Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à notre newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche :
PlanèteMembres  |  Mission

Forums de la communauté des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions de notre communauté !

#26 18/12/2019 12h58

Membre (2017)
Top 20 Réputation
Top 5 Portefeuille
Top 5 Actions/Bourse
Top 5 Finance/Économie
Top 20 Banque/Fiscalité
Top 20 SIIC/REIT
Réputation :   2331  

D’un point de vue économique, Noël est une calamité, en raison d’un effet de perte agrégée d’utilité - liée au fait que ceux qui reçoivent les cadeaux les valorisent souvent à un niveau moindre que leur coût pour ceux qui les leur ont offerts. Ce que les économistes appellent deadweight loss ("perte sèche").

C’est le don (pas uniquement pour Noël) qui est source de perte agrégée d’utilité, en raison d’une allocation évidemment imparfaite : on n’offre pas ce que la personne à qui l’on veut faire plaisir souhaite vraiment.

Dans cet article classique de 1992, The Deadweight Loss of Christmas, Joel Waldfogel (Université de Yale) a tenté d’estimer cet effet, en demandant à un échantillon de personnes ayant reçu des cadeaux pour quelle somme elles seraient prêtes à les échanger :

Joel Waldfogel (Yale University, 1992) a écrit :

When economists comment on holiday gift-giving, it is usually to condone the healthy effect of spending on the macroeconomy. However, an important feature of gift-giving is that consumption choices are made by someone other than the final consumer. A potentially important microeconomic aspect of gift-giving is that gifts may be mismatched with the recipients’ preferences. In the standard microeconomic framework of consumer choice, the best a gift-giver can do with, say, $10 is to duplicate the choice that the recipient would have made. While it is possible for a giver to choose a gift which the recipient ultimately values above its price - for example, if the recipient is not perfectly informed - it is more likely that the gift will leave the recipient worse off than if she had made her own consumption choice with an equal amount of cash. In short, gift-giving is a potential source of deadweight loss.

This paper gives estimates of the deadweight loss of holiday gift-giving based on surveys given to Yale undergraduates. I find that holiday gift-giving destroys between 10 percent and a third of the value of the gifts. (…) Holiday expenditures average $40 billion per year, implying that a conservative estimate of the deadweight loss of Christmas is a tenth as large as estimates of the deadweight loss of income taxation. I also explore how deadweight loss and the tendency to give cash gifts vary with the relationship and age difference between giver and recipient. I find that gifts from friends and "significant others" are most efficient, while noncash gifts from the extended family are least efficient and destroy a third of their value.

L’effet de perte sèche de Noël est donc massif, de l’ordre d’un dixième de l’effet de perte sèche lié à l’impôt et à une mauvaise allocation des transferts sociaux (aux USA) ! Quand vous faites un cadeau, vous détruisez en moyenne de 10% à 30% de la valeur, par rapport à un don d’argent. Et cet effet est (sans surprise) plus important pour des cadeaux offerts à des amis ou des membres de la famille élargie, par rapport à un très proche.

La conclusion est sans appel : pour le bien de l’économie, faites des dons d’argent à Noël, sauf éventuellement à ceux que vous connaissez le mieux, ou alors demandez à l’avance ce qu’il faut offrir, sacrifiant ainsi l’effet de surprise sur l’autel de l’intérêt général.

PS : Cela dit, comme d’habitude, on trouve des économistes avec des conclusions opposées : ceux-là trouvent au contraire que ceux qui reçoivent des cadeaux les valorisent en moyenne 2% au-dessus de leur coût.

PS2 : Par ailleurs, le "marché secondaire" des cadeaux (revente en ligne le lendemain de Noël) s’est considérablement développé depuis 1992, ce qui conduit en principe à une forte baisse de la décote d’illiquidité sur ces cadeaux, donc une perte agrégée d’utilité sans doute bien inférieure à celle estimée par Waldfogel.

PS3 : En tout cas il me semble crucial que chacun étudie en profondeur cette question avant de se lancer dans ses achats de Noël ;-)

Dernière modification par Scipion8 (18/12/2019 13h00)

Hors ligne Hors ligne

 

#27 18/12/2019 13h05

Membre (2012)
Top 20 Réputation
Top 5 Actions/Bourse
Top 20 Banque/Fiscalité
Réputation :   729  

C’est vrai. Mais d’un autre coté, sans Noël ce serait des cadeaux qu’on ne ferait pas. Ce qui viendrait d’autant diminuer le PIB. Et donc perte de "richesse". En tout cas dans l’opinion collective (à laquelle je n’adhère pas du tout) y compris des pseudo économistes et de ceux qui nous dirigent.

Dernière modification par JeromeLeivrek (18/12/2019 13h06)

Hors ligne Hors ligne

 

#28 18/12/2019 13h36

Membre (2015)
Réputation :   28  

Humour !

Voici un article récent bien en lien avec le sujet :
Huit cadeaux anticapitalistes à offrir pour faire un Noël (vraiment) tout rouge
Le dernier (Choeurs de l’Armée rouge) pourra réchauffé le cœur du camarade Stoke.

Bon sinon je m’attendais plutôt à ce genre d’article dans l’humanité que sur FranceInter. Je ne les savais pas autant …engagés.

Hors ligne Hors ligne

 

Pied de page des forums

Parrains Faites-vous parrainer
Apprendre le bonheur