Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Invitation Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

#1 07/04/2011 15h16

Membre
Réputation :   0  

Bonjour,

Depuis quelques temps déjà, je suis de près les informations économiques et je suis tombé par hasard sur une vidéo d’un conseillé en placements financier qui est régulièrement interviewé sur BFM.

Questionné sur la reprise des fusions/acquisitions récentes, celui-ci considère que c’est symptomatique d’un fin de cycle haussier de la bourse… D’autre part, il prédit un avenir des Etats unis semblable à celui de la Grèce (Idem dans le Fig Eco de ce matin, 800 000 emplois fédéraux menacés)

Je voulais savoir si beaucoup d’autres partagent cet avis?

N’est-ce pas le moment retirer de la bourse afin de ne pas perdre nos petites économies placées au bout de tant d’années?

Pour voir la vidéo: Olivier Delamarche - 5 avril 2011 - BFM Business 05/04/2011 - vidéo Dailymotion

Amicalement

Hors ligne Hors ligne

 

#2 07/04/2011 16h10

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   332  

Mon sentiment, c’est que le système doit se réformer en profondeur si l’on veut qu’il survive. Il y a eu une courte phase après la déflagration Lehman Brothers où l’on pouvait penser que cette réforme allait se mettre en route, mais les décideurs ont tergiversé et les lobbies et les conservatismes ont repris le dessus. Il suffit d’entendre Diamond (Barclays) dire à Davos que ça va bien, merci, les banques n’ont plus à se sentir coupables pour ce qui s’est passé (et donc accepter de la régulation)… si ça n’est pas avoir la mémoire courte, diantre ! On aurait donc rêvé tout le lobbying pour l’abolition du Glass Steageall Act, la bataille impitoyable pour empêcher tout régulation sensée du marché OTC ou des produits dérivés (dont Warren Buffet pense tellement de bien!) et j’en passe…

Je ne tiens pas à entrer dans un débat politique stricto-sensu, c’est juste une question de bon sens : toutes les belles innovations financières qu’on nous sert depuis la fin des années 1980 n’ont contribué qu’à accroitre la volatilité sur les marchés et à rendre de plus en plus probable un meltdown global de la sphère financière.
Je ne dois pas être le seul sur ce forum a avoir conscience que la finance en général n’est plus du tout l’alliée de l’épargnant ou de l’actionnaire individuel. Il n’y a qu’à voir la duplicité absolue de Goldman Sachs et consorts sur les produits titrisés liés aux subprimes, dont ils savaient parfaitement que c’était une camelote infâme (une preuve parmi d’autres : ils les shortaient… et se cacher derrière leur position de market maker comme seule défense a au moins le mérite de montrer à quel point ils se savent intrinsèquement coupables).

Bref, toute cette tirade pour dire que je rejoins assez l’analyse de ce monsieur sur BFM, sans doute pas tout à fait pour les mêmes raisons même si ses arguments sont pertinents. A titre personnel, je n’achète plus à ces niveaux de valorisation, et j’ai le doigt sur la gâchette pour prendre du Xbear ou passer liquide.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #3 07/04/2011 16h14

Modérateur
Top 20 Réputation
Réputation :   2097  

La situation actuelle recèle des risques (peut-être un peu plus que ’’normalement’’) et des opportunités (peut-être d’ailleurs aussi plus que "normalement")…..

Il y a un certain nombre de personnes qui se sont fait une spécialité de prédire l’apocalypse pour bientôt. Parfois, une crise ou une catastrophe se produit effectivement, et on est tenté alors de les considérer comme des génies. Si rien ne se passe, on les oublie… jusqu’à la prochaine fois. Il y a même quelques cas célèbres de personnes ayant parfaitement anticipé un crack du marché (en 2001, en 2008) et ayant alors fait fortune, pour ensuite anticiper d’autre cracks qui n’eurent pas lieu (en vendant à découvert alors) ce qui les a alors complètement ruinés.

Les excès d’optimisme et de pessimismes me semblent souvent mauvais conseillers… J’ai décidé une fois pour toute de m’exposer sur le marché, pour une partie significative de mon patrimoine. Lorsque j’estime qu’il y a plus de risques que d’opportunités, je diminue un peu mon exposition (par exemple passant de 30-40% d’actions à 20-30% sur l’ensemble de mon patrimoine), et vice versa, mais jamais massivement. Ainsi, j’ai subi la plupart des baisses du marché, mais j’ai aussi participé à la plupart de ses hausses, et je considère que sur le long terme j’ai toutes les chances de bien m’en sortir (à défaut, on irait vers une économie mondiale en récession ou décroissance permanente à long terme, ce qui sera fort désagréable pour tout le monde, encore plus en tenant compte de la croissance démographique, et même les petits malins qui s’en sortiraient un peu mieux que les autres ne seraient pas pour autant à l’abris).

Actuellement, les menaces potentielles ne manquent pas (déficits des Etats, déséquilibres commerciaux avec Chine/Allemagne trop excédentaires, création massive de monnaie par la FED, hausse des prix des matières premières, dérèglement climatique, instabilités politiques dans pas mal de pays, menace de terrorisme, croissance faible voire récession dans certains pays, menaces sur l’€uros que certains voient mort-né, migrations de population, risques d’inflation … ou de déflation, maîtrise limitée par l’homme de certaines de ses inventions, etc.) mais c’était déjà le cas il y a 5, 1, 15, 20, etc. années. Les opportunités ne manquent pas non plus d’ailleurs (valeurs des entreprises assez faibles, croissance forte des pays en développement, développement des technologies "vertes" et "internet" avec toutes leurs implications, paix installée dans de nombreuses régions avant instables, inflation faible et taux d’intérêts faibles, etc.). Je ne suis pas du tout persuadé que la balance risques/opportunités soit plus défavorable maintenant qu’il y a quelques années.       

A-t-on plus de risque de "meltdown global de la sphère financière" aujourd’hui qu’on en avait de "3ème guerre mondiale avec utilisation massive de missiles nucléaires" il y a quelques dizaines d’années ? Je doute que le "bon sens" permette de répondre à cette question avec une quelconque certitude…   

En ce qui concerne la reprise des fusions/acquisitions récentes, on peut aussi se dire qu’elle signifie que les entreprises pensent mieux utiliser une partie de leur cash (disponible sur le marché à des taux attractifs) pour racheter d’autres entreprises (pas très chères), plutôt que pour faire d’autres investissements. Les entreprises ne pouvaient pas trouver d’argent sur le marché jusqu’à récemment, n’avaient guère de visibilité à plus de quelques mois (et donc étaient tentées de garder leur cash), ont déjà optimisé leurs coûts en interne ces dernières années (en limitant pas mal leur croissance, externe comme interne). Quoi de plus naturel qu’elles considèrent aussi des acquisitions externes à présent ?

En ce qui concerne l’avenir des Etats-Unis, il ne faut pas oublier que, même si leurs ’’avantages" vacillent un peu, ils restent la 1èrer super-puissance militaire, disposent de la monnaie de référence mondiale, ont une influence primordiale sur pas mal de nouvelles technologies (contrôlent largement internet par exemple) et sur la culture "internationale’ dominante, abritent le siège d’une importante partie des principales multinationales, abritent une part importante des grandes fortunes privées mondiales, etc. Même s’ils ont aussi un certain nombre de ’’problèmes" difficiles à traiter, tout ces avantages ne devrait pas se réduire en fumée en quelques jours…. Une comparaison avec la Grèce me semble tout à fait fallacieuse.

Dernière modification par GoodbyLenine (07/04/2011 16h23)


J'écris comme "membre" du forum, sauf mention contraire. (parrain Fortuneo: 12356125)

Hors ligne Hors ligne

 

#4 07/04/2011 16h23

Administrateur
Top 20 Réputation
Réputation :   2561  

On avait déjà fait quelques pronostics ici :
Vos pronostics pour 2011 ? Krach/maintien/embellie ?

Olivier Delamarche, de la maison de gestion Platinum Gestion est fidèle à lui-même. Il fait parti du "camp déflationniste", comme Paul Dontigny, dont vous pouvez apprécier les vidéos :
Avis et conseils d’experts en vidéos | LesAffaires.com

Malheureusement, le fonds d’Olivier Delamarche, Platinum France ne brille pas du tout, et affiche une performance quasi-nulle depuis 6 ans :
www.platinium-gestion.fr/fichiers/produ … 2_2011.pdf
Et se fait battre légèrement par le CAC40 dividendes non réinvestis.

De l’autre coté, vous avez Warren Buffet qui rachète Lubrizol, après avoir acheté Burlington Northern Santa Fe.

Le contexte actuel est assurément particulier.

Dans le doute, 50% actions maxi 50% Obligs/SCPI et hop vous dormez bien. :-)

Hors ligne Hors ligne

 

#5 07/04/2011 16h39

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   332  

GoodbyLenine a écrit :

A-t-on plus de risque de "meltdown global de la sphère financière" aujourd’hui qu’on en avait de "3ème guerre mondiale avec utilisation massive de missiles nucléaires" il y a quelques dizaines d’années ? Je doute que le "bon sens" permette de répondre à cette question avec une quelconque certitude…   
.

Le sens de mon propos est que l’ingénierie financière a contribué à construire un système financier qui est infiniment moins stable, infiniment moins soutenable pour l’économie réelle que ce qu’on a connu pendant les décennies précédentes. L’hypothèse d’une autodestruction du système s’est révélée du domaine du possible, on peut collectionner les citations de hauts responsables qui ont suivi les évènements de l’intérieur (DSK, Trichet, Juncker, etc) qui expriment à quel point nous sommes passés à un cheveu de la catastrophe (du meltdown si vous préférez).
L’originalité par rapport à l’épée de Damoclès nucléaire de la guerre froide, c’est qu’on a failli annihiler l’économie globalisée en temps de paix.

Hors ligne Hors ligne

 

#6 07/04/2011 18h11

Membre
Réputation :   0  

InvestisseurHeureux a écrit :

On avait déjà fait quelques pronostics ici :
Malheureusement, le fonds d’Olivier Delamarche, Platinum France ne brille pas du tout, et affiche une performance quasi-nulle depuis 6 ans :
www.platinium-gestion.fr/fichiers/produ … 2_2011.pdf
Et se fait battre légèrement par le CAC40 dividendes non réinvestis.

Effectivement c’est ce que j’ai pu voir sur le site Platinum. Pas très performant jusqu’à présent…

Après vos commentaire, j’en conclus que ce n’est pas la peine de s’alarmer (cardiaques s’abstenir) mais rester vigilant et au fait des évènements qui s’enchaînent, en particulier cette année.

Et en priant que mon gestionnaire prenne les bonnes décisions en cas de dérapage…

Hors ligne Hors ligne

 

#7 07/04/2011 20h37

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   202  

Duracell a écrit :

Bonjour,

Depuis quelques temps déjà, je suis de près les informations économiques et je suis tombé par hasard sur une vidéo d’un conseillé en placements financier qui est régulièrement interviewé sur BFM.

Questionné sur la reprise des fusions/acquisitions récentes, celui-ci considère que c’est symptomatique d’un fin de cycle haussier de la bourse… D’autre part, il prédit un avenir des Etats unis semblable à celui de la Grèce (Idem dans le Fig Eco de ce matin, 800 000 emplois fédéraux menacés)

Je voulais savoir si beaucoup d’autres partagent cet avis?

N’est-ce pas le moment retirer de la bourse afin de ne pas perdre nos petites économies placées au bout de tant d’années?

Pour voir la vidéo: Olivier Delamarche - 5 avril 2011 - BFM Business 05/04/2011 - vidéo Dailymotion

Amicalement

Je serai plus nuancé sur le signal donné par les fusions/acquisitions. Les acquisitions à prix raisonnables sont pour le moi le signal d’un marché haussier. La fin des festivités est sonnée lorsque ces acquisitions sont faites à prix déraisonnable, sur des multiples astronomiques et avec une frénésie inhabituelle. Le plus bel exemple est l’operation AOL Time Warner ou le nain s’offre le géant avec une évidente boulimie et une incompétence noitoire.

A ce titre, on a vécus le même schéma pour EDF et ses acquisitions a tout vas.

Bref, je pense que tu as 100 fois raisons d’observer attentivement ce marché des acquisitions, et d’essayer d’en tirer des enseignements.

A titre perso, la bourse étant avant tout le reflet de l’anticipation des bénéfices futurs des entreprises, et non des Etats (même si dommage collateral il y aura), je suis plutôt haussier pour les années qui viennent, mais avec des trous d’air violent et des reprises toutes aussi surprenantes dues aux instabilités politiques et donc sociales.

A+
Zeb


Tout ce qui peut merder, va inévitablement merder.

Hors ligne Hors ligne

 

#8 07/04/2011 22h10

Membre
Réputation :   0  

InvestisseurHeureux a écrit :

Malheureusement, le fonds d’Olivier Delamarche, Platinum France ne brille pas du tout, et affiche une performance quasi-nulle depuis 6 ans :
www.platinium-gestion.fr/fichiers/produ … 2_2011.pdf
Et se fait battre légèrement par le CAC40 dividendes non réinvestis.

en y regardant de plus près on voit que le fond est pas mauvais lorsque le marché baisse comme lors de la crise de 2008.
par contre le fond loupe complétement la période haussiére qui suit…

conclusion
en période crise vous pouvez écouter un peu ce qu’il raconte, autrement laisser tomber…

et à priori là, on n’est pas en période de crise…
dans quelques mois peut etre d’ici là il sera toujours temps d’arbitrer de d’adopter une position plus défensive.

Hors ligne Hors ligne

 

#9 08/04/2011 09h00

Administrateur
Top 20 Réputation
Réputation :   2561  

christophe a écrit :

en y regardant de plus près on voit que le fond est pas mauvais lorsque le marché baisse comme lors de la crise de 2008.
par contre le fond loupe complétement la période haussière qui suit…

Ce qui montre bien la grosse difficulté d’anticiper les marchés alors même qu’on peut avoir "juste" d’un point de vue économique.

L’anticipation économique est pessimiste et le portefeuille est manifestement géré de façon très défensive, comme le montre sa faible volatilité.

En contrepartie, il "loupe" complètement le rebond.

Sur le fonds Placeuro - PG WORLD, où Platinium Gestion peut aller plus loin dans ses convictions, la performance est catastrophique :
www.platinium-gestion.fr/fichiers/produ … 2_2011.pdf

https://www.devenir-rentier.fr/uploads/2_platinium.jpg

Alors même que quand on écouter Olivier Delamarche, ce qu’il dit a du sens, et on voit bien les PIGS "s’écrouler" un à un.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #10 15/08/2019 12h14

Membre
Réputation :   66  

C’est intéressant de relire les angoisses de 2011. On y rencontrait au coin de chaque rue des faux prophètes prédisant Armageddon sur la bourse et les actifs financiers.
Or les 8 ans qui viennent de s’écouler ont été extrêmement lucratifs, en valeur absolue, en taux réels, pour qui a été investi de 2011 à 2019.
Il est très confortable pour un commentateur médiatique de prôner la prudence. C’est une façon efficace de protéger sa propre image.  Mais l’imprudence aura été de rester à l’écart des actifs financiers ces 8 dernières années, pas de tout vendre. Qui va aller dire aujourd’hui à ce Monsieur Delamarche) je ne l’accable pas) que la prudence est de rester investi, surtout pendant les turbulences, que le grand risque des marchés est de ne pas être investi quand il monte gentiment dans la durée?
Ne pas avoir été investi ces 8 dernières années est une erreur qui coûte chère, mais qui peut se rattraper; en étant investi, dans les 10 années à venir.
J’aimerais un outil d’intelligence artificielle qui confronte les commentateurs des médias à ce qu’ils ont dit des mois ou des années auparavant. Peut-être que la perspective de se faire rappeler à la réalité du quotidien modifiera cette posture de commentateurs de prôner la prudence , d’être structurellement vendeur plutôt qu’acheteur.
Mais le vrai danger d’une vie d’épargne, c’est de ne pas être investi.

Hors ligne Hors ligne

 

#11 16/08/2019 17h59

Membre
Réputation :   36  

Bonjour,

En complément au message précédent, tout à fait pertinent, on peut aussi préciser que le contexte de ces échanges datés d’avril 2011 est également particulier.

La consultation du MSCI World (j’ai pris l’ETF "canonique" de Lyxor comme référence) révèle un spectaculaire +78,19% sur la période 09/03/2009 -> 07/04/2011. Vu cette hausse faramineuse, sur seulement 2 ans, croire à des sur-valorisations possibles, et agir en conséquence, peut donc se comprendre.

De même, penser 2 ans après la crise des subprimes que la finance n’est plus l’alliée de l’épargnant est parfaitement envisageable.

Quant au fonds cité (fonds Placeuro - PG WORLD), je n’en retrouve pas la trace. On ne le trouve plus sur le site de la société de gestion citée.

On trouve bien un fonds "PLACEURO WORLD EQUITIES EUR - LU0118831253" encore actif aujourd’hui. Cependant, son historique entre le 01/09/2006 et le 28/02/2011 n’a rien à voir avec celui inséré par IH le 08/04/2011. De plus, il s’agit d’un OPCVM sectoriel (technos). Ces performances sont catastrophiques mais en partie justifiables par ses frais de gestion monstrueux (3,77% sur le dernier exercice ! Si, si ! Ca existe encore et ça n’est pas du private equity !).

On trouve aussi un fonds flexible (PLACEURO GLOBAL INVEST - LU0112381495) qui pourrait s’en rapprocher. Le seul intérêt de l’historique de ce fonds est de nous offrir une visite touristique gratuite dans les catacombes des performances de la gestion active smile

A final, je suis entièrement d’accord avec la conclusion de Flavius. Il faut être investi. Cependant, il faut être conscient des risques, mais aussi des opportunités, de la gestion active.


"N'oubliez pas : patience… discipline…"

Hors ligne Hors ligne

 

#12 19/01/2020 14h18

Membre
Réputation :   21  

Bonjour et  bonne année 2020.
Plusieurs intervenants voient pour 2020 une remontée du pétrole et de l’or.
je pense à la nouvelle formation proposée par Loïc Abadie intitulé:

"Comment sauvegarder son patrimoine et en augmenter sa valeur entre 2020 et 2030 avec les pétrolières et l’or"

Mais aussi Charles Gave qui en dehors de ses interventions régulières dans la chaine youtube "grand angle" qui est sponsorisé par un fournisseur d’or, s’est exprimé sur la chaine youtube sicavonline avec une vidéo titrée:

L’énergie : une boussole pour investir (d’après Charles Gave)

le troisième intervenant , Benjamin louvet, qui est spécialisé sur ces thèmes s’est exprimé à ce sujet  en novembre dernier sur la chaine youtube Binck avec une intervention intitulée:

Quel avenir pour le pétrole de schiste ? par Benjamin Louvet.

Il aborde dans cette conférence également l’avenir qu’il prévoit pour le prix de l’or.
Vous pourrez retrouver grâce à ces phrases clés tous les liens vers les vidéos correspondantes.
Que pensez-vous de cette stratégie d’orientation de l’épargne?
Si vous êtes convaincu, comment l’aborderiez_vous?
Merci de vos avis.

Hors ligne Hors ligne

 

#13 19/01/2020 14h40

Membre
Top 50 Réputation
Réputation :   287  

Je pense que ce sont des vendeurs de formations, de produits financiers … qui cherchent à attirer le gogo.
Bref, ils font de la réclame pour leur business.

lamante a écrit :

je pense à la nouvelle formation proposée par Loïc Abadie intitulé:

+1000% en 13 ans sur son PEA : Loic Abadie témoigne - YouTube

+1000% en 13 ans sur son PEA : Loic Abadie témoigne

..


Parrain Interactive Brokers ( par MP ) -- La bible des obligations

Hors ligne Hors ligne

 

#14 19/01/2020 14h59

Membre
Réputation :   78  

@lamante
Ayez bien conscience que l’industrie de la finance est un business, les médias doivent vendre, les pseudo-devins également.
Le plus efficace pour ces devins est de jouer sur la peur, l’espérance ou la cupidité.
Tous les ans à la même époque, des centaines d’experts fournissent leurs prédictions, c’est le business qui veut ça.
Personne n’est obligé de les écouter.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #15 19/01/2020 15h39

Membre
Réputation :   77  

@lamante
L’or et encore pire le pétrole, ne sont pas vraiment des actifs faits pour se protéger, se sont surtout des matières premières.

A votre place je regarderais un portefeuille constitué à 50% de TLT (etf obligation us à long terme) et 50% de SPY (s&p500).
Les obligations s’apprécient fortement en cas de baisse des taux, ce qui arrive lors des périodes difficiles. Vous pouvez tester ici https://www.portfoliovisualizer.com/backtest-portfolio

Dernière modification par JohnGaltTagart (19/01/2020 15h40)

Hors ligne Hors ligne

 

#16 19/01/2020 18h50

Membre
Réputation :   21  

@Oblible,@MaximusDM,@JohnGaltTagart
Merci de me mettre en garde. donc vous ne n’êtes pas convaincu par cette orientation.
Pourtant concernant le pétrole, j’ai vu une vidéo supplémentaire cet après-midi.

Le pic pétrolier, un danger mortel pour l’Europe - Matthieu Auzanneau

Il semble qu’on va avoir prochainement un manque de production de pétrole par rapport à la demande, ou alors un défaut des compagnies exploitant le pétrole de shiste.

@JohnGaltTagart, merci pour les idées d’investissement.. et l’outil de backtest. Je croyais qu’on ne pouvais pas acheter des ETF américains.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #17 19/01/2020 19h19

Membre
Réputation :   77  

@lamante Je pense qu’il faut que vous changiez de type de média pour vous informer, ou du moins que vous preniez du recul, multipliez les sources, comprendre les intérêts en jeux (vendeur de formation, rabatteur pour un courtier etc…).

Une bonne manière de s’informer pour un novice est ce forum, Wikipédia, le site de Vernimmen, etc… pour les plus pros allez consulter les sources: google scholar, SSRN, Arxiv et la bible IDEAS

Un Français vivant en France, non pro, ne peut pas acheter les ETF cités. Mais je vous ai donné la technique pour vous montrer une approche sérieuse et rationnelle, je pense qu’on peut la faire à l’européenne.
Et il est possible de contourner les règles pour acheter des ETF: option call dans la monnaie, CFD, contrat à terme sur One Chicago (je fais souvent comme ça) en livraison physique, prendre directement les sous-jacents (c’est ce que je fais dans 90% des cas).

Edit des liens:
http://www.vernimmen.net/ (article et mémoire intéressant)
https://scholar.google.fr/
https://papers.ssrn.com/sol3/DisplayAbstractSearch.cfm
https://arxiv.org/
https://ideas.repec.org/ (portail des économistes)

Dernière modification par JohnGaltTagart (19/01/2020 19h41)

Hors ligne Hors ligne

 

#18 19/01/2020 20h06

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   514  

lamante a écrit :

Le pic pétrolier, un danger mortel pour l’Europe - Matthieu Auzanneau

De l’avis de tous les alarmistes, le pic de pétrole était passé en 2008, la production était sur un plateau et ne pouvait plus que descendre (j’ai beaucoup suivi le sujet à l’époque)
12 ans après… regardez les courbes de productions, et tirez en les conclusions qui vous semblent pertinentes.


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

Hors ligne Hors ligne

 

[+3]    #19 19/01/2020 20h24

Membre
Réputation :   79  

@lamante: Vous n’arriverez nulle part en regardant des vidéos YouTube. C’est un média de l’immédiateté, qui n’apporte que des connaissances superficielles.

Si on n’a pas soi même réfléchi sérieusement  sur un sujet donné ou expérimenté de près ses manifestations concretes pendant des années, quelques soient ses opinions sur ce sujet, elles sont fausses. Le pire est de croire aveuglement ce que disent des gens qui ont des objectifs politiques ou commerciaux. Quand on a réfléchi ou expérimenté, l’écueil qui guette devient de ne pas envisager la possibilité qu’on ait tort.

L’information sur internet est donc dommageable si vous ne l’integrez pas dans une structure intellectuelle qui tienne minimalement la route.  Vous avez manifestement besoin de vous initier à l’économie de façon  sérieuse.

Lisez au moins des résumés des travaux de quelques prix d’économie  de la banque royale de Suède en l’honneur d’Alfred Nobel ainsi que de Smith, Say, Ricardo, Marx, Pareto, Keynes, Schumpeter et Friedman. Et surtout ne prenez rien de ce que ces gens fort sérieux disaient comme parole d’évangile. D’ailleurs ils ne sont pas d’accord entre eux. Mais si vous comprenez leurs objectifs, vous comprendrez mieux leurs points de vue. C’est la chose la plus importante à faire quand on veut comprendre un discours élaboré: se poser la question des objectifs de qui le prononce et du contexte du discours.

Sinon, ne le prenez pas mal, peut être qu’il y a un volume "l’économie pour les nuls", c’est plutôt bien fait en général. Placez vous dans la disposition d’esprit que vos idées préconçues sont fausses et que vous voulez repartir à zéro. C’est ça l’idée de la collection. Se dire qu’on est nul mais qu’on peut y remédier.

Et un bon livre d’introduction à l’investissement boursier comme ceux qui sont  cités dans la section ad hoc du forum.

Pas plus vite que 5 pages par heure! En réfléchissant à ce que vous lisez et notamment à comment ça correspond ou pas à votre expérience.

Hors ligne Hors ligne

 

[+1]    #20 19/01/2020 21h55

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   202  

Moi je pense que le risque important pour l’Europe est une crise pétrolière ou simplement une augmentation du prix du pétrole. Simplement car le pétrole de schiste n’est pas rentable a 60$ pour les producteurs endettés et que les financements sont maintenant fermés après que les producteurs indépendants ont brûlé l’argent de tous leurs investisseurs et profité de l’argent facile du QE. (A long terme les majors reprendront le shiste).

Afin de me protéger j’ai beaucoup d’actions exposées au pétrole directement ou indirectement (pays producteurs comme les USA le Brésil ou l’Afrique). Et aussi car c’est des secteurs moins chers.

Cela n’empêche pas d’avoir un portefeuille d’action et d’être optimiste. Je me couvre d’un risque mais il serait fou de faire un portefeuille 100% sur une prédiction économique. Si rien de cela ne se passe je m’en sors bien aussi, ce qui n’est pas le cas des perma bears, il faut avoir un portefeuille diversifié dans les secteurs pour couvrir les éventualités.

Dernière modification par BulleBier (19/01/2020 21h55)

Hors ligne Hors ligne

 

#21 20/01/2020 09h26

Membre
Réputation :   36  

Caratheodory a écrit :

@lamante: Vous n’arriverez nulle part en regardant des vidéos YouTube. C’est un média de l’immédiateté, qui n’apporte que des connaissances superficielles.

Si on n’a pas soi même réfléchi sérieusement  sur un sujet donné ou expérimenté de près ses manifestations concretes pendant des années, quelques soient ses opinions sur ce sujet, elles sont fausses. Le pire est de croire aveuglement ce que disent des gens qui ont des objectifs politiques ou commerciaux. Quand on a réfléchi ou expérimenté, l’écueil qui guette devient de ne pas envisager la possibilité qu’on ait tort.

Youtube est effectivement une source d’information sur laquelle il est nécessaire de poser un regard critique.

Toutefois, au milieu de l’ivraie, il est possible d’accéder à des chaînes de qualité. Je suis moi-même admiratif des talents de vulgarisation déployés par la chaîne Heu?reka.

Un fil est dédié à cette chaîne et à d’autres ressources de l’internet. Ca permet d’avoir des points de vue sur la finance qui aident à lutter contre l’immédiateté dénoncée fort justement par Caratheodory et de prendre du recul.

Bonnes réussites dans vos investissements.


"N'oubliez pas : patience… discipline…"

Hors ligne Hors ligne

 

#22 20/01/2020 20h47

Membre
Réputation :   21  

@JohnGaltTagart
Merci pour tout ces liens, je vais regarder ça

@Faith
Le pic pétrolier du pétrole conventionnel a bien eu lieu en 2008 (dixit dernier rapport de l’Agence internationale de l’énergie selon benjamin louvet), la question est maintenant est ce que le pétrole de shiste est rentable au cours actuel, sinon, combien de temps vont ils pouvoir tenir à perte.

@Caratheodory
Comme dit Green tout n’est pas à jeter dans les vidéos youtube. Je connais Heu?reka.

Et j’ai découvert grace à heureka un autre "youtubeur " Edouard Cottin-Euziol avec sa chaine des écomistes et des hommes je conseille sa série de vidéos sur les raisons qui selon ses lectures expliquent le développement de l’Europe comme leader de la révolution industrielle.

Un livre , ça fait effectivement longtemps que j’en ai pas ouvert un, car les vidéos (non visuelles: interview etc..) ou les podcast ont un avantage, cela permet de vaquer  à ses corvées tout en s’instruisant; j’ai un casque sans fil bien utile pour cela.
j’écoute la radio : "entendez-vous l’eco" sur franceculture et j’ai écouté quelques cours du collège de France de Philippe Aghion : "Économie des institutions, de l’innovation et de la croissance"
Mais J’ai surtout besoin d’acquérir de bonnes bases d’analyse financière des comptes d’une société.

@bullebier: oui c’est bien ce que nous apprends Benjamin Louvet, Mais comme les états-unis ont la capacité de maintenir en vie des sociétés qui font des pertes. il faut effectivement rester prudent; surtout dans un secteur stratégique comme le pétrole.

@green : Merci

Hors ligne Hors ligne

 

#23 20/01/2020 21h06

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   514  

lamante a écrit :

Le pic pétrolier du pétrole conventionnel a bien eu lieu en 2008 (dixit dernier rapport de l’Agence internationale de l’énergie selon benjamin louvet),

C’est ce que disent souvent les "mauvais perdants" des années 2008/2009.
Si je le reformule, ça revient à dire: le pic est passé, si on exclue tous les champs qui n’étaient pas rentables avant… ce qui est à peu près une Lapalissade.
Le pic n’a pas eu lieu: les prix ont augmenté, et ces prix ont ouvert l’accès à de nouveaux gisements: plus profonds, plus lointains ou plus compliqués.
Comme prévu.

Des gens se sont fait de l’argent à prédire la fin du pétrole. Et leurs arguments avaient l’air valables pour un individu lambda, mais les experts "mainstream" les contestaient. Le complotisme faisait déjà flores… à tort, encore.

la question est maintenant est ce que le pétrole de shiste est rentable au cours actuel, sinon, combien de temps vont ils pouvoir tenir à perte.

En tout cas, ils redeveindront rentable avec un pétrole plus cher… et d’immenses réserves n’attendent qu’un prix plus cher (et/ou des investissements dans les techniques d’extraction) pour être exploitées.

(dixit dernier rapport de l’Agence internationale de l’énergie selon benjamin louvet)

Je suis tombé sur un rapport de cette même agence prédisant une augmentation de la production jusqu’en 2040 au minimum. Est-ce le même rapport ?

En tout cas, nous pouvons collectivement prier pour le pic du pétrole et celui du charbon se produisent non pas par disparition de la ressource, mais par remplacement… sinon, la température prendra bien plus de quelques degrés.


La vie d'un pessimiste est pavée de bonnes nouvelles…

Hors ligne Hors ligne

 

#24 20/01/2020 21h40

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   202  

Je suis d’accord avec faith. Mais alors, pétrole plus cher, qu’adviendrait t’il de nos investissements ? Cela reste qu’une hypothèse possible mais il faut y être préparé, tout comme d’autres problèmes potentiels. 
En général les problèmes boursiers viennent d’une bulle bancaire qui éclate ou d’une crise de l’énergie. A portefeuille égal il vaut mieux être du bon côté de ce risque qu’à fond dans les bancaires, promoteurs immobiliers et les compagnies aériennes.

Hors ligne Hors ligne

 

#25 21/01/2020 05h44

Membre
Réputation :   21  

Je suis allé à la source, mais le rapport s’achète, mais nous avons un accès gratuit au résumé en français
l’AIE évalue surtout la consommation selon 3 scénarios, le scénario "Politiques annoncées" étant le médian en terme d’effort de changement vertueux.
Où l’on voit que le monde est actuellement dans la main des etats-unis en terme de croissance de la demande d’energie.

IEA-World Energy Outlook 2019 Résumé French Translation a écrit :

Le scénario « Politiques annoncées » va plus loin et intègre les intentions et objectifs
politiques confirmés. Auparavant dénommé « Nouvelles politiques », ce scénario a été
rebaptisé afin de souligner qu’il ne prend en compte que les initiatives politiques déjà
annoncées et accompagnées de programmes précis. L’objectif est de présenter un miroir face
aux stratégies des décideurs politiques et d’en illustrer les conséquences, non pas de deviner
de quelle manière les priorités politiques vont évoluer à l’avenir

La partie qui parle du pétrole:

IEA-World Energy Outlook 2019 Résumé French Translation a écrit :

La sécurité énergétique demeure primordiale et le pétrole au centre de
l’attention
L’évolution rapide du secteur énergétique souligne l’importance d’adopter une approche
globale et dynamique de la sécurité énergétique. Les attaques perpétrées en Arabie
saoudite en septembre 2019 montrent que les risques traditionnels liés à la sécurité
énergétique n’ont pas disparu. En parallèle, de nouveaux risques – de la cybersécurité aux
phénomènes météorologiques extrêmes – exigent une vigilance constante de la part des
gouvernements. Nous estimons que près d’un cinquième de la croissance mondiale de la
consommation d’énergie en 2018 est imputable à des étés plus chauds, poussant à la hausse
la demande de refroidissement, et aux vagues de froid, entraînant une augmentation des
besoins en chauffage.
La production de pétrole et gaz de schiste des États-Unis se maintient à un niveau élevé
plus longtemps qu’anticipé, recomposant les marchés, les flux commerciaux et la sécurité
énergétique au niveau mondial. La croissance annuelle de la production des États-Unis
ralentit par rapport au rythme effréné de ces dernières années. Cependant, avec des
ressources revues à la hausse selon les dernières estimations officielles, les États-Unis
représentent 85 % de l’augmentation de la production mondiale de pétrole d’ici 2030 dans
le scénario « Politiques annoncées », et 30 % de celle du gaz. Cela renforce la position des
États-Unis en tant qu’exportateur de ces deux combustibles. D’ici 2025, la production de
pétrole et gaz de schiste des États-Unis dépasse la production totale de pétrole et de gaz de
la Russie.
L’augmentation de la production de pétrole des États-Unis réduit la part des pays de l’OPEP
et la Russie dans la production globale. Cette contribution tombe à 47 % en 2030, contre
55 % au milieu des années 2000, et leur capacité d’influence sur le marché du pétrole
mondial est de plus en plus contrebalancée. La pression exercée sur les revenus issus des
hydrocarbures de certains des plus gros producteurs mondiaux souligne également la
pertinence des efforts pour diversifier leur économie.

Quelle que soit la trajectoire empruntée par le système énergétique, le monde continue
de dépendre fortement de l’approvisionnement en pétrole du Moyen-Orient. La région
demeure, de loin, la première puissance exportatrice nette de pétrole au monde et conserve
une place majeure dans les exportations de GNL. Le détroit d’Ormuz, l’une des routes
commerciales les plus fréquentées au monde, maintient donc sa position d’artère cruciale
pour le commerce mondial de l’énergie, en particulier pour les pays asiatiques tels que la
Chine, l’Inde, le Japon et la Corée du Sud, qui dépendent fortement des importations de
combustibles. En 2040, dans le scénario « Politiques annoncées », 80 % du commerce
international de pétrole est dirigé vers l’Asie, en grande partie dû au doublement des besoins
d’importations de l’Inde.

en complément sur le thème de la rarefaction des matières premières, voici le titre clé pour rechercher une conférence de olivier VIDAL sur l’implication de la consommation de matière première pour mener la transition énergétique:

Énergie versus matières premières : La transition est-elle réellement possible ? -- Olivier Vidal

Dernière modification par lamante (21/01/2020 07h09)

Hors ligne Hors ligne

 

Discussions similaires à "votre avis sur l'avenir (nuageux) des actifs financiers"

Pied de page des forums

Don Faites un don
Apprendre le bonheur