Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Si ce message s'affiche, le changement de serveur qui a eu lieu mercredi 14 avril au matin a réussi !

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

Attention Cette page affiche seulement les messages les plus réputés de la discussion.
Flèche Pour voir tous les messages et participer à la discussion, cliquez ici.

Sondage 

Résultat du sondage :

Encore un krach sur les marchés actions…


L'occasion de renforcer sur les valeurs de qualité

64% - 983
J'attends le rebond, je revends tt et fini la bourse

2% - 32
Je suis liquide, je suis serein

12% - 188
BX4 depuis les 3800 sur le CAC, je suis riche

2% - 40
Je suis en vacances, je ne vois pas le crack

3% - 57
A fond sur les valeurs de Rdt, miam, miam

15% - 233
Nombre de votants : 1533

[+6]    #1 21/01/2016 08h50

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   245  

IH a écrit :

Quand je lis cette file, je me dis qu’effectivement, la plupart des gens ne devraient pas investir en bourse, car ils ne supportent pas la volatilité.

En effet !

Pour ceux qui ne sont pas loin de supporter la volatilité voici quelques lignes à méditer qui, je l’espère, pourront les aider quelque peu :

1) Le jeudi 21 janvier 2016 8h30
En pyjama avec un mug de thé, je lance tremblotant la mise à jour de mon portefeuille personnel grâce à Xlsportfolio.

2)  Le jeudi 21 janvier 2016 8h31.
Mon dieu tout ce rouge mais que se passe-t-il ?

3) Le jeudi 21 janvier 2016 8h32
Je regarde l’onglet "Valeur Part". Oh la la ! La valeur de la part a baissé de presque 10% depuis début janvier ! Je regarde depuis la plus haute VL atteinte mi-avril 2015 : la chute dépasse les 19%… Aie dans mon cas ce sont des dizaines de milliers d’euros partis en fumée…. Je suis rentier, je vais donc mourir dans d’atroces souffrances !

4) Le jeudi 21 janvier 2016 8h33
A l’insu de mon plein gré, une force mystérieuse ("LA" Force ?) me pousse à regarder la colonne indiquant la rente mensuelle des dividendes… INCROYABLE ! Celle ci n’a pas baissé ! Mieux elle a même augmenté !

5) Le jeudi 21 janvier 2016 8h34
Mais alors peut-être que je ne vais pas mourir dans d’atroces souffrances ? Peut-être même que je ne vais pas mourir du tout ?

6) Le jeudi 21 Janvier 2016 8h35
Dans le doute, j’éteins mon PC et je me dépêche de m’habiller pour ne pas être trop en retard sur les pistes de ski!

Bonne journée ! May the Force be with you !

PS : Les mêmes remarques s’appliquent parfaitement sur le portefeuille d’actions passif Newsletter de l’investisseur heureux que je tiens à jour !

Dernière modification par Shagrath (21/01/2016 09h01)

Mots-clés : actions, krach, marché

Hors ligne Hors ligne

 

[+7]    #2 10/02/2018 01h16

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   215  

chlorate a écrit :

Je reste investi à 100% et j’essaye de penser long terme - sur 5 ans, ça n’a finalement que peu d’importance, right ?

Le temps est effectivement votre allier mais le temps est parfois long et éprouve notre constance.

Souvent sur le forum, l’indice MSCI World est pris en référence et avoir un portefeuille qui s’en approche constitue une indéniable très belle performance.

Si on considère par exemple le tracker de lyxor (WLD) qui existe depuis plus de 10 ans, et qu’on regarde la performance depuis début mars 2009, cela fait "rêver" : performance de plus de 240 %, environ 15% en annualisé sur bientôt près de 9 ans, …

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/354_apres_2009.png

Si par contre on regarde ce qui se passe précédemment et notamment après le "pic" en fin de printemps/début d’été 2007. Il faut quand même noter que cela met prêt de 6 ans avant que l’investisseur qui aurait investi au mauvais moment retrouve son investissement initial (et encore dans la courbe les dividendes sont intégrés, en "valeur" il faut attendre mai 2014 pour atteindre le pic de 2007).

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/354_avant_2014.png

6 ou 7 ans c’est long et cela permet (ou contraint) de tester sa "psychologie", voire de perdre ses convictions…

Heureusement on investit rarement au moment le pire, etc.., etc…  mais il faut garder cela en tête.

Même si on croit au fait que les marchés sont structurellement croissant il faut avoir à l’esprit que ressortir la tête de l’eau peu prendre un temps conséquent et qu’on peut "s’user" face à cette dimension temporelle.

Je ne sais pas si un plongeon s’annonce ou si ce sont actuellement des corrections "techniques", ou des soubresauts sans conséquences à court/moyen terme, mais perso j’ai toujours à l’esprit ces deux courbes qui sont bien trop courtes pour tirer des informations statistiquement "relevantes" mais qui à l’échelle d’une vie humaine pèsent significativement.

Ce qui est sûr c’est que le jour où un plongeon conséquent se produira, le forum rentrera un peu dans une nouvelle ère car jusqu’à présent l’environnement nous a été pour le moins favorable.

Crown

PS : c’est notamment pour cela que quand je lis "vive les soldes", je reste prudent car pour les "soldes vestimentaires" on sait qu’il y a deux ou 3 démarques et que la dernière est annoncée sur les vitrines "dernières soldes".
En terme de marché boursier, le nombre de soldes est variable (les premières n’en étant dans les faits absolument pas), saisir la bonne est donc très compliqué dans un environnement "journalistique" qui peut être très alarmiste et, a contrario, même si on se dit je "je conserve" quoiqu’il arrive, on peut perdre pas mal d’années en quelques mois…. ce qui est psychologiquement assez lourd…

Dernière modification par Crown (10/02/2018 01h34)

Hors ligne Hors ligne

 

[+8]    #3 10/02/2018 03h42

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   2192  

@Juillet, Okavongo : (je serai didactique à dessein, même sur des points que vous connaissez déjà, pour d’autres lecteurs moins informés)

- Sur le Quantitative Easing :

Dans la zone euro, aux USA, au Japon, la politique monétaire "conventionnelle" consiste à influencer, par les opérations de la banque centrale conduites au taux directeur (ou près du taux directeur), les taux à court terme sur le marché monétaire. Cela a un impact sur les coûts de financement des banques, donc sur leurs conditions de prêts, donc sur l’économie réelle, donc sur la stabilité des prix (le mandat d’une banque centrale) : c’est la transmission de la politique monétaire.

Parfois la politique monétaire conventionnelle ne fonctionne plus : pour assurer la stabilité des prix (et pas pour autre choses), la banque centrale doit alors engager une politique monétaire non-conventionnelle, reposant notamment sur des achats d’actifs. La définition et l’objectif de ces achats d’actifs dépendent de la nature du problème :

- Si la politique monétaire conventionnelle ne fonctionne plus parce qu’il y a un problème dans la "chaîne" de transmission (par exemple un marché clef qui ne fonctionne pas), la banque centrale peut essayer d’intervenir pour "réparer" la transmission, par exemple en achetant des actifs sur le marché dysfonctionnel. C’était le cas pour le programme OMT de la BCE (Outright Monetary Transactions, sur le marché obligataire souverain), en 2012.

- Si la politique monétaire conventionnelle ne fonctionne plus parce que le taux directeur a atteint son plancher (zero lower bound) et donc ne peut plus être baissé, la banque centrale achète des actifs pour (i) faire baisser les rendements à long terme par un afflux massif (et "forcé") de liquidité et (ii) créer un effet d’éviction des investisseurs sur des marchés "peu risqués" (par exemple obligations souveraines), et les "pousser" sur des actifs plus risqués (par exemple actions). Outre leur mandat qui limite généralement leur prise de risque, c’est bien pour cela que les achats des banques centrales sont concentrés sur des actifs peu risqués : on ne veut surtout pas créer un effet d’éviction des investisseurs privés sur des marchés risqués, alors que la prise de risque de ces investisseurs est déjà jugée insuffisante dans un scénario de déflation réelle ou menaçante. Le QE, c’est cela : il s’agit d’une démarche strictement quantitative (comme le nom l’indique), qui consiste à injecter de façon forcée et rapide des montants importants de liquidité nouvelle, pour empêcher une déflation, ou en sortir.

- Sur l’extrême difficulté de sortir d’une déflation :

Les banques centrales sont très bien outillées pour faire face à une inflation trop élevée : si elles sont suffisamment crédibles, il leur suffit d’augmenter (par leur taux directeur) le prix de la liquidité et/ou d’en restreindre le montant en circulation (plus difficile) pour vaincre l’inflation. C’est pourquoi je considère les craintes d’un scénario inflationniste aux USA (a fortiori en Europe) exagérées.

En revanche, une déflation est extrêmement difficile à vaincre pour une banque centrale : il s’agit d’anticipations généralisées qu’un montant X de devise pourra permettre d’acheter plus demain qu’aujourd’hui. La conséquence de ces anticipations, quand elles sont généralisées, c’est une paralysie de l’investissement et de la consommation - en bref de l’économie réelle. Les banques centrales n’ont pas de recette miracle face à ce scénario, car il s’agit de vaincre une psychologie qui s’ancre chaque jour davantage parmi les agents économiques, parce qu’elle est largement auto-réalisatrice !

En gros, les 2 mesures que les banques centrales peuvent tenter dans un tel scénario sont (i) le QE (encore plus massif que quand la déflation est "simplement" menaçante) et (ii) les taux négatifs (mais qui sont potentiellement dangereux, car ils peuvent conduire à de la thésaurisation massive en dehors du système bancaire).

La Banque du Japon a mis en place ces 2 mesures : il leur a fallu 20 ans pour vaincre la déflation (et encore, pas sûr que ce soit définitif), 20 ans pendant lesquels la croissance a été atone.

La conclusion que les autres banques centrales (BCE et Fed notamment) ont tirée de cette expérience japonaise, c’est que quand la déflation menace, il ne faut surtout pas attendre qu’elle s’installe : il faut lancer le QE rapidement et de façon massive, pour éliminer les anticipations de déflation. De ce point de vue, le QE Fed et BCE a clairement été un succès.

[Pour l’anecdote, quand l’institution européenne a commencé à travailler sur le QE, on m’a envoyé 3 semaines au Japon pour un stage à la Banque du Japon, car ils ont 15-20 ans d’avance sur tous les autres dans la lutte anti-déflation, donc une expérience opérationnelle incomparable.]

- Sur le fait que les banques centrales qui font du QE achètent parfois des actifs "risqués" :

Evidemment, quand une banque centrale achète massivement des actifs sur un marché donné, elle crée des distorsions énormes : c’est évident, et les banques centrales en sont bien conscientes. Parfois, ces "distorsions" sont "voulues" (par exemple faire baisser les rendements obligataires souverains, qui servent de benchmarks pour les banques et l’économie toute entière). Parfois, elles ne le sont pas.

Quand elle définit un programme de QE, une banque centrale commence par estimer le montant de liquidité à injecter, par une approche macroéconomique = le montant total d’actifs à acheter. Ensuite, la banque centrale répartit ce volume cible d’achats au cours du temps (généralement, on essaie d’être régulier, avec un volume mensuel  donné) et parmi les marchés "cibles".

Pour définir les volumes à acheter sur chaque marché cible, la banque centrale prend en compte : (i) la liquidité du marché, (ii) les distorsions que ses achats vont inévitablement créer, (iii) le lien entre le marché et l’économie réelle - par exemple via les "effets de richesse" : lorsque le prix d’un actif s’apprécie, les investisseurs dont le patrimoine s’étoffe vont avoir tendance à plus consommer et investir. S’agissant du marché actions, les effets de richesse sont beaucoup plus importants aux USA qu’en Europe, en raison de la plus grande popularité des marchés actions dans la population US.

La présence de la BoJ sur le marché actions japonais (notamment les REITs) ne s’explique absolument pas par la volonté de "manipuler" ce marché, mais parce que (i) tous les autres segments de marché (notamment les obligations souveraines) étaient "saturés" par les achats de la BOJ, alors que celle-ci devait continuer à acheter des actifs (= injecter de la liquidité) pour vaincre la déflation, et (ii) peut-être, la BOJ considère que les REITs ont des effets de richesse intéressants pour l’économie réelle japonaise.

Je continuerai plus tard sur les points restants de vos messages, mais vraiment il faut bien comprendre que les banques centrales, dont c’est le mandat, s’intéressent avant tout au prix de la liquidité, car c’est leur levier pour assurer la stabilité des prix. Toutes les banques centrales, animaux pépères et paresseux, préfèreraient tranquillement bouger leur taux directeur sans avoir à intervenir sur les marchés par des achats d’actifs, mais parfois c’est indispensable à l’accomplissement de leur mandat = la stabilité des prix.

En ligne En ligne

 

[+6]    #4 17/08/2018 08h48

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   2192  

Je pense qu’il y a du bon et du moins bon dans cette analyse de Charles Gave, comme d’habitude avec lui (je pense qu’il a pas mal de biais, notamment politiques, surtout dans sa lecture de la zone euro).

Son indicateur de "base monétaire mondiale" est intéressant, mais je pense qu’il pousse son interprétation peut-être trop loin. En tout cas, du point de vue de l’investissement boursier :
- La "base monétaire mondiale" n’a manifestement pas permis de prévoir les krachs de 1987 et 2007-2008.
- Elle a occasionnellement donné de faux signaux de retrait des marchés boursiers, comme en 2015-2016.

A la vue de ces résultats, je serais évidemment bien moins catégorique dans l’interprétation de cet indicateur. Il faut sans doute essayer de l’interpréter en combinaison avec de nombreux autres indicateurs macroéconomiques.

Cela dit, je partage le point de vue qu’on commence à avoir un certain nombre de signaux d’alerte qui peuvent annoncer une grosse correction boursière, éventuellement associée à une récession. Je ne parle pas des indicateurs évidents (niveaux de valorisation historiquement élevés comme le CAPE, longueur du cycle d’expansion économique aux USA). Les signaux d’alerte que je regarde sont les suivants :

- Déconnexion aux USA entre les cours de bourse et les révisions des résultats attendus : globalement le S&P500 continue de monter alors que les prévisions optimistes sur les résultats des entreprises ont été déçues (certes de peu), aux 2 premiers trimestres de 2018. La mentalité "buy on dips" règne aux USA, alors que les niveaux de valorisation sont très élevés. Pour certains secteurs, en premier lieu la techno (les GAFA), on approche à mon sens d’une situation de "pricing for perfection", c’est-à-dire que le moindre problème par rapport à des prévisions très optimistes peut se traduire par un décrochage soudain des cours : voir cet article de SeekingAlpha sur ce sujet. Pour moi, c’est une situation malsaine (beaucoup plus aux USA qu’en Europe, et particulièrement sur le secteur tech), qui sera sanctionnée tôt ou tard.

- Décrochage des secteurs cycliques : depuis février, on observe un décrochage généralisé des secteurs cycliques (constructeurs et équipementiers automobile, équipements industriels, à un moindre degré banques), même quand les fondamentaux des boîtes semblent solides et les niveaux de valorisation assez faibles (Akwel, PVL etc.). Pour moi, c’est un net signal du marché que quelque chose ne va pas, ça annonce un ralentissement économique. Ce ralentissement ne se voit pas dans la plupart des indicateurs macroéconomiques, mais les actions des secteurs cycliques sont plus sensibles aux risques cycliques et sont peut-être un bon indicateur avancé de la conjoncture. [L’autre explication rationnelle serait que la baisse des cycliques est due essentiellement aux risques de "guerre commerciale" en raison de Trump - scénario auquel je ne crois pas, personnellement.]

- Décrochage de certains pays émergents : comme les secteurs cycliques, on peut voir les pays émergents comme des "canarys in the coalmine", des indicateurs avancés d’alerte. A ma connaissance beaucoup de grosses corrections boursières ont été précédées par des crises de pays émergents (c’était le cas pour 2000 et 2007). C’est compréhensible : dans l’échelle des risques, les marchés émergents sont considérés comme le secteur "suivant" les marchés boursiers. La crise en Turquie, la faiblesse du Brésil, ont bien sûr leurs raisons propres (notamment politiques), mais elles peuvent contaminer l’ensemble du segment des pays émergents et sont un signal sur une correction de la prise de risque des investisseurs.

- Décrochage des investissements "neuneus" à très haut risque : les cryptos, Tesla, ont bien sûr leur dynamique propre, mais leur décrochage peut aussi signaler un changement de mentalité progressif des investisseurs. Il y a une seule communauté d’investisseurs, avec sa psychologie de foule, qui investit dans divers segments, plus ou moins risqués (les cryptos étant le segment extrême) : un krach boursier est souvent précédé de corrections sévères dans les segments plus risqués.

Le contexte actuel me rappelle 2006 : la locomotive (les GAFA) continue de bien avancer mais certains wagons du train commencent à dérailler (cycliques, émergents…). Je m’attends donc à ce que la réappréciation du risque par les investisseurs finisse par toucher le coeur des marchés boursiers, et notamment les GAFA. Et à ce moment-là, compte tenu des niveaux de valorisation historiquement élevés aux USA, nous devrions avoir un krach (mais pas la fin du monde, hein).

S’agissant d’autres aspects de l’article de Gave :

- Je rejoins son avis que la zone euro risque de bien souffrir pendant la prochaine récession (même si les marchés européens sont plus raisonnables que les marchés US, notamment pour des raisons de composition sectorielle). En effet, les 2 outils de "lissage" du cycle économique ne seront pas totalement disponibles / efficaces : (i) les ratios d’endettement public pour des pays comme la France (mais pas l’Allemagne, toutefois) sont nettement plus élevés qu’en 2007, réduisant la marge de manoeuvre de la politique budgétaire ; (ii) la BCE pourra difficilement baisser les taux, tout ce qu’elle pourra faire dans un scénario de récession est de continuer / réactiver le QE. En revanche, je ne pense pas que la zone euro "explosera" : on aura juste une maladie / récession plus longue qu’aux USA (comme d’hab), parce les "médicaments" qu’on utilise sont moins efficaces chez nous.

- Les banques devraient souffrir d’une récession, mais moins qu’en 2007-2008 car la prise excessive de risque se fait désormais largement en dehors du système bancaire. Les banques restent évidemment un secteur cyclique, mais je pense / j’espère que (i) l’environnement réglementaire plus contraignant et (ii) le traumatisme de 2007-2008 ont limité la prise de risque par les banques. Donc je pense / j’espère que la prochaine récession / correction boursière seront "simples", sans crise bancaire.

- Comme d’habitude, l’EUR/USD me semble difficilement prévisible en cas de récession. Je ne partage pas la certitude de Gave sur une appréciation du USD : certes, c’est son comportement habituel en phase de réduction du risque (rapatriements par les investisseurs US), mais il faut voir que la Fed a nettement plus de marges de manoeuvre pour assouplir sa politique monétaire que la BCE, ce qui devrait faire baisser le USD face à l’EUR. Par ailleurs, on peut faire confiance à Trump pour vouloir un USD faible pour les exportateurs US en cas de récession. Donc difficile de prévoir l’EUR/USD en cas de récession globale.

Bon, c’est juste un essai de réflexion sur les éventuels signaux d’alerte, je ne suis pas oracle, hein ;-)

Dernière modification par Scipion8 (17/08/2018 08h54)

En ligne En ligne

 

[+10]    #5 20/08/2018 01h16

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   2192  

@Elessor : votre question est très pertinente. Effectivement, une mesure de marché du risque comme un CDS peut être affectée par un sentiment général de sous-estimation du risque. C’était le cas par exemple pour les banques US et européennes avant 2007 : leurs CDS 5 ans étaient tombés à 8-9 points de base - avant de monter à 200-400 points de base pendant la crise (maintenant : autour 30 points de base pour les meilleures banques).

Cela dit, il faut nuancer ce risque par l’hétérogénéité des marchés financiers :

1) Hétérogénéité du pricing des différents risques : à un même instant, certains risques peuvent être beaucoup mieux pricés que d’autres. Je fais l’hypothèse que les risques bancaires sont mieux connus, donc mieux pricés, depuis la dernière crise. Un même marché peut comprendre des "poches" d’optimisme (par exemple sur le secteur techno, en ce moment, à mon avis) et des secteurs où les risques sont mieux pricés (par exemple, secteurs cycliques, REIT et banques, en ce moment ?). Ce qui caractérise une bulle, c’est une sous-estimation généralisée (ou même une ignorance) des risques ; je ne pense pas qu’on soit en bulle actuellement, mais qu’il y a des poches, des secteurs où les prévisions sont trop optimistes et les risques sous-estimés.

2) Hétérogénéité des segments et des instruments de marché : Un même risque peut être pricé différemment sur le marché actions, sur le marché obligataire, et sur le marché des CDS. D’une part, parce que ces instruments financiers sont différents les uns des autres (ils reflètent les risques de façon plus ou moins "pure"), et d’autre part parce que ces segments de marché, bien que liés (arbitrages etc.), sont différents, et ne reflètent pas l’information à la même vitesse. Pendant une crise comme 2007-2008, on a pu voir le sentiment de risque se propager progressivement à travers tous les segments de marché : ce n’était pas immédiat, mais progressif. (J’avais construit pour mon employeur un "baromètre" de marché montrant la propagation du risque au fil du temps ; j’essaierai d’en refaire un pour la prochaine crise, même si je n’ai plus accès à Bloomberg pour les mises à jour automatiques.)

3) Hétérogénéité des participants de marché : le marché actions, le marché obligataire et le marché des CDS sont dominés par des participants de marché différents, dont la réactivité et la compétence pour évaluer les risques est variable :

- Le marché actions est sans doute le plus enclin à des mouvements grégaires, pas simplement à cause des petits porteurs (minoritaires) mais aussi des institutionnels (pseudo gestion active, peur de se distinguer des concurrents, effets de mode etc.).

- Le marché obligataire est davantage dominé par des institutionnels buy and hold pépères (du type assureurs) mais est occasionnellement sujet à des mouvements de panique.

- Le marché des CDS est dominé par des professionnels de la couverture des risques : leur métier est de couvrir des risques, pas de battre des benchmarks. Ils sont donc généralement compétents pour apprécier les risques, et très réactifs (un nouveau risque apparaît souvent d’abord sur les CDS, puis sur les actions / obligations). Sur les banques, mon expérience est que le marché des CDS est à peu près aussi compétent pour évaluer les risques que les superviseurs (alors que ces derniers ont beaucoup d’informations confidentielles). C’est donc mon marché préféré pour évaluer les risques de crédit sur un souverain ou une entreprise - même s’il n’est pas immune à des phases de sous-évaluation des risques comme tous les autres segments de marchés.

@Bergamote :

1) Un CDS, assurance contre le défaut d’un émetteur d’obligations, est un produit beaucoup plus "pur" qu’une action ou une obligation, qui sont pour moi des produits "complexes". Une multitude de facteurs endogènes et exogènes à l’entreprise influent sur le cours de son action ou d’une de ses obligations :

- Le pricing de l’action dépend (en partant de l’approche des DCF comme cadre conceptuel) des perspectives de profit de l’entreprise, du taux sans risque (variable exogène), de la prime de risque sectorielle (exogène), de la prime de risque spécifique à l’entreprise (endogène). On pourrait ajouter la composition de l’actionnariat, les risques de dilution par recapitalisation, les opportunités spéculatives (OPA)…

- Le pricing de l’obligation dépend non seulement du risque de crédit de l’entreprise (probabilité de défaut + taux de recouvrement en cas de liquidation), mais aussi du coupon, du taux sans risque, du profil de maturité de la dette, de la possibilité que de nouvelles obligations venant à maturité avant celle qu’on considère soient émises etc.

- Le pricing d’un CDS est beaucoup plus simple, car il s’agit d’un produit "pur" : on élimine notamment l’impact des variables exogènes. Le CDS ne dépend que de 2 paramètres : (i) la probabilité d’un défaut (credit event) sur l’horizon du CDS (5 ans, par exemple), et (ii) le taux de recouvrement attendu en cas de liquidation. Contrairement aux obligations, pas de coupon, pas de dates de maturité différentes, donc on peut directement comparer les CDS de même maturité de différentes entreprises, à tout moment.

2) La prime de CDS et le cours de l’action fournissent 2 signaux différents et complémentaires :

- Le cours de l’action reflète l’intérêt (risques et opportunités) des actionnaires.

- La prime de CDS reflète le risque pour les détenteurs d’obligations.

Si je simplifie un peu pour expliquer cela avec 2 exemples :

- Tesla a une action bien valorisée mais un CDS 5 ans élevé (autour de 600 points de base) : cela signifie que le marché price un scénario où les prêteurs obligataires de Tesla font face à des risques de défaut, mais où dans le même temps les actionnaires devraient bénéficier du potentiel commercial de long-terme de l’entreprise (est-ce cohérent ? pas sûr, à mon avis). Ou alors le marché actions n’a pas encore totalement intégré les risques sur la liquidité de Tesla…

- Deutsche Bank voit son action chuter à un niveau faible de capitalisation, tout en ayant un CDS 5 ans relativement modéré (150 points de base) : cela signifie que le marché anticipe une possible insuffisance de fonds propres, rendant nécessaire une recapitalisation dilutive pour les actionnaires actuels. Mais dans le même temps, le marché pense que les prêteurs obligataires de Deutsche Bank ne devraient pas faire face à un défaut - peut-être en raison du soutien implicite d’un Etat fort, l’Allemagne, qui considère peut-être cette banque comme "too big to fail".

Donc il faut avoir dans la tête une "matrice" à 4 cadrans (CDS bas / action faible, CDS bas / action forte, CDS élevé / action forte, CDS élevé / action faible). Toutes les configurations sont possibles, même si la plupart du temps il y a une forte corrélation entre le cours de l’action et le CDS. Si cette corrélation s’affaiblit, c’est que le marché commence à envisager des scénarios où les intérêts des actionnaires et ceux des prêteurs obligataires sont divergents.

Je pense que les CDS peuvent aider à éviter de grosses bêtises du genre Sears, car souvent les petits porteurs se focalisent sur les problématiques industrielles, la croissance et la profitabilité, en ignorant la liquidité, qui peut tuer une entreprise même profitable, même en croissance. Perso je n’achèterais pas une action dont le CDS 5 ans dépasse 300 points de base.

3) Quand on compare des CDS, il faut garder à l’esprit que les taux de recouvrement en cas de liquidation peuvent varier fortement d’un secteur à l’autre :

- Pour des secteurs industriels à forte intensité capitalistique, faire l’hypothèse d’un taux de recouvrement de 40% est raisonnable.

- Pour des secteurs à faible intensité capitalistique, 20% est raisonnable.

- Pour des banques, ça dépend s’il y a eu ELA (Emergency Liquidity Assistance) ou pas : en cas d’ELA, le taux de recouvrement peut être faible car la plupart des bons actifs auront été pris en garantie par la banque centrale. Mais en fait, le taux de recouvrement est quasi "politique" : en général les autorités publiques font attention à ne pas trop "brûler" les détenteurs d’obligations senior.

- Pour des souverains, le taux de recouvrement est une décision politique. On peut supposer 30% mais ça peut varier énormément : le taux de recouvrement va être plus élevé pour un pays sous programme FMI que pour un pays qui fait de son défaut un geste politique contre les marchés (du type Venezuela).

Une fois qu’on a fait l’hypothèse d’un taux de recouvrement, on peut déduire des primes de CDS une probabilité de défaut sur l’horizon du CDS.

4) Mes repères perso pour des CDS 5 ans (je simplifie beaucoup) :

- 500 points de base = perte d’accès au marché (Tesla, la Turquie sont à environ 600 points de base actuellement)

- Pour mes dépôts bancaires : 50 points de base max pour la banque en temps normal, 100 points de base max en temps de crise (idéalement…)

- Pour une entreprise industrielle (investissement boursier) : de préférence moins de 200 points de base, jamais au-dessus de 300 points de base

Pour les banques, plus que le niveau absolu, ce qui compte c’est le spread entre le CDS de la banque et le CDS du souverain : si les 2 restent assez proches, cela veut dire que le marché considère que l’Etat (même en difficulté) va continuer à soutenir la banque en cas de besoin. Si ça s’écarte beaucoup, il faut s’inquiéter pour la banque (particulièrement si elle diverge de ses consoeurs du même pays).

5) L’article des Echos n’est pas très pertinent : la grosse différence entre aujourd’hui et 2007, c’est qu’aujourd’hui l’essentiel du financement interbancaire se fait de façon sécurisée, par pension livrée (repo), et non plus en blanc (pas de collatéral). Cela diminue beaucoup les risques de perte sur des transactions interbancaires (le prêteur a propriété légale du collatéral en cas de défaut de l’emprunteur).

En fait, le graphique est même un peu trompeur, car pour une banque comme Deutsche Bank le risque n’est pas du tout sur le financement interbancaire, mais sur tout le reste… Le financement interbancaire de Deutsche Bank est proportionnellement minuscule précisément parce qu’elle a un bilan énorme et complexe, difficile à appréhender (et c’est cela, le risque principal). Je suis actionnaire Deutsche Bank dans un pari contrarian et spéculatif, mais je préfère des banques de détail davantage plain vanilla (Nordea, Skandinaviska Enskilda Banken) ou très diversifiées géographiquement (HSBC).

Sur les risques pour le système financier, la presse française me semble à côté de la plaque, je vous conseille plutôt les rapports de stabilité financière de la BCE et (moins bien) de la Banque de France. Si vous lisez l’anglais, Reuters et Bloomberg ont de bons journalistes spécialisés qui font de la bonne vulgarisation et résument les analyses intéressantes des secteurs public (banques centrales) et privé (analystes).

Dernière modification par Scipion8 (20/08/2018 01h26)

En ligne En ligne

 

[+8]    #6 27/09/2018 19h27

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   2192  

Bonjour Lolaclark78,

A moins que vous n’ayez accès professionnellement (par Bloomberg ou Reuters) aux données de CDS, je vous conseille de jeter un oeil à DataGrapple. Il faut donner une adresse email pour s’inscrire et l’interface du site est un peu aride, mais l’accès aux données est gratuit, la sélection de valeurs est assez large (mais bien sûr très incomplète), et surtout les données remontent à 2006.

Le graphique ci-dessous extrait de ce site montre les primes de CDS (en points de base / bps) pour les valeurs financières US depuis 2006.
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/12850_2018-09-27_us_cds_financials.jpg

On y voit que les primes de CDS sur les banques US, déjà extrêmement basses en 2006, ont continué à baisser au premier trimestre 2007. Je replace le contexte : à partir de fin 2006, on a commencé à voir une baisse des prix des subprime ABS et des CDO, dans un contexte d’augmentation rapide des défauts sur les emprunts immobiliers subprime. Les primes de CDS sur ABS (ceux que Michael Burry achètait dès 2005-2006 dans le film "The Big Short"… et dans la vraie vie) augmentaient, elles, dès fin 2006.

Que cela signifiait-il ? Que le marché des CDS, dès début 2007 (voire un peu avant), anticipait qu’il y avait un problème dans le segment subprime US. Mais que le marché considérait que le coeur du système, les grandes banques US, n’étaient pas menacées (leurs primes de CDS continuaient à baisser, jusqu’à atteindre 5-6 bps pour les meilleures).

A l’époque (début de ma carrière), j’étais l’expert CDS de la BCE (pour les banques centrales à l’époque, c’était assez nouveau de s’y intéresser) et j’étais chargé de faire remonter l’information à Trichet et aux autres chefs. Vers avril-mai 2017, quand il devenait clair qu’il y avait un problème sérieux avec le subprime US, tout le monde se demandait quelles étaient les implications pour les banques US. J’ai regardé les CDS, j’ai épluché les analyses des banques : toutes étaient unanimes : le segment subprime était beaucoup trop petit, à l’échelle du système financier US, pour le menacer sérieusement. J’ai fait remonter l’information, chiffres à l’appui… (Depuis, je suis comme Carrie Mathison avec le 11 septembre : le fait de ne pas avoir vu venir le choc à l’époque me rend très prudent et quasi parano quand il s’agit des risques systémiques - un biais psychologique utile dans mon job, moins pour l’investissement.)

Donc le marché des CDS a bien identifié le problème sur le subprime dès début 2007, mais, comme tout le monde (sauf Michael Burry, Steve Eisman et quelques autres), s’est complètement planté sur le caractère systémique du choc.

Les CDS (dont la prime est proportionnelle à la probabilité de défaut d’un émetteur) sont très pratiques car ils permettent de construire des arbres de probabilités binaires de défaut (PD) :

On peut calculer PD(ABS subprime), PD(Bear Stearns), PD(Lehman), PD(Citigroup) etc. puis, en faisant des hypothèses sur les scénarios les plus réalistes, évaluer PD(ABS subprime & Bear Stearns), PD(ABS subprime & Bear Stearns & Lehman) etc., ainsi que les probabilités conditionnelles de défaut : PD(Citigroup) si Lehman fait défaut etc. Début 2007, alors que PD(ABS subprime) augmentait, PD(Citigroup) (et celles des autres banques) baissait - manifestant simultanément l’identification d’un risque particulier (le subprime) et le déni du risque systémique.

[En passant : Plus tard pendant la crise j’ai construit pour mon employeur un arbre de probabilités binaires similaires, basé sur les CDS souverains, pour relier le risque d’un défaut souverain grec à un scénario de défauts souverains en série dans la zone euro / éclatement de la zone euro. On pouvait ainsi voir l’impact de nos mesures sur les probabilités absolues et conditionnelles de défaut, et donc mieux cibler les "maillons faibles".]

A partir de l’été 2007, le marché des CDS a commencé à prendre meilleure mesure du risque systémique que représentait le subprime (et surtout, la diffusion incontrôlée de ce risque via les ABS et CDO). Mais le marché n’a commencé à comprendre le véritable risque systémique qu’avec les épisodes Bear Stearns (mars 2008) et Lehman Brothers (septembre 2008).

Les ordres de grandeur des primes de CDS des meilleures banques US :
- autour de 6-8 bps début 2007
- 400-500 bps juste après l’épisode Lehman en septembre 2008 : à ce niveau là des primes de CDS, il devient compliqué pour les banques de trouver des financements (ce qui a conduit les banques centrales à injecter massivement de la liquidité)
- autour de 30-50 bps actuellement

Les différents segments de marché ont différents niveaux d’intelligence et de compréhension des risques systémiques, et des façons différentes de réagir au risque :

- Il faut rappeler que les marchés boursiers avaient commencé à intégrer le risque subprime en juillet 2007 (première correction), mais la mentalité de déni du risque, gravée dans la psychologie collective par les années passées de hausse des marchés, a conduit les marchés boursiers à ignorer une seconde fois le risque systémique, puisque les marchés ont rejoint leurs plus hauts en novembre 2007, avant de corriger une 2e fois…

- Le marché monétaire a tendance à fonctionner en mode binaire : soit tout va bien, soit il cesse d’exister. C’est ce qui est arrivé en Europe le 8 août 2007 : on a vu nos écrans dans la salle de marché BCE clignoter tout d’un coup, toutes les banques retirer d’un coup leurs cotations sur le marché monétaire, et les téléphones se mettre à sonner. Une heure après la BCE lançait sa première opération exceptionnelle d’injection de liquidité pour permettre aux banques de continuer à fonctionner. Pour moi, c’est cette date qui marque le début de "ma" crise… bien après Michael Burry ;-)

Mes conclusions pour l’investissement :

- Garder constamment un oeil sur les banques : expansion du bilan, communication agressive sur l’octroi "facile" de prêts, taux de créances en souffrance… Les banques sont à l’économie ce que le foie est au corps humain : si une prise de risque excessive a lieu quelque part dans l’économie, les banques sont nécessairement impactées (ce raisonnement ne marche pas avec les cryptos, certes).

- Surveiller le marché monétaire : Avant un tremblement de terre, les oiseaux s’envolent, les chiens se terrent. Avant une crise systémique, les trésoriers des banques se figent.

- Surveiller le marché CDS : Après sa phase initiale de sous-estimation du risque début 2007, le marché CDS a ensuite fait à mon sens du bon travail pour évaluer et "classer" les risques. Mon appréciation des risques relatifs sur les banques européennes (en ayant accès à des informations privilégiées) pendant la crise était très proche du "classement" effectué par le marché CDS. Mais il faut garder à l’esprit que le marché CDS et les marchés, de façon générale, sont bien meilleurs pour évaluer les risques relatifs (par exemple au sein du secteur bancaire) que le risque systémique absolu.

Dernière modification par Scipion8 (27/09/2018 19h34)

En ligne En ligne

 

[+9]    #7 23/10/2018 18h05

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   2192  

Quelques réflexions générales :

1) La dette d’un agent économique, c’est l’actif d’un autre. C’est une évidence, mais il faut la rappeler : la hausse de la dette mondiale est le reflet de l’enrichissement sans précédent des prêteurs. La dette en elle-même n’est pas mauvaise, ni même dangereuse : c’est son éventuel excès en rapport avec la solvabilité des emprunteurs qui l’est. La question n’est donc pas sur le niveau de la dette, mais sur sa soutenabilité. Il faut donc comparer les niveaux de dette des différents types d’acteurs avec leur capacité à rembourser, elle-même liée à la croissance structurelle des économies. L’argent emprunté a-t-il été investi dans des projets créateurs de richesse (= TRI suffisant), ou à fonds perdus ? Cela fait toute la différence.

2) La capacité des Etats à rembourser leur dette dépend en partie de leur capacité à taxer. Depuis 10 ans, le taux de taxation moyen (en % du PIB) dans l’OCDE n’a augmenté que légèrement. Donc la capacité à taxer davantage dans l’OCDE paraît suffisante. Mais il y a de grandes variations entre pays : en France, depuis 10 ans, l’Etat (et ses démembrements) ont taxé davantage les agents économiques, et le taux de taxation est très élevé en comparaison internationale (2e dans l’OCDE après le Danemark). Cela suggère qu’en France l’Etat aura du mal à taxer davantage en cas de difficultés à rembourser la dette, sauf consensus social (pas impossible).
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/12850_2018-10-23_tax-to-gdp_ratios.jpg

3) La capacité des Etats à rembourser leur dette dépend aussi du niveau de la dette (en proportion du GDP). Sur ce critère, effectivement on peut se poser des questions, car le niveau moyen de la dette publique a nettement augmenté dans l’OCDE ces 10 dernières années. Là aussi, la France est très mauvaise élève.
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/12850_2018-10-23_general_government_debt.jpg

4) En cas de dette publique insoutenable, il y a 4 solutions : (i) austérité, (ii) inflation, (iii) monétisation, ou (iv) défaut. Il s’agit d’un choix politique pour tout pays confronté à cette situation :

- Les agents économiques endettés auront tendance à vouloir de l’inflation pour dégonfler leur dette, alors que les agents économiques prêteurs (par exemple les rentiers) auront tendance à vouloir maintenir une inflation basse. Dans la zone euro, l’objectif de maintenir l’inflation en-dessous de 2% a été sanctuarisé dans les Statuts de la BCE ; compte-tenu du point de vue allemand et du vieillissement de la population européenne, je ne pense pas qu’il sera remis en cause.

- Un défaut aurait des conséquences encore plus catastrophiques pour les épargnants (et nous vivons dans des démocraties d’épargnants, qui votent beaucoup plus que les pauvres). La dette publique française est d’abord détenue (directement ou indirectement) par les ménages français. Et c’est de plus en plus le cas pour la dette italienne ou espagnole - du fait du retrait des investisseurs étrangers ces 10 dernières années. Donc je ne crois pas qu’un défaut serait politiquement tenable.

- Il reste donc l’austérité (évidemment la solution raisonnable, pour des Etats obèses comme chez nous) ou la monétisation (c’est-à-dire l’achat de la dette publique par la banque centrale, dont la puissance de feu est par définition illimitée). Bien sûr le financement des Etats par la BCE est interdit par ses statuts. Mais en cas de crise majeure dans la zone euro (remettant en cause son existence), perso je crois que la solution choisie sera une combinaison d’austérité et de politique monétaire non-conventionnelle reposant largement sur des achats de dette souveraine (les achats de la BCE étant conditionnés aux efforts d’austérité par les Etats). La variable d’ajustement dans un tel scénario serait l’euro, qui devrait se déprécier. (C’est un scénario catastrophe, hein, auquel je ne crois pas - c’est juste pour dire qu’à mon avis, il n’y aura jamais de défaut souverain pour la France.)

5) La zone euro est une construction politique - les vrais risques pour son existence sont politiques et non pas économiques. Même en cas de situation économique grave (comme pour la Grèce depuis 2011), on peut toujours trouver des solutions, passant notamment par la BCE et le FMI. Les 2 ont une très grande puissance de feu. Mais ces institutions ne peuvent agir efficacement que si les Etats bénéficiaires démontrent une volonté politique de coopérer (passant notamment par l’austérité, mais pas seulement). Perso je crois que même si c’est parfois difficile (par exemple la Grèce), les peuples et leurs dirigeants voudront toujours éviter la catastrophe. En Europe, on finira toujours par accoucher (difficilement) de compromis politiques permettant de trouver des solutions (idem pour le Brexit), parce qu’on a passé la première moitié du 20e siècle à essayer d’autres approches pour régler les problèmes et malgré la bêtise contemporaine, le populisme, la xénophobie etc., on ne veut pas y retourner.

6) Le vieillissement de la population est un phénomène mondial avec des conséquences politiques et économiques majeures. Ce vieillissement devrait rendre les sociétés structurellement plus conservatrices et hostiles à l’inflation. C’est une des raisons pour laquelle je ne crois pas du tout à un retour de l’inflation ; au contraire la déflation me semble le risque principal du point de vue économique (un scénario à la japonaise).

7) La conflictualité dans le monde n’a jamais été aussi basse. Penser que les menaces n’ont jamais été aussi grandes, que le monde est ravagé par des conflits, que nos sociétés sont en péril, ça fait vendre du papier, mais c’est juste faux. D’année en année, les conflits mondiaux font de moins en moins de victimes (même si c’est bien sûr toujours trop) ; les victimes sont essentiellement concentrées dans 3-4 pays. Il faut rappeler que l’état prolongé de paix dans lequel nous vivons depuis 1945 (je ne parle pas des conflits localisés ni du terrorisme occasionnel) est historiquement exceptionnel. Le "doux commerce" de Montesquieu fait son effet : malgré les rodomontades d’un Trump ou d’un Poutine, nul n’a intérêt à un conflit : ni les USA, ni la Russie, ni la Chine, ni l’Europe. Ni surtout les épargnants vieillissants qui décident de qui détient le pouvoir, et qui souhaitent une prospérité paisible. Tout le monde a intérêt économiquement à s’entendre, donc c’est inévitablement ce qui arrive politiquement.

8) Le QE a des effets persistants. Les banquiers centraux débattent pour savoir si le QE agit davantage via les flux d’achat ou via les stocks accumulés par les banques centrales. Les 2 sont sans doute pertinents. Perso, je pense que "l’effet stock" du QE est important, notamment car l’effet d’éviction de ces stocks continue de jouer bien après la fin des achats par la banque centrale : les obligations souveraines achetées massivement par les banques centrales ne sont simplement pas disponibles pour les investisseurs privés, donc même quand ils voudront réduire leur risque (vendre les actions et acheter les obligations souveraines étant le pattern habituel), ils devront conserver des actifs risqués.

9) Les PER avancés (calculés sur les profits prévus) ont déjà bien baissé en Europe. Il y a un effet ciseaux important : baisse des cours + hausse continue des profits (même si ça tend à ralentir). Cela a déjà ramené les PER avancés sur les plus bas niveaux depuis 5 ans, et en-dessous de la moyenne de long-terme ! Bien sûr le marché anticipe une conjoncture économique plus difficile et/ou des risques politiques dans la zone euro. Mais pour un investisseur (i) de long-terme, (ii) optimiste sur l’avenir de la zone euro et (iii) avec la capacité (psychologique et financière) d’absorber les chocs, les marchés européens me semblent déjà revenus à des niveaux d’achat.
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/12850_2018-10-23_msci_europe_per-2.jpg
Mes conclusions pour l’investissement :
- Les prophètes de malheur auront tort, comme d’habitude.
- Dans la zone euro, il y a bien un risque politique, mais on finira toujours par trouver des solutions.
- Les effets persistants du QE devraient amortir le choc.
- Le fait que les PER avancés européens soient déjà revenus à des niveaux historiquement raisonnables rend un krach majeur (-30/-40%) improbable à mon sens, hors catastrophe politique.
- Dans une logique de long-terme, je continue à acheter régulièrement des actions européennes, américaines et chinoises, en cohérence avec cette vision optimiste.
- Toutefois j’évite ou sous-pondère les secteurs qui devraient souffrir de la dégration possible à court-terme de la conjoncture (cycliques, bancaires, construction).

En ligne En ligne

 

[+8]    #8 03/11/2018 22h25

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   2192  

Ce graphique (source : FMI) décompose la performance cumulative du S&P 500 depuis 2014 en 3 composantes :

1) La baisse du taux sans risque (qu’on peut approcher par les taux souverains US) a largement contribué à la hausse des marchés US jusqu’à mi-2016. Ce facteur de soutien aux marchés actions s’est graduellement résorbé, en raison des hausses de taux successives, et celles attendues, par la Fed. Désormais cette composante contribue négativement à la performance du S&P 500.

2) La progression des résultats des entreprises (= les fondamentaux) explique largement la hausse des marchés actions US depuis 2017. Ce facteur continue d’être le principal moteur pour le S&P 500, même si le marché s’attend à une décélération de la croissance des résultats des entreprises en 2019.

3) La baisse de la prime de risque sur les actions (= l’appétit pour le risque des investisseurs) est le facteur résiduel supportant le S&P 500: ce facteur a été très important en 2017, c’est-à-dire que la progression du S&P 500 en 2017 s’expliquait presque autant par les bons fondamentaux des entreprises que par un fort appétit pour le risque des investisseurs. Cet appétit pour le risque a diminué fortement en 2018, jusqu’à devenir négatif actuellement (= aversion pour le risque des investisseurs).
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/12850_2018-11-03_decomposition_sp500_performance.jpg
Si cette décomposition de la performance du S&P 500 est à peu près correcte, elle est plutôt rassurante pour les investisseurs : en effet, le facteur le plus volatile et incertain (l’appétit pour le risque) s’est désormais largement normalisé, et le potentiel pour le taux sans risque US de monter beaucoup plus haut me semble limité. Donc le facteur clef, désormais, ce devrait être les résultats des entreprises : or, ils demeurent bons aux USA pour le moment, et même pour 2019 on s’attend à une progression des résultats, certes moins forte que ces dernières années. Donc perso je continue de renforcer mon exposition en actions, et je garde un oeil sur les indicateurs macros, qui pour l’instant n’indiquent pas une récession à court-terme.

Dernière modification par Scipion8 (03/11/2018 22h51)

En ligne En ligne

 

[+8]    #9 04/03/2020 13h31

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   723  

Bernard2K a écrit :

Alors oui, j’avais vu arriver le crash, comme je l’ai dit dans le fil sur le coronavirus. Comment ? Un certain intérêt pour l’épidémiologie, pour la macro-économie, la politique, etc. qui me donnent une certaine vue d’ensemble.
[…]
Concernant le présent crash en particulier, c’était quand même bien visible,
[…]
Franchement, dans ce qui me permet d’être plus lucide aujourd’hui, il y a l’expérience. A 46 ans, j’ao une vision plus complète, plus renseignée, plus calme aussi…

Et surtout, à 46 ans, on est beaucoup plus humble.

Hors ligne Hors ligne

 

[+10]    #10 04/03/2020 19h27

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   2101  

Trois fois -1 parce que "je n’ai pas de file de mon portefeuille", alors que j’en ai une, ça commence à bien faire. Pour mes admirateurs wink , voici la file :
Portefeuille d’actions de Bernard2K

Humble ou non, à la rigueur, on s’en fout, non ? On est là pour discuter des actions, non ?

Mais, si on se penche vraiment sur la question "humble ou non", considérez SVP les points suivants :
- J’ai un portefeuille tout petit et tout mal foutu, je l’ai écrit (depuis 9 mois), même si ça a échappé à certains.
- Il y a quelques années, j’ai fait des trades sur eToro, tout pourris, je l’ai écrit (plusieurs fois).
- Je n’ai absolument pas vu venir la crise de 2008, je l’ai écrit aussi.
- J’ai vu venir ce crash (pour l’instant) suite au Coronavirus, je l’ai écrit aussi.

Si l’on considère l’ensemble de ces déclarations, je n’ai pas l’impression d’un manque d’humilité. Dans ma relation avec la bourse, j’ai écrit ce qui foire (beaucoup de choses) et ce qui réussit (très peu de choses). Il semblerait que je commence enfin à y comprendre un peu quelque chose, ouf, je suis content, je l’écris aussi.

Par ailleurs, quand un autre foreumeur dit dans le présent fil qu’il avait vu venir "facilement" la crise de 2008, ou quand GBL dit qu’il a plus d’un million sur son PEA, eh bien déjà je ne trouve pas que ça soit un manque d’humilité (l’idée me paraîtrait vraiment saugrenue) ; mais vous conviendrez que certains foreumeurs pourraient pourtant trouver que ça manque d’humilité. Moi je trouve simplement que ce sont des faits utiles à la compréhension du sujet. Et, de toute façon, surtout, je n’irais jamais mettre des -1 de réputation pour cela. Donc, il me semble qu’il y a un peu deux poids deux mesures.

Bon, après ces quelques explications, je vais laisser les détenteurs du savoir boursier parler entre eux, ceux qui ont des "vrais" portefeuilles, dûment publiés… Merci pour ceux qui ont répondu sincèrement à mes questions, pas merci à ceux qui mettent des -1 pour des raisons douteuses.

Dernière modification par Bernard2K (04/03/2020 19h35)


Qui sait de quoi le futur sera fait ?

Hors ligne Hors ligne

 

[+7]    #11 08/03/2020 11h22

Membre
Réputation :   70  

Fort heureusement, ce n’est pas la fin du monde ! Disons que ce virus, pas si méchant que cela pourtant (il tue peu et surtout des personnes âgées), met en évidence la fragilité de nos économies interdépendantes et, de plus, tombe à un très mauvais moment (croissance fragile, acteurs sur-endettés). Le problème ne sera donc pas sanitaire car le nombre de décès restera limité, mais bien économique car même avec une létalité faible les perturbations peuvent être considérables. On peut spéculer, mais elles restent aujourd’hui inconnue et il ne me semble guère prudent de faire des paris qui peuvent s’avérer fort couteux.
Que pouvons nous anticiper à ce stade ? La maladie est en phase d’expansion et va probablement le rester encore plusieurs semaines, touchant de plus en plus de pays et de plus en plus de monde. Plusieurs semaines (minimum) c’est long pour nos sociétés. La récession sera très difficile à éviter et un grand nombre d’entreprises vont donc voir leurs comptes fortement impactés. L’effet psychologique va être important (exemple les mesures prises en Italie du Nord qui suspendent pratiquement toutes les activités). Bref, nous allons passer en mode hibernation en quelque sorte.
Comment se comporter en tant qu’investisseur ?
Pour moi, tant que la maladie va progresser, que ses conséquences économiques seront mal connues et que nous ne disposerons pas de traitement, les marchés ne pourront pas remonter. Les baisses de taux ou relance budgétaire n’auront pas d’effet, sauf ponctuels. Dans l’immédiat on ne peut donc rien faire d’autre que d’attendre, voire continuer de sortir des marchés sur rebond. Il y a trop d’inconnues sur le déroulement de cette pandémie pour se porter acheteur aujourd’hui me semble-t-il.
Quand prendra-t-elle réellement fin ? Quand pouvons nous escompter un retour à peu près à la normale ? Va-t-elle refluer lentement suite aux mesures de confinement ou aurons nous un traitement (ce qui serait la meilleure nouvelle) ? Nous n’avons pas de réponses à ces questions à ce jour.
La Chine est à observer en priorité car c’est là que la maladie a commencé. Malgré des mesures de confinement fortes, la Chine ne sort pas pour le moment de la maladie même si la phase d’expansion semble contenue désormais. On peut donc s’attendre à une phase croissante et un "plateau" assez long ailleurs dans le monde. Le scénario noir serait une maladie qui devient chronique longtemps en "sortant par la porte mais en revenant par la fenêtre" : un pays éradique la maladie, mais elle revient dans une nouvelle région par des mouvements de population d’un pays qui ne l’aurait pas vaincue. 
Les conséquences sur les entreprises vont être très différentes. Certaines dans les secteurs les plus exposées risquent de faire faillite (transports, tourisme…). D’autres en profiteront (internet).

A ce stade, trois scénarios me semble donc possibles :

1- le scénario très optimiste : on sort de la maladie rapidement et sans récession. Là, le rebond des marchés serait très puissant, en forme de V, tel qu’on l’a connu en janvier 2019. Ce scénario ne me semble pas le plus probable, la crise est plus sérieuse.

2 - le scénario médian : la pandémie dure sur le premier semestre 2020, elle provoque une récession limitée. Dans ce cas, la baisse des marchés va s’accentuer au printemps et la reprise sera plus lente. Les cours des marchés actions évolueront alors selon les rythmes de retour à la normale et dans ce cas, je ne crois pas du tout à une remontée rapide des marchés, mais progressive et différenciée selon les impact de la crise sur les entreprises.

3 - le scénario pessimiste : la pandémie dure, elle provoque une récession qui fait basculer le monde dans une crise systémique alimentée par des besoins en liquidités d’acteurs sur-endettés. Scénario qui ne peut être exclu, mais qui n’est pas le plus probable à ce jour.

C’est le scénario 2 qui me semble le plus probable aujourd’hui mais il n’y a aucune certitude, d’où l’importance de rester en mode wait and see dans l’immédiat. Le potentiel de baisse sur les marchés me semble encore très important, surtout aux US où la phase haussière depuis 2008 a été trop forte, massivement alimentée par les taux bas et la hausse des ratios de valorisation (parfois délirants) de certaines sociétés. Un risque est que, si les US connaissent une version dure de la pandémie, les marchés américains corrigent sérieusement. Si c’est le cas, ils entraineront les autres marchés à la baisse, quels que soient leurs niveaux, ce qui provoquerait une nouvelle vague baissière.
A tout le moins, il me semble indispensable d’attendre ce moment clé : comment vont se comporter les marchés US quand (et si) le pays sera lourdement frappé par le virus ? La réponse à cette question n’est pas évidente, elle me semble très importante. Comment réagira un Trump impulsif en pleine campagne électorale ?

On ne peut pas acheter simplement car le cours d’un titre nous semble bas à un moment donné. On achète d’abord les perspectives d’une économie et d’une entreprise, pas un prix, d’autant que les conséquences du coronavirus vont être très différentes d’une entreprise à une autre. Si on achète un prix, alors on achète Vallourec à 20€ car il a baissé de 60% sur ses plus hauts ou à 10€ en se disant que cette fois c’est vraiment les soldes. Sauf que le titre vaut aujourd’hui 1,4€. Ceci parce que les perspectives sont devenues mauvaises pour la société et que le contexte pétrolier a fortement modifié ses perspectives. On pourrait dire la même chose de Shell. Cours bradé ou changement de paradigme ? Le vent tourne sur le pétrole, l’investissement n’a plus la cote, l’époque passe au vert à grande vitesse et de plus en plus d’investisseurs rechignent à investir sur ces sociétés dont les cours chutent, et pas seulement à cause des baisses des prix du pétrole. Il en ira probablement de même pour bien des entreprises avec la crise actuelle. Les données de marché évoluent en permanence. On achète!te une perspective, pas un prix. Une action solide, de qualité, ne l’est pas forcément éternellement, les exemples sont très nombreux allant dans ce sens. J’ai connu Carrefour que tout le monde voulait dans mes plus jeunes années, entreprise solide par excellence. Voyez ce qu’elle est devenue. 
Voilà pourquoi on ne peut qu’attendre dans l’immédiat. Il nous faut plus d’informations sur l’impact de la crise et les perspectives peut être nouvelles qui vont s’offrir aux entreprises. Le mieux est de se constituer le plus de liquidités possible pour se placer judicieusement lorsque nous aurons plus d’éléments pour le faire. Car une chute des marchés peut aussi constituer une belle opportunité, à condition d’avoir du cash. Actuellement, les incertitudes sont trop élevées. On peut faire le pari d’un scénario optimiste, acheter en se disant que le Dow Jones est passé de 29000 à 26000 points et que les soldes sont ouvertes, mais c’est un pari, il nous manque trop d’informations à ce jour pour faire un choix serein. J’évite de faire de tels paris avec mon argent, je préfère une analyse rationnelle, déjà comme cela les risques de se tromper sont suffisamment élevées pour ne pas en rajouter davantage.

On n’achète jamais au plus bas, cela relève toujours du pur hasard et cela n’a pas d’importance. Il vaut toujours mieux rater une partie d’une hausse que d’encaisser de lourdes pertes dont on pourrait mettre des années à se relever. Je dis surtout cela pour les jeunes investisseurs qui seraient sur les marchés depuis une dizaine d’années seulement et n’auraient connus, finalement, qu’un marché haussier. Si l’on prend une période de 20 ans, cette remarque me semble prendre tout son sens. Fallait-il acheter Axa en 2001 simplement parce que le cours était passé de 40 à 30€ et avait perdu un quart de sa valeur ce qui pouvait être considéré comme important ? Un an plus tard, le titre n’en valait plus que 10 et il en vaut 20 actuellement. Et ce n’est pas les seuls dividendes de la société qui auraient pu compenser une erreur de timing et de perspectives aussi lourde. Les exemples allant dans ce sens sont légion. Je crois donc fondamentalement qu’on achète une perspective et pas un prix. Une perspective, c’est à dire une entreprise, son marché, son management et le contexte dans lequel elle évolue.
Alors, simple correction ? Crise systémique et début d’un marché baissier ? On ne peut le savoir au début d’une crise. De mon point de vue, nous sommes trop en amont de la crise actuelle pour se repositionner à l’achat. Il nous faut prendre patience, observer, tel le chasseur à l’affut, pou user de nos munitions à bon escient. Et rester modeste : on n’achète jamais au plus bas.

Toutes mes excuses pour ce post bcp trop long.

Hors ligne Hors ligne

 

[+7]    #12 09/03/2020 12h18

Membre
Réputation :   27  

Il me semble Messieurs que tout parallèle avec les crises de 2001 et 2008 doit être fait avec beaucoup de prudence.
J’ai vécu les deux, et dans mon souvenir, les situations étaient très différentes et le sont encore.

En 2001-2002, nous étions en présence d’une grosse correction venant après une phase d’emballement absurde (du point de vue des valeurs intrinsèques des entreprises, disons des fondamentaux) qui avait conduit à des surévaluations délirantes de nombreuses entreprises des secteurs technos, communications et télécommunications. Quand ça explose, ça fait très mal à France Télécom, Vivendi, etc, mais finalement c’est une correction saine, l’économie profonde (consommation des ménages et investissements des entreprises) n’est que marginalement touchée.

En 2008, nous étions en présence d’une crise financière due en premier lieu à un surendettement des ménages américains, et secondairement à la fragilité ( bêtise et cupidité combinées?) des banques. Cette fois-ci l’économie profonde  est impactée, ne serait-ce que parceque pendant quelques mois (années)  plus une banque n’ose prêter à quiconque. Mais les politiques monétaires des banques centrales vont assez vite relancer la machine en déplaçant les risques d’insolvabilité des emprunteurs.

En 2020, la crise est fondamentalement une crise sanitaire mondiale, et là, à mon humble avis, l’économie profonde est et va être fortement impactée à court terme d’abord  sur les secteurs transports aériens, tourisme, spectacles, luxe, etc. puis sur d’autres secteurs comme l’automobile et toute la consommation discrétionnaire,  et ce (à mon sens) tant qu’il n’y aura pas un vaccin fiable, efficace, disponible largement pour rassurer les consommateurs.

Bref, selon mon analyse (ou disons simplement mon bon sens primaire), la crise actuelle n’est pas prête de prendre fin. Seule la vaccination à grande échelle rassurera les consommateurs et les sortira de l’attentisme. Les interventions des banques centrales sont de la pure méthode Coué, ou de la poudre aux yeux. Quand les gens se terrent chez eux et attendent des jours meilleurs, les CA des entreprises plongent et les taux de crédit n’ont pas la moindre influence.

Mon point de vue n’est pas scientifique, je ne suis pas économiste, si j’ai fait des erreurs de raisonnement, merci de me les signaler gentiment, j’aime toujours apprendre smile

Hors ligne Hors ligne

 

[+8]    #13 16/03/2020 09h28

Membre
Réputation :   22  

J’ai fait une analyse très poussée et voici ma conclusion : nous n’avons jamais été aussi près du point bas.

Hors ligne Hors ligne

 

[+8]    #14 18/03/2020 15h33

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   2101  

michaelstaudi a écrit :

Bonjour , est-ce que quelqu’un peut me dire pourquoi les valeurs industrie tel que Thales, Safran perdent tellement ?

Question bête mais voir -18% sur du Safran..

Prenez le cas du pétrole :
Avec un pétrole à 25 $ le baril, et un ralentissement économique mondial en cours, donc une demande future du pétrole très probablement à la baisse, les entreprises pétrolières souffrent.

Que fait une entreprise qui souffre ? Elle cherche à continuer à vendre (faire rentrer des sous) et à réduire ses coûts (baisser ses charges). Pour baisser ses charges, elle ne peut pas enlever ce qui sert à produire, sinon elle ne peut plus vendre. Donc, elle va dégraisser tout ce qui n’est pas indispensable à la production. En tout premier lieu : tout ce qui est R&D, exploration. Elle va aussi avoir tendance à réduire et repousser tout ce qui est entretien, maintenance, remplacement. Certes, ce faisant, elle se met en danger pour l’avenir (car elle n’investit plus pour l’avenir), mais elle préfère un danger pour l’avenir à un danger pour maintenant !
Or, R&D, exploitation, et maintenance sont largement sous-traitées à des sociétés de service, qu’on appelle sociétés parapétrolières. Technip, Vallourec, etc.
Ces sociétés parapétrolières souffrent donc encore plus. Vous les voyez donc au sommet des classements des plus fortes baisses boursières.

Eh bien, transposez cela au monde du transport aérien et automobile, et vous aurez votre réponse. Les sous-traitants et les sociétés de service et de conseil qui vendent leurs pièces ou leurs services aux constructeurs aériens et automobiles vont souffrir encore plus que les constructeurs aériens et automobiles, car ces derniers vont couper en premier les dépenses envers ces fournisseurs.

Dernière modification par Bernard2K (18/03/2020 15h36)


Qui sait de quoi le futur sera fait ?

Hors ligne Hors ligne

 

[+8]    #15 25/03/2020 11h59

Membre
Réputation :   27  

Permettez-moi un commentaire de bon sens.

Quand un investisseur prend une décision (achat ou vente) sur un titre Action, il regarde fondamentalement deux choses : les profits récurrents de l’entreprise, et le prix de l’action.
Les profits récurrents, quels que soient les indices avec lesquels on les mesure (indices utiles car ils permettent de comparer l’efficacité économique globale d’entreprises différentes dans des secteurs différents), sont évidemment les plus importants. Un bon investisseur recherche des entreprises "extraordinaires" c’est à dire  des entreprises profitables de façon durable, récurrente.

Les ayant identifié, l’investisseur regarde ensuite si le prix (PE) lui semble "correct", pas trop sur-évalué. En fonction de cette analyse il achète ou non.

Or dans la situation actuelle, nombreux sont ceux (certains écrivent sur cette file) qui ne s’intéressent qu’au prix et à ses fluctuations, oubliant apparemment l’analyse des profits futurs.

C’est à mon sens une erreur méthodologique. Le rapport PE peut sembler très favorable lorsqu’on le calcule à partir des profits passés, mais que signifie-t-il pour une entreprise si les profits à venir en 2020 et 2021 sont faibles, nuls ou négatifs ?

Plutôt que de s’interroger sur la question "est-ce le moment pour entrer" (c’est-à-dire le PE est-il favorable?), il est plus pertinent de se demander pour chaque entreprise ciblée quelle chance a-t-elle de voir ses profits revenir à des niveaux satisfaisants en 2021.

Pour de nombreuses entreprises qui paraissent "pas chères", je pense qu’il n’y a presque aucune visibilité sur l’avenir de leurs profits. Même si elles survivent à grands coups d’injections de liquidités bancaires plus ou moins artificielles, quid de leur marché ? La bonne question pour moi n’est pas "le prix de l’action X est-il suffisamment bas pour que j’achète", mais bien plutôt, "le marché principal de X est-il à l’évidence résilient?".

Pour certains secteurs la réponse à la deuxième question est à l’évidence négative. A titre d’exemple (mais ce n’est qu’un exemple !) je suis persuadé que le nombre de "croisiéristes" s’entassant sur des paquebots ne remontera pas avant de nombreuses années aux niveaux observés en 2019. Du coup, selon ce jugement, je n’irais pas investir dans une entreprise qui fabrique des paquebots, même avec un P/E ridiculement faible lorsqu’il est calculé avec les chiffres financiers de 2019.

On peut généraliser cette démarche à bien d’autres secteurs industriels et commerciaux, et je crois que c’est là un exercice bien plus intéressant que de cogiter sur un "point bas" par nature imprévisible.

Hors ligne Hors ligne

 

[+9]    #16 08/04/2020 15h25

Membre
Réputation :   93  

Le dernier mémo de l’investisseur Howard Marks est en ligne (6 avril 2020) :
www.oaktreecapital.com/docs/default-sou … rating.pdf

Voici un extrait qui répond à certaines interrogations de ce fil de discussion :

Howard Marks a écrit :

(…) Certaines des questions les plus intéressantes en matière d’investissement sont particulièrement appropriées aujourd’hui : "Comme vous vous attendez à d’autres mauvaises nouvelles et que vous pensez que les marchés pourraient encore baisser, n’est-il pas prématuré d’acheter ? Ne devriez-vous pas attendre le point bas ?

Pour moi, la réponse est clairement "non". Comme nous l’avons déjà dit, nous ne savons jamais quand nous avons atteint le fond. Un point bas ne peut être connu qu’avec le recul : c’était la veille du jour où le marché a commencé à monter. Par définition, nous ne pouvons pas savoir aujourd’hui s’il a été atteint, puisque cela dépend de ce qui se passera demain. Ainsi, "je vais attendre le point bas" est une affirmation irrationnelle.

Si vous voulez, vous pouvez choisir de dire : "Je vais attendre que le point bas soit passé et que le marché ait commencé à monter". C’est plus rationnel. Cependant, premièrement, vous dites que vous êtes prêt à manquer le point bas. Et deuxièmement, l’une des raisons pour lesquelles un marché commence à monter est que le sentiment d’urgence des vendeurs s’est atténué, et avec lui la pression vendeuse. Cela signifie que (a) l’offre à la vente diminue et (b) les acheteurs eux-mêmes poussent le marché à la hausse, car ce sont eux qui sont maintenant très motivés. Ce sont ces éléments qui font monter les marchés. Donc, si les investisseurs veulent acheter, ils doivent le faire à la baisse. C’est à ce moment que les vendeurs ressentent le plus d’urgence et que les achats des acheteurs n’arrêteront pas la chute des prix des actions.

(…)

Le vieux dicton dit : "Le mieux est l’ennemi du bien". De même, attendre le point bas peut empêcher les investisseurs de faire de bons achats. L’objectif de l’investisseur doit être de faire un grand nombre de bons achats, et pas seulement quelques achats parfaits. Pensez à votre comportement dans la vie de tous les jours. Avant chaque achat, insistez-vous pour être sûr que l’objet en question ne sera jamais disponible moins cher ? C’est-à-dire que vous achetez au plus bas ? J’en doute. Vous achetez probablement parce que vous pensez obtenir un bien à un rapport qualité/prix intéressant. N’est-ce pas suffisant ? Et inversement, vous vendez parce que vous pensez que le prix de vente est adéquat ou plus, et non parce que vous êtes convaincu que le prix ne pourra jamais être plus élevé. Persister pour n’acheter qu’au point bas et ne vendre qu’au plus haut serait paralysant.

Au contraire, j’ai donné à ce mémo le titre de "Calibrage" car je pense que le positionnement d’un portefeuille devrait changer avec le temps en fonction de ce qui se passe dans l’environnement. À mesure que l’environnement devient plus dangereux (avec des prix élevés, une aversion au risque faible et l’absence de peur), l’attitude défensive d’un portefeuille devrait être accrue. Et à mesure que l’environnement devient plus favorable (avec des prix bas, une aversion au risque élevée et la peur qui prévaut), son agressivité devrait être accrue. Il s’agit clairement d’un processus de réajustement progressif, et non d’un processus de tout ou rien. L’objectif ne devrait pas être de ne faire cela qu’aux points bas et hauts.

Je pense donc qu’attendre le point bas est une folie. Quels devraient donc être les critères de l’investisseur ? La réponse est simple : si quelque chose est bon marché - en fonction de la relation entre le prix et la valeur intrinsèque - vous devriez acheter, et si le prix baisse encore, vous devriez acheter davantage.

Je ne veux pas donner l’impression qu’il est facile d’acheter alors que les prix chutent. Ce n’est pas le cas, et en 2008, Bruce et moi avons passé beaucoup de temps à nous soutenir mutuellement et à débattre pour savoir si nous achetions trop vite (ou trop lentement). Les nouvelles étaient terribles et, pendant un certain temps, il semblait que le cercle vicieux de l’effondrement des institutions financières allait se poursuivre sans être maîtrisé. Les mauvaises nouvelles rendent les achats difficiles et font dire à beaucoup de gens : "Je ne vais pas essayer d’attraper un couteau qui tombe".  Mais c’est aussi ce qui pousse les prix à des niveaux absurdement bas. C’est pourquoi j’aime tellement le titre de Doug Kass que j’ai mentionné plus haut : "Quand le moment sera venu d’acheter, vous ne voudrez pas". Il n’est pas facile d’acheter quand les nouvelles sont terribles, que les prix s’effondrent et qu’il est impossible d’avoir une idée de l’endroit où se trouve le fond. Mais cela devrait être la plus grande aspiration de l’investisseur.

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+6]    #17 09/04/2020 17h19

Membre
Réputation :   58  

Acheter du BX4 pour se mettre face à des marchés administrés par les banques centrales, je ne suis pas sur que ce soit une très bonne idée, j’ai des doutes quant à votre capacités à rester solvable plus longtemps qu’elles.

La FED va acheter du high yield et a également déclaré qu’elle n’hésiterait pas à s’intéresser à d’autres marchés, sous entendu directement des actions.

Dans ces conditions, je ne vois pas comment les marchés peuvent baisser et aller chercher un nouveau point bas.

On va probablement se stabiliser entre 4000 et 4600 points mais on ne reverra pas les plus bas atteint mi mars à 3600 c’est une quasi certitude, la crise est relativement simple contrairement à celle de 2008 qui avait pu occasionner une deuxième jambe de baisse.

Ici les gouvernements ont simplement choisis de suicider l’économie pour sauver des vies, la durée du confinement est peu ou prou connu grâce à l’exemple de Wuhan, tous ces éléments ont déjà été pricés par le marché et je ne vois pas particulièrement de grosses incertitudes, le marché price maintenant l’après confinement et la reprise économique qui suivra immanquablement, ainsi que l’appui marqué à la fois des états et des banques centrales.

Quant à la soutenabilité des dettes, pardonnez moi mais on s’en fiche, l’état s’endette pour rien, la BCE peut acheter autant de dettes qu’elle le veut, on vit maintenant dans un monde sans inflation, l’un des avantages est donc qu’on peut imprimer quasiment autant de monnaie qu’on le veut, et c’est d’ailleurs ce qu’on fait.

Hors ligne Hors ligne

 

[+8]    #18 11/04/2020 13h34

Membre
Réputation :   60  

Je partage avec vous une étude que j’ai trouvé très intéressante.

rb_rep_20_002_covid-19_impacts-et-rebond.pdf

Cette étude fait la synthèse d’une série d’entretiens menés auprès des experts sectoriels du cabinet Roland Berger.

Elle se compose de monographies sectorielles focalisées sur les cinq secteurs les plus impactés par la crise actuelle, notamment en matière de liquidité et de rentabilité en 2020 : biens de consommation, tourisme, transport aérien, automobile, banque/assurance. Pour chacun de ces secteurs, les conséquences à court et à moyen terme de la crise actuelle sont décrites et un scénario d’évolution à plus long terme, dit « New Normal », est évalué.

Ce scénario met en avant les nouveaux modes de consommation et d’organisation attendus et envisage un nouveau paysage concurrentiel consolidé.

À la suite de ces scénarios sectoriels, différents scénarios de reprise seront présentés. L’objectif sera de tirer des enseignements à destination des pouvoirs publics notamment en matière de politique de l’emploi, de soutien à l’innovation et de mise en place de politiques publiques économiques ciblées.

Et je partage aussi la liste des plus fortes convictions actions de ma banque privée. Elle date du 2 avril.

"Investment ideas – What to buy in the Selloff"

flash_equity_advisory_020420.pdf

Dernière modification par Gassinvest (11/04/2020 13h40)

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 8   [+9]    #19 05/06/2020 09h26

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   2192  

A mon avis, la meilleure mesure de la surévaluation ou sous-évaluation d’un marché boursier est la prime de risque du marché actions (equity risk premium), qui représente la rémunération d’un actionnaire pour le risque pris en achetant des actions, par rapport au taux "sans risque". Plus elle est élevée, plus il est intéressant a priori de s’exposer aux actions.

Le principal avantage de la prime de risque du marché actions par rapport aux ratios de valorisation (PER, VE/EBITDA etc.), c’est qu’elle permet de prendre en compte les fluctuations du taux sans risque (influencé par les banques centrales).

Aswath Damodaran mesure cette prime de risque du marché actions régulièrement sur son blog (writing -> blog posts), et il vient de publier une mise à jour (pour les USA). Il y explique en détail la méthodologie (il faut mettre à jour à la fois le taux sans risque et les prévisions de résultats pour les entreprises cotées).

Sur les 60 dernières années (mesures en fin d’année), la prime de risque du marché actions US (S&P500) a évolué entre 2% (fin 1999 = bulle internet) et 6,5%, avec une moyenne à 4,2%.
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/12850_damodaran_erplonghistory.png
Le 23 mars 2020, elle a atteint un pic à 7,75%, du jamais vu : c’était tout simplement la meilleure opportunité pour investir dans les actions US depuis au moins 60 ans !
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/12850_damodaran_erpjunepicture.jpg
Avec le fort rebond des marchés depuis lors, la prime de risque du marché actions US est revenue à 5,8% : toujours largement au-dessus de sa moyenne historique. C’est pourquoi, malgré des ratios de valorisation élevés, il demeure pertinent à mon sens de s’exposer aux actions américaines.

A mon avis, le focus excessif sur les ratios de valorisation conduit à ignorer les variations du taux sans risque (c’est-à-dire les actions des banques centrales), et à manquer ainsi des opportunités.

En ligne En ligne

 

[+8]    #20 07/06/2020 11h41

Membre
Réputation :   92  

J’ai fait une petite analyse de données sur cette file. Il y a bien entendu bon nombre de limitations à l’interpretation qu’on peut en faire, mais l’exercice reste intéressant.

L’idée est de comparer l’activité sur cette file à l’évolution du CAC40.
J’ai pour cela compté le nombre de messages par jour, ainsi que la réputation médiane des auteurs par jour depuis le début de l’année.

Voici les résultats.

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/14302_posts.png

Le nombre de posts explose logiquement avec la chute du CAC et, fait intéressant, atteint son maximum 2 jours avant le point bas du CAC. Certains pourraient y voir un très bon market timing de groupe.

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/14302_reputation.png

Concernant la réputation médiane des auteurs, celle-ci tombe à moins de 50 autour du point bas. Cela confirme également l’impression que de nombreux débutants ou nouveaux sur le forum ont afflué à ce moment là.

L’étape prochaine pourrait être de faire du data mining (sentiment analysis) sur la même période afin d’objectiver le contenu des messages (euphorie, déprime, neutralité). J’essayerai de le faire si ça intéresse et si je trouve le temps pour m’y consacrer.

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+6]    #21 12/07/2020 11h51

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   505  

Je ne pense pas qu’ArnvaldIngofson trolle, je comprend son indignation même si faire porter le chapeau aux actionnaires revient à lâcher la proie pour l’ombre.

Le problème c’est que justement nous ne sommes plus dans un système capitaliste au sens de Smith ou Keynes, mais dans un simulacre de capitalisme et j’irais même jusqu’à dire simulacre de République, au sens Baudrillardien du terme.

D’une part, il n’y a plus de main invisible dans ce marché puisque la main bien visible des banques centrales et Plunge Protection Teams fixe les prix et que les Etats choisissent les entreprises qui bénéficieront de leurs largesses. La mauvaise gestion, le népotisme et le mépris des clients sont donc récompensés, tandis que la bonne gestion se traduit au mieux par faire jeu égal avec ces entreprises corrompues bénéficiaires des flux d’argent fraîchement imprimé.

L’aléa moral qui a été introduit par la crise de 2008 n’en est plus un, on a largué les amarres et choisi d’abandonner toute moralité.

D’autre part, la fusion incestueuse des média de masse (créateurs de réalité) et du monde des affaires, combiné à l’affaiblissement et l’inféodation du corps politique à leurs argentiers empêche toute réelle représentation des citoyens - hormis dans les domaines qui ne comptent pas, c’est à dire les "droits civils" qui n’ont jamais empêché de faire de l’argent, mais bien au contraire créent des opportunités tout en assurant que la masse soit divisée toujours plus finement, pour régner sans partage.

L’homme de droite sera heureux d’importer des millions de miséreux pour tirer les salaires vers le bas, tandis que l’homme de gauche y trouvera un vivier d’électeurs.

La mondialisation garantit l’absence de conséquences pour les uns et d’échappatoire pour les autres : on retrouvera partout le même système, avec une différence de degrés mais pas de nature.

Les soignants et les "sans dents" en général sont juste considérés par le pouvoir, consciemment ou inconsciemment, comme "trop bons trop cons", malheureusement.

Je comprend et partage l’indignation d’ArnvaldIngofson, mais je ne vois pas de moyen concret de sortir de cette nasse, individuellement, si ce n’est l’assimilation au système (en créant son entreprise, l’équivalent d’un avatar pour jouer à World of WarcraftFinance, et/ou en devenant actionnaire pour se cacher, comme un rémora, dans le sillage des grands prédateurs) ou d’en sortir complètement (en mode zadiste ou racaille - comme dans 1984, ’Proles and animals are free.’).

Le problème de l’assimilation totale, c’est qu’on peut facilement se retrouver contraint de prendre des positions ou de de faire des choses totalement contraire à ses principes réels ou affichés (doublethink dont souffre grandement la gauche caviar) pour ne pas tomber du train en marche ; le problème du zadiste, c’est qu’il peut se faire trivialement déposséder par la force, ou se retrouver bloqué lorsqu’il aura besoin d’intéragir avec le système.

Devenir rentier est un moyen de concilier les deux méthodes et jouer des deux identités : bénéficier d’une partie des protections prévues pour les grands, tout en recouvrant une certaine indépendance de pensée et d’acte vis à vis du système dont jouissent "ceux qui ne sont rien".

Dernière modification par doubletrouble (12/07/2020 12h03)


Parrain Stockopédia ✯ Mangia bene, caca forte, e non aver paura della morte.

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 2   [+5]    #22 29/11/2020 16h13

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   744  

Ok - on est sur la même longueur d’onde.

Je pense que nous sommes au début d’une bulle qui durera aussi longtemps que les banques centrales injectent des liquidités, ça peut durer des années comme ça. N’oublions pas que 3 ans se sont écoulés entre le discours d’Alan Greespan sur l’exubérance irrationnelle, et l’éclatement de la bulle internet  en avril 2000. 3 ans !

On voit aussi des comportements complètement insolites sur certains titres comme Zoom, NIO, Palantir, pour n’en citer que trois - la liste est longue.

Faut-il pour autant sortir du marché actions ? Je ne le crois pas. L’immobilier risque de se repricer sérieusement, les obligations de qualité ne payent plus rien, le high yield est structurellement perdant et le pouvoir d’achat du cash fond comme neige au soleil. Même l’or ne joue plus vraiment son rôle de hedge systémique, certains disent que le bitcoin l’a remplacé.

La seule solution que le marché semble valider, c’est les actions d’entreprises à forte croissance, grosses marges et avantage concurrentiel important. Forcément, cela se ressent sur les valorisations qui sont en zone rouge selon les critères de l’ancien monde.

C’est un jeu d’équilibriste, nous vivons un moment insolite et passionnant.

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+6]    #23 08/01/2021 12h10

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   269  

Si on a des actions faiblement valorisées p/e (10-12) elles peuvent tomber avec le marché de 50% mais reviendront très rapidement au pire a un p/e de 9.

Si on a une action a un p/e de 40 et que le marché décidé de la repricer a 12 pour deux ans c’est pas la même chute.

Sinon pour les inquiétudes sur le vaccin, le marché peut chuter, mais il est très très probable que des génériques comme l’ivermectine ou la fluxovamine (pas sur du nom) previennent 99% les formes graves et que l’information/la confirmation devienne bientôt publique. Donc pas trop de souci à se faire à ce niveau pense. J’ai beaucoup suivi le sujet.

Hors ligne Hors ligne

 

[+7]    #24 08/01/2021 16h21

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   312  

Il suffit de vendé une partie de vos actions*, et de racheté une partie un peu plus tard.

Des petits liens pour se demandé si il vaut mieux vendé ou acheté:

La conjugaison des verbes français - L’Obs
Bescherelle

*AMF: fait ce matin.

Dernière modification par Trahcoh (08/01/2021 16h25)

Hors ligne Hors ligne

 

[+8]    #25 24/02/2021 00h28

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   723  

MarsAres, le 23/02/2021 a écrit :

Au sujet du krach à venir dont on peut difficilement prévoir la date, j’ai fais une estimation toute personnelle qui me donne une date comprise entre le 10 Mars et le 20 Avril.

Alors moi,  après de longs calculs dont je ne souhaite pas dévoiler le secret, je vois un gros krach sur le titre Malteries franco-belges, pour ce jeudi à 11 h 30. Je conseille donc à tout le monde de vendre ses titres demain dernier délai. C’est très sérieux ! Il y a les bons et les mauvais voyants, faut pas se tromper.

MarsAres, le 23/02/2021 a écrit :

En aparté, je dirais que ce qu’on appelle la chance est une façon d’ignorer un fait, l’esprit humain est incapable de reconnaître le hasard.

Encore plus important : le tout est dans le rien et le rien dans le tout. Si vous avez compris ça, vous avez tout compris.

Déontologie : actionnaire d’une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par JeromeLeivrek (24/02/2021 00h32)

Hors ligne Hors ligne

 

Attention Cette page affiche seulement les messages les plus réputés de la discussion.
Flèche Pour voir tous les messages et participer à la discussion, cliquez ici.

Discussions similaires à "encore un krach sur le marché actions…"

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur