Suivez les discussions sur : Twitter Facebook RSS   Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter : Newsletters   Utilisez la recherche : 
Membres  |  Mission

Forums des investisseurs heureux

Discussions courtoises et réfléchies sur l’investissement patrimonial pour s’enrichir, générer une rente et atteindre l’indépendance financière

Vous n'êtes pas identifié : inscrivez-vous pour échanger et participer aux discussions !

Nouveau venu dans cette longue discussion ? Consultez une sélection des messages les plus réputés en cliquant ici.

#76 25/08/2019 19h47 → Banque centrale et QE : influence sur les marchés actions (banque centrale, bns, boj, déflation, inflation, qe)

Modérateur
Top 50 Réputation
Réputation :   358 

Le coût et la distribution sera epsilon (s’il s’agissait de cash pur, il faudrait bien aussi le distribuer, cela peut aussi être dématérialisé) et même s’ils sont revendus, il faudra bien qu’ils soient utilisés pour garder une valeur, puisqu’il y aurait une date de péremption donc l’objectif initial sera conservé.

Le principe, au delà du chèque/bon c’est "voici de l’argent, vous pouvez le dépenser pour tels biens et services avant le".

Le niveau de revenu n’est pas forcément corréler au niveau de dépenses. Certains qui n’ont rien dépensent tout et certains qui ont tout ne dépensent rien mais aussi inversement et sans même parler en absolu ou relatif.

On l’a vu sur la prime à la casse ("balladurette" et "jupette") quand il y a de l’argent, certains y vont, besoin ou pas besoin. Ce type d’incitation, au delà de l’écologie, avait généré près d’un demi point de PIB. Donc il faut bien inciter les gens à dépenser cet argent quitte à les contraindre un peu.


"Never argue with an idiot. They will drag you down to their level and beat you with experience" Mark Twain

Hors ligne

 

[+3]    #77 25/08/2019 21h18 → Banque centrale et QE : influence sur les marchés actions (banque centrale, bns, boj, déflation, inflation, qe)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1176 

A propos de l’"helicopter money", dans le contexte de la zone euro :

1) Quel est l’objectif de l’helicopter money? L’helicopter money n’est pas une mesure de "relance" qui serait une alternative à une relance keynésienne traditionnelle par la dépense publique (sous l’autorité du gouvernement).

L’helicopter money n’est pas une mesure redistributive. Pour prendre une mesure redistributive, c’est-à-dire pour décider que X recevra plus que Y, il faut un mandat politique / démocratique, qu’une banque centrale n’a pas. La redistribution se fait uniquement sous l’autorité d’un gouvernement (avec vote d’un Parlement) - pas d’une banque centrale. Donc si la banque centrale fait de l’helicopter money, c’est la même somme pour tout le monde (il y a 2 variantes : tous les citoyens majeurs ou bien toute la population, mineurs compris).

L’objectif de l’helicopter money - pure mesure de politique monétaire - est de faire remonter l’inflation et les anticipations d’inflations près de la cible d’inflation de la banque centrale : en zone euro, un indice harmonisé des prix à la consommation inférieur à 2%, proche de 2%.

On veut davantage d’inflation, c’est-à-dire une monnaie moins forte, en termes réels. On augmente donc "l’offre" de monnaie en arrosant l’ensemble des agents économiques avec de la monnaie "gratuite", sans passer par les banques (contrairement au QE).

2) L’helicopter money est-il nécessaire en zone euro ? En théorie, une mesure extraordinaire de politique monétaire non-conventionnelle comme l’helicopter money ne peut s’envisager qu’en cas de (i) risque important d’un "désancrage" des anticipations d’inflation par rapport à la cible de la banque centrale et (ii) inefficacité des autres instruments (conventionnels ou non) de la banque centrale.

En zone euro, l’inflation sous-jacente (hors prix de l’énergie et de l’alimentation) semble se stabiliser autour de 1%, et les anticipations d’inflation à moyen terme (BEIR = breakeven inflation rate des obligations indexées sur l’inflation et ILS = inflation-linked swaps) sont autour de 1,5% - donc bien en-deçà de la cible de la BCE, malgré les taux négatifs, malgré le QE, malgré les opérations de très longue maturité (TLTRO).
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/12850_2019-08_anticipations_dinflation.jpg
Toutes ces mesures de la BCE ont eu un impact positif sur l’inflation, sur les anticipations d’inflation et sur l’activité économique (cf. les graphiques 8 et 9 ici), mais pour l’instant pas suffisant pour se rapprocher de la cible de la BCE. Donc la question qui se pose à la BCE, c’est de "rajouter" une couche sur ces mesures (= des taux encore plus négatifs, une réactivation du QE etc.), sachant que leur efficacité marginale décroît et qu’elles peuvent avoir des effets pervers, ou bien d’inventer d’autres mesures (l’helicopter money étant la plus extrême).

3) L’helicopter money est-il légal dans la zone euro ? Comme toute banque centrale, la BCE ne peut agir que dans le cadre de ses statuts. Toute mesure débordant de ces statuts serait sanctionnée par la Cour de Justice de l’UE.

L’Article 18 des Statuts de la BCE lui donne le pouvoir de faire des opérations de dépôt et de prêt avec les banques (les prêts devant être collatéralisées de façon "adéquate") et de faire des opérations d’achat et de vente. C’est la base de toutes les mesures conventionnelles et non-conventionnelles de la BCE (notamment le QE). Cet Article 18 ne semble pas autoriser l’helicopter money.

Cela dit, l’Article 20 des Statuts de la BCE lui donne la possibilité, à la majorité des 2/3 du Conseil des Gouverneurs, de prendre des mesures de "contrôle monétaire". Cela pourrait-il comprendre l’helicopter money ? C’est une question d’interprétation. Perso j’ai un doute, et je suis à peu près sûr que la Bundesbank et beaucoup à la BCE considèrent que l’helicopter money n’est pas légalement possible.

4) L’helicopter money serait-il efficace dans la zone euro ? A mon sens, le risque de thésaurisation est réduit, car comme certains l’on dit ici, l’essentiel de la masse monétaire injectée serait mise à disposition de ménages modestes, qui ont de forts besoins non-satisfaits de consommation et/ou sont endettés. Bien sûr, il y aurait des effets d’aubaine pour les ménages riches, mais compte tenu des taux négatifs ou très faibles sur les placements sans risque, on peut penser que les riches investiront cet argent dans des actifs risqués.

Injecter de la monnaie, que ce soit par du QE ou par l’helicopter money, doit à terme avoir un impact positif sur l’inflation, car l’équation MV = PT est respectée. L’helicopter money augmente la masse monétaire M et les taux négatifs augmentent la vélocité de la monnaie V, donc l’inflation P et l’activité économique T doivent augmenter. En revanche, difficile d’affirmer que l’helicopter money serait plus efficace qu’une nouvelle couche de QE.

5) Quels sont les principaux risques de l’helicopter money ? Et quelles sont les solutions possibles ?

Perso j’identifie 3 problèmes / risques principaux (au-delà de la question juridique sus-mentionnée) :

a) Comment distribuer une somme de xxxx € à tous les citoyens de la zone euro ? La BCE pourrait s’appuyer sur les autorités fiscales. Mais je ne suis pas sûr du traitement des ménages non fiscalisés / non bancarisés. Il est essentiel pour la légalité de la mesure qu’il n’y ait aucune discrimination ni exception. Même sans compte bancaire, un ménage pourrait recevoir la somme en cash auprès de la Banque de France et/ou des autorités fiscales (qui ont l’habitude de gérer des mesures distributives larges, comme l’allocation de rentrée scolaire).

Une façon plus élégante de gérer l’helicopter money serait via des euros digitaux, des "cryptos de banque centrale" (CBDC, central bank digital currencies) : chaque citoyen aurait ainsi un compte sécurisé et anonymisé à la banque centrale, qui serait crédité chaque fois que la BCE ferait de l’helicopter money. La BCE est très prudente / sceptique sur les CBDC, mais perso je m’attends à ce que sa position change avec l’arrivée de Mme Lagarde à sa tête.

b) Comment empêcher une hausse incontrôlée de l’inflation ? Quand l’helicopter money a été théorisé, une condition clef était qu’il devait s’agir d’une mesure unique (one-off) et non répétitive. Car si les citoyens commencent à anticiper des "largages" réguliers de monnaie gratuite par la banque centrale à la moindre crise, alors la conséquence peut-être une perte de crédibilité de la monnaie comme réserve de valeur, et à terme une spirale inflationniste.

Il est donc essentiel d’ancrer dans la psychologie collective l’idée que l’helicopter money n’est qu’une mesure limitée et absolument exceptionnelle. La seule façon de le faire de façon crédible à mon sens, serait d’inscrire cette limite de façon quantitative dans les Statuts de la banque centrale. Cela pourrait se faire sous la forme "La BCE ne pourra procéder à l’injection gratuite de liquidité directement auprès des ménages de la zone euro que si l’inflation sous-jacente dans la zone euro est inférieure à 1% pendant 12 moins consécutifs. Cette injection sera alors limitée à x% de la masse monétaire M1." (Ou quelque chose d’équivalent : avec une condition claire sur le déclenchement et une limite sur la masse.)

c) Comment préserver l’indépendance de la banque centrale ? Le plus gros risque de l’helicopter money à mon sens, c’est de faire planer une menace permanente sur l’indépendance de la banque centrale. L’Etat sera trop heureux de s’épargner des efforts budgétaires, et tentera de faire pression sur la banque centrale pour faire des largages réguliers de liquidité, évidemment populaires.

Là encore, la réponse doit passer par des limites claires sur l’utilisation de l’helicopter money, inscrites dans les Statuts de la banque centrale pour la protéger d’un pouvoir "trumpien" faisant pression sur elle.

Bref, perso je suis de près les discussions dans la communauté académique sur l’helicopter money, mais je pense que pour être réalisable dans la zone euro, une modification des Statuts de la BCE serait nécessaire. Ce qui supposerait a priori une révision des Traités européens, difficilement envisageable dans le contexte politique actuel.

Dernière modification par Scipion8 (25/08/2019 21h35)

En ligne

 

[+1]    #78 26/08/2019 08h36 → Banque centrale et QE : influence sur les marchés actions (banque centrale, bns, boj, déflation, inflation, qe)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   539 

Scipion8 a écrit :

Injecter de la monnaie, que ce soit par du QE ou par l’helicopter money, doit à terme avoir un impact positif sur l’inflation, car l’équation MV = PT est respectée. L’helicopter money augmente la masse monétaire M et les taux négatifs augmentent la vélocité de la monnaie V, donc l’inflation P et l’activité économique T doivent augmenter.

Il y a au moins deux problèmes dans cette démonstration :

1. Si vous cherchez l’effet de l’helicopter money, vous cherchez à déterminer cet effet sur chacun des termes de l’équation, or quand vous écrivez que "les taux négatifs augmentent la vélocité de la monnaie V" vous utilisez quelque chose qui a déjà eu lieu, une autre cause, qui ne résulte pas de l’helicopter money. Dit autrement, vous ne montrez pas que l’helicopter money augmente V.

2. Même si le produit PT augmente, cela ne prouve pas à lui seul que P et T "doivent augmenter". La déduction est fausse d’un point de vue logique (elle l’est peut-être économiquement, je n’en sais rien, mais ça ne doit pas être facile à prouver, si c’est prouvable).


Investisseur value et deep value. Blog : Le projet Lynch. Parrainages Binck et Boursorama.

Hors ligne

 

#79 26/08/2019 09h36 → Banque centrale et QE : influence sur les marchés actions (banque centrale, bns, boj, déflation, inflation, qe)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   1176 

Il ne s’agit en rien d’une "démonstration". Il est très difficile de prévoir précisément ex ante l’effet d’une mesure absolument nouvelle de politique monétaire, car cet effet dépend de multiples facteurs, liés ou non à la banque centrale : la façon dont la mesure est calibrée et communiquée, la confiance des agents économiques, le contexte politique, le système bancaire etc. En macroéconomie, on peut au mieux estimer ex post l’effet des mesures - et encore, avec un haut degré d’incertitude. Dans les faits, la banque centrale calibre au mieux ses mesures, puis en observe les effets, et recalibre les mesures en conséquence. C’est bien ce qui s’est passé avec les divers QE de la Fed et de la BCE.

Par exemple, la BCE évalue l’effet des différentes couches de son QE (APP = Asset Purchase Programme) sur la prime de maturité des taux souverains à 10 ans dans la zone euro :
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/12850_2019-08-26_ecb_app_effect_on_term_premium.png
Et l’effet de ses différentes mesures non-conventionnelles sur la croissance et l’inflation (en passant, je pense, par leur effet sur les taux de financement dans l’économie) :
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/12850_2019-08-26_ecb_measures_effect_on_real_gdp_growth.png
https://www.devenir-rentier.fr/uploads/12850_2019-08-26_ecb_measures_effect_on_hicp.png
APP = Asset Purchase Programme = QE
TLTRO = Targeted Longer-Term Refinancing Operations = opérations ciblées de très long-terme
NIRP = Negative Interest Rate Policy = taux négatif sur la facilité de dépôt
FG = Forward Guidance = communication sur le niveau du taux directeur sur un long horizon

Par ailleurs, une banque centrale réfléchit en termes de "package" de mesures se renforçant mutuellement. Je n’ai aucune idée de l’impact de l’helicopter money sur la vélocité de la monnaie. En revanche, en principe, des taux négatifs doivent augmenter la vélocité de la monnaie. Dans le cas très hypothétique où l’helicopter money serait un jour mis en oeuvre, je pense qu’il serait associé à d’autres mesures, comme des taux d’intérêt encore plus négatifs.

Enfin, dans l’équation MV = PT, on considère plutôt un agrégat monétaire large, comme M3 (qui comprend notamment les dépôts à vue et l’essentiel des dépôts à terme). Les mesures de la banque centrale concernent directement des agrégats monétaires beaucoup plus étroits : la circulation fiduciaire M0 pour l’helicopter money et la base monétaire (circulation fiduciaire + réserves des banques à la banque centrale) pour le QE. Rien ne garantit qu’une hausse "forcée" de M0 ou de la base monétaire résultera en une hausse de M3 dans les mêmes proportions (ou, mieux, dans des proportions démultipliées). Cela dépendra notamment de nombreux facteurs liés à l’offre et à la demande de prêts - donc à la santé des banques et à la confiance des agents économiques, que la banque centrale peut au mieux influencer.

Dernière modification par Scipion8 (26/08/2019 09h58)

En ligne

 

#80 26/08/2019 13h35 → Banque centrale et QE : influence sur les marchés actions (banque centrale, bns, boj, déflation, inflation, qe)

Membre
Top 20 Réputation
Réputation :   539 

Scipion8 a écrit :

Il ne s’agit en rien d’une "démonstration". Il est très difficile de prévoir précisément ex ante l’effet d’une mesure absolument nouvelle de politique monétaire, car cet effet dépend de multiples facteurs, liés ou non à la banque centrale.

Je suis rassuré, cela me parait plus raisonnable que le message précédent.


Investisseur value et deep value. Blog : Le projet Lynch. Parrainages Binck et Boursorama.

Hors ligne

 

#81 11/09/2019 14h30 → Banque centrale et QE : influence sur les marchés actions (banque centrale, bns, boj, déflation, inflation, qe)

Membre
Réputation :   

On commence à parler de l’helicopter money ou du quantitative easing for people dans les médias grands publics…

Ces deux derniers jours sur BFM, LCI et le Figaro :
Helicopter money: la BCE doit-elle directement distribuer de l’argent aux Européens?
La Chronique éco : Souriez, la BCE veut nous donner de l’argent !
Bertille Bayart: «La BCE fera-t-elle neiger des euros à Noël?»

Hors ligne

 

#82 11/09/2019 15h47 → Banque centrale et QE : influence sur les marchés actions (banque centrale, bns, boj, déflation, inflation, qe)

Membre
Top 100 Réputation
Réputation :   176 

L’idée fait son chemin… Je m’inquiétais de l’engouement pour la MMT sur une autre file.

Le plan semble être de supprimer le cash (la Suède, comme souvent, sert de bêta-testeur) et d’avoir directement des comptes auprès de la Banque Centrale, en crypto d’Etat.

Avantages vantés : facilite la lutte contre la fraude fiscale, la corruption, le financement du terrorisme, sécurité et immédiateté des paiements, UBI ou helicopter money pour convaincre les récalcitrants en parlant à leur ventre.

Inconvénients : taux négatifs applicables (le cash sous le matelas bloquant les taux négatifs), toutes les transactions même les plus génantes sont visibles, possibilité de geler les avoirs d’une personne ou d’une entreprise de manière centralisée.

Cela ressemble un peu au pendant occidental du 社会信用体系.

C’est probablement inéluctable, les capacités techniques existent et seront utilisées. S’endetter et privilégier des assets "réels" diversifiés semble une stratégie saine dans cet environnement.

Hors ligne

 

#83 11/09/2019 21h29 → Banque centrale et QE : influence sur les marchés actions (banque centrale, bns, boj, déflation, inflation, qe)

Membre
Réputation :   38 

Cela ressemble à la fin d’une partie de Monopoly : à chaque tour, l’argent distribué est de toute façon ramassé par ceux qui ont des hôtels, ça fini par lasser. On se méfie des conséquences économiques de l’action des Banques Centrales, on devrait peut être se soucier des conséquences politiques.

Hors ligne

 

Discussions similaires à "banque centrale et qe : influence sur les marchés actions"

Pied de page des forums

Propulsé par FluxBB
Hébergé par Arcustech