Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Abonnez-vous à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Chercher
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l'investissement patrimonial pour s'enrichir, générer une rente et atteindre l'indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#651 21/10/2016 21h13 → Amérique latine : obligations et autres placements en Amérique latine… (argentine, brésil, chili, colombie, mexique, pérou, uruguay, vénézuela)

Membre
Réputation :   332 

If PdVSA extends the deadline again, we would actually view as a positive signal that the deal is still live. There is flexibility until final settlement ahead of the November 2 PdVSA’17 amortization which also coincides with the October 28 payment of the PdVSA’2016 amortization. We assume delays would reflect logistics on last minute entrants with the flexibility of waiving the minimum participation. It’s logical that this this exchange goes forward and PdVSA accepts whatever cashflow relief the market is willing to provide so that muddling through continues. We suspect that the positive price action yesterday reflects the expectation of a successful debt exchange (even if below 50% participation). …

3 Venezuela Experts: What’s Next As Debt Swap, Protests Loom? - Emerging Markets Daily - Barrons.com

Je poste ici … bien que personne ne semble en avoir !
C a me semble intéressant puisque depuis des années on nous parle de défaut … tout comme on parlait de l’Argentine dont les obligations provinciales ont pourtant bien récompense les détenteurs!

Dernière modification par sissi (21/10/2016 21h16)

Hors ligne

 

#652 21/10/2016 22h36 → Amérique latine : obligations et autres placements en Amérique latine… (argentine, brésil, chili, colombie, mexique, pérou, uruguay, vénézuela)

Membre
Réputation :   230 

Le Venezuela de Maduro est similaire à l’Argentine de Kirchner, si elle avait été réélue les créanciers n’auraient pas té remboursés, idem pour la faillite du Venezuela si les chavistes restent au pouvoir.
Ils ont d’ailleurs retardé les élections régionales et font tout pour empêcher toute élection parce qu’ils savent qu’ils seront sanctionnés.

Hors ligne

 

#653 21/10/2016 22h42 → Amérique latine : obligations et autres placements en Amérique latine… (argentine, brésil, chili, colombie, mexique, pérou, uruguay, vénézuela)

Membre
Réputation :   332 

Oui vos avez raison en ce qui conerne les souveraines d’Argentine
Par contre les provinciales comme Buenos Aires et Cordoba ont bien paye pendant toutes ces années-la la…

Hors ligne

 

#654 22/10/2016 00h23 → Amérique latine : obligations et autres placements en Amérique latine… (argentine, brésil, chili, colombie, mexique, pérou, uruguay, vénézuela)

Membre
Réputation :   332 

PDVSA: Report du délai au 28 octobre

So far, PDVSA says it hasn’t been able to convince enough bondholders to take the deal, and has now pushed back the Friday deadline to October 28 – the same day the firm is also expected to pay out US$1.6 billion in separate debt obligations. Another debt payment of just under US$3 billion is also set to fall on November 2.

Venezuela?s PDVSA Warns of Debt Payment "Difficulties" | venezuelanalysis.com

Hors ligne

 

#655 24/10/2016 19h48 → Amérique latine : obligations et autres placements en Amérique latine… (argentine, brésil, chili, colombie, mexique, pérou, uruguay, vénézuela)

Membre
Réputation :   332 

Finalement PDVSA a accepte les offres as is au lieu de prolonger l’échange
Petit répit de 52.75% des 5.3 billions …
Le mur de dettes de 2017 disparait mais les problèmes de fond de la compagnie restent les memes - et le pays n’en bénéficiera aucunement…
Venezuela Wins Bondholder Relief as 39% Accept PDVSA Swap - Bloomberg

Hors ligne

 

#656 25/10/2016 10h39 → Amérique latine : obligations et autres placements en Amérique latine… (argentine, brésil, chili, colombie, mexique, pérou, uruguay, vénézuela)

Membre
Réputation :   230 

Le contraire m’aurait étonné, ils n’avaient pas le choix, ils devaient accepter ce taux de participation sinon c’est la faillite quasi assurée.
Maduro continue à éviter les élections, à les retarder par tous les moyens, c’est une très lente agonie qui mènera le pays droit dans le mur.

Hors ligne

 

#657 25/10/2016 11h33 → Amérique latine : obligations et autres placements en Amérique latine… (argentine, brésil, chili, colombie, mexique, pérou, uruguay, vénézuela)

Membre
Réputation :   332 

C’est vrai …mais en attendant c’est bon pour du trading et les coupons sont eleves …
Vendredi passe j’avais regarde les prix de vente … ils avaient trop baisse pendant la semaine
Si on regarde de pres … il y a des sous a faire - mais faut être prêt a lâcher - ou faire du roulement style encaisser les coupons avant octobre de l’an prochain et rouler sur les moins chères ou le coupon vient d’être paye au cas ou…
Mon copain allemand travaille les 22, 31 et 35 a fort coupon depuis des années: 17 achats/ventes !!!

Dernière modification par sissi (25/10/2016 11h34)

Hors ligne

 

#658 27/10/2016 05h50 → Amérique latine : obligations et autres placements en Amérique latine… (argentine, brésil, chili, colombie, mexique, pérou, uruguay, vénézuela)

Membre
Réputation :   119 

ZeBonder a écrit :

J’ai fait ça pour les obligations Camposol, j’ai décliné l’offre et renforcé ma position et ouf l’échange de dette a eu lieu, du coup le prix sur le marché secondaire est remonté en flèche et je suis quasi sûr de reprendre mes billes en février 2017.

9,875% CAMPOSOL SA (2017) - USP19189AA04 - Börse Berlin
Camposol S.A. Announces Commencement Of Private Debt Exchange Offer

Camposol 2017

Je change de sujet, mais puisque vous avez tous deux evoque Camposol, voici les resultats du Q3, traditionnellement bon en raison de la saisonalite:

Camposol: CAMPOSOL Holding Ltd, reports record third quarter 2016 financial results

http://hugin.info/138464/R/2051693/767680.pdf

Je rappelle a titre de disclosure que ma strategie a ete exactement la meme que Zebonder. Une fois la bonne realisation de l’echange assuree, j’en ai pris une bonne louche en visant la maturite de fevrier 2017 (i.e. en "hold-out", sans participer a l’echange).

Pour revenir au Q3, excellent EBITDA, reduction de la dette court terme (- 11 mio sur 9 mois), je suis tout de meme un peu triste/ decu que l’ancien CEO ne soit pas reste. Cela fait tout de meme le 3eme CEO en l’espace de 2-3 ans, c’est un peu instable. Salazar avait fait un super boulot (remontee de l’EBITDA margin, concentration sur les recoltes a plus forte marge, reseau de vente en direct, et bonne gestion / reduction du BFR a 10% des ventes contre presque 20% sous le precedent CEO) et pris des decisions difficiles mais bonnes a long terme (arret du business Frozen et arret des asperges par ex.).

Le plan de refinancement du solde de la souche 2017 (53 mio) n’a pas encore ete totalement boucle / communique, mais je pense qu’ils le feront avec les banques locales. Une ligne nouvelle de USD 15 mio a d’ailleurs ete signee avec une banque locale au Q3. L’actionnaire est en back-stop avec un engagement d’assurer un pret subordonne si besoin est, mais pour un montant ne couvrant qu’une partie des 53 - 15 = USD 38 mio restant a refinancer. [De memoire, le back-stop etait d’environ USD 10 mio]. La ste a aussi 30mio de cash dans ses coffres.

Enfin, pour les hold-outs que nous sommes, le principal risque qui demeure est El-Nino (risque climatique  pour les recoltes, surtout au Q4), mais pour l’instant rien d’alarmant prevu par les meteorologistes.

En somme, tout va bien !

Cdt - S.T.

Dernière modification par SerialTrader (27/10/2016 05h55)

Hors ligne

 

#659 27/10/2016 07h25 → Amérique latine : obligations et autres placements en Amérique latine… (argentine, brésil, chili, colombie, mexique, pérou, uruguay, vénézuela)

Membre
Réputation :   47 

Merci pour ces bonnes nouvelles ST.

Je suis re-rentré sur la 2017 après que l’acceptation de l’offre d’échange. Je trouvais que la nouvelle orientation du CEO Salazar allait dans le bon sens. Dans un article lu récemment, il était évoquait que la production de crevette allait être très supérieure à l’année précédente. C’est un business qui a également une grosse marge. Je pense que la société est de nouveaux sur de bons rails et que le refinancement de la 2017 devrait se faire sans doute avec des beanques locales et non pas avec un appel au marché international.

Hors ligne

 

#660 27/10/2016 11h50 → Amérique latine : obligations et autres placements en Amérique latine… (argentine, brésil, chili, colombie, mexique, pérou, uruguay, vénézuela)

Membre
Réputation :   230 

La 2017 est désormais à 99% sur le marché secondaire et la société va bien ( +71.8% d’EBITDA au Q3 ).

Les 52.5 millions devraient être remboursés d’après Fitch selon ce que vous avez dit : 15 millions de prêt bancaire, 10 millions auprès des actionnaires et le reste à partir de leur cash flow.

Mais personnellement je n’achèterai pas leur nouvelle souche ( USP19189AC69 ) qui rapporte quand même 10,5% jusqu’en 2021 : leur business est dépendant de la météo et des prix mondiaux.

Sans oublier que la société a dû faire "en urgence" un échange d’obligation avec une prime et un coupon plus élevé donc je ne leur fais plus confiance et je leur dis quand même merci pour cette opportunité smile
( je détenais déjà l’obligation depuis des années, j’ai refusé leur offre de rachat et renforcé ma position pendant que les prix étaient bas et le deal quasiment conclu ).

Fitch Affirms Camposol’s IDR at ’B-’; Outlook Stable | Business Wire

Fitch expects the company to repay the remaining USD52.5 million notes due in 2017 with a medium-term committed bank loan of USD15 million, a USD 10 million shareholder’s subordinated loan and cash flow generation.

Camposol’s Q3 earnings jump

Camposol has reported a 71.9 per cent jump in EBITDA for the third quarter of 2016 to US$24.8m. The improvement reflects the company’s move towards high value fruits and vegetables and investments in intensive shrimp farms. EBITDA for the nine months ended September 2016 reached US$43.1m.

Hors ligne

 

#661 27/10/2016 13h23 → Amérique latine : obligations et autres placements en Amérique latine… (argentine, brésil, chili, colombie, mexique, pérou, uruguay, vénézuela)

Membre
Réputation :   119 

SerialTrader a écrit :

[…] et pris des decisions difficiles mais bonnes a long terme (arret du business Frozen et arret des asperges par ex.).
.

Toutes mes excuses pour cette erreur d’inattention de ma part:
Le business arrete est le segment Preserved, la ste reste active ds les segments Fresh et Frozen bien sur.

Hors ligne

 

#662 28/10/2016 17h04 → Amérique latine : obligations et autres placements en Amérique latine… (argentine, brésil, chili, colombie, mexique, pérou, uruguay, vénézuela)

Membre
Réputation :   47 

En jetant un coup d’oeil au bilan, il y a 10M$ d’actif à la vente. J’imagine que c’est destiné à financer le remboursement de la 2017.

Hors ligne

 

#663 24/11/2016 18h39 → Amérique latine : obligations et autres placements en Amérique latine… (argentine, brésil, chili, colombie, mexique, pérou, uruguay, vénézuela)

Membre
Réputation :   230 

Le président Maduro ne comprends pas encore pourquoi on ne lui prêt plus d’argent ou à des taux très élevés, pour lui le crédit est un droit !

Le Venezuela paie ses dettes et son « risque pays » augmente ! | Le Club de Mediapart

Le président a dénoncé le fait que bien que la République ait honoré ses engagements financiers externes, les agences de notation augmentent le risque pays du Venezuela.

… les agences de notation criminelles lui augmentent le risque pays parce que c’est une façon de nous attaquer pour que nous n’accédions pas au crédit naturel auquel nous avons droit

Hors ligne

 

#664 27/11/2016 18h50 → Amérique latine : obligations et autres placements en Amérique latine… (argentine, brésil, chili, colombie, mexique, pérou, uruguay, vénézuela)

Membre
Réputation :   173 

Un article du Wall Street Journal me donne le prétexte de réintervenir sur ce sujet : je ne donne pas de lien car il est sur abonnement, mais ça s’appelle How Latin America pays the price of protectionism et c’est daté du 25 novembre 2016.

Les deux principales économies de l’Amérique du Sud, le Brésil et l’Argentine, ont une tradition protectionniste. Elle s’explique selon moi par la faiblesse de la collecte de l’impôt elle-même liée à la faiblesse de l’État : le moyen le plus simple de faire rentrer de l’argent dans les caisses de l’État est de taxer les produits qui rentrent et qui sortent du pays.

L’idée qui guide ce protectionnisme traditionnel est la suivante : il devrait permettre le développement d’une industrie dans le pays, qui sera incitée à fabriquer à moindre coût. Mais cela a conduit a des aberrations dont voici un exemple qui est presque une caricature :

These protectionist policies have created tens of thousands of well-paid factory jobs and may have helped avoid factory layoffs like those that rattled Midwestern U.S. states like Michigan. But they have come at a huge cost to consumers, who now pay higher prices, and to taxpayers, who underwrite the subsidies. Taken together, these measures essentially transfer wealth from society at large to a smaller group of workers.

In Tierra del Fuego at Argentina’s southern tip, where cruise ships sell sightseeing tours of icebergs and penguins, one can see the results of an experiment to create a “Made in Argentina” electronics manufacturing hub. To help it thrive, the Argentine government slapped a tariff of up to 35% on imported electronics.

Now, 14,000 workers in 55 factories in this grimy industrial town and the nearby tourist paradise of Ushuaia churn out products including phones, TVs and air conditioners. Most of the components are Asian-made, imported duty free and assembled by Argentine workers, with a few local components like Argentine-made screws thrown in. Chinese, Japanese and Korean executives have moved to Tierra del Fuego to oversee the production of everything from Samsung phones to Sony TVs, officials at several factories said.

At Newsan, Argentina’s leading electronics firm, workers disassemble partially built air-conditioning units, imported from Asia, before rebuilding them with mostly imported but locally manufactured contents. The air conditioners and other products are then shipped to Buenos Aires—nearly three times as far from here as Antarctica—to be sold for two to three times the market price of other countries.

The cost to Argentina’s taxpayers of these jobs is steep: up to $72,000 per factory worker a year, including tax breaks and other incentives, officials say. The largess was needed, said former President Cristina Kirchner, because “without manufacturing, we’d have no country and no future.”

But for ordinary Argentines, the products’ price tag can be hefty. An unlocked Samsung J7 smartphone sells for $240 in the U.S. but costs nearly $500 in Buenos Aires.

[NdlR : Apple est "interdit" en Argentine car il a refusé d’y installer une usine d’assemblage de ses téléphones]

Il en va de même au Brésil où une Volkswagen Gol Comfortline, pourtant assemblée sur place, coûtera le double de son prix au Mexique. C’est le consommateur qui paye, et s’il le peut il ira acheter ailleurs comme ces employés de "l’industrie argentine" de la Terre de Feu, qui se rendent au Chili voisin pour acheter au prix du marché mondial.

Hors ligne

 

#665 02/12/2016 18h03 → Amérique latine : obligations et autres placements en Amérique latine… (argentine, brésil, chili, colombie, mexique, pérou, uruguay, vénézuela)

Membre
Réputation :   332 

ODEBRECHT a signe …. amende a payer sur 20 ans

Ils ont présente leurs excuses … et leur plan pour récupérer
http://www.odebrecht.com/pt-br/comunica … de-dividas
la version anglaise se trouve aussi sur le site de ODE.

Les obligations sont en bonne hausse encourageante … ouf!

Hors ligne

 

#666 02/12/2016 18h07 → Amérique latine : obligations et autres placements en Amérique latine… (argentine, brésil, chili, colombie, mexique, pérou, uruguay, vénézuela)

Membre
Réputation :   228 

C’est vrai que cela fait plaisir à voir Sissi !
Pas encore réfléchi ce que je fais des mes 2 positions, sur la 18 en BRL et sur la PERP en USD
Pour l’instant je me laisse porter par la vague

Hors ligne

 

#667 02/12/2016 18h16 → Amérique latine : obligations et autres placements en Amérique latine… (argentine, brésil, chili, colombie, mexique, pérou, uruguay, vénézuela)

Membre
Réputation :   332 

Eh bien ce matin justement j’ai vu un beau bateau a vendre ! Haha!

Hors ligne

 

#668 02/12/2016 18h23 → Amérique latine : obligations et autres placements en Amérique latine… (argentine, brésil, chili, colombie, mexique, pérou, uruguay, vénézuela)

Membre
Réputation :   54 

Je garde…à mon humble avis, c’est trop tôt pour s’en débarrasser, le rendement reste très important. Tout se déroule bien, on connait maintenant les sanctions, tout à fait supportables. Le management vend des actis, restructure son bilan et cherche à réduire ses ratios d’endettements.

Hors ligne

 

#669 02/12/2016 19h07 → Amérique latine : obligations et autres placements en Amérique latine… (argentine, brésil, chili, colombie, mexique, pérou, uruguay, vénézuela)

Membre
Réputation :   230 

Je trouve que c’est une bonne nouvelle, les marchés n’aiment pas l’incertitude, ici on sait ce qui va se passer donc ça rassure les investisseurs.

Pour le Vénéruéla, ils ont été virés du Mercosur, il y a eu 720% d’inflation en 2016 et la monnaie  de singe de Maduro est désormais pesée plutôt que comptée.

Au Venezuela, on ne compte plus la monnaie, on la pèse | Slate.fr
Le Venezuela suspendu du Mercosur, Caracas refuse - Politique Economique - Trends-Tendances.be
La monnaie du Venezuela est tellement dévaluée qu’elle ne tient plus dans les portefeuilles

Hors ligne

 

#670 02/12/2016 23h01 → Amérique latine : obligations et autres placements en Amérique latine… (argentine, brésil, chili, colombie, mexique, pérou, uruguay, vénézuela)

Membre
Réputation :   173 

En effet une bonne nouvelle, je me rappelle qu’il n’y a pas si longtemps la perp était proche de 25. Au passage, j’ai l’impression que presque personne ici (je serai heureux d’être démenti) n’a acheté au pire de la crise.

Cela a en tout cas été mon cas, je n’ai pas acheté alors, même si je me suis posé la question avec insistance.

Juste un bémol à cette bonne nouvelle, c’est le risque pays avec encore 22 longs mois à attendre la prochaine présidentielle, à laquelle d’ailleurs Lula (70 ans) menace de se présenter.

Je ne pensais pas que Rousseff serait destituée, le dossier juridique était léger par rapport à toutes les casseroles qui sont attachées à Temer et en général à la classe politique brésilienne. J’ai sous-estimé le poids politique de Temer et de l’opposition à Rousseff.

Quant à Maduro, je vais finir par avoir une certaine admiration pour sa capacité de résistance. Fin 2015 il paraissait presque noyé et pourtant il a tenu. J’espère que 2017 signera tout de même la fin du cirque. La comparaison d’un de vos articles ZB avec l’Allemagne de 1923 est assez juste, même si les Vénézueliens n’en sont pas encore à la brouette pour transporter leurs billets. Fin 1923 il y a même eu des billets de 100 Mds en Allemagne, ce qui laisse de la marge à Maduro.

Hors ligne

 

#671 03/12/2016 09h54 → Amérique latine : obligations et autres placements en Amérique latine… (argentine, brésil, chili, colombie, mexique, pérou, uruguay, vénézuela)

Membre
Réputation :   230 

Je suis personnellement pessimiste pour le Brésil et une fois les jeux de Rio terminés j’ai vendu quasiment tout ce que j’avais à part GeneralShopping.

Hors ligne

 

#672 03/12/2016 10h13 → Amérique latine : obligations et autres placements en Amérique latine… (argentine, brésil, chili, colombie, mexique, pérou, uruguay, vénézuela)

Membre
Réputation :   332 

Bargeo a écrit :

Je garde…à mon humble avis, c’est trop tôt pour s’en débarrasser, le rendement reste très important. Tout se déroule bien, on connait maintenant les sanctions, tout à fait supportables. Le management vend des actis, restructure son bilan et cherche à réduire ses ratios d’endettements.

Oui je pense aussi que c’est trop tôt …surtout que vous avez la 2020 je crois en min 100k? Il ne reste que dans les 56 millions il me semble… Je n’ai jamais réussi a l’acheter celle-la car tres illiquide … D’ailleurs zéro achats/ventes hier sur Finra alors que la 6% 2023 a pris 20 points hier, la 7.5% a pris 5 points

Logiquement la votre vaut dans les 65 +

Je garde mes 7.5 car le paiement tous les 3 mois m’arrange bien.

Il y aura surement pas mal de soubresaults mais avec le deal… mais Ode pourra obtenir du financement et le droit de faire des soumissions.
C’est leur branche oil and gaz qui reste en difficulté - et surement leur priorité…
Ils ont tout de meme réussi meme pendant le gros de la crise a régler la situation de 2 subdivisions.

Zebonder pour General Shopping vous ne vous faites pas de soucis?

Dernière modification par sissi (03/12/2016 10h16)

Hors ligne

 

#673 03/12/2016 11h23 → Amérique latine : obligations et autres placements en Amérique latine… (argentine, brésil, chili, colombie, mexique, pérou, uruguay, vénézuela)

Membre
Réputation :   230 

La GS 10% verse régulièrement son coupon ( ils n’ont pas le choix sinon c’est le défaut ) et cote désormais à 68% ( GS en avait racheté une partie à avec un prix de 50%  !!!).

Pour la GS 12% j’attends leur prochaine offre de rachat ( la dernière offre était ridicule ), je sais qu’ils ne peuvent pas la garder en vie indéfiniment parce que même si elle ne verse plus de coupons, elle reste entièrement inscrite dans leur endettement donc ça impacte sur leurs ratios.
Ils ont intérêt à profiter du taux de change favorable pour proposer une offre sérieuse qui leur permettra de solder ce boulet et améliorer leurs ratios.

Dernière modification par ZeBonder (03/12/2016 11h26)

Hors ligne

 

#674 03/12/2016 11h30 → Amérique latine : obligations et autres placements en Amérique latine… (argentine, brésil, chili, colombie, mexique, pérou, uruguay, vénézuela)

Membre
Réputation :   228 

Odebrecht reste un groupe exsangue financièrement noté Caa1 par Moody’s, d’ailleurs pas vu de réaction à l’accord (est il credit positive ?), qui a des actifs à vendre en LATAM, comme beaucoup d’autres, et bien peu d’acheteurs, dans un pays comme cela a déjà été souligne plusieurs fois, en récession. Et je n’oublie pas le Venezuela qui est un des premiers clients
Donc cet accord était vital, il va permettre aux négociations avec les banques d’avancer  et aux commandes de reprendre. Pas trop vite les commandes, car il faut du BFR

Pour oil & gas, qui est une filiale en défaut non garanti par le holding, je ne pense pas que cela soit la priorité car c’est petit, cantonné, et l’activité guère porteuse. Je ne connais pas la valeur des navires qui sécurisent  la dette senior. Aucune idée si les navires sont disponibles à la location ou à la vente.  Les plus audacieux pourront tenter un pari avec une partie de leur gain sur la maison mère après étude du dossier et nous faire un point par la même occasion

Le holding garanti par OEC, qui porte nos dettes est la priorité. En vendant la part dans braskem avec petrobras, il obtiendrait certainement un meilleur prix (et plus dette) mais je ne pense pas que cela soit à l’agenda

Pour répondre à Sat, j’ai vendu la perp en novembre 2014 à 101,25% (dossier IG à l’époque et callable en 2015) et j’ai racheté cette même perp en juillet à 42% (même timing et prix pour l’achat de la BRL). Je pense solder rapidement au moins une tranche des que j’aurai dépassé les 6 mois de détention  (raison fiscale)

Hors ligne

 

#675 03/12/2016 12h16 → Amérique latine : obligations et autres placements en Amérique latine… (argentine, brésil, chili, colombie, mexique, pérou, uruguay, vénézuela)

Membre
Réputation :   332 

Leur dernière vente c’est encore a Brookfield Canada mais + Suez
Odebrecht selling Peru irrigation business to Brookfield, Suez
| Reuters


Tssm je ne cois pas que leur business avec Maduro soit important maintenant
Par contre le fait de pouvoir a nouveau faire des soumissions au Bresil devrait aider a résoudre un peu les difficultés de ODE oil and gaz - qui n’est en "défaut" que sur la perp- le reste est en négociations… je dirai en attente justement … que le deal se fasse.

Je cite leur "news" du site meme d’Odebrecht

Despite the difficulties of the situation, the gross revenue of Odebrecht SA reached R $ 126.6 billion and EBITDA reached R $ 23.1 billion in June / 16 (last twelve months). Revenue from operations outside of Brazil represented 58% of total revenues demonstrating the important presence of the Group abroad, reflecting the results obtained outside Brazil.

In April 2016, Braskem has put into operation the petrochemical complex Ethylene XXI in Mexico. This is the largest petrochemical complex in Latin America, which uses natural gas as raw material, the supply is ensured by 20-year contract with Pemex (Mexico’s state oil and gas).

Since 2015, Odebrecht Engineering & International Construction won major contracts for execution of works such as Highway 836 in Florida (USA), the Panama City Metro Line 2, the first subway line in Quito (Ecuador), the city’s redevelopment Colón (also in Panama), the Lauca Power Transmission Line and the Naval Base, both in Angola.

"We are going through a review process of how to organize ourselves, concepts, policies and guidelines. We have lived other crises in the past, which resulted in the revision of our business areas. Certainly, after this current step completed, turn this page, we will be prepared to meet the challenges of the future, "says Newton Souza, CEO of Odebrecht SA

Justement … Ode pourra se renforcer avec des projets aux USA ou ils travaillent depuis pas mal de temps … avec le deal signe.

Dernière modification par sissi (03/12/2016 12h27)

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech