Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#76 10/01/2017 12h13 → Parrot : drones et objets connectés (drone, mystère, parrot)

Membre
Réputation :   41 

A l’issue du quatrième trimestre 2016, Parrot indique enregistrer un chiffre d’affaires d’environ 85 millions d’euros inférieur à son objectif d’environ 100 millions communiqué fin novembre.

Ca fait pas sérieux

Et il ne parle pas encore de la marge réalisée au T4 qui ne doit pas être fameuse compte tenu de la guerre des prix en cours.

Vu de loin, je considérais que le potentiel était énorme sur les systèmes de divertissement embarqués et connectés dans les véhicules.
Pour les drones grand public, je considère que cela restera un marché de niche
Pour les drones professionnels, pourquoi pas mais à moyen terme avec de lourds investissements.

Parrot a choisi de sortir de l’automobile et de persévérer sur les drones

Dommage


Parrain: Yomoni code EMMANUEL07, ALTAPROFITS et INTERACTIVEBROKERS

Hors ligne

 

#77 10/01/2017 13h26 → Parrot : drones et objets connectés (drone, mystère, parrot)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   63 

Je suis de votre avis mais je nuancerais:
- les drones sont du B2C, donc le prix et les performances comptent avant tout. Sur ce point, il y a un concurrent, chinois, excellent, et des contestants, mais pas tant que ça.
- les systemes multimédia embarqués dans les voitures sont du B2B, il y a d’autres critères qui rentre en jeu (support, personnalisation des interfaces, connectivités spécialisée,…) qui demandent énormement d’argent en ingénieurie, suivi de client, etc. Mais il y a sans doute de meilleures marges.

Je suis assez impressionné par les systemes multimédia qu’ils proposent, mais ceux-ci ne sont pas vendu ou très peu, au grand pulique. Et pour moi un gros constructeur de voiture préfèrent travailler avec des grands noms allemands plutot qu’une petite entreprise française exposées, sur un autre produit, à une concurrence féroce.

Hors ligne

 

#78 10/01/2017 13h28 → Parrot : drones et objets connectés (drone, mystère, parrot)

Banni
Réputation :   382 

Corsaire00, une virgule peut avoir une sacré importance, et l’enlever change tout le sens de la phrase…

Votre citation sans la virgule laisserait entendre qu’ils réalisent un CA de 15M (100-85), ce qui n’est pas le cas, la citation correcte est:

Les Echos a écrit :

le spécialiste des drones précise dans un communiqué avoir dégagé sur le quatrième trimestre un chiffre d’affaires d’environ 85 millions d’euros, inférieur à son objectif de 100 millions d’euros.

EDIT: En fait Corsaire00, ça n’est EN RIEN de votre faute, c’est dans le communiqué de Parrot qu’il manque la virgule (pas très sérieux, même si on peut considérer qu’il s’agit d’un détail). Vous n’avez rien enlevé du tout. Les Echos ont visiblement rectifié le tir d’eux-même en écrivant leur article.

Dernière modification par Mevo (10/01/2017 13h33)

Hors ligne

 

#79 10/01/2017 13h49 → Parrot : drones et objets connectés (drone, mystère, parrot)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   60 

Vraiment dommage que Parrot s’embourbe dans un chemin sans issue, à savoir l’électronique grand public ou ils ne pourront jamais rivaliser avec DJI ou autres constructeurs chinois ..

Le segment ’automotive’ qu’ils viennent de revendre à Faurecia me parait autrement plus prometteur avec l’avènement de la voiture connectée, autonome, ou le software va progressivement remplacer le hardware. Il n’y a qu’a voir le succès de Nvidia dans ce domaine…

Bref, je mettrai pas un $ dans cette taule.

Q


you can't climb the ladders of success with your hands in your pockets

En ligne

 

#80 10/01/2017 14h02 → Parrot : drones et objets connectés (drone, mystère, parrot)

Membre
Réputation :   41 

Queenstown a écrit :

Il n’y a qu’a voir le succès de Nvidia dans ce domaine…

Petite digression
Je ne suis pas Nvidia mais l’envolée du cours de bourse (+272% en un an) me donnerait presque des idées
58 GB de capitalisation boursière pour un CA annuel 31/01/2016 de 5 Md$ et un résultat net 614 M$ ca donnerait presque envie de lui tailler en short. PER de 56
Un dossier que je vais regarder de plus prés

Dernière modification par corsaire00 (10/01/2017 14h02)


Parrain: Yomoni code EMMANUEL07, ALTAPROFITS et INTERACTIVEBROKERS

Hors ligne

 

#81 10/01/2017 14h36 → Parrot : drones et objets connectés (drone, mystère, parrot)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   450 

InvestisseurHeureux a écrit :

En novembre 2016 :

Petitportefeuille a écrit :

Je suis cette action parce que Amiral Gestion et Moneta, qui sont quand même dans le TOP5 des maisons de gestion françaises pour moi, sont investis dessus. Dans une approche gourou, elle est donc au top.

Mon point de vue est que récemment, de nombreuses micro caps françaises ont eu le vent en poupe, et que cela fera exactement comme d’habitude prochainement.

Parrot c’est une capitalisation boursière de seulement 300 M€ (dont 35% pour le fondateur), je ne comprends même pas comment des fonds peuvent investir dedans vue la liquidité de l’action.

300 millions c’est très correct pour ces fond, c’est même une capi moyenne pour ces maisons. Par contre je ne comprends pas leur stratégie d’achat, certes il y a du cash en caisse mais c’est bien le seul point positif chez Parrot.

Dernière modification par simouss (10/01/2017 14h38)


Portefeuille - Le poker est un jeu passionnant permettant de perdre son argent, son temps et ses amis

En ligne

 

#82 10/01/2017 18h33 → Parrot : drones et objets connectés (drone, mystère, parrot)

Membre
Réputation :   47 

corsaire00 a écrit :

Queenstown a écrit :

Il n’y a qu’a voir le succès de Nvidia dans ce domaine…

Petite digression
Je ne suis pas Nvidia mais l’envolée du cours de bourse (+272% en un an) me donnerait presque des idées
58 GB de capitalisation boursière pour un CA annuel 31/01/2016 de 5 Md$ et un résultat net 614 M$ ca donnerait presque envie de lui tailler en short. PER de 56
Un dossier que je vais regarder de plus prés

Petite digression bis :

D’autre ont eu l’idée de shorter NVIDIA, le titre n’a pas trop bronché.
Nvidia stock pulls back as Citron adds to short interest - MarketWatch
Ils sont leader sur les cartes graphiques donc premiers gagnant de la mouvance VR, sont en pointe sur la voiture AR et sur l’IA coté hardware. A cette valorisation, je n’achèterait pas mais je ne shorterai pas non plus…


Buy sheep, Sell deer.

Hors ligne

 

#83 28/06/2017 09h40 → Parrot : drones et objets connectés (drone, mystère, parrot)

Membre
Réputation :   41 

Bonjour,

DJI signe un procole d’accord avec Dow Chemical

Dommage que Parrot qui travaille ce créneau depuis plusieurs années n’a pas fait de même ou pas encore.

Je continue à éviter Parrot pour l’instant

En 10 minutes, l’aéronef sans pilote pulvérise un demi-hectare de céréales dans le nord de la Chine: un débouché prometteur pour DJI, numéro un mondial des drones civils, qui tente un délicat pari de spécialisation dans l’agriculture.

Piloté à distance au-dessus de terres du Henan, l’appareil à hélices appartient à une firme locale de drones qui propose ses services aux agriculteurs.

Il peut transporter 15 kilos d’insecticide "et couvrir la même surface qu’une trentaine d’hommes", se félicite auprès de l’AFP le patron de l’entreprise, Jiang Sanchun.

Pour l’industriel chinois DJI, qui verrouille déjà le marché mondial des drones civils, l’agriculture est "un secteur d’avenir": il a signé mardi un protocole d’accord avec le géant américain de l’agrochimie Dow Chemical pour développer des solutions conjointes.

"En cinq ans, on est passé de drones qui ne faisaient que photographier à des appareils très spécialisés", s’enthousiasme Paul Xu, vice-président de DJI, lors d’un entretien à Shenzhen (sud) où le groupe a son siège.

Fondée en 2006 dans cette métropole voisine de Hong Kong par un jeune passionné de modélisme, DJI produit entre 60% et 65% des drones civils dans le monde, selon le cabinet Frost&Sullivan.

En lançant en 2013 son "Phantom", premier d’une série de drones grand public dotés de caméras haute définition, l’entreprise entendait "créer un nouveau marché".

Pari réussi: DJI, qui écoule 75% de sa production à l’étranger (essentiellement aux Etats-Unis et en Europe) et commercialise notamment ses produits dans les Apple Stores, fait un tabac chez les amateurs de photo aérienne.

- Pompiers, groupes miniers -

Pour autant, face à l’émergence d’ambitieux rivaux chinois, le groupe se cherche de nouveaux horizons.

Fin 2015, il lançait son Agras MG-1, destiné à la pulvérisation d’insecticides agricoles: il en a déjà écoulé quelque 6.000 exemplaires. D’autres modèles ont suivi, permettant d’inspecter l’état des récoltes ou de l’irrigation.

DJI (1,5 milliard de dollars de revenus revendiqué l’an dernier) ne cesse d’élargir sa gamme: "Un drone peut surveiller les réseaux énergétiques dans les zones difficiles d’accès (…), appuyer des missions de sécurité publique ou de secourisme", observe M. Xu.

Des policiers chinois utilisent des drones à caméras thermiques pour rechercher des fugitifs, tandis qu’au Brésil ou en Californie, des pompiers les emploient pour cerner la configuration d’un incendie.

"DJI s’introduit sur le segment pro, parce que c’est là où l’emmenaient de toute manière ses clients", qui adaptaient à leurs besoins des drones ordinaires, indique Susan Eustis, présidente du cabinet WinterGreen Research.

Pour être au niveau, DJI multiplie les partenariats, s’alliant notamment au concepteur de logiciels Propeller Aero pour un modèle ciblant l’industrie minière.

Selon le cabinet Gartner, les ventes mondiales de drones, après avoir bondi de 60% l’an dernier, devraient atteindre 6 milliards de dollars en 2017 et dépasser 11,2 milliards en 2020, dopées par l’assouplissement des réglementations.

Or, si les drones à usage commercial ne devraient représenter que 174.000 unités cette année (6% du marché), ils constituent 60% du chiffre d’affaires du secteur en raison de leurs prix onéreux.

- Ciel agité -

Certes, DJI devrait rester "sans concurrent sérieux sur les cinq prochaines années", grâce à sa capacité de proposer de nouveaux produits en quelques mois, estime Mme Eustis. En face, l’américain 3D Robotics a renoncé à produire des drones et le français Parrot a dû se restructurer dans la douleur.

Mais sur les drones spécialisés, DJI est loin d’être en terrain conquis. "Pour les solutions haut de gamme, au-dessus de 7.500 dollars, sa part de marché en Amérique du Nord fond à 33%", avertissait dans une note l’an dernier Colin Snow, du cabinet Skylogic.

Et de fustiger la tentation de "rhabiller" des drones grand public pour les entreprises, face à des concurrents très pointus -- dont des divisions des américains Boeing et Lockheed-Martin.

Dans l’agriculture, la concurrence s’étoffe (Parrot envisage aussi des applications dédiées), mais les marges des cultivateurs étant étroites, les prix élevés des drones pourraient entraver leur essor, avertit Gerald Van Hoy, analyste de Gartner.

Paul Xu s’en dit cependant persuadé: avec 25% de ses 8.000 employés occupés à la recherche, DJI est capable d’engendrer "le cocktail technologique" gagnant.

Sans pour autant viser la lune: DJI ne prévoit encore aucun drone capable de livrer des colis à domicile, "un concept pas encore mûr", sourit M. Xu.


Parrain: Yomoni code EMMANUEL07, ALTAPROFITS et INTERACTIVEBROKERS

Hors ligne

 

#84 28/06/2017 12h12 → Parrot : drones et objets connectés (drone, mystère, parrot)

Banni
Réputation :   382 

Si jamais comme moi, le message de Corsaire00 au-dessus donne envie à quelqu’un de jeter un œil sur l’action de DJI, ne perdez pas votre temps à chercher, il s’agit d’une société privée.

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech