Le RU n’en a pas tant que ça.

Probablement un signal envoyé à l’UE de ne pas les laisser tomber et de ne pas être trop inflexibles dans l’accord de libre-échange s’ils ne veulent pas avoir un paradis fiscal instable à leur porte.


A la bourse, un mec achète, un autre vend, les deux pensent faire une affaire. Jean Yanne.

Hors ligne

 

#143 04/07/2016 18h05 → Situation économique du Royaume-Uni et avenir du Royaume-Uni (royaume-uni économie)

Membre
Réputation :   26 

Jef56 a écrit :

Cela me sidère en effet. Johnson puis Farage. Ils poussent au crime, et une fois le larcin accompli ils se cassent. Ils sont pourtant jeunes et ils ont gagnés!

Disons qu’ils avaient une conviction (peu importe qu’on soit d’accord ou pas), ils l’ont défendue (là encore, passons sur les moyens employés) et ils ont gagné.
Jusque là, s’agissant de politique, rien de vraiment choquant.

Là où ça devient assez lamentable c’est de se défausser maintenant, alors qu’en réalité rien n’est fait, et tout reste à faire ! C’est même pire que ça puisqu’ils laissent le pays en plein chantier.

Vous imaginez l’artisan qui vous convainc que vous devez refaire votre intérieur, que votre maison pourrait être bien plus spacieuse et cosy après de grands travaux etc. ; qui à l’usure vous convainc que c’est le bon choix, alors vous le laissez sortir les meubles, abattre quelques cloisons et démonter la plomberie et… il s’en va !!
Le Royaume-Uni aujourd’hui, c’est ça wink

Hors ligne

 

#144 04/07/2016 18h10 → Situation économique du Royaume-Uni et avenir du Royaume-Uni (royaume-uni économie)

Membre
Réputation :   80 

misteronline a écrit :

Sur la baisse de l’IS au UK, un article intéressant sur la stratégie économique du UK et les probabilités de son échec :
La fuite en avant du UK

Le pays est en situation de faiblesse. La Suisse baisse aussi son IS. Le Luxembourg ou l’Irlande ont de la marge pour baisser encore. Le RU n’en a pas tant que ça.

Probablement un signal envoyé à l’UE de ne pas les laisser tomber et de ne pas être trop inflexibles dans l’accord de libre-échange s’ils ne veulent pas avoir un paradis fiscal instable à leur porte.

Cet article est en effet intéressant ; à le lire, j’ai cru un moment être sur le site de l’Huma plutôt que sur celui de la Tribune.

Pour mémoire, le Royaume-Uni avait déjà connu une situation difficile en 1976 l’amenant à être "secouru" par le FMI, qui avait exigé en retour un plan d’austérité dont la conséquence politique avait été l’arrivée au pouvoir de l’implacable Thatcher.

Crise obligataire de 1974 ? Wikipédia

Dernière modification par stokes (04/07/2016 18h11)

Hors ligne

 

#145 04/07/2016 18h30 → Situation économique du Royaume-Uni et avenir du Royaume-Uni (royaume-uni économie)

Membre
Réputation :   194 

Je viens de voir le speech de Nigel Farage et oh que c’est drôle: Il commence par dire que ça n’a jamais été son intention d’être un homme politique de carrière, et qu’il est entré en politique pour sortir la Grande Bretagne de l’UE. But atteint (selon ses dires), donc il se retire vu qu’il ne voit pas ce qu’il pourrait accomplir de plus (Il reste cohérent sur ce coup là, il s’est toujours moqué du monde bien ouvertement, cf ses interventions au parlement Européen).

Même si j’aime bien le personnage, je suis totalement d’accord avec Jef56 et Dangarcia sur le sujet.

Mais là où ça devient tout à fait savoureux, c’est qu’il précise qu’il regardera de près l’évolution des négociations à Bruxelles et commentera depuis … le parlement Européen !!! Donc le gars ne veut pas être un homme politique de carrière et veut sortir la GB de l’UE, mais il va visiblement continuer à siéger au parlement Européen et quitte ses fonctions politique en GB. Waouh !

Dernière modification par Mevo (04/07/2016 18h34)

En ligne

 

#146 04/07/2016 22h42 → Situation économique du Royaume-Uni et avenir du Royaume-Uni (royaume-uni économie)

Membre
Réputation :   78 

misteronline a écrit :

Sur la baisse de l’IS au UK, un article intéressant sur la stratégie économique du UK et les probabilités de son échec :
La fuite en avant du UK

Le pays est en situation de faiblesse. La Suisse baisse aussi son IS. Le Luxembourg ou l’Irlande ont de la marge pour baisser encore. Le RU n’en a pas tant que ça.

Probablement un signal envoyé à l’UE de ne pas les laisser tomber et de ne pas être trop inflexibles dans l’accord de libre-échange s’ils ne veulent pas avoir un paradis fiscal instable à leur porte.

AMHA, on peut faire confiance à l’EIRE et probablement au Luxembourg pour bloquer toute tentative d’être conciliant avec l’UK. Ils ont tout à gagner d’être inflexible. Et à part peut-être l’Allemagne qui y gagnerait quoi que ce soit ?

Comme disent les Américains, "UK is now up shit creek in a canoe without a paddle".

Le point clé est le passeport financier, je ne voit pas la city le garder sans une addition plus que douloureuse.

Hors ligne

 

#147 05/07/2016 08h23 → Situation économique du Royaume-Uni et avenir du Royaume-Uni (royaume-uni économie)

Administrateur
Réputation :   1307 

InvestisseurHeureux, hier a écrit :

Je ne m’inquiète pas pour les anglais : Après le Brexit, Londres prêt à sabrer l’impôt sur les sociétés.

Ils vont se transformer en paradis fiscal, comme l’Irlande, mais avec la "puissance" de la City en bonus : une économie et une stratégie mixte, entre Singapour et l’Irlande.

Marc Fiorentino, ce matin a écrit :

LE SINGAPOUR MONDIAL

Si le Brexit devait aller jusqu’au bout, la Grande Bretagne et la City peaufine leur plan d’attaque. Londres en hub de la finance internationale sans (aucune) contrainte et avec une réglementation light ou zéro. Rajoutez à ça une fiscalité à l’Irlandaise ou à la Singapourienne et expliquez moi pourquoi vous ne monteriez pas votre boîte là bas. Osborne parle d’un IS de 15% au lieu de 20%.

Source : LA PARENTHESE ITALIENNE

En ligne

 

#148 05/07/2016 15h05 → Situation économique du Royaume-Uni et avenir du Royaume-Uni (royaume-uni économie)

Membre
Réputation :   225 

Je ne pense pas que le Royaume Uni, 5ème économie mondiale puisse devenir un paradis fiscal.

En fait je ne le souhaite pas car cela aura forcément comme résultat une course au moins-disant fiscal et une dégradation des conditions de vie pour beaucoup d’entre nous (moins d’argent pour les états = moins de protection sociale, moins de protection sociale = plus de conflits sociaux de tout type), sans parler des risques de conflits nationaux (toujours oui, c’est mon antienne).

Il est probable que le reste du monde (EU et USA) ne laisseront pas faire mais cela sera forcément douloureux pour tout le monde.


To achieve fair investment results is easier than you think; superior results are harder than you thought

En ligne

 

#149 08/07/2016 17h43 → Situation économique du Royaume-Uni et avenir du Royaume-Uni (royaume-uni économie)

Membre
Réputation :   103 

Si le Brexit a lieu je pense que c’est bon pour une majorité importante de britannique à long terme et pour l’économie du Royaume par contre à court terme ils vont connaitre une inflation importante et si la banque d’Angleterre essaye de l’endiguer en augmentant les taux cela rajoutera une pression supplémentaire sur le marché immobilier .Pour moi y’a peu de chance de connaitre un Brexit sans crise immobilière à part si le royaume passe seulement de l’union européenne à l’espace l’espace économique européen.
Une crise immobilière ajoutera une pression importante sur le déficit et sur le PIB mais à long terme le royaume sera plus compétitif grâce à sa devise faible et a la baisse de son immobilier il pourra aussi négocier de façon plus optimale des accords avec les pays tiers pour mieux protéger ses entreprises et son économie etc etc

Peut être que l’Union européenne va sanctionner le RU pour en faire un exemple et dissuader les autres de suivre  mais ce jeu là est contre productif ,d’autres pays seront ravis de faire affaire avec le RU et ce serai un désastre pour les pays de l’UE .

De toute façon pour le moment y’a pas de Brexit , Cameron s’est planté sur toute la ligne avec ce référendum pourtant ils ont sortis l’artillerie lourde (meurtre de la députée) mais cela n’a pas suffit à renverser la vapeur , je pense qu’ils(dirigeants européens) sont tous encore en train de réfléchir pour sortir de cette ornière .

Dernière modification par vbvaleur (08/07/2016 17h57)

Hors ligne

 

#150 11/07/2016 21h31 → Situation économique du Royaume-Uni et avenir du Royaume-Uni (royaume-uni économie)

Membre
Réputation :   162 

Après toutes ces profondes considérations, je veux signaler d’ores et déjà un bénéfice au Brexit : Pour les acquéreurs étrangers le prix des yachts de luxe a beaucoup baissé avec la livre. Ainsi un 98ft coûtera moins de $10M, une économie de $1M depuis le Brexit.

http://www.cnbc.com/2016/07/10/brexit-c … world.html

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech