Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies, sans jugement moral, sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

[+2]    #1 30/01/2022 00h59

Membre (2018)
Top 20 Année 2022
Réputation :   79  

Le scandale provoqué par la parution d’un livre enquête a provoqué la chute de plus de 50% du cours d’Orpea, de plus de 30% de celui de Korian et une chute de moindre mesure de celui de LNA Santé. Sachant qu’avant cet effondrement, les cours étaient déjà bien plus bas de leurs plus hauts de début de l’année 2020.

L’explication la plus avancée pour justifier ces effondrements:
- n’est pas les futurs pénalités que devraient payer un jour Orpea (on n’est pas aux Etats-Unis, où  chaque plaignant - et ici il pourrait y en avoir des milliers - pourrait obtenir des millions de dollars de dommages-intérêts et de domanges punitifs)
- mais la potentielle disparition d’un business model rentable pour les Ehpad françaises gérées par des groupes privés à but lucratif, avec une hausse de leur coût
Je ne partage pas tellement cette explication et je pense que le marché a partiellement surréagi et qu’à l’horizon 2-3 ans, les cours vont partiellement reprendre, même si je ne suis pas prêt à investir beaucoup sur ce pari long terme. Mais peu importe au fond.

Un moyen de regarder la vraisemblance de ces craintes est de regarder le cours des foncières cotées détenant des Ehpad:
- la française Icade
- les belges Confimmo et Aedifica
dont les actifs immobiliers sont en Europe et pas seulement dans le pays du siège de la foncière, même si pour le moment Icade Santé, filiale d’Icade, a la très grande majorité de ses actifs en France.

Les cours de ces foncières ne se sont pas effondrés la même semaine, alors que si les business models des Ehpad disparaissent, la valeur des murs d’Ehpad détenus devrait s’effondrer si les gestionnaires d’Ehpad, faute de rentabilité, ne pourraient plus payer que des loyers bien plus faibles, d’autant que les immeubles  en question sont monovalents, coûteux à convertir à d’autres usages, et souvent localisés en périphérie de ville donc pas à des emplacements prime. Un Ehpad  peut rarement être converti en hôtel (emplacement généralement peu intéressant pour un hôtel) et sa transformation en logements est coûteuse et surtout devrait conduire à des loyers nets divisés par deux ou trois. Bref, peu intéressant financièrement.

On pourrait en conclure:
- que ce n’est qu’une question de temps avant que les cours de ces foncières ne s’effondrent eux aussi
- ou que l’absence de chute de cours des foncières s’explique par le fait que les murs d’Ehpad représent une minorité des actifs de la foncière. C’est vrai pour Icade, qui a surtout des bureaux et des murs de cliniques, les murs d’Ehpad représentant moins de 15% des actifs en valeur. Mais ce n’est pas vrai pour Aedifica et Cofinimmo, dont la majorité des actifs sont des murs d’Ehpad (certes pas en France, pour Aedifica, présente dans une dizaine de pays européens hors France). Mais si le business model rentable disparaît à terme en France, il n’y a pas de raison qu’il ne disparaisse pas aussi dans d’autres pays d’Europe.

Si l’on fait l’hypothèse que les cours de ces foncières continueront dans le futur à ne pas s’effondrer, cela voudra dire que les investisseurs estiment que les murs d’Ehpad vont garder de la valeur, ce qui est un point très positif pour l’évolution future des cours d’Orpea et Korian:
- c’est d’abord un signal positif sur la rentabilité future des ces deux sociétés, car si leur rentabilité devait s’effondrer, comment vont-elle continuer à pouvoir payer des loyers élevés pour les 50% (pour Orpea) et 60% (pour Korian) des murs qu’elles louent ?
- et c’est aussi rassurant pour la valeur des murs d’Ehpad détenus en direct par Korian (40% de ses Ehpad) et Orpea (50%) et non loués à des foncières.

Bref, même s’il ne faut pas accorder à ce stade trop d’importance à l’argument cours des foncières de murs d’Ehpad, l’évolution pendant la semaine écoulée des cours de ces trois foncières est tout de même plutôt rassurant pour les actionnaires d’Orpea et Korian.

Time will tell.

Mots-clés : aedifica, cofinimmo, ehpad, foncières cotées, icade, korian, lnc, orpea

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #2 30/01/2022 01h30

Membre (2017)
Top 20 Obligs/Fonds EUR
Réputation :   107  

Il me semble que l’hypothèse d’un changement de business model des Ehpad est hautement probable. Le marché boursier nous dit que ces valeurs passent d’un modèle "croissance" à un modèle "utilities".

Les Ehpad ne vont pas disparaître loin s’en faut, victime d’un changement disruptif. le régulateur va s’en emparer comme il s’est emparé des banques après la grande crise financière, et en a changé le business model, devenu moins rentable, mais moins risqué.

Si mon hypothèse est correcte, celle de voir le secteur des Ehpad devenir une utility/service à la collectivité, hautement régulé alors: c’est une mauvaise nouvelle pour l’actionnaire (on l’a vu) mais  plutôt une bonne nouvelle pour le créancier. Parce que si le régulateur va amputer la rentabilité, il agit aussi pour éviter les faillites. (Il n’y a qu’à voir comment l’Etat a protégé ses canards boiteux/intérêts stratégiques Air France ou Renault, peu rentables mais jamais en défaut de paiement).

En conclusion, les créanciers des Ehpads ne risquent pas l’impayé. La variable d’ajustement; tout l’art du régulateur, est de limiter la rémunération de l’actionnaire, sans détruire une société essentielle: celle d’accueillir les dépendants. Faire défaut sur les loyers revient à disloquer l’activité d’accueil de nos ainés vulnérables. Je gage que ces établissements deviendront plus solides et surtout moins rentables. Leur rôle est, à l’échelle du pays, indispensable.

La convertibles d’Orpea (environ 4%), la dette senior , et les foncières et SCPI ayant des Ehpads ne me semblent pas menacées, hors volatilité et émotions à court terme.
Rappel sur les utilities: les faibles perspectives de croissance font que pour attirer les investisseurs, elles doivent distribuer beaucoup, et régulièrement. Au niveau du dividende d’Orpea, qui n’est pas prés d’augmenter, on ne peut pas dire que ce soit très généreux.

Hors ligne Hors ligne

 

#3 30/01/2022 23h12

Membre (2018)
Top 20 Année 2022
Réputation :   79  

@Flavius: je ne suis pas convaincu par le point principal de votre argumentaire, qu’on pourrait résumer ainsi "Les gestionnaires d’Ehpad comme Orpea deviendront moins rentables, donc moins risqués pour leurs créanciers (et donc aussi pour les foncières cotés leur louant des murs)".

Désolé, mais si on devient moins rentable, on devient aussi PLUS (et pas moins) risqué pour un créancier et un propriétaire tiers dont on est locataire.

C’est différent pour les banques: le régulateur bancaire leur a interdit ou limité les opérations spéculatives en corporate banking, qui la plupart des années leur apportaient un surcroît de rentabilité, mais de fortes pertes les mauvaises années. Le régulateur bancaire a donc forcé les banques à moins de rentabilité mais aussi moins de risque, ce dernier point étant positif pour l’actionnaire.

Mais dans le cas des Ehpad, si la rentabilité baisse, ce sera à cause des surcoûts qu’imposera l’Etat (et pas de la limitation d’opérations spéculatives risquées). Du coup, je ne vois pas comment cela va baisser le risque. Donc avec les Ehpad, on a toutes les chances d’avoir à la fois une baisse de la rentabilité et une hausse du risque (du fait d’une solidité financière en baisse à cause de la baisse de la rentabilité).

Hors ligne Hors ligne

 

[+2]    #4 31/01/2022 07h56

Membre (2020)
Réputation :   122  

Le scandale Orpea qui a aussi des répercussions sur Korian ou d’autres acteurs du secteur, est lié à l’exploitation des maisons de retraite, pas à un problème immobilier.

La situation générale est qu’on a de plus en plus de personnes dépendantes (mobilité réduite, démence, alzheimer…) et qu’il y a une forte demande d’Ehpad pour les prendre en charge. Les collectivités locales peuvent s’en charger à but non lucratif, mais beaucoup de communes veulent se débarrasser de ce fardeau qui implique travail, investissement, gestion. D’où la multiplication des sociétés à but lucratif.

Maintenant après le scandale, il y aura peut-être plus de règlementation, Orpea & Co. devront dépenser plus en frais de fonctionnement pour réduire les carences, mais sur le fond cela ne changera rien. Si la marge nette des exploitants baisse disons d’ 1% par rapport au passé, il y aura toujours des bénéfices.

Tout le monde attend des bénéfices: les investisseurs qui achètent les actions, les banques qui prêtent aux entreprises, les marchés financiers qui absorbent des obligations (question de notation)… Du coup, pour les foncières, je pense que le risque n’augmente pas trop puisque les exploitants resteront des sociétés rentables. Tant que la demande structurelle reste élevée, il n’y a pas péril en la demeure.

Pour les foncières, le seul risque que je vois, c’est la valorisation. Ces dernières années, les investisseurs étaient près à valoriser le secteur santé plus cher que d’autres secteurs (Aedifica en Belgique a par exemple un PER élevé pour une foncière). Avec le discrédit actuel, cette "prime" disparaîtra peut-être. Mais ça ne changera pas fondamentalement le business.

Dans le cas spécifique d’Icade, la situation actuelle aura par contre des retombées. L’IPO de la filiale santé a capoté l’année dernière parce que la maison-mère était trop avide au niveau du prix. A mon avis, s’ils veulent relancer cette IPO, ils ont maintenant encore moins de pricing power. Il faudra faire des pâtés plus petits! Mais le business ne devrait quand même continuer sans trop de problèmes.

Hors ligne Hors ligne

 

Favoris 1   [+2]    #5 31/01/2022 12h30

Admin (2009)
Top 5 Année 2022
Top 5 Année 2021
Top 10 Portefeuille
Top 5 Dvpt perso.
Top 20 Expatriation
Top 5 Vivre rentier
Top 5 Actions/Bourse
Top 5 Monétaire
Top 5 Invest. Exotiques
Top 20 Crypto-actifs
Top 10 Entreprendre
Top 5 Finance/Économie
Top 5 Banque/Fiscalité
Top 5 SIIC/REIT
Top 20 SCPI/OPCI
Top 20 Immobilier locatif
Réputation :   3252  

Aux USA, il faut bien distinguer les "seniors housing" et les "nursing homes".

Les "seniors housing" sont des appartements pour les retraités avec des infrastructures médicales communes. En France, le concept qui s’en rapproche le plus me semble être les "résidences autonomie".

Les "nursing homes" sont les équivalents de nos EHPAD.

Les grosses foncières cotées comme Welltower ou Ventas sont surtout investies dans les murs de "seniors housing".



Source de l’image : Healthcare REITs: Safe And Effective | Seeking Alpha


Rapport Gérants : imiter les meilleurs gérants de fonds

Hors ligne Hors ligne

 

#6 31/01/2022 13h16

Membre (2020)
Réputation :   91  

Merci pour le rappel IH. Quant à l’interprétation du niveau de risque, Omega Healthcare est un bon exemple : la foncière est « convenablement gérée », mais cote très en deçà d’un Welltower ou d’un Ventas, en partie car le marché price un risque important de défaut de certains opérateurs.

Aux USA, c’est en partie lié à la demande, mais aussi à la hausse des coûts qui ne sont pas forcément passés aux locataires (main d’oeuvre en premier lieu…). En France cela pourrait bien être lié aux procès et autres réjouissances à venir…

Dernière modification par piwai (31/01/2022 13h16)

Hors ligne Hors ligne

 

#7 31/01/2022 17h16

Membre (2018)
Réputation :   3  

L’impact que je devine est une augmentation du pourcentage de murs en location versus les murs détenus en direct (modèle asset light), ce qui permettra de prolonger la croissance à l’international d’ORPEA et consorts tout en diminuant l’endettement.
Cela me semble possible au vu des niveaux de collecte sur les foncières (SCPI notamment).

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #8 06/02/2022 11h29

Membre (2019)
Réputation :   6  

Une baisse de 69% en quelques mois (de 106€ en aout dernier à 33€ aujourd’hui) est assez spectaculaire.

Mais dans l’optique long terme qui est la mienne (à 3 ou 5 ans) je suis assez confiant.

le modèle économique


Le bad buz intense va durer quelques mois, va impliquer des restructurations internes, des changements législatifs possibles et en tout cas un renforcement du contrôle étatique.

Mais sur le fond du modèle économique des EHPAD je ne pense pas qu’il aura de grand changement.

Le fait est que les personnes âgées ont besoins de vivre dans un Ehpad. La plupart ne peuvent plus vivre chez elles. Ma mère est atteinte d’Alzheimer et je la maintien à son domicile mais c’est au prix d’un travail quotidien très important et grâce à l’assistance de plusieurs auxiliaires de vie. C’est très compliqué de garder une personne âgée invalide à domicile et dans l’immense majorité des cas la famille n’a ni le temps, ni les moyens financier de le faire.

Si les personnes âgées voulaient quitter ORPEA à cause du scandale : où irait-elles ?
Chez Korian qui s’apprête à subir le même bad buzz avec l’émission Cash Investigation ?
Aux domiciles des familles ? Dans un Ehpad publique qui est à peine mieux et dont les places sont déjà saturées ?

Je pense qu’ORPEA dispose d’une clientèle captive et que leur C.A ne sera que peut impacté.
Leur marge bénéficiaire sera peut être baissée (voir en perte) durant quelques mois ou quelques années au pire, mais ils trouveront un nouvel équilibre.

Comme l’a dit précédemment Flavius c’est un business indispensable pour la France, donc le régulateur ne peut pas se permettre de pousser ORPEA/KORIAN à la faillite ou même de le rendre déficitaires donc fragilisé.

Le gouvernement à même intérêt à ce que le secteur privé continue à disposer des moyens d’investir pour créer plus d’EHPAD et plus de lits, sinon c’est l’état qui devra le faire et risquer plus tard d’avoir le même bad buzz, car les EHPAD publiques ne sont pas à l’abri du même scandale (!) .

Bref je pense que tout le monde va crier au scandale car c’est politiquement correct de tirer sur l’ambulance (enfin ici l’Ehpad), mais que faute de solution alternative, le modèle économique restera grosso modo le même, une fois tout cela retombé dans l’oubli.

Les raisons de la baisse


Pourquoi une baisse aussi important (69%) ?

- Soit les investisseurs ont de fortes craintes sur la viabilité de l’entreprise et envisagent un risque de faillite mais suite à ce que je viens d’exposer sur le modèle économique, je ne pense pas. Une baisse de la rentabilité ne justifierais pas 69% de décote. C’est déjà une société qui distribue peu de bénéfice.

- Soit l’entreprise était avant survalorisée: je penche plutôt pour cette hypothèse.

Pourtant ce n’est pas le genre d’entreprise qui peut être survalorisé parce que l’on espère qu’elle va décupler son C.A dans les années qui viennent. Orpea ce n’est pas vraiment Tesla.

Je penche pour l’effet RSE. De nos jours de plus en plus de fonds sont spécialisés RSE et même les fonds traditionnels intègrent la responsabilité RSE des entreprises dans leur grille d’évaluation.

Et les fonds RSE ont du mal à trouver des entreprises "éthiques" selon leur critères.

Je pense donc que les fonds RSE étaient surinvesti dans ORPEA par le passé car c’était l’archétype du fond éthique, faisant ainsi monter sa valo artificiellement et créant une petit bulle.

Mais ORPEA a perdu son aura "éthique" en quelques jours, les fonds RSE se sont immédiatement désinvestis faisant chuter le cours.

Je ne pense pas que les fonds RSE reviendront se positionner sur ORPEA/KORIAN devenu trop dangereux pour leur image. En revanche je pense que les fonds traditionnels plus intéressé par les indicateurs économique que par la RSE ainsi que les investisseurs privés reviendront dessus une fois le scandale oublié dans quelques mois.

Cela ne ramènera pas ORPEA à 106€ mais un 60€/70€ serait un objectif minimal très raisonnable. Peut être même mieux.

Qu’en pensez-vous ?

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par Dune (06/02/2022 12h57)

Hors ligne Hors ligne

 

#9 06/02/2022 12h59

Membre (2020)
Top 20 Année 2021
Réputation :   184  

Dune a écrit :

En revanche je pense que les fonds traditionnels plus intéressé par les indicateurs économique que par la RSE ainsi que les investisseurs privés reviendront dessus une fois le scandale oublié dans quelques mois.

Bonjour,

Qu’entendez-vous par "fonds traditionnels" ?

Ne pensez-vous pas que la norme ESG pour les investissements va progressivementt s’appliquer au plus grand nombre au cours des prochaines années ?


Primum non nocere

Hors ligne Hors ligne

 

#10 06/02/2022 14h49

Membre (2019)
Réputation :   6  

RadioInvest a écrit :

Ne pensez-vous pas que la norme ESG pour les investissements va progressivement s’appliquer au plus grand nombre au cours des prochaines années ?

Oui, probablement, beaucoup de fond intégrerons les critères ESG, mais à mon avis à des niveaux très très divers.
Pour certains fonds le critère ESG est primordial. Pour d’autre il est utile parmi d’autres et pour beaucoup de fond ils l’intègrent officiellement par ce qu’il faut se donner un vernis éthique mais dans la réalité c’est très accessoire.

La priorité reste toujours de délivrer les performances élevées attendues par les investisseurs.
C’est à cette seule condition qu’ils peuvent survivre dans un environnement fortement concurrentiel.

Pareil pour les entreprises c’est plus du Green Washing et du politiquement correcte.
L’ESG c’est bien tant que cela n’a qu’un impact invisible sur l’EBITDA.

Je pense que les gens qui dirigent les fonds et les entreprises sont sincères lorsqu’ils veulent mettre en place de l’ESG dans leur entreprises MAIS ça reste toujours très secondaire par rapport à la réalisation des objectifs financiers.

j’ai travaillé dans un grand groupe international en tant que CEO d’une filiale et j’ai participé à pas mal de conseil d’administration avec la direction du groupe. On m’a demandé ce que je proposais comme action ESG. La seule qui me paraissait primordiale et urgente était d’apporter une couverture santé à certains collaborateurs situés dans des pays étranger où ils n’ont aucune couverture médicale. Ca a toujours été refusé car cela aurait eu un coût donc un impact sur notre EBITDA. J’avais le droit de proposer ce que je voulais du moment que cela ne coutait quasiment rien et qu’ils pouvait le mettre en avant dans leur communication externe.
Avec un budget proche de zéro peu de chance d’avoir un réel impact ESG autre que marketing.

Et pourtant je tiens à dire qu’il s’agit d’un excellent groupe avec des dirigeants qui ont de vrai valeur morale et qui cherchent le bien être de leur collaborateurs. Je ne doute pas de leur sincérité.

Mon avis est qu’à part certains fonds qui sont ultra spécialisés dans la RSE/ESG les autres cherchent plus à avoir un vernis politiquement correct tout en prenant le minimum de risque et en maximisant la rentabilité.

Ceci pour répondre à votre questions, mais on s’éloigne du cas d’ORPEA, même si cela reste la question fondamentale: d’autres fonds vont-ils prendre la relève et investir dans ORPEA une fois le déballage médiatique oublié.

Bien sûr, ce n’est que mon humble avis.
Peut être un peu pessimiste sur la nature humaine (ou réaliste ?).

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

#11 06/02/2022 15h19

Membre (2021)
Réputation :   57  

Pour la problématique ESG, c’est comme l’ont exprimé de nombreux forums, un problème de myopie des fonds d’investissements.
Pour caricaturer, des entreprises de notation vont employer des stagiaires pour éplucher les rapports de gestion et regarder combien de CO2 a été rejeté en Scope 1, Scope 2, s’il y a des femmes au board, des administrateurs salariés, si l’entreprise a supprimé les gobelets plastiques…
A la fin vous obtenez une note, tout le monde est content.
Sauf que personne n’aura souhaité dézoommer et s’interroger sur le fond même de l’entreprise, sur sa "raison d’être" si on veut employer la novlangue actuellement en législation !

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #12 06/02/2022 15h24

Membre (2016)
Top 20 Entreprendre
Réputation :   41  

Dune a écrit :

Pourquoi une baisse aussi important (69%) ?

- Soit les investisseurs ont de fortes craintes sur la viabilité de l’entreprise et envisagent un risque de faillite mais suite à ce que je viens d’exposer sur le modèle économique, je ne pense pas. Une baisse de la rentabilité ne justifierais pas 69% de décote. C’est déjà une société qui distribue peu de bénéfice.

- Soit l’entreprise était avant survalorisée: je penche plutôt pour cette hypothèse.

Le problème est que toutes ces boites sont très leveragées.
Orpea par exemple c’est 6,8 Md€ d’endettement financier net au 30/06/21, vs un EBITDA qui est autour d’1 Md€ et un EBIT de moitié moins environ. Avec i) des marges qui vont sans doute baisser, et ii) un accès au financement (et refinancement) qui va être dégradé.
Certes il y a des actifs immobiliers en face de la dette mais la valeur des actifs immobiliers est étroitement lié à leur exploitation.
Un peu comme URW en somme…

Hors ligne Hors ligne

 

#13 06/02/2022 16h10

Membre (2018)
Top 20 Année 2021
Réputation :   141  

Le chiffre de la semaine: Zéro.
Effectivement, aucune famille n’est venu chercher le membre de sa famille qui était en EHPAD en se disant qu’il serait probablement mieux qu’il vieillisse avec les membres de sa famille.
J’ai renforcé LNA Santé à 40€.

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

#14 06/02/2022 16h10

Membre (2018)
Top 20 Année 2022
Réputation :   79  

@Yoda: vous avez raison d’insister sur un point très négatif, qui est l’endettement élevé. Qui a pour conséquence un effet de levier: une baisse même faible de l’Ebit, si elle est durable, provoquera une baisse de même ordre de la valeur d’entreprise et donc une baisse cette fois-ci 2 à 3 fois plus élevée de la capi boursière.

Mais à mon avis, l’Ebit baissera certes durablement, mais pas de beaucoup, car je suis convaincu que les gestionnaires d’Ehpad ont un pricing power: face à la hausse future de leurs coûts, ils peuvent augmenter leur prix. Car les personnes âgées dépendantes n’ont pas d’alternatives.

C’est sur ce point que votre comparaison avec URW est erronée: le pricing power (fixation des loyers) d’URW est bien plus faible, car les commerçants locataires sont souvent affaiblis par la crise sanitaire, ne peuvent plus payer des loyers plus élevés et surtout ont des alternatives à vendre dans des malls URW:
- vendre dans des malls de concurrents (à l’inverse des Ehpad concurrentes de Korian, qui sont déjà pleines),
- vendre en centre ville (pour les produits hauts de gamme) ou en retail parks basiques à loyers bien plus faibles (pour les produits bas de gamme),
- et surtout vendre - eux ou leurs concurrents sur internet).

Dernière modification par aleph1 (06/02/2022 16h11)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #15 06/02/2022 17h00

Membre (2016)
Top 20 Entreprendre
Réputation :   41  

Pour moi le risque est double :

i) le modèle économique futur est incertain. Pricing power oui dans l’absolu, sauf si les prix ou marges futurs sont "encadrés"

ii) la dette
Au 30/06/21 il y avait 949 M€ de trésorerie, je comprends de la dernière présentation investisseurs (p29, cf lien plus bas) qu’il y a autour de 0,6 Md€ de dette qui arrive à échéance en 2022 et plus d’1 Md€ par an entre 2023 et 2025 donc le problème du refinancement va se poser d’ici 1 an. Les banques et investisseurs obligataires vont au minimum être frileux (voire pour certains refuser de prêter en vertu de critères ESG ou de risque de réputation), et donc risque qu’il y ait une augmentation de capital au pire moment

https://www.orpea-corp.com/images/orpea … _cd54f.pdf

Hors ligne Hors ligne

 

#16 06/02/2022 23h20

Modérateur (2010)
Top 10 Année 2022
Top 10 Année 2021
Top 20 Dvpt perso.
Top 5 Expatriation
Top 5 Vivre rentier
Top 20 Actions/Bourse
Top 10 Obligs/Fonds EUR
Top 5 Monétaire
Top 5 Invest. Exotiques
Top 20 Crypto-actifs
Top 5 Entreprendre
Top 5 Finance/Économie
Top 5 Banque/Fiscalité
Top 5 SIIC/REIT
Top 5 SCPI/OPCI
Top 5 Immobilier locatif
Réputation :   2561  

Pour en revenir au thème initial de la discussion, un des impacts des foncières (et autres fonds, comme les SCPI) qui souhaitent acquérir encore plus d’actifs de type EHPAD, est que la dette actuelle d’ORPEA n’est pas réellement un souci, étant donné que l’immobilier que cette dette a financée serait assez facilement cessible à un prix correct, du moment qu’il y a un exploitant du fond de commerce utilisant cet actif (mono-valant [*]) qui est en capacité de payer un loyer à long terme (ce qui me semble assez assuré, même quand le locataire est ORPEA, et même s’il y a des réformes qui renforcent beaucoup les contrôles sur les exploitants).

[*] mono-valant = adapté principalement à un type d’activité commerciale donnée, c’est à dire couteux à convertir pour une autre activité, et aussi avec des caractéristiques qui rendraient couteux l’adaptation d’un autre actif immobilier pour y exercer la même activité. J’ai eu une illustration de cet aspect "couteux", avec un EHPAD que je connais assez bien, et dans les murs duquel j’ai investi, dans lequel l’exploitant (qui n’a rien à voir avec ORPEA) a réalisé, ces 5 dernières  années, des travaux (principalement de remise aux normes sur différents aspects, de création d’un espace sécurisé pour résidents Alzheimer, et d’optimisation de ses chambres) dont le coût (qu’il a pris en charge, et qu’il amortit dans ses comptes) représente près de 6 mois de son chiffre d’affaire.

Une partie du "prix" des séjours en EHPAD est déjà encadré: l’augmentation du prix de séjour (la partie hôtellière, ce que le résident paie) d’un résident est plafonnée par le ministère, et seul est libre le tarif des nouveaux résidents (là où la concurrence s’exerce le plus; et cette concurrence est réelle, les "listes d’attente" étant largement une légende urbaine ou ne concernant que certains établissements, et vu le faible taux d’occupation -mais qui probablement ne va pas durer- de pas mal d’EHPAD à la sortie de la crise sanitaire).


J'écris comme "membre" du forum, sauf mention contraire. (parrain Fortuneo: 12356125)

Hors ligne Hors ligne

 

#17 07/02/2022 11h07

Membre (2012)
Réputation :   23  

La valeur ’ à la casse ’ d’un Korian ou d’un Orpea ? Parce que l’activité risque de générer moins de revenus, c’est certain.
Les fonds qui possèdent ces valeurs vont s’en débarrasser, ils sont surveillés et ça ne fait pas ESG.
Le champ est libre pour les fonds short.

Hors ligne Hors ligne

 

#18 07/02/2022 12h48

Membre (2016)
Top 20 Année 2022
Top 10 Portefeuille
Top 5 SIIC/REIT
Top 10 SCPI/OPCI
Réputation :   795  

Force est de constater que ICADE 56.250 EUR -3.52% est au plus bas depuis 6 mois.
Impact de Korian ?

ICADE a écrit :

L’accord-cadre, signé avec le groupe Korian dans le domaine des soins et services dédiés aux seniors illustre aussi cet accompagnement : associant Icade Promotion, il prévoit la construction de 16 établissements neufs (Ehpad et centres de soins de suite et réadaptation) pour 175 M€, à livrer d’ici à 2023 en France.

Foncière Santé

PS : cette discussion serait plus à sa place dans "Investissements immobiliers » Foncières cotées"

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par ArnvaldIngofson (07/02/2022 12h49)


Dif tor heh smusma

Hors ligne Hors ligne

 

#19 07/02/2022 12h52

Membre (2019)
Réputation :   6  

GoodbyLenine a écrit :

vu le faible taux d’occupation -mais qui probablement ne va pas durer- de pas mal d’EHPAD à la sortie de la crise sanitaire

Vous avez des chiffres sur le taux d’occupation avant la crise Covid ? et le taux aujourd’hui ?

Et si quelqu’un à des chiffres sur l’évolution du besoin en nombre de lits dans les années à venir ?
J’ai lu quelque part une estimation d’un besoin de +100.000 lits pour la France à l’horizon 2030.

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Hors ligne Hors ligne

 

#20 07/02/2022 13h03

Membre (2016)
Top 20 Année 2022
Top 10 Portefeuille
Top 5 SIIC/REIT
Top 10 SCPI/OPCI
Réputation :   795  

ALTAREA, via COGEDIM, a également une activité dans les résidence services seniors
Louez votre appartement dans une résidence services seniors Cogedim Club
152.000 EUR -2.69% également dans les plus bas sur 6 mois.

Déontologie : je détiens une position acheteuse/vendeuse sur une ou plusieurs société(s) listée(s) dans ce message.

Dernière modification par ArnvaldIngofson (07/02/2022 13h03)


Dif tor heh smusma

Hors ligne Hors ligne

 

#21 07/02/2022 16h34

Membre (2019)
Top 5 Année 2022
Top 10 Année 2021
Top 10 Expatriation
Top 5 Obligs/Fonds EUR
Top 5 Entreprendre
Top 5 Banque/Fiscalité
Réputation :   930  

Le cours de LNA santé a baissé de plus de 10% aujourd’hui, à 34 euros, juste quelques jours après la finalisation d’une augmentation de capital au prix de …  52,50 euros par action.

LNA Santé a renforcé son capital - Capital.fr

C’est désormais fait. En parallèle de son point d’activité annuel, LNA Santé a annoncé jeudi la réalisation d’une augmentation de capital d’un montant de 50 millions d’euros (prime d’émission incluse), au prix de 52,50 euros par action. Une opération qui vise à renforcer le capital de l’exploitant d’Ehpad.

Cette opération a associé 700 salariés dans la société d’investissement LNA Ensemble, un réinvestissement de Siparex, Unexo et Sodero Gestion, qui accompagnent le groupe depuis 2011 et l’association nouvelle à son plan stratégique du groupe SMA et de BNP Paribas Développement aux côtés des fondateurs.

Dernière modification par Oblible (07/02/2022 16h35)


Parrain Interactive Brokers  - Parrain Qonto ( par MP ) -- La bible des obligations

Hors ligne Hors ligne

 

#22 07/02/2022 17h29

Membre (2018)
Top 20 Année 2022
Réputation :   79  

Oui, LNA, qui avait étrangement résisté au scandale Ehpad/Orpea, s’effondre à son tour. C’est logique.
J’imagine/J’espère que les actionnaires LNA lecteurs de ce forum, fortement conseillés par moi de vendre, à deux reprises, se sont fortement allégés avant cet effondrement.

___________________________________________________
Augmentation de capital de LNA à 52,50€, à presque le double du cours actuel

Cette AK ne prouve nullement que les (probablement malheureux) institutionnels qui viennent d’y participer sont extrêmement confiants dans les perspectives de LNA et des Ehpad.

L’AK vient certes d’être finalisée, mais elle avait été annoncée en novembre 2021 et le prix avait alors été fixé, en fonction des cours beaucoup plus élevés de l’époque.
Pour moi il est bizarre qu’aucun de ces institutionnels n’ait pu ou voulu invoqué la semaine dernière une clause de "MAC" (major adverse change) pour se libérer de son engagement de novembre 2021 d’y participer à 52,50€ ou forcer une baisse du prix. Mais peut-être leurs juristes n’avaient pas été suffisamment perspicaces pour mettre une telle clause dans l’accord signé en novembre 2021 ou peut-être il y avait une telle clause mais limitée à la survenance d’événements négatifs chez LNA, et il n’y en a pas eu, et non chez Orpea aussi car concernant en fait tout le secteur des Ehpad.

Par ailleurs, je  me demande même s’il n’y a pas eu manipulation de cours de LNA les deux dernières semaines, quand le cours de LNA ne baissait guère alors que Orpea et Korian s’effondraient. Peut-être que quelqu’un, ne voulant pas mettre en danger l’AK ci-dessus très avantageuse pour LNA et sa famille fondatrice, s’est porté à l’achat pendant ces deux semaines, pour ralentir fortement la baisse, en profitant de la faible liquidité du titre pour ne pas devoir en acheter beaucoup.
Mais évidemment, je n’ai aucune preuve et je ne veux lancer aucune accusation.

D’autant que cette manipulation du cours, si elle est avérée, a permis aux actionnaires minoritaires voulant sortir après le scandale de vendre à des conditions inespérées, comme je l’avais conseillé sur ce forum à deux reprises.

En revanche, les rares particuliers qui auraient acheté les deux semaines dernières ont été particulièrement mal avisés. Même s’ils sont bullish sur le secteur Ehpad sur le long terme, ils auraient mieux fait d’acheter Korian qui s’était déjà effondré.

Dernière modification par aleph1 (07/02/2022 17h54)

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #23 07/02/2022 19h05

Membre (2015)
Top 20 SCPI/OPCI
Réputation :   71  

Par ailleurs, je  me demande même s’il n’y a pas eu manipulation de cours de LNA les deux dernières semaines …
Mais évidemment, je n’ai aucune preuve et je ne veux lancer aucune accusation.

Ces deux propositions me paraissent un peu contradictoires…

Hors ligne Hors ligne

 

#24 07/02/2022 19h29

Membre (2019)
Top 5 Année 2022
Top 10 Année 2021
Top 10 Expatriation
Top 5 Obligs/Fonds EUR
Top 5 Entreprendre
Top 5 Banque/Fiscalité
Réputation :   930  

Une autre explication serait que les salariés qui ont obtenu ces actions le 4 février, se sont empressés de les revendre afin de limiter la casse, ce qui aurait fait chuter le titres de plus de 15%.

19 novembre 2021 : Renforcement du capital | Zone bourse

Par ailleurs, après la réalisation d’une augmentation de capital réservée aux salariés adhérents

- un PEE via le FCPE Nobelia, à laquelle 1 100 salariés ont souscrit pour un montant (prime d’émission incluse) de 2,37 millions d’euros, LNA Santé organise une opération ambitieuse visant
-associer ses salariés au développement du Groupe au travers de la société LNA Ensemble qui procédera au rachat d’actions LNA Santé pour un investissement de 47 millions d’euros.
    Les salariés du groupe détiendront ainsi au total une participation proche de 10,0% du capital de LNA Santé.

Dernière modification par Oblible (07/02/2022 19h35)


Parrain Interactive Brokers  - Parrain Qonto ( par MP ) -- La bible des obligations

Hors ligne Hors ligne

 

#25 07/02/2022 22h37

Membre (2018)
Top 20 Année 2022
Réputation :   79  

Votre explication ne tient pas la route: les salariés LNA qui ont souscrit récemment à des actions de leur société via un PEE (avec sans doute, comme c’est classique, un rabais de 20% voire 30% sur le cours de bourse d’alors) n’ont pas pu pour la plupart d’entre eux revendre aussi vite.

En effet, une souscription des salariés via un PEE entraine un blocage (interdiction de vendre) de 5 ans, sauf certains cas légaux de déblocage anticipé.

Hors ligne Hors ligne

 

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur